Connexion  •  M’enregistrer

Et de Tunis à Strasbourg

De l'assaut sur Dakar à la bataille d'El Alamein, les combats en Méditerranée. Opération Torch et la suite logique avec le débarquement en Sicile et les affrontements dans la péninsule italienne. Anzio, Monte Cassino, le Garigliano...
MODÉRATEURS : Gherla,alfa1965

Et de Tunis à Strasbourg

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de Utaha_Beach  Nouveau message 08 Avr 2004, 07:51

En avant! Nous allons à Paris!

En 1943, le corps expéditionnaire français se bat en Europe, il se couvre de gloire. Si Leclerc avait été un fonceur, il aurait sauté sur l’occasion. Or autant il s’est équipé lourdement pour la guerre, autant il résiste à la tentation de se battre. En fait, depuis toujours, il ne pense qu’à la bataille de France. On sait qu’il y pensait depuis Koufra, on devine aussi que chaque combat qu’il livre n’est qu’une étape. In ne s’agit pas de tuer des ennemis ça et là, mais bien de les déloger de France, reprendre Paris et Strasbourg. Et encore plus, il voulait y participer car qu’il y soit ou non, cela change la signification de libération et surtout pour montrer le vrai visage de la France! Mais Leclerc est un picard! Il veut se débarrasser de l’ennemi car c’est pour lui un outrage qu’un étranger se trouve sur sa terre!
En Afrique du Nord, ce qui n’est pas le corps expéditionnaire français, appelé a se battre en Italie sous le général Juin, forme une armée B sous les ordres du général de Lattre de Tassigny ( voir biographie), récemment arrivé de France via Londres.
Mais ce qui paraît bizarre, c’est que Leclerc préfère débarquer en Angleterre plutôt qu’en Provence. Mais voilà, pourquoi les Anglais s’encombreraient-il de 4000 véhicules venant du Maroc alors qu’il sont pleins de matériel et d’hommes? Mais grâce à la pression du général de Gaulle qui voulait une armée française dans le Nord et surtout pour Paris , Leclerc part ,en avril 1944, avec ses troupes qui arrivent dans différents ports d’Écosse et du Pays De Galle. Là-bas, Leclerc se lie d’amitié avec Georges Patton Jr. Qui demande à ce que le général prennent la place du division US lors du débarquement. Si cela s’était fait, la 2ème DB n’aurait pas pris Paris! Mais cela ne retiendra pas Leclerc, car celui-ci débarque quand même le premier août 1944. Anecdote: un obus fut tiré a trois heures du matin pour signaler le retour d’une division française sur son sol natal! Leclerc continue sa route sur la capital. Et la motivation des hommes de Leclerc est signalé par ce dialogue entre un officier de liaison et un inspecteur américain:
"Dans quel état se trouve « leur matériel? »
"Parfait, mon colonel. C'est à ne pas y croire. Pas une bougie encrassée.
"Qu'est-ce qui leur manque?"
"Rien, mon colonel."
"Qu'est-ce qu'ils demandent?"
"Des Boches."
Mais le meilleur moment dans la mémoire des soldats de la 2ème DB, est, l’instant où on leurs a donné l’accord pour libéré la capital. La légende raconte qu’il sont entré dans Paris en chantant!

