Connexion  •  M’enregistrer

Les Oradour oubliés de l'été 1944

Pétain, Laval, le régime de Vichy et tous ceux qui furent acteurs de cette période sombre de notre histoire. La collaboration, les collaborateurs, la vie quotidienne sous la botte de l'occupant, les privations, le marché noir...
MODÉRATEURS : gherla, alfa1965

Les Oradour oubliés de l'été 1944

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de Mahfoud06  Nouveau message 25 Aoû 2013, 10:22

http://www.slate.fr/story/76518/maille- ... +(Slate.fr) :|

Le 25 août 2008, soixante-quatre ans jour pour jour après la libération de Paris, le président de la République Nicolas Sarkozy rendait hommage dans un discours au 124 victimes du village de Maillé (Indre-et-Loire). Les Français prenaient soudainement conscience que la Libération de la France, en 1944, s’était accompagnée de nombreux massacres. Le massacre d'Oradour-sur-Glane, le 10 juin 1944, avait-il donc tout écrasé?

Le matin du 25 août 1944, tandis que Paris est sur le point d’être libéré, des soldats allemands encerclent le petit village de Maillé. Pendant un peu plus de deux heures, la soldatesque se déchaîne. Sur les 500 habitants, 124 seront tués, par balles, à la baïonnette ou par le feu.

A midi, tout est fini, mais des sentinelles bloquent les accès et empêchent d’éventuels secours d’arriver. Une pièce d’artillerie de 88mm est déployée sur une hauteur et pilonne le village. Dans la nuit, des coups de feu sont tirés contre le village par des convois militaires allemands qui circulent à proximité.

Entre les incendies et le bombardement, cinquante-deux des soixante maisons que compte le village sont détruites ou gravement endommagées. Les âges des victimes vont de trois mois à 89 ans. Les soldats allemands ont tué tout ce qui passait à leur portée: hommes, femmes, enfants, animaux domestiques.

Comment expliquer Maillé?
Qui est responsable? La justice allemande, par le biais du procureur de Dortmund Ulrich Maass, a ouvert une enquête en 2004, car en Allemagne, les crimes du IIIe Reich ont été déclarés imprescriptibles. S’il ne fait aujourd’hui plus guère de doute que parmi les assassins, on comptait des éléments de la 17e division de panzergrenadiers SS Götz von Berlichingen, si un certain Gustav Schlüter (l’orthographe de son nom varie) semble avoir joué un grand rôle dans cette triste affaire, la vérité sur les circonstances du massacre de Maillé seront-elles jamais connues?

Ce que l’on en sait avec précision se résume aux témoignages bouleversants des rescapés qui décrivent un calvaire, des soldats déchaînés tuant de sang-froid. L’historien Sébastien Chevereau, responsable de la Maison du souvenir de Maillé, le déclarait devant les caméras d’Arte:

«Tous les enfants de Maillé ont été tués à bout portant. Il n’y a pas eu de fusillés à Maillé, ce qui rajoute encore à l’horreur. Toutes les personnes, à Maillé, ont été tuées les yeux dans les yeux.»

Mais quelle «justification» à ce massacre? Comment l’expliquer? Maillé est loin d’être un petit village tranquille. Sur le territoire de la commune passe en effet une ligne de chemin de fer stratégique pour les armées du Reich en pleine déconfiture: la ligne Bordeaux-Paris, dont les Allemands ont besoin pour évacuer leurs troupes menacées par la percée des Alliés au nord et par le débarquement de Provence. A plusieurs reprises, la Résistance a fait sauter des voies près de Maillé, peut-être un peu trop près du village, comme s’en accusera bien des années plus tard un ancien Résistant auprès du maire: simple exécutant alors, il lui dira qu’il se sent responsable des représailles allemandes.

Mais ces plasticages répétés sont-ils la cause de la réaction des occupants? On rapporte aussi que, la veille du massacre, deux voitures allemandes en patrouille sur le territoire de la commune ont été prises pour cible par des résistants. Deux soldats SS ont été touchés. Tués? Grièvement blessés? Là aussi, c’est le mystère. Cette attaque a-t-elle déclenché le massacre? Les soldats n’étaient ils pas plutôt en repérage pour le massacre du lendemain?

