Connexion  •  M’enregistrer

Milice française : effectifs de la Franc-Garde

Pétain, Laval, le régime de Vichy et tous ceux qui furent acteurs de cette période sombre de notre histoire. La collaboration, les collaborateurs, la vie quotidienne sous la botte de l'occupant, les privations, le marché noir...
MODÉRATEURS : gherla, alfa1965

Milice française : effectifs de la Franc-Garde

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de Tom  Nouveau message 26 Déc 2007, 16:19

On lit souvent que la Franc-Garde de la Milice française aurait compté jusqu'à douze ou treize mille hommes !

Les chiffres provenant la plupart du temps des résistants et adversaires les plus acharnés de la Milice, il est, en effet, normal que les forces d'un ennemi vaincu soient exagérées et ce d'autant plus qu'il s'agissait d'une guerre civile...

Cependant, tous les chiffres disponibles sont plus ou moins sujets à caution et, des francs-gardes dits "bénévoles" venant parfois s'ajouter aux francs-gardes dits "permanents", il est assez difficile de déterminer l'effectif maximal de la Franc-Garde, c'est-à-dire de la Milice organisée en unités paramilitaires encasernées, créées en juin 1943 et armées progressivement à partir de novembre 1943 (la Franc-Garde n'étant autorisée à puiser dans les stocks de l'armée d'armistice qu'en janvier 1944).

En tout cas, selon le service d'information du Gouvernement provisoire de la France libre (Archives nationales : AN F 1 A 3747), en février 1944, on aurait compté seulement 1687 francs-gardes permanents répartis ainsi :
- 1 cohorte (3 "centaines") à Vichy ;
- 1 "centaine" à Lyon, Marseille et Toulouse ;
- 1 "trentaine" dans chacun des 45 départements de la zone sud (la première étant formée à Lyon, la deuxième à Annecy...).

A noter que la plupart des unités étaient incomplètes (1687 hommes au lieu de 1950). En effet, le recrutement était très difficile et il ne faut pas croire qu'une "trentaine" et une "centaine" comprenaient forcément trente et cent hommes. Par exemple, la "trentaine" d'Annecy, devenue "centaine", ne comptait encore que soixante-dix hommes au printemps 44...

Quoi qu'il en soit, le recrutement des francs-gardes s'avérant extrêmement laborieux, il est fort peu probable que les effectifs de la Franc-Garde aient dépassé les trois mille hommes sur un total de dix mille miliciens vraiment actifs.

N.B. En mars 1944, aux Glières, les francs-gardes, sous le commandement direct de Jean de Vaugelas, le chef de la Franc-Garde, étaient environ sept cents (dont quatre cents "permanents") et, en juin 1944, au Vercors, ils étaient environ cinq cents.

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 956
Inscription: 17 Oct 2006, 18:39

Voir le Blog de Tom : cliquez ici


Re: Milice française : effectifs de la Franc-Garde

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de hilarion  Nouveau message 26 Déc 2007, 17:31

Tom a écrit:Cependant, tous les chiffres disponibles sont plus ou moins sujets à caution et, des francs-gardes dits "bénévoles" venant parfois s'ajouter aux francs-gardes dits "permanents",

Je n'avais pas cette notion de bénévolat à l'esprit. Je serais assez intreeesé pour qu'on aille plus loin dans l'analyse. Merci


 

Voir le Blog de hilarion : cliquez ici


oui

Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de juin1944  Nouveau message 26 Déc 2007, 18:05

Les chiffres en ma possession font état d'un maximum de 4000 hommes réellement actifs et de plus de 10 000 attachés aux effectifs théoriques mais en pratique en sommeil ou démissionnaires. Beaucoup de membres de l'ancien service d'ordre légionnaire ont en effet fait machine arrière lorsque Laval a clairement affiché la couleur, à savoir son souhait de voir le triomphe de l' Allemagne. Le débat me semble effectivement très intéressant ne serait-ce qu'à l'étude des contradictions des troupes SOL et Miliciennes de Vichy, globalement anticommunistes, antialliées, antiallemandes - pour une partie - et antigaullistes. Cette histoire est celle d'une partie de la France à la dérive et que ses alliances sulfureuses ont conduit vers un point de non retour.

