Connexion  •  M’enregistrer

Juive et seule dans le Berlin nazi

Venez nous présenter votre dernière lecture ou des ouvrages qui vous tiennent particulièrement à coeur.
Parlons des dernières parutions concernant la seconde guerre mondiale.
Une belle photo de la couverture est toujours la bienvenue...
MODÉRATEURS: Gherla, Marc_91

_________________________________________________________________________

Image
La Bibliothèque du Portail : Les Livres de Référence, les Meilleures présentations ...
La Bibilothèque de Référence sur la Seconde Guerre Mondiale => Cliquez ici

Juive et seule dans le Berlin nazi

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de fbonnus  Nouveau message 27 Fév 2015, 22:08

Marie Jalowicz est celle qui a dit non. Malgré l'oppression nazie, elle décide de rester en Allemagne et mobilise toutes ses ressources pour survivre.

Image
Marie Jalowicz et Dimitr Petrow Tschakalow à Sofia en 1942. © DR

"Je n'avais pas de scrupules moraux. Je voulais vivre et ce n'était pas possible autrement." Marie Jalowicz Simon prononce cette phrase alors qu'elle vient de se faire avorter, seule, dans un cabanon, à Berlin, en 1942. Cette juive a 20 ans et, peu auparavant, elle a échappé à une arrestation de la Gestapo, qu'une voyante lui avait prédite : avec un aplomb incroyable et la chance qui fut sa seule compagne, elle a offert un café aux gestapistes, avant de s'éclipser de son studio sur la pointe des pieds. Mais la voici désormais condamnée, dans sa ville, à une clandestinité rocambolesque qu'elle raconte avec un luxe inouï de détails à la fin de sa vie, en 1997, à son fils, Hermann Simon, directeur du Centrum Judaicum de Berlin.

Passivité de la population juive
Le témoignage est singulier, exceptionnel. Très rares sont les juifs qui ont survécu à une telle clandestinité. Il est aussi dérangeant, car, si elle s'en est sortie, c'est en rompant d'abord toute attache avec sa famille et la communauté juive, qui, à l'en croire, réagit peu ou mal. "Tu déranges, nous sommes occupés à préparer notre déportation" : voilà ce que lui répond un de ses oncles lorsqu'elle vient lui rendre visite à l'été 1942, provoquant sa fureur parce qu'elle ose ne pas porter l'étoile jaune. Pendant ce temps, tout autour d'elle, on attend sagement. On se conforme aux listes d'objets qu'on a le droit d'emporter. On accepte une mort probable. Sans aller jusqu'à l'accusation, un tel récit met en scène la "passivité" des juifs.

A l'été 1942, Marie s'est déjà bien démenée. Elle a tenté un mariage avec un Chinois, car, dans ce Berlin de la guerre, les hommes de la communauté chinoise monnaient leurs noces. Elle passe à la casserole avec Shu Ka Ling, mais l'administration veille. Qu'importe ! Elle tombe amoureuse d'un Bulgare venu repeindre les murs d'une de ses planques. Une seule pensée l'obsède : partir se marier avec lui à Sofia. Après avoir appris le bulgare, elle traverse toute l'Europe, mais son fiancé la laisse en plan et, au lieu de tenter de fuir par la Turquie, la voilà qui revient à Berlin ! Entre-temps, elle a récupéré la carte d'identité d'une Aryenne, Johanna Koch, qui avait connu ses parents. Telle est aussi l'étrangeté de ce destin sur lequel veilleront jusqu'en 1945 deux anges gardiens, cette Mme Koch et une fervente communiste, Trude Neuke : "A partir de maintenant, et jusqu'à la victoire de l'Armée rouge, je prends la responsabilité de ta vie et de ton sauvetage contre nos ennemis communs." A cet égard, Clandestine vient illustrer, avec cette force prosaïque et incontestable du témoignage, les travaux des grands historiens Ian Kershaw et Peter Longerich sur l'adhésion au nazisme et l'attitude du peuple allemand. On s'aperçoit qu'il existait dans le peuple, surtout à Berlin, ville de tradition socialiste, des solidarités étonnantes. On sait qu'elle est juive, ou demi-juive (selon ses versions), mais on ne la dénonce pas, même si, parfois, on profite de sa vulnérabilité pour l'exploiter, l'affamer et la maltraiter. Elle s'adapte, errant ici ou là, chez une lesbienne, un syphilitique amateur de poissons rouges ou une ex-artiste de cirque mentalement dérangée.

La vie avant tout
Elle trouvera un vrai point de chute en étant "vendue" à un Hollandais, travailleur de force étranger, avec qui elle va cohabiter deux ans chez une logeuse antisémite. Elle s'arrange. Rencontre parfois dans la rue d'autres juifs clandestins à qui elle fait un signe de tête. Apprend que certains se sont fait pincer. Elle ne pleure jamais, sinon en mordant dans un gâteau qui rappelle le temps d'avant la guerre. Elle ne pleure pas du tout lorsqu'elle se fait violer par un Russe à la Libération. La vie avant toute chose, quel qu'en soit le prix. Pour cela, il faut bien sûr une résistance hors du commun. Dès 1941, une de ses copines juives de Siemens, où elles étaient travailleuses forcées, avait déjà tout compris : "Tu seras la seule de nous toutes à survivre."

