Connexion  •  M’enregistrer

APPEL DU 18 JUIN

Répondant à l'appel du Général de Gaulle, des milliers de combattants français se lèvent en Europe et en Afrique. Retrouvez ici la 1ère DFL, la 2ème DB, les FAFL, FNFL... Mais aussi celles et ceux qui ont résisté à l'occupant en entrant dans la clandestinité pour rejoindre le maquis ou les groupes de résistants.
MODÉRATEUR : gherla

Re: APPEL DU 18 JUIN

Nouveau message Post Numéro: 11  Nouveau message de Daniel Laurent  Nouveau message 20 Juin 2011, 02:29

Bonjour,
Attention, Fred, une bonne partie de ce travail a deja ete fait. Comme personne ne clique sur le lien que j'ai donne, je cite un extrait de l'article de l'histomag'44 no.65 :
L’envol :
Les avocats passés ou contemporains du Maréchal Pétain indiquent souvent que de Gaulle s’est envolé de Bordeaux le 17 juin dans l’avion de Spears, représentant de Churchill auprès du gouvernement Reynaud, et qu’il l’a fait surtout de crainte d’être arrêté par le gouvernement Pétain, les deux hommes étant en froid depuis 1924.
Il est dorénavant clair que l’avion était celui mis à la disposition de De Gaulle et pas de Spears. De plus, la décision du départ est immédiate, Spears y adhère aussitôt et décide de partir à Londres avec lui pour l’aider à convaincre Churchill qui hésite car il souhaiterait recevoir à Londres des personnalités françaises de plus haut vol. Les choses étant ce qu’elles étaient, il dû se «contenter » du général bien qu’ayant, lui aussi, présenté à l’origine son arrivée comme étant une «mesure de sécurité ».
Il semblerait d’ailleurs que les bases du texte de l’Appel aient été jetées sur le papier dans la nuit du 16 au 17 juin à Bordeaux, traces d’une demande de De Gaulle pour les services d’une secrétaire ayant été retrouvées dans les archives. Mis à part préparer sa journée du lendemain, qu’il savait devoir être difficile, et établir les bases de sa future politique, on ne voit pas pourquoi il aurait eu besoin d’une dactylo cette nuit la2.
Le 17 juin :
Venant de Bordeaux, Charles de Gaulle et son aide de camp Geoffroy Chodron de Courcel, accompagnés de Spears, atterrissent à l'aérodrome londonien de Heston en fin de matinée.
Il s'installe dans un appartement prêté par un Français, près de Hyde Park, au centre de Londres, au numéro 6 de Seymour Place
En milieu d'après-midi, le général de Gaulle est reçu par Winston Churchill au 10 Downing Street. Les appuis de Spears mais aussi de Duff Cooper ont eu raison des hésitations de Churchill. Le premier ministre britannique décide de mettre la BBC à la disposition du Général. Il a été convenu qu'il ne l'utiliserait que lorsque le gouvernement Pétain aurait demandé l'armistice.
En fin d'après-midi, la nouvelle que le maréchal Pétain vient d'annoncer aux Français qu'il faut cesser le combat parvient à Londres. Le général décide alors de lancer son appel dès le lendemain. Mais Churchill reste évasif. La nouvelle du « il faut cesser le combat » émis par Pétain vers 12h 30 est connue à Londres dès 13h. Rien de neuf à cet égard dans l’après-midi ou la soirée. Mais c’est la que les ennuis commencent avec les hésitations anglaises !
D’une part et contrairement à ce que l’intéressé a écrit plus tard, le siège de Premier Ministre de Winston Churchill est fragile. Les tenants de «l'appeasement », les pacifistes anglais, sont en force dans le gouvernement, sous la houlette de Lord Halifax et avec l’aide active de Robert Vansittart du Foreign Office, connu (à tort) comme churchillien ; il rejette viscéralement, les premiers jours, l’entreprise gaullienne, mais ne saurait être dit pacifiste. Ils ne veulent surtout pas, à ce stade de la guerre, critiquer en quoi que ce soit le Maréchal Pétain car, tout simplement, ils aimeraient imiter son initiative de demande de paix. Il convient aussi de faire la part du classicisme diplomatique car beaucoup de choses s’expliquent par la routine en un temps où elle est mortelle, car Hitler compte dessus.
D’autre part, les Français de Londres ne sont pas unanimement d’accord avec Charles de Gaulle, notamment Alexis Léger et, surtout, Jean Monnet.
Les uns comme les autres feront tout pour édulcorer autant que possible le texte de l’appel, voire l’empêcher.
Pour les comprendre, mais sans pour autant les approuver, il faut bien réaliser qu’Hitler avait complètement berné la quasi-totalité des dirigeants du monde et que se sont ceux qui espéraient alors pouvoir l’arrêter par les armes dans l’immédiat qui passaient pour de dangereux bellicistes.
Le 18 juin :
Au moins 3 versions du texte seront rédigées et vivement discutées ce jour la, sans compter l’ébauche datée du 17. Il semblerait que 2 autres aient existé, mais elles ne sont connues que par des résumés.
Le texte original sortira mal en point de ses affrontements qui durèrent toute la journée. Citons un extrait de l’une des délibérations du cabinet britannique ce jour la :
«Bien que le texte du message ne soulève aucune objection, il n’est pas souhaitable que le général de Gaulle, puisqu’il est persona non grata auprès du gouvernement français actuel, parle à la radio, aussi longtemps qu’on peut espérer que ce gouvernement agisse dans un sens conforme aux intérêts de l’alliance. »
Deux versions du texte diffusé le 18 juin existent :
- Celui qui fut réellement prononcé ce soir la, à 22 heures et non avant comme certains le disent.
- Celui diffuse AVANT par un communiqué de la BBC, donc moins censuré, et qui fut reproduit le 19 par certains journaux français.
Le véritable texte du 18 juin :
L’histoire de ce premier texte diffusé le 18 juin mérite à elle seule une mention spéciale. Le discours ne fut pas enregistré par la BBC. Les premiers à avoir découvert ces différences furent une équipe d’amateurs passionnés sarthois3 qui se procurèrent le texte tel qu’enregistré par les services radiophoniques suisses dans des conditions qui firent dire par J.C. Averty, qui suivait cette affaire, à François Delpla au cours d’une conversation téléphonique que cela ressemblait à «une livraison d’héroïne dans un café de Barbés ».
Publié sans mention de sources en 1990, ce texte ne fut cependant jamais nié par les autorités helvétiques malgré le fait que sa publication dérogeait de quelques mois à l’obligation des 50 ans de non communication, ce qui explique «l'ambiance » lors de sa livraison.
Mais le clou a été enfoncé par Christian Rossé, membre suisse du forum «Le monde en guerre »4 qui a retrouvé dans les archives de Berne le texte original tel que publié, en allemand, par le service d’écoute radiophonique suisse dans son Bulletin du 19 juin 1940 à 6 heures du matin. Le texte et les cotes d’archives figurent ici en encart.

