Connexion  •  M’enregistrer

Sur Paxton, Frieser et quelques autres

Venez nous présenter votre dernière lecture ou des ouvrages qui vous tiennent particulièrement à coeur.
Parlons des dernières parutions concernant la seconde guerre mondiale.
Une belle photo de la couverture est toujours la bienvenue...
MODÉRATEURS: Gherla, Marc_91

_________________________________________________________________________

Image
La Bibliothèque du Portail : Les Livres de Référence, les Meilleures présentations ...
La Bibilothèque de Référence sur la Seconde Guerre Mondiale => Cliquez ici

Sur Paxton, Frieser et quelques autres

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de François Delpla  Nouveau message 26 Déc 2013, 07:20

J'ouvre ici un fil sur quelques historiens, ou plus exactement quelques ouvrages, qui ont pu éclaircir un certain nombre de points, mais qui ont pris dans le paysage intellectuel une telle place qu'ils ont orienté la recherche sur des voies de garage. Ils méritent donc d'être, de ce point de vue, critiqués. Si on est soi-même historien, on va être tout de suite accusé de jalousie par les gens de mauvaise foi, qui n'ont pas envie d'être dérangés dans la digestion des classiques. Ceci est écrit uniquement pour ceux qui sont tentés, de bonne foi, de les croire.

Au contraire de Frieser, étroitement borné à sa spécialité d'histoire militaire, Paxton est un historien d'envergure, capable de rendre compte du nazisme et de sa guerre en prenant tous les aspects en compte. Cependant, tous deux ont conduit au même blocage, avec des conséquences voisines sur l'histoire des rapports franco-allemands : pour Frieser la victoire de mai-juin 40 est profondément inattendue par les vainqueurs eux-mêmes, et Hitler n'y est strictement pour rien. Paxton, lui, admet que Hitler y soit pour quelque chose, mais en quelque sorte pour solde de tout compte : ensuite il se désintéresse de sa proie pendant environ deux ans. La collaboration résulte donc des initiatives de Pétain et de ses ministres, qui obtiennent l'oreille d'une partie des cadres allemands et, avant tout, d'Abetz.

Tout cela est faux, gravement, et même absurde.

Comme toujours en toute matière intellectuelle, il ne faut pas se laisser impressionner par les autorités reconnues, il faut considérer les faits. Ce qui passe à l'as dans ces visions, c'est la stratégie d'ensemble du Troisième Reich, consistant à éliminer d'un coup sec la France du jeu européen pour réduire celui-ci à une partie à trois : Allemagne, Angleterre, Russie. Le fait même que l'Angleterre domine les mers et un immense empire colonial l'obligerait alors à laisser l'Allemagne s'étendre aux dépens de la Russie.

C'est ce qui échoue d'un cheveu en mai 40. Si le hasard gouverne quelque chose, c'est l'arrivée de Churchill au pouvoir in extremis, certainement pas la victoire militaire de l'Allemagne !

vétéran
vétéran

 
Messages: 5909
Inscription: 22 Mai 2005, 18:07
Localisation: France 95
Région: Région du 95
Pays: FRANCE

Voir le Blog de François Delpla : cliquez ici


Re: Sur Paxton, Frieser et quelques autres

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de dynamo  Nouveau message 26 Déc 2013, 23:18

Ok, bien reçu cet avertissement concernant Paxton et Frieser, mais, est ce que d'autres auteurs ont su relever l'importance du 10 mai 40 et l'arrivée de Churchill au pouvoir ?
La dictature c'est "ferme ta gueule", et la démocratie c'est "cause toujours".
Woody Allen.

