Connexion  •  M’enregistrer

Resistance dans l’Aude.

Répondant à l'appel du Général de Gaulle, des milliers de combattants français se lèvent en Europe et en Afrique. Retrouvez ici la 1ère DFL, la 2ème DB, les FAFL, FNFL... Mais aussi celles et ceux qui ont résisté à l'occupant en entrant dans la clandestinité pour rejoindre le maquis ou les groupes de résistants.
MODÉRATEUR : gherla

Re: Resistance dans l’Aude.

Nouveau message Post Numéro: 11  Nouveau message de le pitaine  Nouveau message 14 Jan 2013, 19:28

bonjour Roger,

merci pour ces précisions et ses corrections (ce que j'ai écrit proviens d'autres témoignages)

Donc pas de panzer, de ss lors du passage des Allemands à Carcassonne ou sur la N113, le 19 août. C'est que le gros de la 11e Panzer D était déjà passé. Quoique beaucoup de chars ont été acheminés vers la Provence par Train, et ce que j'ai lu, c'est que les éléments de l'unité ont également parcourus des itinéraires parallèles à la N113.
Par contre les allemands sur des charrettes et vélos, les témoins en font foi à Carcassonne, peut être pas le 19 août.
Pour ce qui ai de l'appellation ss, il est courant que les gens qui racontent mettent dans le même sac tous les allemands.
Je ne sais pas pour le seul avion anglais, mais j'en doute un peu qu'il fut seul... surtout avec de la DCA qui circulait.
Concernant les gars du PEG, Khon était juif françias réfugié aus USA, Swank était de Boston il me semble, Strauss était allemand réfugié aux USA en 1933 (à Aménia), J. White du Texas et Galley et Armator de Louisiane. Il se peut qu'il y ai eu des canadiens.

Je retient l'épisode des allemands cachés dans une cabane de vigne, connaissez vous, ou étiez vous à Limoux lors du 22 août, au moment de l'attaque d'un convoi sur la route de Castelnaudary aux environs du stade de l'aiguille ?
2° régiment de Dragons
"da materiam splendescam"
(condé-dragon 1635)

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 722
Inscription: 29 Mar 2004, 16:17
Localisation: TOULOUSE, l'Occitane.
Région: Midi Pyrénées
Pays: France

Voir le Blog de le pitaine : cliquez ici


Re: Resistance dans l’Aude.

Nouveau message Post Numéro: 12  Nouveau message de le pitaine  Nouveau message 14 Jan 2013, 20:02

je reviens sur l'épisode de l'attaque des gorges d'Alet (Cascabel et l'étroit). Ce convoi ce rendait donc au dépôt de vivres à Montazels. Ce dernier très important ravitaillait les unités placées sur la côte audoise et les unités plus centrale le long de la N113 d'environs Castelnaudary à Narbonne.

la troupe d'une vingtaine d'allemands qui gardait ce dépôt dépendait de Carcassonne. Pour le moment aucune précision sur cette unité ne m'ont encore été révélées, soit dans le livre de Lucien Maury ou le livre de Alain Chazette, ni même les témoins/otages du village de Couiza.
Mais à partir du travail d'Alain Chazette, j'ai travaillé par déduction et j'en suis venu à la conclusion que cette unité pouvait appartenir à la Luftwaffe, mais ceci sans preuve absolue.

Carcassonne possédait un aérodrome tenu par une unité dépendante du IV Luftwaffen-Feldkorps dont le PC ce trouvait à Capendu, répandu dans plusieurs château des environs.

J'ignore qu'elle unité se trouvait à la caserne Laperrine, mais des photos me montrent des véhicules chenillés légers et quelques pièces d'artillerie. Un photo prise sur les rempart de la cité de Carcassonne montre trois allemands lors d'une patrouille et sur leur uniforme l'aigle de la Luftwaffe ne fais pas de doute. Sachant que la cité servait de dépôt de munition dont les habitants en avaient été évacués en 1942.

J'en ai donc déduis jusqu'à preuve du contraire, que cette unité de luftwaffe devait avoir des éléments qui servaient à la garde entre dehors des aérodromes, des dépôts.

