Connexion  •  M’enregistrer

Le massacre d'Ascq

Pétain, Laval, le régime de Vichy et tous ceux qui furent acteurs de cette période sombre de notre histoire. La collaboration, les collaborateurs, la vie quotidienne sous la botte de l'occupant, les privations, le marché noir...
MODÉRATEURS : gherla, alfa1965

Re: Le massacre d'Ascq

Nouveau message Post Numéro: 21  Nouveau message de Aldebert  Nouveau message 21 Jan 2012, 22:45

Bonsoir,
Mon oncle Raymond et ma tante Marie ainsi que mes cousins et cousines habitaient Ascq au moment du massacre. Fin 1945 début 1946 quand nous allions leur rendre visite, ils évoquaient ce drame. Je me souviens que nous sommes allés voir le passage à niveau où une partie du massacre s'était déroulé. A l'époque ce dramatique évènement était encore très frais dans la mémoire des gens. Cet endroit, ces lieux ressemblaient plus à la campagne qu'actuellement, il est vrai!
Cordialement
Albert
blog/Aldebert/

http://wiki-rennes.fr/index.php/Cat%C3% ... -le-Coquet

« Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre ! ». Churchill

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2904
Inscription: 22 Jan 2010, 19:22
Localisation: Aquitaine
Région: Aquitaine
Pays: France

Voir le Blog de Aldebert : cliquez ici


Re: Le massacre d'Ascq

Nouveau message Post Numéro: 22  Nouveau message de Jacques A.COLIN  Nouveau message 22 Jan 2012, 00:38

et le mémorial qui veille sur le lieu sacré, porte les mots: ... Homme, bannit de ton coeur et de tes lois la cruauté..! et ailleurs:
Ni haine ni oubli
Amen
Papy Colin
Maquisard - Eng. Vol.durée ww2- Croix.Combattant 39-45
Le Blog de Jacques A. COLIN

..

Brigadier General
Brigadier General

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 336
Inscription: 11 Déc 2011, 16:38
Région: ANJOU
Pays: France

Voir le Blog de Jacques A.COLIN : cliquez ici


Re: Le massacre d'Asq

Nouveau message Post Numéro: 23  Nouveau message de Jacques A.COLIN  Nouveau message 26 Mar 2012, 18:01

dynamo a écrit:Nous attendrons patiemment ce récit.

Un dunkerquois. (nous ne sommes pas Ch'tis, là haut ! ) grossesurprise


Bonjour Dynamo, Prosper et Aldebert...
Bien que je sache que vous suivez le fil "Notes et mémoires d(un ch'ti...", en cours de rédaction, je crois vous être agréable, ainsi qu'à tous j'espère..? en vous proposant ce texte, déjà ecrit...mais qui ne prendra place dans mon récit qu'après l'écriture des chapitres intermédiaires...qui traîne un peu... ::sa-majesté-ronfle::


LA NUIT des RAMEAUX
1er avril 1944



[i
]La nuit touchait à sa fin, et déjà, à travers les rideaux, on pouvait apercevoir les premières lueurs de l’aube, qui formaient une sorte de halo au toit de la maison d’en face.
Ce phénomène de lent réveil se produisait chaque matin depuis que j’ avais pris ma retraite, et n’étais plus contraint par l’obligation d’un lever rapide. J’ avais remarqué que dans cet état de demi-conscience, je rêvais souvent intensément. Les images se présentaient à moii, non pas de manière cinématographique, mais un peu comme dans une régie de télévision, simultanément, et sans liens apparents. Sans que je puisse agir sur lui, c’était mon esprit qui classait, ordonnait les images, et comble de l’étrange, posait des questions que jel retrouvais, toujours non résolues, à mon réveil complet.
C’est ainsi que ce jour là, et pour la millième fois, sans doute, je revécus en accéléré, les moments surprenants et terribles à la fois, qui avaient jadis modifié le cours de mon existence.
[/i]

