Connexion  •  M’enregistrer

Raymond et Lucie Aubrac : la calomnie, tome 2

Répondant à l'appel du Général de Gaulle, des milliers de combattants français se lèvent en Europe et en Afrique. Retrouvez ici la 1ère DFL, la 2ème DB, les FAFL, FNFL... Mais aussi celles et ceux qui ont résisté à l'occupant en entrant dans la clandestinité pour rejoindre le maquis ou les groupes de résistants.
MODÉRATEUR : gherla

Re: Raymond et Lucie Aubrac : la calomnie, tome 2

Nouveau message Post Numéro: 11  Nouveau message de François Delpla  Nouveau message 17 Juin 2012, 07:51

En liaison avec ce qui est dit ailleurs sur son exact contemporain Roger Garaudy viewtopic.php?f=30&t=31646&p=393425#p393425, je puis témoigner que la vieillesse de Raymond Aubrac n'eut rien d'un naufrage. J'eus le privilège de le voir six jours avant la fin, ses fonctions physiques déclinaient mais il était toujours le même combattant, au fait de l'actualité des présidentielles et faisant effort pour être présent à la conversation -à laquelle participait l'une de ses filles. Comme une mèche qui s'éteint rapidement après avoir éclairé jusqu'au bout.

Une semaine plus tard, Stéphane Courtois crachait, je le répète, sur sa tombe ouverte. Le fait même que le calomnié ait été jusqu'au bout en forme pour répondre condamne cette exploitation immédiate de son silence définitif et doit révulser, s'ils en sont informés, les honnêtes gens. Ce qui n'empêche pas qu'on puisse et doive répondre.

En admettant par hypothèse qu'il était secrètement inféodé à une puissance étrangère -jusqu'à une date que le souilleur de mémoire ne précise pas, mais faisons-le à sa place, en poussant les choses à l'extrême : jusqu'en 1991-, cela mériterait deux lignes en bas de page s'il ne s'agissait pas d'une personnalité de la Résistance française, bénéficiaire d'une spectaculaire évasion montée par son épouse enceinte en mystifiant Barbie et ses sbires. C'est bien cela qu'il s'agit de dévaloriser, tout lecteur sachant lire des deux papiers de Courtois
http://www.marianne2.fr/blogsecretdefen ... _a573.html
http://www.causeur.fr/aubrac-cote-ombre%E2%80%A6,17022
le constatera sans effort intellectuel excessif.

Si Courtois écrit en tant que militant anticommuniste, c'est à ses camarades qu'il doit rendre des comptes, sur le plan de la morale et de l'efficacité à court et long terme : je n'ai pas à en dire plus ici.

S'il écrit sous sa casquette d'historien universitaire, on ne peut que constater, comme je le faisais plus haut, une absence totale de souci de la chronologie, aussi bien au départ qu'à l'arrivée, et en matière de nuances entre divers moments correspondant peut-être, sait-on jamais, à divers degrés d'engagement. On a bien là un portrait manichéen, celui d'une essence particulièrement maléfique qui a saisi un individu, sans doute à l'âge de ses premières couches qui n'étaient pas encore culottes.

Mais il y a plus, et plus fâcheux encore pour un historien : l'absence de la moindre source, sans que cela paraisse poser problème à celui qui écrit. Certes je suis le premier à dire que l'histoire ne doit pas être frileuse devant les dissimulateurs (un zélateur de Courtois me le rappelle ici : http://fboizard.blogspot.fr/2012/04/ray ... ortem.html ); ainsi peut-elle affirmer, en dépit de l'absence de trace écrite ou de témoignage direct, que Hitler a très probablement fait brûler le Reichstag ou donné l'ordre, à la fin de 1941, de tuer méthodiquement les Juifs d'Europe accessibles à ses SS. Mais c'est en désespoir de cause, parce qu'il n'y a vraiment pas de meilleure preuve et en ayant scruté toute la paperasse possible ! Et le fait qu'il y ait eu un système dictatorial où personne n'aurait pris une telle initiative sans consulter le chef est une forme de preuve tout à fait admissible et convaincante. La preuve ! les efforts que font ceux qui ne sont pas d'accord pour décrire le système nazi comme une pétaudière anarchique.

