Connexion  •  M’enregistrer

Les Maquis en Languedoc-Roussillon

Répondant à l'appel du Général de Gaulle, des milliers de combattants français se lèvent en Europe et en Afrique. Retrouvez ici la 1ère DFL, la 2ème DB, les FAFL, FNFL... Mais aussi celles et ceux qui ont résisté à l'occupant en entrant dans la clandestinité pour rejoindre le maquis ou les groupes de résistants.
MODÉRATEUR : gherla

Les Maquis en Languedoc-Roussillon

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de fbonnus  Nouveau message 30 Avr 2011, 16:45

Image

QU’APPELLE T’ON MAQUIS ?

C’est l’existence de groupes armés clandestins implantés et développés pendant l’occupation allemande dans des zones isolées. D’abord, pour soustraire des hommes recherchés. Puis, pour engager aux côtés des alliés la lutte armée contre l’occupant et les forces de maintien de l’ordre du gouvernement de VICHY.


LOCALISATION DES MAQUIS

En région Languedoc, l’installation de maquis a lieu d’abord dans les régions montagneuses des Cévennes, de la Montagne noire, du nord de l’Hérault de la Lozère et Aveyron. Elle commence réellement à l’invasion de la zone libre à partir de janvier 1943.

Il serait erroné de circonscrire l’histoire des maquis à un seul département. Pour les besoins opérationnels ou tout simplement pour échapper aux poursuites, les maquis recherchent la mobilité. Les limites départementales n’ont pas de sens dans une organisation qui ne répond pas à une structure territoriale ou administrative mais à des initiatives de personnalités intellectuelles, syndicalistes, politiques, militaires, patriotiques qui agissent là où elles se trouvent.

C’est la raison pour laquelle, l’étude des maquis du département de l’Hérault n’a vraiment de sens que mise en perpective dans la région R3 (dénomination FFI Languedoc-Roussillon actuel + Aveyron).

Jusqu’au début des années 44, différents mouvements se sont côtoyés sur le terrain en s’ignorant mutuellement. Peu à peu, sous l’impulsion de leaders qui ont la stature de chefs, ils ont ressenti la nécessité de se grouper sous une même autorité. Ils seront plus efficaces mais aussi plus vulnérables.


CONSITUTION des MAQUIS – REGROUPEMENT - MONTEE EN PUISSANCE

Les maquis, on le comprend bien, ne sont pas nés spontanément après la défaite de nos armées. L’appel lancé de LONDRES, le 18 juin 1940, par un général inconnu, est passé d'abord inaperçu. IL s'adressait d'ailleurs à ceux qui pouvaient se rendre à LONDRES ou qui se trouvaient dans les territoires d'Outre-Mer.

Résignés, les Français font confiance au vieux maréchal PETAIN. Il incarne le prestige du vainqueur de VERDUN, la légalité, et a su mettre fin au désastre militaire à des conditions honorables.

Il fait figure de sauveur de la patrie. Les Français attendent de lui, l’adoucissement de la dette de l’occupation, la suppression de la ligne de démarcation, l’allégement des réquisitions et surtout le retour des prisonniers de guerre dans leurs foyers (1.350.000 environs).

Aussi "l’entrevue de MONTOIRE" entre HITLER et le Maréchal PETAIN en octobre 1940 a réveillé beaucoup de français. La voie de la collaboration ouverte avec l’ennemi est ressentie comme une trahison par certains, comme une ruse par d’autres. L’enthousiasme cède à la méfiance et à la révolte.

L’idée de la résistance armée fait son chemin. En zone libre, à MARSEILLE, le capitaine Henri FRENAY, officier de carrière en congé, crée fin 1941 le mouvement Combat avec Berthy WILD alias ALBRECHT à partir de la fusion des journaux Vérités et Liberté. Il a des contacts dans tous les milieux et charge un avocat replié à MONTPELLIER, Jacques RENOUVIN, de constituer des Groupes Francs dans la zone libre.

L’invasion de la zone libre, en novembre 1942, en violation du traité d’armistice, a accru le sentiment de trahison et de révolte. A côté des groupes francs, qui procédaient à du sabotage en milieu urbain, industriel ou sur les installations ferroviaires, s’implantent dans les lieux isolés des groupes armés de toute obédience.

Les militaires de l’armée d’Armistice devenus disponibles, donneront l' encadrement aux réfractaires au S.T.O (service du travail obligatoire en Allemagne, loi décrétée par VICHY en février 1943 ) qui fourniront les gros bataillons de maquisards.

FRENAY, de "Combat" sera à l’origine des M.U.R. (mouvements unis de la résistance) en rapprochant, en janvier 43, les principaux mouvements de la zone sud (Combat, Libération Sud et Franc-tireur). Il avait rencontré en octobre 1941 Jean MOULIN. Entre les deux hommes, il y a désaccord sur la stratégie. A son retour de LONDRES, FRENAY s’effacera devant MOULIN consacré émissaire du général de GAULLE .

