Connexion  •  M’enregistrer

MOULEYDIER

Répondant à l'appel du Général de Gaulle, des milliers de combattants français se lèvent en Europe et en Afrique. Retrouvez ici la 1ère DFL, la 2ème DB, les FAFL, FNFL... Mais aussi celles et ceux qui ont résisté à l'occupant en entrant dans la clandestinité pour rejoindre le maquis ou les groupes de résistants.
MODÉRATEUR : gherla

MOULEYDIER

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de Pierre.S  Nouveau message 07 Déc 2010, 02:15

Bonjour,

Pour complêter l'article paru dans l'Histomag, "une histoire française", j'ai trouvé ce témoignage "vu de l'autre côté du pont":


Mouleydier village martyre par Louis Foxonet

Copie de l’article paru dans Nestor du 5 avril 1948.

Résistants, maquisards, chers lecteurs de " Nestor ", ce récit vous est fait par un combattant qui a vécu cette tragédie, de la première balle tirée, à la destruction complète de Mouleydier et au massacre de la majeure partie de ses défenseurs.
Ces souvenirs sont si pénibles que ce n’est qu’à la demande de quelques-uns des nôtres que je me résous à les publier.
Dix Neuf juin 1944, cinq heures du matin (date à jamais gravée dans ma mémoire). L’aube se lève, le silence le plus complet règne et, seuls les rossignols déchirent de leurs chants matinaux cette douce quiétude.
Le village est encore endormi, un épais brouillard couvre la Dordogne qui coule à nos pieds. Nous sommes en position depuis la veille dix sept heures, heure à laquelle nous avons relevé une compagnie FTP. Deux compagnies sont placées sur les hauteurs qui dominent Mouleydier, la troisième, la nôtre, est en renfort dans le parc. Le P.C. est au centre du village. Quelques sentinelles placées aux avant- postes veillent, l’oreille tendue. Après un tour de ronde, rien d’anormal n’est à signaler.
Mais ce silence n’est que passager. Alerte …On entend au loin le grincement des chenilles des chars ennemis qui s’approchent. " Ce sont des chars ennemis qui se dirigent sur Beaumont " me dit mon commandant de compagnie. " Le secteur est bien gardé nous n’avons rien à craindre ".
Soudain, quelques coups de feu tirés par les avant-postes nous sortent de cette certitude : " Tenez votre section prête, je vais demander du renfort ", me répète mon commandant de compagnie, le lieutenant Vaunac.
Nous faisons face à l’ennemi qui avance sur nous chassant les premiers P.A. Le pont traversant le fleuve est solidement tenu par deux fusils-mitrailleurs. Tout est prêt, l’ennemi ne passera pas. Le calme relatif revient pendant trente minutes, nous attendons palpitants et anxieux, toujours à l’affût de quelques infiltrations ennemies. Ce laps de temps écoulé, nos armes se mettent à tirer, les brutes sont sur l’autre berge et essayent de s’engager sur le pont. Leur tentative échoue, ils battent en retraite. Puis, plus rien, le calme règne à nouveau.
Que préparent-ils ? Nous ne resterons que quelques minutes dans l’attente angoissante. Soudain, par un haut-parleur placé dans une ferme sur l’autre rive, une voix caverneuse se fait entendre. Elle nous donne dix minutes pour nous rendre et exécuter ses ordres :
" Rendez-vous, vous êtes vendus par vos chefs terroristes qui vous trompent. Ceux qui se rendront seront pris sous notre protection, ceux qui seront pris les armes à la main seront considérés comme francs-tireurs et abattus comme tels ".
Comptant les minutes, elle reprenait :
" Plus que neuf, plus que huit, sept, six, cinq, quatre, trois, deux " et à la fin du compte à rebours, nous recevons une pluie de projectiles, un déluge d’artillerie : mortiers de 81mm, chars 35 tonnes, automitrailleuses, toutes ces armes tirent sur nous. Autour de nous, les murs des maisons volent en éclat.
Cela n’atteint pas notre moral et dans une réplique ultime, toutes nos armes se mettent à tirer.
Petit à petit, à court de munitions, elles se taisent. Les quatre hommes aux fusils mitrailleurs qui défendent le pont sont tués à leur poste de combat. Deux automitrailleuses nous contournent par le sud et entrent dans le village ; tout contact est perdu entre nous, c’est la fin, nous attendons la mort.
Une partie de la section est fauchée en franchissant la route, l’autre partie prisonnière, le lieutenant Vaunac massacré dans son P.C. Seuls deux hommes sortiront de cet enfer, Malgaches et moi, grâce à des buissons suspendus dans la Dordogne dans lesquels nous nous sommes dissimulés. De là, nous assistons impuissants à la destruction de Mouleydier et au massacre des blessés et des prisonniers sur lesquels les brutes nazies s’acharnent à coups de crosse et de talon. (Par miracle, un de ces prisonniers a pu s’échapper du peloton d’exécution).
Les râles de nos camarades d’armes parviennent jusqu’à nous sans que nous puissions leur apporter une dernière consolation. Le craquement des poutres incendiées et le fracas des tuiles tombant lourdement sur le sol se mêlent à leurs plaintes. Scènes horribles et insupportables.
Pauvres Vaunac, Villarmet, Dondart, Hurteneau, Francès, Labasque, Miconet, Labeur et tant d’autres, tous héros de la Résistance, morts dans la gloire pour que vive la France dans la Liberté. Comment ne vous ai-je pas suivi dans la nuit éternelle ? Pourquoi vous et pourquoi pas moi ? Je me le demande encore.
Ces brutes sanguinaires fouillent et ratissent tous les recoins, leurs bottes foulent le sol au dessus de ma tête, faisant tomber la terre friable sur mon épaule gauche. Le canon de mon pistolet sur la tempe, je suis prêt à tout pour ne pas tomber entre leurs mains. A mon grand soulagement, ils s’éloignent. Certains camarades, moins chanceux que moi, sont débusqués. Les jambes brisées par des rafales de mitraillettes, ils sont ensuite achevés à coup de crosse. Alors que je me crois sauvé, une barque surgit dans mon dos : une patrouille ! Heureusement pour moi, il s’agit d’une barque dérivant au fil de l’eau. Ce n’est pas mon heure.
Après plusieurs tentatives, je quitte définitivement cet enfer le soir à dix sept heures. Lors de la première tentative alors que je tente de franchir la route Mouleydier / Bergerac, une femme maintenue prisonnière auprès d’un fusil mitrailleur allemand (sortie ouest), attire mon attention et me sauve la vie. Revenu alors au bord du fleuve, je reprends la direction de Bergerac par un sentier encaissé mais épuisé par ces dernières vingt quatre heures, je m’évanouis.
Lorsque je reprends mes esprits, le soleil décline à l’horizon. Seconde tentative, j’essaye de rejoindre une ferme en bordure de la route Mouleydier/Bergerac. Le passage m’est refusé par le fermier craignant la destruction de sa maison :
" Ne passez pas chez moi, ; si les Allemands vous trouvent, ils incendieront ma ferme. Voyez ce qu’ils ont fait à Mouleydier ! "
" Je sais, j’en viens ! "
La troisième tentative enfin ! Je peux gagner le bois de Saint-Sauveur où gisent des cadavres épars et abandonnés serrant encore leurs armes de leurs doigts raidis. Là, je suis recueilli par une famille d’Italiens qui me propose de passer la nuit dans une de leur chambre. Je décline leur invitation pour ne pas les mettre en danger, accepte leur bol de lait et je passe la nuit au fond du bois. Le lendemain, de bonne heure, nanti du petit déjeuner qu’ils m’ont offert de bon cœur et d’informations précieuses sur la localisation d’un groupe proche de résistants, je prends congé. Le groupe rejoint, j’attends trois heures l’arrivée d’un agent de liaison motocycliste, et avec lui, je peux atteindre l’Etat-major du Bugue dans la soirée. Là je reprends contact avec quelques survivants notamment mes camarades Fèvre et Marty qui me croyaient morts dans les ruines de Mouleydier. Le bilan de cette sinistre bataille est terrible : 58 tués.


