Connexion  •  M’enregistrer

cocorico traduction de De gaulle (1934)

Venez nous présenter votre dernière lecture ou des ouvrages qui vous tiennent particulièrement à coeur.
Parlons des dernières parutions concernant la seconde guerre mondiale.
Une belle photo de la couverture est toujours la bienvenue...
MODÉRATEURS: Gherla, Marc_91

_________________________________________________________________________

Image
La Bibliothèque du Portail : Les Livres de Référence, les Meilleures présentations ...
La Bibilothèque de Référence sur la Seconde Guerre Mondiale => Cliquez ici

Re: cocorico traduction de De gaulle (1934)

Nouveau message Post Numéro: 21  Nouveau message de Vincent Dupont  Nouveau message 20 Avr 2009, 18:50

Bonjour,

A propos de Vers l'Armée de Métier, j'avais lu un jour que la version que Berger-Levrault ressort en 1946 (que je possède) a été revue et corrigée et diffère de la version de 1934. Quelle version a donc été reprise en 1990 ? 1934 ou 1946 ?...histoire d'un monde pourrait nous en dire plus ?

Amicalement,

(en tout cas bravo pour ta démarche de traduction)
Vincent

Image
"L'ignorance du passé ne se borne pas à nuire à la connaissance du présent ; elle compromet, dans le présent, l'action même."
Marc Bloch
Fusillé par l'occupant le 16 juin 1944

Redac' Chef Histomag 3945
Redac' Chef Histomag 3945

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3237
Inscription: 20 Fév 2008, 22:44
Localisation: Saint-Quentin
Région: Entre Picardie et Champagne
Pays: France

Voir le Blog de Vincent Dupont : cliquez ici


Re: cocorico traduction de De gaulle (1934)

Nouveau message Post Numéro: 22  Nouveau message de pt109  Nouveau message 20 Avr 2009, 21:57

salut!
tient, ici
Vers l'armée de métier, Berger-Levrault, 1934 (1ère édition), Plon, 1971
Ce livre étonnant n'eut en France qu'un bref succès de curiosité, mais inspira, de son propre aveu, le général Guderian, créateur de la force mécanique allemande.


http://www.de-gaulle-edu.net/approfondi ... cdg_01.htm

et maintenant la différence, moi traduisant celle de 1934(donc provenant d'un autre pays), et n'ayant jamais encore vue celle de 1990, la différence je ne pourrais pas te le dire.

Donc comme tu vois, le livre a été réediter plusieurs années, moi même je n'était pas au courant, sans doute, espérait t'il que le succès d'une génération vers une autre, il y'aurait un grand changement, en 1971, c'est juste un ans, après la mort, de "l'ancien président de la république", donc là les editeurs se sont dit "chouette, on vas tenté comme pour les tableaux des grands peintres, de réediter les anciens livres".
Je ne connait pas le chiffre de vente, et en 1946, là je supose, comme c'était juste 1 ans après la fin de la guerre, identiquement, ils ont dû réediter, pour rentrer des frais de la perte de 1934, ou du fait, que à ce moment là, le général était à l'apogée, en terme médiatique.
mais moi je pense, que ici 1 ans après la guerre, il y'avait aussi un grand nombre de personne qui ne pouvait pas se l'offrir, du fait àprès la guerre, plus personne n'avait de l'argent a dépenser.
c'était le temps de la reconstruction, et c'était l'après guerre.

donc comme tu peut le voir, ils ont tenté des réeditions, suivant deux dates symbolique, 1946 et 1971, et maitenant 1990????
là je suis dans le brouilliard.
si la réedition des 20 ans après: 20 ans après la mort.
mais logiquement, il aurait dû y avoir aussi une réedition en 1980 et même peut être en 1975.
du fait que 1-5-10-20-50 date aniversaire de la mort.
enfin je le suppose, puisque c'est une suite logique.
autrement il y'a la suite.
1-20-50. donc logiquement en l'an 2020, il devrait encore y avoir une réedition.
mais là je laisse plutôt la parole aux spécialistes, parce que chez moi ce ne sont que des hypothèses.
et les hypothèse mènent par fois à un mur sans issus.

et maintenant, la différence?????
je n'ai aucune idée, si entre l'édition de 1934, et les seconde,troisième et quatrième, si ils ont changé quelque chose dans les textes, ou si ils les ont laissé tel que le général les avais écrit à l'origine.