MOULIN présidera à la création du Conseil National de la Résistance (C.N.R.) qui définira le programme social et économique. Toutes les composantes de la Résistance, sauf l’O.R.A., (organisation résistance armée) sont représentées en 1944 au sein de cet organisme qui apporte son soutien au général de Gaulle pour préparer les futures institutions.
Le COMAC, émanation du C.N.R. sera l’interface entre la résistance intérieure et l’armée de la France Libre en compétition et parfois en opposition avec les directives de l’état-major FFI du général KOENIG et des D.M.R (délégué militaire régional).

L'Armée Secrète (A.S)* branche armée des MUR se constitue. Le commandement national est confié au Général DELESTRAINT, officier de carrière traditionnel. Elle cohabitera avec l’O.R.A. et les F.T.P. (francs-tireurs partisans) qui ont leur propre hiérarchie. Tous trois adhéreront en 1944 pour former les FFI.


LA STRATÉGIE – GUERILLA

La stratégie générale est définie par les alliés qui seuls disposent des gros moyens militaires pour abattre le géant allemand,les italiens et japonais. Le général DE GAULLE, militaire de carrière, compte d’abord sur l’armée des F.F.L. et d’Afrique. Mais, la résistance intérieure est un levier redoutable contre un ennemi puissamment armé mais lourd de son organisation et des ses équipements, dont il ne peut se passer. C’est la lutte de David contre Goliath.

Ces groupes pratiquent la guérilla, forme de combat qui consiste à frap-per par surprise là où se présente une faiblesse. La technique : embuscades, actes de sabotage, attentats individuels, vise à créer un climat d’insécurité et de terreur auprès de l’ennemi confronté constamment à un adversaire invisible, cloisonné, anonyme mais toujours présent.

Elle ne nécessite pas un armement lourd ni une logistique encombrante (armes légères automatiques, grenades, explosifs). Mais elle requiert beaucoup de mobilité, de sang froid, d’initiative individuelle et une bonne connaissance du terrain. Après l’attaque, le groupe organisé en trentaine ou centaine se disperse rapidement dans la montagne toujours prêt à se regrouper pour de nouvelles actions.

Ces actions supposent une grande autonomie et une immersion quasi totale dans la nature à l’écart de la population. Cela implique la recherche de véhicules, vivres, carburant auprès de particuliers par le jeu impopulaire des réquisitions. Parfois, des braquages de postes ou bureaux de tabac, assimilés à des actes de banditisme amplifiés par la propagande allemande, ont contribué à jeter le discrédit sur certains maquis.


ORGANISATION

Elle est consécutive à deux concepts militaires :
Les uns sont partisans de l’intervention militaire au J – (jour du débarquement allié ) – selon des plans préétablis et coordonnés avec les alliés. C’est le concept développé par le général de GAULLE, mis en application avec plus ou moins d’efficacité par le général KOENIG, chef d’état-major FFI nommé par de GAULLE.

La complexité des réseaux, rend en effet les communications difficiles. La TSF permet, sur ondes courtes, de recevoir des messages de radio Londres pour des missions urgentes préétablies selon des noms de code.

Ce concept tient compte des représailles sanglantes exercées par les troupes allemandes auprès de la population environnante des lieux de combat. Ne pas faire subir à la population, déjà éprouvée par l’occupation, des souffrances supplémentaires.

Des Centres mobilisateurs sont organisés dans des fermes isolées. Quelques permanents sont chargés de recevoir les parachutages, garder les armes, stocker les équipements et le matériel, assurer les liaisons et l’instruction, recevoir et équiper les maquisards. Les convocations sont organisées et des systèmes de ramassage mis en place.

Les autres sont partisans de l’action immédiate et révolutionnaire menée intensément. C’est l’insurrection du peuple qui doit se libérer dans une sorte de purification idéologique. Cette conception radicale, courageuse mais désordonnée, a conduit beaucoup de jeunes au poteau ou à la pendaison, à la déportation, sans que les Allemands aient à souffrir d’actions non maîtrisées.

Bien entendu, les doctrines ne sont pas aussi radicalement établies. Dès le débarquement en Normandie, le 6 juin 1944, les maquisards sont à leur poste prêts à mener les actions qui vont retarder ou empêcher les unités allemandes de rejoindre le front de Normandie.

La difficulté première pour les maquis est d’éviter les rassemblements importants. Se réfugier dans des fermes isolées ou abandonnées. Pouvoir les abandonner à la moindre alerte. Ce qui suppose la recherche permanente de lieux de rechange et explique la mobilité des maquis qui ne connaissent pas les limites départementales.