En l'occurrence, désolé pour le sycophante, Raymond Aubrac ne s'est pas suicidé au lendemain de son cinquante-sixième anniversaire ans en laissant à la postérité une hotte d'énigmes en cadeau. Il est resté, jusqu'à cent ans ou presque, ouvert à tout questionnement. Il a consacré notamment dans ses mémoires, en 1996, tout un chapitre à l'évocation de ses liens avec le mouvement communiste. Il se peut que nos lecteurs ignorent que Stéphane Courtois dirige depuis 1982 une revue d'histoire, souvent de bonne tenue, appelée Communisme. S'il avait quelque chose à redire à ces mémoires, son devoir eût été de les y commenter ligne à ligne, ou de commander à quelque autre spécialiste un article sur ce sujet.

Mais revenons à nos moutons.
Aldebert a écrit:Alors pourquoi dites-vous il ne semble pas avoir d’engagement militant. Qu’en savez vous. ?
Il ne semble est un terme pour le moins très imprécis, je note là comme une partialité.
Quand vous dites « il ne semble pas » au bout du compte vous n’apportez aucune preuve.

Encore une fois vous tendez à minimiser voir à nier à tout prix l’engagement politique de Raymond Aubrac auprès du parti communiste. Que cela fut, cela n’enlève en rien sa participation à la résistance cette participation qui pouvait être justement stimulée par son appartenance au PC.

C’est ma conviction. et je la partage


Belle leçon de rigueur que ces derniers mots !
J'espère t'avoir convaincu que la calomnie resurgie le 11 avril visait autant la Résistance que le communisme.

Sur la question précise du groupe étudiant de formation marxiste fréquenté par Raymond vers 1936, que peut et doit dire l'historien ? D'une part il y a son témoignage : des cours, pas de carte, pas de missions militantes à la clé. D'autre part, des éléments "sociétaux" : il n'est pas entravé par un étiquetage en rouge pour aller étudier aux Etats-Unis (pays qui semble l'attirer nettement plus que l'URSS), ni pour faire la préparation militaire supérieure à une époque de fichage compulsif des communistes dans l'armée française, ni pour faire son service comme officier. Donc, effectivement, de deux choses l'une : soit il nous a dit toute la vérité et il était un étudiant intéressé par le marxisme sans inféodation, soit il était vraiment un agent jouissant depuis le début de couvertures à toute épreuve.

En l'absence de toute preuve de la dernière version, il n'y a pour l'instant aucune raison de mettre en doute le témoignage.

vétéran
vétéran

 
Messages: 5940
Inscription: 22 Mai 2005, 18:07
Localisation: France 95
Région: Région du 95
Pays: FRANCE

Voir le Blog de François Delpla : cliquez ici


Re: Raymond et Lucie Aubrac : la calomnie, tome 2

Nouveau message Post Numéro: 12  Nouveau message de François Delpla  Nouveau message 17 Juin 2012, 11:03

En résumé : tu es honnête, mais as tort de prêter cette qualité à Courtois. Relis et soupèse à loisir ses deux textes (en tenant compte du fait que le deuxième est un peu amélioré grâce à ou, du moins, à la suite de, mon intervention réparatrice chez Merchet - mais en essayant de sauvegarder l'essentiel de l'indécente salissure post mortem).

vétéran
vétéran

 
Messages: 5940
Inscription: 22 Mai 2005, 18:07
Localisation: France 95
Région: Région du 95
Pays: FRANCE

Voir le Blog de François Delpla : cliquez ici


Re: Raymond et Lucie Aubrac : la calomnie, tome 2

Nouveau message Post Numéro: 13  Nouveau message de Judex  Nouveau message 17 Juin 2012, 11:05

Cher Monsieur François Delpla,

Bien qu'a de nombreuses reprises j'ai manifesté mon désaccord profond avec certaines de vos thèses, permettez-moi par ce "message ouvert" de vous remercier et de vous soutenir pleinement dans cette action. Ces tentatives de salissure envers les époux Aubrac sont simplement ignobles et surtout totalement infondées...

