Connexion  •  M’enregistrer

la flotte de commerce de la france libre

Répondant à l'appel du Général de Gaulle, des milliers de combattants français se lèvent en Europe et en Afrique. Retrouvez ici la 1ère DFL, la 2ème DB, les FAFL, FNFL... Mais aussi celles et ceux qui ont résisté à l'occupant en entrant dans la clandestinité pour rejoindre le maquis ou les groupes de résistants.
MODÉRATEUR : gherla

la flotte de commerce de la france libre

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de hilarion  Nouveau message 19 Mai 2004, 18:15

Il y avait longtemps que je ne m'étais pas fait plaisir en ecrivant quelque chose. mes sources bien sur l'historique des FNFL et le SHM.

La flotte de commerce est aussi une facete de la france libre qui est méconnue.

La flotte de commerce marchande représente en 1940 la (le commerce et la pêche ) occupait le 8ème rang parmi les puissances mondiales. L’Etat contrôlait 81038 tonneaux et les compagnies maritimes privées 2944309 tonneaux

La flotte française était composée d’un tiers de paquebot de cargos et mixtes desservant les lignes régulières . Cette flotte est présente sur toute les mers du monde. Cette flotte etait composée d’environ 12 de navires à moteur, le reste étant des vapeurs à chauffe au charbon.
Si l’on exclu la flotte de pêche la flotte de commerce represente environ 166 navires pour une jauge de 2.700.000 tonneaux

Au jour du 18 juin 1940, la plupart des unités de la flotte de commerce est en mer , seul une centaine de bâtiments bloquée dans les ports français de la Manche et de l’Atlantique

La majorité de la flotte de commerce est alors dans les ports de la Méditerranée et d’Afrique, mais une partie des bâtiments est amarré dans un port du royaume uni ou de l’empire britannique.
Désobéissant aux ordres reçus 4 bâtiments font route sur Gibraltar


L’Anodyr CLC Paranthoen (5278 t),
Le Rhin CLC Cannebotin (2456 t),
Le Forbin CLC Monamicq (7291t),
Le Capo Olmo CLC Willemain (4712t),

C’est ces bâtiments que trouvera l’amiral Muselier lors de son escale à Gibrlatar à bord du charbonnier Cydonia.

Le premier noyau de Français décidé à reprendre le combat sera composé de ces quatre bâtiments , du chalutier armé Président Houdouce et d’une centaine d’aviateurs il rallieront Glasgow début Juillet.


A la veille de l’opération Catapult aucun bâtiment outre ceux déjà cités plus haut n’ont rallié la France Libre en grande Bretagne la situation est la suivante
Une centaine de bâtiment français est éparpillées dans les ports à quai ou au mouillage plus des cargos norvégiens et Danois angariés par les français.
C’est une période d’immobilisme totale après l’acceptation de l’armistice par le maréchal Pétain

Les équipages des bâtiments hormis sur les paquebots sont peu nombreux, une trentaine d’hommes par bâtiment sur un navire jaugeant 3000 tonneaux, ce sont des équipages mixtes les machines sont composés de personnel européen et des indigènes d’origine malgache ou africaine (ces derniers sont employés comme chauffeurs) , les agents des services généraux sont eux Amanites ou tonkinois

Les canonniers de l’A.M.B.C. appartiennent à la marine nationale.




Les ralliements à la France libre ont déterminés surtout par les comportements des capitaines (Anadyr Forbin à Gibraltar). Pour les autres cas ce sont les considérations personnelles qui vont entrer en jeu et prendre le pas, notamment chez les hommes mariés qui ont peur des représailles ou que les délégations de soldes ne soient pas payées aux familles

L’attitude syndicale sera parfois aussi déterminante dans certains cas, il est à noter que les syndicats de marins anglais appeleront leurs homologues français à poursuivre le combat

L’influence des syndicats sera aussi déterminante dans certains cas et ceci bien que les syndicats de marins anglais appellent à poursuivre la lutte les marins français .

Le 3 juillet 1940 Début de l’opération Catapult tout les navires marchands sont saisis comme les navires militaires, le 17 juillet 82 bateaux ont été saisi dans les ports britanniques équipage et état major débarqués et rassemblés soit au Chrystal Palace ou à l’Olympia de londres.
Dans les ports de l’empire Britannique, en Egypte, au Canada, aux Bermudes, 20 bâtiments.

