Connexion  •  M’enregistrer

Resistance et consience Bretonne (1940-1945)

Pétain, Laval, le régime de Vichy et tous ceux qui furent acteurs de cette période sombre de notre histoire. La collaboration, les collaborateurs, la vie quotidienne sous la botte de l'occupant, les privations, le marché noir...
MODÉRATEURS : gherla, alfa1965

justement

Nouveau message Post Numéro: 41  Nouveau message de juin1944  Nouveau message 06 Avr 2008, 13:40

Justement, Daniel, j'attends avec impatience l'intervention de l'historien breton Kristian Hamon, qui je crois a prévu de venir participer au fil.


 

Voir le Blog de juin1944 : cliquez ici


Re: oui

Nouveau message Post Numéro: 42  Nouveau message de Laurent Pépé  Nouveau message 06 Avr 2008, 17:09

juin1944 a écrit:Laurent , il me semble que la moindre des corrections lorsque l'on apporte une précision à un livre (qui ne se trouve pas dans toutes les librairies), est de situer le contexte précis du correctif. C'est ce que je crois avoir demandé d'emblée à notre interlocuteur, sans succès.

Par ailleurs, le débat est axé sur le PNB durant la guerre.... je pense qu'il n'est pas indispensable d'avoir lu l'ouvrage pour savoir que le rôle du PNB est très obscur


Bien entendu

Mais M. Monnier est intervenu pour évoquer le sujet titre de son ouvrage qui est la Résistance et la conscience bretonne.
Je m'en réjouissais car le sujet est peu connu comme le rappelle Igor ici : http://www.debarquement-normandie.com/p ... ier#155400 et je ne puis être insensible aux personnages cités (Bolardière, le col Rémy, Pierre Hervé, René Pléven, Joseph Halleguen...)
Malheureusement on importe ici une polémique , et nous reparlons une de fois de plus de la collaboration bretonne, thème qui se situe en marge de l'ouvrage à l'origine de ce topic.
Sujet tout aussi passionnant mais plus courant.

je crains en définitive,que nous ne puissions dialoguer avec l'auteur sur aucun de ces deux thèmes, car cela m'étonnerait que M. Monnier obéisse aux injonctions qu'on lui adresse.

Tant pis 8)


 

Voir le Blog de Laurent Pépé : cliquez ici


Re: oui

Nouveau message Post Numéro: 43  Nouveau message de hilarion  Nouveau message 06 Avr 2008, 17:26

Laurent Pépé a écrit:Malheureusement on importe ici une polémique , et nous reparlons une de fois de plus de la collaboration bretonne, thème qui se situe en marge de l'ouvrage à l'origine de ce topic.
Sujet tout aussi passionnant mais plus courant.

je crains en définitive,que nous ne puissions dialoguer avec l'auteur sur aucun de ces deux thèmes, car cela m'étonnerait que M. Monnier obéisse aux injonctions qu'on lui adresse.

Tant pis 8)

Le livre de Jean Jacques Monnier est un livre polémique, nous sommes plusieurs sur ce forum à connaître l'histoire de la bretagne et à ne pas partager l'avis de cet auteur.
La polémique n'est aps importée puisque le livre lui est déjà polémique.... ;)
D'ou notre impatience à avoir un certain nombre de réponse à nos questions que ce soit les miennes celle de Daniel ou celle de tous ceux qui voudront bien participer au débat.

Par ailleurs nous ne lui avons pas lancé d'injonction à répondre mais je connais nombre d'auteurs qui répondent aux critiques qui sont émises par les lecteurs.
Etant relativement ouvert au débat habitant Brest je suis prêt à le rencontrer et à échanger nos idées respectives s'il le souhaite, auquel cas il peut me contacter par messagerie personnelle . Par ailleurs je suis pris d'un doute quant à la véritable identité de cet homme qui se fait passer pour JJ Monnier.


 

Voir le Blog de hilarion : cliquez ici


Re: oui

Nouveau message Post Numéro: 44  Nouveau message de Laurent Pépé  Nouveau message 06 Avr 2008, 17:40

Je comprend maintenant pourquoi tes interventions adressées à M. Monnier m'étonnaient.
tu ne reagissait pas seulement à ses interventions ici , mais au livre. Si on ne connais pas le contenu de l'ouvrage, cela donne un certain décalage.

