Connexion  •  M’enregistrer

La Phalange africaine.

Pétain, Laval, le régime de Vichy et tous ceux qui furent acteurs de cette période sombre de notre histoire. La collaboration, les collaborateurs, la vie quotidienne sous la botte de l'occupant, les privations, le marché noir...
MODÉRATEURS : gherla, alfa1965

La Phalange africaine.

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de tietie007  Nouveau message 04 Juil 2007, 10:09

Source : Volontaires français sous l'uniforme allemand, de Pierre Giolitto, éditions tempus 2007 (Perrin 1999). Chapitre 8, L'éphémère phalange africaine, p 283 à 323.

PELLEGRIN R. – La phalange africaine, la LV.F. en Tunisie – Paris, 1973, 217p

Les passages entre-parenthèses et précédés par un *, sont mes réflexions personnelles. Les liens ont été ajoutés par moi-même pour illustrer l'article. J'ai découpé l'article en paragraphe pour faciliter sa lecture.

1) Génèse de la Phalange africaine.

Lors de l'opération Torch, qui voit les alliés débarquer en Afrique du Nord, si le Maroc et l'Algérie cèdent rapidement, la Tunisie, sous le commandement de l'amiral Esteva, un inconditionnel du Maréchal, va résister.
Laval, dès le 20 novembre 42, va cautionner, dans un discours radiodiffusé, le projet de création d'une "Phalange africaine", destinée à défendre la Tunisie, future cible des alliés.

Les volontaires seraient rassemblés au camp de Rivesaltes, sous le commandement du colonel Puaud.

http://www.1939-45.org/bios/puaud.htm

Image

Ce projet mirifique, [img]Laval[/img] s'empresse de le communiquer aux allemands. Le 12 janvier 1943, il écrit au maréchal von Runstedt, commandant en chef du front de l'Ouest :

"Il ne s'agit pas seulement de participer à la défense du territoire et d'alléger ainsi la tâche qui incombe, en France, aux troupes germano-italiennes. Il convient également d'assurer la sauvegarde de l'Empire. (...) Elle pourrait comprendre deux brigades d'environ 7 000 hommes chacune et une demi-brigade de 3 000 à 4 000 indigènes nord-africains. Cette formation française de 18 000 hommes constituerait initialement la participation française à la reconquête de l'Afrique du Nord." (*Laval avance des chiffres un peu fantaisistes, je ne pense pas que l'auvergnat soit dupe sur le futur "échec" au niveau du recrutement de cette Phalange.)

Malgré tous ces beaux discours, aucun texte législatif ni réglementaire ne vient formaliser la création de cette nouvelle unité. (*Pétain n'a jamais vraiment cautionné ce genre d'unités, il était contre une co-belligérance officielle ! Ce fut d'ailleurs le caus, aussi, pour la LVF. Les allemands allaient dans ce sens, pour éviter la renaissance de l'armée française.).
Il est prévu que les volontaires soient rassemblés à Guéret, sous le commandement du colonel Puaud.
La campagne de recrutement s'avérant un échec monumental, l'OKW intervient en arguant des difficultés de transport pour rejeter l'envoi d'un corps expéditionnaire français en Tunisie (*Toujours la méfiance des allemands envers la reconstitution d'une unité militaire française.). Tout au plus accepte-t-il qu'une troupe de volontaires soit levée dans le pays. Les allemands se déclarent favorable à l'envoi d'une mission militaire française, chargée d'aller recruter et organiser, sur place, une phalange de volontaires tunisiens.
Le colonel Puaud confie au commandant Cristofini, aussitôt nommé lieutenant-colonel, la responsabilité de la Mission militaire mise en place par le secrétaire d'Etat à la Guerre, après avoir été autorisée par les allemands.
Pour Henry Charbonneau ( sur Charbonneau voir le lien de Wiki
http://fr.wikipedia.org/wiki/Henry_Charbonneau )