Christophe Grégoire.


 

Voir le Blog de Judex : cliquez ici


Re: Raymond et Lucie Aubrac : la calomnie, tome 2

Nouveau message Post Numéro: 14  Nouveau message de François Delpla  Nouveau message 17 Juin 2012, 15:55

Je mentirais en disant que le message précédent me rend triste :D .

Cependant, pas le temps de pavoiser, il faut battre le fer tant qu'il est chaud !

Non pas celui de mes petites élaborations sur le nazisme, mais bien de cette calomnie, dont la résurgence m'a moi-même surpris et déconcerté. D'autant plus que je connais personnellement Courtois et lui reconnais une vraie curiosité d'historien, ainsi qu'une capacité d'autocritique (il l'avait prouvée dans la controverse sur Manouchian des années 80)... même si justement l'affaire Chauvy nous a éloignés, en 1997-98, notre dernier contact datant du procès de première instance. Donc, je savais qu'il soupçonnait Aubrac d'être un agent inavoué, je l'avais vu se compromettre sottement avec Chauvy, mais j'étais à cent lieues de soupçonner qu'il se départirait, et de toute prudence dans ses propos publics concernant le premier, et d'une position consistant à défendre la "liberté d'expression" prétendument menacée de Chauvy sans adhérer à ses calomnies, et qu'il oserait foncer, en rugbyman qu'il est, pour placer sa balle entre les poteaux le jour même de l'annonce du décès de Raymond, au mépris de toute décence. Sa seule force est, en effet, dans son culot : on se dit qu'il n'aurait pu oser une chose pareille sans de très solides raisons.

Cela rappelle d'ailleurs les méthodes d'un dictateur et d'un seul, dont le nom ne commençait point par un S.

Quant à cracher son venin sur deux sites ouverts aux commentaires et à ne rien répondre à ceux-ci, ce sont plutôt des méthodes de guérillero : dans les deux cas on est loin de la démocratie !

Dans l'intervalle, il y a eu l'incident sur Arte en 2001 lors d'un "chat" sur les crimes du communisme : refus de publier mon message à son heure, et réponse au coeur de la nuit après que j'eus protesté contre la censure. http://www.delpla.org/article.php3?id_article=173

On remarquera la forme interrogative : en 2001 encore, SC demande si la publication du mémoire de Vergès signé Barbie "'faisait peur"'. Brusquement, en 2012, on passe en mode affirmatif, et avec quelle assurance, surtout dans le premier texte -le seul hélas que la Toile répercute largement, contrairement à ma réplique et même au texte de Courtois du 14, un peu moins délirant.

Il faut rappeler quelques évidences :

-les Aubrac n'ont jamais demandé l'interdiction du livre de Chauvy, mais une condamnation pour diffamation, et la publicité de celle-ci;

-le tribunal n'a donc pas été sollicité pour "dire l'histoire", mais pour constater une accusation gravissime et le néant de ses preuves;

-les Aubrac n'ont jamais eu peur de l'histoire ni des historiens, témoin leurs relations avec eux, la mise à disposition de leurs archives et souvenirs, leurs pérégrinations dans les établissements scolaires les exposant en permanence, jusqu'à la fin de leurs jours respectifs, à la contestation d'inconnus, profs ou élèves -et Dieu sait qu'il y a des coriaces dans les deux catégories !

