Connexion  •  M’enregistrer

doute sur oradour sur glane

Que vous souhaitiez annoncer la création de votre site, sa mise à jour, que vous vouliez nous faire partager un site sur un évènement précis
(lieu, bataille, matériel) cette rubrique est à votre disposition.
MODÉRATEUR: Vincent Dupont

Re: doute sur oradour sur glane

Nouveau message Post Numéro: 181  Nouveau message de Judex  Nouveau message 03 Sep 2010, 12:34

Partout où l'on pouvait "encore servir" contre l'ennemi juif ! D'autres comme Skorzeny ont préféré l'Argentine afin d'appliquer leur talent...
"jamais dans l'histoire des conflits humains une dette aussi grande n'a été contractée par tant d'hommes envers si peu"
Winston Churchill

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1428
Inscription: 15 Juil 2007, 10:33
Localisation: Clermont-Ferrand
Région: Pays de volcans
Pays: France

Voir le Blog de Judex : cliquez ici


Re: doute sur oradour sur glane

Nouveau message Post Numéro: 182  Nouveau message de Daniel Laurent  Nouveau message 03 Sep 2010, 12:52

Judex a écrit:Partout où l'on pouvait "encore servir" contre l'ennemi juif ! D'autres comme Skorzeny ont préféré l'Argentine afin d'appliquer leur talent...

Ah ?
Je croyais que Skorzeny etait devenu promoteur immobilier en Espagne ?


 

Voir le Blog de Daniel Laurent : cliquez ici


Re: doute sur oradour sur glane

Nouveau message Post Numéro: 183  Nouveau message de Judex  Nouveau message 03 Sep 2010, 13:26

Plus tard ! Evita était plutôt une jolie femme...
"jamais dans l'histoire des conflits humains une dette aussi grande n'a été contractée par tant d'hommes envers si peu"
Winston Churchill

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1428
Inscription: 15 Juil 2007, 10:33
Localisation: Clermont-Ferrand
Région: Pays de volcans
Pays: France

Voir le Blog de Judex : cliquez ici


Re: doute sur oradour sur glane

Nouveau message Post Numéro: 184  Nouveau message de Daffy  Nouveau message 03 Sep 2010, 17:51

Je me permets de poster un resumé tres detaillé et argumenté de l historique d oradour que j ai trouver sur un forum (forum Maquisards de France).

Oradour sur Glane les jours précédents le massacre et la suite
7 juin 1944

La 2eme SS « Das Reich » composée de : Effectifs théoriques et organisation
PC divisionnaire. 543h
Régiment blindé SSn°2 (régiment de chars). 2034h
Régiment d’artillerie blindée SSn°2. 2110 h
Détachement de reconnaissance blindé SSn°2. 938h
Régiment de grenadiers SS n°3 « Deutschland » Infanterie mécanisée.3254h
Régiment de grenadiers SS n°4 « Der Fürher »infanterie mécanisée.3285h
Détachement d’artillerie antiaérienne SSn°2. 917h
Détachement blindé de transmission SSn°2. 519h
Bataillon de maintenance de campagne SSn°2. 176h
Détachement de chasseurs de chars SSn°2. 516h
Bataillon de génie SSn°2. 927h
Unités divisionnaires des services de soutien. 2490h

Etait stationnée entre Agen, Montauban et Caussade ou elle se refaisait une santé après les lourdes pertes subies sur le front Russe et aussi compléter ses effectifs.
Pour la plupart allemands mais aussi Hiwis, Géorgiens, Ukrainiens et autres gens de l’Est et les « malgré nous »

Ce qui ne l’empêchait nullement de participer à des attaques contre des Maquis ou de paisibles bourgades ou, sur dénonciation (sport à la mode) afin d’arrêter des résistants, les torturer, les déporter, ou de trouver des caches d’armes.

Elle reçoit l’ordre de rejoindre le front de Normandie mais avec pour mission première de ratisser large pour réduire les « bandes » comme ils les appelaient afin de garder un corridor sans résistance.

Elle laissera la moitié des effectifs dans la région soit 8300 hommes jusqu’à la fin juin, les derniers contingents ne seront mis en route que le 21 juillet.
Certains de ces éléments participeront aux différents combats contre les maquis dans les départements limitrophes.

Cette division forte de 18000 hommes manquait d’effectifs, de pièces de rechange et de matériel, même si elle n’avait pas son lustre des années précédentes elle restait quand même très redoutable.

8 juin 1944

Combats à Tulle tentative de libération de la ville par les maquis FTP et AS. Je passe sur cette libération puis de la reprise de celle-ci par le bataillon de reconnaissance du régiment pz DF commandé par le Sturbannführer Dreehler et la compagnie d’état major du 1er bataillon commandé par le Hauptscharführer Hass, et des pendaisons qui ont suivies.

