Connexion  •  M’enregistrer

Jean Mabire, quelques remarques

Venez nous présenter votre dernière lecture ou des ouvrages qui vous tiennent particulièrement à coeur.
Parlons des dernières parutions concernant la seconde guerre mondiale.
Une belle photo de la couverture est toujours la bienvenue...
MODÉRATEURS: Gherla, Marc_91

_________________________________________________________________________

Image
La Bibliothèque du Portail : Les Livres de Référence, les Meilleures présentations ...
La Bibilothèque de Référence sur la Seconde Guerre Mondiale => Cliquez ici

Jean Mabire, quelques remarques

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de Daniel Laurent  Nouveau message 16 Juin 2006, 06:37

Bonjour,
Mon point de vue sur cet auteur :

Biographie :
Jean Mabire, est né le 8 février 1927 à Paris d'une famille originaire du Calvados. Il fait ses études secondaires au Collège Stanislas de Paris où il obtient un baccalauréat philo-lettres, puis entre à l’École nationale supérieure des arts appliqués et des métiers d'art.
Il débute sa carrière en 1949, en créant la revue régionaliste Viking, qu'il dirigera jusqu'en 1955.
Il effectue son service militaire d’octobre 1950 à octobre 1951, à l’École des troupes aéroportées à Pau où il obtient son brevet de parachutiste. Aspirant au 1er Bataillon parachutiste de choc à Montauban, il en sort sous-lieutenant de réserve.
En 1954, il fonde un atelier d’art graphique, "Les imagiers normands", qui produira surtout des dépliants touristiques.
Il est rappelé en octobre 1958 pour un an en Algérie, au Centre d’entraînement à la Guerre subversive, à Philippeville, où il est affecté au 12e Bataillon chasseurs alpins. Il est démobilisé en octobre 1959 comme capitaine de réserve. Pour ses états de service, il est décoré de la Croix de la Valeur militaire, de la Croix du combattant et de la Médaille commémorative des opérations de maintien de l’ordre en Algérie.
Son œuvre, composée pour l’essentiel d’ouvrages historiques, traite en grande partie des questions militaires. Jean Mabire a contribué à de nombreuses publications en tant que journaliste. Il a débuté en 1956 à La Presse de la Manche (Cherbourg) comme reporter, puis il a collaboré à Historia, mais également à la publication militante Défense de l’Occident, dirigée par Maurice Bardèche, à L’Esprit Public (où il est l’adjoint de Philippe Héduy), à Europe-Action et à Éléments. Il se déclare à l'époque être un «socialiste européen».
Il est l'un des fondateurs à la fin des années 1960 de l'Union pour la Région Normande avec le député Pierre Godefroy et Didier Patte, qui donnera naissance en 1971 au Mouvement normand. Il a participé un temps au journal Minute, puis il a tenu une chronique littéraire dans l'hebdomadaire National-Hebdo.
Marié en 1952, Jean Mabire fut veuf en 1974 avant de se remarier en 1976. Il eut trois enfants prénommés Halvard, Nordahl et Ingrid.
Après avoir habité Cherbourg, Évreux, Caen et Chevry (Manche), il résidait depuis 1982 à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine), dans le quartier de Saint-Servan ou il est décédé le 29 mars 2006
Il existe une Association des Amis de Jean Mabire, présidée par Didier Patte et située à Boissey-le-Châtel (Eure).

Bibliographie :
Jean Mabire fut un écrivain très prolifique, publiant plus de 90 ouvrages dont nous ne citerons que les plus connus ainsi qu’un grand nombre d’articles pour les diverses parutions mentionnées ci-dessus.
Son premier livre, «Drieu parmi nous », hommage à Pierre Drieu La Rochelle, paraît en 1963.
Il a consacré une partie sa vie à la Normandie pour laquelle il a écrit bon nombre d'ouvrages grand public et de vulgarisation, seul ou en collaboration, comme “l’histoire de la Normandie”, “la Normandie secrète”, “les Vikings”, “les Grands Marins Normands”, “Les Dieux Maudits”. Un de ses derniers ouvrages est “Les poètes Normands et l’héritage Nordique”.
Ensuite son œuvre sera composée pour l'essentiel d'ouvrages historiques et traitera en grande partie des questions militaires comme "Les Hors la loi" (1968, réédité en 1976 sous le titre "Commando de chasse"), la trilogie consacrée aux Volontaires Français sur le Front de l’Est (La Brigade Frankreich, La Division Charlemagne et Mourir à Berlin).
D’autres ouvrages consacres aux W-SS entre autres La Division Tête de mort (Totenkpof), Les Jeunes fauves du Führer (Division W-SS Hitlerjugend), Les parachutistes allemands, etc…
Citons enfin son «Roald Amundsen, le plus grand des explorateurs polaires » paru aux Editions Glénat en 1998.

