Connexion  •  M’enregistrer

La Milice en Italie

De l'assaut sur Dakar à la bataille d'El Alamein, les combats en Méditerranée. Opération Torch et la suite logique avec le débarquement en Sicile et les affrontements dans la péninsule italienne. Anzio, Monte Cassino, le Garigliano...
MODÉRATEURS : Gherla,alfa1965

La Milice en Italie

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de alfa1965  Nouveau message 10 Fév 2019, 17:43

Extrait de HM 83 et d'archives de la mairie de Tirano.

Août 1944, 6000 Miliciens avec leurs familles refluent de toutes les régions1 de France, les convois doivent se frayer un passage dans les routes placées sous le feu des maquisards. Les colonnes convergent sur Belfort puis le camp du Struthof. Pour la première fois, toutes les cohortes de la zone Nord et de la zone Sud sont réunies. Ce séjour des Miliciens dans le camp de concentration a un effet négatif pour leur moral, qui depuis le départ est au plus bas. Là, Darnand procède à une réorganisation et destitue certains chefs.
Le 21 septembre 1944, la Milice quitte le camp du Struthof, embarque dans un train à Schirmeck pour Ulm. Placés sous le commandement de Jean Bassompière, une sélection est effectuée : les plus âgés, les blessés, les invalides sont envoyés à Sigmaringen, au château des Hohenzollern où vivote le who'swho de la Collaboration dans une Commission gouvernementale pour la Défense des Intérêts Français en Allemagne. Le maréchal Pétain se considérant prisonnier, Fernand de Brinon, le protégé d'Otto Abetz est la tête de cette commission où les complots de palais animent les discussions dans les couloirs du château.
Le 23 septembre, la Milice défile dans les rues d'Ulm. Ils s’entraînent au combat sans savoir contre qui et où il seront envoyés. Le 23 octobre, Joseph Darnand réunit les Miliciens dans un cinéma d'Ulm, il leur apprend le sort que le Reichsführer SS Himmler leur a réservé: l'engagement dans la 33. Waffen-Grenadier Divison der SS Charlemagne pour les plus aptes. Le reste: un tiers restera à la Milice et ira combattre en Italie du Nord et l'autre tiers travaillera dans les usines du Reich pour le compte du Deutsch Arbeits Front.
Le 4 novembre, 2500 Miliciens jugés en fonction des critères sélectifs très sévères de la SS, aptes pour servir à la Charlemagne (en cours de constitution) quittent Ulm pour le camp de Wildflecken.
Ceux qui n'ont pas voulu revêtir l'uniforme allemand et prêter serment à Hitler, les inaptes sont regroupés au camp d'Heuberg, appelé le camp des clochards. 800 Miliciens sont placé sous le commandement du chef Pincemin, qui se désintéresse de leur sort. Le capitaine Georges Carus, un ancien marin et qui est son adjoint, se charge de la réorganisation de ce qu'il reste de la Milice. Il manque de tout, l'équipement est hétéroclite, il faudra attendre que soient rapatriés les uniformes des Miliciens passés à la Waffen-SS pour équiper les hommes.
Trois compagnies sont mises sur pied, à leur tête des officiers jugés les plus sûrs :
-État-major : lieutenants Coutret, Viala et Fouques ;



