Connexion  •  M’enregistrer

doute sur oradour sur glane

Que vous souhaitiez annoncer la création de votre site, sa mise à jour, que vous vouliez nous faire partager un site sur un évènement précis
(lieu, bataille, matériel) cette rubrique est à votre disposition.
MODÉRATEUR: Vincent Dupont

Re: doute sur oradour sur glane

Nouveau message Post Numéro: 191  Nouveau message de Judex  Nouveau message 04 Sep 2010, 07:40

Le forum, c'est "Maquisards de France".
"jamais dans l'histoire des conflits humains une dette aussi grande n'a été contractée par tant d'hommes envers si peu"
Winston Churchill

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1428
Inscription: 15 Juil 2007, 10:33
Localisation: Clermont-Ferrand
Région: Pays de volcans
Pays: France

Voir le Blog de Judex : cliquez ici


Re: doute sur oradour sur glane

Nouveau message Post Numéro: 192  Nouveau message de Daffy  Nouveau message 04 Sep 2010, 08:20

judex fut plus rapide que moi ;)


 

Voir le Blog de Daffy : cliquez ici


Re: doute sur oradour sur glane

Nouveau message Post Numéro: 193  Nouveau message de Daniel Laurent  Nouveau message 04 Sep 2010, 08:41

Bonjour,
Daffy a écrit:judex fut plus rapide que moi ;)

Je me permets d'illustrer ton propos

Image

:grand-sourire:


 

Voir le Blog de Daniel Laurent : cliquez ici


Re: doute sur oradour sur glane

Nouveau message Post Numéro: 194  Nouveau message de Judex  Nouveau message 04 Sep 2010, 09:46

Heureusement Daniel que tu es un homme, sinon je me vexerais (lol)....
"jamais dans l'histoire des conflits humains une dette aussi grande n'a été contractée par tant d'hommes envers si peu"
Winston Churchill

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1428
Inscription: 15 Juil 2007, 10:33
Localisation: Clermont-Ferrand
Région: Pays de volcans
Pays: France

Voir le Blog de Judex : cliquez ici


Re: doute sur oradour sur glane

Nouveau message Post Numéro: 195  Nouveau message de betacam  Nouveau message 28 Sep 2010, 15:33

bonjour,

j'ai trouvé ce témoignage sur Google

Ce document a ete publie par la societe historique et archeologique du perigord dans son bulletin, NUMERO 3
(ANNEE 2005)

Victimes du tortionnaire et assassin Filliol
en Limousin (mai-juin 1944)

par Marc Parrotin

1


Les sinistres méfaits du Bergeracois Jean Filliol ont été récemment rapportées : ce personnage avait su rester secret. Son action dans la Cagoule et ses activités de milicien en Limousin sont désormais connues. À la suite de la publication de leur Jean Filliol, du Périgord à la Cagoule, de la Milice à Oradour1, les auteurs ont reçu ce texte, rédigé pour notre bulletin par une des victimes de l’individu. Il apporte une confirmation et beaucoup de précisions à ce qu’ils avaient appris des agissements de Filliol lors de leur difficile enquête. Ces pages de Marc Parrotin, auteur (et acteur) de Le Temps du maquis. Histoire de la Résistance en Creuse2, sont le récit de première main, rigoureux et fort bien écrit, d’un résistant qui fut arrêté, emprisonné et torturé par Jean Filliol ; il résista à ses « interrogatoires ». Ce témoignage est d’une très grande valeur. Il a été ici complété par quelques notes provenant des deux ouvrages cités. Brigitte et Gilles Delluc