Je suis persuadé que Courtois a agi sincèrement, de même que notre Lebel. Il est question de communisme, on n'est pas très pour, on sait que cette mouvance a eu et des agents et des secrets, et vogue la galère ! En plus quelques universitaires, minoritaires mais hauts placés, ont émis des réserves, des résistants font la fine bouche... Il y a là toute une boule malsaine...

... que nous avons tout notre temps pour dissiper. La victoire sera celle de l'histoire, et de ses forums.

vétéran
vétéran

 
Messages: 5940
Inscription: 22 Mai 2005, 18:07
Localisation: France 95
Région: Région du 95
Pays: FRANCE

Voir le Blog de François Delpla : cliquez ici


Re: Raymond et Lucie Aubrac : la calomnie, tome 2

Nouveau message Post Numéro: 15  Nouveau message de Judex  Nouveau message 17 Juin 2012, 16:03

François Delpla, je suis avec vous dans ce combat.


 

Voir le Blog de Judex : cliquez ici


Re: Raymond et Lucie Aubrac : la calomnie, tome 2

Nouveau message Post Numéro: 16  Nouveau message de François Delpla  Nouveau message 19 Juin 2012, 07:48

La plus grosse énormité sans doute, et la plus facile à vérifier pour toute personne qui souhaite s'informer :

Le 11 avril, Courtois prétend :
http://www.marianne2.fr/blogsecretdefen ... _a573.html
Quant à la table ronde de Libération, une anecdote est significative : Aubrac s'est mis en colère au moment même où Daniel Cordier lui a demandé d'avouer enfin qu'il était communiste. Jusqu'au bout, il l'aura nié. C'était un gros poisson de l'appareil, très bien camouflé, en particulier derrière l'image de son épouse Lucie.



Le 14, il tient le même cap avec de curieuses variantes :
http://www.causeur.fr/aubrac-cote-ombre%E2%80%A6,17022
Or, de son côté, Raymond a toujours nié avoir adhéré au Parti communiste. C’est d’ailleurs à la suite d’une question sur ce point posée à Raymond par Daniel Cordier – secrétaire de Jean Moulin – lors d’une table-ronde organisée par Libération et des historiens le 17 mai 1997, que les Aubrac quittèrent la salle, mettant ainsi fin au débat.


Or le compte rendu intégral de cette table ronde dans Libé, publié par le journal en juillet 1997 puis largement répandu sur la Toile, montre qu'elle a été entièrement consacrée aux arrestations et libérations de 1943, et point du tout aux appartenances ou affinités politiques des protagonistes. D'autre part, elle n'a nullement été écourtée, du fait des Aubrac ou de quiconque.


De deux choses l'une : ou bien Courtois ment effrontément et stupidement, en pensant que personne ne va rien vérifier, ou son propre cerveau a, à un moment quelconque, transformé des questions sur les rapports Aubrac-Gestapo en questions sur le communisme, et cela s'est solidifié en une conviction fanatique, le dispensant lui-même de toute vérification.

vétéran
vétéran

 
Messages: 5940
Inscription: 22 Mai 2005, 18:07
Localisation: France 95
Région: Région du 95
Pays: FRANCE

Voir le Blog de François Delpla : cliquez ici


Re: Raymond et Lucie Aubrac : la calomnie, tome 2

Nouveau message Post Numéro: 17  Nouveau message de Aldebert  Nouveau message 19 Juin 2012, 10:53

Bonjour,
Vous écrivez certes fort bien monsieur Delpla mais pour l'instant vous n'avez enrichi en rien le propos concernant Raymond Aubrac. Était-il communiste ou non?.
Qu'apportez-vous comme preuve qu'il ne l'était pas? Le simple fait que l'intéressé le nie! C'est maigre.