 

Voir le Blog de pt109 : cliquez ici


Re: cocorico traduction de De gaulle (1934)

Nouveau message Post Numéro: 23  Nouveau message de Vincent Dupont  Nouveau message 20 Avr 2009, 22:25

pt109 a écrit:
Vers l'armée de métier, Berger-Levrault, 1934 (1ère édition), Plon, 1971
Ce livre étonnant n'eut en France qu'un bref succès de curiosité, mais inspira, de son propre aveu, le général Guderian, créateur de la force mécanique allemande.


... c'est vrai que dans Panzer Leader ou Achtung Panzer, je ne sais plus lequel, H.Guderian en parle (je ne les ai qu'en anglais mais ça se lit très bien) Pour ce qui est de l'ascendance des idées sur l'arme blindée, Guderian a aussi beaucoup piqué à Ludwig Ritter von Eimannsberger, qui publie Der Kampfwagenkrieg en 1932 si ma mémoire est bonne (1936 chez Berger-Levrault...effet de mode)... dont les carnets qui décrivent la guerre des blindés future dès 1919 ne sont toujours pas parus à ce jour à ma connaissance...

Après....pour de Gaulle... je vais prêcher pour ma paroisse :mrgreen: :mrgreen:
Touzet du Vigier et lui étaient dans le même bureau à Varsovie en 1920... De Gaulle avait été fait prisonnier en 1916 alors que du Vigier avait vu la fin de la cavalerie sur le champ de bataille et les mutations tactiques qu'apportait les chars (il était à Laffaux lorsque Bossut soutien l'infanterie avec ses Schneider)
... il est donc possible qu'ils en aient discuté et que du Vigier, moins connu et surtout ayant moins le gout de la polémique que De Gaulle, ait été à l'origine de la réflexion de ce dernier, qui va publier sur les chars pendant que du Vigier va s'attacher à en donner de bons à la cavalerie... ;) ;)

Amicalement ;)
Vincent

Image
"L'ignorance du passé ne se borne pas à nuire à la connaissance du présent ; elle compromet, dans le présent, l'action même."
Marc Bloch
Fusillé par l'occupant le 16 juin 1944

Redac' Chef Histomag 3945
Redac' Chef Histomag 3945

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3237
Inscription: 20 Fév 2008, 22:44
Localisation: Saint-Quentin
Région: Entre Picardie et Champagne
Pays: France

Voir le Blog de Vincent Dupont : cliquez ici


Re: cocorico traduction de De gaulle (1934)

Nouveau message Post Numéro: 24  Nouveau message de Gretsch  Nouveau message 20 Avr 2009, 22:32

Pt109, je ne cherchais pas à te contredire ou t'embrouiller, bien au contraire ! Plutôt à te protéger...

Je trouve ta démarche de traduire des livres gratuitement pour les diffuser fondée et intéressante, et je ne veux pas te dissuader de continuer, je t'assure. Mais il existe des lois, des règles dont les garants, les juges, ne percevraient sans doute pas ce qu'il y a de généreux dans le travail que tu as entrepris, et qui se borneraient à "appliquer la loi que nul n'est sensé ignorer"...

Maintenant, si tu arrives sans problème à faire pat lorsqu'il le faut, tant mieux ! ;)

Bon courage pour la suite.

Brigadier General
Brigadier General

 
Messages: 342
Inscription: 31 Déc 2008, 14:57
Localisation: Toulouse
Région: Midi-Pyrénées
Pays: France

Voir le Blog de Gretsch : cliquez ici


Re: cocorico traduction de De gaulle (1934)

Nouveau message Post Numéro: 25  Nouveau message de pt109  Nouveau message 20 Avr 2009, 23:10

bon, ici avec cette partie, j'espère, que quelqu'un pourrra me confirmer pour les noms des villes.