Responsables :
Brigadeführer Lammerding,
Sturbannfürer Aurel Kowatch, (Ic) officier de renseignements de l’EM de la division,
SIPO SD : Walter Shmald,
Le juge de la division le Stubaf Detlef Okrent.

Des atrocités auraient été commises sur les morts allemands lors de l’attaque de Tulle et 9 autres ont été fusillés au cimetière donc prétextes pour les représailles.
Alors que se sont des résistants qui en manœuvrant un camion pour s’en aller auraient roulés par mégarde sur les morts allemands.

Selon le témoignage d’une habitante de Tulle qui se plaignait des pendaisons et qui logeait chez elle un officier SS, celui-ci lui aurait déclaré que demain à 100km ce serait pire……. !
Et que toute façons pendre n’était rien pour eux, ils en avaient l’habitude en Russie

Des informations erronées parviennent à l’EM de la division via le canal de communication de Clermont Ferrand H V S 588 (une attaque de Limoges par les FFI serait imminente)

Il est alors décidé d’encercler Limoges :

A Brive les 1er et 3eme bataillons se déroutent de l’axe RN20

Le 1er vers Rochechouart (branche Ouest de la tenaille)

Le 3eme vers Pierre Buffière et Guéret (branche Est)

Le régiment Deuschland reste lui a Uzerche

9 juin 1944

Vers 2h00 du matin arrivée des premiers éléments du régiment pz DF à Limoges.
L’état major de la DF prend ses quartiers au Central Hôtel.

Le 1er bataillon (Stubaf Adolf Diekman) est cantonné du côté de Saint-Junien et Rochechouart.

Le 3eme bataillon (Stubaf Helmuth Kämpfe) doit être cantonné du côté de Saint – Léonard.
Mais celui-ci reçoit l’ordre de partir pour délivrer Guéret investit et libéré par les maquis locaux.

En court de route il surprend au Poteau de Combeauvert un camion transportant, des volontaires FTP se rendant à Janaillat au PC du maquis local.
29 d’ente eux périront dont certains écrasés par les chenilles des semi blindés.

Mais Guéret avait été repris par des unités de Wermartch venues de Montluçon.

Vers 18h00 l’EM de la division reçoit un appel de l’OKW l’informant qu’il était retiré du groupe d’armée G et lui enjoint de rejoindre le front de Normandie, il faut regrouper la division car une partie des unités devait faire route vers Clermont Ferrand.
Toujours pour lutter contre les « bandes »

Là Kämpfe reçoit un appel radio de l’EM de la division lui ordonnant de rentrer sur Limoges.

Roulant seul et sans arme (son escorte composée de 2 motos avait dépassée la Bussière et filait sur Saint Léonard) dans une Peugeot ou une Talbot bien en avant de ses troupes Kämpfe est impatient de connaître les nouveaux ordres.

Il est capturé vers 20h00 à hauteur des fermes de la Bussière (entre Sauviat et Saint Léonard), par un détachement de la 1ére Brigade de marche du Limousin commandée par le Sgt Jean Canou (il revenait de faire sauter le pont sur la Vienne à Royére).

La Kämpfe est fait prisonnier il riait, parait il (comptant sans doute sur l’arrivée des troupes qu’il précédait pour balayer ces terroristes et le délivrer) transféré dans le camion du maquis, et celui-ci fait route vers Vernon puis Le Petit Moulard et la D13, passant par Champnétery et arrive aux environs de Cheyssoux dans le camp des maquisards (soit à 12km de son point de capture) l’officier est remis aux mains du Lt Robert Fourneau. (Pour info le PC du Colonel Guingouin situé à La Villa, commune de Sussac est distant de 25km)

Le reste du convoi arrive sur la voiture abandonnée, il est recherché par ses hommes, et vers 1heure du matin, ne le trouvant pas, ils se saisissent des deux fermiers (Mrs Just et Malaguise) qui sont abattus froidement.

La 15eme compagnie sous le commandement du Haupstrumführer Haelke pousse sur Argenton sur Creuse pour protéger et récupérer un train d’essence (bilan 69 personnes civils massacrées dans la carrière de Gramagnat)

En début d’après midi l’Obersturmführer Karl Gerlach (officier de liaison) reçoit l’ordre du colonel Stadler, d’aller à Nieul par la RN 147 avec 6 hommes dans 3 voitures différentes, pour inspecter un cantonnement probable pour l’artillerie auto portée du régiment.
Celui-ci s’avérant insuffisant il décide d’inspecter aux alentours un autre cantonnement possible.
Roulant bien avant de ses compagnons sur la route reliant la RN147 au village de Senon en passant près du poste émetteur de Nieul.
Il est fait prisonnier avec son chauffeur par un maquis de l’AS qui prend les armes et le véhicule mais les laisse libres……………….. ! Par la suite ils sont de nouveaux capturés par deux hommes revêtus de tenus sombres (il semblerait que ce soit des GMR en « rupture de régiment »circulant en simca 5 à la recherche d’un maquis…… !