Ils s’étaient donnés rendez-vous place de la gare, à l’arrêt du Tramway B, qui, par le pont supérieur et la rue Pierre Legrand, devait les déposer au terminus, face à l’ancien cinéma Leleu.
Ce devait être un samedi ? ... C’était un samedi, puisque j’étais enseignant, et que la sortie pédestre ne devait pas excéder une vingtaine de kilomètres.
C’eût été quatre ans auparavant, les cinq amis ne seraient pas partis sans entrer au “Pélican” pour manger quelques frites savoureuses, et se régaler d’un bon “demi”. Mais aujourd’hui, la place avait perdu l’aspect joyeux et populaire d’antan, et les échoppes des marchands de frites avaient depuis longtemps été désaffectées. L’endroit était presque sinistre, et ils montèrent dans le premier tram qui se présenta.
Rue Pierre Legrand, je remarquai que la “Maison du Rideau” n’avait toujours pas été reconstruite, et qu’à sa place, il n’y avait que de grands étais de bois qui soutenaient les maisons voisines. Quatre ans auparavant, pendant la drôle de guerre, un Hurricane anglais, touché par la chasse allemande, s’y était écrasé avec son pilote. On en avait un peu parlé, mais cela avait été vite occulté, pour ne pas affoler la population. Quelques semaines plus tard, c’est au milieu de la foule des réfugiés belges fuyant l’invasion, que l’image de cette maison détruite, s’était gravée dans mon esprit.
Il était déjà tard quand ils passèrent la barrière d’Hellemmes. Il faisait un temps gris et froid des printemps du Nord, mais, bien équipés, ils attaquèrent la grand-route déserte d’un pas assuré, devisant et chantant parfois : … je vais par le monde emportant ma joie... mon cœur ne connaît pas la haine...


Nous marchions depuis une heure environ et avions dépassé le chemin d’Annappes et le bourg aux maisons de briques brunes. La nuit venant, nous avions obliqué vers le nord, par des chemins de champs, traversé la voie de chemin de fer, en direction des seuls bouquets de peupliers qui égayaient cette plaine immense. Pressés par l’obscurité, nous nous engageames dans un petit chemin charretier, et trois cents mètres plus loin, aperçument un emplacement acceptable pour installer les deux canadiennes, au milieu des peupliers et parmi les buissons que le printemps n’avait pas encore garnis de feuilles.
Les deux tentes furent rapidement montées, et la fraîcheur brumeuse qui tombait les fit s’entasser dans la plus grande, celle de deux mètres à abside, qui seule possédait un double toit. Il n’était pas question d’allumer du feu, et c’est avec du “méta” que l’on fit chauffer le lait qu’une des filles avait apporté, et dans lequel on précipita les denrées diverses qui devaient constituer le “béton” : biscuits vitaminés, farine de maïs, tapioca, sucre de raisin, ersatz de cacao...


La course aux denrées alimentaires était, depuis quatre ans, permanente, et chacun résolvait individuellement, mais toujours insuffisamment le problème. Ainsi à chaque sortie camping, on mettait en commun tout ce qui avait pu être distrait de la ration quotidienne, et le repas était constitué par cette bouillie infâme, mais après tout, nourrissante. Cette pratique s’était répandue spontanément, et le “béton” resta longtemps encore après la guerre, le festin rituel des Auberges de Jeunesse.

C’est ainsi que débuta pour nous cette veillée du premier avril, dimanche des Rameaux 1944. Trois garçons, deux filles, dix-neuf et vingt ans, entassés dans la même petite tente, autant pour se réchauffer, que pour jouir de l’amitié et de la fraternité. La guerre, les bombardements semblaient loin, et la veillée s’écoulait en rires, chansons et souvenirs, de poèmes idéalistes en airs d’harmonica…
Aujourd’hui encore, je cherche à me rappeler les visages de ces compagnons, qu’après cette nuit là, je n’ai jamais revus. Porthos, Aramis, Mickey, Bougeotte. ..autant de surnoms, que je ne pouvais même plus rattacher à un nom familier.
Je songe aussi à la sorte d’incongruité qu’il y avait à ce que nous nous fussions trouvés là, heureux et presque insouciants, alors qu’autour d’eux la guerre était partout présente... N’étais-je pas alors, membre d’un réseau clandestin, et porteur de papiers falsifiés ?
Aujourd’hui encore cela m’apparaît comme une anomalie gênante, mais c’était ainsi, et aucune explication ne pourra changer ces faits troublants : Ils campaient, comme aux meilleurs temps des premiers congés payés...


