Connexion  •  M’enregistrer

Mein Kampf

Venez nous présenter votre dernière lecture ou des ouvrages qui vous tiennent particulièrement à coeur.
Parlons des dernières parutions concernant la seconde guerre mondiale.
Une belle photo de la couverture est toujours la bienvenue...
MODÉRATEURS: Gherla, Marc_91

_________________________________________________________________________

Image
La Bibliothèque du Portail : Les Livres de Référence, les Meilleures présentations ...
La Bibilothèque de Référence sur la Seconde Guerre Mondiale => Cliquez ici

Nouveau message Post Numéro: 31  Nouveau message de Schwarze Kapelle  Nouveau message 24 Juil 2008, 16:35

Mimile a écrit: Deux ans plus tard,le 21 février 1936 ( donc un an avant la publication du livre d'A.Redier),dans un entretien capital accordé à Bertrand de Jouvenel pour Paris-Midi Hitler déclara:

"Vous avez devant vous une Allemagne dont les 9/10ème font confiance à leur chef.Et ce chef vous dit: Soyons amis...!
Oui,je sais ce que vous pensez tous,vous dites:" Hitler nous fait des déclarations pacifiques,mais est-il sincère?"
Voyons! Réfléchissez.Ne serait-il pas ruineux pour nos deux pays de s'entrechoquer sur de nouveaux champs de bataille?
Vous voulez que je fasse une rectification à Mein Kampf comme un écrivain qui prépare une seconde édition.
Si je réussis le rapprochement franco-allemand comme je le veux,ce sera une rectification digne de moi.
Ma rectification,je l'écrirai dans le Grand Livre de l'Histoire."


Bonjour,

Vous donnez foi ici aux propos apaisants d’un homme qui cherche à endormir, ou à maintenir dans sa léthargie, une nation. Hitler n’est pas ignorant du courant pacifiste qui prédomine en France, à mon sens il caresse ici les français dans le sens du poil…

Comment croire ces propos venant d’un homme qui signera un pacte de non agression avec son ennemi juré pour le bafouer quand bon lui semblera. Ses intentions et raisons étaient sensiblement les mêmes que celles qui poussaient Staline à ce pacte : à l'Ouest comme à l'Est, l'objectif est simple... gagner du temps et des forces. Seuls les moyens divergent.

En outre, vous concluez dans votre précédent post que « Hitler ne souhaitait nullement agrandir son pays aux dépens de la France. » J’ai quelques amis alsaciens qui seraient ravis d’en deviser avec vous.

Dans un sens plus général, vous vous basez sur des propos circonstanciés pour en dégager une idée dont j’entrevoie mal la finalité.

Cordialement
SK


 

Voir le Blog de Schwarze Kapelle : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 32  Nouveau message de °(-_O)°  Nouveau message 24 Juil 2008, 20:22

Petit_Pas a écrit:Salut,
en ce qui concerne la naturalisation d'Hitler, voici ce qu'écrit page 521 Ian Kershaw dans sa biographie :
Restait à régler un détail technique : Hitler n'était pas encore citoyen allemand. Les précédentes initiatives pour obtenir la citoyenneté, en Bavière en 1929 et en Thuringe l'année suivante, avaient tourné court. Il demeurait "apatride". Des démarches rapides furent alors entreprises pour nommer Hitler au poste de Regierungsrat (conseiller du gouvernement) à l'Office de la culture et de la topographie (Landeskultur-und-Vermessungsamst) de Brunswick et de représentant à Berlin. Nommé fonctionnaire, Hitler acquis ipso facto la nationalité allemande. Le 26 février 1932, le nouveau fonctionnaire prêta serment à l'Etat allemand qu'il était décidé à détruire.

In Ian Kershaw, Hitler, Tome I, Flammarion, 2005

Merci petit pas :cheers: le temps que je récupère toute mes données et le sujet aurait été déjà clos .


 

Voir le Blog de °(-_O)° : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 33  Nouveau message de Mimile  Nouveau message 25 Juil 2008, 08:18

Les concessions d'Antoine REDIER...Suite
( un auteur anti-nazi)

Quoi qu'il en soit,l'auteur avait étudié de près Mein Kampf.
Et voici ce qu'il disait à propos de Hitler et de l'hitlérisme,lorsqu'il oubliait ses préjugés:

"D'autres ouvriers,en France et partout se défient du socialisme et s'en écartent.
Peu le combattent,car ils n'osent.Et parmi ceux qui le réprouvent,beaucoup seraient fort empêchés de le condamner pour des raisons valables.Hitler a dégagé tout de suite, sous le verbiage des prophètes du parti,leur imposture.
Dans son livre,qui est aujourd'hui le bréviaire de toute l'Allemagne, *
il explique que les bourgeois,quand ils laissent le peuple à l'abandon et s'enrichissent sans se soucier d'édifier une juste et humaine législation sociale,sont de grands coupables ,car ils sèment la haine.
Il faut alors que d'autres hommes prennent dans leurs mains la cause des
masses ouvrières,et c'est la justification d'une action syndicale bien conduite."