Peut on parler de bénévolat ? Je ne le pense pas. tous les collaborateurs de l'époque ont agit ainsi soit par égoisme, soit par ambition malsaine. Chacun voulait simplement sa place au soleil dans la nouvelle Europe décrite par l'occupant.... Plus que de bénévolat je parlerais d'engagement non rémunéré mais pas moins intéressé pour autant.


 

Voir le Blog de juin1944 : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de Daniel Laurent  Nouveau message 27 Déc 2007, 05:10

Bonjour,
Les chiffres que pouvait detenir le GPRF sont a mon sens "forcement" faux car pas mal de Miliciens, y compris des Franc-gardes, se sont engages fort discretement et une partie commencait en 1944 a prendre un profil tres tres bas.

Selon mes sources (Voir Histoquiz pour ma liste), environ 30 000 personnes ont, a un moment ou un autre, fait partie de la Milice dont 10 a 12 000 Francs-gardes. Je ne sais pas combien d'entre eux etaient "permanents" et "benevoles"
Les demissions furent nombreuses quand le Vent d'Europe a tourne.
:mrgreen: (Pas pu me retenir, pardon)

Mais Darnand a quand meme reussi a en faire passer environ 6000 en Allemagne fin 44, ainsi que 4000 membres de leurs familles et ceux qui se sont retrouves incorpores dans la Waffen-SS a la creation de la Charlemagne (Entre 1500 et 2000) etaient pour la plupart des Francs-gardes.

Au niveau des motivations, elles etaient essentiellement politiques. Meme si le mot malsain de Juin1944 peut s'appliquer, les ambitions personnelles ne concernaient que certains d'entre eux, surtout parmi les dirigeants.

Ces gens se sont retrouves dans un contexte assez particulier :
Issus pour beaucoup de la droite traditionnaliste francaise, ataviquement anticommunistes pour tous, antirepublicains pour les plus engages, souvent catholiques qu'aujourd'hui on qualifierait d'integristes, ils ont mal vecu la defaite, comme tout le monde, mais on cru en la victoire finale allemande et ont cherche un moyen de "relever" la France et de l'integrer dans ce futur nouvel ordre europeen.

Ils ont cru au bobard nazi de la "croisade europeenne contre le bolchevisme". De nombreux miliciens se sont engages dans la Waffen-SS des 1943 lors de la creation de la Sturmbrigade francaise.

Ils etaient antisemites, mais j'ai presqu'envie de dire comme tout le monde a l'epoque. Ne plus voir de Juifs, oui, mais de la a les assassiner industriellement, il y a quand meme une marge notable. Certains ont franchi le pas, certains seulement.

Par contre, le chiffre avance par le GPRF peut tres bien correspondre au nombre de ceux qui se sont couverts de sang et de honte aux travers de leurs nombreuses exactions commises envers des resistants ou des supposes tels.

Au sujet de l'egoisme, s'il s'applique sans contestation aux collaborateurs economiques, je ne suis pas sur qu'il soit valable pour tous les Miliciens. Nombreux sont ceux qui se sont engages par ideal, ideal devoye, certes, mais, eux, ils y croyaient.

Et c'est bien la tout le drame de la collaboration politique et militaire : Ils ont cru en la victoire allemande et, par consequent, en la necessite de s'y adapter et ont cru en la "croisade europeenne contre le bolchevisme" et, par consequent, en la necessite d'y participer. Dans les 2 cas, ils se sont lourdement fait avoir par leurs dirigeants qui, eux-memes, se sont lourdement fait avoir par Hitler.

Et, en fin d'analyse, ont retrouve toujours la meme chose : L'extraordinaire et terrifiante capacite du nazisme a compromettre, petit a petit et s'en en avoir l'air, ceux qui acceptent simplement de discuter.