Clandestine, de Marie Jalowicz Simon. Traduit de l'allemand par Bernard Lortholary (Flammarion, 420 p., 23 euros). Parution le 4 mars.

Image

Source : Le point - Par FRANÇOIS-GUILLAUME LORRAIN
« Alors mon petit Robert, écoutez bien le conseil d'un père !
Nous devons bâtir notre vie de façon à éviter les obstacles en toutes circonstances.
Et dites-vous bien dans la vie, ne pas reconnaître son talent, c'est favoriser la réussite des médiocres. »
_________________________________________________
Michel Audiard

Administrateur
Administrateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 12600
Inscription: 18 Avr 2010, 16:07
Localisation: En Biterre
Région: Languedoc
Pays: France

Voir le Blog de fbonnus : cliquez ici


Re: Juive et seule dans le Berlin nazi

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de frontovik 14  Nouveau message 01 Nov 2016, 12:37

Je remonte ce post à l'occasion d'une conférence donnée par le fils de l'auteure. Le processus de recueil du témoignage nous à été détaillé ainsi que les raisons du récit et l'après guerre. En tout cas une sacrée bonne femme et une force de caractère peu commune...
"Je ne vous apporte pas la liberté, je l'ai trouvée ici, parmi vous". Skënderbeg.

modérateur
modérateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3249
Inscription: 24 Oct 2005, 18:44
Localisation: Lisieux.
Région: Normandie subséquanaise
Pays: France

Voir le Blog de frontovik 14 : cliquez ici


Re: Juive et seule dans le Berlin nazi

Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de pili  Nouveau message 01 Nov 2016, 18:18

Oncle Adi avait annoncé la couleur bien avant 1933. Les gens sont sots. Et les institutions juives le furent plus encore.
"Moi boche ! Téléphone Madame, svp !" Un soldat allemand à ma grand-mère.

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 654
Inscription: 23 Nov 2013, 15:34
Localisation: Brest
Région: Bretagne
Pays: France

Voir le Blog de pili : cliquez ici


Re: Juive et seule dans le Berlin nazi

Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de frontovik 14  Nouveau message 02 Nov 2016, 13:06

Il avait annoncé sa haine des Juifs depuis bien longtemps, mais nul ne pouvait s'attendre à ce qui s'est passé. Point de sots dans cette affaire.
"Je ne vous apporte pas la liberté, je l'ai trouvée ici, parmi vous". Skënderbeg.

modérateur
modérateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3249
Inscription: 24 Oct 2005, 18:44
Localisation: Lisieux.
Région: Normandie subséquanaise
Pays: France

Voir le Blog de frontovik 14 : cliquez ici


Re: Juive et seule dans le Berlin nazi

Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de dominord  Nouveau message 02 Nov 2016, 16:09

frontovik 14 a écrit:Je remonte ce post à l'occasion d'une conférence donnée par le fils del'auteure. ...


Oh que je suis une vieille réac détestant le français moderne du XXIè siècle
Domi :sweet:
"Goddam it, you'll never get the Purple Heart hiding in a foxhole! Follow me!

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 4262
Inscription: 10 Aoû 2011, 19:56
Région: languedoc Roussillon
Pays: France

Voir le Blog de dominord : cliquez ici


Re: Juive et seule dans le Berlin nazi

Nouveau message Post Numéro: 6  Nouveau message de Prosper Vandenbroucke  Nouveau message 28 Jan 2017, 17:25

Bonjour,
J'ai acquis cet ouvrage et je dois dire que la lecture de celui-ci ne m'a pas du tout déçu, même si a certains moments on est en droit de se poser la question si il y avait des personnes réellement nazies dans Berlin durant l'époque évoquée.
Amicalement
Prosper ;) ;)
L'Union fait la force -- Eendracht maakt macht

Image
http://www.freebelgians.be

Administrateur Principal
Administrateur Principal

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 61562
Inscription: 02 Fév 2003, 20:09
Localisation: Braine le Comte - Belgique
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Prosper Vandenbroucke : cliquez ici



Retourner vers LA BIBLIOTHEQUE DU FORUM




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Quoi de neuf dans les kiosques ? 
Aujourd’hui, 01:40
par: frontovik 14 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
Aujourd’hui, 01:24
par: kfranc01 
    dans:  Coup de force japonais de Langson, 22 septembre 1940 
Aujourd’hui, 00:25
par: alfa1965 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 13 
Hier, 23:24
par: iffig 
    dans:  Médecin urgentiste 
Hier, 23:16
par: kfranc01 
    dans:  Testament de Hitler : Sur la France 
Hier, 22:31
par: Manu 
    dans:  Testament de Hitler : Sur le problème juif et le racisme 
Hier, 22:08
par: Manu 
    dans:  Meutes Eisbär 1 et Eisbär 2 
Hier, 21:46
par: alfa1965 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 12 
Hier, 21:10
par: kfranc01 
    dans:  recherches sur le parcours de mon arrière grand père 
Hier, 21:09
par: brehon 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Facebook [BOT] et 11 invités


Scroll