Encore aujourd’hui, on ignore les raisons précises de ce drame, ce qui ajoute encore à la souffrance. Ce qui est certain, c’est que 124 des 500 habitants de Maillé ont été tués un beau matin d’août 1944.

Les terribles «exploits» de la Das Reich
Au mois de juin, les soldats de la 2e division Panzer SS «Das Reich» s'étaient déjà tristement distingués. Le 9 juin, à Tulle, après la prise d’une partie de la ville par des résistants, les soldats —appuyés par des hommes de la Milice— prennent des otages et font bientôt savoir qu’ils vont en pendre 120, soit trois pour chaque soldat allemand tué lors de l’assaut de la ville la veille. Une pratique courante sur le front de l’Est.

C’est une journée d’horreur. Les malheureux sont séparés en groupes de dix et pendus aux balcons de la ville, tandis que l’organisateur des massacres assiste aux pendaisons depuis la terrasse d’un café en trinquant avec ses subordonnés. Au final, 99 habitants de Tulle seront pendus. De nombreux autres seront déportés.

Le lendemain, la même division commet le terrible massacre d’Oradour-sur-Glane. La justification? La Résistance aurait enlevé un officier du régiment «Der Führer». Les Waffen-SS auraient décidé de faire un exemple.

Mais il semble que tout ceci ne soit qu’un prétexte, si tant est que l’enlèvement a vraiment eu lieu. Car la Das Reich est une unité d’un genre particulier, qui a servi sur le front de l’Est, y a été presque décimée à l’été 1943 et a été déplacée début 1944 dans la région de Montauban pour y être entièrement reconstituée.

En juin 1944, elle manque encore cruellement de blindés et est donc déployée dans le Limousin pour lutter contre les partisans. Elle a commencé à le faire avant même le Débarquement. Une partie des soldats qui la composent a été habituée, en Russie, à ne pas faire dans le détail.

A Oradour, elle tue 642 personnes. Les hommes sont fusillés et achevés sommairement. Les femmes et les enfants meurent dans l’église du village que les soldats ont tenté de faire sauter mais qui s’embrase. Le village est ensuite incendié.

Inconscient collectif
Comment expliquer que ce massacre d’Oradour-sur-Glane a écrasé, dans l’inconscient collectif, le massacre de Tulle et celui de Maillé? Ils ont pourtant bien des points communs: effectués par des unités de la Waffen-SS, le bras armé du régime nazi, ils ont un caractère méthodique, systématique et manifestement valeur d’exemple. L’objectif est moins de tuer des résistants que de provoquer un choc pour terroriser les populations civiles afin qu’elles se tiennent tranquilles.

La première différence est naturellement, hélas, celle du nombre: aucun massacre effectué par l’armée allemande n’a eu une telle ampleur sur le sol français.

La seconde est le choix qui a été fait de conserver «intactes», si l’on peut dire, les ruines d’Oradour-sur-Glane. A Tulle, les pendus ont été décrochés et ont reçu une sépulture, mais le souvenir de la tragédie y est resté vivace. A Maillé, le village a été reconstruit et sans oublier, les habitants ont voulu que la vie continue. Près de soixante-dix ans après, Oradour-sur-Glane a la même apparence que celle que le village avait le 10 juin au soir, après le massacre. A l’entrée du site, des panneaux invitent les visiteurs au silence. Il n’en est guère besoin: l’atmosphère est si pesante qu’il se fait tout seul.

La troisième est que le massacre est bien documenté. On connaît les noms des responsables, les circonstances. On les connaît d’autant mieux qu’un retentissant procès s’est tenu en 1953 à Bordeaux, qui a vu une petite vingtaine de prévenus répondre des accusations portées contre eux, dont une quinzaine de «Malgré-Nous», ces Français d’Alsace-Moselle enrôlés de force dans la Wehrmacht (et parfois la Waffen-SS). Tous ces Alsaciens seront condamnés, le 12 février 1953, à des peines diverses (mort pour le seul engagé volontaire, peines de travaux forcés ou de prison pour les autres), provoquant une vague de protestation immense.