-1ere compagnie : lieutenant Fontaine, adjoint sous-lieutenant Vibert ;
-2eme compagnie : lieutenant de Pous
-3eme compagnie : capitaine Mors ;
-compagnie lourde : capitaine Rollet ;
-compagnie hors-rang : lieutenant Brun ;
-Service santé : aspirant Hoareau
Darnand donne le commandement du bataillon au capitaine Carus.
Le 10 mars 1945, le bataillon de Miliciens quitte Heuberg en train. Les 500 francs-gardes arrivent le lendemain à Bolzano, dans le Haut-Adige. Ils repartent en camions le 13 mars pour Milan et s'installent dans sa banlieue à Sesto San Giovanni, à la casernede la Bicocca. L'unité est baptisée le 1er Bataillon français et placé sous l'autorité du général Tensfeld, commandant militaire de la place. Il informe Darnand que le bataillon devra partir pour la Valtellina, à Tirano.
Le 9 avril, les Miliciens quittent Sesto pour Tirano où ils arrivent le lendemain matin à 6H00. Le bataillon prend ses quartiers à la caserne Torelli ayant appartenu aux Alpini. La 1ere compagnie est logée à l'école élémentaire.
Le 16 avril, Darnand est de retour de Milan, accompagné de Coutret. Le commandant italien de la zone d'opérations de la Valtellina, le général Onori a demandé que le bataillon soit envoyé en cantonnement à Grosio et Grosetto pour assurer le maintien de l'ordre, l'activité partisane a repris dans la vallée.
Le départ de Tirano s'effectue dans la nuit du 17 au 18 avril. La compagnie hors-rang et la moitié de la compagnie lourde restent sur place. Les trois compagnies avec trois Berliets transportant les munitions se dirigent vers Grosetto.
http://hongrie2gm.creer-forums-gratuit.fr/forum.htm
La Hongrie, du traité de Trianon au siège de Budapest, son histoire, ses forces armées.

modérateur
modérateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 6961
Inscription: 29 Déc 2008, 22:15
Localisation: PONTAULT COMBAULT 77
Région: Ile de France
Pays: France

Voir le Blog de alfa1965 : cliquez ici


Re: La Milice en Italie

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de alfa1965  Nouveau message 10 Fév 2019, 17:45

LES COMBATS DE GROSIO : 18 AVRIL 1945
A partir du 9 avril 1945, les diverses garnisons de la GNR et des Brigades Noires de Mazzo entreprennent selon l'expression de Pavolini, le nettoyage de la Valtellina. Environ 700 hommes sont engagés pour opérer des opérations de ratissage afin de déloger les partisans de la vallée. Des affrontements sporadiques opposent partisans et brigades noires. C'est dans ce contexte qu'arrive la 1er Bataillon Français.

Le 18 avril au matin, la colonne de Miliciens, arme à la bretelle, arrive à Grosetto à pied, suivie par les trois Berliets, en tête, Darnand, Carus et Coutret. Des hauteurs, les hommes de la brigade autonome « Gufi » et de la brigade «Mortirolo» de la 1ere division alpine «Valtellina» , observent les déplacement de ces hommes aux uniformes inconnus. Ils ont entendu parler de leur venue mais ne s'attendent à les affronter.
A la sortie du village, à la hauteur de la centrale électrique AEM (Azienda Elettrica Municipale di Milano), deux partisans aperçoivent la lueur d'une allumette (peut-être Darnand allumant sa pipe?), ils ouvrent le feu. La 1ere compagnie fonce sur Grosio, les deux autres restent à couvert et Carus se décide à faire ouvrir le feu. Il retourne à Grosetto où il a laissé la section de mortiers et revient. Pendant ce temps, le partisan «Guglielmo» commandant en second le bataillon «Mortirolo» décide de détruire au bazooka les deux Berliets qui transportent les munitions.
http://hongrie2gm.creer-forums-gratuit.fr/forum.htm
La Hongrie, du traité de Trianon au siège de Budapest, son histoire, ses forces armées.

modérateur
modérateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 6961
Inscription: 29 Déc 2008, 22:15
Localisation: PONTAULT COMBAULT 77
Région: Ile de France
Pays: France

Voir le Blog de alfa1965 : cliquez ici


Re: La Milice en Italie

Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de alfa1965  Nouveau message 10 Fév 2019, 17:46