Alain Chazette donne un organigrame du IV Luftwaffen-Feldkorps, dans lequel il parle du Flieger-Ausbildungs-Regiment 71 qui fut rattaché au IV Korps. Cette unité qui en première intention était une unité de formation de pilote. Son EM à Carcassonne se trouvait stationné à l'école normale d'institutrice (rapport de la résistance du réseau Gallia n° de l'agent 34200, du 05 avril 1944) et était commandé par l'oberst Paul Meyer (et non Mayer comme on peut le lire parfois)

je vous propose en lien avec l'attaque du 17 août, car je pense que les 20 gardiens du dépôt de vivres de Montazels, appartenaient à cette unité un léger résumé de cette unité)


Flieger-Ausbildungs-Regiment 71

Formé le 1er mars 1939 à Sorau (Zary-Pologne) le Flieger-Ersatz-Abteilung.71 est adjoint du Flugzeugführerschule E (A/B) formé le 1er avril 1938 à Breslau-Gandau à partir du Fliegerübungsstelle Breslau-Gandau (formé en janvier 1934) et placé sous le commandemant de l’Oberstleutnant Max Grossner. Le Flugzeugführerschule E (A/B) et le Flieger-Ersatz-Abteilung.71 deviennent le 1er avril 1939, le Flugzeugführerschule/Flieger-Ausbildungs-Regiment.71 (Schule/FAR.71) et donc, le Flieger-Ausbildungs-Regiment. 71 (71e régiment d’instruction aérien) sous les ordres de l’Oberstleutnant Georg Weiner. En avril 1939, le Flieger-Ausbildungs-Regiment.71 est déplacé à Dresde (Saxe-Allemagne) puis en août 1939 à Schweidnitz (Silésie-Pologne actuelle). Il est composé de l’E.M., du Ier bataillon à cinq compagnies (1 à 5) plus les 6e et 7e et plus tard formé en 1940 du IIe Bataillon Ausbildungs (bataillon d’instruction/formation des élèves pilotes). En octobre 1940 il est déplacé à Stammersdorf (proche de Vienne) et en 1941, il retourne à Schweidnitz. Le IIe Bataillon Ausbildungs à cinq compagnies en 1941 (8 à 12), redevient le Flugzeugführerschule A/B71 (FFS A/B 71) renommé Flugzeugführerschule A71 le 15 octobre 1943) le 1er octobre 1941, puis quitte le régiment pour l’aérodrome de Prossnitz (Prostějov en actuelle république Tchèque). Toujours en 1941 et au delà en 1942, le régiment est composé de l’E.M. du Ie bataillon à cinq compagnies plus la 7e et du IIe bataillon à cinq compagnies et semble est positionné à Bordeaux (aérodrome de Mérignac). Il est probable que le IIe bataillon est rejoint le régiment, puisqu’on le retrouve dans l’organigramme de Carcassonne. Le 16 août 1942, le Flieger-Ausbildungs-Regiment.71 est rebaptisé Flieger-Regiment.71 commandée par l’Oberst (colonel) Paul Meyer, alors qu’il se trouve dans la région de Blois. De 1942 à 1944, il s’articule toujours avec l’E.M. et le Ier bataillon alors qu’un troisième bataillon voit le jour suite au départ du IIe. A partir de septembre 1943 bien après l’invasion de la zone Sud, il est transféré à Carcassonne où il établit son poste de commandement (P.C.). Il dépend tactiquement du Flughafenbereich 1/VII de Carcassonne commandé par l’Oberst Gieche et est rattaché au Generalkommando IV.Luftwaffen-Feldkorps, lui-même subordonné à l’A.O.K.19 (Armeegruppe Felber avant le 13 août 1943). Fort d’environs 1775 hommes, il est constitué en trois bataillons de quatre compagnies chacun, répartis à Montpellier (I./FI.Rgt.71, Cie 1-4), Carcassonne (II./FI.Rgt.71, Cie 5-8) dont deux compagnies (les 5e et 6e) sont en poste sur l’aérodrome Sainte Germaine à Perpignan-La Salanque et enfin à Béziers (III./FI.Rgt.71, Cie 9-12), réparti sur le terrain d’aviation de la Luftwaffe. Le personnel du régiment est employé pour la garde des infrastructures des terrains d’aviations et de ses alentours (des bombardiers, des pistes, des dépôts de munitions et par déduction, des dépôts de vivres, des gares) et effectue aussi, des travaux de maintenance. Peut-on le considérer comme unité de personnels « non volant » servant d’infanterie de l’air ? En juin et juillet 1944, certaines unités participent à la lutte anti-maquis notamment contre les maquis de l’Hérault. Après le débarquement du 15 août 1944 en Provence, le régiment reçoit également l'ordre de repli général via le nord-est, par la vallée du Rhône. Tous les dépôts de logistique du régiment avec les munitions, le carburant et l’habillement sont parfois détruits sur place et une partie des vivres est remise à la population civile, notamment par les maquis locaux. Le régiment ne disposant que peux de véhicules, va retraiter à marche forcée et subir de lourdes pertes occasionnées par les attaques aériennes, les attaques de la résistance ainsi que les combats contre les forces franco-américaines débarquées depuis le mois d’août. En septembre 1944, il est dissous et/ou anéanti.


