Connexion  •  M’enregistrer

Le Commandant Pétri en Normandie

Répondant à l'appel du Général de Gaulle, des milliers de combattants français se lèvent en Europe et en Afrique. Retrouvez ici la 1ère DFL, la 2ème DB, les FAFL, FNFL... Mais aussi celles et ceux qui ont résisté à l'occupant en entrant dans la clandestinité pour rejoindre le maquis ou les groupes de résistants.
MODÉRATEUR : gherla

Le Commandant Pétri en Normandie

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de LENEVETTE Roger  Nouveau message 25 Fév 2010, 18:02

Broualan dont j'ai écrit une cinquaantaine de pages est évidemment beaucoup plus que le compte rendu du membre du PPF figurant sur ce forum. Ci dessous un aperçu deu commandant "Loulou" en Normandie.
Le Commandant Pétri en Normandie

La guerre éclair menée par l'Armée Allemande fait qu'en six semaines la Fance est défaite.
Le 14 Juin 1940 Paris est occupé Le 17 juin 1940 les troupes Allemandes entrent en Bretagne.
Le 18 elles sont à Rennes, le 19, à Nantes et à Brest et le 21 à Lorient.
Le 10 juillet 1940, l'Assemblée Nationale donne "Tous Pouvoirs" à Pétain.
Le 24 octobre 1940, c'est la poignée de main Pétain-Hitler à Montoire.

Il existe quelques grands livres généralisant ce que l'on sait de la Résistance en France durant la Seconde Guerre Mondiale. Mais il existe parallèlement des dizaines d'ouvrages élaborés par des témoins qui se sont efforcés de retracer toute une épopée populaire pleine de sang et de souffrances, d'abnégation et de dévouement sans fin, de fraternité et d'enthousiasme mêlés, que seuls, ceux qui ont connu l'occupation nazie peuvent avoir ressenti.
Parmi ces textes, celui que nous donne René Brune est sans doute l'un des meilleurs. Son livre " Broualan" montre ce que furent les débuts d'une Résistance où se rencontrèrent les volontés patriotiques de femmes et d'hommes d'opinions différentes certes, mais unis par un même idéal.
Des militants communistes qui, au sein du Front National furent les premiers à s'armer dés juillet 1940, et dont le bras armé sera le mouvement F.T.P.F. pour l'inévitable combat libérateur, aux militants de Libé-Nord à partir de 1941, de l'Armée Secrète et de l'O.R.A. en 1943, de tant d'autres réseaux du B.C.R.A. ou des Services Secrets Britanniques, ce sont toujours des françaises ou des Français qui sous des formes diverses affronteront le même ennemi.
Les souvenirs relatés ici sont liés à l'été 1944, et le sort de la Wehrmacht ne fait désormais plus aucun doute. Tout un peuple s'est alors levé pour une ultime bataille, mais il n'en aurait pas été ainsi si ceux qui s'étaient éveillés avant le jour J, n'avaient au prix de multiples sacrifices, fait murir d'abord, les fruits fragiles de l'arbre de liberté.
En lisant cette chronique de la Résistance en Ille (et-Vilaine, on se rendra mieux compte de ce que fut l'histoire de la France au cours de ces années écartelées de la guerre et de l'occupation. Puisse l'avenir en tirer leçon.
J'ajouterai que l'histoire de Cuguen est liée à celle de Broualan et nous découvrirons ici à quel point. Deux groupes se retrouvent dans ce combat. Celui des Franc Tireurs et Partisans Français (F.T.P.F.) et celui de "Défense de la France" (D.F.) se battant l'un et l'autre par patriotisme. Dans ce récit, on ne sait pas toujours qui appartient à l'un, ou qui appartient à l'autre, mais ce qu'on peut y découvrir, c'est que l'un et l'autre se battent pour la même chose : LIBERER LA FRANCE..
Un homme va souvent y être cité, "Louis Pétri". Même s'il n'apparaît pas beaucoup au moment de la descente de Milice, il ne faut pas oublier que Broualan et Cuguen sont aux confins de la Bretagne et de la Normandie. Avec le débarquement du 6 juin 1944, et par les missions qui lui étaient confiées, Louis Pétri était l'homme de toutes les situations, avec des hommes se battant en Bretagne comme en Normandie, dixit Lignières la Doucelle
Le 7 juillet, c'est Broualan, le 8 juillet c'est Vieux Vy sur Couesnon dont le groupe de 9 FTPF sous les ordres de Louis Pétri a été un groupe charnière. Je n'en parlerai pas ici afin de rester avec les différents récits faits par d'anciens Résistants, souvent commentés par Raymond Le Pen et rapportés dans le livre de René Brune.

Le Commandant Pétri dans la Manche :
Depuis 1942, la Résistance dans le département de la Manche s'est considérablement fortifiée. Des groupes nombreux, mobiles et efficaces, se sont formés un peu partout. Qu'ils soient rattachés à "Libé-Nord" comme ceux de Marland à Granville, d'Etienvre à Saint-James et Trelly, ou à l'O.C.M. comme Frank à Saint-Lô, Marie à Granville, Tabur à Avranches; ils se manifestent indifféremment pour l'ennemi. De même les formations dépendantes du F.N. mènent une guérilla très active, et le colonel von Achberg a bien vu leur implantation : Avranches, Saint-Hilaire-du-Harcouët, Brécey, Sourdeval, Gathéno, auxquelles il convient d'ajouter celles de Cherbourg, de Coutances, de Lison, de Saint-Lô, Agon-Créances, etc…
Dès Juin 1942, les résistants de Cherbourg incendient le dépôt de camions allemands, installés dans les locaux de l'entreprise Grouard, rue Carnot, et c'est à la suite d'une odieuse dénonciation que quelques membres du groupe seront arrêtés : Gustave Jurczyszin (fusillé à Saint Lô), Roger Anne et Lejeune, qui n'avaient que dix sept ans !
Un coup de filet de la Gestapo permet la capture du premier inter-régional, Lemerre, qui sera fusillé avec son fils dans une ferme de Quétreville. Son successeur "Goliath" connaîtra le même sort en 1943. Une autre trahison amène l'arrestation de Loison à Montjoie, de Cholet à Saint-Pair, de Chartier et Collin à Granville, de Lebas, Lepetit, Régis Massac à Coutances, de Cancel à Hambye, puis de Parisy (mort en déportation) et Marcel Leclerc à Céaux.