, également membre de la Mission, Cristofini est "un Corse peu subtil et un rien illuminé". Travaillé, en outre par un très fort "complexe Napoléonien". Dès son arrivée à Tunis, Cristofini prend en effet soin de se procurer du papier à en-tête : "Forces Européennes, Phalange Africaine."
Le commandant Curnier, ancien SOL de Nice, est l'adjoint du Corse. Fait partie aussi de la Mission le lieutenant-colonel Sarton du Jonchay.
Charbonneau assure que Sarton de Jonchay est un "personnage extraordinaire", et La Gerbe (*Fameux journal collaborationniste français fondé par l'écrivain pro-nazi Alphonse de Châteaubriant) rappelle qu'il "appartient à la génération des grands bledards". Petit-fils d'un "saint-guerrier, en cours de cannonisation", le général Gaston de Sonis, qui a combattu au Maroc et en Algérie, avant d'être placé par Gambetta, en novembre 1870, à la tête du 17e corps d'armée.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Gaston_de_Sonis

Lors de la déclaration de guerre en 1914, du Jonchay n'a que quinze ans. Déguisé en arabe, il parvient à se faire engager et part sur le front.

Partie de Vichy le 27 décembre 1942, la Mission, après une escale à Rome. Sa tâche sera de recruter des volontaires pour combattre les ennemis de la France et de l'Axe.

2) La Mission militaire en Tunisie.

Les collaborationnistes sont particulièrement actifs en Tunisie. Leur chef est un certain Georges Guilbaud, ancien communiste ayant quitté le parti en 1938, après avoir participé au ravitaillement en armes des républicains espagnols. Membre du PPF depuis 1941, il sera considéré en Tunisie comme le "personnage type des jeunes français de la Révolution Nationale." (*Toujours ces vases communicants entre l'extrême-gauche et l'extrême-droite ! Le Bureau du PPF était composé, à un moment, d'une majorité d'anciens communistes, dont le secrétaire général Victor Barthélémy, futur fondateur du FN avec Le Pen, et par un ancien secrétaire général du PC, Henri Barbé !!)

Lorsqu'il arrive en Tunisie, Guilbaud crée, le 5 janvier 1943, une sorte de Comité de salut public, dénommé Comité d'Unité d'Action Révolutionnaire (CUAR). Ce mouvement dont il assure la présidence, comprend les chefs des "grandes organisations nationales françaises", soit Jean Serdane, chef du PPF, (*Le PPF était extrêmement actif en Afrique du Nord. C'était une des fédérations les plus importantes du mouvement.) Jean Saint-Martin chef de la Légion des combattants, Pierre Lacomme, chef du SOL. Au total, le CUAR rassemblera un millier de militants décidés, essentiellement issus du PPF.
Ce Comité va surtout conseiller le gouvernement du Protectorat et Guilbaud, ne va pas tarder à par-dessus la tête du maréchaliste amiral Esteva pour diriger la Tunisie (* L'un est un collaborationniste issu de la mouvance des partis fascisants, l'autre est un maréchaliste qui s'inscrit dans une collaboration d'Etat. La distinction des deux types de collaboration est consacré par l'historien communiste Yves Durand dans La France dans la seconde guerre mondiale, Armand Collin, 2001).
D'ailleurs les relations vont vite être tendues entre les deux hommes !
Malgré tout, la Mission militaire française, appuyée par le CUAR, essaie de mener à bien ses deux missions :
- ramener dans l'orbite vichyste, les militaires qui avec le général Barré se sont ralliés à la cause alliée.
- recruter des volontaires pour la Phalange africaine.

Les appels de l'amiral Esteva en février 43 vers les militaires français pour revenir dans le bercail vichyste vont faire chou blanc. L'échec est patent ! Robert Aron assure que Cristofini s'en est même allé ramasser dans les rues de Tunis "150 va-nu-pieds, syphilitiques et avariés de toute espèce, qu'il a attirés en leur offrant un bon repas et de l'argent" ! La moitié des recrues, ajoute-t-il, est composée d'indigènes ou d'aventuriers peu sûrs, qui prendront le large dès la première occasion.