A l’assaut de Strasbourg

Dans le cadre d’une offensive générale vers l’est, le 15ème corps d’armée américain, auquel appartient la 2ème DB. Cette force doit avancé sur un boueux, sans abri possible et se heurte à la résistance de deux division allemandes à l’est des forêts de Parroy et de Mondon, qui tiennent la Vorvogesenstellung. Mais les forces du général Leclerc sont en réserve. Tous le monde se préparent à des actions de combat. L’ordre reçu par le commandant des français oriente ses troupes sur le terrain. La rupture escomptée n’arrive pas car l’ennemi s’accroche tant bien que mal. Leclerc sait que la brèche se fera; il met donc en réserve le gros de ses troupes et prélèvent sur d’autre unités des soldats inactifs qui auront pour mission d’aller le plus loin possible dès que les allemands céderont. Le 17 novembre 1944, le groupe de La Horie prend la ville de Badonviller au moment même où les nazis reçoivent des renforts. Cette attaque coupe l’armée ennemie en deux, ses éléments doivent battre en retraite. La Horie tombe le jour suivant, alors que le régiment de Guillebon continue vers le nord et que Morel-Deville pousse à l’ouest. Ce dernier doit progresser sur un terrain miné, boueux, qui force, sous le feu ennemi, a désembourber les véhicules. Mais lelieutenant-colonel fait confiance à ses spahis (troupes de l’Afrique), qui prônent pour la rapidité sur le terrain, son artillerie qui arrivent à suivre la progression des troupes, et à ses chars qui ont une puissance de feu inégalable. Il profite ainsi du martèlement des positions ennemies pour foncer et créer une brèche dans laquelle il s’élance de toutes ses forces. Il encercle un regroupement de soldats sur Nonhigny, prend ce poste, fait volte-face et fonce au sud vers Parux, avant de se retrouver le 18, aux abords de Badonviller. Au soir, il atteint Cirey dont il prend les ponts. Le lendemain, il est stoppé à Lafrimbolle par un bataillon de chasseurs. Pour remotiver ses hommes, Lelerc se rend à Cirey, où le combat fait toujours rage. En arrivant dans le village, le général sait que les troupes américaines (44ème t 79ème DI US) ont déjà remportées mains succès, et continuent malgré le temps, à avancer. Il estime que l’avancée allié fait perdre au commandement ennemi le temps d’organiser un retardement des assaillants. Il demande donc à ses hommes d’aller le plus loin possible. Mais c’est dans la nuit du 19 au 20 que se joue le plan préparer par Leclerc; envelopper Saverne et nettoyer la zone. Sur l’axe ouest de ses troupes des reconnaissance profondes empêche les blindés ennemis d’avancé, tandis que sur l’est, des infiltrations hardies amorcent l’encerclement d’un bataillon de chasseurs, qui après avoir été pilonné par l’artillerie, sera travaillé au corps dans les premières heures de l’aube. Ce passage donne lieu à un changement de stratégie; on passe de la rupture à la poursuite des troupes ennemies. Le carrefour du Rehthal est occupé au crépuscule. Le 21, Massu gravit une colline, balaie une batterie allemande. Les troupes allemandes sont malmenés de partout. Dès que les pleins sont fais, le sous-groupement de Rouvillois tombe sur les arrières de la 11ème panzer et du 316ème Volksgrenadieren. Ces unités ont été très éprouvées par les combats contre les américains et se replient sur Saverne: un groupe d’artilleurs essaient de se reformer mais il est anéantis, tous comme un bataillon d’infanterie par le détachement Compagnon.

Dans cette ambiance de victoire, Leclerc veut anticiper sur la stratégie adverse. Avant la prise de Saverne qui est son objectif principal, il décide déjà de faire marche sur le Rhin et déploie son armement logistique. La décision du 21 novembre prépare une marche sur Strasbourg et décide qu’il faudra rapidement nettoyer le col, qui est un retranchement idéal pour les allemands. L’ordre pour l’opération du 23 est clair:
_ prendre Strasbourg et si possible Kehl
_ continuer à surveiller la trouée Saverne, entre Dossenheim et Wasselone
_ se garder face au sud , empêchant toute réaction ennemie venant en particulier de Molsheim.
Mais ce plan comportait quand même des consignes particulières:
_ ne pas s’attarder, mais charger au maximum.
_ contourner les résistances et éventuellement ne pas hésiter à modifier les axes prescrits sous réserve de ne pas encombrer les axes voisins.
_ ne pas assurer la garde des prisonniers, mais seulement les désarmer et détruire leurs armes.
_ aussitôt qu’un élément aura franchi le pont de Kehl, détruire les défenses et assurer la neutralisation des destructions préparées.
A l’aube du 23 novembre commence la charge sur Strasbourg. Sous une pluie battante, les troupes se ruent sur Kehl, espérant être les premiers à fouler la terre allemande. Après une avancée très rapide, Massu, Plutz, Cantarel sont sur la ligne de forts de la ville, il se heurtent à une défense solide et à des fossés anti-chars gigantesques. Au nord, La Crochais entraîne ses avant-gardes, laissant le soin a ceux qui suivent de nettoyer. En traversant Brumath, un convoi allemand qui tentait de fuir est détruit. Dans Vandenheim, des sapeurs sont stoppés avant d’avoir pu allumer les feux destinés à faire sauter les ponts du Rhin. Sur la ligne de forts, la résistance est acharnée mais ne dure pas longtemps. La course continue très vite, et c’est enfin Strasbourg. La surprise est sans conteste. Mais la résistance allemande s’organise; des coups de feu partent d’immeubles, de casernes, … Il faut neutraliser la ville bâtiments par bâtiments. Les hommes doivent alterner entre des tirs de mitrailleuses et les grenades. Enfin, les français voie le jour. La Kommandantur demande des pourparlers. Pendant ces discussions, deux compagnies de chars foncent vers le pont de Kehl. Les fusiliers marins assurent l’avant-garde. Mais les chars français n’ont plus l’effet de surprise. Les allemands se battent jusqu’au bout. Ils tombent mais ne se rendent pas. Finalement, la dernière attaque est enrayé mais au prix de beaucoup de vie allemandes. L’ultime assaut sur le territoire allemand a été brisé. L’ennemi cependant, ne posera plus un pied à Strasbourg car les Français arrivent en renforts. Langlade a quitté son artillerie pour aller dans la ville alsacienne. Debray s’est emparé du fort Lefebvre, puis ils a détruits les pièces d’artillerie de la colonne nazie en fuite. Cantarel et Massu occupe l’ouest de la ville. Avant la tombée de la nuit, Leclerc fait hisser les couleurs françaises sur la cathédrale: le serment de Koufra est tenu! Le 2 mars 1941, en plein désert libyen, le général faisait prêter à une poignée d’homme le légendaire serment. Aujourd’hui, il se réalise. Leclerc n’arrêta pas, en ce 18 novembre 1944, à ces 3 années de combats. Il rend un dernier hommage à La Horie mort au combat, et prend les rênes de ses troupes afin de continuer la brèche créer par ces dernières. Leclerc exprime son intention au colonel Langlade, qui rassemble rapidement ses troupes. Tous les officiers du général doivent convaincre leur unité de ce besoin de foncer. Tous exprime la même volonté que leur chef. Et la « Force L » se mit en marche et se dirigeait sur Colmar, un des derniers bastions allemands de France.