Stéphane Courtois, Directeur de recherche au CNRS et historien que vous supposez être un menteur, amène plus d'éléments à prouver qu'il l'était que vous à dire qu'il ne l'était pas.
Bien à vous.
Albert
blog/Aldebert/

http://wiki-rennes.fr/index.php/Cat%C3% ... -le-Coquet

« Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre ! ». Churchill

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3066
Inscription: 22 Jan 2010, 19:22
Localisation: Aquitaine
Région: Aquitaine
Pays: France

Voir le Blog de Aldebert : cliquez ici


Re: Raymond et Lucie Aubrac : la calomnie, tome 2

Nouveau message Post Numéro: 18  Nouveau message de François Delpla  Nouveau message 19 Juin 2012, 12:00

Aldebert a écrit:
Stéphane Courtois, Directeur de recherche au CNRS et historien que vous supposez être un menteur, amène plus d'éléments à prouver qu'il l'était que vous à dire qu'il ne l'était pas.


m'as-tu bien lu ?

Je mets l'accent sur des contre-vérités incontestables et que d'ailleurs tu ne contestes pas, concernant la "table ronde". Mais, entre l'hypothèse du mensonge et celle de la conviction fanatique, je penche pour la seconde.

Ce qui par ailleurs me frappe dans les deux textes, c'est précisément l'absence d'"éléments de preuve". Dans le premier, par exemple, on lit :

Q. Qui était vraiment Raymond Aubrac ?
R. Un agent soviétique, mais pas au sens où il aurait travaillé pour les services d'espionnage de l'Union soviétique. Il était plutôt un membre important du réseau communiste international, un sous-marin communiste si l'on veut ; en tout cas, beaucoup plus qu'un agent d'influence. Un homme comme lui avait évidemment un correspondant à Moscou.


tu ne penses vraiment pas que cette "évidence" souffre d'une carence de preuves ?

Par ailleurs, l'affirmation, non pas d'une proximité que personne ne nie, notamment dans la décennie 1945-1955, mais d'une inféodation étroite et dissimulée d'Aubrac au mouvement communiste, vient comme un cheveu sur la soupe dans un forum sur la SGM. Sauf à démontrer qu'une telle appartenance aurait influé, si peu que ce soit, sur son comportement de résistant et l'aurait fait différer, par exemple, de ceux d'Emmanuel d'Astier ou de Pascal Copeau, fort éloignés du communisme et très proches de lui dans l'action.

Il n'y a pas le plus petit élément qui permette de l'affirmer, et personne ne s'y risque. C'est bien pourquoi Courtois éprouve le besoin pathétique de prétendre, contre l'évidence, que la "table ronde" portait là-dessus.

Cette discussion peut, au demeurant, être utile à tous, non seulement pour dissiper des calomnies visant deux magnifiques combattants, mais pour montrer les mérites d'une histoire méthodique et rigoureuse dans le recul des fanatismes de tout poil.

vétéran
vétéran

 
Messages: 5940
Inscription: 22 Mai 2005, 18:07
Localisation: France 95
Région: Région du 95
Pays: FRANCE

Voir le Blog de François Delpla : cliquez ici


Précédente

Retourner vers LA RESISTANCE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
il y a 3 minutes
par: Tarpan 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 13 
il y a 25 minutes
par: Tarpan 
    dans:  Identification et localisation 
il y a 48 minutes
par: MLQ 
    dans:  21 avril 1944 
Aujourd’hui, 12:32
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Potez 220 
Aujourd’hui, 12:32
par: Marc_91 
    dans:  Série "La dernière Guerre" aux éditions Atlas 
Aujourd’hui, 11:45
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 14 
Aujourd’hui, 11:39
par: Marc_91 
    dans:  Raid sur la Sude des barchini de la Xa MAS 
Aujourd’hui, 11:37
par: Gaston 
    dans:  nos cousins d'Amérique 
Aujourd’hui, 11:31
par: betacam 
    dans:  papy était parachutiste chez les allemands ! 
Aujourd’hui, 11:10
par: Dog Red 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 13 invités


Scroll