L'action réussi mais Gugliemo Pini est tué, c'est le premier mort dans les rangs des partisans. Les combats continuent jusqu'en début d'après-midi, les munitions commencent à manquer du côté des résistants. Un groupe de Miliciens tente de pénétrer dans la centrale électrique. Les partisans veillent jalousement sur ces installations, la fin de la guerre est proche et il faut penser au lendemain, quand la vie de la vallée reprendra son cours normal. Le chef de la brigade «13», Emilio Valmadre dit le Moro se charge d'aller les déloger, avec quelques partisans, il se faufile le long de la conduite. Les Miliciens sont capturés, on s'affaire à préparer le téléphérique pour descendre les captifs dans la vallée lorsqu'un prisonnier s'empare d'une arme, ouvre le feu, tuant le «Moro». Les partisans réagissent aussitôt et les six Miliciens sont tous fauchés.
En fin d'après-midi, la bataille cesse, les Miliciens ont perdu treize des leurs, neuf sont enterrés à Grosio et quatre transportés et ensevelis à Tirano : (Ansel Roger, Ballossier Robert, Barberis Charles, Bellatta Claude, Calmel Louis, Clerino Antoine, Laval Joseph, Levret René, Magand Jean, Page René, Philippe Roger, Rieussart René, Voisinet Roger) et comptent une trentaine de blessés dont Jean Filiol, blessé au pied. Filiol est une vieille connaissance pour les «giellistes1», membre de la Cagoule,il avait participé à l'assassinat des frères Rosselli à Bagnoles de l'Orne, le 9 juin 1937. Les blessés sont soignés dans le château de Grosio où Darnand a établi son QG. La 2eme compagnie du lieutenant de Pous est laissée à Grosio et Grosetto, les deux autres retournent à Tirano dans la nuit du 20 au 21 avril.
http://hongrie2gm.creer-forums-gratuit.fr/forum.htm
La Hongrie, du traité de Trianon au siège de Budapest, son histoire, ses forces armées.

modérateur
modérateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 6961
Inscription: 29 Déc 2008, 22:15
Localisation: PONTAULT COMBAULT 77
Région: Ile de France
Pays: France

Voir le Blog de alfa1965 : cliquez ici


Re: La Milice en Italie

Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de alfa1965  Nouveau message 10 Fév 2019, 17:47

Le colonel Giuseppe Motta «Camillo», vice-commandant de la division Valtellina, envoie un ultimatum à Carius «...Nous vous donnons ce dernier conseil : partez ! La Suisse, c'est la seule solution qui vous reste.» Carus tente de faire passer en Suisse la 1ere compagnie du lieutenant Fontaine. Ils sont refoulés à la frontière, le lendemain Carus tente de négocier le passage de la Milice, c'est un refus catégorique des autorités helvétiques. Il ne reste plus qu'à attendre l'arrivée des troupes anglo-américaines et négocier une reddition honorable.
Joseph Darnand part pour Milan avec Coutret, il rencontre Alessandro Pavolini et lui raconte les combats de Grosio. L'intransigeant hiérarque déclare : «S'ils résistent, brûlez les villages».
Dans la vallée, à Grosio, la compagnie de de Pous retourne à Tirano. Le 24 avril, le village voisin de Sernio est brûlé en représailles de la mort de cinq brigadisti. La haute-vallée na pas été nettoyée selon la volonté de Pavolini, c'est à Tirano que se joue le dernier acte.


1Gielliste, résistant, membre des brigades Giustizia e Liberta (GL) du Parti d'Action. GL avait été créé par les frères Rosselli, assassinés à Bagnoles de l'Orme par un commando de la Cagoule dont faisait parti Filliol.
http://hongrie2gm.creer-forums-gratuit.fr/forum.htm
La Hongrie, du traité de Trianon au siège de Budapest, son histoire, ses forces armées.

modérateur
modérateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 6961
Inscription: 29 Déc 2008, 22:15
Localisation: PONTAULT COMBAULT 77
Région: Ile de France
Pays: France

Voir le Blog de alfa1965 : cliquez ici


Re: La Milice en Italie

Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de alfa1965  Nouveau message 10 Fév 2019, 17:49