si des erreurs, ommissions ou autres y sont relevés, je serai heureux d'en connaitre la teneur
2° régiment de Dragons
"da materiam splendescam"
(condé-dragon 1635)

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 722
Inscription: 29 Mar 2004, 16:17
Localisation: TOULOUSE, l'Occitane.
Région: Midi Pyrénées
Pays: France

Voir le Blog de le pitaine : cliquez ici


Re: Resistance dans l’Aude.

Nouveau message Post Numéro: 13  Nouveau message de le pitaine  Nouveau message 14 Jan 2013, 20:05

je rajoute que dans son rapport, l'agent du réseau Gallia parle de cette unité comme "infanterie de l'air"
2° régiment de Dragons
"da materiam splendescam"
(condé-dragon 1635)

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 722
Inscription: 29 Mar 2004, 16:17
Localisation: TOULOUSE, l'Occitane.
Région: Midi Pyrénées
Pays: France

Voir le Blog de le pitaine : cliquez ici


Re: Resistance dans l’Aude.

Nouveau message Post Numéro: 14  Nouveau message de norodom  Nouveau message 15 Jan 2013, 00:37

Bonsoir Jean-Pierre,

Il m'est difficile d'en dire plus sur les récits que tu décris....tout cela est clair.

Je n'ai aucune connaissance sur les unités allemandes qui ont opéré dans la région de Quillan.
Si les allemands capturés à Limoux en faisaient partie, ils étaient de la Wehrmacht.
C'était bien deux canadiens qui ont obtenu leur reddition... j'y reviendrai.

<< Je retient l'épisode des allemands cachés dans une cabane de vigne >>
(c'était le 21 août au matin)

<< ... connaissez vous, ou étiez vous à Limoux lors du 22 août, au moment de l'attaque d'un convoi sur la route de Castelnaudary aux environs du stade de l'aiguille ? >>

S'il s'agit de l'unité allemande qui se trouvait au bord d'une départementale entre Bram et Castelnaudary, c'était le 22 août aux environs de 15 ou 16 heures.
Je reviendrai sur cet épisode qui m'a causé une grande trouille.
Il y avait là, tout au plus une vingtaine d'Allemands avec deux camions et x motos, mais peu, arrêtés au bord de la route, la plupart des hommes assis au bord du fossé.
D'après les renseignements que j'ai obtenus par la suite, de la bouche de deux maquisards de Bram que j'ai retrouvés tout au début de septembre à la caserne Caffarelli à Toulouse, ce groupe a été recherché mais est passé au travers des mailles du filet et relocalisé vers Montpellier.... après... ???

Je confirme qu'il n'y avait qu'un seul avion qui a mitraillé et attaqué plusieurs fois à la bombe incendiaire le début de la colonne, cela entre 16 et 18 heures, environ, le 19 août 1944.
D'où venait cet avion ???... Ceux qui l'ont aperçu (ce qui n'est pas mon cas) ont parlé d'un avion à double fuselage... peut-être un modèle de Lockheed-Lightning ?
Surtout ne pas imaginer qu'il est facile d'abattre un tel engin qui vous plonge furtivement dessus sans crier gare !

Amicalement,
Roger


 

Voir le Blog de norodom : cliquez ici


Re: Resistance dans l’Aude.

Nouveau message Post Numéro: 15  Nouveau message de brehon  Nouveau message 15 Jan 2013, 12:43

Bonjour,

le pitaine a écrit:Je ne sais pas pour le seul avion anglais, mais j'en doute un peu qu'il fut seul... surtout avec de la DCA qui circulait.
norodom a écrit:Je confirme qu'il n'y avait qu'un seul avion qui a mitraillé et attaqué plusieurs fois à la bombe incendiaire le début de la colonne, cela entre 16 et 18 heures, environ, le 19 août 1944.
D'où venait cet avion ???... Ceux qui l'ont aperçu (ce qui n'est pas mon cas) ont parlé d'un avion à double fuselage... peut-être un modèle de Lockheed-Lightning ?
Pas sûr que les britanniques utilisaient des P-38, ni qu'ils opéraient dans ce secteur à cette date.
C'était peut-être un américain, ou bien un français; la cocarde a pu être confondue.
Cordialement.
Yvonnick

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7348
Inscription: 14 Déc 2009, 16:45
Région: Bretagne
Pays: France

Voir le Blog de brehon : cliquez ici


Re: Resistance dans l’Aude.