Réorganisation :
La réorganisation s'effectue par l'entremise de PETRI et LEROUX en Ille et vilaine, qui envoient Jean Turmeau prendre le relais. Arrêté en septembre 1943, Turmeau s'était évadé de la prison de Prévalaye. Il prend l'inter-région sud de la Manche sous le pseudo de "Alfred" et constitue avec Léon Pinel "Jules" et Berjon "Emile" le groupe d'Avranches, avec le concours de Lourdais, Renault, Morozin, Mansuy. Immédiatement, leur activité est considérable.

Les Actions :
Déraillement effectué au Tann, près de Folligny le 5 décembre 1943; au Val-Saint-Père quelques jours après; à Marcy en janvier 1944 où 43 wagons militaires sont détruits; les rails arrachés sur 150 mètres à Pontaubault en février où un train de permission se couche sur le ballast, lourdes pertes; à Lolif, etc…
A Avranches, un sabotage bloque quatre-vingt wagons (tuyaux de freins coupés).
A la centrale de Vezins en janvier, destruction de quatre transformateurs qui alimentent alors l'arsenal de Cherbourg.
Au cours d'une mission à Flers, "Alfred" est appréhendé. Il sera fusillé en mai près de Saint-Lô.
A Becey, Louis Pinson dirige une section de FTP, appuyé par Louaisel, Duval, André Debon et Michel Tauzin. Le curé du village voisin de Cuves apporte son soutien, de même que l'abbé Bourget professeur de l'institut d'Avranches.
Un déraillement est organisé à Saint-Aubin-des-Bois en janvier 1944, un autre à Sainte-Cécile en février.
Le 5 juin, les FTP de Becey sabotent et court-circuitent la ligne téléphonique Cherbourg-Rennes au nord de la bourgade. Ils récidivent le lendemain.
Mais pour tous ces groupes de patriotes, l'armement fait cruellement défaut. Ils ne disposent que de quelques explosifs et doivent opérer leurs interventions sur les voies-ferrées par déboulonnage. Cela va bientôt s'améliorer.

Le 27 juin 1944 :
Perçant le brouillage lancinant, la voix du speaker de la BBC débite les messages personnels : "Nous n'irons plus au bois" ; "Jeannot pense bien à Loulou" ; "Les carottes sont cuites" ; "Ils sont trop verts, dit-il" ; "Henri a fait un bon voyage" ; "L'étang est sans rides" ; etc… Le long chapelet des phrases sibyllines s'égrène. Penchés sur le poste, les maquisards concentrent toute leur attention : "La banque est fermée" ; ça y est ! Cette fois, c'est le bon. Celui qui les informe du parachutage, "Loulou" ferme le poste et distribue les ordres. Le maquis va recevoir des armes.

Fougerolles-du-Plessis :
Sur le terrain balisé par le commandant PETRI, les lampes-codes clignotent dans le sens opposé du vent. Tout autour, huit hommes attendent, allongés sur l'herbe. En lisière, une autre équipe se tient prête. Répartis aux alentours, une quinzaine de FTP assurent la sécurité. Un bourdonnement lointain, un ronron familier qui se rapproche, les marquages s'allument. Quelques secondes encore, puis un gros Liberator apparaît dans un grondement de moteurs. Il passe au dessus du terrain, et sous la carlingue, une lumière jaillit, c'est le signal de reconnaissance. Il vire là bas sur les bois et revient; les parachutes sont largués avec une maîtrise admirable et viennent s'affaler entre la deuxième et la quatrième balise. Vite les hommes se précipitent, coupent les sangles, plient les toiles et traîne les containers vers le fossé. Aussitôt, Pétri actionne à nouveau son code, et voici qu'un autre avion se présente juste derrière. La même manœuvre se répète et la seconde équipe de réserve court à son tour recueillir les précieux colis. Puis les marquages sont éteints, cette fois l'opération est terminée. Rapidement le chef de maquis s'informe. Seize containers ? C'est bon, le compte y est. Un coup de sifflet long suivi de deux brefs signalent aux transporteurs qu'ils doivent s'approcher, et voici que du vieux chemin masqué par les deux hautes haies, débouchent trois attelages. En hâte, le chargement est hissé et les voitures vont aller déposer leurs cargaisons aux endroits prévus. Lorsque le dernier a quitté le champ, Pétri rejoint à son tour au pas de course les garçons qui regagnent leur base. Ils sont tous rayonnants et malgré le silence de rigueur dans leur marche feutrée, certains ne peuvent s'empêcher de chuchoter leur joie. Ils le peuvent, plusieurs tonnes d'armes viennent de tomber du ciel !

Le Commandant :
Le commandant Pétri dit "Loulou", dit "Tanguy" que nous venons de voir diriger la réception d'un parachutage à Fougerolles-du-Plessis, est un baroudeur expérimenté de la Résistance. Son activité essentielle s'est développée dans l'Ille-et-Vilaine et dans la Mayenne. Mais les recherches incessantes de la Gestapo l'ont incité à se déplacer. C'est ainsi qu'il a participé avec quelques uns de ses hommes, aux combats de Lignères-la-Doucelle ainsi qu'à ceux de la bataille entre Avranches et Rennes.
C'est lui qui grâce aux parachutages de Fougerolles-du-Plessis, va pourvoir en armement les groupes de la Manche et particulièrement ceux de Saint-Hilaire-du-Harcouët, d'Avranches et de Brécey. Le transport d'armes sur un assez long trajet était délicat en raison des faibles moyens de circulation et de la présence permanente des troupes allemandes.
C'est un négociant en volailles du Neufbourg, près de Mortain, qui se chargea de celui-ci. Dissimulant grenades, mitraillettes, plastic, etc… sous des cages à poulets, il parvint à ramener sans encombre son chargement près de Brécey, chez Louis Hardy.
Dés lors, les actions vont se multiplier :

