Connexion  •  M’enregistrer

LE MASSACRE DU PONT LASVEYRAS, 16 février 1944

Répondant à l'appel du Général de Gaulle, des milliers de combattants français se lèvent en Europe et en Afrique. Retrouvez ici la 1ère DFL, la 2ème DB, les FAFL, FNFL... Mais aussi celles et ceux qui ont résisté à l'occupant en entrant dans la clandestinité pour rejoindre le maquis ou les groupes de résistants.
MODÉRATEUR : gherla

LE MASSACRE DU PONT LASVEYRAS, 16 février 1944

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de betacam  Nouveau message 22 Mai 2015, 14:33

Le 16 février 1944, au petit matin, un détachement allemand, venant de Limoges, fait route vers un refuge où se trouvent cantonnés de jeunes réfractaires au S.T.O.: le moulin du pont Lasveyras, situé sur les bords de l’Auvezère – en limite de trois départements Haute-Vienne (87), Corrèze (19) et Dordogne (24). Les Allemands encerclent le moulin et passent à l’attaque, surprenant quarante-neuf maquisards, âgés de dix-neuf à vingt-cinq ans. Trente-quatre hommes sont exécutés sur place, douze sont déportés dans les camps en Allemagne – cinq n’en reviendront pas. Deux hommes s’échappent en se jetant dans la rivière glacée. Un homme survivra à la balle tirée dans la nuque. Ce massacre est évoqué dans le film de Winfried Lachauer réalisé par la SWR en juillet 2004 « Apprentissage chez l’ennemi » et dans le film « Massacre du Pont Lasveyras » réalisé en janvier 2011 par l’Amicale des Familles et Amis des Victimes du nazisme en Limousin et Périgord (AFAV). Ce sujet dramatique, qui est également la matière de plusieurs récits romancés et de « on dit », n’est pas complètement élucidé. Les archives militaires allemandes à Fribourg et à Berlin, en particulier, n’ont pas été exploitées.
L’AFAV cherche, avec le concours de l’Association LImousine FRanco-ALlemande (ALIFRAL) un(e) universitaire allemand(e) intéressé(e) par l’étude rigoureuse de ce point d’histoire.

http://www.historikerkomitee.de/?tag=se ... e-mondiale

http://francstireurspartisans.over-blog ... 82858.html

vétéran
vétéran

 
Messages: 2669
Inscription: 09 Mar 2006, 17:44
Localisation: Rueil-malmaison 92500
Région: Ile de France
Pays: France

Voir le Blog de betacam : cliquez ici


Re: LE MASSACRE DU PONT LASVEYRAS, 16 février 1944

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de Prosper Vandenbroucke  Nouveau message 22 Mai 2015, 15:09

L'Union fait la force -- Eendracht maakt macht

Image
http://www.freebelgians.be

Administrateur Principal
Administrateur Principal

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 66070
Inscription: 02 Fév 2003, 21:09
Localisation: Braine le Comte - Belgique
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Prosper Vandenbroucke : cliquez ici


Re: LE MASSACRE DU PONT LASVEYRAS, 16 février 1944

Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de fbonnus  Nouveau message 22 Mai 2015, 15:32

Merci pour la vidéo !!!

Amitiés
« Alors mon petit Robert, écoutez bien le conseil d'un père !
Nous devons bâtir notre vie de façon à éviter les obstacles en toutes circonstances.
Et dites-vous bien dans la vie, ne pas reconnaître son talent, c'est favoriser la réussite des médiocres. »
_________________________________________________
Michel Audiard

Administrateur
Administrateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 12291
Inscription: 18 Avr 2010, 17:07
Localisation: En Biterre
Région: Languedoc
Pays: France

Voir le Blog de fbonnus : cliquez ici


Re: LE MASSACRE DU PONT LASVEYRAS, 16 février 1944

Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de pili  Nouveau message 22 Mai 2015, 17:10

Excusez mon ignorance; mais personne ne faisait le guet ? :shock:
"Voilà; le Débarquement a commencé". Charles de Gaulle à Philippe. 5/6/1944

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 699
Inscription: 23 Nov 2013, 16:34
Localisation: Brest
Région: Bretagne
Pays: France

Voir le Blog de pili : cliquez ici


Re: LE MASSACRE DU PONT LASVEYRAS, 16 février 1944

Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de Bruno Roy-Henry  Nouveau message 22 Mai 2015, 17:31

Les jeunes maquisards étaient le plus souvent totalement inexpérimentés, s'ils n'étaient pas solidement encadrés par des vétérans ou d'anciens militaires. Dans ce cas précis, je ne connais pas le nombre des vétérans. Il y en avait certainement deux ou trois, mais cela a été sans doute insuffisant pour imposer les mesures minimum de surveillance...


 

Voir le Blog de Bruno Roy-Henry : cliquez ici


Re: LE MASSACRE DU PONT LASVEYRAS, 16 février 1944

Nouveau message Post Numéro: 6  Nouveau message de norodom  Nouveau message 23 Mai 2015, 17:19

Bonjour,

Je ne connaissais pas le récit de la fin tragique de ce groupe de jeunes réfractaires au STO.
Mais était-ils vraiment tous réfractaires au STO au point d'affirmer que c’est le plus grand massacre de réfractaires au STO ?
Je cite comme exemple la tragédie de Meilhan dans le Gers où soixante-seize résistants furent massacrés par les Allemands au matin du 7 juillet 1944. Là aussi des réfractaires au STO étaient présents.

