Connexion  •  M’enregistrer

Le Limousin pendant la Guerre

Répondant à l'appel du Général de Gaulle, des milliers de combattants français se lèvent en Europe et en Afrique. Retrouvez ici la 1ère DFL, la 2ème DB, les FAFL, FNFL... Mais aussi celles et ceux qui ont résisté à l'occupant en entrant dans la clandestinité pour rejoindre le maquis ou les groupes de résistants.
MODÉRATEUR : gherla

Le Limousin pendant la Guerre

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de Aline  Nouveau message 23 Aoû 2008, 15:43

Bonjour!

Voilà, j'ai des difficultés à trouver des informations concernant l' Histoire du Limousin pendant la Seconde Guerre mondiale. Les renseignements que je trouve sont quasiment tous centrés sur Oradour sur Glane.
Pourriez- vous me donner quelques informations ou au moins quelques pistes à explorer.

Merci


 

Voir le Blog de Aline : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de Marc_91  Nouveau message 23 Aoû 2008, 15:50

:D Bonjour,

As-tu été au Musée de la Résistance de Limoges ???

Essaies également ici : http://mlacorre.club.fr/index.html
. . Image. . . . . .Image . . . Image

Animateur - Modérateur
Animateur - Modérateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8057
Inscription: 04 Déc 2006, 14:25
Localisation: Etrechy (91)
Région: Beauce
Pays: France

Voir le Blog de Marc_91 : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de hilarion  Nouveau message 23 Aoû 2008, 17:08

Oriente tes recherches via internet en via Georges Guingouin illustre résistant limoujot .


 

Voir le Blog de hilarion : cliquez ici


Le limousin pendant la guerre

Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de J.Claude  Nouveau message 23 Aoû 2008, 19:05

Bonjour !
Quelques références qui aideront peut-être:
Le limousin de la défaite et de l'occupation de CLacan/G.M.Proux/R du Chalard-éditions René Dessagne.1978.
Georges Guingouin, premier maquisard de France de G.Guingouin et G.Monediaire. éditions Souny-Ponty.1982.
R.5 Les SS en Limousin,Périgord,Quercy de G.Beau/L.Gaubusseau-Presses de la cité.1969.
Cordialement
J.Claude


 

Voir le Blog de J.Claude : cliquez ici


Merci !

Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de Aline  Nouveau message 23 Aoû 2008, 20:23

Je vous remercie pour vos renseignements.

Il est vrai je ne savais pas trop comment orienter mes recherches dans les livres et sur internet, vu mon peu de connaissances sur le sujet. Ici, dans le Limousin, le massacre d' Oradour sur Glane prédomine tout, beaucoup de gens, comme moi, ne savent pas grand chose dés que l'on quitte ce sujet..
En passant par les maquisards, pleins de pistes s'offrent à moi.
Je ne pensais pas que la Résistance du Limousin fut aussi importante.
Dés que j'ai la possibilité de remonter sur Limoges, j'essaierai de trouver les livres à la médiathèque, quant au musée, un petit tour me fera le plus grand bien!
J'ai 25 ans, j' ai toujours vécu dans le Limousin, je pense qu'il est tant d'affiner mes connaissances sur ma région et sur cette période de l' Histoire.

Cordialement
Aline


 

Voir le Blog de Aline : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 6  Nouveau message de Tom  Nouveau message 25 Aoû 2008, 10:26

Juste un petit bémol avec la fin des vacances... Rien à voir avec le Limousin en particulier, mais il faut savoir que, pour différentes raisons, dont les éléments psychologiques, politiques et idéologiques au sens large sont loin d'être absents, l'histoire de la Résistance en France se détache lentement de la mémoire et est toujours en "construction" malgré d'excellentes monographies...

Bref, à mon humble avis, d'après mon expérience en Haute-Savoie, il faut souvent prendre les études locales sur la Résistance avec un grain de sel, comme on dit au Québec, car elles ont une fâcheuse tendance à l'exagération... En effet, il y a parfois eu "beaucoup de résistance" dans des régions vides d'Allemands...

Comme l'écrit l'historien Tony Judt dans Postwar (2005), maintenant traduit en français, je crois :

[In 1945 Europe], the only source of collective national pride were the armed partisan resistance movements [...] which is why it was in Western Europe, where real resistance has actually been least in evidence, that the myth of Resistance mattered most.