Puis ils arrivent à Peyrilhac ou ils rencontrent l’agent de liaison Marie Thérèse Pradaud (Sgt FTP) du sous secteur D Haute Vienne, qui conduisait des volontaires GMR au maquis du « Moulin Roux » à Blond.
Vers 14h00 le convoi quitte la bourgade par les petites routes par Banèche, Cieux, Blond mais laisse les prisonniers sous la garde de 4 maquisards près de Mortemart « lieu dit La Croix de Pierre »
Ils sont interrogés par le Capitaine René de l’EM R5 D4 qui avait son PC à proximité
Gerlach : AS ? FTP ?
Cne René : FTPF
Gerlach : FTP ya kaput !
Cne René : ya ss kaput soldat Wermartch nein.

Le capitaine René fait venir un maquisard Alsacien parlant allemand, celui en voyant les prisonniers veut les frapper, il en est dissuadé, et tente de les faires parler.
Mutisme total des prisonniers.

Puis il demande au groupe d’encadrement ce qu’ils vont faire, ceux ci répondent qu’ils attendent des ordres en vue de leur exécution. Voyant cela le capitaine les laisse pensant qu’ils vont être pris en charge par un responsable du groupe qui prendra la décision.
Puis les 2 GMR reviennent reprendre leurs prisonniers car ils veulent les fusiller eux même et ils ont des ordres disent ils. Les FTPF obéissent…. !

Ils repartent et entre 17 et 18h00 ils sont interceptés par deux hommes en faction appartenant à la 2403eme compagnie commandée par « Roland », à 500m de la route du village de Vacqueur sur une petite route qui de Chapterie rejoint la route de Mortemart à Bellac cette compagnie arrivait de la forêt de Rochechouart et cantonnait dans la forêt dite « Les bois du roi »
Là fut prise la décision de les fusiller.
Les maquisards voulant s’en charger les GMR refusèrent prétextant qu’ils avaient capturés les 2 allemands et qu’ils voulaient s’en charger eux même.

Les prisonniers furent mis en joue, un GMR tua le chauffeur, l’autre tira sur l’officier mais ne le toucha pas car son mousqueton n’était pas approvisionné (curieux pour un militaire) et ne chercha même pas à le recharger… !

Voyant cela Gerlarch malgré ses entraves prend la fuite à travers la forêt les balles sifflent à ses oreilles mais ne sera pas retrouvé, et en faveur du crépuscule pu se diriger sur Limoges, en suivant la voie ferrée reliant Bellac à Limoges
Ces deux GMR restèrent à la compagnie, qui par la suite fit mouvement vers la chapelle de Vaulry puis s’installa au village des « Ramades » sur la commune de Blond.
Un de ces deux GMR fut tué peu après lors d’un combat au Pont du Vincou.

C’est un peu embrouillé mais ce sont les faits et n’oublions pas les circonstances de l’époque. Le cloisonnement entre les divers maquis d’obédiences différentes, et les témoignages longtemps après (1989) de certains protagonistes avec ce que cela comporte de lacunes et d’oublies…. !Et de secrets emportés outre tombe…………. !

Dans l’après midi une colonne SS se dirige vers les maquis d’Eymoutiers, une unité du 2eme bataillon de marche du Limousin (maquis FTP) dirigée par le Commandant P Magadoux en poste de guet au lieu dit « La Julie » Commune de Saint Anne Saint Priest. Une AM retardataire est attaquée par ces éléments, malgré les appels de détresse de l’équipage (fusées rouges) celle-ci est capturée et fera un temps illusion lors des combats du Mont Gargan du 17 au 24 juillet contre la division Jesser.

Dans la soirée Lammerding ordonne à Filliol, chef du 2eme service de la milice de mettre 4 miliciens à disposition des SS pour les aider à « préparer une opération en cours d’organisation dans la région de Saint-Junien ».
Il fallait effrayer la population afin qu’elle ne se révolte pas ni n’aide les maquis (directives de Von Rundstedt)
Donc Lammerding était en accord avec celles ci.

10 juin 1944

Au matin Gerlach arrive à Limoges et fait son rapport au Standartenführer Sylvester Stadler commandant le DF et celui-ci lui apprends aussi la capture de Kämpfe.