Le nombre de volontaires engagé dans la "Légion Impériale" est difficile à déterminer. Charbonneau parle de 400 ou 450 hommes, Robert Aron parlera de 300 hommes. Lors du procès de l'amiral Esteva, le nombre de 120 sera évoqué.
La Phalange africaine ne sera jamais, pour Pascal Ory, qu'une "compagnie croupion", réplique peu flatteuse de la LVF.

3) La Französische Freiwilligen Legion.

La Phalange française est intégrée, sous le nom de Frankonia, à la 754e division de panzers grenadiers, placée sous les ordres du général-major Weber, qui tient une partie du front de Medjez el Bab. Elle comprend 5 sections, 3 de fusiliers, une section lourde, avec 3 mitrailleuses Hotchkiss, deux mortiers de 60, trois canons antichars de 17 et une section d'approvisionnement.

Cristofini ayant été blessé lors d'un exercice antichars, le 23 janvier 43, le commandant Curnier le remplace à la tête de la Mission. Quant à la Phalange, elle sera placée sous les ordres d'un vieux de la vieille de 14-18, le capitaine de réserve André Dupuis. Les volontaires de la Phalange sont rassemblés à la caserne de Forgemol, à Tunis, ils porteront l'uniforme des fantassins français. A la veille de leur montée en ligne, les phalangistes sont dotés d'une capote allemande, de brodequins allemands et du casque d'acier de l'armée allemande, plus résistance que la modeste bouquignotte française. En contrepartie de cette concession, les volontaires portent une cocarde tricolore sur le casque et sur la poitrine, un écusson de tissu bleu noir sur lequel figure une francisque "à double tranchant de métal doré".
Le 2 février 43, la compagnie quitte Tunis pour le camp d'entraînement de Cedria Plage.

4) La Phalange monte en ligne.

Le 18 mars, les phalangistes prêtent serment à Hitler, et le 10 avril, la Phalange montera enfin en ligne. Sa mission est de relever une unité allemande établie le long d'un front de quelque 1800 mètres, au nord de Medjez el Bab.[/b]

http://fr.wikipedia.org/wiki/Medjez_el-Bab

Le premier affrontement avec les troupes britanniques se déroule dans la nuit du 16 au 17 avril. Une section de reconnaissance commandée par le sergent-chef Lhorens, est attaquée par une patrouille anglaise composée d'Hindous et de Néo-zélandais. Les français parviennent à mettre l'ennemi en fuite, après avoir fait des prisonniers et récupéré du matériel. Ce mini-exploit des phalangistes est monté en épingle par les allemand. Le général Weber le cite dans son ordre du jour du 19 avril.
Une semaine plus tard, les choses sérieuses commencent. Les alliés après un sévère pilonnage d'artillerie passe à l'offensive. Les phalangistes, assurent le commandant Curnier, sont 300 face à 110 chars ennemis. La bataille se termine par un "sanglant corps à corps", et en une heure, [u]la Phalange perd plus de 100 morts ou disparus. Le front fait un bond en arrière d'une dizaine de kilomètres. En tant qu'unité combattante, la Phalange a vécu.



Début mai, Dupuis regroupe les phalangistes à la caserne Faidherbe où ils sont démobilisés. La "Frankonia" est dissoute.

5) Instrumentalisation de la Phalange et destin des acteurs.

De retour en France, les rescapés de la peu glorieuse opération tunisienne sont fêtés, décorés, reçus comme des héros. Mais avant d'attribuer à la glorieuse Phalange les médailles qu'elle mérite, encore convient-il de lui donner une existence légale, ce qui paradoxalement, n'avait pas encore été fait. Le 5 mai 1943, la "Première Phalange Africaine" est officiellement reconnue et rattachée à la LVF. (...) Une loi parue au Journal officiel du 20 mai 1943 assimile les phalangistes, avec tous les avantages y afférents, aux volontiares de leur glorieuse aînée. (*Lorsque l'unité n'existe plus, les autorités allemandes et vichystes peuvent accepter qu'elle soit reconnue puisqu'elle ne représente plus une menace ! Il faut savoir aussi, que Laval craignait ces unités comme la LVF ou la Phalange, unités instrumentalisées par le PPF, en qui il voit un potentiel concurrent très dangereux pour sa place !)

