Connexion  •  M’enregistrer

le général de la porte du Theil

Pétain, Laval, le régime de Vichy et tous ceux qui furent acteurs de cette période sombre de notre histoire. La collaboration, les collaborateurs, la vie quotidienne sous la botte de l'occupant, les privations, le marché noir...
MODÉRATEURS : gherla, alfa1965

le général de la porte du Theil

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de warbird  Nouveau message 14 Aoû 2007, 09:45

Que pensez vous de ce général qui commandait l'ecole de fontainebleau lors de la campagne de 1940 et qui fonda les chantiers de jeunesse.

Pour vous voulait il préparer les jeunes a reprendre le combat
ou voulait il seulement les occuper pour que justement il ne prennent pas les armes contre Vichy,

je sais qu'il refusa de laisser partire des jeunes au STO, mais il fit exclures des enfants juifs des chantiers de jeunesse, paradoxalement il protégea ses collaborateurs israélite


 

Voir le Blog de warbird : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de Tom  Nouveau message 15 Aoû 2007, 11:39

D’après Jean-François Muracciole (La France pendant la SGM, 2002), ce n’est pas le général de La Porte du Theil qui conçut les Chantiers de la jeunesse, mais, en été 1940, le général Colson, chef d’état-major de l’armée de l’armistice, dans « un souci tout conjoncturel : contrôler les quelque cent mille jeunes de la classe 1940 qui n’avaient pu, dans la débâcle du printemps 1940, être mobilisés et qui erraient à l’aventure ».

Envisagés comme une organisation provisoire, les Chantiers de la jeunesse reçurent toutefois un statut définitif par la loi du 18 janvier 1941. En effet, l’armée d’armistice, qui ne pouvait faire appel à la conscription, voulait maintenir un lien avec la jeunesse tout en trouvant un emploi à des centaines de cadres en « congé d’armistice ».

Rattachés au ministère de la Jeunesse et des sports, confinés à la zone « libre » en raison de l’hostilité des Allemands, les Chantiers, sorte de service national paramilitaire sans armes obligatoire de huit mois, furent effectivement placés sous l’autorité du général de La Porte du Theil, ancien commissaire des Scouts de France, chargé d’inculquer aux jeunes hommes les valeurs de la Révolution nationale et le culte du Maréchal.

« On y exaltait le patriotisme - port de l’uniforme, cérémonies au drapeau, chants patriotiques -, l’esprit de redressement national et on s’efforçait […] d’inculquer aux jeunes une nouvelle armature morale…
Si la majorité des responsables de base des Chantiers, surtout les militaires, pensaient préparer une nouvelle Revanche par la formation patriotique et paramilitaire qu’ils donnaient aux jeunes, telle n’était pas la perspective des dirigeants collaborateurs vichyssois. »

A partir du moment où, en 1943, les Chantiers « se transformèrent en piège pour le S.T.O., La Porte du Theil tenta de s’opposer aux pressions allemandes, ce qui lui valut d’être relevé de ses fonctions par Laval en décembre 1943 avant d’être arrêté et emprisonné par les Allemands. Jusqu’au bout, il avait défendu l’idéal d’une formation morale et apolitique de la jeunesse, récusant l’antisémitisme et refusant tout autant la collaboration que le basculement dans la Résistance active.

[Cependant] cette attitude neutraliste était de plus en plus rejetée par nombre de jeunes qui fuyaient alors les Chantiers pour rejoindre les maquis. […] En Afrique du Nord, dès le lendemain du débarquement allié de novembre 1942, les Chantiers étaient devenus une pépinière de volontaires prêt à reprendre le combat. »

Selon François-Georges Dreyfus (Histoire de la Résistance, 1996), « […] dans une France veule, les Chantiers sont une école de caractère […] et permettent de donner [une éducation morale et physique], et une instruction paramilitaire, que l’on pourrait facilement développer si on en a l’envie, comme le [responsable de la Résistance] colonel Ravanel l’indique dans Esprit de la Résistance.

C’est bien ce que, après 1942, comprendront les Allemands qui arrêteront et déporteront nombre de leurs chefs, à commencer par le général de La Porte du Theil, tandis que beaucoup d’autres se retrouveront dans les maquis ou dans l’armée d’Afrique. »

Ainsi, mon père Roger rejoignit l'Armée secrète (maquis des Confins dans la vallée de Thônes près d’Annecy en Haute-Savoie) le 1er mars 1943 au terme de huit mois dans les Chantiers de la jeunesse (groupement Belledonne au-dessus de Grenoble dans l'Isère).

Référence : Les chantiers de la jeunesse de R. Hervet.