 

Voir le Blog de Pierre.S : cliquez ici


Re: MOULEYDIER

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de Aldebert  Nouveau message 07 Déc 2010, 20:43

Bonsoir,
Oui à ce propos, pour ceux qui n'auraient pas encore lu le dernier Histomag44 ( ils ne doivent pas être nombreux ;) ) je conseille bien entendu d'en prendre connaissance,. Il permet de comparer le récit d'un maquisard qui à pris part à l'évènement avec celui d'un gamin "spectateur", René Tilhet. L'histoire ne rappelle pas que ces courageux résistants étaient insuffisamment entrainés, peu armés et peut-être d'un manière stratégique peu éclairés pour affronter une armée régulière aux moyens puissants.
Les résistants faits prisonniers ont été exécutés à plusieurs endroits coté St Germain et Mons. Des stèles commémoratives ont été érigées aux endroits mêmes des exécutions.
Chaque année, devoir de mémoire oblige, le 21 Juin, les communes de Mouleydier et de Saint Germain et Mons effectuent un dépôt de gerbe au pied de chacune des stèles.
Celle qui est présentée ici jouxte le pont sur la Dordogne qui sépare les deux communes
Albert
Cordialement
Fichiers joints
Mouleydier Stèle 21 06 44.JPG
Mouleydier Stèle 21 06 44.JPG (161.67 Kio) Vu 1751 fois
mouleydier-juin-1944-2.jpg
mouleydier-juin-1944-2.jpg (231.78 Kio) Vu 1751 fois
mouleydier-juin-1944-1.jpg
mouleydier-juin-1944-1.jpg (219.12 Kio) Vu 1751 fois
Mouleydier se relève de ses ruines.jpg
Mouleydier se relève de ses ruines.jpg (199.08 Kio) Vu 1751 fois
blog/Aldebert/

