Connexion  •  M’enregistrer

Un Pichiatelli pour les Anglais

De l'assaut sur Dakar à la bataille d'El Alamein, les combats en Méditerranée. Opération Torch et la suite logique avec le débarquement en Sicile et les affrontements dans la péninsule italienne. Anzio, Monte Cassino, le Garigliano...
MODÉRATEURS : Gherla,alfa1965

Un Pichiatelli pour les Anglais

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de Kelilean  Nouveau message 03 Aoû 2004, 14:26

Le 14 septembre 1941 , 12 Pichiatelli - surnom donné aux Stukas italiens - de la 209ème Squadriglia avaient été chargés de couvrir une unité terrestre effectuant une mission de reconnaissance en direction de Sidi Barrani . 10 d'entre eux se retrouvèrent séparés de leur escorte de Bf 109 et à court de carburant , se posèrent au mileu du désert . 8 des équipages furent capturés par les Anglais , et la rumeur affirmait qu'un des appareils s'était posé intact près de la frontière , dans la zone du fort de Maddalena .
2 officiers de la RAF reçurent l'autorisation d'essayer de le trouver et si possible de le ramener en vol. Le premier jour , leurs survols ne donnèrent rien , excepté un Pichiatelli retourné sur le dos près de Thalata . Le jour suivant , ils poursuivirent leurs recherches à bord d'un camion fourni par le régiment de hussards qui les avaient hébergés pour la nuit . Ils trouvèrent le Ju 87 , bombes en place , posé sur une bande de sable ferme . Il était gardé par un jeune officier anglais , dans une chaise longue , très fier de sa propriété mais qui n'était pas mécontent d'être relevé ! .
Mais les deux officiers furent soudain envahis de doutes : l'avion était-il piégé ? comment enlever les bombes et comment le faire décoller ? Sachant bien sûr que les indications du cockpit étaient en allemand ... Les deux premiers problèmes furent résolus en inspectant au crible l'appareil et en actionnant - avec angoisse - la commande de largage des bombes .
Pour le dernier souci , seule l'expérience pouvait le dire ... ils versèrent dans les réservoirs 55 l d'essence d'aviation emmenés avec eux et 92 l d'essence ordinaire fournis par le régiment de hussards . Le moteur démarra et ils décollèrent , dans le soir couchant , cap au nord-est .

Au bout de 15 mn de vol , le moteur se coupa net . En vol plané , le pilote le posa sur le sol rocailleux avec seulement un pneu éclaté . En triturant un peu le moteur ils parvinrent à redécoller . Mais ce second vol fut encore plus bref : la jauge de pression hydraulique explosa , aveuglant le pilote qui parvînt néanmois une fois de plus à poser l'appareil , mais cette fois l'autre pneu éclata aussi !
Après avoir dormi dans le cockpit enveloppés dans des parachutes italiens , les deux hommes prirent la décision de regagner Sidi Barrani à pied , qui d'après eux se situait à environ 60 km . Mais ils laissèrent un message écrit dans le sable à côté de leur prise : " Ce Ju 87 appartient à la RAF . NE PAS TOUCHER . Wing Commander Bowman et Squadron Leader Rozier , partis à pied vers le nord à l'aube du 19/09/1941 . "

15 km plus loins ils furent recueillis par un officier sud-africain qui leur fit partager son breakfast dans son campement . Là ils mirent au point un nouveau plan : ils allaient retourner à Thalata sur l'épave du Ju 87 qui avait capoté pour prendre la jauge du circuit hydraulique et une roue pour ensuite réparer l'autre sur place . Un officier des blindés mit un camion à leur disposition et les accompagna avec deux mécanos de la RAF et d'un jeune officier de marine barbu , commandant d'un destroyer qui profitait d'une perm pour faire du " tourisme " dans le désert .

Tout fonctionna à merveille . Ils démontèrent les pièces de l'épave et les mécanos les remontèrent sur l'autre , intact . L'officier de la Navy , qui voulait terminer en beauté ses " vacances " , demanda de prendre la place du mitrailleur lors du vol , ce qui lui fut concédé . En vol , il n'y eut qu'un problème : ils survolèrent à basse altitude des positions d'artillerie anglaises , vraisemblablement ignorantes de cette odyssée : pour eux , tout avion en ailes en W et avec un train d'atterrissage fixe était obligatoirement un Stuka donc une cible ...même si l'officier de la Navy s'acharnait à hurler dans la radio qu'ils cessent le feu ...

L'appareil fut donc ramené sur un terrain de la RAF et évalué par la suite .

Source : La Luftwaffe en Afrique du Nord , traduction française Del Prado d'un ouvrage Osprey( n° 28 )


 

Voir le Blog de Kelilean : cliquez ici


Retourner vers LA GUERRE EN AFRIQUE, EN MEDITERRANEE ET EN ITALIE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 14 
il y a 20 minutes
par: brehon 
    dans:  LES CAUSES D'UNE DÉFAITE, LA FRANCE POUVAIT-ELLE GAGNER? 
il y a 21 minutes
par: Loïc Charpentier 
    dans:  Le massacre des “tirailleurs sénégalais” à Thiaroye 
Aujourd’hui, 13:21
par: Loïc Charpentier 
    dans:  Chamberlain 
Aujourd’hui, 12:35
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 18 
Aujourd’hui, 12:24
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  QUIZZ AVIATION - SUITE 15 
Aujourd’hui, 12:21
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  [DU 1er SEPTEMBRE 2018 au 31 OCTOBRE 2018]: Feu sur les véhicules d'écolage ( Allié ou Axe) 
Aujourd’hui, 09:11
par: NIALA 
    dans:  Désobéir. Des policiers et des gendarmes sous l’'occupation (1940-1944) 
Aujourd’hui, 08:13
par: pili 
    dans:  Sauveteurs en asphixies de la Marne 
Aujourd’hui, 08:13
par: udonthanifrancophone 
    dans:  Midway en tournage à Montréal 
Aujourd’hui, 01:14
par: carcajou 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 6 invités


Scroll