Dans l’animation de cette joyeuse soirée, nul n’avait prêté attention à deux sourdes détonations qui avaient retenti dans le lointain brumeux. Pas plus qu’ils n'avaient remarqué le passage d’un train, roulant sans doute au ralenti, pour s'arrêter à quelques huit ou neuf cents mètres de leur camp.
Ils en étaient presque à s’endormir, serrés les uns contre les autres, quand retentit le premier coup de feu, bientôt suivi d’autres, à intervalles irréguliers mais parfois très longs, d’un silence pesant.
Lors d’une interruption un peu plus longue, Marco émit l’hypothèse qu’il s'agissait de braconniers qui tiraient des lapins, qu’ils iraient vendre ensuite au marché noir dans les faubourgs de Lille. Bien qu’il n’y crût pas, l’explication parut plausible et calma l’inquiétude des filles qui sombrèrent peu après dans le sommeil, cependant que des coups de feu continuaient à résonner dans la campagne, parfois plus éloignés semblait-il, moins espacés, mais toujours irréguliers. D’où ils étaient, cela ressemblait au tir aux pipes, à la ducasse d’Hellemmes... Enfin, du temps où y avaient des ducasses...
Dans le silence, troublé seulement par ces claquements erratiques, ils avaient perdu la notion du temps, et ils n’auraient pu dire depuis combien de temps cette fusillade durait. Rien que cette fusillade, pas d’autres bruits, qui auraient pu les renseigner. Une seule fois, j’ai cru percevoir le staccato caractéristique d’un pistolet mitrailleur, mais ce n’était peut-être qu’une impression...
L’horreur étant inimaginable, les garçons avaient fini par se convaincre qu’il devait s’agir de manœuvres de nuit de l’armée allemande. Plusieurs fois, dans un chuchotement, Marco et moi nous nous étions demandés s’il ne serait pas plus prudent de plier le camp, et de déguerpir en vitesse ? .., mais l’abri du petit bois nous avait vite semblé plus sûr, et il ne restait qu’à espérer que les déplacements de troupe, s’il y avait, éviteraient la traversée des buissons serrés où ils avaient eu la bonne idée de s’installer...
Quand les coups de feu cessèrent, et qu’un silence glacial s’installa sur la campagne environnante, nous finîmes par nous s’assoupir, sans plus d’inquiétude...
Nous ne pouvions savoir, ni même pressentir, ou imaginer, qu’à huit cent mètres de là, l’enfer s’était déchaîné. hommes enfants vieillards.. .arrachés brutalement à leur sommeil paisible, mouraient ou agonisaient sur le ballast de cette voie de chemin de fer, que avions nous mêmes traversée quelques heures auparavant.. .Martyrisés et massacrés par d’autres hommes au regard froid, jeunes comme eux, mais entraînés au meurtre...
Nous ne sûmes rien de tout cela, et l’aube vint vite, qui nous vit s’ébrouer dans la gelée blanche. Ils n’eurent pas le temps de faire chauffer le succédané de café, car un paysan qu’ils n’avaient pas vu venir, nous interpella timidement en nous priant de déguerpir, propriété privée oblige ! ..
Etait-il au courant des événements de la nuit ?… toujours est-il qu’il était resté prudemment à une vingtaine de mètres, à la vue des trois gaillards, équipés comme militaires en campagne. Après cinq minutes de palabres sur un ton aigre-doux, nous avons plié les tentes, et sac au dos, avons quitté le petit bois d’un pas vif.
Nous allions reprendre la route d’Ascq, quand un groupe de femmes, l’air affolé, qui semblaient en revenir, nous en dissuada : Il y avait des allemands partout… il s’était passé des choses.., on ne savait pas bien… mais notre allure et notre tenue nous feraient certainement arrêter comme suspects...
Elles-mêmes avaient abordé avec méfiance nos cinq silhouettes sorties du brouillard, et venant d’on ne sait où...
Ils revinrent alors en direction de Forest, puis obliquant à gauche, suivant fossés et sentiers de champs, prirent le chemin du retour. Ils passèrent non loin des bâtiments d’une grande ferme, puis contournant le bois de Montalembert s’engagèrent sur le “chemin vert”. C’était une grande allée, perpendiculaire à la lisière du bois, bordée de peupliers et d’un large fossé, où enfant, il venait pêcher des épinoches, des œufs de grenouille ou de salamandre pour les faire éclore dans des bocaux, qu’il emportait ensuite à l’école Jean Jaurès...
Ils mirent là très longtemps, pour réunir quelques brindilles sèches et allumer un petit feu qui leur permit de se réchauffer d’une boisson chaude d’orge grillée.
C’est à la douane de Fives, que nous primes conscience de la tragédie dont nous avions été les témoins auditifs, sans jamais en deviner la trame. Des side-cars de la Feldgendarmerie circulaient sur la grand-route, des groupes se formaient dans les encoignures de portes, et les récits du massacre sanglant de la nuit se transmettaient des uns aux autres, toujours plus atroces.
.