La Division Charlemagne, notes de lecture :
Le livre, comme tous les ouvrages de Jean Mabire, est de lecture agréable et nous relate la terrible aventure de ces Volontaires Français de diverses origines qui sont allés mourir en Poméranie alors que tout était perdu pour le IIIeme Reich.
Sa tendance bien connue au romantisme militaire y apparaît, comme ailleurs, au travers de dialogues «recréés » par l’auteur pour nous mettre dans l’ambiance mais qui, parfois, enlèvent toute vraisemblance au récit.
Mais ce livre pèche de plusieurs erreurs historiques qui, en 2006, apparaissent comme flagrantes et dont l’analyse dévoile les réelles intentions politiques de Jean Mabire, du moins celles qu’il avait à l’époque ou il a rédigé cet ouvrage.

Tout d’abord, la différentiation systématique entre les anciens LVF, "peu disciplinés et peu compétents", les anciens Miliciens, "renâclants à porter les runes SS" et les anciens de la Sturmbrigade, les SS, les vrais, les durs, les compétents, avec mise en lumière de luttes intestines qui, en fait, n’ont pas eu lieu ou du moins à une échelle minuscule et marginale...
Ensuite le dénigrement permanent, sur le plan des compétences militaires, d’Edgard Puaud, d’un bout à l’autre du livre, qui frise la diffamation. On peut penser ce que l’on veut de ses idées et de son personnage mais il est clair qu’il était un officier compétent
Et enfin la mise en avant permanente de l’idéal national-socialiste que bien peu, en fait, avaient. La grande majorité des Volontaires n’étaient pas sur ce front «positivement », pour bâtir une Europe Nazie, mais «négativement », pour tenter d’empêcher l’établissement d’une Europe Stalinienne. Quoique l’on pense de cet engagement, la nuance est cependant de taille.

Le problème de Jean Mabire, à l’époque ou il a écrit ce livre, est qu’il n’a rencontré qu’une certaine frange ultra des anciens volontaires. Le positionnement à l’égard de Puaud est assez symptomatique de ce qui peut être écrit sur ce chapitre, quand il y a un manque ou absence de sérénité de ces quelques anciens belligérants. Dans ces conditions, pour les autres, il est en effet difficile de s’y retrouver objectivement.
Ici également, il faut se remettre dans le contexte et ce qui peut être intéressant par ce constat, c’est qu’il vaut pour l’ensemble de l’écriture de cette aventure.

Le choix d’écrire sur cette période et sur ces hommes n’est pas un hasard pour Jean Mabire. Ses convictions, si tant est que nous puissions prétendre les interpréter, le place peut-être plus près d’une catégorie ou du moins de l’image que l’on lui en a laissé paraître.
La période de rédaction de ces ouvrages, début des années 70, correspond aussi a la pleine force de l’âge de ces vétérans. Dans cette période, il y a aussi un tourbillon d’aisance à aborder certains tabous. La plupart sont à peine quinquagénaire.