Nouveau message Post Numéro: 16  Nouveau message de le pitaine  Nouveau message 31 Jan 2013, 23:21

bonsoir Roger,

voici (en résumé), ce que j'ai pu lire sur l'evènement de Limoux le 22 août 1944.

Le 22 août 1944 vers 5 heures du matin, une colonne allemande (cinq camions) se présente au bout de la ligne droite sur la N623, celle qui arrive à Flacian le long du stade de l’aiguille, venant de Castelnaudary et Lauraguel.
Là, des éléments de la Cie FTP n° 4308 (légaux de Limoux, F.T.P. sédentaires de la ville commandés par Henri Caunes et Joseph Salinas « Bélion ») étaient postés au carrefour de cette N 623 et la N 118, armés d’une mitrailleuse Browning. Au bout de cette ligne droite un virage serré avec aux abords, une colline dominant le pont du Cougaing (cote 265). Les FTP ouvrent le feu, ce qui permet aux éléments du maquis de Picaussel cantonnés au lycée St Joseph, d’être alerté et ainsi, de pouvoir intervenir en soutient avec une section et un groupe de mitrailleuse. Celle-ci ouvre le feu une fois atteint la bonne distance, ce qui permet aux allemands de se replier près d’une ferme située dans le coude du virage de la N623. Le ferme est atteinte par une autre section du maquis de Picaussel (section Siffre et Brun) tandis que la première atteint une hauteur proche et dominante (cote 260) les camions du convoi. En même temps, le chef du maquis de Picaussel, alors à Limoux dans sa famille, est alerté et se rend sur les lieux, avec les éléments du commando américain privé de leur chef, tué dans les gorges d’Alet le 17 août. Ces derniers se portent sur la cote 265, qu’il ne fallait surtout pas laissée aux allemands, car elle dominait le secteur. Les allemands se sont divisés en deux groupes, dont l’un à été prit à la ferme et le deuxième tente en rempart dans les vignes, d’atteindre la cote 265. Stoppés par le tir plongeant de deux Browning, alors que les FTP de Louis Bahi et les sections du capitaine Olive une fois les camions allemands atteins, tentent de prendre à revers les allemand qui progressent vers la cote 625. Puis, des silhouettes grises se dressent, bras en l’air, au total se seront 54 hommes dont deux officiers qui seront pris ce jour là. Le soir du 22 août, Limoux est dégagé de toute menace.


norodom a écrit:Si les allemands capturés à Limoux en faisaient partie, ils étaient de la Wehrmacht.
C'était bien deux canadiens qui ont obtenu leur reddition... j'y reviendrai.


Oui, ce serait intéressant pour moi d'en connaitre la teneur ...


norodom a écrit:Je précise "apparemment" car dès le lendemain matin, vers 7 ou 8 h, quatre allemands cantonnés dans une cabane de vigneron, ont été faits prisonniers par un groupe de l'AS conduit par deux Canadiens. Je reparlerai de cela lorsque j'en viendrai à mon récit du périple du 20 août 1944 au soir, au 22 août 1944 dans l'après midi.


idem pour cet épisode ....

cordialement
2° régiment de Dragons
"da materiam splendescam"
(condé-dragon 1635)

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 722
Inscription: 29 Mar 2004, 16:17
Localisation: TOULOUSE, l'Occitane.
Région: Midi Pyrénées
Pays: France

Voir le Blog de le pitaine : cliquez ici


Re: Resistance dans l’Aude.

Nouveau message Post Numéro: 17  Nouveau message de fbonnus  Nouveau message 31 Jan 2013, 23:32

Grand merci pour tous ces détails, que, pour certains, je ne connaissais pas

Amicalement
« Alors mon petit Robert, écoutez bien le conseil d'un père !
Nous devons bâtir notre vie de façon à éviter les obstacles en toutes circonstances.
Et dites-vous bien dans la vie, ne pas reconnaître son talent, c'est favoriser la réussite des médiocres. »
_________________________________________________
Michel Audiard

Administrateur
Administrateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 12292
Inscription: 18 Avr 2010, 17:07
Localisation: En Biterre
Région: Languedoc
Pays: France

Voir le Blog de fbonnus : cliquez ici


Re: Resistance dans l’Aude.

