Connexion  •  M’enregistrer

Controverse : l'agent secret Edmée Delétraz !

Pétain, Laval, le régime de Vichy et tous ceux qui furent acteurs de cette période sombre de notre histoire. La collaboration, les collaborateurs, la vie quotidienne sous la botte de l'occupant, les privations, le marché noir...
MODÉRATEURS : gherla, alfa1965

Nouveau message Post Numéro: 31  Nouveau message de Tom  Nouveau message 27 Aoû 2007, 12:48

Loin de moi l'intention de relancer la polémique au sujet de la culpabilité de René Hardy, dont Nicolas m'a convaincu, mais il me semble tout de même nécessaire de rappeler que, face au succès de l'offensive des services allemands au printemps 43 (démantèlement de filières, retournement d'agents...), même sans la trahison du créateur et chef du NAP-Fer, la réunion de Caluire était vraiment mal partie (rivalités internes, mesures de sécurité défaillantes, filature de certains participants...), sans compter que Jean Moulin lui-même se sentait aux abois...

Ce que je veux dire, c'est que, même sans l'intervention funeste de René Hardy, Jean Moulin serait sans doute tombé quelques jours ou quelques semaines plus tard...

Ainsi, à trop insister sur la trahison d'un seul participant, on oublie de creuser la question des rivalités internes (notamment entre Jean Moulin et la Résistance autour de l'Armée secrète et de l'affaire suisse)...

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 956
Inscription: 17 Oct 2006, 18:39

Voir le Blog de Tom : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 32  Nouveau message de Nicolas Bernard  Nouveau message 27 Aoû 2007, 13:58

Difficile de savoir si Jean Moulin aurait fini par tomber, même s'il sentait l'étau se resserrer. Ce sentiment d'inquiétude explique entre autres et à mon avis la hâte, de sa part, à réorganiser la direction de l'Armée secrète, décapitée depuis l'arrestation de "Vidal", alias le général Délestraint. Outre qu'il s'agit, pour sa part, de damer le pion au réseau COMBAT, qui a joué un jeu personnel en contactant directement les Américains (la fameuse "affaire suisse"), Moulin cherche également à consolider la légitimité de De Gaulle. Il faut prouver aux Anglo-Saxons que la Résistance, malgré les pertes, ne cesse jamais de fonctionner. Bref, il faut agir vite, et bien. C'est pourquoi Moulin, si prudent d'habitude (encore que le point mérite d'être vérifié), prendra le risque d'arriver avec une demi-heure de retard à la réunion.

En résumé, il est bien évident que le contexte a joué, mais de manière très indirecte. Sans la trahison de René Hardy, Barbie n'aurait jamais pu opérer la rafle de Caluire. Et cette trahison résulte d'une coïncidence, à savoir la rencontre accidentelle entre Hardy et un autre traître, Multon, dans le train de nuit Lyon-Paris. L'arrestation du premier en résultera, mais je m'interroge sur la question de savoir pourquoi Barbie en personne a pris l'affaire en main. Intuition policière d'avoir flairé un gros gibier ? Ou information d'un tiers, telle que la maîtresse de René Hardy, Lydie Bastien, suspectée par certains (de Frenay, patron du réseau COMBAT, au journaliste Pierre Péan) d'avoir travaillé pour les Allemands ? Très franchement, je l'ignore. C'est là un des vrais mystères de Caluire.

Les mesures de sécurité étaient-elles si défaillantes ? Je considère au contraire que rien n'est sorti de l'ordinaire. Encore une fois, les Résistants n'étaient pas des espions professionnels. Dans l'ensemble, il était même judicieux d'organiser une réunion en banlieue lyonnaise, non la ville elle-même, pour décourager toute enquête allemande. De surcroît, essayer de protéger la réunion en y installant un groupe franc n'aurait rien changé, sinon en aggravant le nombre de victimes : Hardy aurait appris la chose et n'aurait pas manqué de renseigner Barbie, lequel aurait débarqué avec des Feldgendarmen. Enfin, aucun participant autre que René Hardy n'a été filé, pas même Aubry, qui a eu l'occasion de rencontrer des chefs de la Résistance les 20 et 21 juin, dont pas un n'a été inquiété, hors le cas de ceux qui se sont évidemment rendus à Caluire. Filer Aubry était par ailleurs stupide : Hardy, insoupçonné, suffisait amplement, ce d'autant que ni l'un ni l'autre ne connaissait le lieu de la réunion de Caluire. Très important, les documents allemands n'établissent ni une trahison, ni une filature d'Aubry, alors que Barbie aurait pu s'en vanter.