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 956
Inscription: 17 Oct 2006, 18:39

Voir le Blog de Tom : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de Nicolas Bernard  Nouveau message 15 Aoû 2007, 19:00

Si les Chantiers de Jeunesse ont pu constituer un vivier pour la Résistance, il convient de préciser que telle n'a jamais été l'intention de ses promoteurs et de ses dirigeants, à commencer par le général de la Porte du Theil.

Comme vous le notez, l'objectif était de prendre en charge une jeunesse que le désastre de l'été quarante menaçait de livrer à elle-même. L'armée, soucieuse d'étendre ses prérogatives sociales, s'était sentie investie d'une telle mission "socio-éducative". Mais l'armistice de Rethondes ayant réduit la force militaire française à 100.000 hommes, tout service militaire était exclu : il fallait donc user d'un tour de passe-passe juridique pour préparer mentalement ces jeunes esprits et les soumettre à une éducation physique rigoureuse. Ce fut l'idée des Chantiers de Jeunesse.

Bref, Vichy comptait se servir de ce support pour inculquer à la jeunesse les préceptes de la Révolution nationale : culte du Maréchal, apolitisme de rigueur donc de façade puisque pro-vichyste et excluant par principe toute autre tendance... Comme l'indique Robert Paxton (L'armée de Vichy. Le corps des officiers français 1940-1944, Tallandier, 2004, p. 227-237 ; La France de Vichy, Seuil, 1973, p. 162-163), il s'agissait davantage d'embrigadement que de scoutisme, et l'ordre social primait sur l'esprit de résistance. L'esprit républicain était battu en brèche par des cours didactiques simplifiés où l'on exaltait une conception encore plus nationaliste de l'Histoire (en application des préceptes de l'historien de l'Action française, Jacques Bainville), à connotation certes germanophobe. Les Juifs, après avoir été intégrés aux Chantiers à leurs débuts, en furent exclus, d'abord en Afrique du Nord, ensuite en France en 1942.

Paxton révèle de surcroît que le général de La Porte du Theil n'ambitionna jamais, de quelque manière que ce fût, de constituer là l'embryon d'une armée de la Revanche - il l'avoua lui-même à l'historien américain en 1960. Les Chantiers de Jeunesse servirent occasionnellement de couverture à certaines activités clandestines, mais ces pratiques relevaient de l'exception, non du principe. Les commissions de contrôle allemandes menaient des enquêtes minutieuses dans les camps militaires des Chantiers : elles n'y découvrirent jamais le moindre indice d'activités militaires, "parce qu'il n'y en eut jamais" (Robert Paxton, L'armée de Vichy, op. cit., p. 231).
« Choisir la victime, préparer soigneusement le coup, assouvir une vengeance implacable, puis aller dormir… Il n'y a rien de plus doux au monde » (Staline).

vétéran
vétéran

 
Messages: 1215
Inscription: 22 Fév 2006, 14:15

Voir le Blog de Nicolas Bernard : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de Tom  Nouveau message 15 Aoû 2007, 20:09

Voici un extrait de la plaquette qui fut remise à mon père (qui avait aussi mérité le "certificat de moralité et d'aptitude") lors de son départ, fin 1942, du groupement n° 12 Belledonne (Devise : A force d'honneur) des Chantiers de la jeunesse :

[…] Cette libération marque pour vous le commencement de la vie sérieuse. Il va falloir vous établir solidement dans la cité, dans la profession que vous avez choisie. Vous allez songer à fonder un foyer.

Puissent les leçons de la vie des Chantiers vous aider dans cette tâche : sens de l’effort, amour du travail, esprit d’équipe et d’entraide. […]
Faites confiance en la vie, au Maréchal, à la France. […] Ce n’est qu’un au revoir. […]

Dans votre équipe, vous n’aviez qu’un intérêt commun : […] retenez la leçon et, dans la vie, suivant le grand conseil du Maréchal, recherchez ce qui unit, évitez ce qui divise. […]

Rappelle-toi la promesse que tu as faite à ton départ […] d’aimer et de suivre le Maréchal de France, Chef de l’Etat, de travailler derrière lui de toutes [tes] forces au redressement français en [t’] abstenant de toute critique.

Voulant faire passer moi-même, dans mes actes, les doctrines de la Révolution nationale, je promets solennellement :

D’être loyal avec moi-même et avec les autres en renonçant, dans ma vie privée, à la ruse et à ce qu’on a coutume d’appeler le « système D ».

De rendre, chaque jour, au moins un service gratuit à autrui en m’efforçant d’en trouver l’occasion.