Mais rares etaient ceux qui avaient compris qu'on ne doit pas discuter avec Hitler mais le combattre et c'est tout. En juin 1940, j'en compte deux : Churchill et de Gaulle. Nombreux furent les Francais Libres et les Resistants qui etaient des patriotes antiallemands mais pas, ou pas encore, antinazis...


 

Voir le Blog de Daniel Laurent : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de Tom  Nouveau message 27 Déc 2007, 16:33

Hilarion écrit :
Je n'avais pas cette notion de bénévolat à l'esprit. Je serais assez intéressé pour qu'on aille plus loin dans l'analyse. Merci


En fait, cette appellation est donnée par les miliciens eux-mêmes : par rapport aux francs-gardes permanents, les « bénévoles » (les « bénés ») sont des miliciens « ordinaires », des « civils », qui, aptes à servir dans la Franc-Garde, se tiennent à disposition pour y être mobilisés en cas de besoin. Ce sera, par exemple, le cas aux Glières où environ trois cents « bénés » sont venus soutenir la cohorte permanente de Jean de Vaugelas.

En ce qui concerne les effectifs, j’aurais dû préciser, pour tenir la balance égale entre les deux adversaires, que l’exagération n’est, bien sûr, pas le propre des résistants. En effet, afin de se donner de l’importance et surtout obtenir davantage de crédits et de matériel, les responsables de la Franc-Garde ont largement gonflé leur nombre.

Par exemple, le délégué général de la Milice, Pierre Cance, fait état, à la date du 19 juin 1943, de… 2477 francs-gardes dans les Bouches-du-Rhône, 1217 dans les Alpes-Maritimes, 948 dans le Rhône, 606 dans le Var, 537 dans l’Isère, 318 dans la Drôme, 316 en Haute-Savoie, 309 en Savoie, 81 dans les Hautes-Alpes, etc. :roll:

Si cela avait la moindre apparence de vérité, on ne comprendrait pas, par exemple (entre mille), que le chef de la « centaine » d’Annecy, la seule formation permanente de la Franc-Garde en Haute-Savoie, se plaigne, UN AN PLUS TARD, que son unité ne compte que soixante-dix hommes et qu’il faudrait créer une autre « centaine » pour combattre les « rouges » dans le Chablais (nord de la Haute-Savoie) ! (VOIR CI-DESSOUS)

En fait, face aux difficultés de recrutement, les responsables de la Milice inscrivent d’office tous les membres du SOL, mais beaucoup de ces derniers ne se présentent pas, voire démissionnent du SOL… Pierre Giolitto (Histoire de la Milice, Perrin, 1997) rapporte que « tous les moyens étant bons pour faire nombre », il arrive que l’on enrôle de force « à la suite de quelques menaces ou d’une soirée bien arrosée », que l’on recrute « dans les prisons : la liberté contre un engagement […], voire parmi les maquisards prisonniers auxquels on promet la vie sauve. Parfois, ce sont les gendarmes qu’on tente de débaucher en leur proposant l’alternative suivante : incorporation dans la Milice ou révocation sans solde ni retraite ».

En été 1944, si la plupart des miliciens se dérobent, la Franc-Garde réussit tout de même à recruter quelques jeunes (parfois très jeunes : seize/dix-sept ans !) inconscients (ainsi une vingtaine en Haute-Savoie)…

P.-S. Permettez-moi de citer l'un de mes anciens posts (c'est moi qui souligne en gras les propos du chef milicien).

"En ce qui concerne le recrutement de la Franc-Garde permanente de la Haute-Savoie au printemps 1944, période cruciale entre Glières et débarquement allié, j’ai retrouvé le texte d’un rapport que le chef départemental de la Milice, Yvan Barbaroux, adresse à son chef régional en mai. En voici un extrait :

(…) un fait à signaler : c’est le peu d’empressement que mettent les bénévoles à répondre à l’ordre de mobilisation que j’ai lancé (…).