Les responsables des maquis, conscients du risque qu’ils font tenir à la population environnante, acceptent au prix de leur propre sécurité de se déplacer, tels le maquis Bir Hakeim, les Corsaires, le maquis de l’Aigoual Cévennes. Dans la plus part des cas, la population ignorant les avis des Maires et conseillers municipaux, prend des risques pour ravitailler et renseigner le maquis.

L’apport des réfractaires au Service du Travail Obligatoire en Allemagne (S.T.O.) et plus tard des gendarmes et des jeunes des chantiers de jeunesse a posé dangereusement le problème de l’hébergement et du ravitaillement. Contraints de s’organiser, les maquis deviennent plus repérables et vulnérables à la dénonciation.

Tout excès de ravitaillement et de consommation anormale de tickets d’alimentation est rapproché des mouvements suspects d’individus dénoncés par les collaborateurs ; autant d’indices exploités immédiatement par les Allemands ou les miliciens qui montent des opérations très ciblées.

Ces impératifs d’isolement, pose aussi le problème crucial du ravitaillement en armes, munitions, bois de gazogène, essence et véhicules.


L’ARMEMENT

L’armement est constitué d’abord de bric et de broc. Il s’agit d’armes camouflées par l'armée d’armistice, soustraites au cours d’embuscades tendues aux miliciens, gardes mobile, troupes allemandes. Mais les parachutages alliés ont été l’une des actions vitales sans laquelle les maquis auraient été inopérants. Dans le temps, ils ont permis de standardiser dans une certaine mesure l’armement.

Le parachutage d’armes et d’équipements se fait à l’aide de "containers". Les armes et explosifs sont adaptés à la guérilla.

Pistolet-mitrailleur anglais STEN,
Fusil-mitrailleur BREN
Mitrailleuses browning américaine,
Fusil bren anglais,
Colt américain 45,
Mortiers de 30 ou 60m/m,
Grenades défensive US et anglaise
Pain de TNT, différents allumeurs
Quelques armes de l’armée française soustraites aux garde-mobiles, ou aux inventaires de la Commission d’armistice :
Mousqueton
Pistolet-mitrailleur MAS 39
Fusil MAS 36
FM 24/29
Mitrailleuse HOTSCKICH
Grenades

On trouvera au Musée une panoplie d’armes et d’explosifs également les schémas indiquant la mise en œuvre pour le sabotage des rails de chemins de fer (allumeurs, explosifs, détonateur, mèches et cordeaux détonants)


LES TERRAINS DE PARACHUTAGE - COMMUNICATIONS

C’est avec un soin particulier que les terrains de parachutage sont choisis en collaboration avec des missions alliées appelés " jadburgh" et homologués à LONDRES soit auprès du BCRA (Bureau Central de Renseignement et d’action) sous un nom de code (limaçon, rabelais, sculteur)., soit auprès des services de renseignements alliés :

- Spécial Opérations Exécutive (SOE) créé en 1940 par les britanniques
- Office of Strategic Services (OSS) pour les américains

On trouvera au Musée de la résistance le plan des terrains de parachutage et on constatera avec surprise leur densité.

On n’insistera jamais assez sur l’importance des missions alliées de 3 ou 4 membres, dont bien souvent un français, qui assurent les communications radios et contribuent à une certaine régulation des parachutages. Ils sont aussi de précieux instructeurs et conseillers militaires, notamment pour la mise en œuvre des explosifs.

On trouvera ces différentes postes émetteurs au musée du CRHRD et des insignes, lettres, souvenirs des hommes parachutés en Languedoc pour le compte des SOE ou OSS.


LES RENSEIGNEMENTS

La guérilla suppose des renseignements sur les intentions de l’ennemi, ses déplacements.
Le Noyautage des administrations publiques (N.A.P.) entrepris par des fonctionnaires résistants est une action délicate mais importante qui permet de disposer dans l’administration, la police, la gendarmerie, des complicités nécessaires pour obtenir des laissez-passer, de faux tickets d’alimentation, de fausses cartes d’identité.

Le N.A.P. permet de débusquer aussi des collaborateurs zélés. Se croyant à l’abri de leurs fonctions, ils seront châtiés sévèrement. Des actions punitives sont menées contre les plus compromis, d’autant plus dangereux qu’ils bénéficient de la respectabilité publique.

On comprend dans ce contexte de haine, les excés des actions punitives lancées de part et d’autre à la suite de dénonciation. Les uns dénonçant aux allemands, les autres aux maquis, certains dénonçant aux uns et aux autres. Toute une littérature spécialisée, à lire avec prudence, a épuisé le sujet d’une manière parfois complaisante.
Il n’en reste pas moins que certains fonctionnaires jouant le double-jeu, parfois le triple-jeu, donnant des gages à la résistance et des renseignements aux allemands, ont échappé à l’épuration. Certains seront confondus plus de trente ans après les événements (affaire BOUSQUET, affaire PAPON).


