Connexion  •  M’enregistrer

Churchill / De Gaulle

Répondant à l'appel du Général de Gaulle, des milliers de combattants français se lèvent en Europe et en Afrique. Retrouvez ici la 1ère DFL, la 2ème DB, les FAFL, FNFL... Mais aussi celles et ceux qui ont résisté à l'occupant en entrant dans la clandestinité pour rejoindre le maquis ou les groupes de résistants.
MODÉRATEUR : gherla

Churchill / De Gaulle

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de tete_brulee1  Nouveau message 04 Jan 2006, 10:28

Bonjour,

Me voici donc au bon endroit (Merci de m'avoir fait remarquer mon erreur ! :lol: ) et je repose donc ma question :

Churchille détestait-il De Gaulle ??

Il me semble egalement que l'americain ne l'aimait pas beaucoup non plus ??


@ +

PS : désolée pour l'envoi d'un premier message tronqué, fausse manoeuvre :oops:


 

Voir le Blog de tete_brulee1 : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de Grand Slam  Nouveau message 04 Jan 2006, 23:27

Non pas vraiment...ce sont deux symboles de la résistance face à l'Allemagne, ça les rapproche...

Par contre avec Fracklin, ça change de discours...ils se détestent...Les Américains ont bien voulu mettre la France sous tutelle allié, mais le GRPF rodait...


 

Voir le Blog de Grand Slam : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de tete_brulee1  Nouveau message 05 Jan 2006, 09:38

mais le GRPF rodait...[/quote]

ça serait sympa de développer un peu :D

Ils ne se détestaient peut être pas mais ils ne s'aimaient pas trop non plus..
Et pourquoi l'américain avait une dent contre lui ???


 

Voir le Blog de tete_brulee1 : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de Lettenaire  Nouveau message 05 Jan 2006, 11:29

Voici ce que je viens de trouver depuis Google... Ca vient d'un site nommé "Solidarité et Progrès". Autant vous dire que j'aimerais la confirmation d'historiens !

Dans deux télégrammes expédiés par Churchill à son cabinet de guerre, les 21 et 23 mai 1943, on trouve en effet les considérations suivantes :
"Je demande instamment à mes collègues de considérer de toute urgence si nous devons à présent éliminer de Gaulle en tant que force politique... Il déteste l'Angleterre et il a partout derrière lui laissé une véritable traînée d'anglophobie." (Le 21 mai)
"Il est systématiquement hostile à la Grande-Bretagne et aux Etats-Unis et, tout en apparaissant avoir des sympathies communistes, il a des tendances fascistes. Quand nous devons considérer que notre intérêt vital est de préserver nos bonnes relations avec les Etats-Unis, nous ne devrions pas laisser ce saboteur et empêcheur de tourner en rond continuer à faire le mal qu'il fait."

Selon le Britannique, de Gaulle est un "cryptofasciste" dont certains discours "se lisent comme des pages de Mein kampf".

Ces citations se passent de tout commentaire. A Londres, si de Gaulle ne fut pas "éliminé" politiquement, ce fut grâce à l'intervention d'Anthony Eden et de Clement Attlee, qui refusèrent de se plier à la volonté de l'homme au cigare.



Cela m'étonne qu'en 43 (la légitimité de de Gaulle s'est construite depuis 3 ans déjà) Churchill ait encore de telles idées... Qu'en pensez-vous ?


 

Voir le Blog de Lettenaire : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de tete_brulee1  Nouveau message 05 Jan 2006, 12:11

Voilà ce que j'ai pu glaner comme infos :

Entre deux personnalités aussi exceptionnelles que Winston Churchill et Charles de Gaulle, chargés l'un et l'autre de responsabilités écrasantes dans des circonstances extrêmement difficiles, on sait que les relations n'ont pas toujours été au beau fixe. En témoignent nombre de formules aujourd'hui connues, mais dont l'écho n'était, à l'époque, pas parvenu aux opinions publiques qui ne pouvaient l'imaginer et qui en auraient été démoralisées. Ainsi du célèbre mot de Churchill, "Si vous m'obstaclerez, je vous liquiderai !", à quoi le Général avait rétorqué peu après "Libre à vous de vous déshonorer" : expressions outrancières, formulées en privé ou réservées au cercle des collaborateurs, et qu'il faut se garder de dissocier d'un contexte particulièrement orageux, tel celui de la rencontre avec Giraud et Roosevelt à Anfa, fin janvier 1943.