Le 18 mai 43, le Petit Parisien

(http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Petit_Parisien)

annonce que "7 français sont condamnés à mort par Giraud". Par contumace, car ils ont su prendre le large. Parmi ces condamnés, Guilbaud devait émigrer en Amérique du Sud.
Sarton du Jonchay devait se réfugier en Argentine, puis en Espagne, avant d'être grâcié.
Le commandant Curnier devait être arrêté par les Allemands et incarcéré à Nice où, le 8 mai 1945, il se suicidera dans sa cellule.
Cristofini ayant regagné l'ïle Rousse dont il était originaire, fut arrêté lors du débarquement en Corse. Transféré à Alger, jugé par un tribunal militaire et condamné à mort, il sera exécuté au Polygone d'Hussein Dey, le 3 mai 1944, sur une civière, après une défenestration qui ne l'avait pas tué ! L'éxécution de Cristofini fit un scandale dans la mouvance collaborationniste. Le Maréchal lui-même monte au créneau faisant remarquer que les combattants de Tunisie "n'ont fait qu'obéir aux ordres de leur chef."
L'amiral Derrien accusé d'avoir livré le port de Bizerte aux allemands, est traduit devant le tribunal militaire d'Alger du 9 au 12 mai 1944. L'amiral se défend en arguant qu'il n'a fait qu'éxécuter les ordres de Vichy. La peine de mort sera évitée pour sauver des résistants des Glières, dont le sort était soumis à la sentence contre Derrien. Aussi, le "félon" bénéficiant des circonstances atténuantes, s'en sortit avec la réclusion criminelle à perpétuité. Il devait décéder à la centrale de Lambèse, située sur les hauts plateaux constantinois.
Le 12 mars 1945 s'ouvrira, devant la Haute Cour de justice à Paris, le procès de l'amiral Esteva. Reconnu coupable de trahison, au terme de l'article 75 du code pénal, parce qu'il a aidé la communauté juive de Tunisie, fait libérer des patriotes avant l'arrivée des troupes de l'Axe et facilité le départ de fonctionnaires compromis avec les Allemands, l'amiral sauvera sa tête, mais il sera condamné, le 15 mars, à la détention pérpétuelle. Libéré après 6 mois de prison, il décèdera peu de temps après.


 

Voir le Blog de tietie007 : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de Daniel Laurent  Nouveau message 04 Juil 2007, 12:57

Bonjour,
Quelques exagerations dans tes sources, Tietie...
Voir :
http://www.histoquiz-contemporain.com/H ... alange.htm

:D


 

Voir le Blog de Daniel Laurent : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de tietie007  Nouveau message 04 Juil 2007, 13:43

Daniel Laurent a écrit:Bonjour,
Quelques exagerations dans tes sources, Tietie...
Voir :
http://www.histoquiz-contemporain.com/H ... alange.htm

:D


Le livre de Giolitto est de 2002.


 

Voir le Blog de tietie007 : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de tietie007  Nouveau message 04 Juil 2007, 13:44

Daniel Laurent a écrit:Bonjour,
Quelques exagerations dans tes sources, Tietie...
Voir :
http://www.histoquiz-contemporain.com/H ... alange.htm

:D


C'est à dire exagération ?


 

Voir le Blog de tietie007 : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de Daniel Laurent  Nouveau message 04 Juil 2007, 14:03

tietie007 a écrit:C'est à dire exagération ?

Demain, il est trop tard chez moi.
J'adoooooooore polemiquer avec des gens comme toi, Tietie.
Entre amis dignes de foi
:cheers:
Bon, bonne nuit et je t'en mets deux dans les dents demain.
:D


 

Voir le Blog de Daniel Laurent : cliquez ici


Re: La Phalange africaine.

Nouveau message Post Numéro: 6  Nouveau message de Daniel Laurent  Nouveau message 05 Juil 2007, 11:12

Laval, dès le 20 novembre 42, va cautionner, dans un discours radiodiffusé, le projet de création d'une "Phalange africaine", destinée à défendre la Tunisie, future cible des alliés.