En Alsace, on s’estime montrés du doigt, mis au ban de la communauté nationale et l’émotion est vive, relayée par les députés et maires. Dans le Limousin, on est indigné car on estime que tous les accusés auraient dû être condamnés à mort, une indignation qui sera renforcée par l’amnistie votée le 19 février 1953, libérant de fait les Alsaciens condamnés. Les Allemands, eux, seront bientôt libérés, le rapprochement franco-allemand paraissant à ce prix. Près de soixante-dix ans plus tard, la pilule ne passe toujours pas en Haute-Vienne.

Une litanie de massacres
Si, avec l’allocution qu’y prononça Nicolas Sarkozy, le 25 août 2008, les médias se sont emparés du sort de Maillé, ils ont fort peu insisté sur le fait que si Maillé était un autre Oradour, il y avait aussi d’autres Maillé.

Qui sait que le 11 juin 1944, alors que les Alliés viennent de débarquer dans le village de Graignes, en Normandie, occupé par des parachutistes américains, des soldats de la 17e Panzergrenadier SS, après avoir repris la commune, massacrent 32 Américains et 31 civils accusés de leur avoir prêté main-forte?

Qui a entendu parler du massacre d’Argenton-sur-Creuse, où 53 habitants et maquisards furent fusillés, encore une fois par les tueurs de la 2e Panzer-SS «Das Reich», le 9 juin 1944, le jour même du massacre de Tulle?

Qui se souvient que la ville de Bagnères-de-Bigorre fit l’objet d’une opération punitive des Allemands, qui tuèrent 32 habitants de la ville en représailles à des actes «terroristes», le 11 juin 1944?

Qui a tendu parler du massacre de Dun-les-Places, où 27 civils furent tués et le village partiellement détruit, le 27 juin 1944?

Qui sait que le 11 juin 1944, à Mussidan, dans le département de la Dordogne, les Allemands fusillèrent 52 personnes en représailles à un sabotage sur la voie ferrée voisine?

Qui connaît le massacre de Saint-Sixte, dans le Lot-et-Garonne, où quatorze tziganes, dont six mineurs, furent fusillés par une unité de SS qui pendit 11 personnes le même jour dans le village de Dunes?

Qui se souvient de Vassieux-en-Vercors ou, à la fin du mois de juillet 1944, des Allemands débarqués par planeurs, appuyés par des Miliciens qui verrouillaient les accès, encerclèrent le village où se tiennent retranchés des Résistants et en tuèrent 101, ainsi que 73 civils, dont certains furent torturés avant d’être assassinés?

Qui a entendu parler du massacre d’Ascq, dans le département du Nord, où, dans la nuit du 1er au 2 avril 1944, deux mois avant le Débarquement, des éléments de la 12e division de panzer SS Hitlerjugend, furieux que leur convoi ait été victime d’un attentat sur la voie ferrée près de la petite ville d’Ascq, pillèrent, brutalisèrent les populations et massacrèrent en tout 86 habitants du village, et en auraient sans doute massacré davantage si des autorités supérieures n’étaient pas intervenues pour mettre fin à la tuerie? Le massacre provoquera une grève immense (60.000 grévistes à Lille et ses environs), la plus importante qu’ait connu la France occupée.

Un passé qui ne passe toujours pas
La liste est longue et, pour ne parler que du printemps et de l’été 1944, le nombre des civils massacrés par des soldats allemands se chiffre en milliers. Mais comme en témoigne le massacre d’Ascq, l’armée allemande n’a pas attendu d’être en déroute pour s’adonner à des massacres sur le sol français (elle en commit d’ailleurs quelques autres en mai-juin 1940, au moment de la débâcle française).

