Connexion  •  M’enregistrer

Norodom _ Récit de mon parcours...

Répondant à l'appel du Général de Gaulle, des milliers de combattants français se lèvent en Europe et en Afrique. Retrouvez ici la 1ère DFL, la 2ème DB, les FAFL, FNFL... Mais aussi celles et ceux qui ont résisté à l'occupant en entrant dans la clandestinité pour rejoindre le maquis ou les groupes de résistants.
MODÉRATEUR : gherla

Re: Norodom _ Récit de mon parcours...

Nouveau message Post Numéro: 61  Nouveau message de alberto  Nouveau message 22 Aoû 2014, 08:34

Bonjour Norodom,

Je suis très admiratif de la sincérité ( et aussi de la modestie) avec laquelle tu évoques tes aventures de jeunesse au milieu de ce grand désordre (matériel et intellectuel) qui régnait à cette époque de fin de guerre et gardant cependant toujours le bon cap.

Bien à toi.
"Mépriser l'art de la guerre c'est faire le premier pas vers la ruine." (Machiavel)

vétéran
vétéran

 
Messages: 1099
Inscription: 28 Mar 2011, 12:35
Région: Région toulousaine
Pays: France

Voir le Blog de alberto : cliquez ici


Re: Norodom _ Récit de mon parcours...

Nouveau message Post Numéro: 62  Nouveau message de Bruno Roy-Henry  Nouveau message 22 Aoû 2014, 16:24

Ces récits sont vraiment passionnants. Merci, Norodom !


 

Voir le Blog de Bruno Roy-Henry : cliquez ici


Re: Norodom _ Récit de mon parcours...

Nouveau message Post Numéro: 63  Nouveau message de norodom  Nouveau message 22 Aoû 2014, 22:53

Bonsoir,

Il y a 70 ans, le 22 août 1944...
C'est le jour tant attendu de mon retour à Toulouse !...

Le matin à Bram, m'a permis de faire plus ample connaissance avec les maquisards qui m'ont accompagné depuis Limoux. Tôt le matin, je suis invité à me tenir prêt car je devais être récupéré en début d'après-midi par un automobiliste, pour être conduit à la gare de Castelnaudary.
Ma préparation fut brève car j'étais un voyageur sans bagages.

Entre 15 et 16 heures je prends place à l'arrière d'une 11cv légère arborant à l'avant un fanion avec la croix de Lorraine. Et nous voilà partis sur la voie de la "Liberté", muni d'un brassard FFI qui me garantissait la gratuité des transports (le train jusqu'à Toulouse, puis le tramway)...

Nous avions parcouru une dizaine de kilomètres, lorsque après un virage nous apparaît sur le bord de la route un groupe d'Allemands à l'arrêt.
Il étaient tout au plus une vingtaine avec deux camions et quelques motos, mais peu, la plupart des hommes assis au bord du fossé.
Je les ai aperçus seulement, car lorsque nous sommes passés devant eux, mon conducteur et moi, fanion au vent sans qu'ils ne bronchent, blotti à l'arrière de la citroën, transi par la peur, je n'ai pas pris le temps d'un examen. Les seuls détails qui me restent, c'est qu'ils n'étaient pas casqués. Seulement en calot et peut être quelques uns tête nue.

Nous avions remarqué que les véhicules étaient stationnés dans le même sens que nous.
Mon conducteur, n'a pas paniqué... le premier chemin de terre qui s'est présenté entre les champs de maïs a eu notre visite. Nous sommes descendus dare-dare de la voiture et sommes allé nous planquer dans le maïs.
Nous étions à proximité d'une ferme et mon compagnon de route me dit qu'il entendait parler Italien.
Italien valant mieux qu'Allemand, nous y sommes allé. Ces braves gens nous ont indiqué que le chemin de terre sur lequel nous nous étions arrêté, aboutissait à un chemin vers Castelnaudary.
Constatant que les parages étaient calmes nous avons poursuivi notre route par cette voie détournée.

Je reviendrai demain sur cet épisode pour aborder, en relation, l'histoire d'une colonne allemande qui a semé la terreur dans le Lauragais, les 20-21 et 22 août 1944. Cela vaut le détour !