Les sections de Louis Blouet, à Saint-Hilaire-du-Harcouët, tendent des embuscades à Martigny, au Pointon, à Saint-Martin-de-Landelles, aus Loges-Marchés. Une sizaine s'introduit en pleine nuit dans un cantonnement allemand et y dérobent plusieurs FM.
Déjà le 24 juin, alors qu'ils n'étaient que faiblement armés d'une seule mitraillette et de quelques pistolets, les hommes de Blouet s'étaient rués sur un convoi SS qu'ils avaient tenus en haleine durant plusieurs heures. Ils avaient décroché à la faveur de la nuit. Le 1er juillet, près de Parigny, alors que le groupe attaque un détachement ennemi, son chef, Louis Blouet, est gravement blessé par une balle de FM qui lui perfore un rein et l'intestin. Opéré sans équipement sur une table de ferme, il s'en tirera et, à l'ébahissement des médecins, reprendra sa place au combat début août ! En son absence, Julien Lamanilève prend le commandement.
A Brécey, Louis Pinson et ses camarades disposent des crèves-pneus sur les routes, ainsi que des mines de poche, désarment une escouade allemande, cisaillent sans arrêt les câbles téléphoniques. Louis Pinson est capturé par la Gestapo le 29 juillet. Il parvient à s'échapper à la faveur des bombardements et reprend son activité auprès du groupe Blouet.
A la lisière sud-ouest du Calvados, le maquis de Champ-du-Boult (maquis Guillaume le conquérant) prête main forte aux partisans de Gathéno, de Saint-Michel-de-Montjoie et de Coulouvray. Les frères Hilliou font un sérieux travail de liaison entre les formations, de part et d'autre de la limite des deux départements. Dans cette région, au sol rocailleux, les rudes granitiers, solides comme la pierre qu'ils travaillent, vont posément tendre l'embuscade et faire le coup de feu.
A Barenton, sous la direction du chef de brigade Dauvergne, une poignée de patriotes entre en action le 6 juin. Ils coupent les câbles, déplacent les panneaux routiers de direction des Allemands, sèment des clous. Au début juillet, un commando placé sous les ordres de Dauvergne, avec Vasselin, Moucheboeuf, Géoffroy, Fouqué, Bansard, Bouvier attaque un camion SS chargé de munitions et anéantit le tout ! Le 2 août, Géoffroy, Reulette, Bansard, Fouqué, Lebigot minent le pont près de Saint-Cyr-du-Bailleul, et font sauter un char et un camion rempli de munitions.
Au Teilleul, un groupe commandé par Emile Bizet détourne les convois ennemis, et procède à plusieurs sabotages de matériel. Ses hommes vont s'illustrer en servant d'éclaireurs aux Alliés
A Coutance, l'organisation du FN peut compter sur Robillard, chef de district à la SNCF, sur Bouffay et Maître Delagarde, juge de paix de quatre-vingt ans !
A Juvigny-le-Tertre, le docteur Lemonnier a regroupé quelques volontaires et leurs actions commencent à peser sur les soldats du Reich !
A Saint-Lô, indépendamment des hommes des PTT, le directeur de l'Ecole Normale Defond et l'inspecteur primaire Ogé, le distillateur Brûlé-Beaufils sont en liaison avec Jean Lamotte, instituteur à Airel, qui assure le contact avec Cherbourg. D'autres groupes se manifestent à La-Haye-Pesnel, Folligny, Ducey, Mortain, Périers, Villedieu-les-Poêles, Ranville-la-Bigot, Cerisy, Les Pieux et tessy-sur-Vire.
Mais la Gestapo est elle aussi présente partout, et elle va réagir !

La Gestapo :
A partir du 14 juin, les services de police allemands ; SD et Felfgendarmerie abandonnent leurs bureaux de Saint-Lô, la ville étant sévèrement bombardée, et se réfugient à Saint-Jean-du-Corail, au château de la baronne de Boissière (à 5 km de Mortain).
Ils y traînent avec eux les quelques mercenaires français, exécuteurs de leurs basses œuvres : Chénot, Dufour, Le Nourry, Fernandez.
L'infiltration de leur agent Perrot, alias "Charlot" dans un groupe résistant amène une série d'arrestations :
Le groupe Jean Vauzelles de Sainte-Pience est décimé.
A Avranches Chénot et Dufour font appréhender Renault, Feuillet, frogé, Lerouxel, Jean Turmeau qui tombe dans un traquenard et sera fusillé en mai.
Quelques jours plus tard, le 27, Joseph Hilliou de Champ-du-Boult, en mission à Gathéno, est capturé à son tour.
Le 9 juillet, Le Nourry, Dufour et Fernandez, à la tête d'une troupe de SS, procèdent à un vaste coup de filet. Ils se saisissent à Sant-Hilaire-du-Harcouët de MM Jeanne, Fouqué, Joffrezic, Lemoussu et de Mme Guérandel.
A Mortain, ils arrêtent MM Blaize, Pérez, Le Diraison père et fils, Gournay et Johué.
A Sourdeval, MM Cherruault, Champagne, Fortin, Gombert et le docteur Putot sont emmenés. Au cours de ces interpellations, le boulanger Delaunay est abattu sur place.
Le 24 juillet, c'est le tour du père Haupais, trappiste à Bricquebec (mourra en déportation), puis le 27 à Saint-Laurent-de-Cuves, la famille Paris est également appréhendée.
Toutes ces personnes sont incarcérées dans les caves du château de Saint-Jean-du-Corail.
Le 28 juillet, le bataillon de SS dirigé par Fernandez et Le Nourry, cerne le village de Fougerolles-du-Plessis en Mayenne, aux limites de la Manche.
"Nid de Terroristesé", le pays est ratissé, les portes enfoncées, les habitants extirpés à coups de crosse de leurs demeures. La soldatesque se répand dans la campagne environnante, incendie quelques fermes et meules, pille maisons et basse-cours, malmène les paysans. Ils cherchent les armes mais ne trouvent rien. Alors le maire, Mr Lebouc, est sévèrement questionné, en vain ! Furieux, les SS arrêtent quatorze patriotes qui sont torturés sur place pour leur faire avouer où se cache le matériel. Les malheureux seraient bien en peine de le dire, cat il y a longtemps que la répartition a été effectuée. Sauvagement matraqués, ils sonr entassés dans un camion et la troupe repart pour Saint-Jean-du-Corail.
Les 29 et le 30, nouveaux interrogatoires, toujours négatifs. Les prisonniers sont enfermés dans les greniers et les communs. Avec tous ceux qui croupissent dans les caves, c'est près d'une centaine de personnes qui sont ainsi captives, dans l'incertitude angoissante de leur sort.
Le 31, alors que le jour se lève à peine, cinq prisonniers sont extraits de leur géôle : François Bostan, Victor Fréard, François Génevée, Julien Derennes, tous les quatre de Fougerolles-du-Plessis, et Joseph Hilliou de Champ-du-Boult.
Ils sont emmenés un peu plus loin, au château de Bourberouge, et à nouveau torturés. Dans l'après midi, ils seront abattus à coups de mitraillette dans une carrière proche.
Le 1er août, c'est le jeune Jacques Cercleux qui sera exécuté près de la ferme Moissé. Mais l'écroulement du front allemand de Saint-Lô, en cette fin de juillet, sonne l'heure d'une nouvelle retraite pour les Gestapistes et amènent d'autres râches pour les SS. Son incidence sur les autres prisonniers sera capitale. Nombre d'entre eux y devront la vie sauve !