À peine après être entré en France via par la Belgique, nous tombons immédiatement sur le centre des usines de tissage de Roubaix, les mines de Denain- Anzin ou sur les mines de fer de la Meuse. les haut fourneaux de Sierck et de Thionville


Ben malgré que moi je suis un alsacien de pûre souche, j'ai honte de ne pas connaitre la réponse, en ce qui concerne la lorraine.
pour thionville je trouve des réponses, mais pour Sierck, qui se trouve à quelques kilomètre de thionville, là je n'ai rien en terme d'info sur des haut fourneaux ayant existé.

et n'étant malheureusement pas du Nord, Denain Anzin, j'ai eut quelques petites révélation, mais c'est tout.
Donc merci si quelqu'un pourait me dire si les noms sont correcte.

et Gretsch:
Oui je te rassure, et c'est ton droit de me contredire, et tu parle, celui qui voudras tenter de m'embrouiller l'esprit, il n'est pas encore née; donc je te rassure, je suis toujours autant sain de corps et d'esprit.

Dans un sujet de discution, ont y trouve tout, autant les paroles des un, comme le raisonement des autres, c'est aussi cela que il faut accepter, lorsque ont est en démocratie, et pas simplement, avoir la vision d'un fan, qui ne croit que en une seul est unique chose, "parole de son dieu ou de sa déesse" ou il n'arrête pas d'être envouté.

Et à quarante ans passé, tu sait, si la personne a tellement vécue des refus, elle est vacciné contre les propos contradictoire, et elle saura se défendre elle même.
Du simple fait, que les lois dispose de gros troutrou, et si on lis et relis les phrases, c'est là que ont apprend à les contrés.
Et c'est aussi cela qui fait partie du changement, si une personne le crie haut et fortement sur le toit du monde, il y'aurra toujours une seconde personne qui le suivra, ou qui est dans sa vision, et ici je parle de changement du millénaire, du fait si nous ont veux que la france d'aujourd'hui n'ai plus la mentalité d'autre fois, ainsi tel, modifier des lois, ou faire en sorte que les politiciens les modifies, alors il y'aura toujours une personne qui l'écoutera.

parce que cela c'était je pense la vision de charlemagne, lorsqu'il a inventé l'école.
pour que les francais, se cultive.
et tant que je sache, la lecture, fait partie de la culture.
donc elle devrait être gratuite, ou du moins après un certain nombres d'année, pas au delà de 20 ans pour les copyright. (pour que les personnes encore de cette ère, ont encore le plaisir de savourer la vision de l'auteur).


 

Voir le Blog de pt109 : cliquez ici


Re: cocorico traduction de De gaulle (1934)

Nouveau message Post Numéro: 26  Nouveau message de pt109  Nouveau message 20 Avr 2009, 23:43

From the communications of the special military technical literature about the tanks “D” it is possible to derive the conclusion that, their in spite of increased technical qualities, which lead the government organs of France even, until now, see the guarantee of the success of the actions of tanks in close cooperation with the infantry. That this view and in France is not indisputable, proves the book of Colonel de -Gaulle " On the way to professional army". In twist we we read " In combat tanks are built in the sufficiently deep rear. It usually are dismembered to three echelons. In front go the light tanks, which must first enter into the combat contact with the enemy. Them follows the echelon of averages I heavy combat tanks… The echelon of backup tanks, intended for completion and replacing the parts of the front echelons or for the exploitation, moves with the latter… Light tanks pass the footholds of attack and they rush full speed to the enemy. Then the echelon of combat tanks, from its side, joins the battle. It breaks through by large parts, being twined and adapting to the terrain… veer of their impact - larger partly slanting to the front of enemy for the purpose of the flanking of the defensive order of enemy. It follows to avoid the inadmissible delays, connected with the works on the clearing, that require time. … Foremost echelons can detain the rate of their offensive moreover, not how much necessarily for the breakthrough through the defense of enemy;


ou plutôt j'aurais du mettre en premier ces deux paragraphe.
PREFACE:

From the analysis of the combat characteristics of the branches of services and state of military equipment the author, the General of German army Guderian, come to the conclusion that in this stage the development of military science interaction of the branches of services is the necessary condition for the achievement of victory, since not one branch of services can independently solve all tasks, which appear before it in the battlefield. But this interaction must be to the flexible, corresponding specific conditions of combat situation. Therefore armored forces, as soon as allow the conditions for battle, they must be used massively: not shoulder to shoulder with the infantry, but as the independent branch of services, that carries out stated to it problems by characteristic of it methods and by means.

