Connexion  •  M’enregistrer

Resistance dans l’Aude.

Répondant à l'appel du Général de Gaulle, des milliers de combattants français se lèvent en Europe et en Afrique. Retrouvez ici la 1ère DFL, la 2ème DB, les FAFL, FNFL... Mais aussi celles et ceux qui ont résisté à l'occupant en entrant dans la clandestinité pour rejoindre le maquis ou les groupes de résistants.
MODÉRATEUR : gherla

Re: Resistance dans l’Aude.

Nouveau message Post Numéro: 41  Nouveau message de norodom  Nouveau message 22 Juin 2013, 18:05

le pitaine a écrit:Le même jour (22 août 1944), une colonne s’approche de Limoux, arrivant par la route de Lauraguel. Or, la ville de Limoux est occupée depuis la veille (21 août 1944) par le maquis de la Haute Vallée de l’Aude : Picaussel, Aunat et Salvezines.

NB: Les dates en gras sont ajoutées par moi

Bonsoir Jean-Pierre,

Je n 'arrive pas à me débarrasser de la perplexité dans laquelle cet épisode me plonge !

En effet, le personnage de Lucien Maury est des plus sérieux et on a peine à croire que cet auteur ait pu relater un évènement dont personne ne se souvient et que moi même, j'éprouve toutes les peines du monde à admettre.

Quest-ce qui a pu bien se passer ce 22 août 1944 aux portes de Limoux ?

(1) _ Pour précision _ Les maquisards occupaient Limoux, non pas depuis le 21, mais exactement depuis l'après midi du 20, moment de la journée où je les ai rejoints en compagnie du motocycliste qui m'a transporté ce jour là de Carcassonne à Limoux.

(2) _ Les maquisards, parmi lesquels je me trouvais, quittent Limoux dans l'après-midi du 21 pour gagner Bram.

(3) _ Est-il resté à Limoux des maquisards qui se seraient opposés à une colonne d'Allemands le lendemain matin ?
J'ai expliqué mon point de vue sur l'invraisemblance de la présence d'Allemands dans le secteur.... mais sait-on jamais ?... j'en ai bien aperçu un groupe isolé dans l'après-midi du 22, quelque part entre Bram et Castelnaudary.

(4) _ Le 22 à Bram, personne n'a parlé d'un accrochage intervenu dans la matinée aux portes de Limoux. A moins qu'il en eut été question en fin d'après-midi de ce 22, alors que j'avais rejoint la gare de Castelnaudary à destination de Toulouse.

(5) _ Les gars qui étaient avec moi à Bram et que j'ai retrouvés à la caserne Cafarelli à Toulouse ne m'ont pas relaté cet évènement. Et pourtant nous avons longuement évoqué leurs aventures, principalement au cours des deux embuscades dans les gorges d'Alet le 17 août 1944.

(6) _ Lors de ma recherche occasionnelle de témoignages à Limoux au cours de l'été 1963, je n'a pas recueilli le moindre souvenir d'un combat aux portes de la ville.

En conclusion, il n'est pas impossible de penser que ce soit l'évènement de la capture de quatre soldats allemands au matin du 21 qui ait été "enjolivé"... au fait, Lucien Maury en parle t' il dans son livre ?
Je reste dubitatif sur l'absence de photos (qui auraient beaucoup expliqué) dans ses récits.

Enfin, un commentaire sur la reprise du récit de Maury par Lucien Allaux... c'est coutumier qu'un auteur reprenne les textes d'un autre.... 42 ans après les faits, les risques encourus sont minimes.

Je termine par un conseil... peut-être est-il superflu ?... même si on peut soupçonner une "magnificence" des faits réels, je crois honnêtement qu'il faut se garder de tout rejeter en bloc.
Mais le mystère demeure...

Amicalement,
Roger


 

Voir le Blog de norodom : cliquez ici


Re: Resistance dans l’Aude.

Nouveau message Post Numéro: 42  Nouveau message de le pitaine  Nouveau message 22 Juin 2013, 21:22

merci pour ces rectifs

oui, Lucien Maury alias Frank était en plus chef du maquis de Picaussel...


le témoin qui parle de cet épisode en plus de Lucien Maury, nous l'avons vu plus haut est un certain capitaine Marius Olive (adjoint de Frank), instituteur, officiers de réserve qui terminera colonel d'infanterie.