La Mission Helsmann :
Le 16 juillet 1944, Londres passait un message d'une longueur inhabituelle. "La quatrième voiture a été en pabnne, si possible, recebvoir nos amis, nous irons ce soir au rendes vous. Si possible prévenir. La banque est dermée."
A Fougerolles-du-Plessis, PETRI comprend fort bien ce langage sibyllin; il indique simplement que le quatrième avion du parachutage du 11 a dû rebrousser chemin, mais qu'il se présentera ce soir sur le terrain avec la même phrase-code.
Il avise le commandant Claude-de-Baissac* qui contrôle les opérations du S.O.E., et ce dernier l'accompagne dans la nuit sur l'aire de réception où ils accueillent ensemble le capitaine "Eric" du "War Office"
* Claude-de-Baissac a été parachuté en Mayenne avec Renaud Dandicolle.

" Eric " :
" Eric" de son vrai nom Jack Hayes est chargé d'élaborer sur l'arrière des lignes allemandes, les préparatifs de l'opération militaire qui sera appelée la percée d'Avranches.
Son travail consiste à informer les Alliés sur les défenses ennemies, et de recruter des guides pour les avant-gardes libératrices.
Il lui faut pour réussir le concours des résiqstants de la Manche. Pétri le met en rapport avec le groupe Blouet de Saint-Hilaire-du-Harcouët, et c'est Julien Lamanilève qui assure cette liaison.
Immédiatement au travail, Eric installe son PC dans une ferme de Ducey, à la Mancellière, chez M. Bagot. La mission "Helsmann" est à l'œuvre.
Le département de la Manche est alors pratiquement coupé en deux par la ligne du front s'étalant de Saint-Lô à Lessay par Periers, ce qui ne facilite pas les contacts entre les résistants des deux zones !
Les formations clandestines sont alertées, et deux jours plus tard, 31 guides sont prêts, volontaires pour traverser les lignes.
Eric les avise de la tâche qui leur est demandée et des risques encourus. Ils acceptent tous. Il leur faut par équipe de deux, se faufiler au travers du dispositif allemand, repérer les installations défensives, joindre les forces américaines aux points prévus, et les guider lors de l'offensive. Munis des mots de passe, tous les éclaireurs partent, ils connaîtront des fortunes diverses : certain comme Victor Pelé de Louvigné seront arrêtés par les SS, d'autres tel Monnerie et Guillermic seront bloqués dans les ruines de Saint-Lô pendant plusieurs jours, Debon et Navier devront passer par mer avec un pêcheur d'Agon-Coutainville. Mais l'ensemble des informations qu'ils apportent aux Américains prouve que contrairement à ce qu'ils supposent, aucun dispositif sérieux ne s'opposera à la ruée des Sherman lorsque le front craquera. Ils pensaient devoir mener une campagne comparable à celle de Cassino en Italie, alors qu'en réalité lors de l'offensive, ils pourront s'enfoncer très vite vers le sud. Et Patton de son repaire de Saint-Sauveur-lr-Viconte va dégringoler à toute allure vers Avranches et Fougères.
Grâce à la mission Helsmann, grâce à la bravoure et au courage des volontaires normands, combien de villes et de villages seront épargnés de la terreur des longues préparations d'artillerie et des raids meurtriers des Typhons ?
Et de combien de temps le sort de la guerre en aura-t-il été modifié ?
Inspirées de cet exemple, d'autres missions analogues seront effectuées dans le secteur de Mortain – Saint-Georges-de-Rouelley au cours de la sévère bataille qui verra la cité Mortainaise changer de mains à plusieurs reprises*. A cette occasion, certains guides rempileront comme Tauzin et Debon qui resteront d'ailleurs avec l'armée américaine jusqu'en Allemagne. Eric prolongera son action en Mayenne et en Ille-et-Vilaine, et fera bombarder les dépôts de munitions et les installations ennemies en forêt d'Andaine et dans l'Alençonnais. Le commandant Pétri avec ses FTP pourchassera les fanatiques SS dans les massifs de Saint-Aubin-du-Cormier, de Chevré et de Cabière.
Plus à l'Est la tenaille se referme sur la Poche de Falaise après une terrible bataille qu'Eddy Florentin, l'historien de la bataille de Normandie n'a pas hésité à nommer : "Stalingrad en Normandie".
Le 9 août, la rupture du front allemand est consommée, les gestapistes évacuent Alençon. Une grande partie de la Bretagne est libérée.