Traduction rapide : Dans l'Europe de 1945, la seule source de fierté nationale collective était les mouvements de résistance de partisans armés ; c'est pourquoi c'était en Europe occidentale, où la résistance réelle a été la moins évidente, que le mythe de la Résistance importait le plus.

Cela dit, comme l'écrivait un autre historien anglais, Paul Abrahams, en 1991 : "La Résistance ne fut pas un mythe, mais le métarécit convenu [...] d'un consensus favorable aux Alliés, à de Gaulle et à la Résistance, que certains historiens continuent de soutenir, [est] foncièrement erroné."

Alors, bonne lecture... avec des pincettes !

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 956
Inscription: 17 Oct 2006, 19:39

Voir le Blog de Tom : cliquez ici


Le Limousin pendant la guerre

Nouveau message Post Numéro: 7  Nouveau message de J.Claude  Nouveau message 25 Aoû 2008, 11:50

Bonjour Tom !

Tu as certainement raison de dire qu’il y a eu quelques exagérations sur la résistance. (Surtout à des buts politiques à la fin de la guerre)
Mais néanmoins quand tu mets entre guillemets « il y a eu beaucoup de résistance dans les régions vide d’allemands. »
Il faut savoir que la résistance ne se limitait pas a des actions militaires, mais aussi beaucoup a des parachutages d’armes, d’agents, et par des renseignements de toutes sortes et quoi de mieux, que des régions moins peuplées d’ennemis pour mener à bien ses missions.
Enfin la police de Vichy et les auxiliaires français de la gestapo ne restaient pas inactifs dans ces régions.
Cordialement
J.Claude


 

Voir le Blog de J.Claude : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 8  Nouveau message de Tom  Nouveau message 25 Aoû 2008, 14:04

Oui, tout à fait d'accord, je n'ai pas voulu dire que la Résistance n'avait pas existé (!) et ce, sous différentes formes, dont les aspects civils, pour être moins connus, n'étaient pas les moindres...

D'ailleurs, les Allemands ne s'y trompaient pas. Comme l'écrit F.-G. Dreyfus dans son Histoire de la Résistance (de Fallois, 1996) :

Au reste, les Allemands [avant le débarquement des Alliés] se sentent-ils vraiment concernés par les maquis ou par les sabotages ? Si certaines voies ferrées comme [...] Limoges-Clermont, Clermont-Neussargues fonctionnent mal, [...] jusqu'à début mai 1944, les trains civils n'ont guère de retard. [...] Lutter contre les réseaux leur paraît beaucoup plus important [...]. Alors ici, la répression est terrible : la Résistance a perdu infiniment plus de monde du 1er janvier au 30 juin 1944 que durant toute l'année 1943...

Si la Résistance a joué un rôle majeur au niveau national sur les plans politique et psychologique, militairement, dans le contexte général, elle n'a eu qu'une action marginale. Il y a à cela plusieurs raisons. Les mouvements de zone sud ne font, jusqu'au printemps 1944, que de la propagande [...]. Même si cela est dangereux, les actions des groupes francs [...][n'ont] qu'un effet mineur [...]. [...] En zone nord, la situation est totalement différente, mais, comme c'est infiniment plus dangereux, les mouvements sont beaucoup moins structurés [...]. En dehors de quelques sabotages sérieux, [...] l'activité militaire essentielle, c'est le renseignement. [...] Le Sud-Ouest de la France a été libéré parce que l'armée allemande [à la suite des débarquements alliés] l'a évacué [...] avec un minimum de pertes.

L'historien E. Jäckel, dans La France dans l'Europe de Hitler (Fayard, 1968), rapporte, page 466, que le commandant en chef allemand à l'Ouest, le maréchal von Rundsedt, signale qu'après le débarquement allié en Normandie, les sabotages et les actions de la Résistance ont augmenté, mais pas dans la proportion à laquelle il s'y attendait et pas de manière vraiment gênante. Il ajoute à la même page 466 : De fait, nulle part, ni la Résistance ni les maquis n'ont eu d'action décisive sur l'issue de la guerre et les soucis qu'ils ont causés aux dirigeants du Reich devaient leur sembler bien secondaires comparés à la situation sur le front du débarquement.