Sans être exhaustif dans l’analyse, cela implique au moins trois réflexions sur ces témoins, en sachant que les opportunités de s’exprimer sont assez limitées pour eux.
- La première, c’est qu’il y a une volonté de faire connaître, d’expliquer leur aventure marginalisée, pour laquelle ils ont été condamnés et dont les plus virulents des témoins ne sont pas guéri.
- La deuxième, c’est qu’en voulant faire partager le pourquoi du comment avec force et générosité ou insistance, certains des témoins, les plus excentriques, se sont laisser aller à amplifier quelques témoignages et même parfois a se montrer très vindicatifs dans leur souffrance de cette jeunesse sacrifiée. Il y a en effet dans ce chapitre beaucoup de douleur indicible.
- La troisième, c’est qu’il n’existe aucune fédération de ces anciens soldats. Ce qui a pu exister de cohésion, n’a regroupé qu’une minorité, qui ne peut donc exprimer aucune synthèse. C’est ainsi que la quasi-totalite des survivants vit dans la réserve de leur passe et qu’il est difficile pour le chercheur de s’y intégrer. Si certains individus en mal de sensations tombent sur un Ancien quelque peu excessif, l’histoire peu rapidement être falsifiée et personne ne peut remettre à l’ordre l’usurpateur. Car le point de vue donné par les vétérans est souvent celui de subalternes, qui n’avaient pas une vue d’ensemble de la situation et des opérations. (Les colonels et généraux de la division Charlemagne n’ont pas été nombreux, c’est le moins que l’on puisse dire.) Ainsi, on comprend mieux que les chefs fassent ainsi l’objet de critiques de la part des sans grade, reprochant à outrance, c’est classique, mais renforcés ici par la position parfois aigrie du vaincu. Dans une armée victorieuse et des anciens combattants organisés, répertoriés, structurés, donc aux propos plus facilement vérifiables, qui, se permettrait de critiquer la personnalité d’un chef victorieux ?

Quant à J. Mabire, dans ce sens, il a même personnellement affirmé qu’avec ce qu’il avait appris plus tard sur certains excès de témoignages, il aurait écrit différemment certains passages de ses ouvrages sur le sujet des soldats français du Front de l’Est.
Il est à noter également, que si ces vétérans ne se sont pas fédérés, c’est qu’ils ne se sont pas reconnus dans les commentaires ostentatoires de quelques survivants et leurs tentatives d’organisation, qui à leur avis ont participé largement à galvauder leur geste. Ainsi, pour l’écriture d’ouvrages récents sur ce thème, des vétérans ont été écartés de fait par les quelques organisateurs.
Les anciens, les survivants, ont très peu de similitudes avec les mythes entretenus de la LVF dépravée mais de la Sturmbrigade idéale, des Waffen-SS païens mais anticléricaux, Volontaires européens mais anti-France, pro-germanique mais anti-latins...

Donc, Mabire «noyauté » par les anciens ultras de la Charlemagne ? Entraîné par ses propres convictions ? Apparemment, oui. Cela n’enlève rien à ses qualités d’écrivain et de journaliste mais peut laisser douter de ses talents d’historien ou du moins de son incapacité à faire preuve de neutralité et d'objectivité.


 

Voir le Blog de Daniel Laurent : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de dynamo  Nouveau message 17 Juin 2006, 00:40

Intéressant !!

Merci pour cet éclairage, j'ai effectivement lu la trilogie en question, mais
ces aspects m'ont carrément échappés (notamment la critique de Puaud)

Existe t'il des ouvrages sérieux sur la LVF et sur la Charlemagne ?
La dictature c'est "ferme ta gueule", et la démocratie c'est "cause toujours".
Woody Allen.

Administrateur
Administrateur

 
Messages: 3330
Inscription: 14 Mar 2006, 19:36
Localisation: sur la plage abandonnée
Région: Nord/Pas de Calais
Pays: France

Voir le Blog de dynamo : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de Daniel Laurent  Nouveau message 17 Juin 2006, 09:46

dynamo a écrit:Existe t'il des ouvrages sérieux sur la LVF et sur la Charlemagne ?

Oui, il y a CA
:mrgreen:
Treve de plaisanterie, il n'y en a pas beaucoup.
On en parlait recemment sur le fil "Vos lectures, le retour" suite a la decouverte par Laurent Pepe que la plupart des auteurs ayant participes au No. Special Historia sur ce sujet etaient ce qu'il appelle "des poetes", tu vois ce qu'il veut dire...

Le livre de Pierre Giolitto – Volontaires Français sous l’uniforme allemand – Perrin – 1998 me semble assez objectif, neutre mais ne m'a pas franchement enthousiasme. Un peu palichon a mon sens.

Le livre Histoire de la Milice 1918-1945, Jacques Delperrié de Bayac, Librairie Arthème Fayard, 1969, est excellent mais surtout consacre a la Milice, peu de pages quant au front de l'Est.

Celui de Dominique Venner – Histoire de la Collaboration – Editions Pygmalion – 2000 est riche de renseignements sur les hommes et les formations mais est a manipuler avec precaution. Ce qui concerne LVF et W-SS me semble plus ou moins correct, mais pour le reste, si les informations qu'il donne sont generalement bonnes, elles ont ete filtrees et il y a des trous, comme si Venner avait ecrit pour des enfants de classes primaires a qui il convient de ne pas raconter d'horreurs sanglantes...