In the opinion the author, from tanks it is necessary to require that they with the maximum rapidity would penetrate the defense of enemy, would destroy or would suppress it, creating thus conditions for the successful actions of its infantry. In the case of inaccessibility for the tanks of the defensive zone of enemy the breakthrough is accomplished by infantry, supported by artillery and aviation. Constant interaction between the infantry, the artillery and the sneakers best anything is ensured by their information in the motorized armored connections. This by no means means that entire army must be converted into the motorized armored connections: the latter are only the mobile impact means of army, and their number must correspond to stated problems and forces of enemy.

General considerations:

In the near future it is not possible to visualize any military engagement without the participation in it is German air forces and armored parts. Already in 1919. French General Buat, under the fresh impression of combat experience, he wrote: " Of two elements of tactics - fire and motion - the machine, until now, possessed only one, namely by fire. The latter was to such an extent real, that even almost ceased any motion in the battlefield. Horse from the battlefield was completely removed. Soldier was forced to be buried. He only then could be moved, when all fire means of enemy were destroyed or depressed. Now, with the advent of in the battlefield of motor, motion in combat acquires its completely initial importance. Linear infantry company soon will become the mechanized company, that it does not, of course, mean that infantry as such generally completely will cease to exist. The automatic weapon, intended for the destruction of personnel, will yield the place for automatic weapon for the destruction of tank".

The armor, moved by the force of motor, excellently protects both the soldier and weapon. Armor, motion and fire are the most essential signs of the new means of the attack of ground forces.

Exuberance in both young types of weapon - air and armored forces - from the time of the end of World War noticeably increased their tactical importance. Their influence on the operational and tactical considerations and the plans is felt ever more and more. The old types of weapon therefore, it goes without saying, must nearer be introduced to them.

ma version anglaise.
et comme tu peux le lire, Guderian avec son livre interaction, il prend en compte beaucoup d'exemple, sur les anciens généraux francais.

Donc toi tu dit que le livre original en francais il s'appèle actung panzer? (non achtung panzer lui il est sortit en 1937, et lui c'est autre chose.

parce que le titre original en allemand était "Die Panzertruppen in Zusammenwirken mit den anderen waffen"1938
donc en le traduisant cela aurait dû être:
L'Interactions Des blindés Avec les autres TROUPES.

parce que Guderian, lui pour son second livre de 1938, il a repris beaucoup d'exemple de son premier livre de 1937.
ou il prend exemple sur la guerre 14-18.
le second livre de 38. lui il est uniquement destiné, pour que les personnes comprennent qu'es ce que ont peut tirer d'un char, quel rôle ont les différentes unités etc...
donc purement technique.
mais sont premier de 1937.
lui il détient plein de récit et de statistique de la 1ère guerre mondiale, tel le nombre de chars que tel régiment ou tel division disposait sur le front, et pendant l'attaque, chose que actuellement, plus personne ne connait, du fait que la guerre des poillus, c'est trop vieux.
et les données elles ont vingt ans lors de la sortie du livre de guderian.
et tient comme exemple.

Cambrai, le 20 Novembre 1917.

Le plan d'attaque de Cambrai a été créé sur le principe de la rapidité, le plan détenait une concentration importante de char et qui entrèrent au combat suivant les caractéristiques da la localité. Des mesures préparatoires ont été prises, tel (le rapatriement vers les gares ferroviaire, de tout le matériel et munitions qui était nécessaire) et le déplacement des chars vers le champ de bataille, à été soigneusement tenu au secret (voir camouflé), pour avoir l'effet de surprise. Ne disposant pas de la longue préparation d'artillerie classique, après un court et puissant tir de l'artillerie, les chars ont commencé l'attaque sur toute la longueur du front simultanément, et l'infanterie a suivi en effectuant la seconde vague d'assaut. Cette attaque d'infanterie en coopération avec les chars, sous le couvert d'écran de fumée, et du soutien tir de barrage de l'artillerie. Ce soutien de l'artillerie était nécessaire, et il était complètement possible en raison de la lenteur des chars à l'époque. Pour détenir la maîtrise de l'attaque, il a fallut que l'adversaire appelle à la rescousse le corps de cavalerie, qui était composé de cinq divisions. L'attaque de l'infanterie et des chars a été un succès magistrale et qui sortait de toutes les attentes. Mais les points fortifiés, comme par exemple, de Flesquière, s'est révélée être un bon point de résistance et a été tenus par les Allemands. Mais la cavalerie, vice versa se révéla dans l'incapacité de suivre à cheval, la tactique des chars lors de l'attaque. Seulement une faible quantité de ce corps, était arrivé à rejoindre le front, et uniquement dans l'après midi, ces unités là rejoignirent les premières ligne et entrèrent de suite dans la bataille. Le succès escompté de l'attaque et de la percée, n'a pas suivi, et l'efficacité de l'infanterie et des chars au combat a été stoppée.