 

Voir le Blog de LENEVETTE Roger : cliquez ici


Re: Le Commandant Pétri en Normandie (suite)

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de LENEVETTE Roger  Nouveau message 25 Fév 2010, 18:10

Le Commandant PETRI dans l'Orne

Dans l'Orne :
La Résistance dans l'Orne a pris une dimension considérable. De tous les départements normands, l'Orne est celui qui se prête le mieux aux escarmouches. Ses massifs forestiers nombreux et touffus, son bocage aux chemins creux et aux sentiers non répertoriés sur les cartes, ses landes buissonneuses couvertes de genêts et de fougères, ses petites fermes isolées, son réseau de routes serpentant sous les couverts en font pour les maquisards, un terrain propice aux embuscades.
Les FTP dont le noyau fut constitué en 1941 par Fabien dans le région de Flers, vont y mener cette incessante guérilla qui leur valut partout en France de remarquables succès. Rapidement leurs sections apparaissent à Flers avec Paul Saniez, à Ger en novembre 1941, à Saint-Clair-de-Halouze en décembre, à Sées, à Argentan avec Giroux et Soubabère, à Saint-Cyr-la-Rosière, à Vrigny. Les FTP étaient structurés en groupe de régions ; l'inter-région qui comprenait l'Orne fut d'abord dirigée par Bertrand puis par Raymond Noël.
L'AS (Armée Secrète) de l'OCM se manifeste début 1943. Elle commence par diffuser massivement les journaux clandestins Résistance.
Des sabotages de véhicules sont pratiqués à Boucé, à Laigle, à Argentan, à Ecouché. Ce sont ses membres qui assurent la protection et l'hébergement du général Allard, commandant la subdivision M 4 et son état-major.
Au début 1943, l'organisation de l'AS se présente ainsi :
1) Alençon : Chef Daniel Desmeules
2) Laigle : Chef Romain Darchy
3) La Ferté-Macé : Chel Almire Viel
4) Flers : ChefAndré Mazeline
5) Domfront : Chef Herlemont
6) Argentan : Chef Aubin

Enfin une place à part doit être réservée au BOA (Bureau des Opérations Aériennes) car son rayonnement dans l'Orne est exceptionnel qui réceptionne sur vingt terrains homologués plus de cent tonnes d'armes répartis sur les départements de l'Orne, de l'Eure, de la Sarthe, de la Manche et de la Seine-et-Oise. Le BOA de l'Orne fut capital pour l'armement de la Résistance Normande et pour la réussite du Débarquement.

La Gestapo réagit :
Dépendante du Kommandeur régional pour toute la Normandie qui siège à Rouen, l'antenne Ornaise de la Gestapo réside à Alençon.
Jusqu'au début de 1944, elle est dirigée par le Dr Harold Heinz qui exerçait ses talents primitivement à Cherbourg. En mars Heinz est muté à Caen et Richard Reinhard, dit "Hildebrand" le remplace. C'est donc Reinhard que les résistants de l'Orne ne connaîtront que sous le vocable de "Hildebrand" qui prend en main le SD
Sa première tâche est de créer un groupe "Action" formé d'éléments français, dont la responsabilité est octroyée à Bernard Jardin d'Argentan, individu sans scrupule, pervers, cupide et cruel. Jardin constitue une équipe d'aventuriers et de repris de justice dont les membres principaux seront : Bertaux, tueur illuminé, Lotti, Duru, Lemaître, Larronche, Perrin père et fils, Bogdanoff, Chapron, Neveu.
Jusqu'à la mi mai 1944, les policiers nazis n'obtiennent de résultats. Ce n'est qu'à partir de mars avec l'entrée en lice de l'équipe de Jardin que les événements leur deviennent favorables. L'annonce de primes conséquentes allèche les forbans.
Le 16 mai un dispositif policier de plus de six cent hommes de la feldgendarmerie, de la SS et de la Milice quadrille la ville pendant huit jours. C'est la chasse à l'homme et les prises s'accumulent.
Le 5 juin à Courcerault les maquisards sont cernés et fait prisonniers. Douze hommes seront fusillés !
Le 8 juin, c'est Roussel chef de section d'Aunou-le-Faucon. Le 12 uneecpédiotion à Trun-Chambois. Le 13 à Lignières-la-Doucelle. Le 14 le groupe de Courtemer est décimé, le 18 c'est celui de Silly-en-Gouffern. Le 20 à Gacé et à Villefranche-en-Ouche. Le 26 c'est le tour de Louis Guéné chef de section à Trun et de deux de ses garçons qui seront torturés et exécutés, puis le 28 ce sont Etienne Panthou chef de section d'Argentan fait prisonnier avec neuf de ses hommes.
Devant l'importance de la répression les autres responsables résistants, condamnés à mort par contumace, traqués, pourchassés, se réfugient dans les forêts d'Ecouves et de Monaye. C'est là qu'André Mazeline, Vernimsen et Almire Viel reforment leurs groupes et reconstituent les maquis.
Les séides de la Gestapo ont bien travaillé pour leur maître allemand.

12 juin à Tanville :
En fin d'après midi, un peloton d'automitrailleuse d"bouche à Tanville et prend position aux accès du village. Les soldats visitent maisons, bâtiments et dépendances et découvrent quelques un de leurs hommes prisonniers. L'officier est pâle de rage.
Où sont les hommes du pays ?
Partis travailler en Allemagne répond le brave magistrat municipal
Nein ! Ils sont chez les partisans ! Terroristes !
Il aboie un ordre; les SS s'empressent ; le maire et le cultivateur sont adossés au mur. Six fusils les mettent en joue.
Fau ! La salve couche pour toujours M. Ollivier, le maire et M. Laudrun.
Dans ce village, tous les autres hommes étaient au maquis.

