Connexion  •  M’enregistrer

Le Maquis de Broualan

Répondant à l'appel du Général de Gaulle, des milliers de combattants français se lèvent en Europe et en Afrique. Retrouvez ici la 1ère DFL, la 2ème DB, les FAFL, FNFL... Mais aussi celles et ceux qui ont résisté à l'occupant en entrant dans la clandestinité pour rejoindre le maquis ou les groupes de résistants.
MODÉRATEUR : gherla

Le Maquis de Broualan

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de LENEVETTE Roger  Nouveau message 28 Mar 2009, 18:02

Le Maquis de Broualan dans les Archives

A propos de Brionne :
Le 2 juin 1944, une "Centaine" de la Franc-Garde quitte Paris pour Poitiers où elle est équipée et armée. Cette "Centaine" composée de jeunes méridionaux, reçoit le nom de "Deuxième unité de marche de Bretagne" et part pour Rennes le 8 juin.
A son arrivée, elle est placée sous le commandement de Di Constanzo, chef régional de la Franc-Garde, et cantonnée au 5 Rue du Griffon , où elle procèdera à de nombreuses tortures. De là, une "Trentaine" prend aussitôt la direction de Fougères sous la direction de Le Neuf de Neuville, Inspecteur de la Milice, et procède à plusieurs arrestations dans la région.
Du 25 au 30 juin, sa présence est signalée à Saint-Aubin-d'Aubigné, Feins, Saint-Médard-sur-Ille, où Jules Nodet et Alfred André sont arrêtés.
Le 28 juin, c'est au tour de Jean Dufil à Saint-Aubin-d'Aubigné. Toujours dans le canton, 13 personnes sont arrêtées le 30 juin dont Jules Thiollais à Montreuil-sur-Ille, qui avait été contacté par Amand Brionne* de Saint-Aubin-d'Aubigné, pour créer un noyau de résistance. Jules Thiollais est attaché avec du fil de fer sur son établi de menuisier, puis Le Neuf de Neuville lui vole sa montre "pour ne pas la casser". Roué de coups, il est ensuite emmené sur la place de la commune et mis en présence de son fils auquel Le Neuf de Neuville déclare : " Donne une cigarette à ton vieux, ce sera la dernière, car tu ne le reverras plus."
Emmené à l'asile Saint-Meen pour y être torturé, Jules Thiollais en réchappera mais sera très diminué après six jours de coma.
Avant de revenir sur Rennes pour être cantonnée à Saint-Meen, la Milice récupère 200 millions de francs enfouis dans les caves de la banque de France de Fougères. 120 millions sont transportés à rennes, la différence étant versée sous forme de primes aux familles des miliciens tombés au Champ d'Honneur.**
Ces miliciens ont été vus un peu partout en Bretagne, mais cette Deuxième unité de marche ne participera qu'à des opérations très brèves contre les maquis, essentiellement en Ille et Vilaine et dans le Morbihan.
* Brionne a donné son nom au collège de Saint-Aubin-d'Aubigné
** ADIV 1439 W 18

