Connexion  •  M’enregistrer

Jean Ayral, un Compagnon fâcheusement oublié

Venez nous présenter votre dernière lecture ou des ouvrages qui vous tiennent particulièrement à coeur.
Parlons des dernières parutions concernant la seconde guerre mondiale.
Une belle photo de la couverture est toujours la bienvenue...
MODÉRATEURS: Gherla, Marc_91

_________________________________________________________________________

Image
La Bibliothèque du Portail : Les Livres de Référence, les Meilleures présentations ...
La Bibilothèque de Référence sur la Seconde Guerre Mondiale => Cliquez ici

Jean Ayral, un Compagnon fâcheusement oublié

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de François Delpla  Nouveau message 05 Mai 2014, 16:37

Reyes Ayral (Xavier Jean)
Héroïsme / Jean Ayral, Compagnon de la Libération / Histoire et carnets de guerre (18 juin 1940-22 août 1944)
Paris, L’Harmattan, 2013


Un livre de piété familiale et patriotique, sur un acteur méconnu au palmarès fulgurant. Avant la publication de ce monument, la vie de Jean Ayral n’était guère connue que par une courte notice sur le site des Compagnons de la Libération, et par deux articles déjà anciens d’André Vuillez : « La fantastique aventure de Jean Ayral », Hommes et mondes, avril et mai 1956, n°s 117 et 118.

Né en 1921, fils d’un cadre supérieur du transport transatlantique, Jean Ayral préparait Polytechnique à Dax lorsqu’il entendit l’appel du 18 juin 1940 et se mit en tête, non point d’abord de rejoindre le général de Gaulle, mais de quitter le sol français. Il y parvint sur un navire dont il ignorait s’il se rendait au Maroc ou à Gibraltar. Pendant un an et demi, sa guerre est celle d’un Fabrice à Waterloo, qui rêverait vainement de se battre. Il s’égare sur un faux navire corsaire commandé par un pittoresque aventurier, Claude Péri dit Jack Langlais : un cargo baptisé Rhin, devenu en juillet 1940 le HMS Fidelity. Langlais, qui a capté on ne sait comment la confiance des Britanniques, les intéresse sans doute pour d’autres raisons que son navire, rarement engagé ; il finit cependant par être torpillé et perdu corps et biens, en décembre 1942. Ce commandant disait beaucoup de mal des gaullistes et de leur chef, ces « planqués », et seul son besoin éperdu d’action avait incité Ayral à rejoindre la France libre, dans l’espoir de se rendre plus utile, au début de 1942. C’est ainsi qu’il est envoyé en France pour le compte du BCRA[1], après des stages d’entraînement qui lui ont fait côtoyer Daniel Cordier et toute une petite équipe à laquelle ont rendu récemment hommage le livre et les films intitulés Alias Caracalla.

Parachuté avec Cordier près de Montluçon dans la nuit du 25 au 26 juillet 1942, il s’est pris le pied dans une sangle et atterrit sur la tête, ce qui lui vaut un hématome cérébral opéré plus tard en Angleterre, moyennant un mois d’hospitalisation. Entre-temps, l’artiste a produit l’essentiel de son œuvre, organisant les parachutages d’armes à destination de la Résistance à la tête du Bureau des opérations aériennes (BOA) et côtoyant de près Jean Moulin… ce qui nous vaut des pages très dures sur Pierre Brossolette et sur le chef du BCRA, André Dewavrin dit Passy, qui mettent tous les bâtons possibles dans les roues de Moulin. L’occupant ne reste pas inactif, infiltre le BOA et arrête une bonne partie de sa direction, dont Ayral, le 28 avril 1943. Les prisonniers sont conduits dans un commissariat de quartier de la Gestapo, boulevard Raspail. Fatale imprudence : ils s’entendent par signes pour tenter une évasion… et réussissent. Ayral, qui a foncé le premier et tué deux sentinelles, échappe aux regards en tournant dans la rue de Grenelle et se réfugie dans un grenier ; la complicité providentielle d’un habitant et du concierge fait le reste. Jean Moulin le félicite par écrit d’abord (le document est reproduit) puis personnellement.