.............................................................

Plus qu'une peur rétrospective, c’est une sorte de rage impuissante qui m’a saisi, mêlée à une sorte de honte, d’être encore là, vivant, après être passé, dans l’inconscience, si près du malheur de mes frères...
J’ai quitté mes amis, sans un adieu et c’est sur le chemin de ma petite chambre du quartier St Sauveur que le changement s’était opéré en moi...:

Depuis quatre ans, j'avais souvent côtoyé la tragédie et la mort. de l’exode affreux stoppé devant Amiens à notre refoulement sur Dunkerque, dans la débâcle….des exécutions d’otages à la recherche de corps broyés de parents et d’amis sous les décombres de mon quartier détruit à Hellemmes, la fuite devant le STO et même le séjour d’un an dans un maquis des Hautes Alpes, la “Chaîne”... j avait vécu tout cela comme à travers un incontournable écran de jeunesse et de soif de vivre...
Des millions d’êtres humains avaient déjà disparu dans une tourmente dont les dimensions et l’enjeu échappaient à mon entendement d’adolescent...
Et voilà que je sentis que cette adolescence le quittait, et que sorti de cette chrysalide protectrice, il fallait que je devienne partie prenante dans l’immense conflit. Menu grain de sable sans doute, mais après tout, de même densité que chacun des assassins de la nuit, probablement de mon âge, et qu’il allait falloir maintenant affronter.


Ce qui a suivi ne fut que la conséquence de cette prise de conscience soudaine : ... la traversée aventureuse de la France. à nouveau le maquis en Bourgogne du sud.. .la libération.. .l’Alsace, la Forêt noire.. .et la victoire enfin...

La paix revenue je me suis établi définitivement au sein de cette Bourgogne rubiconde qui m’avait accueilli au lendemain de ma métamorphose...

………………………………………………………………………
VILLENEUVE d’ASCQ avril 1994 : Je suis assis dans l’herbe, au sommet d’un petit tertre dominant le lac du Héron, à quelques centaines de mètres de la grande ferme, devenue musée...
Sans la végétation nouvelle, disposée avec art par l’urbaniste, je pourrais apercevoir, au delà du nouveau quartier de Brigodes, le passage à niveau et le tertre du massacre.
Sur la gauche, je peux voir les frondaisons des premiers bois de Forest, où nous avons campé...
Au sud, au nord, la ville nouvelle s’étend, immense et tentaculaire, d’où me parvient une quantité de bruits, non identifiables. Là-bas, au delà de la butte de Quicampoix, par-dessus ce qui avait été le chemin vert, l’autoroute canalise ses milliers de véhicules, dont un léger vent d’ouest m’apporte le bruissement continu, pareil à celui des vagues sur les grandes plages de la mer du Nord.
Tous ces bruits de la vie semblaient pour moi vouloir s’opposer au souvenir du silence glacial qui s’ést abattu sur la grande plaine vide, cinquante ans auparavant.
Je m’attarde longuement à évoquer ceux qui, injustement, n’ont pas connu cette aube des Rameaux, mais qui, d’une certaine manière, par leur sacrifice, m’ont éveillé à ma dignité d’homme, libre.

……………………………………………………………..
C’était un matin d’automne, ensoleillé et très doux. Je sortis de sa poche un petit nécessaire à croquis qui ne me quittait jamais, et je me mis à écrire...

Composé en 1994 à l’occasion du 50° anniversaire du Massacre
Réécris à Angers en mars 2012 pour 39-45 Forum d'Histomag.
Tous les faits et circonstances sont rigoureusement exacts
.
Papy Colin
Maquisard - Eng. Vol.durée ww2- Croix.Combattant 39-45
Le Blog de Jacques A. COLIN

..

Brigadier General
Brigadier General

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 336
Inscription: 11 Déc 2011, 16:38
Région: ANJOU
Pays: France

Voir le Blog de Jacques A.COLIN : cliquez ici


Re: Le massacre d'Ascq

Nouveau message Post Numéro: 24  Nouveau message de dynamo  Nouveau message 26 Mar 2012, 22:37

Récit impressionnant, Jacques.
C'est bien la première fois que je lis que des jeunes pouvaient faire du camping dans le Nord de la France en 1944.
Etait-ce une pratique autorisée ?
De plus, que veux tu dire lorsque tu écris que vous étiez équipés comme des militaires en campagne ?
Le groupe de femmes rencontré vous a sûrement évité de gros ennuis...
Je n'ose imaginer ton état d'esprit après la révélation du massacre.
Infiniment merci pour tes souvenirs.
La dictature c'est "ferme ta gueule", et la démocratie c'est "cause toujours".
Woody Allen.