A part cela, ceux que je connais sont soit des recits de veterans, du type "Le reveur casque" de de La Maziere, donc sujets a caution, soit des brulots carrement neo-nazis (Exemple: Saint Paulien), soit du type "Contes et legendes Aryens" (Exemple: Mabire). Mais en les lisant "Filter Mode ON", on s'en sort.

Le seul temoignage en francais au sujet du front de l'Est qui me paraisse digne de foi, c'est Guy Sajer, "Le soldat oublie", j'en parle sur un autre fil, mais ce n'est ni la LVF ni la W-SS.

Remarque, c'est normal. Ils n'etaient que quelques milliers de francais sur le front de l'Est, maximum 10 000 et n'ont pas eu une grande influence sur le cours de la guerre donc les historiens professionnels ne se sont pas etendus sur le sujet.

Ces unites sont un détail de l'histoire de la seconde guerre mondiale, comme dirait l'autre... Il faut soit des hommes engages comme Mabire, Venner et les autres, soit des fondus comme moi pour s'interesser a eux.


 

Voir le Blog de Daniel Laurent : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de Laurent Pépé  Nouveau message 17 Juin 2006, 19:23

dynamo a écrit:Intéressant !!

Merci pour cet éclairage, j'ai effectivement lu la trilogie en question, mais
ces aspects m'ont carrément échappés (notamment la critique de Puaud)

Existe t'il des ouvrages sérieux sur la LVF et sur la Charlemagne ?



Comme disait le regretté membre Goupil :

Pour connaître le parcours de la LVF sans rentrer dans le romanesque (virile) :
Volontaires français sous l’uniforme allemand , de Pierre GIOLITTO.
@ Librairie Académique Perrin, 1999.



Incontournable
[/i]


 

Voir le Blog de Laurent Pépé : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de dynamo  Nouveau message 18 Juin 2006, 00:40

hé bien voilà, je relirai de façon différente" le soldat oublié" et je lirai Pierre Giolitto.

Daniel, pourquoi n'entreprendrais tu pas la rédaction, façon Delpla, d'un ouvrage sur les volontaires Français ?
Tu sembles en connaître un rayon sur ce sujet.

Le plus dur c'est les trois cents premières pages, aprés ça va mieux :wink:

Cordialement.
La dictature c'est "ferme ta gueule", et la démocratie c'est "cause toujours".
Woody Allen.

Administrateur
Administrateur

 
Messages: 3330
Inscription: 14 Mar 2006, 19:36
Localisation: sur la plage abandonnée
Région: Nord/Pas de Calais
Pays: France

Voir le Blog de dynamo : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 6  Nouveau message de Daniel Laurent  Nouveau message 18 Juin 2006, 05:20

Daniel Laurent a écrit:Le livre de Pierre Giolitto – Volontaires Français sous l’uniforme allemand – Perrin – 1998

Laurent Pépé a écrit:Volontaires français sous l’uniforme allemand , de Pierre GIOLITTO. @ Librairie Académique Perrin, 1999.

C'est 1999
:oops:

Au fait, quelqu'un a-t-il lu l'Histoire de la Milice de Giolitto ?
Su la Milice, Roger Lenevette a commence par l'ouvrage de Jacques Delperrié de Bayac, dont il m'a envoye de larges extraits pour nos pages.
Puis il a ensuite attaque Giolitto, et ne m'a rien envoye. "Ca fait resucee de de Bayrac, il ne dit rien de plus ni rien de nouveau" (Je le cite).


 

Voir le Blog de Daniel Laurent : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 7  Nouveau message de François Delpla  Nouveau message 18 Juin 2006, 10:23

dynamo a écrit:(...)
Daniel, pourquoi n'entreprendrais tu pas la rédaction, façon Delpla, d'un ouvrage sur les volontaires Français ?



(...)


mais encore ?

(et défense de refaire le coup pratiqué ici http://forum-scpo.com/forum-scpo/viewtopic.php?pid=151421 :P )

vétéran
vétéran

 
Messages: 5909
Inscription: 22 Mai 2005, 18:07
Localisation: France 95
Région: Région du 95
Pays: FRANCE

Voir le Blog de François Delpla : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 8  Nouveau message de Daniel Laurent  Nouveau message 18 Juin 2006, 11:24

François Delpla a écrit:mais encore ?