Nouveau message Post Numéro: 18  Nouveau message de le pitaine  Nouveau message 01 Fév 2013, 00:17

d'après le témoignage du capitaine Olive (maquis de Picaussel)

Instituteur, Officier de réserve, terminera colonel d'infanterie.
2° régiment de Dragons
"da materiam splendescam"
(condé-dragon 1635)

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 722
Inscription: 29 Mar 2004, 16:17
Localisation: TOULOUSE, l'Occitane.
Région: Midi Pyrénées
Pays: France

Voir le Blog de le pitaine : cliquez ici


Re: Resistance dans l’Aude.

Nouveau message Post Numéro: 19  Nouveau message de norodom  Nouveau message 01 Fév 2013, 17:41

Bonjour Jean-Pierre,

Tu ne peux imaginer combien mes doigts sont lourds à l'idée de jouer "les rabat-joie"
Il t'a fallu 16 jours pour m'adresser ce récit, au point que je m'étais résolu à accepter que ce fil était enterré. Un coup de bol que je le zappe au passage, il y a une heure à peine.

Avant d'en venir à ce récit, je réponds à tes deux "attentes" sur la capture des quatre Allemands.... au matin du 21 août, une femme en bicyclette, aperçoit depuis la route, des soldats en uniforme allemand, auprès d'une cabane de vigneron...arrivée en ville, elle donne immédiatement l'alerte.
Un groupe avec à sa tête deux Canadiens (je confirme), se rend sur les lieux. La scène commence par des tirs de sommation (une fusillade que j'ai entendue et qui a duré moins de deux minutes)... un des Canadiens a signifié aux Allemands, par porte-voix, qu'ils étaient encerclés et qu'ils n'avaient plus aucune chance de rejoindre les leurs. Les quatre zèbres ont mis leurs mains sur la tête sans la moindre résistance.
Il s'est dit que ces soldats venaient de Foix et qu'ils était tombés en panne (je n'en sais pas plus).

L'évènement n'a apparemment pas marqué les esprits, car je suis revenu à Limoux au cours de l'été 1963 et je n'ai trouvé aucun témoin qui hormis le fait d'avoir entendu les coups de feu, ait eu connaissance de la capture (c'est vrai que 19 ans après !...)
Au passage, je précise que je n'ai rencontré personne qui m'ait parlé de la moindre bataille à Limoux, hormis le fait que j'en ai rencontré deux ou trois qui avaient entendu parler de la bataille dans les gorges d'Alet. J'aurais voulu en savoir d'avantage, j'en ai été pour mes frais !

Au sujet de ces Canadiens qui paraissent t'intriguer, (je reconfirme).
Je n'ai pas vu les Américains et j'ignore totalement où ils étaient. Mais j'attire ton attention sur le fait que la présence de Canadiens sur les lieux n'avait rien de surprenant... un exemple...
Le 8 août 1944 à Rieucros (Ariège), près de Pamiers, trois hommes ont été parachutés au titre de la Mission interalliée:
Un Français, le commandant Bigeard, un Anglais, le commandant Probert et un Canadien, le lieutenant Deller.
C'est Bigeard qui au soir du 22 août 1944 à Ségalas (Ariège) a mené la négociation lors de la capitulation sans condition, signée par le commandant allemand, Schöpplein, qui commandait cette sinistre troupe de soldats de la Légion du Turkestan (que l'on appelait "Mongols") acteurs assassins de la tragédie de Rimont.

J'en viens donc au récit dans le contenu duquel j'ai surtout retenu un mot "Picaussel"... un mot comme celui-là ne s'oublie pas.
Je suis désolé d'écrire cela, Jean-Pierre, il y a beaucoup trop de contre-vérités dans ce récit....
Les hommes du Maquis de Picaussel n'étaient pas à Limoux, au matin du 22 août... ils étaient à Bram et j'étais parmi eux jusqu'en milieu de l'après-midi, depuis la veille au soir.