"Si l'activité syndicale,dit-il,"se donne comme but d'élever le niveau social d'une classe qui est un des piliers de la nation,non seulement elle n'agit pas contre la patrie et l'Etat,mais encore son action est nationale au meilleur sens du mot." (p.53)

"Mais tel n'est point l'objet du marxisme,dont la mystique est inhumaire et met au coeur des pauvres gens les deux poisons dévastateurs et desséchants de la haine et de l'envie.
Ses chefs cependant poursuivent un dessein substantiel et politique:
-la conquète du pouvoir.Dès lors, ils ne sont plus des apôtres,mais des
manoeuvriers de la plus abjecte qualité.Ils vaticinaient au début:maintenant ils trahissent."


Hitler l'a vu et il le dit: "Ils en sont arrivés,écrit-il,à ne point souhaiter que les de la masse soient soulagées;car,une fois ses désirs,satisfaits,il se pourrait que cette masse cessât d'être une troupe de combat éternellement et aveuglement dévouée."

Il a ici des mots durs,mais empreints de pitié,pour le peuple:
"incapable de toute sérieuse réflexion, le peuple qui croit toujours découvrir dans ce qu'il comprend le moins des vérités d'autant plus rares,le peuple,amas de braves gens que ses meneurs possèdent par la terreur, en disant,le poing tendu,à ceux qui récalcitrent:Si tu n'es pas un camarade,on te brisera le crâne"

* Entièrement faux:Un vieux compagnon de route d'Hitler comme Julius Streicher n'avait même pas lu Mein Kampf en entier:
" Je reconnais que je ne l'ai jamais lu entièrement.A cette époque,ce n'étaient pas les programmes qui comptaient"( TMI,XII,p.350) .

Hjalmar Schacht le lut en 1930 lorsqu'il se rendit en Amérique,il y vit " Un livre écrit en très mauvais allemand et l'oeuvre de propagande d'un homme quis'intéressait vivement à la politique,mais qui souffrait d'un "manque complet de compréhension pour tous les problèmes économiques"
(TMI,XII,p.430-31). Mein Kampf,ajouta-t-il, "exposait des idées extravagantes et diffuses,il en contenait aussi de forts raisonnables"(p.431) .
"L'ouvrage d'A.Hitler était d'une valeur si inégale que les journaux allemands,pendant les quelques années qui ont suivi 1933,se virent interdire de publier de leur propre chef des passages de Mein Kampf".
déclaration d'Hans Fritzche à Nuremberg, TMI,XVII,p.141).

C'est dire à quel point ce livre était considéré ni comme une bible,ni même comme un bréviaire.

A.REDIER de poursuivre:

"Hitler qui,part la suite,a vraiment voulu et réalisé de grandes choses pour le bien des masses allemandes,et a conquis ainsi le droit de juger ceux qui ne faisaient profession de les servir que pour destins coupables,a poussé loin le mépris du socialisme officiel."

"Pas plus qu'une hyène ne lache une charogne, a-t-il
écrit,un marxiste ne renonce à trahir sa patrie."

"Il n'y a rien à dire contre une telle violence,puisque sa vie politique entière n'a été que l'éclatante justification de ce jugement et d'autres de même sorte.
Il n'a rendu à l'Allemagne à la vie et à l'honneur que pour avoir terrassé d'abord quelques hydres,dont la marxisme."


"Le deuxième pas du jeune Hitler sur son grand chemin témoigne aussi d'une perspicacité peu courante.
Ce barbouilleur qui, d'artiste peintre,avait dû se mettre au rang de peintre tout court ,ne faisait peut-être pas comme ses pareils qui chantent et sifflent en passant et repassant leur pinceau sur les murs:
il méditait..."
*

Un jour, l'auteur de ces lignes entrait dans un débit pour acheter un timbre-poste dans un quartier populeux de Paris.Des ouvriers péroraient sur le zinc.On parlait des nouvelles du jour et de ceux qui font profession de les publier,les journalistes.
"Ce sont des farceurs" disait l'un. "Ils nous prennent pour des enfants de huit ans, fit un autre,avec leurs feuilles à gros tirages,où il n'y a que des titres,des images imbéciles et des histoires de brigands.On dirait qu'on les paie pour abrutir le monde."

Cet homme avait raison,mais occupé à boire il s'arrêta là...

"Hitler,quand il tenait un journal quel qu'il fut, ressentait une colère pareille,et puis il réfléchissait...Il eut vite découvert que les journaux de la bougeoisie et ceux du peuple appartenaient presque tous à des financiers juifs ou enjuivés,ou ne subsistaient qu'avec leur l'agrément ou l'argent de ces puissants seigneurs.
Nous avons vu depuis comment il a tranché au couteau la question juive.
S'il a pris ou non la recette opportune,c'est une autre histoire...
Nous le verrons un peu plus tard atteint,à l'encontre des catholiques de la même rage sacrée,rage hideuse,mais qui n'est point spécifiquement hitlérienne:elle est teutonique et classée comme telle depuis Jules César"
. **

*( A.Redier reprend ici une vieille calomnie.Certes,Hitler fut refusé à l'académie de la peinture,mais outre qu'il n'en était pas pour autant un barbouilleur (ceux qui ne peuvent pas devenir des sportifs professionnels ne sont pas pour autant des handicapés physiques),en 1909-1910, il put gagner sa vie (maigrement,certes,mais tout de mème) comme dessinateur et aquarelliste installé à son propre compte.
(Voy.Mein Kampf,pp.42-43) .