Là où je vous rejoins dans le poids des négligences et des rivalités internes, c'est pour évoquer la négligence de Pierre de Bénouville, l'adjoint de Frenay à la tête de COMBAT et grand rival de Moulin par delà leur hostilité commune à l'Occupation. Il a rencontré Hardy après son arrestation, que ce dernier ne lui cache pas. Mais soucieux de contrer Moulin dans sa tentative d'écarter COMBAT du processus de nomination des remplaçants temporaires de Délestraint, il prend sur lui d'envoyer Hardy à la réunion de Caluire. Sans le vouloir, mais il aurait au moins pu le supposer, il faisait le jeu de Klaus Barbie.

Les Allemands, justement. Il ne s'agit pas non plus de surestimer l'offensive allemande. Le R.S.H.A. avait considérablement surestimé les effectifs de la Résistance. Son manque de moyens en France était tel qu'il devait recruter des supplétifs français et même débaucher des agents de l'Abwehr. Fait à ne pas négliger, Barbie effectue la rafle de Caluire avec une escouade limitée, preuve qu'il savait s'attaquer à une réunion non protégée, et un tel fait n'a pu lui être révélé que par la trahison de René Hardy, et non point une simple filature d'autres participants, non étayée au demeurant. Barbie avait également fort à faire avec la "question juive", qui relevait de sa compétence, et il sera retenu hors de Lyon plusieurs mois, n'ayant donc pas le temps d'exploiter plus avant l'arrestation de Raymond Aubrac.
« Choisir la victime, préparer soigneusement le coup, assouvir une vengeance implacable, puis aller dormir… Il n'y a rien de plus doux au monde » (Staline).

vétéran
vétéran

 
Messages: 1215
Inscription: 22 Fév 2006, 14:15

Voir le Blog de Nicolas Bernard : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 33  Nouveau message de Tom  Nouveau message 28 Aoû 2007, 14:57

Nicolas écrit :
Outre qu'il s'agit, pour sa part, de damer le pion au réseau COMBAT, qui a joué un jeu personnel en contactant directement les Américains (la fameuse "affaire suisse"), Moulin cherche également à consolider la légitimité de De Gaulle.


Certes, mais, si je me souviens bien, il me semble que Henri Frenay, dans ses mémoires, démontre que la Résistance manquait vraiment de moyens financiers et que Moulin ne lui en donnait ensuite qu'au compte-gouttes (surtout au mouvement Combat) afin de mieux en prendre le contrôle...

Nicolas écrit :
L'arrestation du premier en résultera, mais je m'interroge sur la question de savoir pourquoi Barbie en personne a pris l'affaire en main. Intuition policière d'avoir flairé un gros gibier ? Ou information d'un tiers, telle que la maîtresse de René Hardy, Lydie Bastien, suspectée par certains (de Frenay, patron du réseau COMBAT, au journaliste Pierre Péan) d'avoir travaillé pour les Allemands ? Très franchement, je l'ignore. C'est là un des vrais mystères de Caluire.


Vrai, c'est bizarre. Si ma mémoire est bonne, René Hardy, après avoir été arrêté dans le train Lyon-Paris dans la nuit du 7 au 8 juin 1943, est resté incarcéré à Chalon-sur-Saône les journées des 8 et 9 juin ainsi que la matinée du 10 sans rien subir de plus qu'un simple interrogatoire d'identité. Si Lydie Bastien avait trahi, je pense que Barbie se serait occupé de lui immédiatement ou plus rapidement, ne serait-ce qu'en donnant des ordres à son sujet. Il n'en demeure pas moins très curieux que celui-ci s'est rendu lui-même, en personne, à Chalon dans l'après-midi du 10 juin pour prendre René Hardy en charge et le conduire dans ses locaux à Lyon.