LA REPRESSION

Les services de propagande du gouvernement de VICHY et les Allemands ne cesseront de condamner et traquer les mouvements de résistance sous l’appellation de bandits, terroristes, communistes à la solde de pays ennemis (l’Angleterre), d’appeler la population à les dénoncer et organiser avec les Allemands des expéditions en vue de les réduire.

Les Anglais sont présentés comme les ennemis héréditaires des français qui profiteraient de la situation pour faire main basse sur nos colonies. Des actions psychologiques visant à flatter l’orgueil national sont menées, telles le rapatriement en grande pompe des cendres de l’Aiglon (fils de Napoléon) entreposées à Vienne à la crypte des Capucins.

Les Allemands se présentent comme les champions de la lutte contre le bolchevisme et incitent le gouvernement à prendre toutes les mesures pour participer à l’effort de guerre économique (réquisitions, appel aux travailleurs volontaires et bientôt obligatoires). Une division militaire (division SS Charlemagne) est constituée de volontaires français pour se battre sur le front Russe. Les communistes sont donc particulièrement traqués par les Allemands et par le gouvernement de VICHY et seront l’objet des châtiments les plus durs.

Enfin, il faut souligner que dans le cadre de la convention d’Armistice et celui de la collaboration, le maquisard ne bénéficie pas de la protection juridique due aux combattants par la Convention de Genève. Depuis l’Armistice, la France n’est plus en état de guerre. Pris les armes à la main, le "franc-tireur" n’est pas considéré comme un combattant au sens juridique du terme et peut être exécuté sur-le-champ.

En outre, les services de police allemande et française procèdent à des rafles à la sortie des cinémas ou de spectacles. La plupart est relâchée mais certains d’entre eux sont retenus comme otages dans les geôles de la gestapo ou de la milice, d’autres sont déportés en Allemagne.

A l’approche du débarquement, quand l’action militaire des maquis s’intensifie, des pendaisons auront lieu à NIMES, des exécutions capitales à BEZIERS, MONTPELLIER.



LES RESULTATS MILITAIRES - COORDINATION

Les résultats ne se mesurent pas en terme de bilans de pertes infligées à l’ennemi comme il est d’usage de le faire dans les unités de l’armée régulière. L’effet psychologique est aussi important que les pertes humaines ou matérielles. La combinaison coordonnée d’actions de la guérilla, qui se réalise à la date du débarquement, oblige l’ennemi à abandonner certains axes de circulation jugés dangereux, à concentrer ses forces dans des garnisons, à protéger les installations nécessaires à son ravitaillement et à ses déplacements (rails et routes).

Ce sont ces actions concertées entre alliés et maquisards de la région qui permettront en août 44 de dérouter vers le Nord de Montpellier sur des itinéraires secondaires, le repli et la destruction d’un fort potentiel ennemi. Ils épargneront probablement MONTPELLIER de rencontres sanglantes.

Enfin, il faut réaliser que la coordination du commandement de ces maquis a demandé de gros efforts et des risques énormes pour organiser des rencontres entre chefs, établir des protocoles, des répartitions équitables d’armes et de matériels.


LA STRATÉGIE

Contre les maquis, les Allemands développent plusieurs tactiques :
- la propagande, radios, affiche auprès de la population pour dénoncer la résistance comme des actes de banditisme (la lutte contre le bolchevisme est honorée comme le sacrifice du soldat allemand, les travailleurs français doivent participer à cet effort )
- le renseignement à partir des maillages de police allemande et française, de dénonciation de collaborateurs.
- arrestations, tortures, exécutions, déportation
- des opérations militaires
- des représailles sur la population civile

Le centre régional d’histoire et de la résistance vous permettra dans un parcours initiatique constitué de panneaux et d’objets de collection, d’audio-guides, seuls ou sous la conduite de personnels du Musée, d’en connaître un peu plus sur cette triste période.

N’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires et de vos observations. Nous sommes là pour comprendre, à partir d’une vision des faits bien établis, comment et pourquoi des français mais aussi des étrangers ont contribué au péril de leur vie à "prendre le maquis".

Cet article a été rédigé par René BRUGIE
selon les témoignages directs d'anciens résistants




Le Maquis Bir-Hackeim
Image
Maquis Bir-Hakeim - Bataille de 1942

Depuis Mars 1943 et l’instauration du S.T.0., de nombreux maquis ne cessent de se développer dans la région R3, c’est-à-dire dans la région de Montpellier. Le maquis Bir Hakeim et le maquis Aigoual-Cévennes en sont deux exemples.
Il est créé durant l’été 1942 par le commandant Rigal, chef de l’armée secrète de Toulouse, et par Jean Capel, dit commandant Barrot, originaire de Lamalou-les-Bains et issu du mouvement Combat. Ces deux hommes, aidés par Couci, instituteur à Montpellier, recrutent des jeunes hommes pour former à la technique de la guérilla. Ce premier groupe est reconnu par l’armée secrète le 2 juin 1943. Christian de Roquemaurel, sous officier de cavalerie, en assure l’instruction. La 1ère base d’instruction s’installe au hameau de l’Estibi, à 15km de Villefranche de Rouergue ; les maquisards sont alors au nombre de 35.