Quels sont les points que tu contestes dans ce livre, Hilarion ? ;)


 

Voir le Blog de Laurent Pépé : cliquez ici


Re: oui

Nouveau message Post Numéro: 45  Nouveau message de hilarion  Nouveau message 06 Avr 2008, 18:15

Laurent Pépé a écrit:Quels sont les points que tu contestes dans ce livre, Hilarion ? ;)


Les thèses véhiculées par ce livre et qui sont reprises par ces affirmations

jmonnier a écrit:Oui, une majorité des itinéraires conduisent des résistants à l'action culturelle ou politique bretonne après la guerre. Comme on le voit dans le livre, il n'était pas facile de passer du PNB à la Résistance, en raison de la suspicion de Collaboration qui pesait a priori sur ses membres.

Nous avons tout de même relevé nombre de cas, précisés dans le livre.

Je te renvois à mon post sur l'histoire du nationalisme en bretagne que j'ai écris plus haut et au lien que Daniel a mis plus haut qui est une analyse point par point de Françoise Morvan. Les seuls soutiens que JJ monnier a reçu pour cette publication vient de l'UDB (union pour la démocratie bretonne [le parti d'une bretagne autonome])et de ses groupements satellites dont certains sont toujours proches des thèses véhiculées par le PNB Breton. Comme toute les régions la bretagne a été terre de résistance mais aussi terre de collaboration, à ceci près que certains voyaient à cette occasion l'idée d'obtenir un état breton libre.
Dire qu'il n'était pas facile de passer du PNB à la résistance c'est comme dire on déserte la division Charlemagne pour aller à la deuxième DB...
Mona Ozouf qui préface le livre n'est autre que la fille de Yann Sohier un des dirigeants du PNB qui a choisi la frange Mordel lors de la scission de 1931 (il est décédé en 1935).

jmonnier a écrit:3) le cas de Joachim Darsel:les faits sont en bonne partie empruntés au livre de Kristian Hamon sur les nationalistes bretons pendant la seconde guerre mondiale.

Son action en faveur de Résistants explique sa condamnation réduite.

Le "double-jeu" apparent de beaucoup est bien expliqué par le témoignage exclusif du géologue et préhistorien Pierre-Roland Giot, récemment décédé, ancien résistant et bon connaisseur des milieux "bretons". Il serait à distinguer de la facade nécessaire -et même obligatoirepour pouvoir continuer une action de Résistance.
C'est une question à resituer dans le contexte français de l'époque, en zone occupée encore plus qu'en zone "Libre".

Il serait intéressant que Kristian Hamon éminent spécialiste de l'histoire du nationalisme breton puisse répondre.
L'affirmation de JJ Monnier laisse entendre que les les gens du PNB et consorts étaient des agents doubles me font beaucoup rire.

Conclusion, JJ Monnier se sert de la résitance pour essayer de redorer le blason des partis nationalistes breton, d'où cette levée de bouclier.


 

Voir le Blog de hilarion : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 46  Nouveau message de Igor  Nouveau message 06 Avr 2008, 18:26

Je tiens à préciser que l'Union démocratique bretonne (UDB) est un parti politique autonomiste de gauche. A Brest par exemple, des membres de l'UDB étaient candidats sur la liste de gauche aux dernières municipales, aux côtés de socialistes, communistes et verts.

C'était une parenthèse sur la situation politique bretonne.
Cordialement

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2048
Inscription: 18 Juil 2003, 14:35

Voir le Blog de Igor : cliquez ici


oui

Nouveau message Post Numéro: 47  Nouveau message de juin1944  Nouveau message 06 Avr 2008, 18:28

Ta comparaison est tout à fait intéressante Hilarion. Rallier la france libre ou la resistance en partant du PNB est comme déserter de chez Doriot pour aller chez Leclerc : antinomique et surtout historiquement fantaisiste.

Le problème est bel et bien là : le livre de M. Monnier tend à faire croire que les intérêts du PNB coincidaient avec ceux de la france resistance, ce qui est un non sens. Les positions de Lainé, Mordrelle, Perrot et consorts sont on ne peut plus claires en ce sens.