Les procès ont été rares, le gouvernement français ne s’étant guère montré empressé de trouver les coupables de ces massacres. Le fameux Gustav Schlüter, considéré longtemps comme responsable du massacre de Maillé, fut retrouvé et brièvement interrogé par des policiers français en 1950, à Hambourg. Il disparut ensuite de la circulation et se réfugia en RDA. Un procès se tint à huis-clos en 1952 et Schlüter fut condamné à mort par contumace. Les habitants de Maillé ne furent informés de la tenue de ce procès que des années plus tard.

La procédure enclenchée en Allemagne il y a plus de cinq ans piétine. Si environ 300 soldats qui auraient pu participer au massacre ont pu être identifiés, le fameux Schlüter est mort depuis longtemps et son supérieur hiérarchique aussi.

A Maillé, on espère qu’un jour un responsable ou un participant voudra soulager sa conscience avant de disparaître. Cela n’en prend guère le chemin. L’un des responsables de l’amicale des anciens de la 17e PzGr SS n’a récemment pas hésité, devant les caméras de la télévision française, à attribuer les 124 morts à un bombardement des Alliés. Alors à Maillé, comme à Ascq, à Graignes, à Dun-les-Places ou à Argenton-sur-Creuse, chaque été, même si les rangs des survivants se clairsèment, on serre toujours les poings. Parce qu’il est impossible de pardonner à ceux qui ne demandent pas pardon.

Antoine Bourguilleau

http://www.slate.fr/story/76518/maille- ... +(Slate.fr)
Ma passion est pareille à leur engagement à tous . Tant inexplicable qu'extraordinaire .

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1885
Inscription: 26 Déc 2006, 11:19
Localisation: Cannes
Région: PACA
Pays: France

Voir le Blog de Mahfoud06 : cliquez ici


Re: Les Oradour oubliés de l'été 1944

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de JARDIN DAVID  Nouveau message 25 Aoû 2013, 10:53

Je vais encore une fois apporter de l'eau à mon moulin, mais les déportations des Vosges représentent plusieurs milliers de morts, sans parler de la destruction de St Dié, de Corcieux ...
JD
"Laisse faire le temps, ta vaillance et ton roi" (Le Cid)

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7307
Inscription: 22 Aoû 2009, 20:49
Région: Principauté de Salm
Pays: FRANCE

Voir le Blog de JARDIN DAVID : cliquez ici


Re: Les Oradour oubliés de l'été 1944

Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de teddyboy  Nouveau message 25 Aoû 2013, 10:59

Mahfoud, ton post est une très utile piqûre de rappel

par contre, pour le prétexte d'Oradour, je ne suis pas d'accord avec toi.
Un officier SS, le major Kampfe (commandant le IIIe bataillon du régiment "der fuhrer") a bien été enlevé le 9 juin au soir au lieudit La Bussière à 24km de Limoges par un groupe FTP commandé par le sergent Jean Canou (groupe qui avait son camp à Cheissoux). Après la guerre, Canou et ses hommes attestèrent qu'ils avaient remis l'officier SS à un autre maquis et n'en avaient plus entendu parler.

source: "la division Das Reich et la résistance" par Max Hastings aux éditions pygmalion 1983

Warrant Officer Junior Grade
Warrant Officer Junior Grade

 
Messages: 94
Inscription: 25 Oct 2007, 13:48
Localisation: sarrebourg (57)
Région: rémois de souche et de coeur
Pays: FRANCE

Voir le Blog de teddyboy : cliquez ici


Re: Les Oradour oubliés de l'été 1944

Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de Prosper Vandenbroucke  Nouveau message 25 Aoû 2013, 11:49

Houla, houla,
Attention de ne pas dévier du sujet initial.
Oradour sur Glane a été longuement abordé sur ce forum et notamment ici:
viewtopic.php?f=67&t=13439&hilit=Oradour
En utilisant le moteur de recherches il y a d'autres discussions.
Le sujet du fil ici est:
Les Oradour oubliés de l'été 1944.
Grand merci
Amicalement et bon dimanche
Prosper ;)
L'Union fait la force -- Eendracht maakt macht