Sur les 400 chars, qui ont été intégré dans la bataille, des tirs d'artillerie ennemi en ont détruit 49.

ca cela c'était ma version francaise du livre que j'avais commencer à traduire.
et là c'est énorme, et à la fois compréhensible.
49 char détruit sur 400.
10% de char détruit, avec des obus classique. Donc n'ayant aucune valeur de perforation, uniqeuement contre l'infanterie.


 

Voir le Blog de pt109 : cliquez ici


Re: cocorico traduction de De gaulle (1934)

Nouveau message Post Numéro: 27  Nouveau message de pt109  Nouveau message 21 Avr 2009, 14:46

Bon maintenant, revenont à nos meeeeeeee enfin plutôt à nos moutons.

maintenant, j'aurais besoin, de votre vision, pour traduire une phrase du livre, parce que là la phrase elle sonne comme qui dirait faux.

In order to reach them, we, first of all, should overcome meeting on our way obstacle - Slate massifs, narrow valleys, precipitous slopes, enormous forest spaces with their fogs, “dweller”, “fairies” and “evil perfumes”.


Slate = ardoise.
mais en composant le mot avec massif, cela sonne faux.
donc comment faut t'il comprendre ou entendre ou comment pourait t'on reformuler cette phrase.

Afin de les atteindre, nous, devrions tout d'abord, passer les obstacles qui nous barre la route - les massifs ....., les étroites vallées , les pentes abruptes, les énormes espaces forestier avec leur brouilliard....

donc merci pour votre généreuse aide.

Et pour ceux qui ont le livre, elle devrait se situer à la page 18 ou 19.
du moins chez moi elle est inscrite à cette page.


 

Voir le Blog de pt109 : cliquez ici


Re: cocorico traduction de De gaulle (1934)

Nouveau message Post Numéro: 28  Nouveau message de Vincent Dupont  Nouveau message 21 Avr 2009, 16:11

massifs montagneux peut-être... il a l'air de vouloir décrire les reliefs du plus difficile au plus facile.....je n'ai pas le livre sous la main, mais je vérifierai vendredi ;)
Vincent

Image
"L'ignorance du passé ne se borne pas à nuire à la connaissance du présent ; elle compromet, dans le présent, l'action même."
Marc Bloch
Fusillé par l'occupant le 16 juin 1944

Redac' Chef Histomag 3945
Redac' Chef Histomag 3945

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3237
Inscription: 20 Fév 2008, 22:44
Localisation: Saint-Quentin
Région: Entre Picardie et Champagne
Pays: France

Voir le Blog de Vincent Dupont : cliquez ici


Re: cocorico traduction de De gaulle (1934)

Nouveau message Post Numéro: 29  Nouveau message de pt109  Nouveau message 21 Avr 2009, 18:24

merci vous êtes très aimables mon très cher touzet du vigier. (il est normale que je m'adresse à vous ainsi, du fait, que j'ai pris un peut le style aristocrate "De Gaule" et "Touzet du vigier" deux nom issu de la noblesse.

donc voilà la suite.
Ainsi tu poura me dire, si je suit dans la bonne synthèse en terme de traduction.
à moins que il y'a vraiment une large différence entre la version 1934 et les autres.

Et ici dans la capital via les connaissances et les transports se répandent les théories, l'influence, la réputation, la mode, l'argent, les produits de notre terroir ou industriels. La tradition ou la perte de l'intégrité de Paris ou la perte de l'état qui est presque équivalente. Pendant le siècle dernier la France a résister aux invasion de l'ennemie et n'a pas céder aux multiple tentative de l'ennemi de vouloir passé en direction de Paris. Notre protection nationale est essentiellement basé sur la protection de Paris.