Nicolas écrit :
De surcroît, essayer de protéger la réunion en y installant un groupe franc n'aurait rien changé, sinon en aggravant le nombre de victimes : Hardy aurait appris la chose et n'aurait pas manqué de renseigner Barbie, lequel aurait débarqué avec des Feldgendarmen.


Peut-être, mais un éventuel combat entre groupe franc et Allemands aurait peut-être permis à Jean Moulin et aux autres responsables de s'enfuir...

Nicolas écrit :
Enfin, aucun participant autre que René Hardy n'a été filé, pas même Aubry, qui a eu l'occasion de rencontrer des chefs de la Résistance les 20 et 21 juin, dont pas un n'a été inquiété, hors le cas de ceux qui se sont évidemment rendus à Caluire. Filer Aubry était par ailleurs stupide : Hardy, insoupçonné, suffisait amplement, ce d'autant que ni l'un ni l'autre ne connaissait le lieu de la réunion de Caluire. Très important, les documents allemands n'établissent ni une trahison, ni une filature d'Aubry, alors que Barbie aurait pu s'en vanter.


C'est vrai. Pourtant, comme je l'ai déjà mentionné, je crois, sur un autre "fil", lors du second procès Hardy, le docteur Dugoujon a confirmé sa déposition du 21 septembre 1944 : Aubry lui aurait confié que "Barbie le suivait depuis des semaines" (avant la réunion de Caluire).

Permettez-moi également de rappeler la remarque de Henri Noguères (dans le tome 3 de son Histoire de la Résistance en France) : On reste confondu devant tant de légèreté, d'imprudence, d'ignorance des règles de sécurité les plus élémentaires. [...] Trop de gens, enfin - fussent-ils des résistants indiscutables -, avaient eu connaissance de la réunion consacrée à la réorganisation du commandement de l'Armée secrète, de son importance, de sa date, et même du lieu où elle devait se tenir.

Nicolas écrit :
Fait à ne pas négliger, Barbie effectue la rafle de Caluire avec une escouade limitée, preuve qu'il savait s'attaquer à une réunion non protégée, et un tel fait n'a pu lui être révélé que par la trahison de René Hardy, et non point une simple filature d'autres participants, non étayée au demeurant. Barbie avait également fort à faire avec la "question juive", qui relevait de sa compétence, et il sera retenu hors de Lyon plusieurs mois, n'ayant donc pas le temps d'exploiter plus avant l'arrestation de Raymond Aubrac.


René Hardy savait-il que la réunion ne serait pas protégée par un groupe franc ?
Cela dit, il est vrai que Barbie était très occupé, mais la capture de Jean Moulin et des responsables de l'Armée secrète n'était-elle pas son objectif prioritaire ?

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 956
Inscription: 17 Oct 2006, 18:39

Voir le Blog de Tom : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 34  Nouveau message de Nicolas Bernard  Nouveau message 28 Aoû 2007, 17:00

Tom a écrit:Certes, mais, si je me souviens bien, il me semble que Henri Frenay, dans ses mémoires, démontre que la Résistance manquait vraiment de moyens financiers et que Moulin ne lui en donnait ensuite qu'au compte-gouttes (surtout au mouvement Combat) afin de mieux en prendre le contrôle...


Frenay manifestait une opposition claire et nette à la stratégie de De Gaulle/Moulin de hiérarchisation de la Résistance. Il s'en tenait encore à cette vision périmée de la Résistance des Chefs. Il fallait le rappeler à l'ordre, ce d'autant que les fonds étaient limités.