Sur une route :
Sur une petite route tranquille, un camion allemand est stationné. Le chauffeur et le convoyeur sont juchés vingt cinq mètres plus loin sur le talus et s'esclaffent bruyamment en voyant de pauvres gens s'agiter autour d'une maison où brûle un feu de cheminée.
Vient à passer un résistant, Louis Lemarchand "Sultan" qui se rend chez son ami Raymond Durupt "Balbo"
A huit cent mètres, il y a un camion boche arrêté, dommage que nous n'ayons plus de plastic !
J'ai ce qu'il faut, 20 litres d'essence !
Et les voilà parti, le bidon sur le porte bagage. Les Allemands sont toujours là bas se tapant sur les cuisses. Balbo ouvre la portière, vide le contenu du bidon sur le siège, asperge le moteur puis craque une allumette. La flamme jaillit, "Balbo" et "Sultan" sautent sur leurs vélos et s'en vont.

Le combat de Lignières la Doucelle :
Le capitaine Almire Viel a reformé son maquis à la ferme de la Gérarderie, près de Lignières-la-Doucelle, en Mayenne, aux lisières du département de l'Orne. Dans cette exploitation appartenant à Marcel Cottin, isolée entre champs et bois, une quarantaine d'hommes sont regroupés dont une section du commandant Pétri "Loulou" qui se déplace sans cesse entre la Mayenne, l'Orne, la Sarthe, et l'Ille et vilaine.
Le 13 juin 1944, dans la matinée, les sentinelles signalent l'arrivée d'un camion chargé d'Allemands, près d'Orgères. Deux sections de maquisards s'y rendent, reconnaissent les lieux et attaquent. L'ennemi riposte avec énergie mais perd cinq des siens.
Trois autres blessés sont capturés par les FTP qui déplorent de leurs côtés deux hommes blessés Paul Lasnier et René Pelé. Le reste du détachement nazi s'enfuit tandis que les franc-tireurs regagnent leur base, emmenant les soldats éclopés.
Daniel Desmeules, le chef départemental survient fortuitement. Il a en effet rendez vous avec le commandant Viel et André Mazeline. Il entre chez Catois, l'instituteur de Lignières et y trouve Paul Lagnier que l'on est en train de soigner.
Mais les fuyards allemands ont donné l'alerte, et brusquement une troupe nombreuse investit le village. Desmeulle et Lasnier sont arrêtés. Le chef départemental est emmené, torturé affreusement puis déporté. Il ne rentrera pas des camps de la mort. Paul Lasnier dont les blessures suffisent à le confondre est fusillé.
Vers 18 heures, une imposante colonne de SS renforcée de miliciens accourus d'Alençon, monte à l'assaut du maquis.
A ce moment, arrivent le commandant Viel et André Mazeline. Les deux chefs de la résistance s'empêtrent dans le dispositif d'attaque. Dans l'impossibilité de rejoindre leurs camarades, la mort dans l'âme, ils parviennent à se faufiler et à se rapprocher de la ferme. Mais déjà la bataille se déclenche, et ils doivent gagner en hâte la forêt afin de ne pas être capturés, car ils n'ont aucune arme sur eux. Ils abandonnent leurs bicyclettes et s'enfoncent dans les halliers. Ils y passeront la nuit, mortellement inquiets sur le siort de leurs hommes au fur et à mesure que le bruit de la fusillade décroit.
Peu avant 19 heures, les sentinelles du maquis donnent l'alerte. Aussitôt la bataille fait rage. Alain Le Gac retranché derrière un talus déclenche un feu d'enfer avec sa mitrailleuse. Les assaillants flottent puis reculent; ils ont déjà perdu une dizaine des leurs. Dans la ferme le commandant Pétri ordonne le repli, ne gardant près de lui qu'une siz aine pour couvrir la retraite. Le gros des maquisards déjoue l'encerclement et rejoint la forêt de Monaye. Après une courte accalmie, les SS se lancent à nouveau à l'attaque. Le Gac est tué à son poste.
Dans le grenier de la maison Simone Viel, la fille du commandant soigne avec un dévouement admirable les blessés, tant Allemands que Français. L'étreinte se resserre, Pétri juge qu'il peut maintenant tenter le décrochage et il rameute ses hommes. A cet instant plusieurs SS investissent les lieux. Quelques grenades les refoulent et permettent aux franc-tireurs de risquer une sortie. Ils y parviennent. Simone Viel a refusé de quitter ses blessés malgré les objurgations de Pétri. Dans la cour, de furieux corps à corps mettent aux prises les combattants; seuls trois maquisards réussissent à se replier, dont le commandant. Après une marche harassante, ils arriveront dans la nuit près de Ciral, dans une ferme amie.

Après la bataille :
Les Allemands comptent leurs morts : 21 dont un officier. Furieux, ils envahissent les lieux, se saisissent des blessés et de leur infirmière bénévole.
Magnifique de courage, Simone Viel subira d'affreuses tortures afin qu'elle indique l'endroit où se sont réfugiés ses compagnons. Stoïque elle ne parlera pas. Menacée d'être fusillée, elle ne devra la vie sauve qu'à l'intervention des blessés allemands qu'elle avait soignés. Déportée, elle reviendra des camps de la mort.
Les résistants ont perdu cinq de leurs camarades : Alain Le Gac, Roland Delatre, Eugène Richouenne, Pierre Jouan et Gustave Bobot.
Les prisonniers et les blessés soumis aux pires sévices : Marcel Cottin, René Pelé, Françis Cheminel, Robert Gougeon, Auguste Leduc, Robert Zocollini sont finalement exécutés.
Deux jours durant, les SS vont battre les bois et la campagne, à la recherche des FFI. Vainement ! Alors de rage, ils incendient l'école et la mairie du bourg.