Les bâtiments immobilisés dans les ports neutre (Portugal par exemple) seront relâchés ultérieurement au profit de Vichy, certains serviront par ailleurs à effectuer les derniers rapatriements des marins français internés en grande Bretagne, les autres requis par les USA navigueront sous pavillon Panaméen (déjà les pavillons de complaisance…)

Les captures de mer 42 navires et 14 bâtiments saisi par la France libre viennent grossir la flotte de commerce.

Le 5 septembre 1940, la commission d’armistice donne son accord pour reprendre le trafic maritime avec les colonie en contrepartie de livrer un certain pourcentage des marchandises à l’occupant. Cette prétention des allemands est contraire a droit de la mer (contrebande) place Vichy dans une position délicate.

Le 3 juillet 1940 la Grande Bretagne a notifié à Vichy le blocus des côtes françaises et de ses colonies . en vertu du droit international les anglais arraisonnent et saisissent les bâtiments français, les allemands font pression sur Vichy afin qu’en cas d’arraisonnement les capitaines sabordent leur bâtiment.

Pour chaque capture l’équipage se voit inviter à poursuivre la lutte aux côté des alliés ou à être rapatrié sur un bâtiment neutre, on arrive à des décisions d’équipages parfois surprenantes telles que

L’Albi l’équipage saborde et coule le bâtiment mais rallie la France libre (100%)
Le Jean D conduit à Captown où l’action des agents de propagande des FNFL ne provoque aucun ralliement, phénomène inversé par l’escale du Commandant Duboc escortant le cargo Fort Binger (70%de l’équipage rallie)

Cette flotte française dite de la liberté représente avant le débarquement allié en Afrique du nord 162 navires soit 700000 tonneaux le quart de la flotte de commerce française de 1939

Depuis le 1er juillet 1940 l’amiral Muselier a été nommé commandant des forces françaises restée libres ou qu’elle soient et qu ‘elles quelles soient..

Le 05 juillet les anglais souhaitent réarmer à leur profit les bâtiments saisis, le général de Gaulle non satisfait marquera son mécontentement avec l’amiral, de Gaulle rencontre alors l’amiral Dickens et de ces entretiens naît l’accord du 07 août 1940, qui prévoit notamment que les navires restent français, l’amiral s’aperçoit que l’accord ne prévoit pas que la valeur des cargaison des navires ralliés soient portés au crédit de la France libre, ce qui aurait permis de pouvoir financer une partie des dépenses de la France Libre.

Monsieur de Malglaive en compagnie de acques Bingen se voit confier de toute les questions relative à la marine marchande, il s’installe au ministère des transports, et les britanniques lui apporte l’aide nécessaire à la remise en état des navires .
Compte tenu du secret absolu des mouvements des bâtiments il était pratiquement impossible de connaître les unités présentes en Grande Bretagne.

De plus l’armement des bâtiments posait problème, en effet les volontaires à la France libre ne ralliaient qu’en très petites quantités, ceci étant du une part à l’action des consuls de France en grande Bretagne, au manque de psychologie des Britannique ( internement des équipages ), et plus tard à la décision de l’amiral Muselier d’armer les corvette en priorité . On évalue à 500 officiers et 3500 membres d’équipage en 1944 les marins de la France libre

Les salaires des marins étaient calqués sur ceux des marins de commerce anglais.

Les bâtiments français navigueront avec tout ou partie d’un équipage français, les ralliés resteront sous son commandement de la France libres, les bâtiments saisis ou capturés pourront être armés par des équipages anglais, néanmoins le gouvernement anglais prévoit l’octroi d’une indemnité si le bâtiment est perdu.
Ils sont affrétés sous le régime de la réquisition par le MOWT, la location se fait coque nue préservant par la même les droits des armateurs en France.

Il est prévu que le commerce avec les colonies ralliées à la France libre sera prioritaire pour la flotte de commerce.

Les bâtiments vont arborer le pavillon de la marine de guerre des FNFL, bien d’un pavillon aux couleurs de la flotte de commerce fut créé.