Image
http://www.freebelgians.be

Administrateur Principal
Administrateur Principal

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 61662
Inscription: 02 Fév 2003, 20:09
Localisation: Braine le Comte - Belgique
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Prosper Vandenbroucke : cliquez ici


Re: Les Oradour oubliés de l'été 1944

Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de Mahfoud06  Nouveau message 25 Aoû 2013, 18:38

Prosper Vandenbroucke a écrit:Houla, houla,
Attention de ne pas dévier du sujet initial.
Oradour sur Glane a été longuement abordé sur ce forum et notamment ici:
viewtopic.php?f=67&t=13439&hilit=Oradour
En utilisant le moteur de recherches il y a d'autres discussions.
Le sujet du fil ici est:
Les Oradour oubliés de l'été 1944.
Grand merci
Amicalement et bon dimanche
Prosper ;)


Tout à fait Prosper !

De plus je ne faisais que transmettre un article histoire de rappeler ces événements tragiques .

En ce qui concerne Oradour de nombreux spécialistes existent et je tente de faire des recherches par le biais de mon site :

www.memoiredoradour.com
Ma passion est pareille à leur engagement à tous . Tant inexplicable qu'extraordinaire .

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1885
Inscription: 26 Déc 2006, 11:19
Localisation: Cannes
Région: PACA
Pays: France

Voir le Blog de Mahfoud06 : cliquez ici


Re: Les Oradour oubliés de l'été 1944

Nouveau message Post Numéro: 6  Nouveau message de orpo57  Nouveau message 02 Sep 2013, 09:58

Mailé n'est que la partie immergée de l'iceberg. Il y a eu 23 massacres entre juin et septembre 1944. C'est un sanglant et tragique été.
Oradour sur Glane (642) Das Reich
Maillé (124) SS-Feld-Ersatz-Bataillon 17 sur ordre du Lt Gustav Schlüter (Platzkommandant Sainte Maure)
Tulle (99) Das Reich
Robert Espagne? Couvonges, Beurey sur Saulx, Mognéville (86) 3. Pz Gr. Division
Vassieux en Vercors (72) Fallschirmjägerbataillon Junwirth
Argenton sur Creuse (67) Das Reich
Buchères (66) SS-Pz Gr. Brigade 51
Bagnères de Bigorre, Pouzac, Trébons (57) Das Reich
Mussidan (52) SD Périgueux + Phalange Africaine
Umgebung Le Cheylard (50) 9 Pz Division + Luftwaffe
Gouesnou (42) III. Marineflakbrigade
Etobon (39) 30.Waffen Grenadier Division der SS (Russ.)
Ruynes en Margeride/Clavières (36) Pol rgt 19 + Aufklärungsabteilung 1000
Tavaux Plomion (34) 1e SS LSSAH + 12e SS Hitlerjugend
Marsoulas Mazères sur Sarlat (32) Das Reich
Plestan (31) KdS Rennes
Rouffillac Carsac Aillac (29) Das Reich
Ugine (28) Pol Rgt 19
Terre Noire (28) 157. Reservedivision
Dun les Places (27) ost Bat 654 kosaken stamm rgt 5 FG trupp SD Chalons sur Marne
Valréas (84*) 9 Pz Division Rgt Brandenburg
Saint Pol de Leon (25) 266.Inf. Division + SD Morlaix
Dortan (24) Kosaken Stamm Rgt 5
(source : Leib Konventioneller Krieg oder NS Weltanschauungskrieg ?)

*Valréas est dans le Vaucluse,pour être précis dans l'enclave des papes (morceau de Vaucluse en terre Drômoise).
Georges

Une information non partagée est une information perdue

vétéran
vétéran

 
Messages: 538
Inscription: 06 Avr 2007, 18:35
Région: lorraine
Pays: france

Voir le Blog de orpo57 : cliquez ici


Re: Les Oradour oubliés de l'été 1944

Nouveau message Post Numéro: 7  Nouveau message de fbonnus  Nouveau message 02 Sep 2013, 11:15

Merci pour cette liste des "oubliés" qui n'en sont pas moins martyrs de la barbarie nazie !