Administrateur
Administrateur

 
Messages: 3330
Inscription: 14 Mar 2006, 19:36
Localisation: sur la plage abandonnée
Région: Nord/Pas de Calais
Pays: France

Voir le Blog de dynamo : cliquez ici


Re: Sur Paxton, Frieser et quelques autres

Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de François Delpla  Nouveau message 27 Déc 2013, 06:06

De ce point de vue, toutes les déformations sont disponibles. Certains disent plus ou moins clairement que le Royaume-Uni se débarrasse de Chamberlain comme un serpent d'une vieille peau quand la guerre devient plus dure, d'autres au contraire qu'elle avait viré définitivement sa cuti en 1939, soit le 17 mars, soit le 3 septembre et que "l'appeasement n'existait plus" donc "Hitler ne pouvait qu'être battu".

L'erreur procède, comme souvent, d'une sous-estimation du chef gammé et d'une inattention profonde à la continuité de ses desseins (volontiers théorisée, avec plus ou moins de pédanterie, sous le vocable de "fonctionnalisme" en dénonçant un mythique "intentionnalisme").

Depuis quelques années, je cerne un peu mieux sa folie, dont tout le nazisme procède (en polarisant en un même attelage diverses variétés de sottises : chauvinisme, eugénisme, antisémitisme, culte du chef, etc.) d'une part, d'autre part la place de la cécité sur sa haine contre la France dans les erreurs à son sujet, avec deux corollaires : on lui prête volontiers, pour expliquer la guerre à l'ouest, un double échec dans des tentatives d'alliance, avec l'Angleterre et avec la Pologne.

La haine de la France est une constante chez Hitler depuis le début, en 1919, de son action politique. Elle est contemporaine de sa haine des Juifs, voire plus ancienne. La poule a précédé l’œuf à moins que ce ne soit l’inverse : soit les Juifs ont manigancé la perte de l’Allemagne en se servant de la France, soit c’est l’ennemi français qui a enrôlé la « Juiverie » pour saboter l’effort de guerre allemand. Il en résulte une haine connexe et interchangeable, bien en place dès l’été de 1919. Les anathèmes du tome 2 de Mein Kampf, publié en 1927, contre la France témoignent de l’équivalence fréquente des mots « français » et « juif » dans le discours hitlérien, avant les pudeurs diplomatiques des années 30 (qui entraînent d’ailleurs aussi la disparition des arêtes les plus vives du discours antijuif).

Ces dissimulations n’ont pas seulement pour but de préparer l’effet de surprise de 1940. Elles tiennent aussi à une ambition fondamentale de Hitler : séparer la France de l’Angleterre en convainquant celle-ci de faire désormais de l’Allemagne son « gendarme » sur le continent. Or on ne saurait obtenir ce résultat en s’en prenant bille en tête à la France. Si l’Allemagne se montrait agressive et revancharde envers elle, le Royaume-Uni n’aurait d’autre ressource que d’épouser la cause de son gendarme. En outre, la France possède une bonne partie des côtes européennes proches de l’Angleterre, et le contrepoids qu’elle représente face à l’Allemagne garantit l’indépendance de la Belgique et de la Hollande : que Berlin menace de lui faire la guerre et l’alliance de 1914 entre Londres, Paris et Bruxelles se reconstituerait automatiquement, afin de préserver le littoral atlantique de toute présence germanique, hormis la fenêtre étroite de la Saxe et du Schleswig. Hitler doit donc ruser et dire de l’Angleterre tout le bien possible en ignorant la France, sinon pour protester de ses intentions pacifiques envers elle : la renonciation, souvent affirmée, de l’Allemagne à l’Alsace-Lorraine est censée en témoigner.