J'ignore si le "capitaine Olive" qui en fait était le capitaine Simon, a très bien pu retourner dans sa famille à Limoux dans la nuit du 21 au 22 août.
Quoi qu'il en soit, il ne pouvait se trouver au carrefour D623-D118 (c'est de deux départementales et non de deux nationales qu'il s'agit), pour la simple raison qu'il n'y avait aucune colonne présente dans ces lieux et à fortiori une colonne venant de la direction de Castelnaudary...
La seule colonne qui, si elle s'était constituée, aurait pu au hasard d'un écart d'itinéraire, se retrouver sur les lieux, aurait été composée de la colonne venant de St-Gaudens, via Boussens, St-Girons, Rimont, Castelnau-Durban et des unités en position d'attente à Foix.
Mais ces dernières ont quitté Foix le 19 pour rejoindre le soir même à Carcassonne, la colonne venant de Toulouse. Quant à la colonne venant de St-Gaudens, comme je l'ai expliqué plus haut, elle a été stoppée à Ségalas.

J'en viens à cette colonne allemande qui a traversé le Lauragais et qui s'est livrée à des meurtres et des pillages à Maurens, Vaux et St-Félix-Lauragais en milieu de journée du 22 août. C'est cette colonne (ou peut-être seulement une partie) que j'ai personnellement rencontrée le 22 août aux environs de 16 heures sur une route secondaire entre Bram et Castelnaudary.
J'ai écrit par erreur que cette unité avait été localisée vers Montpellier... en réalité c'était entre Narbonne et Béziers.
Cette colonne ne se serait pas dirigée vers Carcassonne, elle aurait emprunté des voies secondaires au sud de la Montagne noire, pour redescendre vers Narbonne.
Ce qui est sûr, c'est qu'elle ne s'est pas dirigée vers Limoux.

Pour en terminer avec le récit "Olive", je voudrais souligner une autre invraisemblance.
L'annonce de la tragédie de Rimont a fait l'effet d'une trainée de poudre... dès le 21 dans la journée des rumeurs sont apparues sur "une chose grave" qui s'était produite la veille dans un village de l'Ariège. Les unités de résistants, ont été appelées, sauf cas de force majeure, a éviter tout contact avec les Allemands, à proximité des villages.

Voilà Jean-Pierre, j'en ai encore pas mal à te raconter et notamment sur mes relations avec des gars du Maquis de Picaussel... mais prenons un peu le temps de respirer !

En attendant je te conseille de consulter ce site :
http://www.lauragais-patrimoine.fr/HIST ... MANDE.html

Prends ton temps...

Amicalement,
Roger


 

Voir le Blog de norodom : cliquez ici


Re: Resistance dans l’Aude.

Nouveau message Post Numéro: 20  Nouveau message de le pitaine  Nouveau message 01 Fév 2013, 20:02

bonsoir Roger,

ça y est j'ai pris le soin de respirer... désolé pour le retard de mon poste, mais il y a parfois des priorités (profesionnelles, familliales etc, enfin.. la vie ..quoi !!)

Si je vous suis bien, le combat de Limoux le 22 août 1944 ne semble pas avoir eu d'eccho....

donc, mieux que des mots, je vais vous mettre en visue les lignes de Lucien Maury alias Franck responsable au maquis de Puivert

Olive était son adjoint

Image

Image

Image

et le plan qui va avec :

Image
2° régiment de Dragons
"da materiam splendescam"
(condé-dragon 1635)

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 722
Inscription: 29 Mar 2004, 16:17
Localisation: TOULOUSE, l'Occitane.
Région: Midi Pyrénées
Pays: France

Voir le Blog de le pitaine : cliquez ici


PrécédenteSuivante

Retourner vers LA RESISTANCE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Légion d'Honneur 
il y a 13 minutes
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Conférence "Résistance vosgienne" le 21 octobre 2018 
il y a 37 minutes
par: JARDIN DAVID 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 14 
il y a 39 minutes
par: NIALA 
    dans:  La Norvège s'excuse auprès «des filles de boches». 
Aujourd’hui, 20:30
par: Gaston 
    dans:  hommages 
Aujourd’hui, 19:48
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  pb de lecture d'un document officiel 
Aujourd’hui, 19:39
par: Loïc 
    dans:  QUIZZ AVIATION - SUITE 15 
Aujourd’hui, 19:34
par: coyote 
    dans:  LES CAUSES D'UNE DÉFAITE, LA FRANCE POUVAIT-ELLE GAGNER? 
Aujourd’hui, 18:00
par: Alfred 
    dans:  La liste de Varian Fry 
Aujourd’hui, 17:21
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  [DU 1er SEPTEMBRE 2018 au 31 OCTOBRE 2018]: Feu sur les véhicules d'écolage ( Allié ou Axe) 
Aujourd’hui, 16:03
par: Signal Corps 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 17 invités


Scroll