Gerlach assombrit le tableau, disant qu’il a été exhibé à Oradour sur Glane au milieu d’une population hostile, comprenant des femmes et des hommes avec des casques d’acier, des blousons de cuir fauve, bref des tenues paramilitaires et militaires.
Au cours de sont périple avec les maquisards il a vu tout au plus un panneau indicateur Oradour 8 km, et un autre Bellac 6,5km.
Là Gerlach se trompe (il a tellement été promené par les petites routes au cours de cet après midi qu’il ne sait plus bien ou il était, et il confond Peyrilhac et Oradour).
Je connais la région et la multitude de départementales et de chemins vicinaux, surtout quand on n’est pas d’ici, on peut s’égarer et se tromper.

(Gerlach a déposé au tribunal de 1ére instance de Hambourg-Wandsbek le 20 sept 1951 pour témoigner en faveur de Degenhardt l’un des inculpés du procès de Bordeaux.)

Présent à l’EM de la division Diekmann demande à Gerlach de lui indiquer sur la carte l’endroit ou il a été exhibé et capturé, celui-ci lui montre sans hésiter Oradour.

« Stadler aurait enjoint à Dieckmann de se rendre à Oradour pour prendre un maximum d’otage »………………. !
(N’oublions pas les ordres de Lammerding) qui sont en contradiction avec ceux là)

Entre temps les papiers personnels de Kämpfe sont trouvés dans une rue de Limoges.
Le stubaf Kämpfe est le héros de la division, plusieurs fois décoré, courageux etc…..
Il est de plus l’ami personnel de Lammerding et de Diekman et selon Diekmann, Kämpfe serait détenu à Oradour…….. !

Pourquoi alors envoyer Diekmann a Oradour alors que des véhicules allemands ont circulés avec drapeau blanc dans la région de Saint Léonard afin de prendre langue avec le maquis (pour mémoire c’est à 50 km d’Oradour).

Une tentative de négociation a été entreprise entre l’EM du régiment et le Colonel Guingouin, par l’intermédiaire d’un « légal » Laudoueneix qui est libéré de la prison de Limoges, le marché est simple « libération de 50 maquisards détenus par le SD contre celle de Kämpfe» le marché est prêt d’aboutir mais celui -ci va échouer, du fait des massacres d’Oradour sur Glane et de Combeauvert
Le Colonel Guingouin donne l’ordre de fusiller Kämpfe.

Dieckmann part pour Saint Junien et là à l’hôtel de la gare sur une table de café le destin d’Oradour est scellé.

Pourquoi Oradour ?
Tout simplement parce que c’est une paisible bourgade, éloignée des grands axes qu’il n’y a aucun maquis dans le périmètre, que celle ci est facile a cerner.
Le massacre des civils et l’incendie du bourg devait servir à effrayer toute une région. Et à paralyser les activités des maquis, pendant le reste de la marche de la division vers la Normandie.

Etaient présents :

Un représentant du SIPO SD
La gestapo de Limoges : oberscharührer Joachim Kleist et son interprète Eugène Patry
La gestapo locale : Obersturmführer Wickers
Le SS Français : Lombardin (dit Simon)
La milice : Le chef Pitrud, les miliciens Davoine (dit Decour) Tixier et Tomine.

Dieckmann rassemble alors :
-La 3eme section de la 1ére compagnie du 1er bataillon
-Une section de commandement de la compagnie
-Une section de commandement du bataillon
Les officiers :-
-Sturbanführer Diekmann
-Haupsturmführer Khan
-Unterstumführer Barth celui ci aurait dit au départ de Saint-Junien: « aujourd’hui vous allez voir le sang couler »

Les exécutions seront menées par les 2/3 de la compagnie de Kahn, soit 120 hommes surarmés, en plus de l’armement individuel ils disposent de 15FM, 28 mitrailleuses, dont 4 lourdes, des grenades incendiaires, fumigènes et asphyxiantes etc.

Itinéraire D 32 en direction de Saint Brice et d’Aixe sur Vienne puis Saint Victurnien et arrivée au hameau de Bellevue, (en grimpant sur la colline on surplombe Oradour) c’est là que se rejoignent la colonne venant de Saint Junien (1ére compagnie et section de commandement de celle ci) et celle venant de Limoges (section de commandement du bataillon) tout le monde fait halte et un dernier brieffing est fait entre les officiers et les sous officiers.
Soit environ 200 hommes, 10 camions, 2 semi blindés, 1 moto.

Il est 13h00
Un détachement depuis cet endroit est chargé de ratisser les lieux et de rabattre tout ce qu’ils rencontrent d’humains vers Oradour.

