Connexion  •  M’enregistrer

Littérature sous l'occupation

Pétain, Laval, le régime de Vichy et tous ceux qui furent acteurs de cette période sombre de notre histoire. La collaboration, les collaborateurs, la vie quotidienne sous la botte de l'occupant, les privations, le marché noir...
MODÉRATEURS : gherla, alfa1965

Littérature sous l'occupation

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de huck  Nouveau message 10 Mai 2009, 07:41

Je suis tombé sur un article paru dans le monde sur une exposition qui a lieu à New-York sur la littérature française sous l'occupation. C'est assez étrange de voir avec quelle facilité on a passé l'éponge sur cette discipline artistique, comme on a pu le faire pour plein d'autres domaines artistiques (cinéma, musique...Etc)

Voici cet article :

Un regard américain sur la France des années 1940

LE MONDE | 09.05.09 | 14h18
Auteur de La France de Vichy (Seuil, 1973) et spécialiste de la seconde guerre mondiale, l'historien américain Robert O. Paxton, né en 1932, a été professeur à l'université Columbia à New York, de 1969 à 1997. Il dirige l'exposition "Entre collaboration et résistance", sur la vie littéraire française sous l'Occupation, présentée à la New York Public Library jusqu'au 25 juillet. Il revient sur l'esprit de cette exposition.

Quelle idée forte avez-vous voulu mettre en avant dans cette exposition ?

Avant tout, je l'ai voulue didactique. D'abord parce que nombre de jeunes gens n'ont guère de connaissances historiques, mais aussi parce que les chercheurs ont fait beaucoup de progrès sur des questions comme la défaite militaire de 1940, par exemple.

Dans son ouvrage Le Mythe de la guerre-éclair (Belin, 1995), l'historien allemand Karl-Heinz Frieser montre que celle-ci, loin d'être jouée d'avance, a été la conséquence d'un calcul erroné de l'état-major français, qui avait jugé bon de poster ses meilleures unités loin au nord en Belgique et en Hollande. Or, tout a été fait par Vichy pour rejeter sur la société française "décadente" toute la responsabilité de cette débâcle.

J'ai voulu faire ressortir des continuités avec les années 1930 - et notamment à partir de l'affaire Stavisky, qui marque le début d'une intense mobilisation politique -, où nombre d'écrivains sont déjà orientés vers ce qui deviendra la collaboration, c'est-à-dire la tentation fasciste ou, pour reprendre l'expression de Drieu la Rochelle, "le rêve d'une France spartiate".

Comment voyez-vous le monde littéraire français sous l'Occupation ?

Ce qui me frappe, c'est de voir à quel point il est divisé, polarisé. Pourtant, c'est complexe. Un vrai résistant comme Jean Paulhan maintient des relations avec tous. Paulhan protège ainsi son amitié avec Marcel Jouhandeau et continue de correspondre avec Drieu la Rochelle qui l'a remplacé en 1940 à la tête de la Nouvelle Revue française>. Autrement dit, il y a simultanément des divisions et des réseaux d'amitié personnelle et de loyauté envers les institutions.

Quel regard portez-vous sur l'attitude des Français en 1945 envers les écrivains collaborationnistes ?


Les Français ont en quelque sorte établi une hiérarchie. Il y a d'un côté les vrais collaborationnistes, ceux qui figurent par exemple sur cette fameuse photo où, à côté d'officiers allemands, on voit des auteurs français revenant du congrès des écrivains européens organisé à Weimar, en 1941, par Josef Goebbels, alors ministre de la propagande. Il y a là Drieu la Rochelle, Robert Brasillach, André Fraigneau... (Ne figurent pas Jacques Chardonne, Ramon Fernandez ou Marcel Jouhandeau. Ni Marcel Arland, Paul Morand et Jean Giono qui avaient décliné l'invitation à la dernière minute.)