De respecter et d’aider toute femme comme je voudrais que ma mère fût toujours respectée et aidée. […]

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 956
Inscription: 17 Oct 2006, 18:39

Voir le Blog de Tom : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de Nicolas Bernard  Nouveau message 15 Aoû 2007, 22:16

Ouaip, ben effectivement la chose transpire le pétainisme, par delà les conseils de vie sur le passage à l'âge adulte. La collectivité prime sur l'individu, le Maréchal sur la collectivité, et le marché noir relève du crime le plus abject... Quant au respect de la femme, qu'en était-il si elle se trouvait être de confession juive ?
« Choisir la victime, préparer soigneusement le coup, assouvir une vengeance implacable, puis aller dormir… Il n'y a rien de plus doux au monde » (Staline).

vétéran
vétéran

 
Messages: 1215
Inscription: 22 Fév 2006, 14:15

Voir le Blog de Nicolas Bernard : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 6  Nouveau message de Tom  Nouveau message 16 Aoû 2007, 08:04

Sauf erreur de ma part, je ne crois pas que les Chantiers allaient jusqu'à reprendre les "21 points" du SOL devenus, à quelques mots près (cf. Azéma dans Vingtième siècle, n° 28, 1990), ceux de la Milice !

Même si les "doctrines de la Révolution nationale" étaient affichées et le culte du Maréchal prôné (le culte du "chef" surtout), les valeurs des Chantiers étaient, à mon sens, plus proches du scoutisme chrétien que du fascisme antisémite...

Cela dit, je m'"abstiens de toute critique" ! ;)

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 956
Inscription: 17 Oct 2006, 18:39

Voir le Blog de Tom : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 7  Nouveau message de Nicolas Bernard  Nouveau message 16 Aoû 2007, 11:50

Je ne vais pas jusqu'à écrire que les Chantiers de Jeunesse étaient un équivalent de la Hitlerjugend : pour ce faire, il aurait fallu que Vichy soit un plagiat du nazisme, ce qu'il n'était pas. Il se trouvait à mi-chemin entre la banale dictature de droite (pour l'aspect réactionnaire) et le fascisme (pour l'aspect "innovant").

A ce titre, les Chantiers de Jeunesse s'inscrivent plutôt dans le droit fil d'une volonté de l'armée d'occuper une position sociale plus importante. Le Haut-Commandement, convaincu qu'il avait été trahi par la clique parlementaire et la mollesse nationale, avait voulu reprendre les choses en main, et diffuser la Révolution nationale dans les esprits et les coeurs.

Bref, il s'agissait bel et bien d'un embrigadement, d'un endoctrinement, sans pour autant aller jusqu'à la formation paramilitaire - l'armée ne pouvait se le permettre, après Rethondes - ni jusqu'au matraquage cérébral - l'armée ne se prenait pas pour les Jeunesses Hitlériennes.

L'antisémitisme d'une telle politique n'est pas niable, même si le général de La Porte du Theil attendit 1942 pour le mettre en pratique. Dans une lettre à Xavier Vallat, Commissaire aux Questions Juives, en date du 7 février 1942, le général notait que "les Israélites sont peu perméables à l'oeuvre d'éducation morale poursuivie par les Chantiers, et que rien de bon ne peut venir d'eux". Toutefois, "leur présence n'a pas jusqu'à présent été la source d'inconvénients. Leur répartition à chaque appel entre les 46 groupements des Chantiers de la Jeunesse de zone libre les dissémine suffisamment. On n'a jamais affaire qu'à des individus."

Dans le même courrier, le général recommandait l'expulsion des Juifs des Chantiers d'Afrique du Nord. D'une part, le contrôle de la citoyenneté française des appelés juifs y était "extrêmement délicat et pratiquement impossible". D'autre part, au vu du petit nombre des Chantiers en A.F.N. (5 contre 46 en métropole), la proportion de Juifs dans chaque groupement y devenait plus importante : "une réunion de quelques centaines de Juifs est incompatible avec l'oeuvre de redressement national entreprise dans les Chantiers de la Jeunesse. Il est certain que les Juifs ne peuvent rien gagner aux Chantiers et qu'ils risquent d'y semer des ferments de désagrégation." (cité in Michel Abitbol, Les Juifs d'Afrique du Nord sous Vichy, Maisonneuve & Larose, 1983, p. 75-76)

Xavier Vallat approuva la suggestion, proposant également d'expulser les Juifs des Chantiers de métropole. Il fallut toutefois attendre son remplacement par le très détraqué Darquier de Pellepoix pour passer des paroles aux actes, en juillet 1942 - au moment de la rafle du Vel d'Hiv'.