Vrai, c'est bizarre. Si ma mémoire est bonne, René Hardy, après avoir été arrêté dans le train Lyon-Paris dans la nuit du 7 au 8 juin 1943, est resté incarcéré à Chalon-sur-Saône les journées des 8 et 9 juin ainsi que la matinée du 10 sans rien subir de plus qu'un simple interrogatoire d'identité. Si Lydie Bastien avait trahi, je pense que Barbie se serait occupé de lui immédiatement ou plus rapidement, ne serait-ce qu'en donnant des ordres à son sujet. Il n'en demeure pas moins très curieux que celui-ci s'est rendu lui-même, en personne, à Chalon dans l'après-midi du 10 juin pour prendre René Hardy en charge et le conduire dans ses locaux à Lyon.


Ce n'est pas curieux s'il sait - ou devine - à qui il a affaire, c'est à dire s'il a fait le rapprochement entre l'identité de René Hardy, connue dès son arrestation, et son nom de code, "Didot". Ce qui amène à se poser la question de savoir si Hardy a été arrêté parce que suspecté d'être "Didot". Plusieurs éléments, certes fragiles, tendent à le démontrer :

1) Le traître Multon, accompagné de l'agent Robert Moog, l'a reconnu dans le train Lyon-Paris, mais ne l'aurait rencontré qu'une seule fois, en mars 1943, alors que René Hardy officiait sous le nom de "Carbon", mais cette affirmation émane du seul et unique Hardy, et il y a lieu de l'accueillir avec réserve au regard des innombrables bobards du personnage. Qui plus est, au vu des fonctions exercées par chacun d'entre eux dans la Résistance, il est peu probable que Multon ait ignoré que René Hardy ait acquis le nom de code "Didot". Mais, arrêté fin avril, il ne pouvait qu'ignorer que René Hardy avait à nouveau changé de nom de code et se faisait appeler "Bardot". Le fait est que René Hardy a immédiatement reconnu Multon.

2) Multon et Moog se rendaient à Paris pour intercepter le rendez-vous entre le général Délestraint et "Didot". Ils le savaient grâce à un message déposé dans une boîte aux lettres "grillée" et formulée en clair, et le rapport Kaltenbrunner indique que la note précisait bel et bien le nom de code "Didot". Malgré le changement de nom de code de René Hardy, qui se faisait appeler désormais "Bardot", l'auteur du message pouvait ignorer ce détail, ce d'autant que le nom de code "Didot" a encore été utilisé par la suite - voir les dépositions de Caluire. Toujours est-il que devant les hésitations de Multon face à Hardy, Moog a fort bien pu penser que le passager lyonnais en route pour Paris était bel et bien "Didot". La coïncidence était par trop remarquable. J'en veux pour preuve que Multon connaissait évidemment les fonctions de René Hardy, et que les Allemands n'ignoraient rien du statut de "Didot" au sein de la Résistance. Autre hypothèse : Multon a peut-être suggéré à Moog que le suspect était "Carbon", à quoi Moog aurait demandé de qui il s'agissait. A la réponse de Multon, Moog aurait effectué le rapprochement.

3) Lorsque, sur Paris, Moog, assisté de Saumande, va arrêter le général Délestraint le 9 juin 1943 au matin, il le fait sans attendre l'arrivée présumée de "Didot". Mieux encore, ainsi que le confirmeront le rapport Kaltenbrunner et le témoignage du responsable de l'opération, Ludwig Krämer, c'est en utilisant le mot de passe "Didot" que les deux agents nazis appréhenderont le général. S'ils n'ont pas attendu "Didot", c'est peut-être qu'ils savaient "Didot" entre leurs mains.