Il y a donc ceux-là d'une part et, d'autre part, des écrivains comme Montherlant qui, bien qu'éprouvant de la sympathie pour la "révolution nationale" de Vichy, écrit quand même à Karl Epting, le directeur de l'institut culturel allemand à Paris, pour qu'il agisse en faveur de Benjamin Crémieux - une lettre par ailleurs assez tiède à mes yeux, et qui n'empêchera pas Crémieux de mourir à Buchenwald en 1944.

Enfin, il y a les auteurs comme Colette, qui a certes publié dans La Gerbe, d'Alphonse de Châteaubriant, mais un texte non engagé. Ceux-là, il était possible de leur pardonner. Colette sera d'ailleurs la première femme à rejoindre le jury Goncourt en 1945.

Et les éditeurs ?

Ça, c'est plus étonnant. Les éditeurs sortent de la guerre quasi indemnes. Il y a certes eu quelques punitions pour les plus compromis. Grasset a perdu sa maison. Denoël allait faire face à un procès lorsqu'il a été assassiné. Le cas de Gallimard est un peu différent, et la maison s'en est tirée à moindres frais.

Comment faut-il interpréter cette quasi-absence d'épuration dans l'édition ? Je ne sais pas. Sans doute est-il possible de faire un parallèle avec le monde des affaires. En 1945, la France avait grand besoin de faire repartir son appareil de production, on a donc tiré le rideau sur la collaboration industrielle. De la même façon, il était nécessaire de restaurer la vie intellectuelle, ce qui nécessitait des maisons prestigieuses comme Gallimard. C'est en tout cas mon hypothèse.

Quels sont dans cette exposition les documents qui vous frappent le plus ?

Deux lettres. La première est datée du 5 novembre 1940. Gaston Gallimard écrit à Jacques Schiffrin, le fondateur de la Bibliothèque de la Pléiade, une courte lettre un peu brusque pour le limoger. La deuxième est une lettre de Jérôme Carcopino, le 19 novembre 1940, plus sinueuse et empêtrée, mais dont le résultat est de priver Jean Wahl de son enseignement de philo à Normale-Sup. Ces deux courriers montrent à quel point une partie du monde universitaire et éditorial a fait appliquer le "Statut des juifs", sans grande pression de la part du gouvernement.

Publier ou ne pas publier, quelle est à cette époque la bonne attitude pour un écrivain ?


Beaucoup de résistants publient - Sartre, Camus, Elsa Triolet, Aragon... Très peu se taisent complètement, à l'instar de René Char qui écrit pendant toute la guerre mais ne publiera qu'après 1945. C'est un dilemme terrible. Ne pas publier, c'est laisser la France sans voix, et la vie littéraire aux mains des collaborationnistes et des Allemands. Publier légalement, c'est-à-dire en acceptant la censure, c'est faire le jeu de l'occupant, qui cherche à créer une impression de normalité, l'idée factice que tout va bien.


Propos recueillis par Florence Noiville


Organisée par l'Institut Mémoire de l'édition contemporaine (IMEC) et la New York Public Library avec le Mémorial de Caen - où a été présenté, fin 2008, un travail de moindre envergure -, l'exposition "Between Collaboration and Resistance.

French Literary Life Under Nazi Occupation" rassemble plus de trois cents documents - livres, lettres, photographies, journaux intimes... - présentés par l'historien américain Robert O. Paxton et les deux commissaires français Olivier Corpet et Claire Paulhan.

Augmenté de trois cents reproductions d'archives supplémentaires, le catalogue en anglais (Five Ties) sera disponible le 27 mai en français aux éditions Tallandier (446 p., 45 €.). Il s'ouvre avec le texte d'une conférence de Jean-Paul Sartre sur la résistance en littérature, prononcée à Montréal en 1946 et restée inédite jusqu'à ce jour.