http://wiki-rennes.fr/index.php/Cat%C3% ... -le-Coquet

« Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre ! ». Churchill

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3190
Inscription: 22 Jan 2010, 20:22
Localisation: Aquitaine
Région: Aquitaine
Pays: France

Voir le Blog de Aldebert : cliquez ici


Re: MOULEYDIER

Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de Pierre.S  Nouveau message 08 Déc 2010, 10:50

Bonjour Albert,

Comme j'ai un peu bossé sur le sujet, je pense complèter l'article de l'Histomag par un point sur l'environnement de l'évènement "avant et après". Il y a eu d'autres combats, à Mouleydier et dans le secteur, engagés par des groupes expérimentés et d'autres moins. Je suis en vadrouille, il faudra donc attendre un peu.

A+,

Pierre


 

Voir le Blog de Pierre.S : cliquez ici


Re: MOULEYDIER

Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de Aldebert  Nouveau message 08 Déc 2010, 18:50

Bonsoir Pierre,
...nous serons patients et, dans cette attente, je peux te proposer de scanner à ton adresse perso un fascicule d'une trentaine de pages qui raconte la terreur nazie en Dordogne. "La terreur en Dordogne"
Ces pages parlent aussi des "miliciens et des bicots"
Une adresse intéressante: http://www.ww2-derniersecret.com/Aquitaine/24-2.html
Cordialement
Albert
Fichiers joints
Terreur en Dordogne.jpg
Terreur en Dordogne.jpg (197.33 Kio) Vu 1732 fois
blog/Aldebert/

http://wiki-rennes.fr/index.php/Cat%C3% ... -le-Coquet

« Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre ! ». Churchill

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3190
Inscription: 22 Jan 2010, 20:22
Localisation: Aquitaine
Région: Aquitaine
Pays: France

Voir le Blog de Aldebert : cliquez ici


Re: MOULEYDIER

Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de Pierre.S  Nouveau message 08 Déc 2010, 19:45

Merci Albert,

Je suis, bien sûr, intéressé par ton bouquin.
Je connaissais le lien, très interessant, et qui donne une idée de l'activité intense de la Résistance dans cette région et de son terrible corollaire fait de déportation, éxécutions sommaires, tortures, destructions...
A bientôt,
Pierre


 

Voir le Blog de Pierre.S : cliquez ici


Re: MOULEYDIER

Nouveau message Post Numéro: 6  Nouveau message de Aldebert  Nouveau message 08 Déc 2010, 20:27

Bonsoir,
Les ordres ou les consignes de Londres aux résistants étaient " Faire tout ce qui est possible pour retarder, ralentir le mouvement des renforts allemands vers la Normandie". Les résistants n'ont pas failli à ces ordres, souvent à un prix très cher payé pour eux et la population civile. Le résultat de leurs combats a été efficace et très apprécié par les alliés.
Cordialement
Albert
blog/Aldebert/

http://wiki-rennes.fr/index.php/Cat%C3% ... -le-Coquet

« Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre ! ». Churchill

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3190
Inscription: 22 Jan 2010, 20:22
Localisation: Aquitaine
Région: Aquitaine
Pays: France

Voir le Blog de Aldebert : cliquez ici


Re: MOULEYDIER

Nouveau message Post Numéro: 7  Nouveau message de lebel  Nouveau message 09 Déc 2010, 00:18

Merci Aldebert , ce site est remarquable de precisions et de details
Les " Bicots " , vraisemblablement les membres de la brigade nord africaine , créee par Laffond et dirigée par Villaplana .........surnommés aussi , les SS Mohammed !


 

Voir le Blog de lebel : cliquez ici


Re: MOULEYDIER

Nouveau message Post Numéro: 8  Nouveau message de Aldebert  Nouveau message 09 Déc 2010, 20:37

lebel a écrit: ce site est remarquable de precisions et de details
Les " Bicots " , vraisemblablement les membres de la brigade nord africaine , créee par Laffond et dirigée par Villaplana .........surnommés aussi , les SS Mohammed !