Broualan et les Nationalistes Bretons :
Au mois de juillet 1944, les troupes alliées sont toujours enlisées en Normandie face à la résistance d'une armée allemande qui s'avère plus forte que prévue, procèdant en cela de la configuration bocagère de la région.
La Résistance de son côté un combat capital en fixant les troupes allemandes loin du front et en sabotant les lignes de communications. Prise dans une spirale de plus en plus répressives, la formation Perrot multiplie ses sorties. Ses membres sont directement impliqués aux côtés de l'armée allemande et de la Milice, ainsi à Broualan en Ille et Vilaine, et à Locminé. Un membre du groupe d'Action du P.P.F. décrit l'expédition de Broualan :
" Dans l'après midi du 6 juillet 1944, nous avons tous été consignés au cantonnement. Vers 23 heures, nous l'avons quitté pour nous rendre à la caserne de la Milice à l'asile se Saint-Meen. Nous avons attendu 20 minutes, et nous sommes partis en direction de Broualan L'expédition était conséquentes, car outre l'autocar bondé de miliciens, une camionnette de la Formation Perrot chargée d'une trentaine d'hommes revêtus de l'uniforme de S.S.
" L'expédition contre le maquis de Broualan est dirigée par le chef de la milice DFi Constanzo qui va torturer l'adjudant Lambert, et un résistant, Capitan qui sera abattu d'une balle dans la nuque. On relèvera 8 fusillés à Saint Rémy du Plain le 7 juillet 1944, et à Broualan 3 tués dans le village et une blessée qui ne survivra pas et 2 fermes incendiées *
* ADIV, 213 W25.
Les Allemands à Cuguen
Le Nord de ce département voit passer de nombreuses troupes allemandes, rendues particulièrement nerveuses à l'annonce du débarquement.
C'est ainsi que le 7 juin 1944, une petite formation traverse Cuguen, commune située entre Combourg et Dol-de-Bretagne. Un des soldats isolés à l'arrière de la colonne est abattu en plein jour par deux hommes qui prennent la fuite. Des renforts demandés par le lieutenant Poppner dit "Bébé Rose" arrivent aussitôt de Combourg
"Bébé Rose" rassemble les habitants du village et les enferme dans l'église, puis place une mitrailleuse face au porche. Pendant ce temps, les allemands procèdent à des perquisitions dans le bourg et réquisitionnent toutes les bicyclettes. Il faudra l'intervention de personnalités locales pour empêcher qu'ils ne mettent le feu à l'église et au village. Trois jours avant le drame d'Oradour, le pire est évité. La troupe ne traîne pas et prend la direction du Front de Normandie, non sans avoir incendié la mairie, l'école et la maison du secrétaire de mairie. *
* ADIV 1045 W 46

La Milice avec la Bezen Perrot à Broualan :
A quelques kilomètres de Cuguen se trouve le
maquis du Bois de Buzot en Broualan. C'est un des rares que compte l'Ille et vilaine, mais c'est un camp de transit utilisé par une centaine de F.T.P.F. et de réfractaires au S.T.O. originaires de la région malouine. Un parachutage devait y être fait mais rien n'a eu lieu..
Le 6 juillet 1944, venant de Cuguen où ils avaient été repérés, trois hommes armés de mitraillettes descendent d'une traction Citroën et pénètrent dans un café du bourg de Broualan. Se disant du maquis de Haute Savoie, ils veulent entrer en contact avec un "adjudant Lambert"
Trouvant ces individus "louches", la patronne du café se rend au village de la Lopinière, un hameau situé à quelques centaines de mètres de Broualan, pour prévenir Raoul Bourdet, un résistant de 38 ans originaires de Paramé.
Celui ci se rend alors sur les lieux pour voir de quoi il retourne, mais à son arrivée, les trois individus avaient déjà quitté le bourg. Cette étrange visite ne manquant pas d'éveiller les soupçons des résistants, le camp est mis en état d'alerte et les sentinelles renforcées.
Bien leur en a pris, car le lendemain 7 juillet, vers 4 heures du matin, une centaine de miliciens de la Franc-Garde, le Groupe d'Action du P.P.F. et trois groupes du Bezen Perrot, dirigés par le S.D. investissent Broualan
Parfaitement renseignés, les Allemands arrêtent aussitôt l'adjudant Lambert qui dormait au bourg chez son beau frère M. Hubert. L'autocar s'arrêtent en plein bourg et presque aussitôt l'adjudant Lambert a été amené par des miliciens et des civils *(ADIV 213 W 25) déclare lors de son interrogatoire R.P., un des membres du Groupe d'Action. Le chef du maquis arrêté, le convoi part donner l'assaut au camp situé à quelques kilomètres.
R.P. affirme que lui et son groupe assuraient la garde des véhicules pendant que les Allemands, la Franc-Garde et les membres du Bezen montent à l'assaut. Il y a tout lieu de le croire, la présence d'éléments en civil lors de cette attaque, risquant en effet de compliquer les choses.
Grâce aux précautions prises la veille, les maquisards étaient sur leurs gardes et parviennent à se dégager en bon ordre pour se regrouper pour se regrouper à Vieux Vel. Peu de temps après, toujours selon R.P. les miliciens reviennent avec une douzaine d'hommes dont certains à peine vêtus. Ces résistants ont été arrêtés, certains dans leurs sommeils alors qu'ils avaient trouvé refuge dans une ferme de la Lopinière, situé à mi chemin entre Broualan et le Bois de Buzot. La ferme pillée et incendiée, ils sont ensuite dirigés vers le bourg où stationnent les autocars.
Parmi ces résistants, on retrouve : Raoul Bourdet : Lorsque j'ai été arrêté à Broualan, je me suis trouvé avec 17 autres prisonniers alignés le long d'un talus, à environ 200 mètres * (ADIV 213 W 47. PV du 2 octobre 1945)

