Connexion  •  M’enregistrer

Journal du vercors

Répondant à l'appel du Général de Gaulle, des milliers de combattants français se lèvent en Europe et en Afrique. Retrouvez ici la 1ère DFL, la 2ème DB, les FAFL, FNFL... Mais aussi celles et ceux qui ont résisté à l'occupant en entrant dans la clandestinité pour rejoindre le maquis ou les groupes de résistants.
MODÉRATEUR : gherla

Journal du vercors

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de Mahfoud06  Nouveau message 22 Déc 2013, 13:43

Image



Trouvaille de brocante ce dimanche : Un livre sur un thème :" courant" mais il est d'une très grande importance pour moi , et pour cause , j'ai eu l'énorme chance de rencontrer monsieur Joseph La Picirella en 2009 lors de l'événement Résistances organisé par l'association Dissidence 44 .


Image

Image

http://www.histoireconstitution44.com/l ... 45587.html



Joseph La Picirella est né le 19 mai 1924 à Oullins (Rhône ), dans une famille d'émigrés italiens. Aîné de 3 enfants élevés dans le quartier Saint Georges du vieux Lyon, par une mère seule, il est a la rude école de la vie.
Dès l'age de 7 ans, de 1931 à 1934 et d'avril à fin septembre, il est placé comme berger à Prémilieu, un petit village de l'Ain, où il ne va à l'école que 2 heures par jour. Malgré ce handicap, il ne prend aucun retard.

En 1940 il a 16 ans, ne voulant pas assister à l'arrivée de " l'intrus ", il part juché sur un vieux vélo, avec quatre de ses camarades de classe, et se réfugie en Ardèche.

A Annonay, il remet les chargeurs d'un vieux fusil mitrailleur français 24/29 qu'il a récupéré prés d'Andance, entre les lignes françaises et allemandes, à un officier du 6eme régiment de Spahis Algériens, qu'il aide ensuite à aménager les positions sur le Champ de Mars. C'est son premier acte de patriotisme. Le lendemain matin, l'officier des Spahis, prévoyant l'imminence de l'attaque allemande lui conseille de partir.

Après l'armistice, il retourne à Lyon, mais sans travail, il rejoint les Compagnons de France, dont la mission est " de prendre sous sa tutelle les 10.000 déshérités de 14 à 18 ans ". Le 10 octobre 1942 désirant rejoindre l'AFN, il s'engage dans l'armée où il est affecté à la 270 ème batterie du groupement FTA 12 du 405 ème régiment de DCA cantonné au fort de Saint Genis Laval, près de Lyon. Six semaines plus tard, la zone libre est occupée par les allemands qui chassent de leurs casernes les soldats français.

Joseph La Picirella est renvoyé dans ses foyers, mais il demeure en liaison avec son capitaine Henry Fould qui lui confie diverses missions. Après l'arrestation de celui-ci c'est son frère Roger Fould lui même capitaine d'artillerie à Bourg en Bresse, qui craignant de son frère n'ait parlé sous la torture, envoie Joseph La Picirella au maquis du Vercors. Son frère Henry, malgré la colonne vertébrale brisée à coup de nerfs de boeuf par les sbires de Barbie, au septième interrogatoire ne parlera pas. Sur les 18 camarades recrutés, seul Lucien Dumont accepte de rejoindre le maquis du Vercors avec Joseph La Picirella.

Le lendemain, ils prennent le train jusqu'à Romans, où après avoir passé la nuit à l'hôtel Terminus, occupé par l'ennemi, ils partent à pied malgré la neige et la distance de 45 Km pour Saint Martin en Vercors où ils arrivent à la nuit exténués. De là ils sont dirigés par l'hôtelier Mr Breyton sur le PC du capitaine Geyer la Thivollet, chef militaire, qui les affecte au camp Bourgeois.

Le 5 mai un chef inconscient l'envoie avec trois de ses compagnons en mission à Romans, occupée par l'ennemi. Au cours des trois semaines que dura la mission, facilement identifiables par leur uniforme de maquisard, ils seront alertés à plusieurs reprises par des civils, des rafles de la milice. Le 23 juin 1944, Joseph La Picirella fait partie du commando qui va délivrer à Lyon 53 tirailleurs africains, prisonniers de guerre, qu'ils ramèneront au Vercors. Le 10 Juillet 1940, il participe à l'embuscade du col de de la Croix Haute, où il protège seul pendant plus de deux heures le repli de ses camarades, faisant comme le dit sa citation " l'admiration du commando américain ".