Administrateur
Administrateur

 
Messages: 3330
Inscription: 14 Mar 2006, 19:36
Localisation: sur la plage abandonnée
Région: Nord/Pas de Calais
Pays: France

Voir le Blog de dynamo : cliquez ici


Re: Le massacre d'Ascq

Nouveau message Post Numéro: 25  Nouveau message de Aldebert  Nouveau message 27 Mar 2012, 18:57

Bonjour,
Quand tu as évoqué, Jacques, la chanson de je vais par le monde tu as immédiatement éveillé en moi des souvenirs. Il est vrai qu'à cette époque nous chantions beaucoup de chansons de groupe. Pas de télés peu de radios, le temps était à la chanson, surtout en plein air. Pour certains les souvenirs sont jalonnés par des airs. Un air qui réapparaît à l'oreille fait automatiquement resurgir des souvenirs. C'est mon cas.
Merci Jacques pour tes récits.

http://www.youtube.com/watch?feature=pl ... SZOE#t=13s
http://www.youtube.com/watch?feature=pl ... 7xzQ#t=24s

Bien cordialement
Albert
blog/Aldebert/

http://wiki-rennes.fr/index.php/Cat%C3% ... -le-Coquet

« Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre ! ». Churchill

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2904
Inscription: 22 Jan 2010, 19:22
Localisation: Aquitaine
Région: Aquitaine
Pays: France

Voir le Blog de Aldebert : cliquez ici


Re: Le massacre d'Ascq

Nouveau message Post Numéro: 26  Nouveau message de lebel  Nouveau message 27 Mar 2012, 19:33

Dans cette période 40-42 , deux morceaux etaient trés populaires et nous les chantions lors de nos sorties scolaires ( avec les inevitables chansons patriotiques ravivées par Vichy ! )
La haut sur la montagne etait un vieux chalet .................
et , Une fleur au chapeau , à la bouche une chanson
..........


 

Voir le Blog de lebel : cliquez ici


Re: Le massacre d'Ascq

Nouveau message Post Numéro: 27  Nouveau message de Aldebert  Nouveau message 27 Mar 2012, 21:55

lebel a écrit:Dans cette période 40-42 , deux morceaux etaient trés populaires et nous les chantions lors

et , Une fleur au chapeau , à la bouche une chanson [/i]..........

En fin 45 début 46, nous avions mis de nouvelles paroles à cette chanson et cela devenait.

"Une fleur au chapeau, à la bouche un bout d'mégot, deux pistolets dans les poches.
des grenades dans les bottes à nous, les beaux garçons, pour allez combattre les boches.

Dans les baraquements où nous habitions, nous étions deux groupes de gamins de 6-12 ans bien armés de carcasses rouillées de fusils mitrailleurs ou de fusils, de pistolets qui avaient perdu leur barillet ou leur chargeur, de casques allemands et américains. Nous organisions des explosions avec le carbure de lampes d'éclairage. Nos jeux du moment, nos dessins à l'école, la guerre. Nous la reproduisions, la seule chose alors que nous ayons jamais connu. Je dessinais fort bien les bombardiers qui lâchaient leurs chapelets de bombes et les combats de chasseurs dans le ciel et les 88 qui tiraient dessus.
Si présentes encore ces chansons tant évocatrices!
Cordialement
Albert
blog/Aldebert/

http://wiki-rennes.fr/index.php/Cat%C3% ... -le-Coquet

« Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre ! ». Churchill

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2904
Inscription: 22 Jan 2010, 19:22
Localisation: Aquitaine
Région: Aquitaine
Pays: France

Voir le Blog de Aldebert : cliquez ici


Re: Le massacre d'Ascq

Nouveau message Post Numéro: 28  Nouveau message de Jacques A.COLIN  Nouveau message 29 Mar 2012, 00:33

bonsoir à tous,
Je comprends l'étonnement de Dynamo et les questions qu'il pose...voici ma réponse:
a): pendant toute l'occupation, je n'ai pas souvenir de restriction au libre déplacement des personnes, et a fortiori des associations sportives ou culturelles...non dissoutes par VICHY...Donc pas d'autorisation a demander pour nos sorties camping quasi-hebdomadaires...