L’armement militaire des bâtiments relevait de l’AMBC qui fournissait les personnels et l’armement nécessaire à la défense des bâtiments de commerce, la solde que percevait les marins et moitié moins élevée que celle des marins de commerce embarqué sur le même bâtiment.

Les marins furent soutenus socialement par différents organismes tel que le comfort service, le board of trade qui furent particulièrement attentifs à nos marins de même les dons en vêtements colis et lainage affluèrent des particuliers.

Les bâtiments furent intégrés dans les convois dont vous pourrez trouver les indicatifs sur le post relatif au convoi sur l’arctique.

Je ne peux avant de clore ce post oublier le rôle de la Marine de pêche et des bâtiments auxiliaires qui tout au long du conflit joué un rôle non négligeable néanmoins les effectifs sont plus délicats à cerner car les rôles d’équipage ont parfois été mal tenus, mais le nombre de bâtiment s lui chiffre à 263 le nombre de bâtiments ralliés. Les marins pêcheurs étaient rattachés au service des pêches qui fut créé en 1940 sous le contrôle du ministry of agricultur et fut ensuite rattaché à la flotte de commerce


Si l’on arrive à l’heure des bilans le tribu payé par la flotte française de commerce est le suivant 71 navires perdus soit plus de 306 686 tonnes

Quant aux récompenses 27 bâtiments furent cités à soit à l’ordre du corps d’armée de l’armée, ou de la division

Quatre officiers de la marine marchande seulement seront nommés compagnons de la Libération l’officier radio Popieul, les capitaines au long cours Brias, Mantelet et Rbour mais hélas pour ces 3 personnes à titre posthumes.

Les quatre premiers bâtiments qui ont rallié la France libre en juin 1940 ont connu des fortunes diverses :

L’anadyr est torpillé le 6 mai 1944 au large du Brésil

Le Rhin il est armé par un équipage britannique sous le nom HMS Fidelity il sera torpillé le 29/12/1942 par l’U435

Le Forbin est sabordé sur les plages du débarquement en Normandie

Capo Olmo terminera sa carrière sous le nom de Koufra et sera cité à l’ordre de l’armée en 1947

La bataille de l’Atlantique a été durant la seconde guerre mondiale l’une des plus coûteuses en matériel et en hommes, les risques encourus par les marins de commerces surtout dans les convois lents étaient grands, mes pensées vont pour les marins qui ont servi sur les bâtiments transportant des munitions et ceux des pétroliers…. ;


 

Voir le Blog de hilarion : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de Carl  Nouveau message 19 Mai 2004, 21:50

Très Interessant... :D


 

Voir le Blog de Carl : cliquez ici


Bravo

Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de Yakolev Yak-3  Nouveau message 17 Juin 2004, 21:26

C'est vachement bien détaillé! rien à dire! :D :D


 

Voir le Blog de Yakolev Yak-3 : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de Jacques Ghémard  Nouveau message 18 Juin 2004, 18:25

On peut préciser que le Capo Olmo était italien et qu'il a été volé par Pierre Mesmer, futur premier ministre.

http://www.ordredelaliberation.fr/fr_compagnon/674.html

Amicalement
Jacques


 

Voir le Blog de Jacques Ghémard : cliquez ici



Retourner vers LA RESISTANCE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  L'U-3523 retrouvé 
il y a 52 minutes
par: Dog Red 
    dans:  Série "La dernière Guerre" aux éditions Atlas 
il y a 58 minutes
par: Dog Red 
    dans:  Stützpunkt Paul, la base sous-marine de la KM en Indonésie 
Aujourd’hui, 00:48
par: alfa1965 
    dans:  Wolfpack Monsun, U-Boot dans l'océan Indien 
Aujourd’hui, 00:08
par: alfa1965 
    dans:  [DU 1er MARS AU 30 AVRIL 2018]: Photos de villes et villages à la Libération de 1944 
Aujourd’hui, 00:03
par: Signal Corps 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 13 
Hier, 23:00
par: kfranc01 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
Hier, 22:53
par: kfranc01 
    dans:  Compositeurs et musiciens déportés dans les camps. 
Hier, 22:37
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Potez 220 
Hier, 22:27
par: Stéphane L 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 14 
Hier, 22:26
par: Tarpan 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 7 invités


Scroll