Le 25 août 1943, ce maquis école qui instruit une cinquantaine de jeunes, étudiants de la fac de Toulouse, ouvriers, employés et républicains espagnols, est transféré sur le plateau de Douch, à l’ouest de Bédarieux, dans une zone montagneuse très accidentée. C’est à cet endroit que sera livré l’un des premiers combats important du maquis contre les forces d’occupation.

Pour étoffer ces troupes, le commandant Barrot installe un bureau de recrutement à Montpellier et entre en relation avec un groupe de patriotes dirigé par le capitaine Demarne installé dans la région de Clermont l’Hérault, région située idéalement entre plaine et montagne.

Le maquis Bir Hakeim agrandit son champ d’action et déplace son activité en Ardèche, dans le Gard et en Lozère où il est rejoint par les membres d’un maquis d’antifascistes allemands dirigé par Otto Kühne. Les coups de main, les attaques contre les armées d’occupation se multiplient non sans danger, et attirent représailles, arrestations, fusillades, déportations. Le 12 avril 1944, une importante colonne de 2 000 SS équipée de 100 véhicules d’artillerie mène une attaque contre le maquis ; c’est un échec.

Le 28 mai 1944, le maquis replié à la Parade en Lozère est encerclé. Les maquisards étaient au nombre de 67 ; seuls 8 réussissent à s’en sortir. Le maquis Bir Hakeim est reconstitué par de très rares rescapés sous le commandement du capitaine Demarne, qui parvient à recruter, équiper, armer et instruire une centaine de jeunes hommes. Nombreux sont les habitants de Clermont l’Hérault qui le soutiennent malgré les dangers.

Dans la nuit du 3 au 4 août 1944, un parachutage est effectué près de Gignac. Le commandant Demarne est tué. Le maquis continue ses activités en vue de la victoire finale, dirigé par Rouan dit Montaigne. 120 gendarmes et quelques officiers de réserve se joignent au groupe.

Le 15 août 1944 a lieu le débarquement en Provence, ce qui provoque le repli des troupes d’occupation. La 1ère compagnie Bir Hakeim contrôle la RN9 de Lodève à Pézenas, la 2e compagnie la RN9 de Lodève à Montpellier ; d’autres maquis de l’Aveyron et de l’Hérault sont aussi présents.
Les hommes de Bir Hakeim ont été volontaires, dans l’ensemble, pour continuer la lutte de la libération du sol national jusqu’à la victoire sur l’Allemagne et le Japon. Ils ont été intégrés le 3 septembre 1944 à la brigade Légère du Languedoc crée par Gilbert de Chambrun (Colonel FFI CARREL) pour former le 3e bataillon aux ordres du Commandant Boudet et présents à la 1ère Armée Française au 80e régiment d’infanterie jusqu’en avril 1946, date de la dissolution au Tyrol.

93 membres du maquis Bir Hakeim sont morts pour la France.



Le maquis d’Aire-de-Côte
Image

Sa vie fut brève et tragique. Fondé en mars 1943, il a été l’un des premiers maquis de la région du Gard. Il était constitué au départ de réfractaires au Service du travail obligatoire, et soutenu à Saumade par son maire, Fernand Borgne.
Le 1er juillet 1943, les maquisards sont surpris par les chasseurs-parachutistes allemands. Le bilan est lourd. Quelques rescapés poursuivent le combat avec le maquis de Lasalle, qui constituera en juillet 1944, avec le maquis d’Ardaillès, l’ossature du grand maquis Aigoual-Cévennes, animé par le chef Marceau.

Au Mas de la Carrière, se dresse une stèle portant les noms des morts du maquis d’Aire-de-Côte. Elle s’élève près de la tombe de Marcel Bonnafoux, le chef Marceau, tombé à l’aube du 10 août 1944 en menant l’attaque du Vigan.

Au Saumane, où est né le maquis Aigoual-Cévennes, une stèle rend hommage à ces combattants de l’ombre.
« Alors mon petit Robert, écoutez bien le conseil d'un père !
Nous devons bâtir notre vie de façon à éviter les obstacles en toutes circonstances.
Et dites-vous bien dans la vie, ne pas reconnaître son talent, c'est favoriser la réussite des médiocres. »
_________________________________________________
Michel Audiard

Administrateur
Administrateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 12290
Inscription: 18 Avr 2010, 17:07
Localisation: En Biterre
Région: Languedoc
Pays: France

Voir le Blog de fbonnus : cliquez ici


Re: Les Maquis en Languedoc-Roussillon

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de gibraltar114  Nouveau message 03 Mai 2011, 18:37

juste un detail fbonnus, la rentrée de l'O.M.A (O.R.A.) au C.N.R. date de mars 1944.