 

Voir le Blog de juin1944 : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 48  Nouveau message de Laurent Pépé  Nouveau message 06 Avr 2008, 20:21

Comme on le voit dans le livre, il n'était pas facile de passer du PNB à la Résistance, en raison de la suspicion de Collaboration qui pesait a priori sur ses membres.


Mais de quel PNB parle M. Monnier ? Celui d'avant-guerre peut-être ... Cette même phrase pourrait s'appliquer au Croix-de-feu :
" il n'était pas facile de passer des "Croix de feu" à la Résistance, en raison de la suspicion de Collaboration qui pesait a priori sur ses membres. "

L'affirmation de JJ Monnier laisse entendre que les les gens du PNB et consorts étaient des agents doubles me font beaucoup rire.


"laisse entendre"? ....Il ne l'ecrit pas ici. Dans son livre peut-être , mais pas ici.
Conclusion, JJ Monnier se sert de la résistance pour essayer de redorer le blason des partis nationalistes breton, d'où cette levée de bouclier.


Il y a eu des résistants d'extrême-droite en France. Devrait-on réagir de même, si un auteur en faisait un livre?
C'est bien ce que je pensais dès le départ, l'enjeu est plus politique qu'historique
Le livre est peut-être mauvais, mais cette levée de boucliers et les arguments utilisés sont assez fragiles *
PS: On ne peut juger de la justesse des critiques émises par Françoise Morvan qu'en lisant le livre. Sauf à être, convaincu d'avance


*mise a part les erreurs relevées par M.Hamon, mais celles-ci remmettent-elles en cause tout le livre ?


 

Voir le Blog de Laurent Pépé : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 49  Nouveau message de hilarion  Nouveau message 06 Avr 2008, 20:32

Laurent on parle du parti national Breton (PNB) les croix de feu je ne connais pas quel est ce mouvement?

Concernant les arguments assez fragiles est ce les miens ou ceux de l'auteur, car l'ensemble des livres ecrits sur ce sujet par différents auteurs vont toute dans le même sens, notre ami va dans le sens contraire.
Une levée de bouclier bien-sûr on ne doit écrire que l'histoire et rien que l'histoire et non pas l'adapter au contexte.
Qu'il y ait eu des résistants d'extrème droite en france est légitime , qu'on en fasse un livre pourquoi pas si ce livre à une portée historique que les faits sont avérés et croisés.

On est bien sur un enjeu politique depuis le départ, la levée de boucliers est simple si on navigue à contre courant ou qu'on avance des idées nouvelles il faut les etayer.


 

Voir le Blog de hilarion : cliquez ici


bonsoir

Nouveau message Post Numéro: 50  Nouveau message de juin1944  Nouveau message 07 Avr 2008, 20:00

Bonsoir à tous, je vous livre ici la réponse faite par Roger LENEVETTE, membre de ce forum et ancien FTP Breton