Ce qui va alors se passer au bord de cette petite route qui mène de la Lopinière à Broualan est d'une rare violence confirmée par tous les témoignages recueillis à la Libération.
Imbert, le chef du groupe d'Action, ordonne à l'adjudant Lambert de se déshabiller, puis Di Constanzo, le chef des Francs-Gardes le frappe à coups de ceinturon. On rerouve là une pratique courante chez tous ces tortionnaires : dénuder l'adversaire pour lui ôter toute dignité.. Une liste de résistants ayant été trouvée dans ses vêtements, l'adjudant reçoit l'ordre de se revêtir mais tombe à terre sous les coups.
Un autre membre du groupe d'Action R.C., originaire de saint-Servan, reconnait alors René Capitain, un résistant de Saint-Malo; parmi les prisonniers. S'acharnant sur lui à coups de nerf de boeuf, il lui donne l'ordre de se déshabiller, et pour l'avilir encore plus, lui ordonne de se lettre à cheval sur le dos de l'adjudant Lambert. Les coups pleuvent à nouveau et Capitain ne peut plus se relever.
Un officier de la Milice décide de l'abattre, mais un membre du Groupe d'Action le repousse en criant : Je veux essayer mon colt ! Il envoie une balle à bout portant dans la nuque de Capitain puis déclare au milicien Chouette, je sais qu'il marche ! Une femme d'une cinquantaine d'année, armée et portant un brassard de la Croix Rouge, tourne alors la tête du malheureux avec son pied.
Pendant ce temps "Héric" un des membres du Bezen présent sur place, remarque un adjudant du 1er Régiment de France (Jean Lambert) et un officier américain parmi les résistants arrêtés à la Lopinière. L'officier américain était en civil mais portait sa plaque d'identité militaire. Sur l'ordre de Péresse, qui l'avait réclamé comme prisonnier de guerre pour être mis à la disposition des autorités allemandes, je fis office d'interprète et le questionnait : 28 ans, originaire de New York, il était capitaine dans l'aviation. Fait prisonnier à Saint-Lô, il s'était évadé. Je demandais les clés des menottes à Constanzo. Celui ci me répondit qu'il n'en apportait jamais, n'ayant pas l'habitude de libérer ses prisonniers. Aidé de mes camarades, jr fis sauter ses menottes, ce qui permit à l'officier de boire et de manger*
( ADIV 213 W 36. Interrogatoire du 10 novembre 1944.)