L'Arrestation de Desmeulles :
Le commandant Viel, dont l'épouse a été également arrêtée, surmonte ses épreuves, et avec l'aide du nouveau chef départemental, André Mazeline, qui remplace Daniel Desmeulles, il va poursuivre une lutte que ses souffrances morales motivent encore davantage.
Comment se présente l'organisation clandestine après le 13 juin 1944, date à laquelle est arrêté Daniel Desmeulles :
Dès le 6 juin, alors que les premières troupes alliées établissent leurs têtes de pont, les FFI de l'Orne exécutent les consignes des Plans Verts, Rouge et Tortue. Des instructions spéciales leur avaient été données pour une application rigoureuse de ce dernier plan. Ce sont les FFI peu préparés à cette forme d'action et ne disposant pas du matériel approprié ni de l'encadrement nécessaire qui ont eu la charge d'exécuter le plan Tortue.
Le 20 juin le général de Brigade Allard arrive au hameau de la Perdrières, au carrefour des routes Boucé, La Lande-du-Goult et Mortrée, Mesnil Scelleur. C'est là que chez le chef de groupe René Guyot, menuisier, qu'est établi le PC Départemental. Il s'agit pour l'état major de la Résistance, de désigner un nouveau responsable puisque Desmeulle a été arrêté, et de ratifier la décision d'unification des forces clandesztines.
Un important dispositif de sécurité a été mis en place tout autour du hameau. En fin d'après midi, les sentinelles font savoir au PC que deux hommes suspects sont entrés et se sont attablés au bistrot du carrefour. Ils sont venus à bicyclettes et… fait curieux, l'une de ces montures est celle de Mazeline abandonnée lors de l'attaque de Lignières huit jours avant.
L a décision est prise d'appréhender les individus. Une escouade fait immédiatement irruption dans le café pistolet au poing, arrêtent les deux suspects, les fouillent sommairement et les interrogent. Ils prétendent appartenir à la résistance et venir de Caen. Et le vélo… ? Volé à Alençon. On procède à une fouille plus approfondie et on découvre sur l'un d'eux sa feuille de paie de la Gestapo !
Il s'agit de Laronche (28 ans) et de Dourdine (20 ans), agents de Jardin du SD d'Alençon. Sous la présidence du général Allard , un tribunal de guère est immédiatement constitué. Interrogés les deux complices avouent être vebnus aux renseignements en vue d'une opération que la Gestapo est en train de préparer pour la semaine suivante.
Ils sont condamnés à mort à l'unanimité. Dans la soirée, un peloton de maquisards est formé qui procède à l'exécution, puis les corps sont enterrés dans une tourbière proche.
Ce 20 juin le général Allard nomme André Mazeline à la tête des FFI de l'Orne. Son adjoint désigné est Raymond Noêl, responsable des FTP. Ainsi, à partir de ce moment, un commandement unique rassemble en une seule force, les FFI, tous les Combattants clandestins. L'amalgame des mouvements se fait sans peine. Le département est divisé en six secteurs lesquels se fractionnent parfois en sous secteurs.

Le Capitaine Viel :
Replié, à La Baroche-Gondouin, le capitaine Viel regroupe ses maquisards, renforcés d'éléments locaux. En liaison avec les formations proches de Chevaigné-du-Maine et des Chapelles, il coopère avec le maquis de Saint-Mars-du-Désert, que dirige le capitaine Grégoire.
Avec le Commandant Pétri "Loulou", il rétablit le contact radio avec Londres, ce qui permet d'accumuler les parachutages prévus à Lignières-la-Doucelle et de les orienter sur La Baroche-Gondouin.
Le 6 juillet Claude de Baissac (commandant Michel), à la tête d'une équipe de réception sous les ordres d'Almire Viel réceptionne un groupe d'officiers SAS chargés de préparer les sabotages et les bombardements des défenses allemandes.
Ils participent également à différents coups de main préparés par les FFI, mais leur activité est surtout concentrée sur les liaisons radio avec Londres. C'est ainsi que du 10 juillet au 9 août, 113 messages seront envoyés.
Pendant ce temps, les autres groupes de résistants ne restent pas inactifs. Le commandant Pétri s'est replié avec ses hommes sur La Baroche-Gondouin et Saint Mars-du-Désert.

Roger LENEVETTE
Ex FTP du Commandant Pétri

* Il est possible de retrouver les détails de ces opérations dans " Le Commandant Pétri en Bretagne " et " Le Commandant Pétri en Normandie " que j'ai écrit dans un CD que je n'ai pas commercialisé.


 

Voir le Blog de LENEVETTE Roger : cliquez ici


Re: Le Commandant Pétri en Normandie

Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de Daniel Laurent  Nouveau message 26 Fév 2010, 04:29

Bonjour,
Merci Roger, d'interessantes precisions au sujet du commandant Petri dont nous avions parle (grace a tes sources !) dans Le commandant Piétri, figure de la résistance (Histomag'44, mai 2006, N°35).
http://perso.wanadoo.fr/stephane.delogu ... 06-06.html

Je t'informe, mais il ne faut le dire a personne, que l'Histomag'44 No.64, mise en ligne ce weekend, comporte un article consacre a Yvonnick Laurent, article de Kristian Hamon qui d'ailleurs te cite.


 

Voir le Blog de Daniel Laurent : cliquez ici


Re: Le Commandant Pétri en Normandie

Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de LENEVETTE Roger  Nouveau message 26 Fév 2010, 16:54

Bonjour Daniel

Comme je crois te l'avoir déjà dit je me suis trouvé avec les gars de St James à la Libération et ai participé avec eux à la livraison de prisonniers aux Américains à Betton. Par eux j'avais eu connaissance de l'histoire de Loulou en Normandie, mais j'avais besoin des témoignages comme ceux de Debon et de Tauzin pour la raconter. La lecture des livres de Ruffin m'ont apporté quelques précisions en complément ce qui m'a donné envie de résumer pour le forum
J'avais déjà écrit tout cela il y a des années en plus détaillé dans les 150 pages que je t'ai envoyées sur "Loulou" en Normandie, et que j'essaie d'améliorer de temps à autre, mais dont je ne fais pas commerce comme tu le sais.
Amitiés
Roger


 

Voir le Blog de LENEVETTE Roger : cliquez ici


Re: Le Commandant Pétri en Normandie

Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de Daniel Laurent  Nouveau message 28 Fév 2010, 08:21

Bonjour,
LENEVETTE Roger a écrit:mais dont je ne fais pas commerce comme tu le sais.