De Colmar au Nid de l'Aigle

A Colmar, les combats sont difficiles. Les terrains minés, la boue, les salves ennemies font travaillés les soldats, et surtout les Rochambelles (voir témoignage audio). qui ramènent les blessés sous le feu ennemis. . Même si la 2ème DB a pour appui les nombreuses division américaines présentes (la 36ème, la 3ème division d’infanterie, la 3ème DIA, …) elle progresse difficilement. La résistance allemande est très forte. Ce qui fut la bataille des Ardennes a renforcé ce qui est devenue la poche de Colmar. Mais finalement, la ville est libérée au bout de la seconde bataille de Colmar. (la première n’as pu être entièrement réalisée). Après cette dure épreuve, la 2ème DB est envoyé au repos à Châteauroux pendant qu’un petit détachement sous les ordres du général Langlade participe à la réduction de la poche de Royan. A la mi-avril, Leclerc obtient du commandement américain l’autorisation de participer à l’invasion de l’Allemagne. Dès lors, l’avancée alliée devient selon Leclerc; « la course à Hitler ». Car en effet, la 2ème DB avance à une vitesse folle sur le nid de l’aigle. La course est telle que ce sera au premier qui posera le drapeau de son pays sur le Führerbunker. Cela se jouera entre la 2ème DB et la 101ème Airborne américaine. Finalement, c’est le pavillon français qui flottera le premier sur la Chancellerie. L’Allemagne est vaincue! Ainsi s’achève l’histoire fantastique de la 2ème DB.


 

Voir le Blog de Utaha_Beach : cliquez ici


tes sources

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de juin1944  Nouveau message 08 Avr 2004, 09:33

Utaha , une fois encore : QUELLES SONT TES SOURCES ?.
De quel livre ce passage est -il tiré ?. Sur son contenu, cela appartient plus à la légende d'après guerre qu'à la réalité.....
Je vous déconseille les posts aussi longs pour deux raisons
- ils sont trop longs à lire
- ils ne conduisent à aucun débat

Il est préférable d'amener un sujet par un texte bref, suscitant une réaction , posant des questions, soulevant une polémique au besoin, une erreur historique, etc....

Les longs posts ne sont pas générateurs de débats, sauf ceux ayant trait à la personnalité d'un individu.


 

Voir le Blog de juin1944 : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de Utaha_Beach  Nouveau message 13 Avr 2004, 07:37

Il est pas bref mon texte? :lol: :lol: . Non, pour la source, c'est mes connaissances personelles car j'ai lu une vingtaine de livres sur la 2ème DB!


 

Voir le Blog de Utaha_Beach : cliquez ici


Re: Et de Tunis à Strasbourg

Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de Lulubeerlu  Nouveau message 27 Avr 2004, 22:11

Merci juin1944, oui merci de rapeller ces quelques règles importantes. Mais trop tard ma mollette de souris vient de rendre l'âme...
Bon mais juste histoire d'en placer une, je ne relèverai que la fin:

--> Finalement, c’est le pavillon français qui flottera le premier sur la Chancellerie.