Le cadavre de Capitain, laissé sur place, le convoi quitte Broualan, non sans avoir fait trois victimes dans le bourg : Jean Lebois, Hélène Lebois et Joseph Hue, puis prend la direction de Rennes.
Sur le chemin du retour, les miliciens de la Franc Garde en profite pour effectuer des contrôles et procèder à des arrestations. Après avoir parcouru une quinzaine de kilomètres, le convoi s'arrête au bord de la route à proximité de Saint-Rémy-du-Plain.. Les miliciens font alors descendre de la camionnette, les résistants arrêtés et les emmènent par un chemin creux dans un bois situé à environ 200 mètres de la route, déclare R.P. qui est toujours dans l'autocar
Au bout d'une vingtaine de minutes d'attente, les membres du convoi perçoivent nettement le bruit des rafales de mitraillettes, puis sept ou huit maquisards reviennent escortés par les miliciens, déclare R.P. qui remarque aussi que l'un d'entre eux porte le blouson de cuir d'un jeune résistant de Saint-Servan qui venait d'être abattu.
Quand à l'officier américain selon "Héric" son sort semble avoir été décidé dans l'intervalle : deux ou trois heures après, Péresse change d'idée avec l'accord de Di Constanzo et de Rieck de la S.D., il décide de faire fusiller cet officier. Après que Rieck ai pris sa plaque miolitaire, Péresse nomma pour le fusiller "Poher", "Lizidour" et "Jan". Tous rois refusèrent. Se présentent alors comme volontaires : "Targaz", 'Gwirieg" et "Glaz". Accompagnés de Rieck, Péresse et Constanzo, ils emmènent l'officier à environ 200 mètres, et le lieutenant de la milice tira dans le dos de l'officier qui ne se rendit compte qu'au dernier moment de ce qui lui arrivait. Avant l'assassinat de cet officier, les miliciens avaient déjà tué six autres personnes au même endroit dans la matinée du même jour *
* ADIV 213 W 36)

Lors de son interrogatoire, "Cadoudal", qui n'était pas sur les lieux donne une autre version : Ils ont fait prisonnier un officier américain. Tout d'abord il a été décidé qu'il serait considéré comme prisonnier de guerre. Mais Di Constanzo prétendant qu'il était en civil a voulu qu'il soit fusillé et a demandé des volontaires. Il s'est adressé à "Lizidour", "Cardinal", "Héric" qui ont refusé. Constanzo l'a abattu lui même *
* (ADIV 213 W 33)

Huit résistants, dont l'adjudant Lambert, sont exécutés dans cette ancienne carrière de Touchasse. Le convoi reprend sa route vers Rennes et l'asile Saint-Meen où les personnes arrêtées sont regroupées puis dirigées vers le château d'Apigné pour y être interrogées par la milice..
Toujours dans cette région une autre opération est menée le 27 juillet 1944 à Saint-Marc-sur-Couesnon, et sera la dernière du Bezen sur l'Ille et vilaine.


 

Voir le Blog de LENEVETTE Roger : cliquez ici


Re: Le Maquis de Broualan

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de norodom  Nouveau message 28 Mar 2009, 20:36

Bonsoir Roger,

Je vais respecter la "Netiquette" que m'a très aimablement rappelée ton ami Daniel...

Tu es donc de 3 ans mon aîné et nos parcours présentent plusieurs points semblables...
les FFI puis l'Indochine, toi dans l'armée de l'air et moi dans les transmissions...

Et de surcroit tu es originaire d'une localité que je connais bien, SBEC... ah l'inoubliable "sofar away from..." entre autres du talentueux NP.

J'ai en effet vécu à Rennes avec ma famille, de 1966 à 1978 et je connais tous ces lieux cités dans ton récit sur le thème du maquis de Broualan (c'est près de la forêt de Ville Cartier çà,?)
Mon fils aîné (58 ans) qui a épousé une plus "malouine" que lui, réside toujours à St-Malo avec ses deux enfants, l'un en proche banlieue de SM, l'autre à Dinan

Pardon à Mr l'administrateur de m'attarder ainsi... Merci!

Je ne connaissais pas cette épopée de l'histoire de la résistance dans ta région, aussi vais-je relire ce récit avec le plus vif intérêt.

