Connexion  •  M’enregistrer

Sauver les pilotes

Répondant à l'appel du Général de Gaulle, des milliers de combattants français se lèvent en Europe et en Afrique. Retrouvez ici la 1ère DFL, la 2ème DB, les FAFL, FNFL... Mais aussi celles et ceux qui ont résisté à l'occupant en entrant dans la clandestinité pour rejoindre le maquis ou les groupes de résistants.
MODÉRATEUR : gherla

Sauver les pilotes

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de L'Amiral  Nouveau message 05 Juil 2005, 06:43

Source:
Image de guerre - Marshall Cavendish
La grande Histoire de la seconde guerre mondial - P.Montagnon - France Loisirs
L'Encyclopédie de l'histoire - Larousse


Sauver les pilotes
Dans toute l’Europe occupée, nombreux furent ceux qui aidèrent les pilotes échoués au sol. Ils étaient considérés comme des « terroristes » par la Gestapo et risquaient leurs vie.

L’Aide de l’arrière :
Les premiers réseaux d’évasion furent créés ainsi par des petits groupes de résistants sans aucun soutient de l’extérieur. Ils cachèrent des soldats britanniques qui n’avaient pas pu ré embarquer à Dunkerque. Dans un premier temps, ces activités ces activités étaient mené à bien sans organisation solide.
Puis en août 1941, une jeune femme Belge du nom d’Andrée (Dédée) de Jongh se présentat au consulat britannique de Bilbao, en compagnie d’un soldat britannique et de deux belges. Le vice-consul écouta avec intérêt le récit du voyage de 1000 km de cette jeune femme et de ses « protégés » de Bruxelles aux Pyrénées.

Image

L’Angleterre accepta la proposition de Dédée : elle s’engageait a financer le réseau d’évasion sur lequel, la jeune femme garderait un droit de contrôle total. Cette énergique jeune femme de 24 ans allait bientôt faire la preuve de son talent. Après avoir fait passer en Espagne l’équipage complet d’un bombardier, son réseau fut baptisé « Comet Line ».
Les allemands parvinrent finalement à infiltrer le réseau. Dédée fut arrêtée et envoyé au camp de concentration de Ravensbruck dont elle revint vivante !
Le réseau fut remi sur pied par le guide basque de Dédée, Florentino Goicoechea, un ancien contrebandier.
A la fin de la guerre, la « Comet line » avait permis à plus de 1000 aviateurs alliés de passer en Espagne.
Autre ligne importante, la « Pat O’Leary Line » qui fut créée en 1941 par le capitaine Garrow. Son itinéraire menait aussi en Espagne en traversant la France de Vichy.
Les réseaux d’évasion étaient généralement implantés à la campagne, où les aviateurs étaient cachés jusqu’à ce qu’ils puissent être escortés hors des pays occupés. Toutes ses organisations limitaient leurs activités à l’aide aux aviateurs et donc à aucune activités de sabotages.
L’itinéraire aboutissait toujours en Espagne puis à Gibraltar où les pilotes pouvaient être rapatriés.
La Suède et la Suisse n’étaient pas une bonne destinations car selon la convention de Genève qui étaient strictement appliquées, ils auraient été interné jusqu’à la fin de la guerre.

Rentrer par tous les moyens :
Dès sa prise de fonction au printemps 1942, le maréchal de l’air Sir Harris indiqua clairement qu’il était du devoir de chaque pilote d’échapper à la captivité par tous les moyens. Des techniques d’évasion furent enseignées dans les escadrons. Lors de chaque briefing pour une mission, l’officier de renseignements communiquait les détails d’évasions récentes et fournissait aux hommes un kit « de survie » constitué de deux boites en plastique transparent contenant des comprimés de benzédrine, du chocolat, du fil et une aiguille, des cachets pour purifier l’eau, une gourde en caoutchouc, une boussole, un fil de pêche, des cartes en papier de soie et surtout des billets de banque français, belge et hollandais. Cet équipement était complété par des boussoles miniaturisé en forme de bouton de col, de manchette ou de braguette. Mais cet équipement n’aurait été que d’une utilité réduite sans l’aide de courageux belges, hollandais et français.
Ainsi le réseau « Zero France » constitué à Roubaix par Paul Joly était d’abord spécialisé dans l’évasion de prisonniers français, il étendra vite son aide aux aviateurs anglais et canadiens abattu par la DCA.

Image

Ce réseau compta 1087 membres dont 197 agents de la SNCF, 85 membres de l’armée et de la police et 31 enseignants. La liste des héros modeste qui risquèrent leur vie et parfois la perdirent serait interminable. Citons, Marcel Pernet qui fera passer plus de 1000 prisonniers évadés à travers bois. Ou encore Paul Koepfler qui dans la seul journée du 25 décembre 1940 fera passer la ligne à 120 personne. Il sera abattu par la Gestapo le 31 mars 1941.