Depuis leur première rencontre, le 9 juin 1940, "le courant passe" entre les deux hommes. il sent que le patriotisme de cet homme est de la même étoffe que le sien. Churchill connaît bien et admire l'histoire de France ; sa francophilie est indéniable, même si elle est parfois teintée d'une condescendance dont son allié s'agace. un certain nombre d'éléments extérieurs liés à l'extension géographique du conflit, notamment l'entrée en guerre des Etats-Unis, vont avoir des répercussions sur les relations entre de Gaulle et Churchill.

L'élargissement du conflit vers la Méditerranée orientale à partir de 1941 fait rejouer de vieilles rivalités coloniales, restées sous-jacentes et qui vont empoisonner les relations entre les deux alliés. C'est le cas en Syrie et au Liban où le général de Gaulle craint que les Britanniques cherchent à tirer parti de la faiblesse de la France pour la pousser à abandonner ses mandats de la SDN, ou pour la supplanter sur place à partir de l'Irak et de la Palestine. Il en va de même à propos de Madagascar où, circonstance aggravante, les Anglais ont débarqué militairement en mai 1942 sans en informer au préalable leur allié. La position de De Gaulle devient alors extrêmement délicate, coincé entre les Vichystes qui l'accusent de faire le jeu des Anglais, et son nationalisme qui le rend particulièrement sensible à toute ingérence alliée, notamment dans l'empire colonial. De plus, l'entrée en guerre du puissant allié américain modifie la donne, dans la mesure où le président Roosevelt s'obstine, durant une bonne partie de la guerre, à considérer la France comme vaincue définitivement et à ne voir en de Gaulle qu'un aventurier gaffeur, arrogant, dangereux, aucunement représentatif des Français et indigne de la moindre confiance (jugé, en mai 1943, tout au plus bon pour gouverner Madagascar). Churchill, devenu dès lors le second dans la coalition alliée, ne réussit pas à modifier la manière de voir de Roosevelt, et se résigne à en suivre les orientations politiques, aux dépens d'une alliance étroite avec la France libre et même de l'amitié avec le Général.

lorsque les Américains débarquent en Afrique du Nord en refusant d'en informer de Gaulle et de l'associer aux opérations, il en résulte un imbroglio politique à Alger pendant plus de six mois et une rancœur compréhensible vis-à-vis de Churchill, qui pousse le Général à menacer de transférer la France libre à Moscou. Les dissensions ne s'atténuent pas ensuite, puisque la date du débarquement en Normandie lui est également tenue cachée et que la veille du jour-J est marquée par une dispute terrible avec Churchill, due en partie à la volonté anglo-saxonne de traiter la France libérée comme un pays occupé, avec l'installation d'une administration militaire alliée (AMGOT).

Churchill, partagé entre la nécessité vitale de rester fidèle à l'alliance américaine et la consolidation du partenaire français, conserve, malgré tout, son admiration pour l'énergie et le génie du Général (quelques heures après lui avoir rappelé brutalement sa préférence pour le choix du "grand large", à la veille du 6 juin 1944, il a pleuré d'émotion en écoutant le texte de sa proclamation aux Français, le soir du débarquement). Il est bien conscient, par exemple, de l'effet catastrophique qu'aurait eu pour les Français une démission du Général, si elle avait dû résulter de la pression exercée par ses alliés.
Le 11 novembre 1944, leur descente des Champs-Elysées, côte à côte sous les acclamations, scelle pour un temps la réconciliation des deux hommes. A partir de Yalta, la perception du danger soviétique et du statut nouveau de la super-puissance américaine rapproche Churchill du général de Gaulle et des intérêts français, et ses efforts pour la restauration du "rang" de la France contribuent, avec la victoire, à mettre à l'arrière-plan les conflits qui séparaient encore les Français de leurs alliés britannique, notamment en Syrie et au Liban.

je pense qu'ils ont tjs eu beaucoup de respect l'un envers l'autre, ce que je ne savais pas, c'est cette hostilité de l'américain envers De Gaulle !! :evil:


 

Voir le Blog de tete_brulee1 : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 6  Nouveau message de Lettenaire  Nouveau message 05 Jan 2006, 12:21

Très intéressant. Mais avant qu'on vienne te taper sur les doigts, tu devrais donner tes sources, Tête Brûlée. :wink:


 