Le véritable texte du premier appel :
Le texte de l’Appel du 18 juin, tel que retranscrit par les services d’écoute suisses.
« Le gouvernement français a demandé à l’ennemi à quelles conditions honorables pourrait cesser le combat. Il a déclaré en outre que la lutte devrait continuer si ces conditions étaient contraires à l’honneur, à la dignité, à l’indépendance de la France.
Nous avons été surpris et submergés par la force mécanique, la tactique de l'ennemi. Mais il y a, malgré tout, des raisons d’espérer.
Croyez-moi, rien n'est perdu pour la France. Les mêmes moyens qui nous ont vaincus peuvent nous apporter la victoire.
La France n'est pas seule ! La France n'est pas seule ! La France n'est pas seule ! Elle peut faire bloc avec la Grande-Bretagne et disposer d’immenses réserves.
La guerre n'est pas tranchée par la bataille de France. Toutes les fautes qui ont été commises n’empêcheront pas qu’un jour l’ennemi sera écrasé Cela pourra se faire grâce à une force mécanique supérieure encore.
Moi, Général de Gaulle, actuellement à Londres, j'invite les officiers et les soldats français qui se trouvent actuellement en Grande-Bretagne ou qui viendraient à s'y trouver, à se mettre en rapport avec moi. Ceci vaut également pour les ingénieurs et les ouvriers spécialistes qui se trouvent déjà en Grande-Bretagne ou qui viendraient à s'y trouver.
Quoi qu’il arrive, la force intérieure de la résistance des Français ne doit pas faiblir. Demain, comme aujourd'hui, je parlerai à la Radio de Londres. »
Dans les archives fédérales suisses de Berne, le compte-rendu du discours du général du Gaulle apparaît dans le Bulletin n° 153 publié par le Gruppe Ohr (Service écoute de la Division Presse et Radio de l’Etat-major Suisse) à 6h00 le 19 juin 1940, à la page 3. Il est rédigé en allemand

