Page 1 sur 3

La collaboration en Wallonie durant la Seconde Guerre mondiale

Nouveau messagePosté: 22 Fév 2021, 15:53
de Prosper Vandenbroucke
La collaboration en Wallonie à été moindre qu’en région néerlandophone et cela est un fait avéré
En fait, les identités régionales y sont assez différentes. Il n’y existe aucun mouvement ethnique ou régionaliste comparable au Vlaams Nationaal Verbond (VNV) en Flandre, et le nombre d’enrôlés dans des mouvements pro-allemands y a été plus faible.
Les partisans de la collaboration – essentiellement des rexistes– ont été placés à des postes à responsabilités dans la plupart des grandes villes et communes wallonnes mais leur pouvoir effectif est resté très faible. En outre, les hérauts de la collaboration sont devenus, à partir de 1942, une petite minorité coupée du reste de la population.
Cependant, l’audience potentielle pour un sentiment germanophile en Wallonie est à chercher ailleurs, parmi les mouvements autoritaires gravitant autour de l’Ordre nouveau qui se sont établis pendant les années trente. Le plus important d’entre eux étant le mouvement rexiste de Degrelle apparu dès l’entre-deux-guerres. Un certain nombre de ses membres ont résolument opté, dès 1941, pour l’opposition à l’occupant, fournissant des militants parmi les plus actifs de groupements de résistance patriotiques. Mais d’autres se sont identifiés à l’Ordre nouveau européen initié par les nazis. La contribution de Rex a été de fournir une assise à de telles aspirations, avant de devenir un symbole de la collaboration anti-belge et illégitime, conséquence des choix opportunistes et extrémistes de Degrelle.
Je crois personnellement que le fait que Léon Degrelle à déclaré que les Wallons étaient des Germains et son tonitruant ‘’Hel Hitler’’ par lequel il clôtura un de ses discours à finalement fait que de nombreux partisans de ‘’Rex’’ ont tourné le dos au parti.
C’est mon sentiment et le vôtre serait le bienvenu.
Bien amicalement
Prosper ;) ;)
Source : https://www.belgiumwwii.be/belgique-en- ... lonie.html

Re: La collaboration en Wallonie durant la Seconde Guerre mondiale

Nouveau messagePosté: 22 Fév 2021, 16:20
de Loïc Charpentier
Je pense que tu as tout bien résumé efficacement et intelligemment! ::mortderire:: ;)

Re: La collaboration en Wallonie durant la Seconde Guerre mondiale

Nouveau messagePosté: 22 Fév 2021, 18:35
de Alfred
Je pense que c'est assez comparable à ce que furent des mouvances comme cellei de "la cagoule" en France,

Re: La collaboration en Wallonie durant la Seconde Guerre mondiale

Nouveau messagePosté: 23 Fév 2021, 00:54
de dynamo
La Wallonie a probablement eu la chance de ne pas avoir un gouvernement, comme en France, prônant la collaboration et semant le trouble dans une population désorientée et accablée par la défaite.

Re: La collaboration en Wallonie durant la Seconde Guerre mondiale

Nouveau messagePosté: 23 Fév 2021, 07:02
de JARDIN DAVID
Finalement Prosper est en train de poser une hypothèse revigorante : le vieux Maréchal qui tâtonnait pour "sauver ce qu'il pouvait" tout en s'empêtrant dans une collaboration de plus en plus abjecte aurait, tout bien pesé, mieux servi le Reich que ne l'auraient fait les ultra-collabos parisiens, s'ils étaient venus au pouvoir. Pourquoi pas !
Dans la même veine les nazis furent les plus efficaces pour détacher la population alsacienne de toute orientation germanophile. Résultat acquis en moins de 2 ans alors que les ténors hexagonaux de la droite, du Front Pop et surtout du Parti radical s'étaient lamentablement gaufrés depuis 1919 ...
JD

Re: La collaboration en Wallonie durant la Seconde Guerre mondiale

Nouveau messagePosté: 23 Fév 2021, 07:37
de Dog Red
dynamo a écrit:La Wallonie a probablement eu la chance de ne pas avoir un gouvernement, comme en France, prônant la collaboration et semant le trouble dans une population désorientée et accablée par la défaite.


Probablement.
Ce trouble (toutes proportions gardées) s'est reporté sur la personnalité du roi Léopold III qui y perdra son trône.

Re: La collaboration en Wallonie durant la Seconde Guerre mondiale

Nouveau messagePosté: 23 Fév 2021, 09:33
de pierma
dynamo a écrit:La Wallonie a probablement eu la chance de ne pas avoir un gouvernement, comme en France, prônant la collaboration et semant le trouble dans une population désorientée et accablée par la défaite.

Semer le trouble dans les esprits, certainement. Il a dévoyé une foule d'honnêtes gens qui n'étaient pas à priori favorables aux Allemands.