Quoi qu'il en soit, ce qu'il faut retenir, c'est l'absence de prévoyance du risque encouru par ces jeunes installés dans un moulin près d'un pont sur une rivière. Endroit facilement repérable et effectivement repéré par les Allemands.
L'initiative des responsables qui ont choisi ce lieu, relève d'une imprudence impardonnable.

Quant à l'explication de ce massacre...
Que pouvaient faire ces jeunes dont on peut lire qu'ils n’étaient pas des maquisards puis qu’ils ne possédaient que quatre fusils datant de la Première Guerre Mondiale de 14-18, une Sten et quelques vieux revolvers, face à des soldats allemands expérimentés et armés de mitrailleuses de mortiers et de grenades ?

Je ne crois absolument pas que "l'Amicale des Familles et Amis des Victimes du nazisme en Limousin et Périgord" (AFAV) puisse espérer quelque explication sur cette tragédie par une exploitation chimérique des archives militaires allemandes à Fribourg et à Berlin, lesquelles n'auraient pas été exploitées...

Comme explication il n'y en a qu'une seule...
D'un côté un occupant soucieux de sa sécurité qu'il veut préserver sans réserve en employant les moyens les plus expéditifs...
De l'autre des jeunes résistants inconscients des risques encourus et qui ne disposent ni de l'armement ni de l'expérience nécessaires pour faire face à cet ennemi barbare et implacable.!

pili a écrit:Excusez mon ignorance; mais personne ne faisait le guet ?

Mon cher "Pili" breton, je serais curieux de connaître comment vous auriez fait le guet... où ?.. quand et comment ?
Croyez-vous que l'intrus va se présenter sous vos yeux, précisément où vous l'attendez ?

Je vous décris ce que j'en pense...
Le jour, il faut être attentif aux bruits de véhicules, au vol d'avions, aux aboiements des chiens (il y avait à cette époque là quantité de fermes où il y avait des chiens)
La nuit ?... c'est pire !... Vous ne pouvez imaginer les bruits dans les fonds des bois, allant du déplacement d'un chevreuil ou d'une biche et surtout le bruit d'un oiseau nocturne se posant sur un buisson.
Si vous ne savez le distinguer, le moindre bruissement vous fait craindre une présence humaine !

Si vous avez des yeux de chat au point de distinguer l'intrus à plusieurs mètres, vous avez le recours de vous faufiler vers l'arrière le plus silencieusement possible pour prévenir les copains. Et comme vous n'avez pas des yeux de chat et que celui d'en face qui ne vous veut pas du bien est bien là devant vous, il ne vous reste que le recours de donner l'alarme en vidant le contenu du chargeur de votre "Sten", si vous en avez le temps, car vous êtes mort dans les quelques secondes qui suivent !

Bruno Roy-Henry a écrit:Les jeunes maquisards étaient le plus souvent totalement inexpérimentés, s'ils n'étaient pas solidement encadrés par des vétérans ou d'anciens militaires. Dans ce cas précis, je ne connais pas le nombre des vétérans. Il y en avait certainement deux ou trois, mais cela a été sans doute insuffisant pour imposer les mesures minimum de surveillance...

Vous vous référez à ce cas précis...
Quelle qu'aurait pu être la composition de ce groupe ou l'expérience guerrière de ses hommes, sa fin tragique eut été la même.
Expérience des hommes ou pas, il n'y a aucune possibilité de compenser le manque de moyens.
J'ai cité plus haut l'exemple de Meilhan où il y avait quelques "durs". Ils connurent tous le même sort tragique !

Dans ces situations là, lorsqu'un affrontement par combat est possible, c'est du chacun pour soi !
Contrairement à ce que l'on nous montre dans des documentaires, l'agglutinement en groupe derrière une protection par le terrain, est un piège mortel car c'est un obus de mortier ou le jet de une ou plusieurs grenades assurés !
Lorsque l'on est attaqué, la guérilla en terrain boisé, c'est un combat de mouvement, en ordre dispersé... un peu au petit bonheur la chance !
Mais ... sans le moindre espoir de salut si le nombre n'y est pas et si on ne combat pas au minimum à armes égales.

Roger


 

Voir le Blog de norodom : cliquez ici



Retourner vers LA RESISTANCE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  QUIZZ AVIATION - SUITE 15 
il y a 33 minutes
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 18 
il y a 47 minutes
par: kfranc01 
    dans:  A LA RECHERCHE D’UN NOM 
Aujourd’hui, 22:36
par: marie-blanche 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 14 
Aujourd’hui, 22:35
par: kfranc01 
    dans:  Quoi de neuf dans les kiosques ? 
Aujourd’hui, 22:27
par: kfranc01 
    dans:  antenne du consulat américain à Lyon 1942-1944 
Aujourd’hui, 22:24
par: pigeon38 
    dans:  12ème régiment de chasseurs à cheval en 1945-1946 
Aujourd’hui, 22:19
par: pigeon38 
    dans:  un lien sur la LVF.... 
Aujourd’hui, 22:09
par: pigeon38 
    dans:  Caisse allemande 
Aujourd’hui, 21:28
par: Didier 
    dans:  Un maquis allemand dans les Cevennes 
Aujourd’hui, 20:32
par: Prosper Vandenbroucke 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: alfa1965 et 20 invités


Scroll