Connexion  •  M’enregistrer

QUI ETAIT JEAN MOULIN

Répondant à l'appel du Général de Gaulle, des milliers de combattants français se lèvent en Europe et en Afrique. Retrouvez ici la 1ère DFL, la 2ème DB, les FAFL, FNFL... Mais aussi celles et ceux qui ont résisté à l'occupant en entrant dans la clandestinité pour rejoindre le maquis ou les groupes de résistants.
MODÉRATEUR : gherla

QUI ETAIT JEAN MOULIN

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de fbonnus  Nouveau message 21 Mai 2023, 11:13

Le jour et la nuit. L’insouciance et le danger. La légèreté et le poids, lourd, des consciences. Jean Moulin a eu deux vies. Une avant la guerre, faite d’ambition professionnelle et de clinquant. Une autre, courte, l’espace de deux ans et demi, pendant la Résistance.

C’est cet homme-là, et ses faces multiples, que Midi Libre vous fait découvrir ou redécouvrir. Béziers, sa ville natale, célèbre Jean Moulin ces jours-ci (lire ci-dessous). Le 8 juillet 2023 prochain, Jean Moulin sera mort il y a 80 ans. Ce 27 mai marque les 80 ans, là encore, de la création du Conseil national de la Résistance, que Moulin aura eu à peine le temps de mettre en place avant d’être arrêté, torturé et de mourir des suites des coups de Klaus Barbie et de ses sbires.

La culture politique de son père

Flash-back… Jean Moulin naît le 20 juin 1899 à Béziers. Il s’en est fallu de peu que ce soit dans les Alpilles, le berceau de la famille. Antonin Moulin, professeur de lettres et d’histoire-géographie, vient d’être muté à Béziers. Il deviendra élu municipal aux côtés du maire Alphonse Mas, conseiller général radical, dreyfusard. Son fils a hérité de sa culture politique, comme il avait lui même hérité d’une longue tradition familiale républicaine.

Image
Sur le voilier de ses amis, le couple Chatin, à Saint-Tropez, en 1935./Collection Escoffier

Mais face à la rigueur paternelle, Jean s’est aussi démarqué. Il s’illustre dans le dessin sous le pseudonyme de Romanin (le nom d’un château dans les Alpilles), passion qui ne le quittera pas.

Il a surtout vite aimé le goût du luxe : la vie parisienne, Montmartre brillant encore de son apogée artistique des Années folles, mais aussi le ski, la mer, les voitures, les beaux habits.

Il fréquente le milieu bourgeois des villes où il est sous-préfet. Il s’y fait des amis, qui l’accueillent dans un chalet à Megève ou à bord d’un voilier sur la côte. Tantôt à Saint-Tropez, tantôt à Kitzbühel. Ce sportif accompli pratique le bobsleigh, le tennis, le ski nautique, le crawl, le vélo. Il prend des cours de fox-trot.

Le site internet jeanmoulin.fr, créé par la famille, est à ce titre bouleversant : après avoir cliqué sur index et photos, on voit défiler la vie, légère, du jeune adulte Jean Moulin. On y voit son sourire, éclatant. Lequel disparaît dans les plus rares photos qu’on a de lui après 1940. La période, évidemment, ne s’y prête plus. Et de l’agression subie en juin 1940, à Chartres, il conservera "de sérieux problèmes dentaires nécessitant des soins réguliers", précise l’historien Thomas Rabino.

Prédispositions à flamber

Déjà en fac de droit, à Montpellier, il avait montré des prédispositions à flamber : "Les sorties dans les bars qui entourent la place de la Comédie et l’obsession de Jean pour les costumes élégants empêchent de régler quelques ardoises et le logement", écrit l’historien Thomas Rabino. C’est "un dandy à crédit" qui continuera ensuite à demander de l’argent à ses parents. Le fils avait les poches trouées. Le père, pourtant pas très fortuné, faisait plaisir autour de lui : "Il était réputé pour distribuer l’argent de la famille aux pauvres qui venaient le solliciter, au grand dam de son épouse", souligne Gilbert Benoit, l’époux de Cécile Benoit-Escoffier, petite-nièce de Jean Moulin.

Côté voiture, il parade en Amilcar rouge. Et même si "ce n’était pas l’équivalent d’une Porsche", nuance Gilbert Benoit, "le bolide" n’a rien d’"un véhicule sous-préfectoral", précise l’historienne Bénédicte Vergez-Chaignon. Un gendarme qui l’avait arrêté en le traitant de "zigoto" et de "petit crâneur" s’en était mordu les doigts en comprenant un peu tard à qui il avait affaire.