Pas tant que ca :
"Le 14 novembre, l’idée d'une "Légion Impériale" est même lancée à Paris avec l'appui de l’ambassadeur du IIIème Reich Otto Abetz. Le plan est approuvé par Laval le 24 novembre et, début décembre, par l’OKW qui, cependant, pose des limites : Pas question d’envoyer une grosse unité de France, comme Laval l’avait espéré, mais d’accord pour envoyer une mission militaire française chargée de recruter des volontaires sur place. Une fois de plus, les Allemands, qui n’ont rien demandé, limitent l’étendue des offres de collaboration spontanées de Vichy. Du coup, la grandiloquente Légion devient Phalange Africaine."
Les volontaires seraient rassemblés au camp de Rivesaltes, sous le commandement du colonel Puaud.

Non.
"Une mission commandée par le lieutenant-colonel Pierre Simon Cristofini, un militaire de carrière et comprenant également Henry Charbonneau, milicien et neveu de Darnand et le chef de bataillon Curnier et 2 capitaines de Spahis, Euziere et Gillet, est donc envoyée le 27 décembre 1942 en Tunisie pour recruter des volontaires et constituer cette Phalange. Un autre officier, le lieutenant-colonel Christian Sarton du Jonchay fait partie du voyage, mais avec une mission purement politique, et deviendra Préfet de Police de Tunis et chef de cabinet d’Esteva (alors que son cousin germain sera chef de l’AS dans le Limousin puis chef de cabinet du COMAC en août 44…)
Malgré tous ces beaux discours, aucun texte législatif ni réglementaire ne vient formaliser la création de cette nouvelle unité. (*Pétain n'a jamais vraiment cautionné ce genre d'unités, il était contre une co-belligérance officielle ! Ce fut d'ailleurs le caus, aussi, pour la LVF. Les allemands allaient dans ce sens, pour éviter la renaissance de l'armée française.).

Non, Petain a cautionne la LVF en leur ecrivant :
"Un message du Maréchal Pétain, adressé le 5 novembre 1941 aux Légionnaires regroupés à Delba, a ensuite figuré dans les éditions postérieures du livret de recrutement de la LVF :
« Le message de fidélité que vous m’adressez, en votre nom et au nom de vos amis, avant de monter en ligne, a aussi profondément touché en moi le soldat que le chef de l’Etat à la veille de vos prochains combats.
Je suis heureux de savoir que vous n’oubliez pas que vous détenez une part de notre honneur militaire. Il ne peut pas être de tâche plus utile à l’heure présente que de rendre à notre pays confiance dans sa propre vertu, mais de servir aussi la France d’une manière plus directe.
En participant à cette croisade dont l’Allemagne a pris la tête, acquérant ainsi et à juste titre la reconnaissance du monde en contribuant à écarter de nous le péril bolchevique, c’est votre pays que vous protégez ainsi en sauvant également l’espoir d’une Europe réconciliée.
Pour ces raisons, je vous souhaite bonne chance, dans l’accomplissement du devoir que vous avez choisi. Pour ma part, je vous suivrai dans vos épreuves de toute ma sollicitude, jusqu’au jour glorieux du retour dans votre patrie ».

De plus, la Phalange fut parfaitement et administrativement integree dans l'apareil de Vichy :
"Rétroactivement, la Phalange Africaine fut intégrée à la LVF. Les survivants, les veuves et les familles furent rattachées à l'association qui s'en occupait. (JO du 20-05-43). C’est sans doute pour cela que la Phalange est parfois appelée, à tort, "Légion des Volontaires Français de Tunisie"

Et le reste est a l'avenant.
http://www.histoquiz-contemporain.com/H ... alange.htm

Je ne suis ni le premier ni le dernier, Tietie, a prendre Giolitto en flagrant delit de vertigineux raccourci...
;)


 

Voir le Blog de Daniel Laurent : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 7  Nouveau message de tietie007  Nouveau message 05 Juil 2007, 11:46

Entre une caution morale et un texte législatif, il y a une différence, à propos de Pétain et de la LVF. Il me semble que sur ce point, il n'y a pas eu de parution, au Journal Officiel, en 1941, de la création de la LVF.
Je veux bien te croire Daniel, mais quelles sont tes sources ? L'article sur HistoQUIZZ ? Mais quelles sont les sources de cet article ?