14h00 : arrivée à Oradour, encerclement de la localité, établissement du poste de commandement de Diekman à la ferme Masset entre Oradour et Les Bordes.
14h30 :
Rassemblement des habitants au champ de foire.

Au cours du rassemblement il est seulement demandé s’il y a des dépôts de munitions et des maquisards. (La plus proche était la 2437éme compagnie FTP à Villeforceix soit 7km au Nord Ouest)

Mais en aucun moment il n’est demandé si Kämpfe est prisonnier ici.

Evidemment il n’y est pas, et aucun dépôt d’armes et de munitions non plus.

Scindement de la population en deux groupes femmes et enfants et les hommes.
Les premières sont dirigées et enfermées dans l’église par des soldats qui « gueulaient » pour les faire avancer plus vite.

Les hommes dans 6 granges ou garages, gardés sous la menace de mitrailleuses.

Un rescapé de la grange Laudy témoigne avoir vu dehors les SS qui riaient, plaisantaient, écoutaient de la musique sur une radio, l’un d’eux croquant du sucre.

15h00 :
Une rafale de PM est tirée sur le champ de foire, et aussitôt les SS avec des cris de sauvages tirent sur les hommes, puis montent sur le monceau de corps et achèvent ceux qui bougent encore.

Ils répandent des produits combustibles fagots, pailles, souffre, phosphore sur les corps et y mettent le feu.

16h00 :
Introduction dans l’église d’une caisse devant libérer des fumées asphyxiantes, mise feu de celle-ci.

Mais elle ne remplie son office qu’à moitié, les SS rentrent de nouveaux dans l’église tirent sur tout ce qui bouge encore, jettent des grenades, puis comme dans les granges recouvrent les corps avec des combustibles et y mettent le feu.

Pendant ce temps la soldatesque pille les maisons s’empare de vivres et de valeurs, fusillent des gens qui ne s’étaient pas rendus au rassemblement ou tout simplement qui arrivaient dans la localité.

18h00 :
Le bourg flambe tout entier

20h00 :
La troupe repart sur Saint Junien et la 3éme compagnie rentre à son cantonnement de Nieul (Gerlach ou ces compagnons sont passé par là la veille)
Des témoins affirment que dans le convoi qui se rendait à Nieul, des hommes chantaient et jouaient de l’accordéon.
Peut être chantaient ils « Ob’s stürmt oder schneit…….

Seuls quelques hommes restent de garde dans la maison Dupic ou ils vident de nombreuses bouteilles.
Puis repartent le lendemain sur Nieul en ayant mis le feu à la maison.
La bas ils firent ripaille avec les vins et la nourriture pillée et se partagèrent le butin, et menacèrent la population de représailles, obligèrent des gens à leur préparer un repas en leur fournissant des victuailles………. Venant d’Oradour probablement.

Pour mémoire le reste du bataillon était répartit sur Saint-Junien et Rochechouart et pendant la matinée du 10 des provocations et des tirs depuis La Promenade qui surplombe d’une hauteur vertigineuse la campagne, sur des personnes qui passaient ou travaillaient dans les champs (plusieurs morts) ont eus lieu dans Rochechouart, dans le but de créer des représailles……………….. !

Tard dans la nuit Diekmann fait son rapport à Stadler en édulcorant les faits, (des dépôts de munitions étaient dans toutes les maisons et l’église et du fait de l’incendie tout a explosé et tout le monde a péri)

Par la suite Stadler serait entré dans une rage folle…….. ! quand il a su ce qui s’était passé réellement et a promis à Diekmann son passage en cours martial en lui disant « cette fois tu es cuit »
La plainte a été signée par Lammerding et envoyée à l’OKW qui l’a acceptée.
En Russie certains éléments de la division ont fait partie des Einzatstruppen (Minsk, Karkof) (Yougoslavie) ils ont commis pire et pourtant personne n’a été traduit en conseil de guerre… ! De même pour les atrocités commises dans le Sud Ouest.

Dans la soirée au de château de Morcheval situé à 12 km de Limoges à l’embranchement de la route de Chantelauve à Compreignac(D7) et de la (D37) en venant de Chaptelat.

Une réunion de l’EM Régional a eue lieue avec des responsables des sous secteurs ainsi que des membres de l’inter B.
La 2401eme compagnie FTPF du Capitaine « Montfort » et des lieutenants « Henri et Léopard » est cantonnée à proximité et assure la garde, au cours de cette réunion il est abordé le cas de deux miliciens N…. et W…. capturés, jugées et en instance d’être fusillés qui s’étaient évadés la nuit précédente.