Prise
au Cimetière National de VassieuxLa Fresque de la Libertée au Musée de la Résistance de Vassieux

Les 22 et 23 juillet 1944, à Vassieux, les armes à la main, il assiste impuissant avec ses camarades de l'escadron Bourgeois, à l'agonie du village, où 86 de ses frères d'armes ( aujourd'hui oubliés par la municipalité ) resteront sur le terrain. Après la chute du Vercors et malgré le danger et le manque de nourriture, Joseph la Picirella fait partie de la poignée de patriotes, qui conformément à la mission confiée au maquis du Vercors, fixe l'ennemi jusqu'au 20 août 1944, soulageant ainsi le débarquement allié de Provence du 15 août.

Les combats du Vercors terminés, dont le bilan s'élève à près de 460 victimes ( 134 civils et 326 maquisards ), il prend part avec le 11eme cuirassier à la libération de Romans, où il se distingue, comme le mentionne la citation, en se portant " Volontaire pour détruire un blindé, l'a attaqué à la gammon tuant tous ses occupants, permettant ainsi la progression d'un groupe voisin". Il a participé ensuite à la libération de Lyon où le régiment est intégré à la glorieuse 1ère Division de la France Libre. Elle même rattachée à la prestigieuse 1ère Armée Française qui l'entraînera jusqu'en Allemagne.

De retour à la vie civile, en décembre 1945, il entre à EDF en janvier 1948. Autodidacte, il apprend la comptabilité, le droit commercial et la fiscalité à la Faculté Catholique de Lyon. Il a fait toute sa carrière à Lyon sous l'autorité de supérieurs, pour lesquels son passé patriotique n'est pas une référence. Il est passionné de recherches, et devient le collaborateur du Comité d'Histoire de la 2ème Guerre Mondiale, de son ancien frère d'armes du Maquis du Vercors, Fernand Rude sous préfet chargé des Affaires Culturelles pour la région Rhône Alpes.

C'est parce qu'il a vécu la tragédie du Vercors, qu'inlassablement depuis 1958, l'auteur interviewe et amasse des documents qu'il classe minutieusement. En 1961 il publie " Mon Journal du Vercors", puis en 1969" Témoignages sur le Vercors " un ouvrage unique, criant de vérité, qui le fait sans contexte le livre d'or de la Résistance du Vercors. Un ouvrage écrit pour sortir de l'anonymat les victimes obscures, et les humbles combattants tombés les armes à la main, ouvrage refusé par tous les éditeurs.



Mon journal du Vercors Témoignages du Vercors
Le Martyre de Vassieux

Il a voulu mettre en lumière leur sacrifice, afin d'apporter aux familles éprouvées une consolation, et apporter aussi sa contribution à l'Histoire.
Joseph La Picirella n'est pas un de ces historien bardés de diplômes qui fondent leur travail d'analyse, sur des rapports rédigés par des gens plus soucieux de leur carrière que de la Vérité, par des écrits souvent recueillis auprès de vaniteux, où pompé sur d'autres ouvrages de référence, il est un homme de terrain.

Depuis 1958 il se consacre à la recherche de la vérité historique. L'ancien maquisard du Vercors, n'hésite pas fin, février 1989 à se rendre en Allemagne malgré les recommandations de prudence de ses amis et les critiques dont il fait l'objet. En 1973 après 25 ans de services, sa carrière toujours bloqué, il quitte Lyon et le GDF en prenant un congé sans solde. Il vend sa propriété d'Ecully et achète à Vassieux une ancienne ferme qu'il transforme en " Musée de la Résistance du Vercors ". Une oeuvre qu'il réalise sans subvention, ni aide matérielle, malgré une municipalité hostile. Une oeuvre créée, non pas dans un esprit de haine ou de vengeance, car la vengeance engendre le mal, mais, pour mieux faire connaître par le texte et l'image, aux générations futures, le calvaire vécu par leurs aînés, pour qu'elles n'aient pas étant prévenues, un jour à le revivre. Un musée qu'il dédie à toutes les victimes obscures, civiles et militaires.