Pour ce qui est du Limousin (Corrèze, Creuse, Haute-Vienne), il faut savoir que, d'après le KTB (journal de guerre n° 3 du 1er janvier au 13 septembre 1944) du Hauptverbindungsstab (Etat-major principal de liaison) 588 à Clermont-Ferrand, dont dépendait la plus grande partie du Massif central, pour couvrir l'Indre, la Haute-Vienne, la Creuse, l'Allier (avec Vichy), la Dordogne, la Corrèze, le Puy-de-Dôme, le Cantal, la Haute-Loire, les parties de zone sud de l'Indre-et-Loire, du Cher et de la Charente, soit plus de 65 000 km2 (plus que la Belgique et la Hollande réunies, mais avec seulement quelque 2,5 millions d'habitants), les Allemands ne disposaient pas de plus de 5000 hommes dont les principales unités consistaient en un régiment de sécurité et un bataillon de Georgiens peu sûrs...

Certes, il y avait les forces de l'ordre de Vichy (le M.O. : gardes mobiles, GMR, francs-gardes de la Milice), mais que font-elles lorsque les maquisards attaquent, par exemple, la garnison allemande (deux compagnies de sécurité et quelques Feldgendarmes) de Tulle le 7 juin 1944 ? Certains gardes mobiles se joignent aux résistants, les autres se rendent ou fichent le camp...

Cela dit, selon la préfecture régionale de Limoges (Archives départementales de la Haute-Vienne, 185 W1 44), les sabotages et attentats ont augmenté de juillet 1943 à juin 1944 :

- pour la Haute-Vienne : de 14 (dont 4 ferroviaires) à 219 (dont 50 ferroviaires) ;

- pour la Creuse : de 4 (dont 3 ferroviaires) à 152 (dont 16 ferroviaires) ;

- pour la Corrèze : de 50 (dont 15 ferroviaires) à 181 (dont 18 ferroviaires) ;

- pour la Dordogne : de 4 à 265 (dont 20 ferroviaires) ;

- pour l'Indre : de 3 (dont 2 ferroviaires) à 25 (dont 14 ferroviaires)...

Bien sûr, la plupart des sabotages ferroviaires, par exemple, n'interrompent le trafic que pour un temps relativement court et beaucoup ont lieu sur des voies secondaires, mais ils ont considérablement augmenté et entraînent, entre autres, l'intervention d'éléments de la division SS Das Reich...

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 956
Inscription: 17 Oct 2006, 19:39

Voir le Blog de Tom : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 9  Nouveau message de seaux  Nouveau message 09 Sep 2008, 08:22

Pour la Corrèze, je vous conseille la visite du musée de la résistance à Ussel,celui de Tulle, ainsi que la stèle de l'aire de repos de Vitrac sur l'autoroute A89.
Beaucoup de livres traitent également du sujet: Maquis de Corrèze, les pendus de Tulle, etc.

Flight Officer
Flight Officer

 
Messages: 101
Inscription: 29 Juil 2007, 17:18
Localisation: Corrèze
Région: limousin
Pays: france

Voir le Blog de seaux : cliquez ici



Retourner vers LA RESISTANCE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  QUIZZ AVIATION - SUITE 15 
il y a 15 minutes
par: François 
    dans:  LES CAUSES D'UNE DEFAITE LA FRANCE POUVAIT-ELLE GAGNER? 
il y a 17 minutes
par: Eric Denis 
    dans:  MARKET GARDEN, PLAN ET EXECUTION CE QU'IL AURAIT FALLU FAIRE POUR GAGNER... 
Aujourd’hui, 11:03
par: gibraltar114 
    dans:  trouvailles sur les sites de vente 
Aujourd’hui, 10:52
par: iffig 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 14 
Hier, 23:06
par: François 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 18 
Hier, 20:37
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Armée Royale Yougoslave : ses uniformes 
Hier, 19:30
par: iffig 
    dans:  [DU 1er SEPTEMBRE 2018 au 31 OCTOBRE 2018]: Feu sur les véhicules d'écolage ( Allié ou Axe) 
Hier, 18:45
par: Signal Corps 
    dans:  Hitler pouvait-il gagner la guerre ? 
Hier, 18:27
par: Loïc Charpentier 
    dans:  La visite du petit moustachu dans les Flandres, 1 et 2 juin 1940 
Hier, 17:59
par: thucydide 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Bing Premium, Trendiction Bot DE et 10 invités


Scroll