Diantre, que je le sais bien !
Et les megabytes de mon dossier "Roger" sur mon disque dur aussi.
Sans parler des documentaires et du reste.

Quand je pense que tu n'avais pas du tout prevu de faire circuler ca en dehors de ta famille !
Je connais un allume a Bangkok qui est tout fier de t'avoir convaincu du contraire.
:D


 

Voir le Blog de Daniel Laurent : cliquez ici


Re: Le Commandant Pétri en Normandie

Nouveau message Post Numéro: 6  Nouveau message de LENEVETTE Roger  Nouveau message 28 Fév 2010, 10:30

Bonjour Daniel

Et combien tu avais raison. Sans cela je n'aurais pas connu le neveu d'Yvonnick, ni Sabine dont je n'ai de nouvelles depuis trois semaines, ni Yvon dont je n'en ai non plus depuis une quinzaine, ni Magali dont j'attendais la visite pendant ces dernières vacances scolaires qu'elle devait venir passer en Sarthe, mais dont je sais que la maman avait des problèmes de santé. Sans parler des autres Wini et compagnie sur d'autres forums.
Tu fais la bise à Bô et à tes filles pour moi.
Amitiés
Roger


 

Voir le Blog de LENEVETTE Roger : cliquez ici


Re: Le Commandant Pétri en Normandie

Nouveau message Post Numéro: 7  Nouveau message de Daniel Laurent  Nouveau message 28 Fév 2010, 15:34

LENEVETTE Roger a écrit:Tu fais la bise à Bô et à tes filles pour moi

Ca deviens tres perso, cette affaire
:D
Pour les lecteurs de ce fil, Bô est la dame dont le posterieur tres bronze partage mon lit.
Je lui dois, a ce posterieur tres bronze, une partie de mon extreme virulence antiraciste.
A quoi tiennent les choses !
:mrgreen:


 

Voir le Blog de Daniel Laurent : cliquez ici


Re: Le Commandant Pétri en Normandie

Nouveau message Post Numéro: 8  Nouveau message de Prosper Vandenbroucke  Nouveau message 28 Fév 2010, 15:41

Figure toi mon cher Daniel, que je supposais bien que la dame répondant au doux prénom de Bô est ta compagne.
Tu lui transmettra les amitiés de la part de toute l'équipe du forum.
Bien amicalement
Prosper ;)
L'Union fait la force -- Eendracht maakt macht

Image
http://www.freebelgians.be

Administrateur Principal
Administrateur Principal

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 66152
Inscription: 02 Fév 2003, 21:09
Localisation: Braine le Comte - Belgique
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Prosper Vandenbroucke : cliquez ici


Re: Le Commandant Pétri en Normandie

Nouveau message Post Numéro: 9  Nouveau message de Daniel Laurent  Nouveau message 28 Fév 2010, 16:18

Prosper Vandenbroucke a écrit:Figure toi mon cher Daniel, que je supposais bien que la dame répondant au doux prénom de Bô est ta compagne.
Tu lui transmettra les amitiés de la part de toute l'équipe du forum.
Bien amicalement
Prosper ;)

Merci mon ami.
Pour elle, toi, Roger et les autres ici font partie de ces "Khun Farangset tingtong nitnoy" (Ces francais un peu fous, pardonnes son melange entre francais et belges, c'est pareil vu de chez elle) grace a qui ma terre natale ne me manque pas. A la moindre baisse de vitesse de ma connection internet, elle s'agite au telephone en hurlant. Elle sait que, sans vous, j'aurais peut-etre envie de rentrer en France et cela serait un drame, elle ne pourrait pas y survivre. Je vous dois aussi ca, mes amis.


 

Voir le Blog de Daniel Laurent : cliquez ici


Re: Le Commandant Pétri en Normandie

Nouveau message Post Numéro: 10  Nouveau message de LENEVETTE Roger  Nouveau message 28 Fév 2010, 18:36

Tu as de la chance Daniel, la petite polonaise par moitié "Chti" qui est à mes côtés depuis soixante ans aurait bien envie de mettre mon PC en miettes par moments mais elle sait que ce serait du temps de perdu pour que je le répare.
Ce que sait d'être indispensable… ?
Roger


 

Voir le Blog de LENEVETTE Roger : cliquez ici


Suivante

Retourner vers LA RESISTANCE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Cuirassé Bretagne 
Aujourd’hui, 03:14
par: Tri martolod 
    dans:  [DU 1er SEPTEMBRE 2018 au 31 OCTOBRE 2018]: Feu sur les véhicules d'écolage ( Allié ou Axe) 
Aujourd’hui, 01:56
par: Signal Corps 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 18 
Hier, 23:55
par: Richelieu 
    dans:  Hitler pouvait-il gagner la guerre ? 
Hier, 23:48
par: pierma 
    dans:  MARKET GARDEN, PLAN ET EXECUTION CE QU'IL AURAIT FALLU FAIRE POUR GAGNER... 
Hier, 23:11
par: Benoît Rondeau 
    dans:  Ce que les services secrets français savaient sur l'Allemagne nazie 
Hier, 23:08
par: Eric Denis 
    dans:  LES CAUSES D'UNE DEFAITE LA FRANCE POUVAIT-ELLE GAGNER? 
Hier, 22:36
par: Dog Red 
    dans:  forum 
Hier, 21:38
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Marceline Loridan-Ivens 
Hier, 21:24
par: jdl 
    dans:  266 Infanterie Division 
Hier, 20:57
par: thucydide 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 12 invités


Scroll