vétéran
vétéran

 
Messages: 562
Inscription: 21 Juil 2010, 11:11
Région: rhone
Pays: france

Voir le Blog de gibraltar114 : cliquez ici


Re: Les Maquis en Languedoc-Roussillon

Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de Barbu  Nouveau message 08 Aoû 2011, 21:42

Bonsoir. En dehors du maquis "Bir Hakeim", je crois qu'il y avait des maquis FTPF dans le Gard, l'Hérault, et l'Aude. Pourquoi ne pas en parler? Le maquis "Jean Grandel" ou le maquis "Valentin" par exemple. Pour les combats de Saint Pons de Thomières, le maquis Bir Hakeim ne parait pas y avoir participé, si j'en crois le témoignage d'Ange Alvarez et de Serge Molostoff: "Mémoires de Résistances" aux éditions "Espace sud". La plaque apposée à Saint Pons parait confirmer ceci.
Pour le résumé sur les maquis, je trouve assez fort de faire un historique de ces mouvements sans pratiquement parler des FTPF. Par contre la part belle donnée à Frenay, qui a créé son mouvement, pour , au départ et bien après, renseigner les américains, mais qui ne voulait pas avoir affaire à De Gaulle (Voir in "L'histoire de la Résistance en France" deNoguères et Degliame-Fouchet)
Amitiés. Bernard


 

Voir le Blog de Barbu : cliquez ici


Re: Les Maquis en Languedoc-Roussillon

Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de Litjiboy  Nouveau message 08 Aoû 2011, 22:20

Au lieu de tirer sur l'ambulance, pourquoi ne complétez- vous pas le travail de Fred, Messieurs? ::pipo:: ::dubitatif::

Amicalement,

Lo


 

Voir le Blog de Litjiboy : cliquez ici


Re: Les Maquis en Languedoc-Roussillon

Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de Prosper Vandenbroucke  Nouveau message 08 Aoû 2011, 22:48

Litjiboy a écrit:Au lieu de tirer sur l'ambulance, pourquoi ne complétez- vous pas le travail de Fred, Messieurs? ::pipo:: ::dubitatif::

Amicalement,

Lo


Merci Laurent.
Bien que connecté, je n'étais pas devant mon écran pendant un certain temps.
Je vois que tu as été plus rapide que moi.
Amicalement
Prosper ;)
L'Union fait la force -- Eendracht maakt macht

Image
http://www.freebelgians.be

Administrateur Principal
Administrateur Principal

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 66223
Inscription: 02 Fév 2003, 21:09
Localisation: Braine le Comte - Belgique
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Prosper Vandenbroucke : cliquez ici


Re: Les Maquis en Languedoc-Roussillon

Nouveau message Post Numéro: 6  Nouveau message de fbonnus  Nouveau message 08 Aoû 2011, 22:51

Juste un petit mot aux donneurs de leçons : ce post n'avait pas vocation à être universel , alors plutôt que de critiquer, rajoutez vos connaissances, ce forum est justement fait pour ça.
Ce genre de réactions incite plutôt à ne plus rien poster du tout, car tant qu'à être une "ambulance", je préfère disparaître.

Ps.: j'ai une sainte horreur de l'élitisme et des donneurs de leçons, et tout autant des pousse-mégots ...
« Alors mon petit Robert, écoutez bien le conseil d'un père !
Nous devons bâtir notre vie de façon à éviter les obstacles en toutes circonstances.
Et dites-vous bien dans la vie, ne pas reconnaître son talent, c'est favoriser la réussite des médiocres. »
_________________________________________________
Michel Audiard

Administrateur
Administrateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 12290
Inscription: 18 Avr 2010, 17:07
Localisation: En Biterre
Région: Languedoc
Pays: France

Voir le Blog de fbonnus : cliquez ici


Re: Les Maquis en Languedoc-Roussillon

Nouveau message Post Numéro: 7  Nouveau message de Barbu  Nouveau message 09 Aoû 2011, 22:36