New York Public Library, Stephen A. Schwarzman Building, Ve Avenue, 42nd Street. Jusqu'au 25 juillet. Entrée libre.
"Well, we made a promise we swore we'd always remember
No retreat, baby, no surrender
Like soldiers in the winter's night with a vow to defend
No retreat, baby, no surrender"
- The Boss

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1627
Inscription: 14 Avr 2009, 22:47
Localisation: Québec
Région: Québec
Pays: Canada

Voir le Blog de huck : cliquez ici


Re: Littérature sous l'occupation

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de Daniel Laurent  Nouveau message 10 Mai 2009, 09:06

Bonjour,
Robert O. Paxton a certes fait de louables decouvertes dans nos archives au sujet de Vichy et de la collaboration, mais jamais, dans aucun de ses livres ou articles, il n'a etabli le lien de maitre a serviteur, de manipulateur a manipule, crucial et essentiel pour comprendre Vichy, qui existait entre Hitler et Petain car il a "oublie" d'aller voir dans les archives allemandes.

Oui, ma critique est Delplaienne, mais il m'a suffit de lire le Montoire Verdun diplomatique de Girard (Andre Bonne, 1948) pour le "sentir" par moi-meme...
Et je ne vous cause pas du La Chronique de Vichy de Maurice Martin du Gard (Flammarion, 1948) que j'ai du mal a finir...
Le fantome du Fuhrer plane au-dessus de chaque page ou presque !


 

Voir le Blog de Daniel Laurent : cliquez ici


Re: Littérature sous l'occupation

Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de François Delpla  Nouveau message 10 Mai 2009, 12:34

je dis : verges ! pour te faire battre. Sur un point relativement mineur.

Paxton a exploité un certain nombre d'archives allemandes. Le problème c'est qu'il ne comprend pas bien Hitler. Ainsi, il pense que la collaboration est d'initiative maréchalienne, en ne réfléchissant pas une seconde à ceci : l'occupation de la France, à partir du moment où la guerre dure (c'est-à-dire du lendemain de Mers el-Kébir, un changement radical : désormais la date de la résignation anglaise devient imprévisible), est une partie des plus délicates. Un travail d'orfèvre, dans lequel on ne saurait laisser à Pétain la moindre marge pour la moindre initiative; il convient de le diriger au millimètre (sans se faire remarquer, évidemment), en fonction des impressions que Hitler veut donner, au peuple français, aux autres puissances etc.

Dans cette interview, je reconnais bien Paxton, sauf ici :

Quels sont dans cette exposition les documents qui vous frappent le plus ?

Deux lettres. La première est datée du 5 novembre 1940. Gaston Gallimard écrit à Jacques Schiffrin, le fondateur de la Bibliothèque de la Pléiade, une courte lettre un peu brusque pour le limoger. La deuxième est une lettre de Jérôme Carcopino, le 19 novembre 1940, plus sinueuse et empêtrée, mais dont le résultat est de priver Jean Wahl de son enseignement de philo à Normale-Sup. Ces deux courriers montrent à quel point une partie du monde universitaire et éditorial a fait appliquer le "Statut des juifs", sans grande pression de la part du gouvernement.


Le statut des Juifs est, je le rappelle, du 18 octobre et non du 3 (date dont il est daté le 18 !). Une façon de placer la rencontre demandée, qui va finalement se dérouler le 24 à Montoire, sous les meilleurs auspices. Aucune mesure d'application n'est prise (au niveau gouvernemental veux-je dire) le premier mois, puisque c'est le 18 novembre qu'Alibert réunit un conseil interministériel sur le sujet.

Cependant, les ministres ont agi en ordre dispersé, celui de l'Instruction publique, Ripert, étant le plus zélé, avec celui de la Guerre, Huntziger : tous deux prennent le 21 octobre un arrêté prescrivant le recensement, par l'administration elle-même, des fonctionnaires juifs. L'initiative d'Alibert va conduire à la procédure des déclarations de "non-appartenance à la race juive" par les personnels eux-mêmes.