Mince alors, je ne savais pas que la 2e D.B. avait hissé en premier le drapeau tricolore sur Berlin!

--> L’Allemagne est vaincue! Ainsi s’achève l’histoire fantastique de la 2ème DB.

Crampes de doigts? Fatigue occulaire? Je rectifie:

L'Allemagne est vaincue! Ainsi s'achève l'histoire fantasque de la 2ème DB. Ouf...


 

Voir le Blog de Lulubeerlu : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de babou  Nouveau message 28 Avr 2004, 07:47

Utaha_Beach a écrit:Il est pas bref mon texte? :lol: :lol: . Non, pour la source, c'est mes connaissances personelles car j'ai lu une vingtaine de livres sur la 2ème DB!



pourtant ça ressemble bigrement a du copier/coller :D


 

Voir le Blog de babou : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 6  Nouveau message de gavroche  Nouveau message 28 Avr 2004, 14:37

et puis pour l'entrée en chantant dans paris j'ai des doutes dans la mesure ou ils se sont quand meme battus tout le long du trajet avec des pertes sensibles et dans la capitale également
alors perdre énormément de camarades depuis la normandie et se battre avant et dans paris, j'ai du mal à croire que les gars avaient le coeur à chanter
surtout que les premiers gars envoyés en éclaireurs dans la capitale pour prévenir les résistants de leur arrivée se sont fais descendre par une patrouille.

tout ceci est fort bien raconté dans "paris brule-t-il"
et ils ne parlent pas de gars arrivant la fleur au fusil et chantant comme si la guerre était finie


 

Voir le Blog de gavroche : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 7  Nouveau message de screaming eagles  Nouveau message 28 Avr 2004, 20:38

Bonsoir,

Concernant l'entrée des éclaireurs de la 2ème DB, il me semble que c'était le Capitaine Dronne avec entre autre une compagnie d'espagnols républicains et seulement 3 shermans. Par contre, je crois qu'ils sont arrivés "sans trop de difficultés" jusqu'à l'Hotel de ville (grace aux guides volontaires, un certain Georges Chevallier pour la banlieue et Lorenian Dikran qui va précéder avec sa motocyclette!!! jusqu'à l'hotel de ville). On est le 24 aout, il est 21h22).
source : la 2eme DB Erwan Bergot.

S.E


 

Voir le Blog de screaming eagles : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 8  Nouveau message de Lulubeerlu  Nouveau message 29 Avr 2004, 03:02

Oooops... Ca screaming eagles, c'est clair et concis...
De plus tiré d'une bonne source! Merci, ca vaut plus qu'un chapitre entier.


 

Voir le Blog de Lulubeerlu : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 9  Nouveau message de gavroche  Nouveau message 29 Avr 2004, 12:55

ce que j'appelais comme éclaireurs était en fait une jeep avec un sous-off porteur d'un message pour la résistance.
faut que je retrouve le bouquin pour avoir le nom des gars


 

Voir le Blog de gavroche : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 10  Nouveau message de Utaha_Beach  Nouveau message 29 Avr 2004, 20:42

Pour ma part, il y a une phrase de Leclerc qui m'a fait un drôle d'effet, ce fut après la prise de Strasbourg. Je ne peux vous la réstituer originellement mais c'était quelque chose comme ça:

"Maintenant que Strasbourg et Paris sont revenus, ont peux tous crever"!


 

Voir le Blog de Utaha_Beach : cliquez ici


Suivante

Connexion  •  M’enregistrer

Retourner vers LA GUERRE EN AFRIQUE, EN MEDITERRANEE ET EN ITALIE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  [du 1er décembre 2021 au 31 janvier 2022]: ils aimaient bien visiter 
il y a 9 minutes
par: Signal Corps 
    dans:  LE QUIZ suite 1 
Aujourd’hui, 22:33
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Forum de Francois Delpla 
Aujourd’hui, 21:07
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Le journal d'Anne Frank au coeur d'une controverse 
Aujourd’hui, 19:55
par: pierma 
    dans:  Anne Frank a-t-elle été dénoncée par un notaire juif? 
Aujourd’hui, 18:50
par: Dog Red 
    dans:  Uniformes chasseurs ardennais 1940 
Aujourd’hui, 18:44
par: Dog Red 
    dans:  Allemagne 1945 
Aujourd’hui, 16:01
par: Dog Red 
    dans:  Résistants FTPF Drôme Sud 
Aujourd’hui, 13:41
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Uniforme ww2 US 103nd 
Aujourd’hui, 12:03
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  le général Weygand 
Hier, 22:33
par: Alfred 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Trendiction Bot DE et 7 invités


Scroll