Bonsoir. Le "posse-mégot" (pour ne pas parler de matière odorante)s'est permis d'intervenir de cette manière pour deux raisons: tout d'abord, il vient sur ce site pour se détendre et s'instruire, après sa journée de chantier, et sa journée de paperasses (et/ou de rendez-vous) (qui a dit le mot congés? ::dubitatif:: ), ce qui lui laise peu de temps pour la recherche historique. Ensuite, quand il rencontre un fil intitulé "Les Maquis en Languedoc-Roussillon", il s'attendait à trouver un solide résumé de l'histoire de ces maquis. Or vous débutez par un historique bizarre des maquis en général, dans lequel il y a beaucoup à dire. Je m'étonne que bien peu parmi vous, ne citent "L'Histoire de la Résistance en France" de Noguères en 10 volumes. C'est un ouvrage que j'ai du mal à lire (il faut en user avec un calepin et un stylo comme disait Jardin-David ailleurs), mais qui représente une mine de renseignements. L'avantage de cet ouvrage tient au fait qu'il progresse chronologiquement, et que chaque chapitre est relativement résumé en table des matière, ce qui me permet de trouver ce dont j'ai besoin, sans avoir lu le livre. Vous reprenez textuellement, si j'ai bien compris,un laïus qui n'est qu'une approximation tendancieuse (je pèse mes mots) de l'histoire des maquis. Pourquoi n'avoir pas vous même rédigé cette présentation: vous nous avez habitué à de bien meilleures choses ?
Vous achevez votre courrier par l'historique succint du maquis Bir Hakeim, maquis , si j'en crois l'ouvrage que je possède (René Maruéjols et Aimé Vielzeuf aux éditions Famot 1976) laisse une impression de malaise pour ceux qui s'intéressent à l'histoire de la Résistance. D'autre part certaines citations me posent problème (par exemple: je n'ai jamais entendu parler de Rigal comme chef de l'AS à Toulouse, ni dans les revues R4 , ni dans le livre sur la Résistance en R4. Il me semble, en plus, qu'à l'époque, un chef de l'AS n'aurait pas abandonné son poste pour aller créer un maquis: il avait autre chose à faire! Ne serait-ce pas, par hasard un chef DANS l'AS? Ce qui serait passablement différent, et plus logique. Pas mal aussi l'attribution du grade, dans la Résistance, jusqu'à peu de temps avant la libération, il n'y avait pas de grade: il y avait des chefs)
Puis vous achevez par un entrefilet sur le maquis d'Aire de côte.Ce qui apparait pour le moins succint.
En passant, dans la première partie de ma réponse, j'ai posé des questions d'amateur, et personne ne m'apporte de réponse, par contre quand je fais remarquer des erreurs manifestes, on dit que je tire sur l'ambulance...
Voilà en réponse à la volée de bois vert que j'ai reçu de toute part. J'ajouterais, pour finir, que la présence de mon père (pour combien de temps encore?), ancien résistant, me pousse à réagir (avec trop de vigueur...mais jusqu'à quel point?) lorsque je vois écrit des textes comportant des erreurs. Je n'ai pas vocation à être un "donneur de leçon", par contre l'Histoire ne souffre pas l'approximation, mais la précision. Autrement c'est la porte ouverte à tous les négationnismes, que certains d'entre nous combattent vigoureusement sur certains sites. Ne vous en déplaise, je suis élitiste pour tout mon travail (c'est la condition sine qua num de l'existance de ma petite entreprise), et cela transparait dans mes positions sur l'histoire en général et celle de la Résistance en particulier. Maintenant si vous refusez la critique constructive....
Pour en revenir au fil lui-même,une question supplémentaire: quel est le drapeau que vous affichez en ouverture?
C'est tout pour aujourd'hui (demain il y a école!) Amitiés(si vous en voulez). Bernard


 

Voir le Blog de Barbu : cliquez ici


Re: Les Maquis en Languedoc-Roussillon

Nouveau message Post Numéro: 8  Nouveau message de HistoQuiz  Nouveau message 10 Aoû 2011, 19:54

Bonjour,
Si vous avez des modifications, des corrections, ajouts à apporter...vous pouvez le faire poliment ?
C'est au-delà de vos possibilités ???
La politesse élémentaire vous est elle étrangère à ce point ??
Il est toujours possible d'exposer son opinion avec humilité sans avoir à "insulter" l'auteur.
C'est ce qu'on appelle l'intelligence ....une preuve de tact !


 

Voir le Blog de HistoQuiz : cliquez ici


Re: Les Maquis en Languedoc-Roussillon

Nouveau message Post Numéro: 9  Nouveau message de Barbu  Nouveau message 30 Aoû 2011, 21:34

fbonnus a écrit:QU’APPELLE T’ON MAQUIS ?

C’est l’existence de groupes armés clandestins implantés et développés pendant l’occupation allemande dans des zones isolées. D’abord, pour soustraire des hommes recherchés. Puis, pour engager aux côtés des alliés la lutte armée contre l’occupant et les forces de maintien de l’ordre du gouvernement de VICHY.

