Page 19 sur 27

Re: Le char Maus

Nouveau messagePosté: 14 Mai 2018, 06:40
de Patrick.Fleuridas
Bonjour à tous,
Tout à fait Loïc et Tarpan. Encore des paramètres non pris en compte... Seuls les ponts de chemins de fer sont aptes à supporter un tel poids. Je recherche en vain le dessin/schéma qui montre le franchissement avec l'assistance du second char. J'ai ce document, mais où? On voit le char qui alimente celui qui franchit le fleuve, sur la droite du document.
Ce problème de franchissement n'est pas le seul obstacle non résolu de ce projet/programme. La traction par moteurs électriques est innovant, certes, mais il nécessite, en cas de production, des quantités de cuivre non négligeables pour la fabrication desdits moteurs ainsi que pour l'alternateur il me semble. L'Allemagne n'est pas un grand producteur de cuivre...et cela fait des années que les stocks s'épuisent malgré les collectes auprès de la population civile
Patrick

Re: Le char Maus

Nouveau messagePosté: 14 Mai 2018, 08:32
de Tarpan
Bonjour Patrick

J'espère que vous allez bien toi et ta famille et bonjour à ton épouse.

Je me souviens parfaitement avoir vu quelque part (peut être sur ce forum dailleurs) la photo de l'emploi de cette technique, ou l'on voyais un Maus sur une berge alimenter par cable en électricité un second tentant de traverser une riviére.

Maintenant voici la théorie :

Image

Image

Image

Une idée de la taille :

Image

On distingue à l'arrière le cablage électrique :

Image

Et voici la réalité (et ce n'est même pas une rivière !!!)

Image

Re: Le char Maus

Nouveau messagePosté: 14 Mai 2018, 09:38
de Loïc Charpentier
Tarpan a écrit:
Et voici la réalité (et ce n'est même pas une rivière !!!)

Image


Bonjour,
D'après Jentz, erreur de parcours du pilote, qui ne connaissait pas la zone ; même les chars légers évitaient de s'engager dans le coin, tellement il était merdique! :D
Après avoir enlevé le gros de la gadoue à la pelle et mis en place les troncs d'arbre pour stabiliser le terrain, le Maus I s'était dégagé "tout seul" du piège. ::content4::

Re: Le char Maus

Nouveau messagePosté: 14 Mai 2018, 09:57
de Loïc Charpentier
Le système moteur à essence DB + génératrice+ moteurs électriques était calqué sur celui qui avait été installé sur le Tiger P et qu'on retrouvera, of course, à bord du Ferdinand-Elefant.

Re: Le char Maus

Nouveau messagePosté: 14 Mai 2018, 10:25
de Tarpan
Oui pour la photo du Maus embourbé je connaissais les circonstances, mais c'était trop marrant comme exemple !

Re: Le char Maus

Nouveau messagePosté: 14 Mai 2018, 10:46
de Loïc Charpentier
Tarpan a écrit:Oui pour la photo du Maus embourbé je connaissais les circonstances, mais c'était trop marrant comme exemple !


Faut dire qu'il avait l'air très mal barré, au moment où la photo avait été prise. :D ;)

Re: Le char Maus

Nouveau messagePosté: 14 Mai 2018, 11:06
de Patrick.Fleuridas
Bonjour à tous,

Il me semble que la photo est prise au camp de Böblingen, au Sud de Stuttgart, sur un terrain d'essai et de test pour les blindés. Notre bon professeur Ferdinand avait ses ateliers dans la banlieue de la ville.
Patrick

Re: Le char Maus

Nouveau messagePosté: 14 Mai 2018, 11:28
de Loïc Charpentier
Patrick.Fleuridas a écrit:Bonjour à tous,

Il me semble que la photo est prise au camp de Böblingen, au Sud de Stuttgart, sur un terrain d'essai et de test pour les blindés. Notre bon professeur Ferdinand avait ses ateliers dans la banlieue de la ville.
Patrick


Hihi, ce bon Ferdi, le roi des trublions! Avec ses deux casquettes, celle de patron d'entreprise et celle de Président de la Panzerkommission, il leur en avait, souvent, fait voir de toutes les couleurs. ::mal-a-la-tete::

Re: Le char Maus

Nouveau messagePosté: 14 Mai 2018, 11:54
de Dog Red
Patrick.Fleuridas a écrit:Encore des paramètres non pris en compte... Seuls les ponts de chemins de fer sont aptes à supporter un tel poids.

[...]

Ce problème de franchissement n'est pas le seul obstacle non résolu de ce projet/programme.


Le Maus, comme d'autres programmes, est l'archétype de la recherche pure sans objectif précis ni aucune limite.

Je me suis toujours demandé s'il s'agissait de délire dans le chef d'HITLER ou d'une "carotte" (les armes miracle !) agitée par le dictateur pour maintenir le moral des Allemands...

Re: Le char Maus

Nouveau messagePosté: 14 Mai 2018, 13:18
de Loïc Charpentier
Dog Red a écrit:
Le Maus, comme d'autres programmes, est l'archétype de la recherche pure sans objectif précis ni aucune limite.

Je me suis toujours demandé s'il s'agissait de délire dans le chef d'HITLER ou d'une "carotte" (les armes miracle !) agitée par le dictateur pour maintenir le moral des Allemands...


Le concept tactique à l'origine du programme Maus n'était pas aussi débile qu'il peut paraitre à première vue. Avec ce genre d'engin, tu étais sensé couvrir un secteur de 3000 m de rayon - portée efficace, en antichar, du canon de 12,8 cm -, avec deux Maus, 12 000 m de ligne de front, en terrain "plat". Son blindage le mettait à l'abri de toutes les armes antichars existantes, à distance de tir "normale", d'autant que ces bestiaux n'étaient pas sensés se balader esseulés sur le champ de bataille. Entre chaque Maus - qui aurait jouer le rôle de forteresse mobile - il était prévu de positionner des chars "normaux" (Panzer IV, Panther), des troupes blindées motorisées, type grenadiers avec des 251, des automoteurs antichars sur leurs arrières, etc. La mise en service opérationnelle du Maus avait été fixée, à l'origine, au printemps 1944... sur le Front Est. A l'époque, il n'y avait rien qui aurait pu lui tenir tête en face, d'autant que la production de Panther, elle, était sensée, alors, avoir permis de réarmer tous les Panzerregimenter avec ce type de char - ce qui n'avait pas été le cas, puisqu'il avait fallu attendre juin-juillet 1944, pour voir aligner une unique Panther-Abteilung au sein des Panzer-Regimenter ! -.

La première commande de série portait sur 135 exemplaires, mais, entre les retards de mise au point et les bombardements alliés sur les usines allemandes, dès la fin du printemps 1943, tout était allé à vau-l'eau. En 1944, le seul intérêt de poursuivre les essais résidait dans le développement de technologies qui pouvaient servir pour d'autres véhicules.