Pas facile de répondre à toutes les interventions sur le livre de Mr Monnier. Pour l'avoir lu, je suis passé par des alternatives de lecture assez agréables et par d’autres moins.
Il y a dans ce livre un véritable travail de recherche d'historien, avec lequel je ne me sens pas les connaissances suffisantes pour pouvoir les discuter ou les contester.
Par contre, le titre : " Résistance et conscience bretonne " me heurtait quelque peu. Comme si la Résistance n'avait été qu'un fait breton et que la conscience n'existait que pour eux.
Selon moi, la conscience est d"abord un sentiment personnel et non un problème de comportement régional. On peut donc en être pourvu ou dépourvu sans être breton. La "bonne conscience" n'est pas un monopole breton. Je ressens donc dans ce titre comme une tentative de manipulation..
Le choix de certains récits m'a laissé également quelque peu dubitatif. Pourquoi les choix de l'auteur sont-ils portés sur des personnages dont la culture se traduit surtout par l'usage de la langue bretonne. Le fait d'être cultivés leur a peut être permis de laisser des traces écrites, mais n'en a pas fait des résistants plus actifs pour cela. Le "parler breton" semble être par trop le facteur dominant de l'auteur dans le choix de ses récits.
On retrouve également dans ces récits une certaine attirance des personnages pour le communisme qui était effectivement l'idéal de beaucoup de jeunes ainsi que d'une partie de la population de l'époque. Mais il faut se rappeler, que l'espoir nous est venu lorsque les Russes ont arrêtés les Allemands devant Moscou en décembre 1941, et qu'ensuit l'écoute des récits de la bataille de Stalingrad sur les ondes de la BBC n'y étaient pas étranger.
J'ai aimé y retrouver cette jeunesse communiste et sans doute un peu naïve, mais l'idéal qui en était la base n'était pas sans fondement à savoir, une meilleure répartition des richesses du travail entre ceux qui la produise. Cela ne faisait d'eux des apparachiks du Kremlin comme on a tentéde nous le faire croire pendant plus de soixante ans.
Pour avoir vécu cette époque, il n'est peut être pas inutile de rappeler que le communisme a existé en France bien avant le Léninisme ou le Stalinisme, lesquels n'ont pris naissance qu'au Congrés de Bruxelles de 1905 (si ma mémoire n'est pas trop défaillante).
Pour les véritables haut-responsables de la Résistance que j'ai connu, peu de lignes dans le livre, mais peut être à leur demande ou à celle de leur famille, alors peu de places pour eux.
Je suis breton d'origine par mes parents, grand-parents et arrière grand-parents, je ne parle pas breton mais me sens aussi breton que les bretonnant. Je n'ai pas pour cela, quelque animosité contre eux, j'aime la Bretagne, mais je suis Français d'abord.
Dans le groupe de la Résistance auquel j'appartenais, aucun ne parlait Breton, et il en est ainsi pour la presque totalité de la région où j'habitais. Mon souvenir de Résistant vient surtout de ceux qui s'illustraient par la torture, le pillage et le feu et qui ensuite, s'exprimaient en breton pour qu'on le sache. Je ne les confonds pas pour cela avec tous ceux qui parlent breton.
L'image qui ressort de la lecture du livre n'est pas celle des résistants que j'ai connu, ni pour moi, celle de la Résistance.
Que ce soit à l'école primaire où je suis allé en Ille et Vilaine, ou à l'EPS de la place Wilson à Brest, je n'ai connu que très peu de jeunes à utiliser le breton. Je pense que le pourcentage pratiquant cette langue est relativement plus faible que l'importance qu'on lui accorde, laquelle est surtout utilisée et instrumentalisée pour des raisons politiques bien connues, et particulièrement à cette époque.
Il semble que cette époque soit difficile à comprendre pour Mr Monnier également lorsqu'il s'interroge sur les raisons qui ont fait que son frère avait quitter Brest en juin 1941 pour aller en Grande Bretagne. Il est vrai que ce n'était pas évident.
Ce que je dis ici sont mes impressions sur la lecture de ce livre qui n'en est pas moins un travail d'historien. Mon approche sur la langue et sur l'instrumentalisation des langues régionales n'est sans doute pas étrangère à mes impressions.
En toute amitié avec tous
Roger


 

Voir le Blog de juin1944 : cliquez ici


PrécédenteSuivante

Retourner vers OCCUPATION ET COLLABORATION




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Quizz Aviation - Suite 13 
il y a 5 minutes
par: Marc_91 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
il y a 18 minutes
par: iffig 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 12 
il y a 37 minutes
par: kfranc01 
    dans:  FCM2C Capturés par les Allemands. 
Aujourd’hui, 20:50
par: alain adam 
    dans:  Le sous-marin Le Héros 
Aujourd’hui, 20:39
par: brehon 
    dans:  Testament de Hitler : Sur la France 
Aujourd’hui, 19:43
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  la marine Française en 1939-1945 
Aujourd’hui, 18:51
par: P. Vian 
    dans:  uniformes marine française 1939-1940 
Aujourd’hui, 18:31
par: P. Vian 
    dans:  Maurice Juncker 
Aujourd’hui, 18:26
par: virlo-junk 
    dans:  On annonce un livre sur les uniformes de la marine française 
Aujourd’hui, 18:20
par: brehon 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 15 invités


Scroll