"Sex-appeal" de Megève

Image
En compagnie de son épouse (à gauche), Marguerite Cerutty, dont il divorcera très vite./Collection Escoffier

Côté vie privée, Jean Moulin se marie avec Marguerite Cerutti en septembre 1926 pour divorcer moins de deux ans plus tard. Sa belle-mère, issue d’une famille royaliste, voit le jeune homme de gauche comme "un politicard sans avenir, un petit sous-préfet de quatre sous". En 1930, il écrit à son copain biterrois Marcel Bernard : "Megève sent terriblement le sex-appeal !".

"Ses relations demeurent nimbées de secret", insiste Thomas Rabino. On lui connaît "une amitié amoureuse" avec l’artiste et résistante Antoinette Sachs, indique Bénédicte Vergez-Chaignon, et une liaison avec la comtesse Gilberte Riedlinger, qui rompt en février 1943. Moulin sera arrêté quelques semaines plus tard. C’est son "dernier chagrin d’amour". En a-t-il été suffisamment affecté pour manquer de vigilance et de précautions ? L’hypothèse a été avancée.

Jean Moulin homosexuel ?

Une autre a aussi vu le jour : Jean Moulin aurait été homosexuel. Bénédicte Vergez-Chaignon y voit « un désir de décrédibilisation » de Moulin, dès l’après-guerre, comme l’avaient été les accusations d’agent du KGB. Ces dernières années, Moulin a pu au contraire servir « de porte-drapeau de la cause » homosexuelle, regrette Gilbert Benoit. Pour mettre en lumière, notamment, combien l’homosexualité devait être tue à cette époque.

Le dramaturge audois Jean-Marie Besset évoque cette homosexualité supposée dans la pièce "Jean Moulin, Evangile".

A-t-il eu une relation avec le poète surréaliste Max Jacob rencontré en Bretagne (il prendra son prénom comme premier pseudonyme) ? Gilbert Benoit veut y voir "un délit de proximité", avec Jacob comme avec le secrétaire de Moulin pendant la guerre, Daniel Cordier, qui révéla son homosexualité à la fin de sa vie. Mais qui qualifiait d’"hypothèse absurde" celle de Moulin. Antoinette Sachs, à qui l’on prêtait aussi des mœurs homosexuelles, répondait ainsi à un journaliste américain en 1965 à propos de Moulin : "Nous avons souvent partagé une maison, parce qu’il le fallait. Pour la façade. Mais nous n’avons jamais partagé une chambre".

Des doubles vies, c'est sûr, Jean Moulin en aura eues. Le député Gabriel Delattre dira de lui : "Max, le premier chef de la Résistance, était autrefois Moulin, chef de cabinet de Pierre Cot. Un gentil garçon, menu, souriant, un peu léger, pirouettant… L’Occupation en fit un héros."


L'ambition d'une ascension préfectorale

C’est grâce à son père qu’il devient, après le bac, attaché du cabinet du préfet de l’Hérault, tout en poursuivant des études de droit. Tout au long de sa carrière, les réseaux politiques et francs-maçons de son père lui seront d’une grande aide. Il n’aura de cesse que de gravir les échelons, avec pour objectif les sous-préfectures de première catégorie ou le secrétariat général de préfecture, marchepied pour devenir préfet.

Il est nommé sous-préfet d’Albertville, à 26 ans, en 1925… Le plus jeune de France à l’époque. Quand il quitte la Savoie, le président de l’association catholique de la jeunesse française le trouve "sectaire, arriviste et coureur".

En 1930, il tente de devenir secrétaire général de la préfecture du Gard. Mais fait un flop. Il est nommé sous-préfet de Châteaulin, en Bretagne. Il s’investit dans la campagne législative aux côtés du Cartel des gauches avant d’être rappelé à l’ordre.

À partir de 1932, grâce à son ami Pierre Cot, rencontré en Savoie, il enchaîne plusieurs postes au sein de cabinets ministériels, au gré des gouvernements qui sautent au cœur d’une IIIe République chahutée. Cot, ministre de l’Air, en fait son bras droit. Les deux hommes livreront clandestinement avions et pilotes aux Républicains espagnols dans leur lutte face à Franco. Et ils seront accusés ensuite d’avoir été les fossoyeurs de l’aviation française à l’approche de la Seconde guerre mondiale.

On le surnommera "Moulin rouge". Si le républicain qu’il était pouvait se revendiquer du "Midi rouge" languedocien, il était loin de partager les vues de l’extrême gauche et jugeait même la SFIO "trop sectaire". Mais la montée de l’extrême droite le persuade que la gauche doit s’unir. Le Front populaire, bientôt, naîtra.