Voir le Blog de Lettenaire : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 7  Nouveau message de tete_brulee1  Nouveau message 05 Jan 2006, 12:24

desolee un oubli, cela arrive à tout le monde, surtout à moi, tête_brulee mais aussi tête en l'air !! :D

c'est un super site que j'ai decouvert il y a peu de temps :

www.charles-de-gaulle.org

Merci de la remarque :)


 

Voir le Blog de tete_brulee1 : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 8  Nouveau message de Daniel Laurent  Nouveau message 05 Jan 2006, 13:08

tete_brulee1 a écrit:c'est un super site que j'ai decouvert il y a peu de temps :
www.charles-de-gaulle.org

Excellente source.
Bon, certains ici vont dire "Source partisane = source des anes" ou similaire, mais peu importe.

Ce qu'il faut assimiler pour comprendre l'attitude de Charles de Gaulle, c'est que, pour lui, apres tant de desastres, de reculades, d'abandons et de compromissions, ce qu'il restait de la France, c'etait lui, point barre.

Je cites Simone Weil: "Le General de Gaulle entoure de ceux qui l'ont suivi est un symbole. Le symbole de la fidelite de la France a elle-meme, concentree un moment sur lui presque seul" (In "L'enracinement)

Voila, elle a tout compris, Madame Weil. Sur lui presque seul. Ce que certains anglo-saxons ont prit pour de l'arrogance n'etait pas de l'arrogance mais de l'intransigance: Tout affront fait a CDG est un affront fait a la France. Tout compromis demande a CDG quant a l'independance nationale, l'Empire et la liberte de manoeuvre est un compromis demande a la France. Donc un compromis pas acceptable.

Pour conclure, je vais citer Churchill qui n'a pas dit que du mal de CDG :
"J'ai eu l'impression que dans son attitude paisible et impenetrable il etait d'une surprenante sensibilite a la douleur. Cette impression se confirma au cours des contacts avec ce grand homme et je pensais : Voila le Connetable de France." (In "La deuxieme guerre mondiale").

Cordialement
Daniel


 

Voir le Blog de Daniel Laurent : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 9  Nouveau message de tete_brulee1  Nouveau message 05 Jan 2006, 15:39

Pourquoi le president américain ne pensait-il pas de la même manière que Churchill ????? :?


 

Voir le Blog de tete_brulee1 : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 10  Nouveau message de Capitaine DesVosges  Nouveau message 05 Jan 2006, 16:27

Parceque l'américain voulait faire de la france une colonie américaine, et de son empire une autre acquisition Américaine, en faite j'ai l'impression que c'est à ce moment la que les USA commence a devenir arrogants et à se rendre compte qu'ils sont "les maitre du monde", jusqu'a nos jour ou cette tendance ce confirme tout les jours...

Enfin ont va peut être me prendre pour un raleur mais à chaque fois qu'ont ose les contredire, nous sommes, insolents, infidèles (comme si nous leurs appartenions d'une manière), et non respectueux de ce qu'ont fait leur ancètres pour nous...

Et moi je leur répond en toute franchise, "vous connaissez La Fayette??"


 

Voir le Blog de Capitaine DesVosges : cliquez ici


Suivante

Retourner vers LA RESISTANCE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 18 
il y a 59 minutes
par: iffig 
    dans:  MARKET GARDEN, PLAN ET EXECUTION CE QU'IL AURAIT FALLU FAIRE POUR GAGNER... 
Aujourd’hui, 08:54
par: gibraltar114 
    dans:  [DU 1er SEPTEMBRE 2018 au 31 OCTOBRE 2018]: Feu sur les véhicules d'écolage ( Allié ou Axe) 
Aujourd’hui, 08:46
par: NIALA 
    dans:  Cuirassé Bretagne 
Aujourd’hui, 08:04
par: Didier 
    dans:  Hitler pouvait-il gagner la guerre ? 
Hier, 23:48
par: pierma 
    dans:  Ce que les services secrets français savaient sur l'Allemagne nazie 
Hier, 23:08
par: Eric Denis 
    dans:  LES CAUSES D'UNE DEFAITE LA FRANCE POUVAIT-ELLE GAGNER? 
Hier, 22:36
par: Dog Red 
    dans:  forum 
Hier, 21:38
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Marceline Loridan-Ivens 
Hier, 21:24
par: jdl 
    dans:  266 Infanterie Division 
Hier, 20:57
par: thucydide 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Trendiction Bot DE et 16 invités


Scroll