4) Dans l'après-midi du 10 juin, à en croire le témoignage de Mme Délestraint formulé sept ans après les faits, Moog serait venu effectuer une perquisition chez elle et lui aurait annoncé que son époux avait été arrêté grâce à "Didot". Mensonge de Moog, bien sûr, décidé à accabler le moral des Résistants, arrêtés aussi bien qu'en fuite. Les défenseurs de René Hardy en ont déduit que le fait prouvait que Hardy n'avait pas été "retourné" par Barbie : sinon, pourquoi les Allemands crieraient-ils sur les toits le nom de "Didot" ? Ce serait le griller... L'argument ne manque pas de force, mais à supposer le témoignage parfaitement fiable, il ne prouve qu'une chose, à savoir que les violons n'étaient pas encore très accordés chez les nazis. Moog n'a aucune raison de savoir que René Hardy travaille pour le S.D.. C'est en effet dans l'après-midi du 10 juin, donc au même moment que la perquisition, que Barbie va chercher Hardy en prison pour lui mettre le marché en main. Bref, Moog a surtout commis une gaffe, faute pour lui d'avoir été averti par Barbie.

5) Barbie a fort bien pu chercher à vérifier les aveux de René Hardy. A ce sujet, il obtient de sa part la "livraison", au Kommando Werth le 12 juin 1943, de son collègue Heilbronn. La chose n'a peut-être pas si totalement déplu à Hardy, car il ne s'entendait pas avec lui. Donnée intéressante, le S.D. essaie de faire avouer à Heilbronn qu'il n'est autre que "Didot". L'un des interrogateurs, devant les dénégations de Heilbronn, aura cette phrase assassine : "Alors c'est l'autre..." Il est prouvé que le S.D. savait au moins depuis le 10 juin que Hardy et "Didot" ne faisaient qu'un, car à cette date un Résistant arrêté a vu un télégramme S.S. transmis de Lyon à Paris dans la nuit du 10 au 11 juin. Bref, l'interrogatoire de Heilbronn prouve simplement, soit que les policiers allemands en charge de ce dernier ignoraient l'arrestation de "Didot", soit cherchaient à étayer un rapport que Barbie s'apprêtait à transmettre à ses supérieurs.

Autrement dit, il est probable que les Allemands ont fait le rapprochement entre René Hardy et "Didot" dès son identification - certes malaisée - par le traître Multon. Ce ne pouvait être, au mieux, qu'un soupçon. Moog connaissait le dossier, mais n'avait point le temps de s'attarder, car il fallait coincer Délestraint. Quant au fait de savoir pourquoi Barbie a attendu deux jours pour aller chercher René Hardy à Châlon-sur-Saône, je n'ai pour l'instant aucune explication. Sans doute faut-il établir l'emploi du temps de Klaus Barbie, ce qui n'est pas une mince affaire. Le fait, en tous les cas, qu'il se déplace personnellement pour interroger Hardy prouve qu'il croyait avoir affaire à un gros poisson, et que cette prise était probablement "Didot".



Peut-être, mais un éventuel combat entre groupe franc et Allemands aurait peut-être permis à Jean Moulin et aux autres responsables de s'enfuir...


Vu la configuration de la place, je ne vois pas comment... Encore une fois, il n'était pas dans les habitudes de la Résistance de protéger ainsi les réunions.



C'est vrai. Pourtant, comme je l'ai déjà mentionné, je crois, sur un autre "fil", lors du second procès Hardy, le docteur Dugoujon a confirmé sa déposition du 21 septembre 1944 : Aubry lui aurait confié que "Barbie le suivait depuis des semaines" (avant la réunion de Caluire).


C'est une simple impression d'Henri Aubry, que rien ne vient prouver. Une impression n'est pas une preuve. Moulin aussi se sentait menacé, mais nul n'en déduit qu'il était effectivement filé. C'était le lot des Résistants de ressentir de telles angoisses.



Permettez-moi également de rappeler la remarque de Henri Noguères (dans le tome 3 de son Histoire de la Résistance en France) : On reste confondu devant tant de légèreté, d'imprudence, d'ignorance des règles de sécurité les plus élémentaires. [...] Trop de gens, enfin - fussent-ils des résistants indiscutables -, avaient eu connaissance de la réunion consacrée à la réorganisation du commandement de l'Armée secrète, de son importance, de sa date, et même du lieu où elle devait se tenir.


Mais Noguères écrit la chose dans son confort des années soixante... Cet ancien Résistant avait oublié que l'imprudence restait le principe. Les Résistants n'étaient pas des professionnels.