Peut-être bien que l'attitude de Gallimard, en zone occupée et dans un domaine d'activité non visé par le statut, doit peu à une pression vichyssoise (dans ce cas il conviendrait de s'interroger sur une éventuelle conversation antérieure entre Gallimard et un Allemand "cultureux" comme Epting); il n'en va évidemment pas de même pour Normale Sup et Carcopino, d'autant qu'on est au lendemain de la réunion présidée par Alibert.

Paxton fait donc ici un pas de plus dans son péché mignon, de trop autonomiser Vichy par rapport à l'occupant en matière d'antisémitisme. Il autonomise même, à tort, un directeur de grande école par rapport à Vichy.

vétéran
vétéran

 
Messages: 5909
Inscription: 22 Mai 2005, 18:07
Localisation: France 95
Région: Région du 95
Pays: FRANCE

Voir le Blog de François Delpla : cliquez ici


Re: Littérature sous l'occupation

Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de Daniel Laurent  Nouveau message 10 Mai 2009, 13:31

Bonjour,
François Delpla a écrit:je dis : verges ! pour te faire battre. Sur un point relativement mineur. M Paxton a exploité un certain nombre d'archives allemandes. Le problème c'est qu'il ne comprend pas bien Hitler

J'ai pris le soin d'ecrire :
car il a "oublie" d'aller voir dans les archives allemandes

Bien noter le "oublie" entre guillemets.
Qui suis-je pour dire qu'il n'a pas compris ceci ou cela ?
D'ou mon "understatement".
Toi, tu peux, tu as les billes.
Et les verges, parfois utilisées avec manque de patience
Envers les modestes amateurs qui n'ont pas ta science
Et peinent a te suivre efficacement vers ta luminescence
En transpirant pour essayer de rivaliser avec ton efficience
Parlant de verges, j’éviterais les allusions pleines d’inconvenances
Car les modos de ce forum sont en général sans indulgence

:mrgreen:


 

Voir le Blog de Daniel Laurent : cliquez ici


Re: Littérature sous l'occupation

Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de huck  Nouveau message 10 Mai 2009, 16:52

Je n'ai pas lu cet article comme vous. J'y ai plus vu la prise de position (ou la nom prise de position) d'écrivains, d'intellectuels et de personnes appartenant au milieu artistique et culturel, qui devait continuer leur travail dans un contexte particulier. La collaboration de tout un état. Certains collaborent ou sont favorables par conviction, d'autres profitent du système et d'autres se taisent. Ceux qui dénonce se mettent en danger ou s'exilent.
Ceci étant dit, j'admire votre point de vue éclairé, François et Daniel, et on apprend beaucoup en vous lisant.
"Well, we made a promise we swore we'd always remember
No retreat, baby, no surrender
Like soldiers in the winter's night with a vow to defend
No retreat, baby, no surrender"
- The Boss

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1627
Inscription: 14 Avr 2009, 22:47
Localisation: Québec
Région: Québec
Pays: Canada

Voir le Blog de huck : cliquez ici



Retourner vers OCCUPATION ET COLLABORATION




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 12 
il y a 6 minutes
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  le cuirassé Courbet 
il y a 7 minutes
par: Loïc Charpentier 
    dans:  Paras Allemands en Lorraine en mai 44 ? 
il y a 10 minutes
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
Aujourd’hui, 09:40
par: iffig 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 13 
Aujourd’hui, 09:39
par: iffig 
    dans:  Histoire économique de Vichy 
Aujourd’hui, 09:07
par: JARDIN DAVID 
    dans:  "Hitler" par P. Longerich 
Aujourd’hui, 09:05
par: JARDIN DAVID 
    dans:  Parachutistes allemands dans le Vercors 
Aujourd’hui, 01:10
par: Soxton 
    dans:  Le sous-marin Le Héros 
Aujourd’hui, 00:45
par: Tri martolod 
    dans:  Médecin urgentiste 
Hier, 22:30
par: kfranc01 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 16 invités


Scroll