Jeune responsable F.T.P., alors âgé de vingt ans3, j’ai été arrêté, devant la gare de Guéret (Creuse), le matin du 20 mai 1944, avec mes camarades André Lacombe (capitaine F.F.I.) et Raymond Belmont (futur commandant Martin) par les miliciens du « Deuxième service » de la Milice du Limousin, commandés par Jean Filliol (alias Deschamps)4.
Nous avons tous trois été conduits aussitôt à la prison de Guéret, mis en cellule, et aussitôt « interrogés ». André Lacombe, qui avait essayé de s’enfuir, et moi y avons subi une longue séance de tortures perpétrée par Filliol (en gants blancs) et ses séides armés de nerfs de
----
Éditions Pilote 24, 2004 (www. perigord-livres.com). En toutes librairies.
Collection Témoignages. Éditions Verso (1981 et 1984). Cet ouvrage de 600 pages, est une véritable somme, très dense et fort bien écrite, par un des principaux témoins directs de la résistance creusoise. Enseignant puis retraité, M. Parrotin a consacré son temps libre à l’écriture de l’histoire de la Résistance en Creuse. Actuellement l’auteur travaille à un nouvel ouvrage sur l’internement et la déportation des résistants creusois, où il relatera à nouveau le comportement de J. Filliol (M. Parrotin, in litt., le 16 juin 2005). Nous lui exprimons notre gratitude pour les présentes pages, spécialement rédigées pour notre bulletin. Durant la guerre, la quasi-totalité du département dela Dordogne dépend de Limoges.
Le jeune Marc Parrotin était à l’époque élève-instituteur au lycée de Guéret (M. Parrotin, in litt., le 16 juin 2005).
Le cagoulard J. Filliol, devenu, au début de 1941, un des chefs du Mouvement Social Révolutionnaire, et après divers nouveaux crimes, avait été emprisonné en novembre 1942 au camp de Saint-Paul-d’Eyjaux (Haute-Vienne), sur ordre de P. Laval. Au printemps de 1944, libéré sur demande de Joseph Darnand et nommé à Limoges, il est prié de se faire oublier. C’est mal le connaître. L’action de Filliol s’étend sur les départements du Limousin : dans une lettre, son homologue de la Creuse lui adresse son « respectueux salut milicien » le 23 mars 1944 (Parrotin, 1984, p. 289). Dès mai 1944, le chef Filliol dirige le « Deuxième service ». Cette « Gestapo de la Milice » multipliera exactions et crimes en Limousin et participera à la préparation du massacre d’Oradour-sur-Glane perpétré le 9 juin.. Après Oradour, Filliol devra quitter Limoges à la fin de juin 1944 pour d’autres sinistres aventures à Clermont-Ferrand, en Allemagne et en Italie du nord, avant de trouver un confortable exil en Espagne (Delluc, 2004).

2

bœufs et de gourdins, comme je l’ai longuement rapporté dans mon livre Le Temps du Maquis. Histoire de la Résistance en Creuse, paru en 19811.
Malgré les durs sévices endurés, nos bourreaux n’ont pu nous faire avouer que nous nous connaissions.
Nous étions trois jeunes chefs F.T.P. S’il en avait été autrement, nous étions perdus, assassinés sous les tortures ou déférés à la Cour Martiale.
Ce même 20 mai 1944, dans la soirée, Filliol nous fit transférer à Limoges par un important convoi de gardes mobiles puissamment armés, cantonnés à Guéret, caserne des Augustines.
A La Souterraine, le convoi fit halte au cantonnement du G.M.R.-Berry, place du Champ de Foire, et, dans le camion militaire où nous étions enchaînés et gardés, durent monter mon jeune frère Georges, alors âgé de dix-huit ans que des miliciens secondés par un peloton de G.M.R, étaient allés arrêter à notre domicile au bourg de Saint-Agnan-de-Versillat, et avec lui un de nos camarades des F.T.P. légaux de La Souterraine, l’ouvrier Roger Teilhou.
Sur le plancher de notre véhicule gisaient, depuis notre départ de Guéret ou ils avaient été enlevés de l’hôpital, deux de nos blessés du maquis F.T.P. de La Souterraine : le jeune cuisinier du camp attaqué par la Garde mobile (cantonnée au collège) et une unité de la Milice, le 17 mai, au bois de la Bonnelle, et le F.T.P. légal René Gautron, atteint de plusieurs balles au bassin, dans une embuscade tendue par la Garde mobile le 13 mai dans son village natal de Bridiers.
A l’arrivée du convoi à Limoges, nous fûmes, les valides, emprisonnés dans le poste de police de la caserne du Petit séminaire (près de l’Hôtel de ville), où cantonnaient un escadron de Gardes mobiles et une cohorte de Francs Gardes de la Milice du Limousin récemment mobilisés par Jean de Vaugelas, nommé, par Joseph Darnand, chef de toutes les « Forces du Maintien de l’Ordre » de la région.
Nous fûmes enfermés dans la première et plus importante de ces locaux disciplinaires (bâtiment J), où se trouvaient déjà plus d’une vingtaine de maquisards prisonniers, parmi lesquels dix-sept de mes camarades F.T.P. du maquis de la Bonnelle arrêtés le 17 mai, près de La Souterraine, dont les deux jeunes chefs Roger Gerbaud et André Biguin qui avaient déjà subi d’épouvantables tortures et allaient connaître un sort tragique.
C’est dans un des bâtiments de cette caserne, côté milicien, que Filliol et ses tortionnaires opéraient, au deuxième étage du bâtiment B, chambre 19.
Dès la première nuit, nous y fûmes conduits par des Francs Gardes armés, André Lacombe (qui venait de prendre le pseudo de Marsalleix), Roger Teilhoux, mon frère et moi.
J’ai longuement raconté, dans Le Temps du maquis (pages 329-332), ce que fut la séance de tortures que nous avons subie, nus et matraqués par les bourreaux miliciens commandés et aidés par Filliol (alias Deschamps) et ses acolytes Thomine, Du Barry2.
Je ne vais pas relater les autres dures séances nocturnes d’interrogatoires que nous firent subir Filliol et ses tortionnaires, les nuits suivantes, quand ils rentraient de leurs beuveries3.