Je suis particulièrement heureux de te lire sur ce forum, d'autant que les "gus" de notre génération ne sont pas légion...

Je te recontacterai...A bientôt donc...

Très cordialement

Roger, alias Norodom ( devines...)


 

Voir le Blog de norodom : cliquez ici


Re: Le Maquis de Broualan

Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de Daniel Laurent  Nouveau message 29 Mar 2009, 09:10

Bonjour,
Ah ! Grand moment du forum, deux anciens des maquis et de l'Indo qui se rencontrent
norodom a écrit:d'autant que les "gus" de notre génération ne sont pas légion...

Et les "gus" de votre generation qui ont raccroche leurs flingues mais sont capables de continuer le combat a partir d'un clavier sont encore plus rares.
Personne ici ne me contradira si je dis que votre presence sur ce forum, Roger & Roger, nous honore.


 

Voir le Blog de Daniel Laurent : cliquez ici


Re: Le Maquis de Broualan

Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de LENEVETTE Roger  Nouveau message 30 Juil 2009, 18:08

Bonjour Norodom

Je viens de découvrir ton mail Norodom et m'excuse de ,ne t'avoir répondu plus tôt. Pour en savoir un peu plus sur Broualan, le mieux serait que Daniel te passe mes coordonnées, ce serait plus facile. En effet on est quand même un peu limité pour la longueur de nos textes et celui que j'ai réalisé sur Broualan représente une trentaine de pages et n'a pu passer.
Il semble qu'il y ai pas mal de similitude entre nous, et je serai ravi d'en savoir un peu plus.
Amicalement
Roger


 

Voir le Blog de LENEVETTE Roger : cliquez ici


Re: Le Maquis de Broualan

Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de norodom  Nouveau message 30 Juil 2009, 19:18

Bonsoir Roger,

"Il semble qu'il y ai pas mal de similitude entre nous, et je serai ravi d'en savoir un peu plus"

Première des similitudes:

Roger, le Brestois, distribuait des lettres (et peut-être des télégrammes) dans Brest en 1940...
Roger, le Toulousain, distribuait des télégrammes dans Toulouse en 1942.

Je te recontacterai demain

Amicalement

Roger


 

Voir le Blog de norodom : cliquez ici


Re: Le Maquis de Broualan

Nouveau message Post Numéro: 6  Nouveau message de LENEVETTE Roger  Nouveau message 30 Juil 2009, 22:40

J'étais porteur de télégrammes à Brest en 1939 à la déclaration de guerre, j'avais donc à distribuer plus que les télégrammes.
Je te donnes ci dessous mes coordonnées internet.
Bonne nuit
Roger

:censored:


 

Voir le Blog de LENEVETTE Roger : cliquez ici


Re: Le Maquis de Broualan

Nouveau message Post Numéro: 7  Nouveau message de H Rogister  Nouveau message 30 Juil 2009, 22:46

LENEVETTE Roger a écrit:J'étais porteur de télégrammes à Brest en 1939 à la déclaration de guerre, j'avais donc à distribuer plus que les télégrammes.
Je te donnes ci dessous mes coordonnées internet.
:censored:

Bonne nuit
Roger


Cher Roger

Désolé d'avoir censuré ton adresse mais c'est pour t'éviter des ennuis.
Tu as la possibilité d'envoyer ton adresse email par MP en toute sécurité

Henri Rogister
Administrateur.


 

Voir le Blog de H Rogister : cliquez ici


Re: Le Maquis de Broualan

Nouveau message Post Numéro: 8  Nouveau message de Daniel Laurent  Nouveau message 31 Juil 2009, 03:52

Bonjour,
Je viens de faire un MP a Norodom avec l'adresse email.

Roger, les ennuis dont Henri parle, ce sont les robots-spammeurs qui rodent sur internet, recuperent les adresses emails et envoient des "spam", des publicites scabreuses dont tu n'a nullement besoin...