Du fait de l’éloignement de ce lieu personne à L’EM n’est au courant de la tragédie d’Oradour.
Pour des raisons de sécurité la 2401eme compagnie décroche le soir même et gagne Fontarnaud car il est à craindre une attaque suite à cette évasion.

11 juin 1944
Vers 14h00 les SS investissent les environs pensant que suite aux renseignements du milicien N… la 2401eme compagnie y était toujours.
Là encore prise d’otages dans les fermes environnantes, pillage, contrôle d’identité, menaces
Investissement du Château et destruction de celui-ci par le feu.
Mais heureusement il n’y eu pas d’exécution, sauf un couple de juif qui a été arrêté sur dénonciation et amené à Limoges.
Une partie de la division est mise en route le 11.
Le matériel lourd est déjà partit de Périgueux sur des trains.

SS.Pa-Gr-Re PC11 juin 1944
« D.F »
Rapport quotidien pour les 10,11/644 :
Le S.S. P. Gr-R4 « DF » à poursuivi l’action de nettoyage dans le secteur U les 10 et 11/6/44.
Le 10/6, à 13h30 le 1 S.S. »DF » a cerné Oradour. Après la fouille le village a été incendié. Des munitions se trouvaient dans presque chaque maison.
Le 11/6 deux compagnies ont marchés sur le château de Morcheval. Les terroristes avaient évacué la localité pendant la nuit.
Résultat : 548 morts ennemis.1 blessé.

Le blessé était allemand et selon les uns il se serait blessé avec une grenade à Oradour, selon d’autres au départ d’Oradour ils auraient pris en remorque une voiture volée et celle-ci aurait quittée la route entre le village martyr et Nieul.

12 juin 1944

Les SS (les mêmes 3eme KP) reviennent à Oradour cernent le village abattent des animaux et tentent d’effacer les traces de leur forfait en ouvrant des fosses, et ainsi faire disparaitre les corps encore identifiables, mais la tâche s’avérant impossible ils repartent.

Dans la soirée le reste de la division fait route vers la Normandie itinéraire RN 147, puis RN 10 jusqu’à La flèche et Domfront dans l’Orne.
Arrivée au front vers le 16 juin les 1er éléments de la division sont mis en réserve et ne seront engagés que le 26 juin.

Le 29 juin mort de Diekmann au Sud Est de Caen il est enterré au cimetière de La Cambre.
Il se serait volontairement fait tuer pour échapper au conseil de guerre.
J’ai du mal à y croire.
13 juin 1944
Un rapport de l’EM de la division :

« Une action passagère de la SS panzer division Das Reich à Limoges et dans les environs a fait une impression visible sur la population »17 juin 1944
Un second rapport invoque :

« La salutaire influence produite sur le moral de la troupe par les commencements de mesures de représailles »
APRES

Le procès de Bordeaux :

Je passe rapidement dessus, sinon que pour leur défense « certains malgré nous » ont déclarés :
Avoir eus honte d’avoir appartenus à cette division et à cette bande d’assassins.
Regrettent le massacre.
N’ont fait que monter la garde.
N’ont pas tirés sur les civils……… !
Tout juste pour certains avoir amené du combustible à l’église.
Un seul a reconnu tous les faits.

Ils ont accablé le volontaire Alsacien l’Unterscharfürer Georges René Boos.
Ils se sont concertés avec l’Oberscharführer Karl Lenz en disant qu’ils ne s’étaient pas vus à Oradour………………….. ! DIFFICILE DE NE CROISER PERSONNE….. !dans un lieu aussi restreint…… !Ils n’étaient pas loin de 200 quand même…… !

Mais le maître mot était de :
Tout faire pour dégager la responsabilité des chefs.
Je passe sur la suite et les condamnations, la France coupée en deux, l’amnistie votée à la sauvette.

Je me souviens étant gamin avoir vu à l’entrée d’Oradour un panneau avec les noms des « malgré nous » et ceux des parlementaires ayant voté l’amnistie.

L’ouverture des archives n’aura lieue qu’en 2053 ceux qui seront là pourrons les consulter.
Et auront d’autres éclaircissements sur ces moments douloureux.
Attendre cent ans pour la vérité.
Celle ci ne serait elle pas bonne à dire ou à entendre….. ! Ou attendre que les protagonistes soient décédés.
Mais c’est la loi il faut s’y conformer.

En attendant certains prétendent que :

Les SS se seraient trompés d’Oradour, ils savent lire tout de même les cartes d’état major.

Oradour sur Glane est au Nord Est de Limoges et Oradour sur Vayres au Sud Est.

Par contre à Oradour sur Vayre, là il y avait un gros Maquis donc faux.