Il était accompagné d'un certain Siffre et Brun tous deux également instituteurs et chef de section.
René Brun (lieutenant de réserve) terminera lieutenant-colonel de Gendarmerie et Camille Siffre (lieutenant de réserve)professeur au CES de Quillan.

les béligérants sont

la Cie 4308 FTP de Limoux dont Louis Bahi alias "Leclair" commissaire opérations des FTP de l'Aude.

la mission Jedburgh "Chrysler" composée du capitaine Aussaresses alias "Soual" (il participera avec le maquis de Picaussel pour une embuscade donnée pour la dernière à Villegailhenc), du capitaine anglais Sell et du radio britanique Chatten alias "Arthur", parachutés le 16 août dans l'Ariège entre Pamiers et Mirepoix sur le terrain "Pamplemousse" au Sud de Rieucros


Un Maurice Allaux sera commandant du 2e bataillon du 81e RI, peut être de la même famille que le second auteur ?
2° régiment de Dragons
"da materiam splendescam"
(condé-dragon 1635)

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 722
Inscription: 29 Mar 2004, 16:17
Localisation: TOULOUSE, l'Occitane.
Région: Midi Pyrénées
Pays: France

Voir le Blog de le pitaine : cliquez ici


Re: Resistance dans l’Aude.

Nouveau message Post Numéro: 43  Nouveau message de norodom  Nouveau message 24 Juin 2013, 10:57

le pitaine a écrit:merci pour ces rectifs

Bonjour Jean Pierre,

Tu ne dois pas te méprendre... je n'ai rien rectifié !... tout comme toi, je cherche à comprendre l'incompréhensible

Ce qui est sûr, c'est que je ne crois pas un seul instant à l'ampleur et au bilan final d'un combat aux portes de Limoux, au petit matin de 22 août 1944, tel qu'il est décrit dans le récit de Lucien Maury. Je ne reviens pas sur mes raisons que je t'ai exposées en détail.

En marge de ce pseudo-évènement, il en est un autre qui appelle une mise au point.
Il s'agit de l'accrochage qui a eu lieu le 22 août entre Castelnaudary et Saint-Papoul, au cours duquel le Docteur Jean Louis Mazet, citoyen Audois de 34 ans, a été tué par les Allemands.
Cette unité allemande est à n'en pas douter celle qui en milieu de journée avait commis des exactions dans le secteur de Vaux (Haute-Garonne) et a tué le jeune Antonin Escaffre, âgé de 20 ans.

J'attire ton attention sur le rapport rédigé le 12 octobre 1944 par la gendarmerie de Sain-Félix-Lauragais.
Ce rapport indique que cette colonne d' environ 4000 hommes venait de la direction de Toulouse et se dirigeait vers Castelnaudary.
Cela n'est pas exact...
1 _ Il ne s'agissait pas de 4000 hommes mais en réalité de moins d'une centaine.
2 _ Cette unité composée d'anciens soldats de la légion du Turkestan, embrigadés dans la Wehrmacht, (comme à Rimont) ne venaient pas de Toulouse, mais du département du Tarn, et très probablement en empruntant un itinéraire passant par Revel, où ils auraient été aperçus.
Je précise que Toulouse s'est trouvée vide d'Allemands, dès le soir du 19 août et que le Colonel Ravanel et ses hommes sont entrés dans la ville le 21 août.

Il y a fort à penser que cette unité était celle que j'ai personnellement aperçue en fin d'après-midi du 22 août entre Bram et Castelnaudary, dans le secteur de Pexiora, situé à moins de dix kilomètres de Saint-Papoul.
Je précise bien "aperçue" car lorsque nous sommes passés devant eux sans qu'ils ne bronchent, mon conducteur et moi blotti à l'arrière de la 11cv citroen, transi par la peur, je n'ai pas pris le temps de les photographier pour les identifier comme étant des "Mongols". La seule précision qui me reste sur leur aspect, c'est qu'ils n'étaient pas casqués. Seulement en calot et peut être quelques uns tête nue.

J'en termine par une demande... si au hasard d'une lecture tu apprends l'heure, ou à défaut le moment de la journée, où le docteur Mazet a été tué, fais m'en part car cette précision pourrait se révéler pour moi d'une grande importance. Je t'en remercie d'avance.