Pendant les opérations (des Glières), j’avais également fait appel aux volontaires pour venir renforcer les rangs de la Franc-Garde. Personne n’a bougé. Il est inadmissible que des francs-gardes appartenant à d’autres régions se soient dérangés pour combattre et défendre les biens de gens aussi indifférents que les Savoyards.

Actuellement (l’effectif de la Franc-Garde de Haute-Savoie) est de 72 hommes. Je n’ai donc pas encore atteint la centaine. Beaucoup se sont présentés à mon appel, mais pour me demander un sursis (…).

(…) A mon avis, il faudrait maintenir en Haute-Savoie assez de forces pour contenir le flot sans cesse croissant des Rouges. Pour bien faire, il faudrait une centaine de francs-gardes à Annecy et une autre centaine à Thonon.


Finalement, le chef Yvan Barbaroux, qui rappelle, dans son rapport, le motif principal d’engagement (contre les Rouges et le bolchevisme), et le chef Jacques Chambaz, commandant la centaine d’Annecy, purent recruter au moins une vingtaine de jeunes inconscients entre le mois de juin et le mois d‘août, puisque, devant la cour martiale du Grand-Bornand le 21 août 1944, ils étaient 97 inculpés sur lesquels 77 furent exécutés, comme je l‘ai déjà dit."


:cheers:

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 956
Inscription: 17 Oct 2006, 18:39

Voir le Blog de Tom : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 6  Nouveau message de Tom  Nouveau message 28 Déc 2007, 12:22

Selon Francis Bout de l’An, l’adjoint de Darnand, la Milice comptait, à l’automne 1943, 29 000 adhérents, hommes et femmes de tous âges. Ce fut certainement son maximum. Certes, il y eut quelques milliers de nouvelles adhésions après l’extension en zone nord, mais celles-ci ne firent que compenser les nombreuses défections en zone sud.

La grande majorité des miliciens étaient des civils qui continuaient à exercer leurs activités habituelles. Leur action milicienne se bornait à participer aux réunions, à la «vigilance» (dénonciations ?), à la propagande et aussi à des œuvres d’entraide sociale.

D’après l’enseigne de vaisseau Carus, le chef du service des effectifs, seulement 10 000 étaient vraiment actifs à l’automne 1943. En fait, la Milice ne disposera jamais de plus de 15 000 militants réels. Leur motivation principale était de défendre la Révolution nationale et de lutter contre le bolchevisme (La Milice a pour première tâche d’abattre le communisme, Darnand, février 1943).

Quant aux francs-gardes permanents, encasernés, payés et progressivement armés à partir d’octobre-novembre 1943, ils regroupaient au maximum 2000 hommes en février 1944 selon Henri Landemer qui écrit :

Il semble que l’existence de francs-gardes bénévoles soit la cause de l’imprécision des chiffres. Vichy n’était pas financièrement très généreux pour la Milice. Sans doute les chefs gonflaient-ils leurs effectifs pour essayer d’obtenir plus de crédits.
[…]
Les francs-gardes bénévoles [étaient] des miliciens mobilisables [qui] s’engage[aient] à rejoindre la Franc-Garde permanente à la demande de leur chef.


Avec l’apport de ces « bénévoles », l’effectif de la Franc-Garde a peut-être doublé après le débarquement du 6 juin 1944 pour atteindre un grand maximum de trois à quatre mille hommes en été 1944.