b) Tenue de militaire en campagne ?: Sur la photo ci jointe d'un groupe d'Ajistes, prise 18 mois plus tard vous pouvez vous faire une idée de l'aspect quelque peu patibulaire que nous avions, en y ajoutant, à la ceinture le poignard de trappeur canadien,servant à tout, très à la mode à l'époque, le béret basque ou la casquette bleues marine, l'air frigorifié, ébouriffé et mal lavé que nous avions en sortant du bois dans le brouillard ne pouvait que susciter la méfiance...!
5ajistes-au-zalhar.jpg

C): Effectivement, ces femmes restées à jamais inconnues, nous évitèrent certainement bien des ennuis...Hommage lointain..!

d):Au rayon des chansons, le répertoire de marche ou de veillées est inépuisable...Et je me souviens, et chante encore parfois à pleine voix, ce chant d'espoir, venu de Russie... (je crois?) :

Ma blonde entends tu dans la ville,
siffler les fabriques et les trains...
Allons au devant de la vie
Allons au devant du matin
Debout ma blonde..chantons au vent...debout amie...

Il va vers le soleil levant...notre Pays


Mais comme il est loin ce temps....Que sont mes amis devenus?
Papy Colin
Maquisard - Eng. Vol.durée ww2- Croix.Combattant 39-45
Le Blog de Jacques A. COLIN

..

Brigadier General
Brigadier General

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 336
Inscription: 11 Déc 2011, 16:38
Région: ANJOU
Pays: France

Voir le Blog de Jacques A.COLIN : cliquez ici


Re: Le massacre d'Ascq

Nouveau message Post Numéro: 29  Nouveau message de Alfred  Nouveau message 29 Mar 2012, 16:15

Oui,les temps étaient alors à l'espérance.....La nuit nous entourait encore mais comme disait Churchill :"L'aube viendra....." Je me souviens de ces chansons comme en contrepoint des chants de marche germaniques scandés par le martèlement des bottes des colonnes de leurs soldats , de retour d'exercices, passant devant mon logis

vétéran
vétéran

 
Messages: 1340
Inscription: 21 Aoû 2011, 13:41
Région: Litus saxonicum
Pays: Grande Bourgogne

Voir le Blog de Alfred : cliquez ici


Re: Le massacre d'Ascq

Nouveau message Post Numéro: 30  Nouveau message de Aldebert  Nouveau message 31 Mar 2012, 21:18

Jacques COLIN a écrit:
d):Au rayon des chansons, le répertoire de marche ou de veillées est inépuisable...Et je me souviens, et chante encore parfois à pleine voix, ce chant d'espoir, venu de Russie... (je crois?) :

Ma blonde entends tu dans la ville,
siffler les fabriques et les trains...
Allons au devant de la vie
Allons au devant du matin
Debout ma blonde..chantons au vent...debout amie...

Il va vers le soleil levant...notre Pays



Au devant de la vie - Les paroles françaises de ce chant sont de Jeanne Perret et la musique de Chostakovitch - Cette musique à été composée pour le film soviétique " Contre plan" en 1932.
Cordialement
Albert
blog/Aldebert/

http://wiki-rennes.fr/index.php/Cat%C3% ... -le-Coquet

« Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre ! ». Churchill

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2904
Inscription: 22 Jan 2010, 19:22
Localisation: Aquitaine
Région: Aquitaine
Pays: France

Voir le Blog de Aldebert : cliquez ici


PrécédenteSuivante

Retourner vers OCCUPATION ET COLLABORATION




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Paras Allemands en Lorraine en mai 44 ? 
il y a 23 minutes
par: RoCo 
    dans:  Amazon et Ebay sommés de retirer des faux Lego représentant des soldats du IIIe Reich 
Aujourd’hui, 07:03
par: Dog Red 
    dans:  Opération Neptune sur cartes... 
Aujourd’hui, 00:48
par: kfranc01 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 13 
Aujourd’hui, 00:21
par: Marc_91 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 12 
Aujourd’hui, 00:11
par: kfranc01 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
Aujourd’hui, 00:05
par: kfranc01 
    dans:  identification de soldats 
Hier, 23:21
par: JARDIN DAVID 
    dans:  Sfcp airborne en Normandie 
Hier, 22:46
par: P. Vian 
    dans:  Histoire économique de Vichy 
Hier, 21:57
par: JARDIN DAVID 
    dans:  Médecin urgentiste 
Hier, 21:49
par: Dog Red 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 5 invités


Scroll