---
Le samedi 20 mai 1944, M. Parrotin fut « assommé de gifles, lourdes comme s’il les balançait avec des mains de plomb. Puis il m’entraîne sur le grabat et m’enserre le cou de ses doigts d’acier : “Parle ou je t’étrangle”[…]. Impuissant à me dégager de l’étreinte de ce monstre, j’étouffe et je râle. Je feins de rendre le dernier soupir » (Parrotin, 1984, p. 322).
Outre Jean Thomine et Du Barry, Filliol a recruté aussi les tortionnaires Maurice Peyronnet (alias Lucas, son chauffeur), Descors et Roger Gaussens. En traction avant Citroën noire, ils accompagnent les francs gardes de la Milice lors de leurs opérations contre les maquis (Parrotin, 1984, p. 291).
À Limoges, le malheureux est battu à coups de pied et de bâton et, un peu plus tard, mis à nu, cravaché et brûlé avec une cigarette. Le 23 et le 29 mai 1944, il est à nouveau roué de coups, brûlé, lardé de coups de couteau, en l’absence de Filliol, « mais la meute du Deuxième service n’a pas besoin de lui pour se déchaîner ». Filliol était certainement effrayant aux yeux de ces « salopards » du maquis. Il est décrit comme arborant « un sourire haineux aux lèvres », des « yeux de fauve » et « sa gueule [qui] écume de haine ». Le résistant ne parlera

vétéran
vétéran

 
Messages: 2296
Inscription: 09 Mar 2006, 16:44
Localisation: Rueil-malmaison 92500
Région: Ile de France
Pays: France

Voir le Blog de betacam : cliquez ici


Re: doute sur oradour sur glane

Nouveau message Post Numéro: 196  Nouveau message de betacam  Nouveau message 28 Sep 2010, 15:34