Les Guetteurs :
Dans tout les pays occupés, des gens ordinaires étaient à l’affût. Des chefs de réseaux utilisaient des guetteurs qui rassemblaient des renseignements sur les lieux où étaient tombés des avions, sur les cachettes naturelles et sur les concentrations de patrouilles allemandes.
Ils bravaient le couvre-feu pour parcourir la campagne sur le passage des bombardiers en route vers l’Allemagne ou de retour de mission. De nombreux fuyard entrait en contact avec la résistance.
Bien des précautions et des préparatifs devaient être pris avant que les fugitifs ne puissent rejoindre leur pays.
Ils devaient être cachés pendant des semaines parfois dans des granges ou des appartements. Dès fois des médecins devaient les soigner.
Les aviateurs devaient aussi convaincre les résistants qu’ils n’étaient pas des agents Allemands. Des plaques d’identification et un interrogatoire serré suffisaient habituellement, mais il arrivait parfois que des cas limite se présente. Notamment des pilotes tchèques ou polonais eurent quelques ennuis.
Il fallait ensuite préparer les fugitifs à jouer leur rôle et prendre l’apparence d’un homme d’affaire, d’un représentant de commerce belge, français ou hollandais, leur faire de faux papiers.
Le plus difficile était d’apprendre aux aviateurs anglais et américains à réagir de façon adéquate en cas de contrôle. Heureusement, rares étaient les allemands capable de parler des langues étrangères et donc des réponses très brèves suffisaient.

D’énorme risques :
Avant le départ, les responsables des réseaux expliquaient aux fugitifs que la discipline serait extrêmement stricte. Le fuyard devait en toutes circonstances obéir à son guide, qui courait les plus grands risques. Les affiches placardés par l’occupant indiquaient clairement que quiconque aidait les fugitifs serait exécuté ou déporté.
Le plus souvent, le guide ne se tenait pas à côté de son protégé, mais sur l’autre trottoir, dans un compartiment voisin ou à l’autre extrémité du bus. S’il y avait un problème, le guide abandonnait le fuyard à son sort.
Des dizaines de fugitifs furent abattus le long de la frontière espagnole et de nombreux autres furent capturés. Les plus malchanceux étaient envoyés dans des camps de prisonniers, d’autre passaient 6 mois très durs dans un camp espagnol, ils étaient ensuite remis aux autorités britanniques. Si les fuyards parvenaient à gagner l’ambassade de Grande Bretagne à Madrid (au lieu de Gibraltar) ils pouvaient alors être ouvertement rapatriés.
Lorsque l’on demande à l’un de ces hommes ce que fut sa traversée de l’Europe, il répond habituellement qu’elle fur aisée et nullement héroïque.
Après la tension des missions de bombardement, ils ressentaient plutôt un soulagement. S’ils étaient capturés, les aviateurs pouvaient demandé à bénéficier des termes de la convention de Genève. Ils étaient alors considérés comme des prisonniers de guerre. Par contre ceux qui les avaient aidés étaient considérés comme des « terroristes » et déportés après avoir subi les interrogatoires de la Gestapo. 500 périrent dans des camps de concentration, d’autre moururent des suites des mauvais traitements peu après avoir quitté Bergen-Belsen, Auschwitz, Ravensbruck ou Buchenwald…

http://home.clara.net/clinchy/fneeb2.htm

J'espère que le sujet vous a interressé...

L'Amiral :D


 

Voir le Blog de L'Amiral : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de Petit_Pas  Nouveau message 05 Juil 2005, 13:18

Salut,
très bel exposé, concis et clair, et qui interpelle sur un sujet souvent méconnu des activités de résistance.
Merci


 

Voir le Blog de Petit_Pas : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de L'Amiral  Nouveau message 05 Juil 2005, 13:34

Merci beaucoup...
Il y en aura d'autre!!
L'Amiral


 

Voir le Blog de L'Amiral : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de Prosper Vandenbroucke  Nouveau message 05 Juil 2005, 17:55

Bonjour Amiral,
Très intéressant votre contribution.
Je tiens néanmoins à signaler que le Réseau Comète et le Réseau de Pat O'Leary sont traités également (parmi d'autres sujets) sur mon site Freebelgians:
https://www.freebelgians.be/news/news.php
Avis aux amateurs
Bien amicalement
Prosper
P.S. J'espère que cette petite pub intempestive me sera pardonnée par le Webmaster et ses redoutables :roll: modérateurs :wink:
L'Union fait la force -- Eendracht maakt macht

Image
http://www.freebelgians.be

Administrateur Principal
Administrateur Principal

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 66141
Inscription: 02 Fév 2003, 21:09
Localisation: Braine le Comte - Belgique
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Prosper Vandenbroucke : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de RoyalTiger  Nouveau message 19 Juil 2005, 17:56

Petite précision "uniformologique" : les pilotes (de toutes nationalités)ayant réussi à regagner l'angleterre après avoir été abattus rentrait dans le très peu officiel "Flying Boot Club" et portaient au revers un insigne représentant une botte ailée.