....oui et on peut se rendre compte combien les résistants du sud-ouest ont été actifs. Avec la population civile ils ont payé un lourd tribut mais ils ont réussi à fixer pour un temps, dans leur région des forces ennemies qui faisaient tant défaut sur le front de Normandie allégeant d'autant la pression sur les troupes alliées.
Cordialement
Albert
blog/Aldebert/

http://wiki-rennes.fr/index.php/Cat%C3% ... -le-Coquet

« Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre ! ». Churchill

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3190
Inscription: 22 Jan 2010, 20:22
Localisation: Aquitaine
Région: Aquitaine
Pays: France

Voir le Blog de Aldebert : cliquez ici


Re: MOULEYDIER

Nouveau message Post Numéro: 9  Nouveau message de Westvlaanderen  Nouveau message 07 Juil 2016, 18:57

1944-06-21 Témoignage de Mauricette De Schuytter (2).pdf
2ème lettre de Mauricette à sa tante maternelle
(3.82 Mio) Téléchargé 20 fois



1944-06-21 Témoignage de Mauricette De Schuytter (1).pdf
1 ère lettre de Mauricette à sa tante maternelle
(2.3 Mio) Téléchargé 23 fois




Bonjour à toutes et tous,

Suite à mes recherches généalogiques, hier, 6 juillet 2016, rappelant à mon petit-cousin paternel, Michel de Lalinde (Dordogne), la lettre écrite par René TILHET au sujet de ce drame il m' écrit :

" Le témoignage du jeune écolier de Mouleydier m'a rappelé celui de ma soeur Mauricette. Institutrice à Sarlat, apprenant la bataille de Mouleydier, elle est arrivée de Sarlat en vélo à Lalinde (52 km) le jour du drame. Avec une cousine de Francis, Ginette Prévot, elles sont allées le jour même à Mouleydier avec un camion; Elles ont ramené toutes les deux les morts de Lalinde, déposés dans une chapelle ardente à la Maison Montard.
Elle décrit bien l'ambiance : l'euphorie des maquisards après le débarquement du 6 juin, le drame de Mouleydier, la découverte des cadavres de Gustave Dondard, Pierre Francès et autres lindois, la consternation et les cris de douleur de la famille...
Je ne sais plus si je t'avais donné ces deux lettres émouvantes ci-jointes
Michel "

Gustave DONDARD est l' oncle maternel de Michel et sa soeur Mauricette, et Pierre Francès, est un cousin maternel de Mauricette et Michel.

Voici les fichiers de ces deux lettres (Documents historiques)

Cordialement,

Gabriel,

Sergeant Major
Sergeant Major

 
Messages: 72
Inscription: 11 Sep 2014, 20:46
Région: Nord-Pas-de-Calais
Pays: France

Voir le Blog de Westvlaanderen : cliquez ici


Re: MOULEYDIER

Nouveau message Post Numéro: 10  Nouveau message de Westvlaanderen  Nouveau message 07 Juil 2016, 19:04

Re,

J' ai oublié de signaler que Mauricette au moment de ce drame avait 23 ans.

Cdt

Gabriel,

Sergeant Major
Sergeant Major

 
Messages: 72
Inscription: 11 Sep 2014, 20:46
Région: Nord-Pas-de-Calais
Pays: France

Voir le Blog de Westvlaanderen : cliquez ici


Suivante

Retourner vers LA RESISTANCE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  QUIZZ AVIATION - SUITE 15 
il y a 18 minutes
par: François 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 14 
il y a 31 minutes
par: François 
    dans:  LES CAUSES D'UNE DEFAITE LA FRANCE POUVAIT-ELLE GAGNER? 
Aujourd’hui, 22:13
par: Dog Red 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 18 
Aujourd’hui, 20:37
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Armée Royale Yougoslave : ses uniformes 
Aujourd’hui, 19:30
par: iffig 
    dans:  [DU 1er SEPTEMBRE 2018 au 31 OCTOBRE 2018]: Feu sur les véhicules d'écolage ( Allié ou Axe) 
Aujourd’hui, 18:45
par: Signal Corps 
    dans:  Hitler pouvait-il gagner la guerre ? 
Aujourd’hui, 18:27
par: Loïc Charpentier 
    dans:  La visite du petit moustachu dans les Flandres, 1 et 2 juin 1940 
Aujourd’hui, 17:59
par: thucydide 
    dans:  Ligne Maginot vs mur de l'Atlantique 
Aujourd’hui, 17:39
par: thucydide 
    dans:  Marceline Loridan-Ivens 
Aujourd’hui, 16:54
par: gernika 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 21 invités


Scroll