Le reste de la soirée se passe sans accrocs. Je prends le train à Castelnaudary et je débarque à la gare Matabiau dans mon Toulouse.
Et voilà que je n'étais pas à l'aise !... Il y avait seulement trois mois que j'avais quitté cette ville et en cette soirée de retour, tout me paraissait étranger... C'est vrai que je sortais d'une période troublée... J'aurais du être enthousiaste... Pas tout-à-fait !

Toutes mes excuses pour l'heure tardive... l'emploi du temps de ma journée a été chargé.

Bonne nuit !

Roger


 

Voir le Blog de norodom : cliquez ici


Re: Norodom _ Récit de mon parcours...

Nouveau message Post Numéro: 64  Nouveau message de norodom  Nouveau message 23 Aoû 2014, 14:05

Bonjour,

Retour sur cet évènement du 22 août 1944 qui m'a causé une grande peur.

D'après les renseignements que j'ai obtenus par la suite, par deux maquisards de Bram que j'ai retrouvés tout au début de septembre à la caserne Caffarelli à Toulouse, ce groupe a été recherché mais est passé au travers des mailles du filet et relocalisé entre Narbonne et Béziers
Il ne se serait pas dirigé vers Carcassonne, il aurait emprunté des voies secondaires au sud de la Montagne noire, pour redescendre vers Narbonne.

Ce groupe appartenait certainement à la "colonne allemande" qui a traversé le Lauragais et qui s'est livrée à des meurtres et des pillages à Maurens, Vaux et St-Félix-Lauragais en milieu de journée du 22 août 1944
Peut-être aussi étai-il lui-même cette "colonne" qui selon les récits a terrorisé le Lauragais !

Il faut consulter :

"La véritable histoire de la colonne allemande qui traversa notre Lauragais les 21 et 22 Août 1944"
http://www.lauragais-patrimoine.fr/HIST ... MANDE.html

La lecture du récit des plaignants, vaut le détour !

Ou bien pire encore :

"Lauragais. «On a failli avoir un autre Oradour»"
http://www.ladepeche.fr/article/2013/09 ... adour.html

Là il s'agit de la triste colonne de 3 000 Waffen SS qui sema la terreur dans tout le Lauragais, le 21 août 1944

Dieu soit loué... je l'ai échappée belle !

Qui étaient donc ces barbares qui composaient cette colonne ?
Sans aucun doute, ceux que l'on appelait les "Mongols" et que les Allemands, dans leur départ précipité, ont abandonné à la traîne... Plusieurs témoins en ont fait la remarque.
Ces gus là, livrés à eux même, se sont assuré des moyens de subsistance sous la menace !

On peut expliquer l'assassinat de ce jeune de 20 ans, Antonin Escaffre, qui a été abattu alors que gardant des vaches et ayant aperçu les Allemands sur la route, s'est enfui en courant. Les soldats ont certainement imaginé qu'il allait chercher des renforts ?

La conclusion de mes réflexions est que ces barbares n'étaient pas très nombreux et qu'une opération bien menée à temps par les résistants, eut permis d'en venir à bout ?... il suffisait de repérer leur lieu de stationnement pendant la nuit... Trois jours de liberté de maneuvre pour ces bandits, c'était trop !

La semaine prochaine j'écrirais quelques lignes sur mon engagement dans la "Division Légère de Toulouse" et notre départ début septembre 1944 vers le Centre-Est et l'Est de la France.

Cordialement,

Roger


 

Voir le Blog de norodom : cliquez ici


Précédente

Retourner vers LA RESISTANCE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 13 
il y a 6 minutes
par: Loïc Charpentier 
    dans:  Les 1154 U-Boot de la seconde guerre mondiale 
il y a 8 minutes
par: Dog Red 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 14 
il y a 15 minutes
par: kfranc01 
    dans:  Ginette Kolinka 
il y a 16 minutes
par: betacam 
    dans:  Un musée du fascisme pour lutter contre le culte du Duce 
il y a 18 minutes
par: Alcide NITRYK 
    dans:  Traduction Allemand/francais aussi.. 
il y a 49 minutes
par: tistou48 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
Aujourd’hui, 12:44
par: Dog Red 
    dans:  L'école de plongeurs de la Xa MAS de San Leopoldo 
Aujourd’hui, 09:32
par: alfa1965 
    dans:  La fin du Scirè, le sous-marin de la Xa MAS 
Aujourd’hui, 08:45
par: Tarpan 
    dans:  Malte: infiltrations d'agents italiens 
Hier, 22:55
par: alfa1965 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 9 invités


Scroll