 

Voir le Blog de RoyalTiger : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 6  Nouveau message de Malarkey  Nouveau message 19 Juil 2005, 20:07

Bel exposé, merci :D

Les réseaux d'évasions, peu organisés dans les débuts, font partis d'une des premières armes de la Résistance, avec la presse. Ce sont des actions spontanées, les premiers Résistants aidaient d'abord les prisonniers alliés, puis les aviateurs, les juifs, etc.

Leurs actes sont plus qu'héroïques et ont permi à des milliers d'hommes et de femmes de pouvoir voir et vivre la fin de cette guerre.

D'ailleurs, ces réseaux d'évasions, s'étalant parfois du Nord de la France à l'Espagne, étaient très bien organisés après 1941. Une partie de la population logeait les aviateurs pendant que d'autres leur fournissaient des faux papiers, des tickets de rationnement et des vêtements.

L'évasion fait partie d'une des mission indissociable de la Résistance, qu'elle soit française, belge, suisse ou encore hollandaise, ...


 

Voir le Blog de Malarkey : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 7  Nouveau message de Kelilean  Nouveau message 19 Juil 2005, 20:34

Merci pour cet article intéressant et traitant d'un sujet relativement méconnu... à noter que les Espagnols sous Franco internaient les prisonniers dans des camps sinistres, bien proches des camps de concentration -sans l'aspect travail jusqu'à la mort et consorts évidemment- dont le plus important il me semble était celui de Miranda.

Amicalement :wink:


 

Voir le Blog de Kelilean : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 8  Nouveau message de Mr Miagui  Nouveau message 20 Juil 2005, 05:51

RoyalTiger a écrit:Petite précision "uniformologique" : les pilotes (de toutes nationalités)ayant réussi à regagner l'angleterre après avoir été abattus rentrait dans le très peu officiel "Flying Boot Club" et portaient au revers un insigne représentant une botte ailée.


J'adore ces anecdoctes :P

J'ai trouvé l'insigne, ainsi qu'un site très intérescent sur les insignes Belge

Image

source: http://www.belgianbadges4046.be/RAF1.htm


 

Voir le Blog de Mr Miagui : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 9  Nouveau message de L'Amiral  Nouveau message 20 Juil 2005, 11:57

Un grand merci les amis.... Il y en aura d'autre!!!!
Prochainement!
L'Amiral :wink:


 

Voir le Blog de L'Amiral : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 10  Nouveau message de RoyalTiger  Nouveau message 29 Juil 2005, 00:40

RoyalTiger a écrit:Petite précision "uniformologique" : les pilotes (de toutes nationalités)ayant réussi à regagner l'angleterre après avoir été abattus rentrait dans le très peu officiel "Flying Boot Club" et portaient au revers un insigne représentant une botte ailée.


Dans le même ordre d'idée (même si ça n'a plus rien à voir avec le sujet initial):
Les aviateurs récupérés "à la baille" par le air-sea rescue devenaient membre du non moins unofficiel "Gold Fish Club", dont voici l'insigne:
http://angelfire.com/md2/patches/images9/agoldfish.jpg


 

Voir le Blog de RoyalTiger : cliquez ici



Retourner vers LA RESISTANCE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  QUIZZ AVIATION - SUITE 15 
il y a 1 minute
par: Gaston 
    dans:  MARKET GARDEN, PLAN ET EXECUTION CE QU'IL AURAIT FALLU FAIRE POUR GAGNER... 
il y a 35 minutes
par: gibraltar114 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 18 
Aujourd’hui, 16:13
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Marceline Loridan-Ivens Titre de son film 
Aujourd’hui, 16:12
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  forum 
Aujourd’hui, 15:48
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Croisement de parcours... 
Aujourd’hui, 15:12
par: Belchasse 
    dans:  266 Infanterie Division 
Aujourd’hui, 14:48
par: JARDIN DAVID 
    dans:  [DU 1er SEPTEMBRE 2018 au 31 OCTOBRE 2018]: Feu sur les véhicules d'écolage ( Allié ou Axe) 
Aujourd’hui, 14:33
par: NIALA 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 14 
Aujourd’hui, 12:19
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Troupes coloniales avant 1939. 
Aujourd’hui, 11:34
par: Belchasse 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 21 invités


Scroll