Tout indique que, derrière ce discours, le projet (exprimé sans fard dans Mein Kampf) d’une guerre contre la France pour « assurer les arrières de la conquête de l’espace vital » (ce dernier étant situé tout entier à l’est de l’Allemagne), reste en place dans l’esprit de Hitler pendant les années 1930.
La clarification de ce point va de pair avec la dissipation d’un préjugé encore très enraciné : Hitler aurait d’abord envisagé une guerre contre la Russie, non seulement en épargnant la Pologne, mais en s’en faisant une alliée. Il lui aurait réservé une part des dépouilles de l’URSS, notamment en Ukraine. L’opinion publique de la Pologne post-soviétique se repaît de cette pieuse légende : les dirigeants de l’époque, Pilsudski puis Beck, auraient vertueusement repoussé la tentation, ce qui aurait obligé le tentateur à changer de stratégie au dernier moment. Constatant au début de 1939 que la Pologne s’obstinait dans son refus de coopérer à une croisade antisoviétique, Hitler aurait décidé de s’en prendre d’abord à elle… ce qui aurait provoqué une guerre imprévue et non voulue contre la France et l’Angleterre.

En réalité, Hitler semble n’avoir jamais laissé entendre à un Polonais quelconque qu’il aurait besoin de son pays contre la Russie. Ou s’il l’a fait, c’est par personne interposée : il a laissé Göring tenir parfois ce langage. Lequel Göring incarne avec une certaine constance, dans l’entourage de Hitler, une ligne anti-russe et pro-anglaise, Ribbentrop jouant (à partir de 1938) un jeu inverse. Ici se dévoile l’art hitlérien de montrer plusieurs visages simultanément, afin d’une part de cacher des intentions d’attaque ou d’annexion bien arrêtées, d’autre part d’endormir les proies en entretenant l’image d’une Allemagne hésitante, divisée et nullement prête à frapper.

Les attentes de Hitler vis-à-vis de Londres font l’objet d’un préjugé symétrique. Pas plus qu’il ne souhaitait s’allier à la Pologne, il n’a voulu s’allier à l’Angleterre avant 1940. Car cela lui aurait interdit de s’en prendre à la France. Son objectif le plus cher est en effet une solidarité « aryenne » de l’Allemagne et de l’Angleterre pour dominer, l’une l’Europe et les Slaves, l’autre les mers et les peuples de couleur. S’il l’obtient trop vite, il ne pourra plus attaquer la France : cela ne pourrait que fâcher l’Angleterre, voire lui faire dénoncer l’alliance fraîchement signée, pour entrer en guerre contre l’Allemagne en même temps que la France. Dès lors, le grand rêve « aryen » serait durablement ruiné.

Hitler est donc obligé de faire ce qu’il fait : avancer ses pions contre la France tout en protestant de ses intentions pacifiques envers elle et en faisant une cour effrénée à l’Angleterre, puis orchestrer (à partir surtout de la mi-mars 1939) une crise provisoire avec Londres, débouchant sur un état de guerre « drôle », du moins à l’ouest, pendant que la Pologne est écrasée au pas de charge. Il ne cesse pendant tout ce temps (15 mars 1939-10 mai 1940) de dire, et de démontrer par son inaction apparente, qu’il n’a que faire d’une guerre à l’ouest. Puis il frappe brutalement et met la France KO debout, tout en faisant savoir par une filière suédoise que ses conditions de paix sont « généreuses », ce qui devrait conduire à une paix rapide avec Paris, puis avec Londres.

vétéran
vétéran

 
Messages: 5909
Inscription: 22 Mai 2005, 18:07
Localisation: France 95
Région: Région du 95
Pays: FRANCE

Voir le Blog de François Delpla : cliquez ici


Re: Sur Paxton, Frieser et quelques autres

Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de clayroger  Nouveau message 06 Jan 2014, 10:19

François Delpla a écrit:Depuis quelques années, je cerne un peu mieux sa folie, dont tout le nazisme procède


Petit détail passé inaperçu. pourquoi ces italiques ?
Son auteur nous gratifiera-t-il d'une petite explication ?


 

Voir le Blog de clayroger : cliquez ici


Re: Sur Paxton, Frieser et quelques autres

Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de François Delpla  Nouveau message 06 Jan 2014, 10:50

mazette, quel effort de réponse détaillée à un long message !