Un officier aurait été attaqué à Oradour tué, et brûlé dans le four du boulanger : faux

Une voiture avec des officiers aurait été attaquée et ceux-ci brûlés dans la voiture : faux

On parle aussi d’un convoi d’or capturé par le Maquis à proximité d’Oradour : faux

La capture de Kämpfe serait les conséquences du massacre : faux

La capture de Gerlach : faux

Enfin les dépôts de munitions à Oradour : faux

D’ailleurs ils ont tentés une mise en scène, en mettant dans les maisons incendiées des boîtes vides de munitions américaine Winchester et ces boîtes étaient intactes……. !

Ps : Certains « malgré nous » désertèrent en Normandie malgré les risques de représailles sur leurs familles pourquoi ne l’on t’il pas fait avant, les risques étaient les mêmes dans le Sud Ouest qu’en Normandie…………… !
Mais peut être du fait de leur appartenance à une unité Waffen SS, ils auraient été fusillés séance tenante ou non qui sait !... à cause des exactions gratuites, commises un peu partout par eux ou leurs semblables, il valait mieux se constituer prisonnier à une armée régulière et être traités comme prisonniers de guerre………. !

Toute autre interprétation ou relation des faits serait, dans l’état actuel des connaissances historiques, à verser au compte de la « révision » ou de la « négation »

Le procès de bordeaux en 1953 à permis de juger plusieurs soldats de la 3eme compagnie, dont l’Oberscharführer Karl Lenz et plusieurs soldats allemands, et surtout 13 « malgré nous » dont l’engagé volontaire l’Unterscharführer Boos.

Les sous officiers allemands :
l’OberscharführerKarl Lenz,
les Unterscharführer Wilhem Blaeschke,
le Rottenführer Wilhlelm Boehme,
Et l’Alsacien Georges René Boos.

SSman :
Fritz Pfeufer, Herman Frenzel,Erwin Dagenhardt, Herbert Daab, Wilhlelm Nobbe.

Malgré nous:
Albert Daul, Antoine Lohner, Camille Grienenberger Jean-Pierre Elsaesser, Paul Graff, Joseph Busch, Albert Ochs, Louis Hoehlinger, Louis Prestel, Fernand Giendiger, Albert Spaeth, Henri Weber, Jean Niess.

Quand aux officiers :

Diekmann est mort en Normandie
Lammerding n’a jamais été inquiété il est décédé en 1971
Khan non plus mais il se cachait en Suède puis après en Suisse il est mort en 1977
Barth jugé en 1983 à Berlin est condamné à la prison a vie mais est libéré en 1997 il est décédé le 6 août 2007.

Pourquoi Lammerding n’a jamais été inquiété ni extradé en France pour répondre de ses crimes ?
Pourtant des demandes sont parties mais sont restées lettre morte.

Il se trouvait en zone Américaine et comme il travaillait pour eux, car la guerre froide battait son plein et qu’en cas de conflit avec le block de l’Est il valait mieux avoir les allemands comme allié.

Ce sont les lampistes encore une fois qui on trinqués à Bordeaux

Sources :
Mes connaissances personnelles
Bibliographie :
Oradour sur Glane vision d’épouvante (Guy Pauchou et Pierre Masfrand)
Dans l’enfer d’Oradour (Pierre Poitevin)
Oradour ville martyre (Franck Delage)
Un crime de guerre (Sylvain Joubert) Editions Flammarion
4 ans de lutte sur le sol Limousin (Georges Guingouin) Editions Lucien Souny
J’étais FTPF en Haute Vienne (Roger Chastaing) idem
La Division Das Reich de Montauban a la Normandie (Philip Vickers) idem
R5 les SS en Limousin, Périgord et Quercy (Georges Beau et Léopold Gaubusseau) Editions Presse de la Cité)
Mémorial de la résistance en Haute Vienne (ANACR)
Dernière édition par Daffy le 04 Sep 2010, 08:22, édité 1 fois.


 

Voir le Blog de Daffy : cliquez ici


Re: doute sur oradour sur glane

Nouveau message Post Numéro: 185  Nouveau message de JARDIN DAVID  Nouveau message 03 Sep 2010, 18:53

"Toute autre interprétation ou relation des faits serait, dans l’état actuel des connaissances historiques, à verser au compte de la « révision » ou de la « négation »"
C'est un peu prétentieux non ?
"Laisse faire le temps, ta vaillance et ton roi" (Le Cid)

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7297
Inscription: 22 Aoû 2009, 20:49
Région: Principauté de Salm
Pays: FRANCE