3

Nous avons tenu, malgré l’acharnement de nos bourreaux qui n’ont rien su de nos activités de chefs F.T.P., ni de notre organisation, ni de nos relations. Ils n’ont pu nous faire avouer que nous nous connaissions, André Lacombe, Raymond Belmont et moi, ce qui nous a certainement sauvé la vie. La barbarie du « Deuxième service » de Filliol n’avait rien à envier à celle de la Gestapo.
Il me faut ici rappeler ce qu’il est advenu de plusieurs de leurs prisonniers, nos codétenus :
- Un juif, dont nous n’avons pas su le nom, fut défenestré et mourut dans sa chute, ce qui faisait bien rire les miliciens de Filliol racontant ce crime.
- Un résistant communiste, Louis Cacaly de Sauviat-sur-Vige, arrêté le 25 mai, subit de terribles tortures dans la chambre 19 et mourut quelques jours plus tard d’hémorragie interne, le foie éclaté. Il était enfermé dans la cellule contiguë à la nôtre avec le comte Jacques de Bondy, un jeune résistant du Berry, qui fut, lui aussi, « interrogé » sans ménagement par Filliol.
- Le 28 mai fut amené dans notre geôle mon ami Victor Renaud de Saint-Sébastien, un pionnier de la Résistance creusoise, membre du réseau Alliance et de l’Armée Secrète. Il avait été arrêté la veille, dans son village de Vaussujean, par le lieutenant Bognolli, commandant une unité du Premier régiment de France, au cours d’une embuscade, qui venait de massacrer en ce lieu tragique sept maquisards de la Première compagnie franche de l’A.S. Creuse.
Accouru à l’endroit du drame, il y fustigea le responsable du massacre. Le traître Bognolli le livra aux mercenaires du G.M.R.-Berry, arrivés en renfort, qui l’emmenèrent à La Souterraine où leur chef Dubois le livra aux miliciens du « Deuxième service ». Filliol et ses acolytes lui firent subir un premier « interrogatoire » sous la torture au cantonnement du G.M.R., puis le conduisirent enchaîné à Limoges et l’emprisonnèrent dans notre cellule à la caserne du Petit séminaire. C’est ainsi que je le retrouvai et nous étions, la nuit, allongés côte à côte sur le pavé de notre geôle.
Victor Renaud, durant plusieurs séances nocturnes, connut lui aussi, à la chambre 19, d’ignobles interrogatoires perpétrés par Filliol et ses tortionnaires. Certaines nuits, nous y fûmes conduits ensemble. Il fit preuve d’un indomptable courage, ne dévoilant rien à ses bourreaux de son engagement patriotique, ni de l’aide qu’il avait apportée au maquis F.T.P. du secteur de La Souterraine. Il confia sa montre à mon frère pour qu’elle soit remise à son petit François, car Filliol l’avait menacé, comme mes amis Roger Gerbaud et André Biguin, de la Cour Martiale instituée par la Milice. Et, le 23 juin 1944, vers 16 heures 30, il fut, avec nos deux camarades et deux autres jeunes maquisards du Limousin, Louis Elliot et Marcel Despoix, fusillé sous les murs de la Maison d’arrêt de Limoges, 11 bis place du Champ de foire.
Le 30 juin, dans cette prison où nous avions été transférés le 7 juin, lendemain du Débarquement, les miliciens de Filliol, après l’avoir torturé dès le jour de son arrestation, firent exécuter par un peloton de gardes mobiles, un autre valeureux résistant F.T.P., qui fut mon camarade de cellule, Jean-Baptiste Jourdan, de Saint-Sulpice-Laurière, un père de six enfants, condamné par leur Cour martiale en représailles de la mort du journaliste pro-allemand Philippe Henriot.
Voilà, d’après mes indubitables souvenirs, quelques criminelles actions menées par Filliol et son « Deuxième service » en Limousin. Il y en eut d’autres, car, dans la troisième cellule du bâtiment J, étaient détenus des résistants de la Corrèze1 qui subirent eux aussi les sévices des bourreaux miliciens.
Nous fûmes libérés de la prison de Limoges par les F.F.I. du colonel Georges Guingoin le 21 août 1944. Je revins en Creuse où j’y appris, par mon ami Raymond Belmont

------
pas (Parrotin, 1984, p. 330-331).

« Une douzaine de résistants et de maquisards du Limousin et du Périgord » (Parrotin, 1984, p. 339).

4

(alias commandant Martin, devenu chef d’état-major des F.F.I. creusois) que nos maquisards avaient manqué de peu de capturer Filliol dans le département.
Je sus que le 25 juin, près de La Souterraine, les miliciens du « Deuxième service » avaient assassiné trois otages guérétois, Alphonse Chiozzini, Fernand Bareige et Émile Bareige, pour voler une importante somme d’argent - environ 60 000 francs1 - que le dernier des trois martyrs avait sur lui lors de la grande rafle perpétrée par la Milice à Guéret. Ce fut sans doute là l’un des derniers crimes commis en Creuse par les bourreaux du « Deuxième service ».
Je n’ai jamais revu Filliol (alias Deschamps), ce sinistre individu qui nous torturait avec sadisme, après m’avoir arrêté à Guéret, puis à la chambre 19 de la caserne du Petit séminaire à Limoges.
Après la fin de la guerre, j’ai su que ce tueur de Cagoule, condamné à mort par contumace, avait suivi De Vaugelas et les miliciens du Limousin, dans leur exode vers l’Allemagne, puis, qu’étant passé en Italie, il avait été blessé lors d’un engagement avec les partisans italiens… et, qu’ayant réussi à gagner l’Espagne, il y était devenu P.D.G. d’une importante société de cosmétiques, appartenant en partie à d’anciens membres de la Cagoule.
Ce qu’il est devenu plus tard, ce faux dévot, je l’ignore…, mais je suis heureux qu’un livre ait été récemment publié par Brigitte et Gilles Delluc, si bien écrit et documenté, retraçant le passé de ce bourreau et permettant enfin de démasquer ce sinistre personnage.