Il est possible, évidemment, que de La Porte du Theil ait joué un jeu passablement tordu. Mais je ne vois pas lequel. Et le fait que ses propositions entrent en pratique au moment même où une gigantesque rafle se prépare en France est de nature à susciter certaines questions.
« Choisir la victime, préparer soigneusement le coup, assouvir une vengeance implacable, puis aller dormir… Il n'y a rien de plus doux au monde » (Staline).

vétéran
vétéran

 
Messages: 1215
Inscription: 22 Fév 2006, 14:15

Voir le Blog de Nicolas Bernard : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 8  Nouveau message de Tom  Nouveau message 17 Aoû 2007, 09:46

Nicolas écrit :
Je ne vais pas jusqu'à écrire que les Chantiers de Jeunesse étaient un équivalent de la Hitlerjugend : pour ce faire, il aurait fallu que Vichy soit un plagiat du nazisme, ce qu'il n'était pas. Il se trouvait à mi-chemin entre la banale dictature de droite (pour l'aspect réactionnaire) et le fascisme (pour l'aspect "innovant").


Certes, mais n'oublions pas que toute une part de "Vichy" était tournée vers la modernité et que beaucoup de caractéristiques de la société française d'après-guerre sont nées et se sont développées sous le régime en principe traditionaliste du Maréchal. Comme le rappelle Paxton dans son fameux livre que vous citiez, les technocrates, qui ont eu la bride sur le cou sous l'Occupation, ont "entraîné le régime dans leur sillage" et, ayant trouvé un "terrain d'entente" avec les hommes de la Libération, n'ont pas été touchés par l'épuration. En effet, s'ils "avaient le même idéal d'ordre que les nostalgiques de Vichy, ils ont aussi le même idéal de gestion et d'expansion planifiée que les anciens résistants". Bref, la France dirigiste, étatiste, bureaucratique, chère à un grand nombre de Français, a vu le jour sous Vichy...

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 956
Inscription: 17 Oct 2006, 18:39

Voir le Blog de Tom : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 9  Nouveau message de Laurent Pépé  Nouveau message 17 Aoû 2007, 11:31

Ca me rappelle cette conclusion d'un chapitre du livre de Azema et de Wieviorka, "Vichy 1940-1944" :

"Pour démonter l'idée jusqu'alors couramment admise de l'archaïsme de la politique économique menée par l'Etat français, des auteurs (notamment Richard Kuisel) ont voulu, à l'inverse, voir dans Vichy l'affirmation d'une technocratie triomphante et toute-puissante dont l'action en matière économique et sociale aurait constitué quasiment le soubassement caché de la modernisation de la société française de l'après-guerre. Cette thèse est pour le moins exagé­rée, car le décollage des années cinquante aura de tout autres bases, politiques comme économiques. Disons pluitôt que dans les faits, l'économie dirigée de Vichy a été une lourde machine bureaucratique qui a servi d'abord et tout à gérer la pénurie et à insérer l'économie française l'économie de guerre du Reich."


 

Voir le Blog de Laurent Pépé : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 10  Nouveau message de Tom  Nouveau message 17 Aoû 2007, 13:21

Cette dernière assertion me paraît tout à fait erronée. En effet - et nous pouvons entrer dans le détail sur un fil approprié -, beaucoup de créations et d'initiatives de Vichy ont à l'évidence subsisté et se sont même développées dans la France d'après-guerre. Bien entendu, reconstruction de l'identité nationale oblige, Etat français et République française doivent s'opposer comme la nuit et le jour dans les esprits : il est donc de bon ton de passer ces influences sous silence... Sans nul doute est-ce encore un sujet tabou en France, qui attend son Paxton ou son Jäckel...

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 956
Inscription: 17 Oct 2006, 18:39

Voir le Blog de Tom : cliquez ici


Suivante

Retourner vers OCCUPATION ET COLLABORATION




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
il y a moins d’une minute
par: kfranc01 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 12 
il y a moins d’une minute
par: iffig 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 13 
il y a 1 minute
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Amazon et Ebay sommés de retirer des faux Lego représentant des soldats du IIIe Reich 
il y a 5 minutes
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  la marine Française en 1939-1945 
il y a 22 minutes
par: P. Vian 
    dans:  Harnais de parachute à identifier 
Aujourd’hui, 21:46
par: Michel03 
    dans:  trouvailles sur les sites de vente 
Aujourd’hui, 20:46
par: alain adam 
    dans:  identification de soldats 
Aujourd’hui, 19:20
par: Didier 
    dans:  Le bonnet de police dans l'Armée de terre française 
Aujourd’hui, 17:46
par: iffig 
    dans:  Philippine Commonwealth Army 
Aujourd’hui, 16:16
par: iffig 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Semrush et 15 invités


Scroll