Amicalement,
Roger


 

Voir le Blog de norodom : cliquez ici


Re: Resistance dans l’Aude.

Nouveau message Post Numéro: 44  Nouveau message de le pitaine  Nouveau message 07 Juil 2013, 19:37

norodom a écrit:
le pitaine a écrit:merci pour ces rectifs

Ce qui est sûr, c'est que je ne crois pas un seul instant à l'ampleur et au bilan final d'un combat aux portes de Limoux, au petit matin de 22 août 1944, tel qu'il est décrit dans le récit de Lucien Maury. Je ne reviens pas sur mes raisons que je t'ai exposées en détail.


voici les témoignages sur cette affaire de Limoux :

Membres du maquis Jean Robert & Faïta

"Joseph Fernandez alias "Fredo". « A Salvezines, nous avons fusionnés avec le maquis Jean-Robert. Lors de combats de Limoux, j’ai participé au combat de l’Aiguille, en position avec un F.M., route de Pauligne. Je participe également à l’attaque de la sous préfecture de Limoux, ou après être m’être servi d’un poteau pour tomber dans la cour, je me suis retrouvé face aux gendarmes qui reculèrent et rendirent les armes. Ensuite ce fut départ vers Carcassonne. Je me suis rendu avec d’autres à la cité afin de chercher des allemands, mais ceux-ci avaient vidés les lieux. Les maquis de la Haute Vallée de l’Aude se sont alors regroupés à Carcassonne. J’ai contracté un impétigo et j’ai été hospitalisé à Castelnaudary pendant deux mois (nov. et déc. 44) pendant que les camarades sont regroupés dans le Doubs. Je les ai les rejoins un peu plus tard à Altkirch (Haut-Rhin) au sein du 81e régiment ».

"Edmond Pagès alias "René Bouju". « 22 août. Les maquis F.T.P.F. et A.S. devenus F.F.I. sous commandement commun occupent Limoux. Une colonne allemande, cherchant à passer en Espagne, est interceptée par nos hommes, après un bref combat et des pertes allemandes, ceux-ci se rendent. Nous faisons 54 prisonniers dont 2 officiers (je confisque à l’un deux son poignard d’apparat en contrepartie de ce qui me fut volé quand je fus moi-même prisonnier, j’ai toujours ce poignard à croix gammée). Notre descente des montagnes et notre avancée sur Carcassonne était évidemment connue de la population, espérée et suivie avec impatience et parfois trop d’enthousiasme, manifestations et drapeaux aux fenêtres malgré nos mises en garde. Avant que nous arrivions à Carcassonne, la ville était déjà en fête, malheureusement, une colonne de troupe SS en retraite vers le Rhône traversa la ville, mitraillant dans les rues, faisant beaucoup de victimes. Ce fut ensuite notre installation dans Carcassonne et l’organisation de notre occupation administrative en lieux et places des hommes de Pétain ».


Emile Lavigne alias "Chevallier". « Le 23 août 44 il participe avec sa compagnie au combat de l’Aiguille à Limoux où sont fait prisonnier une quarantaine de soldats Allemands. Ensuite c’est la libération de la vallée de l’Aude et la descente vers Carcassonne. Incorporé au 2e bataillon de marche de l’Aude, il est le commandant de la 9e compagnie en qualité de lieutenant. Il fera la campagne d’Allemagne au sein du 81e régiment ».

je vais chercher en ce qui concerne le docteur Mazet
2° régiment de Dragons
"da materiam splendescam"
(condé-dragon 1635)

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 722
Inscription: 29 Mar 2004, 16:17
Localisation: TOULOUSE, l'Occitane.
Région: Midi Pyrénées
Pays: France

Voir le Blog de le pitaine : cliquez ici


Re: Resistance dans l’Aude.

Nouveau message Post Numéro: 45  Nouveau message de le pitaine  Nouveau message 07 Juil 2013, 19:39

il semblerait que la date est le 23 août et non le 22.
2° régiment de Dragons
"da materiam splendescam"
(condé-dragon 1635)

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 722
Inscription: 29 Mar 2004, 16:17
Localisation: TOULOUSE, l'Occitane.
Région: Midi Pyrénées
Pays: France

Voir le Blog de le pitaine : cliquez ici


Re: Resistance dans l’Aude.