M. P.

---------
60 000 F de 1944 correspondent à peu près à 10 000 de nos euros.

Auzances, le 16 juin 2005. Marc Parrotin, interné résistant, a été décoré de la croix de guerre et de la médaille de la Résistance. Il est officier de la Légion d’honneur et président de l’ANACR-Creus

vétéran
vétéran

 
Messages: 2296
Inscription: 09 Mar 2006, 16:44
Localisation: Rueil-malmaison 92500
Région: Ile de France
Pays: France

Voir le Blog de betacam : cliquez ici


Re: doute sur oradour sur glane

Nouveau message Post Numéro: 197  Nouveau message de juin1944  Nouveau message 28 Sep 2010, 16:16

Voilà qui permet d'approcher le personnage de Filliol, idéal dans son rôle et dont on se doute que ce qui allait arriver à Oradour ne devait guère l'émouvoir.


 

Voir le Blog de juin1944 : cliquez ici


Re: doute sur oradour sur glane

Nouveau message Post Numéro: 198  Nouveau message de Pierre.S  Nouveau message 28 Sep 2010, 18:29

Bonsoir,
Tout à fait interessant et édifiant, mais j'ai besoin de comprendre:les gardes mobiles dont il est question sont-ils une unité de la milice (...j'en doute!!) ou des unités, comme aujourd'hui, de la gendarmerie, ou encore de la police. En tout cas la collaboration avec la milice pour le démantèlement des maquis semble être étroite??
A+
Pierre


 

Voir le Blog de Pierre.S : cliquez ici


Re: doute sur oradour sur glane

Nouveau message Post Numéro: 199  Nouveau message de brehon  Nouveau message 28 Sep 2010, 18:39

Bonsoir Pierre,
Il s'agit des "Groupes Mobiles de Réserve" faisant partie de la Police.
http://amicale-police-patrimoine.fr/GMR.html
Cordialement.
Yvonnick

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 6856
Inscription: 14 Déc 2009, 15:45
Région: Bretagne
Pays: France

Voir le Blog de brehon : cliquez ici


Re: doute sur oradour sur glane

Nouveau message Post Numéro: 200  Nouveau message de betacam  Nouveau message 27 Oct 2010, 14:15

bonjour,

une très courte vidéo de l'INA " Vivre "

http://www.herodote.net/histoire/evenem ... FE85002289

vétéran
vétéran

 
Messages: 2296
Inscription: 09 Mar 2006, 16:44
Localisation: Rueil-malmaison 92500
Région: Ile de France
Pays: France

Voir le Blog de betacam : cliquez ici


PrécédenteSuivante

Retourner vers LIENS SUR LE WEB




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Médecin urgentiste 
il y a 3 minutes
par: TPE 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 12 
il y a 3 minutes
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
il y a 35 minutes
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 13 
il y a 58 minutes
par: iffig 
    dans:  Testament de Hitler : Sur l'Espagne et Gibraltar 
Aujourd’hui, 13:16
par: Chef Chaudart 
    dans:  Sfcp airborne en Normandie 
Aujourd’hui, 11:34
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  SUR RMC DECOUVERTE LE 05 JANVIER 
Aujourd’hui, 11:28
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Quoi de neuf dans les kiosques ? 
Aujourd’hui, 00:55
par: alain adam 
    dans:  les sous-marins Français 
Aujourd’hui, 00:48
par: P. Vian 
    dans:  Testament de Hitler : Sur la colonisation 
Aujourd’hui, 00:28
par: Manu 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités


Scroll