Le 10 juin 1973, son inauguration attire, outre les personnalités locales, plus de 5.000 curieux. Le musée dont l'entrée était libre recevait tous les ans, du 1er avril au 1er novembre, plus de 100.000 visiteurs. Toutes, y compris les nouvelles les autorités, Préfets, Sous Préfets, Gendarmes ) ont eu à coeur de venir visiter cet incomparable Temple du Souvenir, un des lieux d'ailleurs le plus visité du département.

Le 21 juillet 1989, François de Grossouvre, ancien maquisard de Chartreuse, représentant le Président de la République, vient en visite officielle à Vassieux. Il vient au musée et signe en son nom le Livre d'Or que lui présente Joseph La Picirella, son ami lyonnais et ancien compagnon de lutte dans la résistance.


François de Grossouvre, représentant de François Mitterrand en visite au musée carte postale du Musée de la Résistance de Vassieux

Après la publication en 1961 de " Mon journal du Vercors " ( 11 éditions en français et 2 en anglais ), celle de " Témoignage sur le Vercors ", qui en est à sa 16ème édition., ce qui est un record de vente pour un auteur auto-édité. Cette oeuvre est le fruit de la compulsion d'archives allemandes et françaises, d'enquêtes, d'interviews et de la recherche de nombreux témoins. Joseph la Picirella est également l'auteur pour les paroles et la musique de l'hymne au Maquis du Vercors, l'hymne des Patriotes, l'hymne de l'Épopée du Vercors en cassette audio ( 1978 ). dix tirages Français-Anglais et avec Pierre Jacquet pour les images d'une cassette vidéo, le Martyr de Vassieux ( 1h20 - 2 éditions ). La relation des faits porte la marque de ceux qui les ont vécus.

Source texte :

http://lapicirella.chez-alice.fr/biblio1.html

http://brunorey.hautetfort.com/tag/la+picirella
Ma passion est pareille à leur engagement à tous . Tant inexplicable qu'extraordinaire .

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1896
Inscription: 26 Déc 2006, 12:19
Localisation: Cannes
Région: PACA
Pays: France

Voir le Blog de Mahfoud06 : cliquez ici


Re: Journal du vercors

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de Prosper Vandenbroucke  Nouveau message 22 Déc 2013, 13:51

Bonjour Mahfoud,
Je possède le petit ouvrage de la plume de Joseph La Picirella. (On me la offert)
C'est effectivement bien détaillé.
Amicalement
Prosper ;)
L'Union fait la force -- Eendracht maakt macht

Image
http://www.freebelgians.be

Administrateur Principal
Administrateur Principal

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 66221
Inscription: 02 Fév 2003, 21:09
Localisation: Braine le Comte - Belgique
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Prosper Vandenbroucke : cliquez ici



Retourner vers LA RESISTANCE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 18 
il y a 1 minute
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 14 
il y a 14 minutes
par: kfranc01 
    dans:  QUIZZ AVIATION - SUITE 15 
il y a 49 minutes
par: Lusi 
    dans:  LES CAUSES D'UNE DEFAITE LA FRANCE POUVAIT-ELLE GAGNER? 
Aujourd’hui, 18:36
par: MichaelHunter 
    dans:  LA BATAILLE DE HANNUT 
Aujourd’hui, 18:30
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  RAF 1916 - 2016 
Aujourd’hui, 17:10
par: facecachee5 
    dans:  NAUFRAGE du LAMORICIERE 1942 Départ d'ALGER 
Aujourd’hui, 16:51
par: brehon 
    dans:  MARKET GARDEN, PLAN ET EXECUTION CE QU'IL AURAIT FALLU FAIRE POUR GAGNER... 
Aujourd’hui, 16:43
par: MichaelHunter 
    dans:  [DU 1er SEPTEMBRE 2018 au 31 OCTOBRE 2018]: Feu sur les véhicules d'écolage ( Allié ou Axe) 
Aujourd’hui, 16:40
par: Signal Corps 
    dans:  MUSIQUE 
Aujourd’hui, 15:14
par: betacam 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 20 invités


Scroll