Bonsoir. Je reprends, à la petite semaine. Je pense que la définition est trop restrictive: les maquis sont le bras armé des mouvements de résistance. On ne peut pas dissocier Maquis et Résistance: les maquis font partie, sont partie de la Résistance. Ce sont, effectivement des groupes armés, mais pas forcément implantés dans des zones isolées: il y a eu des maquis urbains très efficaces: les maquis de la MOI par exemple, ou le groupe Morhange à Toulouse entre autre. En outre, quand on regarde une carte de la France rurale de l'époque, on s'aperçoit rapidement que les maquis n'étaient généralement pas dans des secteurs isolés: il leur fallait une population autour ne serait-ce que pour se ravitailler, et les campagnes françaises de l'époque étaient bien peuplées (ne pas comparer avec aujourd'hui).
Les premiers groupes armés sont le fait , d'abord, d'hommes qui refusent la défaite, et encore plus l'avilissement du gouvernement de fait. J'ai peur de me tromper, mais je pense que les premiers groupes organisés sont les groupes de l'OS du PCF dès 1940-41 ( les FTPF ne seront créés qu'en 1942)Après sont venus d'autres mouvements. Ce ne sont pas forcément le fait de gens qui doivent se cacher, au contraire: il faut une base arrière, et les responsables doivent pouvoir naviguer pour mettre au point leur groupe armé. Plus tard, ces groupes serviront à cacher des réfractaires de tout bord. C'est la grande idée du général De Gaulle que d'unifier ces mouvements de résistance, et donc ces groupes armés sous le terme générique de MUR, et d'AS, unification qui ne sera pas complète au niveau des hommes , mais qui le sera plus ou moins au niveau de la direction. Ne perdons pas de vu que la Résistance, quoiqu'en disent certains, est un mouvement politique: ce sont des gens qui disent NON à l'envahisseur, et au gouvernement de Pétain. Le clivage est totalement différent de celui que nous connaissons: il n'y a pas de communistes, ou de gens de droite, il n'y a que des combattants ( ce qui permis à mon père humaniste d'avoir pour bon copain un royaliste bon ton, au sein d'un groupe FTPF :bravo: ), un objectif premier: chasser l'ennemi (allemand et français) du pays, et faire en sorte que ça ne se reproduise pas et l'on débouche sur le programme du CNR. Voilà quelques réflexions, mais j'ai le sentiment très fort que c'est bien insuffisant: il faudrait creuser tout ça; jeunes historiens, profitez que les anciens sont toujours là pour vous faire raconter leur enthousiasme qui n'est pas étranger à ce mouvement qui ne s'était jamais vu avant. Amitiés. Bernard


 

Voir le Blog de Barbu : cliquez ici


Re: Les Maquis en Languedoc-Roussillon

Nouveau message Post Numéro: 10  Nouveau message de fbonnus  Nouveau message 30 Aoû 2011, 21:36

Excellent cher Bernard.

Toutefois, par chez nous, le terme "maquis" est utilisé à la base pour signifier les zones de "garrigues", je pensais bêtement que cela venait de là ... et que l'on avait tout simplement repris ce terme pour désigner les groupes de résistants qui se réfugiaient justement dans ces maquis.

Amicalement

PS.: en voici d'ailleurs une définition du terme :

Les maquis sont des formations végétales principalement arbustives et buissonnantes que l’on retrouve typiquement dans les milieux méditerranéens et ils proviennent de la dégradation de la forêt méditerranéenne tout au long des siècles qui sont le plus souvent dues à des incendies ou des surpâturages.
« Alors mon petit Robert, écoutez bien le conseil d'un père !
Nous devons bâtir notre vie de façon à éviter les obstacles en toutes circonstances.
Et dites-vous bien dans la vie, ne pas reconnaître son talent, c'est favoriser la réussite des médiocres. »
_________________________________________________
Michel Audiard

Administrateur
Administrateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 12290
Inscription: 18 Avr 2010, 17:07
Localisation: En Biterre
Région: Languedoc
Pays: France

Voir le Blog de fbonnus : cliquez ici


Suivante

Retourner vers LA RESISTANCE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 18 
Aujourd’hui, 20:43
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 14 
Aujourd’hui, 19:43
par: kfranc01 
    dans:  QUIZZ AVIATION - SUITE 15 
Aujourd’hui, 19:08
par: Lusi 
    dans:  LES CAUSES D'UNE DEFAITE LA FRANCE POUVAIT-ELLE GAGNER? 
Aujourd’hui, 18:36
par: MichaelHunter 
    dans:  LA BATAILLE DE HANNUT 
Aujourd’hui, 18:30
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  RAF 1916 - 2016 
Aujourd’hui, 17:10
par: facecachee5 
    dans:  NAUFRAGE du LAMORICIERE 1942 Départ d'ALGER 
Aujourd’hui, 16:51
par: brehon 
    dans:  MARKET GARDEN, PLAN ET EXECUTION CE QU'IL AURAIT FALLU FAIRE POUR GAGNER... 
Aujourd’hui, 16:43
par: MichaelHunter 
    dans:  [DU 1er SEPTEMBRE 2018 au 31 OCTOBRE 2018]: Feu sur les véhicules d'écolage ( Allié ou Axe) 
Aujourd’hui, 16:40
par: Signal Corps 
    dans:  MUSIQUE 
Aujourd’hui, 15:14
par: betacam 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 22 invités


Scroll