Voir le Blog de JARDIN DAVID : cliquez ici


Re: doute sur oradour sur glane

Nouveau message Post Numéro: 186  Nouveau message de Aldebert  Nouveau message 03 Sep 2010, 21:11

Bonsoir,

...oui mais c'est très, très intéressant ce que nous a trouvé Daffy. Merci à lui pour sa recherche
Albert
blog/Aldebert/

http://wiki-rennes.fr/index.php/Cat%C3% ... -le-Coquet

« Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre ! ». Churchill

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2902
Inscription: 22 Jan 2010, 19:22
Localisation: Aquitaine
Région: Aquitaine
Pays: France

Voir le Blog de Aldebert : cliquez ici


Re: doute sur oradour sur glane

Nouveau message Post Numéro: 187  Nouveau message de Signal  Nouveau message 03 Sep 2010, 21:50

Je n'ai pas tout lu, trop long et sincèrement Oradour ce n'est pas ma préoccupation principale. C'est un massacre parmi plein d'autres, il est intéressant parce que constitutif de la Nation française du fait de la volonté du Général De Gaulle. Pour le détail du pourquoi et du comment, je vous laisse en parler.

Par contre, j'ai lu que les Alsaciens sont tous d'ignobles nazis fanatiques, menteurs lors de leur procès, qui n'avaient qu'à tout simplement déserter malgré la menace sur leur famille, et que ceux qui diront le contraire sont leurs complices. Sympa, ça fait plaisir de voir que soixante-dix ans après les mentalités ont bien évoluées...

Les nazis doivent bien rigoler dans leur tombes : ils ont créé un joyeux bordel en montant les peuples les gens les uns contre les autres, et malgré leur défaite il y en a qui sont encore assez stupides pour continuer dans la même veine manichéenne !
Choisissez un travail que vous aimez et vous n'aurez pas à travailler un seul jour de votre vie _ Confucius.

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1979
Inscription: 22 Oct 2008, 21:48
Localisation: Obernai (Bas-Rhin)

Voir le Blog de Signal : cliquez ici


Re: doute sur oradour sur glane

Nouveau message Post Numéro: 188  Nouveau message de juin1944  Nouveau message 03 Sep 2010, 22:23

Preuve en est donc que l'après Oradour a été si mal géré que depuis 1944, les passions et les rancoeurs ne sont toujours apaisées.


 

Voir le Blog de juin1944 : cliquez ici


Re: doute sur oradour sur glane

Nouveau message Post Numéro: 189  Nouveau message de Daniel Laurent  Nouveau message 04 Sep 2010, 03:33

Bonjour,
Complet et interessant, merci Daffy.
Juste un demande cependant :
Daffy a écrit:Je me permets de poster un resumé tres detaillé et argumenté de l historique d oradour que j ai trouver sur un forum

Quel forum ? Cites ta source, cela evitera de voir arriver ici un Webmestre furieux de ce qu'il appellera probablement un plagiat...


 

Voir le Blog de Daniel Laurent : cliquez ici


Re: doute sur oradour sur glane

Nouveau message Post Numéro: 190  Nouveau message de Pierre.S  Nouveau message 04 Sep 2010, 06:36

Daniel Laurent a écrit:Bonjour......
Quel forum ? Cites ta source, cela evitera de voir arriver ici un Webmestre furieux de ce qu'il appellera probablement un plagiat...


Bonjour,

Ce qui permettrait peut-être de corriger cette phrase:

"Mais heureusement il n’y eu pas d’exécution, sauf un couple de juif qui a été arrêté sur dénonciation et amené à Limoges."

Il s'agit de la vie d'hommes et de femmes, pas d'une quantité négligeable!!

A+,

Pierre


 

Voir le Blog de Pierre.S : cliquez ici


PrécédenteSuivante

Retourner vers LIENS SUR LE WEB




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Médecin urgentiste 
Aujourd’hui, 04:08
par: pierma 
    dans:  Bataille du Garigliano 
Aujourd’hui, 00:36
par: alfa1965 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
Hier, 23:13
par: kfranc01 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 12 
Hier, 23:01
par: kfranc01 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 13 
Hier, 22:58
par: iffig 
    dans:  Testament de Hitler : Sur la France 
Hier, 22:20
par: pierma 
    dans:  Testament de Hitler : Sur le problème juif et le racisme 
Hier, 21:13
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Le HMS Edinburgh et les lingots d’or soviétiques. 
Hier, 20:58
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Groupe de résistance VIRA Raymond Viadieu Toulouse ; membres 
Hier, 18:40
par: Andrée Balagué 
    dans:  venue de la femme et de la fille d'un pilote US en France 
Hier, 15:36
par: Prosper Vandenbroucke 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Bing Premium et 6 invités


Scroll