Amicalement
« Alors mon petit Robert, écoutez bien le conseil d'un père !
Nous devons bâtir notre vie de façon à éviter les obstacles en toutes circonstances.
Et dites-vous bien dans la vie, ne pas reconnaître son talent, c'est favoriser la réussite des médiocres. »
_________________________________________________
Michel Audiard

Administrateur
Administrateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 12599
Inscription: 18 Avr 2010, 16:07
Localisation: En Biterre
Région: Languedoc
Pays: France

Voir le Blog de fbonnus : cliquez ici


Re: Les Oradour oubliés de l'été 1944

Nouveau message Post Numéro: 8  Nouveau message de gauthier_ph1963  Nouveau message 02 Sep 2013, 16:04

Cela ne s'est pas arrêté avec l'été, quand ils sont revenus en décembre dans les Ardennes Belges ils ont recommencé leur horreurs..

Bourcy le 20 décembre : 4 habitants

Nadrin le 23 décembre : 6 habitants

Houffalize le 23 décembre : nombre inconnu précisément

Bande le 24 décembre : 34 habitants

Wanne le 18 décembre : 5 habitants (un le lendemain)

Stavelot et environs les 19 et 20 décembre : 130 civils

Jevigné le 20 décembre : le curé

Noville le 21 décembre : 7 habitants

Wibrin le 24 décembre : 2 civils

sans oublier mais hors sujet ; les massacres de prisonniers de guerre comme à Baugnez


 

Voir le Blog de gauthier_ph1963 : cliquez ici


Re: Les Oradour oubliés de l'été 1944

Nouveau message Post Numéro: 9  Nouveau message de alfa1965  Nouveau message 03 Sep 2013, 11:20

La vallée martyr de la Saulx, avec le village de Robert-Espagne aussi.
ALEX
http://hongrie2gm.creer-forums-gratuit.fr/forum.htm
La Hongrie, du traité de Trianon au siège de Budapest, son histoire, ses forces armées.

modérateur
modérateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5923
Inscription: 29 Déc 2008, 21:15
Localisation: PONTAULT COMBAULT 77
Région: Ile de France
Pays: France

Voir le Blog de alfa1965 : cliquez ici


Re: Les Oradour oubliés de l'été 1944

Nouveau message Post Numéro: 10  Nouveau message de ulysse57  Nouveau message 03 Sep 2013, 13:34

Oradour sur Glane reste le SYMBOLE des exactions nazies en France.

Si l'on devait répertorier l'ENSEMBLE des crimes commis par les SS et la Wehrmacht sur notre territoire , la liste serait beaucoup plus longue ... en oubliant forcement les exécutés ou torturés qui n'apparaissent pas dans les compte rendus.

Reste qu'une commémoration est prévue , avec l'appui du service télévisuel public français sur la commune de la Haute Vienne et cela est fort louable.


EDIT : de plus François Delpla sera aux commentaire sur France 24 ...


 

Voir le Blog de ulysse57 : cliquez ici


Suivante

Retourner vers OCCUPATION ET COLLABORATION




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Paras Allemands en Lorraine en mai 44 ? 
il y a 17 minutes
par: RoCo 
    dans:  Amazon et Ebay sommés de retirer des faux Lego représentant des soldats du IIIe Reich 
Aujourd’hui, 07:03
par: Dog Red 
    dans:  Opération Neptune sur cartes... 
Aujourd’hui, 00:48
par: kfranc01 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 13 
Aujourd’hui, 00:21
par: Marc_91 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 12 
Aujourd’hui, 00:11
par: kfranc01 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
Aujourd’hui, 00:05
par: kfranc01 
    dans:  identification de soldats 
Hier, 23:21
par: JARDIN DAVID 
    dans:  Sfcp airborne en Normandie 
Hier, 22:46
par: P. Vian 
    dans:  Histoire économique de Vichy 
Hier, 21:57
par: JARDIN DAVID 
    dans:  Médecin urgentiste 
Hier, 21:49
par: Dog Red 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 6 invités


Scroll