Nouveau message Post Numéro: 46  Nouveau message de le pitaine  Nouveau message 07 Juil 2013, 20:53

en fait, le docteur Mazet est tué au volant de sa Simca en arrivant à Saint Papoul. Il était accompagné de Jacques Bourjade et son frère.

Croyant le village n'avait pas encore reçu la colonne allemande venant d'Issel, ils s'y rendaient pour lui tendre une ambuscade. Arrivés dans le village, sur la place, les allemands s'y trouvent et à la vue de la voiture du docteur sur laquelle les deux autres avaient prit place assis sur les ailes avant, les allemands leur tirent dessus. Le docteur tente un demi tour, alors que les deux autres ont été éjectés au coup de frein violent. La voiture s'immobilise moteur en route, sous les tirs ennemis. Puis une grenade allemande finie par arrêtée le moteur. les deux frères décrochent à la grenade et sans le docteur.
Il était aux alentours de 21 heures, ce 22 août 1944.

le lendemain, une fois les allemands partis, le maire de Saint Papoul averti par téléphone Castelnaudary, que le docteur était mort dans la voiture.
2° régiment de Dragons
"da materiam splendescam"
(condé-dragon 1635)

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 722
Inscription: 29 Mar 2004, 16:17
Localisation: TOULOUSE, l'Occitane.
Région: Midi Pyrénées
Pays: France

Voir le Blog de le pitaine : cliquez ici


Re: Resistance dans l’Aude.

Nouveau message Post Numéro: 47  Nouveau message de fbonnus  Nouveau message 07 Juil 2013, 21:08

Grand merci pour ces précisions
Amicalement
« Alors mon petit Robert, écoutez bien le conseil d'un père !
Nous devons bâtir notre vie de façon à éviter les obstacles en toutes circonstances.
Et dites-vous bien dans la vie, ne pas reconnaître son talent, c'est favoriser la réussite des médiocres. »
_________________________________________________
Michel Audiard

Administrateur
Administrateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 12291
Inscription: 18 Avr 2010, 17:07
Localisation: En Biterre
Région: Languedoc
Pays: France

Voir le Blog de fbonnus : cliquez ici


Re: Resistance dans l’Aude.

Nouveau message Post Numéro: 48  Nouveau message de le pitaine  Nouveau message 08 Juil 2013, 08:19

merci fbonnus,

le docteur Henri Mazet est inhumé à Saint Papoul où une avenue porte son nom.
On peu également trouver une rue de Castelnaudary (rue du collège Fontanille) et un stade à Carcassonne.
2° régiment de Dragons
"da materiam splendescam"
(condé-dragon 1635)

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 722
Inscription: 29 Mar 2004, 16:17
Localisation: TOULOUSE, l'Occitane.
Région: Midi Pyrénées
Pays: France

Voir le Blog de le pitaine : cliquez ici


Aude : Le Maquis de Picaussel

Nouveau message Post Numéro: 49  Nouveau message de lescure40  Nouveau message 09 Fév 2017, 16:16

Bonjour,
Je vais peut-être inutilement relancer ce sujet, interrompu il y a déjà quelques années (2013 !). Mais j'ai réellement besoin d'une aide confirmée sur le sujet.
La résistance dans l'Aude

Je recoupe actuellement les informations sur un maquisard du maquis de Picaussel : Paul barrière d'Espéraza.
Il n'est pas difficile, vu sa notoriété d'avoir sa biographie : Rugby à XIII, festival de Carcassonne,...
Mais...mais : Wikipédia, Lucien Maury, Archives départementales, de l'Aude, le monde du rugby ? Sur qui s'appuyer ? à qui se fier ?
Wikipédia : ce que dit Wiki, tout le monde le reprend, sans même expliquer certaines incohérences. Paul Barrière est né en 1920. En 1942 ou 44 le voici d'après ses Wiki-biographes "Responsable du Bureau Central de Renseignement et d'Action à Alger, chef des opérations de réception des parachutages alliés, il participe aux actions du maquis de Picaussel dans l'Aude." Il avait 22 ans !
Moi qui avait jusqu'à présent surtout entendu parler de Jacques Soustelle, du commandant Passy, de Paul Paillolle et de André Dewavrin je me demande donc quel fut le rang de Paul Barrière au BCRA d' Alger à 22 ans ?
Lucien Maury : Chef du maquis de Picaussel, dans son ouvrage sur la résistance Audoise, témoignage sur ce groupe, parle de Paul Barrière à la même époque.
A Espéraza, l'équipe de Guy David assisté de Maurice Villanove, Paul Barrière, Roger Alibert et Biart, nous procurera de précieuses liaisons pour les parachutages grâce aux contacts initiaux établis par Maurice Villanove avec Ballini alias Philippe, officier du SOAM pour la région R3 avant l'arrivée à ce poste de Noël Blanc alias Charpentier.