Il devient préfet, là encore le plus jeune de France, en 1937, à Rodez. Il a 37 ans. Le président du conseil général aurait ironisé : "La prochaine fois, ils nous enverront un enfant de chœur !". Il ne reste préfet qu’un mois, avant de rejoindre un cabinet ministériel. Puis de revenir à Rodez un an plus tard, "en dépit d’espérances plus flatteuses", précise l’historien Jean-Pierre Azéma.

Son père meurt à 80 ans en 1938. Il a eu le temps de voir l’ascension de son fils. Retiré de la politique biterroise depuis 1932, il vivait avec sa femme à Montpellier. En janvier 1939, Jean Moulin est nommé préfet d’Eure-et-Loir. Après la déclaration de guerre, il demande, en vain, à être dégagé de ses fonctions de préfet. "Ma place n’est point à l’arrière", écrit-il.
« Alors mon petit Robert, écoutez bien le conseil d'un père !
Nous devons bâtir notre vie de façon à éviter les obstacles en toutes circonstances.
Et dites-vous bien dans la vie, ne pas reconnaître son talent, c'est favoriser la réussite des médiocres. ». Michel Audiard
_________________________________________________
Fred - Webmaster du forum

Administrateur
Administrateur

Avatar de l’utilisateur
 
Inscription: 18 Avr 2010, 17:07
Localisation: En Biterre
Région: Languedoc
Pays: France

Re: QUI ETAIT JEAN MOULIN

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de Balian Taillefer  Nouveau message 21 Mai 2023, 11:28

Bonjour à tous,
merci pour votre contribution fbonnus, on ne rappelle jamais assez le sacrifice d'hommes comme celui-ci.
Le sujet me touche, car j'ai visité, il y a peu, Lyon et les lieux de mémoire concernant la Résistance, La maison de Caluire, l'école de santé, Montluc.
Et j'ai vu l'endroit exact oû a été tirée la fameuse photo iconique de Jean Moulin, juste en bas du chateau d'eau, au jardin du peyrou à Montpellier, dire que j'y passais, presque tous les jours, en allant à la fac de droit, il y à 30 ans sans m'en être apperçu !!
J'espère que nos jeunes savent encore qui est cet homme ??

Private
Private

 
Inscription: 15 Aoû 2020, 00:42
Région: Occitanie
Pays: France

Re: QUI ETAIT JEAN MOULIN

Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de dominord  Nouveau message 26 Mai 2023, 16:14

Rappelons que demain sera le 80e anniversaire de la première réunion du Conseil National de la Résistance :

"La première réunion du Conseil national de la Résistance (CNR) se déroule le 27 mai 1943, réunissant dans un même lieu Jean Moulin, représentant le général de Gaulle, les représentants des huit principaux mouvements de résistance ainsi que ceux des principaux partis politiques et syndicats existant avant la guerre. Ensemble, ils décident de coordonner l'action de la Résistance et de préparer, dans la perspective de la libération du territoire national, la refondation de la République."
Source Défense.Gouv.fr
Domi :sweet:
"Goddam it, you'll never get the Purple Heart hiding in a foxhole! Follow me!

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Inscription: 10 Aoû 2011, 20:56
Région: languedoc Roussillon
Pays: France


Connexion  •  M’enregistrer

Retourner vers LA RESISTANCE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Quiz suite - 8 
il y a 25 minutes
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  80ème Anniversaire, Le premier V1 tombe sur le Kent 
il y a 27 minutes
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Etrange tank allemand factice 
il y a 28 minutes
par: Aldebert 
    dans:  Les Feux de la rampe 2.0 : « 80 e anniversaire du débarquement. Le glossaire illustré du 6 juin 1944 
il y a 40 minutes
par: NIALA 
    dans:  Les Feux de la rampe 2.0 : Épaves de guerre (1936-1945) 
Aujourd’hui, 10:04
par: pierma 
    dans:  La figure du traitre dans la Résistance 
Hier, 22:04
par: JARDIN DAVID 
    dans:  à quoi ressemble un Maquis? 
Hier, 22:01
par: JARDIN DAVID 
    dans:  Identifier l’emplacement du mitrailleur Heinrich Severloh 
Hier, 20:44
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  84ème anniversaire fusillés du 110ème RI à Houlle 
Hier, 17:56
par: Pierre114 
    dans:  L'armée polonaise 1939-1945 
Hier, 14:47
par: iffig 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aldebert, Loïc Charpentier et 53 invités


Scroll