Mais avec patience je réponds, en espérant être récompensé : il suffisait de lire une ligne de plus. Les italiques de "folie" sont là pour créer un rapprochement (et une opposition) avec le mot "sottise".

vétéran
vétéran

 
Messages: 5909
Inscription: 22 Mai 2005, 18:07
Localisation: France 95
Région: Région du 95
Pays: FRANCE

Voir le Blog de François Delpla : cliquez ici


Re: Sur Paxton, Frieser et quelques autres

Nouveau message Post Numéro: 6  Nouveau message de clayroger  Nouveau message 06 Jan 2014, 14:55

Quelle déception !
J'avais imaginé le rais de lumière, le début du commencement d'une prise de conscience, le flash de la révélation.
En somme la bonne résolution du début d'année.

Mais que nenni ; il s'agissait d'un simple artifice.

Toujours cette folie indéfinissable, mais ô combien pratique aux supputations diverses et variées ici et là exprimées.

Voilà qui m'apprendra tiens !


 

Voir le Blog de clayroger : cliquez ici


Re: Sur Paxton, Frieser et quelques autres

Nouveau message Post Numéro: 7  Nouveau message de ulysse57  Nouveau message 06 Jan 2014, 15:39

La folie d'Hitler a été définie par Diogènes dans un post fort à propos.

Maintenant François tends avec zèle de rétablir la balance. Cette même balance des dernières décennies nous faisant passer Hitler pour celui qu'il n’était pas : le grand malade mis au ban par les généraux de la Heer ( merci BLH ) , le mégalomane version Chaplin lors de ses coups diplomatiques ( depuis la Rhénanie jusqu'à la Pologne ).

La Révélation que tu demandes à cor et à cris réside à la lisière des différentes thèses. Elle est déjà présente dans ton esprit critique. Les arguments sont sur la table , à chacun de se les approprier ou non. Mais dans la négative , à nous de réfléchir sur la pertinence de ces arguments.

Pour ma part j'arrive désormais à intégrer cette part de flou artistique qui entoure la Seconde guerre Mondiale , avec ses tabous politiques ( chutt faut pas dire que j'aurai signé la paix avec le Reich alors que nous avons gagné ) , ses enliminures historiques ( non c'est Moi qui ait eu l'idée en premier .. ) et ses intoxications historiques ( meuuh non le Landser etait un gentil soldat à l'Est combattant pour sauver sa peau et pas buter du juif gratuitement ... ).
Le gros problème avec cette période est celle qui a suivit : la Guerre Froide. Avec le corolaire de l'URSS ennemi dans tout les cas , Allemagne gentil glacis à préserver.

C'est pourquoi je rejoins François Delpla dans sa critique des historien trop " dogmatiques " . Il faut sortir des sentiers battus de l'historigraphie du siècle passé pour tenter de discerner les trucages effectués post WW II.

Pas evident , mais terriblement stimulant


 

Voir le Blog de ulysse57 : cliquez ici



Retourner vers LA BIBLIOTHEQUE DU FORUM




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  trouvailles sur les sites de vente 
il y a 25 minutes
par: alain adam 
    dans:  la marine Française en 1939-1945 
il y a 38 minutes
par: Tri martolod 
    dans:  Amazon et Ebay sommés de retirer des faux Lego représentant des soldats du IIIe Reich 
Aujourd’hui, 19:54
par: Dog Red 
    dans:  identification de soldats 
Aujourd’hui, 19:20
par: Didier 
    dans:  Harnais de parachute à identifier 
Aujourd’hui, 19:04
par: Marc_91 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 12 
Aujourd’hui, 18:11
par: iffig 
    dans:  Le bonnet de police dans l'Armée de terre française 
Aujourd’hui, 17:46
par: iffig 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
Aujourd’hui, 17:11
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Philippine Commonwealth Army 
Aujourd’hui, 16:16
par: iffig 
    dans:  Joyeuses fêtes à vous toutes et tous 
Aujourd’hui, 12:19
par: Dog Red 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Gerard LAIB, pigeon38 et 14 invités


Scroll