 

Voir le Blog de tietie007 : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 8  Nouveau message de Daniel Laurent  Nouveau message 05 Juil 2007, 11:51

tietie007 a écrit:Je veux bien te croire Daniel, mais quelles sont tes sources ? L'article sur HistoQUIZZ ? Mais quelles sont les sources de cet article ?

Tu vas voir dans le site Histoquiz l'exemplaire original du Livret de la LVF qui cite Petain, que je detiens d'anciens volontaires. Voir les liens images. Je peux te l'envoyer par mail si necessaire.
PS : L'artice Histoquiz est de moi
:D


 

Voir le Blog de Daniel Laurent : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 9  Nouveau message de Igor  Nouveau message 05 Juil 2007, 16:51

Disons que la création de la LVF (et autres unités du même genre) était une initiative des partis collaborationnistes et de Otto Abetz, l'ambassadeur d'Allemagne en France.

Les dirigeants allemands et ceux de Vichy n'y étaient au départ pas favorables. Les premiers parce qu'ils ne voulaient pas d'une reconstitution de l'armée française (même sous uniforme allemand). Les seconds car ils craignaient que cette unité soit utilisée par les ultras de la collaboration pour imposer leurs idées, voire prendre le pouvoir.

Pétain a effectivement ensuite envoyé un message de soutien aux légionnaires, toutefois il n'a eu aucune influence dans ce domaine.
Cordialement

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2048
Inscription: 18 Juil 2003, 14:35

Voir le Blog de Igor : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 10  Nouveau message de Daniel Laurent  Nouveau message 06 Juil 2007, 06:26

Bonjour,
Tres vrai, Igor, les militaires allemands n'etaient pas chaud, surtout au debut, pour integrer des francais sur le front de l'Est ou ailleurs, tout autant qu'Hitler.

Petain a hesite egalement mais la LVF, d'association privee, est devenur "officielle" en 1943 :
C’est en 1943 qu’interviendra une modification importante dans le statut de la LVF : Il y eut un premier drapeau remis à la LVF en 1941, mais il ne correspondait pas au cahier des charges d'un réel emblème militaire, étant donné qu'il s'agissait d'une association privée. Mais en février 43, la LVF devient d'Utilité Publique, avec un certains nombre d'adaptation au niveau des pensions diverses, de l'homologation des grades au niveau militaire, des décorations, etc. C'est donc un nouveau drapeau aux normes militaires qui est remis le 27 août 43, lors d'une cérémonie officielle aux Invalides, aux représentants de la LVF. Ce drapeau devait servir de référence aux drapeaux de la future armée française telle que l’état Français rêvait de la bâtir.

(Toujours d'Histoquiz, article LVF)

On ne sait toujours pas avec certitude si Petain l'a vraiment voulu ou s'il s'est fait "embobiner" par Laval et Darnand.
Je pense qu'il etait sincerement d'accord mais ne peux pas le prouver, c'est juste une hypothese que mon "gros nez" me suggere.


 

Voir le Blog de Daniel Laurent : cliquez ici


Suivante

Retourner vers OCCUPATION ET COLLABORATION




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Médecin urgentiste 
il y a 4 minutes
par: TPE 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 12 
il y a 4 minutes
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
il y a 36 minutes
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 13 
il y a 59 minutes
par: iffig 
    dans:  Testament de Hitler : Sur l'Espagne et Gibraltar 
Aujourd’hui, 13:16
par: Chef Chaudart 
    dans:  Sfcp airborne en Normandie 
Aujourd’hui, 11:34
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  SUR RMC DECOUVERTE LE 05 JANVIER 
Aujourd’hui, 11:28
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Quoi de neuf dans les kiosques ? 
Aujourd’hui, 00:55
par: alain adam 
    dans:  les sous-marins Français 
Aujourd’hui, 00:48
par: P. Vian 
    dans:  Testament de Hitler : Sur la colonisation 
Aujourd’hui, 00:28
par: Manu 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 13 invités


Scroll