BATAILLE DE TIRANO 27-28 AVRIL 1945
Le 24 avril, le CLNAI déclenche l’insurrection générale. Les partisans descendent des vallées et convergent vers Tirano.
Une centaine d'artilleurs italiens des 2eme et 3eme batteries du Waffen-Artillerie-Regiment der SS de la 29.Waffen-Grenadier-Divion der SS Italien, viennent loger avec les Miliciens dans la caserne Torelli. Outre les SS italiens et le 1er Bataillon Français, la garnison de Tirano est composée des Brigades Noires Giuseppe Garibaldi et Giovanni Gentile, en tout un millier d'hommes.
Tirano est assiégée le 27 avril au soir par la division alpine Valtellina. Elle a perdu son chef, le colonel Alessi, sa mort reste toutefois assez obscure, on ne connaît pas les circonstances exactes. C'est Giuseppe Motta «Camillo» qui la commande par intérim. D'autres formations mineures prennent par à la bataille: les brigades «Gufi» et «Mortirolo». Tirano est encerclée aux premières lueurs du matin. Les «Gufi» occupent l’hôtel Stelvio de l'autre côté de la rive de l'Adda. Des fenêtres, ils tirent sur la caserne Torelli d'où ripostent les Français.
Joseph Darnand a laissé le récit des combats :
«le 25 avril (c'est une erreur, il s'agit du 28 avril, ndA) à 5 heures du matin, attaque généralisée, après un bombardement par mortiers qui touchent au but à chaque coups. La défense s'organise : les fenêtres sont tenues par les fusils mitrailleurs, les mitrailleuses et les fusils. Des créneaux sont montés en utilisant des sacs de terre, des matelas, des bancs. Tirs d'interdiction de notre part mais, à partir de dix heures, les feux des partisans, à armes automatiques nous atteignent de très près. Toute la population tire des immeubles voisins (il s'agit de l'hôtel Stelvio, ndA). Presque de suite, Fouques et le capitaine Rollet, commandant la compagnie lourde (ancien LVF et Croix de Fer), sont tués ainsi que plusieurs chefs de section et francs-gardes. Carus, Fontaine, de Pous sont parfaits mais un peu ignorant du combat d'infanterie. Je fais descendre tout le personnel inutile à la cave car les mortiers démolissent les toits et causent des pertes. Dans la cave, Hoareau organise son poste de secours. Suzanne (Charasse, la secrétaire de Darnand ndA) le seconde et reçoit le dernier soupir de nombreux camarades.
La situation s'aggrave d'heure en heure. Je me demande comment tout cela va se terminer. Les officiers sont décidés à se défendre et à mourir. Je circule partout et réconforte les hésitants. Distribution de tabac, chants et musique.
Vers midi, je fais monter deux pièces de 45 antichars dans les étages. C'est un groupe de SS italiens qui sert les pièces. Tir à vue sur les immeubles voisins. Nous nous dégageons tant soit peu et respirons de midi à deux heures. Ensuite, reprise, mortiers et infiltrations ennemies jusqu'au mur d’enceinte. Défense avec toutes nos armes et canons».
La 1er compagnie du lieutenant Fontaine, cantonnée à l'école élémentaire, subit aussi l'assaut des partisans. Les pertes sont lourdes des deux côtés, 6 Miliciens ont été tués, d'autres mourront plus tard de leurs blessures. Un blindé de la GNR tire sur les partisans, il est détruit au bazooka. Vers 16 heures, un Milicien capturé est envoyé par le chef de la brigade «Gufi» avec le message suivant : « Français, à trois reprises nous vous avons demandé de vous rendre, vos alliés allemands et fascistes l'ont fait, Milan et toute l'Italie sont entre nos mains, la vallée toute entière s'est rendue, nous vous garantissons la vie sauve et votre passage en Suisse ».
Après concertation, Darnand, Carus et Coutret sortent et suivent le messager. Coutret dont la mère est italienne sert de traducteur. Dans une habitation, ils négocient avec le colonel Motta« Camillo », chef de la division Valtellina, « Vic » Gianinni, officier américain chef de la mission alliée «Spokane» avec deux autres officiers et deux chefs partisans, des conditions de reddition. Darnand obtient l'honneur des armes. Carus, ganté de blanc est pris pour un aristocrate. Les hostilités cessent à 18h00. A la tour Torelli, les Brigades Noires déposent les armes à leur tour, elles ont appris la mort de Mussolini et des hiérarques fascistes par Radio-Milan.
Le lendemain, le 29 avril, ce qu'il reste de la Milice défile devant un piquet d'honneur de la brigade «Gufi», Darnand fait un discours. Ensuite, les armes sont livrées aux Italiens, les officiers pouvant conserver les leurs.
Les Français restent cantonnés dans Tirano jusqu'à mi-mai où ils sont pris en charge par les Américains et emprisonnés dans le camp de prisonniers de guerre de Coltano près de Pise.
_________________Mon pc étant en panne je ne peux pour l'instant ajputer les clichés que l'on peut voir dans Histomag 83.
Alex
http://hongrie2gm.creer-forums-gratuit.fr/forum.htm
La Hongrie, du traité de Trianon au siège de Budapest, son histoire, ses forces armées.