En outre, une partie substantielle d'objets nécessaires pour notre existence a été sauvée comme si la chance aurait voulut qu'ils ne partent pas en dehors de nos frontières. Les affaires d'état sont elle régler loin des côtes de l'Aquitaine, des vallées de la Saône du Rhône ou également ceux de la côte de la Loire et d'autres localités qui ont dans le passé occupé alternativement des positions dans ce sens. Mais actuellement en temps de paix ont vit cote à cote avec les machines. Les Deux tiers de notre charbons en France proviennent de Lens et des mines de Valencienne. Le minerai de fer lui il provient des environs de Longwy, Brie et de Nancy. La quantité insignifiante d'huile, que nous fabriquons nous la tirons des profondeurs de l'Alsace. Sur les 150 fourneaux que la France dispose 120 sont situées en Lorraine ou en Champagne. Dans la partie nord de la vallée de la Seine est produite 90% de nos tissus et 4/5 de notre fil de laine. Sur les côtes de ce fleuve est produit la majeur partie de notre production chimique, et ainsi sont construits tous nos automobiles et nos avions.
A Brie, Beauce, en Flandre et en Artois ont y trouve les meilleur terres en termes agricoles et céréalière, ou en Picardie et l'Ile-de-France se trouvent les meilleurs plantations de betterave à sucre. Le Bassin de Paris soutient en moyenne 15 millions de Français, et les plus actifs réunissent entre leurs mains les 2 / 3 de toutes la richesses du pays.

À peine après être entré en France via la Belgique, nous tombons immédiatement sur le centre des usines de tissage de Roubaix, les mines de Denain-Anzin ou sur les mines de fer de la Meuse. A partir des haut fourneaux de Sierck jusqu'à Thionville il n'y a uniquement qu'un chemin. Et sans dépasser les limites des frontières allemandes, l'Allemagne a le pouvoir de tirer avec leurs artilleries sur Pechelbronn, ou Strasbourg. Et ici ils n'ont pas besoin de marcher longuement pour arrivé à l'un de nos trésors les plus valables. Autant Cet position géographique est défavorable à un usage spécial distinctif pour la France. Les océans prennent eux-mêmes la tâche de protéger l'Angleterre, l'Amérique ou le Japon. Dans l'immense arc des Alpes se croisent toutes les approches provenant de l'Italie. Les Pyrénées elles, [18] elles couvrent beaucoup de région Espagnole. Et la Russie elle ne peut pas être envahi en raison de ses espaces infinis. Et l'Allemagne elle comme des hameçons elle a dispersé ces centres de production : La Ruhr Harz, la Saxe et la Silésie ! et pour y accéder, il faudrait tout d'abord, passer les obstacles qui barre la route - les massifs montagneux, les étroites vallées , les pentes abruptes, les énormes espaces forestier avec leur brouillard, et ils serait accueillis par les "habitants", "Elf " et d'une senteur de "parfum diabolique". Supposons que un attaquant ais franchit le Rhin et que ils serait entrés sur le sol allemand. Sommairement la traversé du Rhin elle-même peut servir inégalement en tant qu'obstacle aux conquérants. Et Ils passerait par le chemin du Sud qui se compose de - 20 zones montagneuses : Baden, Hessen, Westphalie, Franconie, Souabe, basse Saxe et Thuringe, qui sont étirées vers les directions les plus diverses, qui contribuent à la dispersion des masses. Et en prenant le chemin du Nord l'envahisseur tombera – sur une multitude d'intersection de fleuves, des marais de tourbe, de la terre sablonneuse qui elle se prolonge vers les lacs, marais des haut plateau qui eux servent en tant que zone de test pour le courage, la résistance et la patience des attaquants. Et ici se répète la vielle histoire de Vary {7}, [Soubise] {8}, Moreau {9} jusqu'aux fluctuations récentes, de l'indécision de Foch {10}.

{7} Publius Quintile Vary- commandant militaire de la Rome antique (empereur Auguste) de l'an 6 de notre ère, est mort avec toute son armée qui se sont engouffré dans une embuscade Allemande.
{8} Charles de Rohan, duc de Rohan, prince de Soubise- (1715-1787) - Maréchal de France, a été battu par les troupes prussiennes sous l'autorité de Frédéric II de Rossbach.
{9}Jean Victor Marie Moreau- (1763-1813) - l'un des talentueux leader de la France. Général de la Révolution française.
{10} Ferdinand Foch- Maréchal de France pendant la 1ère guerre mondial 1914-1918.