:lol:
Je pense que Dynamo voulait dire quelque chose du genre "Facon Pro et qui remette en cause quelques idees preconcues", mais il precisera...

Dynamo, pour ecrire un ouvrage il faut du temps, que je n'ai pas, des sources plus nombreuses, plus completes que les miennes et, surtout, il faut etre un professionnel, ce que je ne suis pas.

L'Histoire, c'est un metier. Un metier, cela s'apprend. Pour l'Histoire, cela veut dire une Aggregation, un Doctorat ou similaire, plus des annees de pratique et meme avec cela, il n'est pas garanti d'etre capable de rediger un livre assez bon pour interesser un editeur. Il faut aussi un peu de chance et, reconnaissons le, du talent.

On peut etre un amateur semi-eclaire et commettre quelques bubulles publiables, mais sur le Net, prudemment. Un page Internet, on peut toujours la corriger, la completer, ce dont je ne me prive pas. Un livre ou un article imprime sur du papier, ben il est la, tel quel, avec ses bavures et ses faiblesses pour toujours...

Pour en revenir a Monsieur Delpla, qui a fait face ici a quelques vives oppositions, je voudrais repondre a ceux qui m'ont soupconne de lui astiquer les souliers avec vigueur.

Il est un professionnel. Un professionnel controverse, peut etre, mais mieux vaut etre controverse qu'ignore. Je lui reponds donc toujours avec politesse et mesure, meme au milieu des pires polemiques, meme, et surtout, si j'ai l'impression que ce qu'il nous dit ne corresponds pas tout a fait a ce que je pense.

Et cela par pur ignoble egoisme. A son contact, j'en apprends, tant au niveau du fond que de la forme. Du fond de ma jungle tropicale, la seule et unique maniere d'etre en contact de maniere vivante avec des professionnels, c'est sur le Net. Voila.


 

Voir le Blog de Daniel Laurent : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 9  Nouveau message de dynamo  Nouveau message 19 Juin 2006, 00:34

dynamo a écrit:
(...)
Daniel, pourquoi n'entreprendrais tu pas la rédaction, façon Delpla, d'un ouvrage sur les volontaires Français ?



(...)


mais encore ?


Tout simplement parce qu'en tant qu'humble lecteur j'apprécie le travail de défrichage, de dépoussièrage, et la prise de risque de François Delpla
dans le traitement de sujets historiques que l'on croyait définitivement fixés. (le haltbefhel par exemple)

Puis j'aime les gens qui ont du panache et qui n'hésitent pas à défendre leurs idées contre certains (parfois brillants) contradicteurs dans les forums fréquentés par les vulgaires amateurs dont je suis.
Ce qui n'exclue pas que le jour où je ne serais pas d'accord avec lui, je ne manquerai pas de l'exprimer (avec tact et modération)

Voila, voila....

Le débat est ouvert ! :D

Cordialement.
La dictature c'est "ferme ta gueule", et la démocratie c'est "cause toujours".
Woody Allen.

Administrateur
Administrateur

 
Messages: 3330
Inscription: 14 Mar 2006, 19:36
Localisation: sur la plage abandonnée
Région: Nord/Pas de Calais
Pays: France

Voir le Blog de dynamo : cliquez ici



Retourner vers LA BIBLIOTHEQUE DU FORUM




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
Aujourd’hui, 09:14
par: iffig 
    dans:  Groupe de résistance VIRA Raymond Viadieu Toulouse ; membres 
Aujourd’hui, 09:14
par: Powerhouse 
    dans:  FCM2C Capturés par les Allemands. 
Aujourd’hui, 08:49
par: JARDIN DAVID 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 12 
Aujourd’hui, 08:33
par: Didier 
    dans:  GMC gazogène ? 
Aujourd’hui, 08:17
par: Patrick.Fleuridas 
    dans:  Testament de Hitler : Sur la France 
Aujourd’hui, 01:26
par: Alfred 
    dans:  Médecin urgentiste 
Hier, 22:50
par: kfranc01 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 13 
Hier, 22:17
par: kfranc01 
    dans:  Quoi de neuf dans les kiosques ? 
Hier, 20:26
par: alain adam 
    dans:  trouvailles sur les sites de vente 
Hier, 19:21
par: brehon 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 6 invités


Scroll