modérateur
modérateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 6961
Inscription: 29 Déc 2008, 22:15
Localisation: PONTAULT COMBAULT 77
Région: Ile de France
Pays: France

Voir le Blog de alfa1965 : cliquez ici


Re: La Milice en Italie

Nouveau message Post Numéro: 6  Nouveau message de greg ace  Nouveau message 17 Mar 2019, 11:14

Merci Alfa super intéressant

Warrant Officer Junior Grade
Warrant Officer Junior Grade

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 93
Inscription: 16 Déc 2006, 16:45
Localisation: Calais
Région: Pas de Calais
Pays: france

Voir le Blog de greg ace : cliquez ici


Re: La Milice en Italie

Nouveau message Post Numéro: 7  Nouveau message de Aldebert  Nouveau message 17 Mar 2019, 13:05

Bonjour,

Ben oui Alex, très intéressant surtout quand on découvre cette partie, pour moi méconnue, de l'histoire de la milice .
Depuis Bourbaki, c'est une habitude de certaines armées françaises de vouloir se réfugier en Suisse quand elles sont chocolats.

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3646
Inscription: 22 Jan 2010, 20:22
Localisation: Aquitaine
Région: Aquitaine
Pays: France

Voir le Blog de Aldebert : cliquez ici


Re: La Milice en Italie

Nouveau message Post Numéro: 8  Nouveau message de Prosper Vandenbroucke  Nouveau message 17 Mar 2019, 13:17

Merci Alex, je ne connaissais pas.
Amicalement
Prosper ;) ;)
L'Union fait la force -- Eendracht maakt macht

Image
http://www.freebelgians.be

Administrateur Principal
Administrateur Principal

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 72547
Inscription: 02 Fév 2003, 21:09
Localisation: Braine le Comte - Belgique
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Prosper Vandenbroucke : cliquez ici


Re: La Milice en Italie

Nouveau message Post Numéro: 9  Nouveau message de alfa1965  Nouveau message 17 Mar 2019, 13:34

A l'époque j'avais écrit aux archives de Tirano. Merci, j'apprécie vis compliments.
http://hongrie2gm.creer-forums-gratuit.fr/forum.htm
La Hongrie, du traité de Trianon au siège de Budapest, son histoire, ses forces armées.

modérateur
modérateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 6961
Inscription: 29 Déc 2008, 22:15
Localisation: PONTAULT COMBAULT 77
Région: Ile de France
Pays: France

Voir le Blog de alfa1965 : cliquez ici



Connexion  •  M’enregistrer

Retourner vers LA GUERRE EN AFRIQUE, EN MEDITERRANEE ET EN ITALIE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  21 juillet 
Aujourd’hui, 00:06
par: kfranc01 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 20 
Hier, 23:54
par: kfranc01 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 15 
Hier, 23:50
par: kfranc01 
    dans:  QUIZZ AVIATION - SUITE 16 
Hier, 23:09
par: kfranc01 
    dans:  Que serait-il advenu de la Belgique en cas de victoire allemande – Histoire de la collaboration. 
Hier, 22:37
par: RoCo 
    dans:  bombardement des plages 
Hier, 20:34
par: Tomcat 
    dans:  Une Histoire peu connue .. 
Hier, 19:45
par: thucydide 
    dans:  Le maire d'Evreux porte plainte après la dégradation d'une statue du général de Gaulle 
Hier, 18:49
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  uniformes des Nationalistes 
Hier, 16:27
par: iffig 
    dans:  FILM : Festival International du Livre Militaire Coëtquidan 
Hier, 15:46
par: brehon 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 8 invités


Scroll