René Hardy savait-il que la réunion ne serait pas protégée par un groupe franc ?


Bien sûr. Il connaissait les modalités de la réunion, à l'exception du lieu exact.



Cela dit, il est vrai que Barbie était très occupé, mais la capture de Jean Moulin et des responsables de l'Armée secrète n'était-elle pas son objectif prioritaire ?


Mais Moulin est tombé. Et Barbie a reçu d'autres instructions : au second semestre, il se rend sur Paris (juillet 1943), obtient une permission et se rend en Allemagne (août 1943) et en Italie du Nord. A l'en croire, il aurait participé à d'autres opérations, intéressant notamment le démantèlement de certains réseaux de l'Orchestre rouge. Il reviendra à Lyon en décembre.
« Choisir la victime, préparer soigneusement le coup, assouvir une vengeance implacable, puis aller dormir… Il n'y a rien de plus doux au monde » (Staline).

vétéran
vétéran

 
Messages: 1215
Inscription: 22 Fév 2006, 14:15

Voir le Blog de Nicolas Bernard : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 35  Nouveau message de Tom  Nouveau message 29 Aoû 2007, 13:41

Merci pour toutes ces précisions...

Nicolas écrit :
Frenay manifestait une opposition claire et nette à la stratégie de De Gaulle/Moulin de hiérarchisation de la Résistance. Il s'en tenait encore à cette vision périmée de la Résistance des Chefs. Il fallait le rappeler à l'ordre, ce d'autant que les fonds étaient limités.


Oui, les fonds étaient vraiment très limités et c'est bien pour cette raison que Frenay a accepté l'offre d'aide financière, tout à fait correcte et respectueuse au demeurant, des Américains, ce qui, évidemment, n'a pas plu à de Gaulle !

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 956
Inscription: 17 Oct 2006, 18:39

Voir le Blog de Tom : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 36  Nouveau message de Nicolas Bernard  Nouveau message 30 Aoû 2007, 02:17

Mais cette aide financière était-elle innocente ? L'O.S.S. a-t-il réellement cherché à se limiter à une alliance de circonstance en vue de la simple collecte de renseignements en France ? Dans le contexte du premier semestre 1943, la question peut se débattre. Les Américains cherchent à défendre Giraud contre De Gaulle, outre d'accroître leur champ de compétences en matière de renseignements et de déstabilisation antinazie. Le fait est que Moulin et les Britanniques vont fort mal apprécier cette soudaine générosité de l'O.S.S., le premier parce qu'il voit que la manoeuvre, préméditée ou non, ne peut qu'affaiblir le Général et l'unité de la Résistance, les seconds parce qu'ils tiennent à conserver la haute main sur leurs réseaux en France.
« Choisir la victime, préparer soigneusement le coup, assouvir une vengeance implacable, puis aller dormir… Il n'y a rien de plus doux au monde » (Staline).

vétéran
vétéran

 
Messages: 1215
Inscription: 22 Fév 2006, 14:15

Voir le Blog de Nicolas Bernard : cliquez ici


Précédente

Retourner vers OCCUPATION ET COLLABORATION




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  GMC gazogène ? 
il y a 5 minutes
par: Patrick.Fleuridas 
    dans:  Testament de Hitler : Sur la France 
Aujourd’hui, 01:26
par: Alfred 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 12 
Hier, 22:56
par: kfranc01 
    dans:  Médecin urgentiste 
Hier, 22:50
par: kfranc01 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
Hier, 22:24
par: kfranc01 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 13 
Hier, 22:17
par: kfranc01 
    dans:  FCM2C Capturés par les Allemands. 
Hier, 20:29
par: alain adam 
    dans:  Quoi de neuf dans les kiosques ? 
Hier, 20:26
par: alain adam 
    dans:  trouvailles sur les sites de vente 
Hier, 19:21
par: brehon 
    dans:  lES ORGUES DE STALINE kATIOUCHA lANCES ROQUETTE 
Hier, 19:03
par: Andrée Balagué 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 5 invités


Scroll