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 956
Inscription: 17 Oct 2006, 18:39

Voir le Blog de Tom : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 7  Nouveau message de Loïc  Nouveau message 14 Jan 2008, 01:01

Sur l'estimation du GPRF je ne retrouve pas l'unité permanente la plus importante, à savoir cette Cohorte de 3 centuries à Vichy, tout au plus l'equivalent d'une Centurie

les services permanents de la Milice à Vichy comptaient plus de 110 personnes écrit Eugène Martres qui compte 100 Francs-Gardes pour le Puy-de-Dôme et 20 pour le Cantal.
"une unité permanente serait cantonnée à Vichy avec une trentaine à l'hippodrome, une trentaine au camp des Calabres, une trentaine au château des Brosses, constituant une Centurie"

Georges Rougeron Quand Vichy était capitale 1940-1944


 

Voir le Blog de Loïc : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 8  Nouveau message de Daniel Laurent  Nouveau message 14 Jan 2008, 05:15

Bonjour,
Tom a écrit:Quant aux francs-gardes permanents, encasernés, payés et progressivement armés à partir d’octobre-novembre 1943, ils regroupaient au maximum 2000 hommes en février 1944 selon Henri Landemer qui écrit :

[i]Il semble que l’existence de francs-gardes bénévoles soit la cause de l’imprécision des chiffres. Vichy n’était pas financièrement très généreux pour la Milice. Sans doute les chefs gonflaient-ils leurs effectifs pour essayer d’obtenir plus de crédits.


La, il y a un truc qui cloche quelque part. Henri Landemer est un pseudo de Jean Mabire qui ecrit dans "La Division Charlemagne" :
Ils sont 5 ou 6000 francs-gardes rescapes de la guerre civile

en parlant des Miliciens qui entrent en Allemagne fin 1944 et dont environ 2000 seront integres dans la W-SS ?


 

Voir le Blog de Daniel Laurent : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 9  Nouveau message de Tom  Nouveau message 14 Jan 2008, 15:00

La, il y a un truc qui cloche quelque part. Henri Landemer est un pseudo de Jean Mabire qui ecrit dans "La Division Charlemagne"


Il n'y a rien qui "cloche". Pseudo ou pas, Henri Landemer est le nom d'auteur donné pour l'article "La naissance de la Milice" in HISTORIA hors série n° 40 intitulé La Milice. La collaboration en uniforme, d'où provient la citation. Plus exactement, celle-ci est tirée de l'encart "Organisation", placé au sein de l'article, mais qui peut très bien avoir été établi par la rédaction du magazine.

Ils sont 5 ou 6000 francs-gardes rescapes de la guerre civile
en parlant des Miliciens qui entrent en Allemagne fin 1944 et dont environ 2000 seront integres dans la W-SS ?


En fait, tous les miliciens réfugiés en Allemagne n'étaient pas des francs-gardes et encore moins des francs-gardes permanents...

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 956
Inscription: 17 Oct 2006, 18:39

Voir le Blog de Tom : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 10  Nouveau message de Daniel Laurent  Nouveau message 15 Jan 2008, 12:43

Bonjour,
Donc Henri Landemer (Qui est Jean Mabire) a raison dans l'article que tu cites et Jean Mabire (Qui est Henri Landemer) a tort dans son livre sur la Charlemagne.
Bon...
:D


 

Voir le Blog de Daniel Laurent : cliquez ici


Suivante

Retourner vers OCCUPATION ET COLLABORATION




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Prisonniers de guerre allemands: France 1944-1949 (Les) 
il y a 1 minute
par: HEMBERGER 
    dans:  BATAILLE DU DNIEPR jITOMIR FIN DECEMBRE 1943 
il y a 1 minute
par: thucydide 
    dans:  lES ORGUES DE STALINE kATIOUCHA lANCES ROQUETTE 
il y a 14 minutes
par: pierma 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 13 
il y a 54 minutes
par: iffig 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
il y a 54 minutes
par: dominord 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 12 
il y a 54 minutes
par: iffig 
    dans:  Hitler en 1940 
Aujourd’hui, 17:00
par: Loïc Charpentier 
    dans:  1935 le traité germano britannique 
Aujourd’hui, 16:31
par: thucydide 
    dans:  trouvailles sur les sites de vente 
Aujourd’hui, 14:10
par: iffig 
    dans:  Un peu d'humour (morbide) 
Aujourd’hui, 13:29
par: Alcide NITRYK 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 20 invités


Scroll