Par ailleurs, le même auteur dans "le maquis de Picaussel", raconte la gestion d'un parachutage dans la nuit du 23 novembre 1943 par un groupe dans lequel nous retrouvons Paul Barrière :
Villanove est allé reconnaître le colis tombé tout au bout du champ. Il revientessouflé et nous apprend que c'est un second parachutiste, mais qu'il s'est brisé la jambe dans sa chute. Que faire ? Nous n'avons aucun moyen de transport et le village le plus proche est à plus de trois kilomètres. C'est Villanove qui apporte la solution, il connaît le fermier qui habite à la métairie Soubirou, Joseph Soler. Il y court et ramène sa charette. On y placera le blessé qui sera transporté à Espéraza où Paul Barrière, avec sa voiture, se chargera de l'acheminer sur la clinique de Carcassonne dans la quelle il a un ami sûr...
Image
En 1943 dans l'équipe de Quillan (USQ)
Alors Paul Barrière était-il, à Espéraza ou à Alger ?
Comme l'un d'entre nous, Norodom, semblait mettre en doute (en 2013) une partie des écrits de Lucien Maury et que le pitaine s'apuyait sur ceux-ci, vu le jeune âge de Paul dans ces années là, je mets en doute la version Wikipedia, je reste perplexe. Et vous ?
PS : N'alimentez pas le sujet par des recherches simples sur le net, j'ai déjà fait le tour (Quillan, Rugby à XIII, festival de Carcassonne, Biarritz).
Gérard

Private
Private

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 6
Inscription: 09 Fév 2017, 14:34
Région: occitanie
Pays: France

Voir le Blog de lescure40 : cliquez ici


Re: Resistance dans l’Aude.

Nouveau message Post Numéro: 50  Nouveau message de Prosper Vandenbroucke  Nouveau message 09 Fév 2017, 16:42

Bonjour Gérard,
Je me suis permis de fusionner ton intervention avec ceux déjà existant à ce sujet mais il est évident que concernant le maquis de Picaussel, celui-ci est egalement abordé sur d'autres fils existent et notamment ici.
viewtopic.php?f=31&t=43193&hilit=Picaussel
viewtopic.php?f=21&t=42122&p=543859&hilit=Picaussel#p543859
viewtopic.php?f=25&t=38678&hilit=Picaussel
viewtopic.php?f=31&t=25609&p=287606&hilit=Picaussel#p287606
Bien amicalement
Prosper ;) ;)
L'Union fait la force -- Eendracht maakt macht

Image
http://www.freebelgians.be

Administrateur Principal
Administrateur Principal

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 66831
Inscription: 02 Fév 2003, 21:09
Localisation: Braine le Comte - Belgique
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Prosper Vandenbroucke : cliquez ici


PrécédenteSuivante

Retourner vers LA RESISTANCE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  LES CAUSES D'UNE DÉFAITE, LA FRANCE POUVAIT-ELLE GAGNER? 
Hier, 23:57
par: thucydide 
    dans:  uniforme armée basque 
Hier, 23:37
par: Cat 
    dans:  S.A.S. dans les Vosges 
Hier, 23:29
par: alsa.se 
    dans:  Meurtre à Omaha Beach 
Hier, 23:29
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Ce «balcon de Hitler» qui embarrasse Vienne 
Hier, 23:19
par: alain adam 
    dans:  QUIZZ AVIATION - SUITE 15 
Hier, 23:11
par: coyote 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 18 
Hier, 21:34
par: kfranc01 
    dans:  [DU 1er SEPTEMBRE 2018 au 31 OCTOBRE 2018]: Feu sur les véhicules d'écolage ( Allié ou Axe) 
Hier, 21:17
par: Signal Corps 
    dans:  des basques sur le front de Huesca 
Hier, 19:17
par: Cat 
    dans:  trouvailles sur les sites de vente 
Hier, 18:28
par: iffig 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 12 invités


Scroll