Exemples emblématiques, Bousquet et Pucheu, et même Darnand, qui endossent des saloperies au nom du régime de Vichy, alors qu'ils n'auraient sans doute pas agi ainsi sous les ordres des ultras de la collaboration, qui étaient tout bonnement nazis.

Pour autant, il n'y a eu qu'une infime minorité de Français à s'engager pour combattre aux côtés des Allemands.
Dire que ce recrutement a bénéficié de l'ombre tutélaire et rassurante du vieux maréchal me semble exagéré : on parle là, pour la LVF, de 10000 volontaires, en gros, dans un pays de 40 millions d'habitants.
Wiki a écrit:Sur les 13 400 hommes qui se sont présentés pour s'engager tout au long de l'existence de la Légion des volontaires français, 4 600 ont été refusés à la visite médicale (une mauvaise denture était un facteur éliminatoire), 3 000 ont été exclus pour diverses raisons, au total seuls 5 800 hommes ont été recrutés

On est très loin de l'influence de la Résistance, qui allait bien au delà des résistants en armes. Elle a bénéficié de la participation, permanente ou occasionnelle, d'une foule de petits bras, jamais encartés ni dénombrés.

Peut-être un peu plus avec la division Charlemagne, parce que les Allemands y ont versé d'office les miliciens réfugiés en Allemagne.
Hitler jugeait d'ailleurs, non sans raison, que le peuple français - en dehors de l'Alsace Moselle "germanique" - était irrécupérable dans sa haine de l'Allemagne. (En même temps il suffisait de regarder les listes interminables de noms sur les monuments aux morts pour comprendre que s'engager aux côtés des "Boches" était hors de question pour la majorité des Français.)

JARDIN DAVID a écrit:Dans la même veine les nazis furent les plus efficaces pour détacher la population alsacienne de toute orientation germanophile. Résultat acquis en mois de 2 ans alors que les ténors hexagonaux de la droite, du Front Pop et surtout du Parti radical s'étaient lamentablement gaufrés depuis 1919 ...
JD

C'est exact et ça me fait sourire...

Dans "la guerre germano-soviétique" Nicolas Bernard cite un mot qui courait de bouche à oreille dans l'Ukraine occupée : "Hitler a réussi en un an ce que Staline n'avait pas réussi en 20 ans : nous faire apprécier le régime communiste". :D

Re: La collaboration en Wallonie durant la Seconde Guerre mondiale

Nouveau messagePosté: 23 Fév 2021, 09:50
de Dog Red
pierma a écrit:Pour autant, il n'y a eu qu'une infime minorité de Français à s'engager pour combattre aux côtés des Allemands.


La remarque me semble comparable pour les Wallons qui ont suivi DEGRELLE sur le front russe.
Ils ne sont que 850 en août 1941, 450 les rejoignent en février 1942.
Ceux-là s'engagent sans doute pour de raisons idéologiques, anticommunistes surtout.

Après 1942, le recrutement doit se contenter d'aventuriers et de jeunes qui cherchent une échappatoire à la misère ou le travail obligatoire.
Ils ne seront jamais que quelques milliers à peine que le terme pompeux de "28.SS-Freiwilligen-Grenadier-Division « Wallonien »" à la fin de la guerre ne doit pas tromper.
L'effectif n'atteindra sans doute jamais même la moitié des 10.000 hommes nécessaires à la constitution d'une division.

Sources :
. https://www.belgiumwwii.be/belgique-en- ... lonie.html
. https://fr.wikipedia.org/wiki/28e_divis ... Historique

Re: La collaboration en Wallonie durant la Seconde Guerre mondiale

Nouveau messagePosté: 23 Fév 2021, 10:42
de Prosper Vandenbroucke
Il est vrai qu'une minorité de sympathisants wallon ont suivi Degrelle à tel point que ce dernier, fière de son rang de "Führer der Wallonen"" décrète une " mobilisation générale" pour les hommes de 17 à 55 ans et ce pour les collaborateurs exilés dans le Reich en fin 1944.
Source: Eddy De Bruyne "Moi Führer des Wallons"

Re: La collaboration en Wallonie durant la Seconde Guerre mondiale

Nouveau messagePosté: 23 Fév 2021, 11:53
de pierma
Prosper Vandenbroucke a écrit:Il est vrai qu'une minorité de sympathisants wallon ont suivi Degrelle à tel point que ce dernier, fière de son rang de "Führer der Wallonen"" décrète une " mobilisation générale" pour les hommes de 17 à 55 ans et ce pour les collaborateurs exilés dans le Reich en fin 1944.
Source: Eddy De Bruyne "Moi Führer des Wallons"

Führer der Wallonen ! :shock: :D

En fait de "mobilisation générale" il s'agissait de ramasser tous les collabos épouvantés qui avaient fui devant l'avance alliée. Le mot est savoureux !