Au cours des 5-heures du vol Berlin-Paris les voyageur on pu voir comment est imprimé dans la plupart des localités, la sûreté pour l'Allemagne elle même, et les failles de sécurité pour ceux de la France. Après s'être envolé ont arrive à la hauteur du Spree (11), qui lui vas rejoindre notre Meuse à plus de 500 km de distance, ou ont peut y discerner un certain nombre de profonds fossés – puis ont arrive dans la vallée de la rivière Elbe, Aller, Lenne, Weser, et enfin le Rhin, sur une distance et de proximité couvrant la capitale et les diverses région, où ont pourrait voir la forteresse de la Harz, et ce caractère renforce les Allemands. Puis, soudainement, le terrain devient plat, les contours sont plus clément. Terminer les montagnes, gorges, et précipices. Et ici ont entre en France. Et cette France vas juste barrer la frontière avec une localité qui est en forme d'une vaste descente vers le centre du plateau, ou les rivières, chemins de fer, les routes et autoroutes, tous convergent dans une seul et même direction, la forme commune des banlieue et qui est progressivement absorbé par l'ensemble de la ville - tout cela fait penser que Paris est proche. Mais ici même ont trouve: des monuments, des entrepôts, usines,et cette place qui se combinent a de milliers d'artères, mal protégés par des misérables collines. enveloppé et facilement accessible par les sentier forestiers et privés de l'Acropole, une fois en dehors de celui-ci, tout est très bien accessible.

{11}Spree- Rivière de la Prusse, situé sur les rives de la Spree à Berlin


 

Voir le Blog de pt109 : cliquez ici


Re: cocorico traduction de De gaulle (1934)

Nouveau message Post Numéro: 30  Nouveau message de histoire d'un monde  Nouveau message 21 Avr 2009, 18:28

pt109 a écrit:Bon maintenant, revenont à nos meeeeeeee enfin plutôt à nos moutons.

maintenant, j'aurais besoin, de votre vision, pour traduire une phrase du livre, parce que là la phrase elle sonne comme qui dirait faux.

In order to reach them, we, first of all, should overcome meeting on our way obstacle - Slate massifs, narrow valleys, precipitous slopes, enormous forest spaces with their fogs, “dweller”, “fairies” and “evil perfumes”.


Slate = ardoise.
mais en composant le mot avec massif, cela sonne faux.
donc comment faut t'il comprendre ou entendre ou comment pourait t'on reformuler cette phrase.

Afin de les atteindre, nous, devrions tout d'abord, passer les obstacles qui nous barre la route - les massifs ....., les étroites vallées , les pentes abruptes, les énormes espaces forestier avec leur brouilliard....

donc merci pour votre généreuse aide.

Et pour ceux qui ont le livre, elle devrait se situer à la page 18 ou 19.
du moins chez moi elle est inscrite à cette page.

Bon même si nous sommes partis du mauvais pied, je veux bien aider !
Alors dans le livre c'est
"Pour pouvoir les atteindre, il nous faut traverser, d'abord, les obstacles du massif schisteux : vallée étroites, pentes escarpées, forets profondes, fées et brouillards, lutins et maléfices."
Pour Touzet, c'est page 14.
voilà


 

Voir le Blog de histoire d'un monde : cliquez ici


PrécédenteSuivante

Retourner vers LA BIBLIOTHEQUE DU FORUM




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Testament de Hitler : Sur l'Espagne et Gibraltar 
Aujourd’hui, 01:24
par: Manu 
    dans:  Quoi de neuf dans les kiosques ? 
Aujourd’hui, 00:55
par: alain adam 
    dans:  Sfcp airborne en Normandie 
Aujourd’hui, 00:54
par: P. Vian 
    dans:  les sous-marins Français 
Aujourd’hui, 00:48
par: P. Vian 
    dans:  Testament de Hitler : Sur la colonisation 
Aujourd’hui, 00:28
par: Manu 
    dans:  Testament de Hitler : Sur la situation désespérée de l’Allemagne 
Aujourd’hui, 00:19
par: Manu 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
Aujourd’hui, 00:08
par: kfranc01 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 12 
Hier, 23:34
par: kfranc01 
    dans:  Identifications de pseudos 
Hier, 23:18
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 13 
Hier, 23:15
par: kfranc01 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 5 invités


Scroll