 

Voir le Blog de Daniel Laurent : cliquez ici


Re: Le Maquis de Broualan

Nouveau message Post Numéro: 9  Nouveau message de LENEVETTE Roger  Nouveau message 31 Juil 2009, 12:23

Ok et merci à Daniel et Henri. J'avais d'ailleurs hésité pour ces raisons, mais mon adresse est déjà connue par la plupart sur le forum, que je me suis dit un peu plus ou un peu moins n'y changera pas grand chose. J'avais d'ailleurs déjà demandé à Daniel de s'en charger. Vous aves donc eu raison.
Amitiés
Roger


 

Voir le Blog de LENEVETTE Roger : cliquez ici


Re: Le Maquis de Broualan

Nouveau message Post Numéro: 10  Nouveau message de LENEVETTE Roger  Nouveau message 31 Juil 2009, 17:48

Trois ans après

En 2006, un de mes textes était publié sur Histoquiz. Chacun peut le trouver sur Internet en tapant Marcel HEVIN et en cliquant sur Libération de la Loire Inférieure.
Hier soir me parvenait le mail ci-dessous émanant d'un ami, Yvon Martin, qui est le fils du Capitaine F.T.P.F Amédée Martin, Résistant depuis 1941 et ayant sérieusement œuvré aux côtés du Commandant Pétri. J'en ai d'ailleurs parlé dans mon message à Kristian Hamon et Daniel est au courant.
Le contenu de ce mail reçu hier soir, je le mets ici en hommage à Daniel qui m'a fait sortir ces textes que je gardais dans mes tiroirs et que j'avais réalisé pour mes enfants et ma famille.
Je ne m'attendais pas à de pareils témoignages jusque 3 ans après leurs publications.
En toute amitié avec tous
Roger

" Salut roger, je viens de lire sur histoquiz, un de tes articles sur, le reseau HEVIN, sais- tu que l un des aviateurs anglais , a ete cache chez mes grands-parents, a kereven a plehedel , a 6kms de LANVOLLON, il frappa a la porte de la ferme le soir du reveillon de noel 1941, ma tante lui a ouvert la porte,raconte deja, dans un livre intitule la resistance en bretagne , il fut aide par un de mes cousins JEAN LEGOFF pour son evasion jusqu a NANTES, avec les deux autres aviateurs, pour la petite histoire, les deux autres familles qui ont caches les aviateurs ont ete denoncees et deportees dont le receveur des postes de LANVOLLON, je peux en raconter plus, notamment par de la documentation.
Cordialement YVON "


 

Voir le Blog de LENEVETTE Roger : cliquez ici


Suivante

Retourner vers LA RESISTANCE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 18 
il y a 34 minutes
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  SOLDATS TCHÉCOSLOVAQUES 
il y a 47 minutes
par: betacam 
    dans:  MARKET GARDEN, PLAN ET EXECUTION CE QU'IL AURAIT FALLU FAIRE POUR GAGNER... 
Aujourd’hui, 15:33
par: Dog Red 
    dans:  Armée Royale Yougoslave : ses uniformes 
Aujourd’hui, 15:20
par: iffig 
    dans:  [DU 1er SEPTEMBRE 2018 au 31 OCTOBRE 2018]: Feu sur les véhicules d'écolage ( Allié ou Axe) 
Aujourd’hui, 13:41
par: NIALA 
    dans:  QUIZZ AVIATION - SUITE 15 
Aujourd’hui, 11:19
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  LES CAUSES D'UNE DEFAITE LA FRANCE POUVAIT-ELLE GAGNER? 
Aujourd’hui, 11:01
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 14 
Aujourd’hui, 10:58
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Des négatifs retrouvés, besoin d'identifier l'époque, le pays et le rang 
Aujourd’hui, 10:14
par: marine 
    dans:  NAUFRAGE du LAMORICIERE 1942 Départ d'ALGER 
Aujourd’hui, 08:35
par: Alcide NITRYK 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 15 invités


Scroll