Pour l’intégrale de l'article, voir a la page 21 :
portailv2/download/download-1+histomag-44-n-65-mai-juin-2010.php


 

Voir le Blog de Daniel Laurent : cliquez ici


Re: APPEL DU 18 JUIN

Nouveau message Post Numéro: 12  Nouveau message de Vincent Dupont  Nouveau message 20 Juin 2011, 12:18

Je vous suis les gars et connais aussi toutes les vicissitudes de cette histoire...(il y a un docu-fiction qui a été fait là-dessus d'ailleurs...) j'ai juste une copie d'un appel de type juillet placardé dans les rues de Londres qui, je sais, n'a donc rien à voir avec le discours du 18 juin originel...
Vincent

Image
"L'ignorance du passé ne se borne pas à nuire à la connaissance du présent ; elle compromet, dans le présent, l'action même."
Marc Bloch
Fusillé par l'occupant le 16 juin 1944

Redac' Chef Histomag 3945
Redac' Chef Histomag 3945

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3228
Inscription: 20 Fév 2008, 22:44
Localisation: Saint-Quentin
Région: Entre Picardie et Champagne
Pays: France

Voir le Blog de Vincent Dupont : cliquez ici


L'appel de De Gaulle

Nouveau message Post Numéro: 13  Nouveau message de Maquisard07  Nouveau message 30 Sep 2012, 17:12

Je lis dans la présqentation de ce chapitre " répondant à l'appel du général De Gaulle, des milliers de combattants se levèrent..."
Celà est parfaitement inexact. L'appel du général De Gaulle ne fut entendu que par une minorité de Français d'une part. Ensuite, lorsqu'on voit les effectifs réels des hommes ayant rejoint De Gaulle à Londres, on se rend compte qu'ils n'étaient qu'une trés faible minorité. J'ai évoqué le cas de mon père qui n'a entendu parler du général qu'en ...1944 ! D'aprés bien sur ce qu'il m'en a dit.


 

Voir le Blog de Maquisard07 : cliquez ici


Re: APPEL DU 18 JUIN

Nouveau message Post Numéro: 14  Nouveau message de Prosper Vandenbroucke  Nouveau message 30 Sep 2012, 17:36

Bonjour,
Ce texte est en place depuis de nombreuses années.
Et je vous dirais que ce n'est pas pour avoir ENTENDU l'appel, mais pour y avoir REPONDU et cela, tout au long du conflit.
Amicalement
Prosper :|
L'Union fait la force -- Eendracht maakt macht

Image
http://www.freebelgians.be

Administrateur Principal
Administrateur Principal

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 64127
Inscription: 02 Fév 2003, 20:09
Localisation: Braine le Comte - Belgique
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Prosper Vandenbroucke : cliquez ici


Re: APPEL DU 18 JUIN

Nouveau message Post Numéro: 15  Nouveau message de Maquisard07  Nouveau message 30 Sep 2012, 18:13

Exact. Il ne faut pas confondre en effet "entendre" et "répondre".


 

Voir le Blog de Maquisard07 : cliquez ici


Précédente

Retourner vers LA RESISTANCE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Quizz Aviation - Suite 14 
il y a 6 minutes
par: kfranc01 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 13 
il y a 20 minutes
par: Orwell 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
il y a 36 minutes
par: Orwell 
    dans:  papy était parachutiste chez les allemands ! 
Aujourd’hui, 19:39
par: Dog Red 
    dans:  Kommandantur de Redon 35 
Aujourd’hui, 19:00
par: brehon 
    dans:  Ses 16 ans ! 92 aujourd'hui ! 
Aujourd’hui, 18:28
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Utilisation des levées & remplacement et convalescents par les rmées 
Aujourd’hui, 18:28
par: thucydide 
    dans:  L'affaire Wenger 
Aujourd’hui, 16:57
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Koursk ,1943. 
Aujourd’hui, 15:24
par: Dog Red 
    dans:  Comme ils vivaient: à la recherche des derniers Juifs de Lituanie 
Aujourd’hui, 14:01
par: carcajou 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 14 invités


Scroll