La guerre ne semble pas avoir altéré ses idées politiques quelque peu droitières et, lorsqu’il est exfiltré à Londres, il ne veut plus entendre parler de la Résistance, à la fois trop « socialo-communiste » à son goût, et trop restauratrice des « hommes d’avant-guerre ». Ses réflexions, avant comme après l’entrée de l’URSS dans la guerre, sur les inconvénients d’une alliance avec elle vont dans le même sens. Il ne veut plus que combattre directement l’ennemi et c’est ainsi que, toujours sous l’égide du BCRA, il se fait envoyer en Corse pour préparer le débarquement de Provence. Il y trouve la mort le 21 août, à la fois glorieusement –il commande, avec le grade de lieutenant, un des premiers détachements qui entrent dans Toulon avec six semaines d’avance sur le planning, en ayant tourné les défenses ennemies par des chemins inattendus- et de la façon la plus bête : il s’avance vers des troupes amies dont il a reconnu l’uniforme, bras levés, mais en ayant gardé un revolver à la main, ce qui lui vaut d’être abattu d’une rafale.

L’auteur du livre, petit-neveu de Jean Ayral, a le sens de la narration et sait nous rendre son héros très proche, notamment grâce à son journal de guerre, dont la publication intégrale à la fin du volume est l’un des principaux intérêts de celui-ci. En revanche, le contexte historique est un peu schématique, et parfois franchement inexact.

vétéran
vétéran

 
Messages: 5909
Inscription: 22 Mai 2005, 18:07
Localisation: France 95
Région: Région du 95
Pays: FRANCE

Voir le Blog de François Delpla : cliquez ici


Re: Jean Ayral, un Compagnon fâcheusement oublié

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de fbonnus  Nouveau message 27 Mai 2014, 08:55

Voilà qui est intéressant.

Merci d'avoir porté cela à notre connaissance

Amitiés
« Alors mon petit Robert, écoutez bien le conseil d'un père !
Nous devons bâtir notre vie de façon à éviter les obstacles en toutes circonstances.
Et dites-vous bien dans la vie, ne pas reconnaître son talent, c'est favoriser la réussite des médiocres. »
_________________________________________________
Michel Audiard

Administrateur
Administrateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 12602
Inscription: 18 Avr 2010, 16:07
Localisation: En Biterre
Région: Languedoc
Pays: France

Voir le Blog de fbonnus : cliquez ici


Re: Jean Ayral, un Compagnon fâcheusement oublié

Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de Prosper Vandenbroucke  Nouveau message 27 Mai 2014, 09:24

Bonjour et merci François,
Il en est question ici:
http://books.google.be/books?id=yrZFAgA ... A9&f=false
Bien amicalement et bonne journée
Prosper ;)
L'Union fait la force -- Eendracht maakt macht

Image
http://www.freebelgians.be

Administrateur Principal
Administrateur Principal

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 61618
Inscription: 02 Fév 2003, 20:09
Localisation: Braine le Comte - Belgique
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Prosper Vandenbroucke : cliquez ici



Retourner vers LA BIBLIOTHEQUE DU FORUM




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 12 
il y a 9 minutes
par: Loïc Charpentier 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
il y a 11 minutes
par: dominord 
    dans:  Joyeuses fêtes à vous toutes et tous 
Aujourd’hui, 12:59
par: Alfred 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 13 
Aujourd’hui, 12:39
par: Marc_91 
    dans:  Testament de Hitler : Sur la situation désespérée de l’Allemagne 
Aujourd’hui, 12:18
par: Aldebert 
    dans:  Il y a aujourd'hui 73 ans............ 
Aujourd’hui, 11:49
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  GMC gazogène ? 
Aujourd’hui, 11:46
par: iffig 
    dans:  Testament de Hitler : Sur la France 
Aujourd’hui, 11:32
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Médecin urgentiste 
Aujourd’hui, 11:17
par: Dog Red 
    dans:  Groupe de résistance VIRA Raymond Viadieu Toulouse ; membres 
Aujourd’hui, 10:30
par: Andrée Balagué 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Alexis Rousselot, Rob1 et 12 invités


Scroll