**Encore une légende tenace chez les germanophobes.Dès 1915,des catholiques allemands y avaient répondu avec bon sens:

"Vouloir nier que(la théorie directement ou indirectement antichrétienne) mise ici à la charge de la philosophie allemande ait en effet ses représentants en Allemagne,qu'elle y joue un rôle dans la littérature et dans la vie,serait porter atteinte à la vérité.
Mais l'Allemagne ne détient pas le monopole sous ce rapport..
Partout où la culture moderne prospère,l'esprit antichrétien lève aussi la tête.
Il a opéré ses ravages en France,non moins que partout ailleurs,surtout depuis la séparation de la morale et de la religion à l'école.
Gaudeau en attribue la cause à l'influence de la philosophie allemande:
expédient commode,mais sans valeur ici.Et si la dépendance est prise
en considération,alors l'Allemagne 'a surement pas été un apotre,mais aussi un disciple.
L'autonomisme moderne est plus vieux que la philosophie allemande,il a pour berceau la Renaissance italienne,où Nietzsche a trouvé les représentants les plus remarquables de sa morale du maître et seigneur.
Longtemps avant Hegel,Hobbes a défendu l'omnipotence de l'Etat Rousseau la souveraineté absolue du peuple,et la politique sans morale honore son chef dans Machiavel.
La philosophie matérialiste française,dès le XVIIIè siècle,alors qu'une puissante aspiration vers l'idéal aspirait la littérature allemande,atteignit déjà le comble de la perturbation,en substituant la recherche la plus raffinée de la jouissance à toute règle morale strictement obligatoire.
La prétention qu'il existe en Allemagne une éthique antichrétienne ne saurait donc ètre considéré comme un reproche extraordinaire.Le monstrueux de l'accusation française réside dans l'insinuation que cette théorie constitue le dernier mot de la philosophie allemande et que son influence s'est plus ou moins étendue à tout le peuple allemand."


( Voy.G.Pfeilsschifter, La culture allemande,le catholicisme et la guerre. (éd.L.van Langenhuysen,1921,pp.120-121)


 

Voir le Blog de Mimile : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 34  Nouveau message de Mimile  Nouveau message 25 Juil 2008, 09:56

A.Redier de poursuivre:

"Ce qui est à l'honneur de cet homme, c'est d'avoir vu,de son taudis d'ouvrier, ce que des gens cultivés,informés et point sots continuent,dans les autres pays d'Europe et spécialement chez nous,d'ignorer magnifiquement: la maimise de la finance internationale,qui est elle-même aux mains d'Israél,sur la presse degrande information et, par elle,sur la tête et le coeur,sur l'âme même de lâche chrétienté tout entière.
Il a, ce primaire,des mots terribles,mais des mots d'artiste,quand il parle du juif.
"Partout où il rencontre une pourriture,il flaire sa présence et la découvre."


"Sitôt,écrit-il,qu'on porte le scalpel dans un abcès de cette sorte,on met au jour, comme un ver dans un corps en putréfaction,un petit youtre tout ébloui par la lumière subite" (p.64)

"Il déteste les juifs dans la mesure immense où il aime l'Allemagne;il les a détesté dès le premier jour,non comme par la suite pour des raisons mystiques, des raisons de race,mais pour le mal que, de ses yeux de jeune garçon honnête,il a vu ce qu'ils faisaient à la patrie allemande.

Il a franchi,à la déclaration de guerre,un troisième pas,un grand pas,qui l'a fait passer pour toujours de son Autriche natale à la grande Allemagne de ses rêves...
Il explique,avec la candeur qui est la marque de son livre curieux,vaniteux et indigeste,un livre de près de 700 pages de grand format,que,tout enfant,il trouva dans la bibliothèque paternelle une histoire populaire de la guerre franco-allemande de 1870-71.
Il dévora ce livre et en sortit ébloui,mais grandement troublé."


"Voilà donc ce qu'ont fait les Allemands,la gloire qu'ils ont conquise!
Mais pourquoi,s'écrit-il,mon père et les autres Autrichiens n'ont-ils
pas pris part à cette guerre? Ne sommes-nous pas, tout pareils aux
autres Allemands? Ne suivons-nous pas la mème route? Je dus conclure,
une secrète jalousie au coeur, que tous les Allemands n'avaient pas le
bonheur d'appartenir à l'Etat de Bismarck."



"De ce jour, il se mit à mépriser,puis a hair, non l'Autriche allemande,mais les Habsbourg et leur empire bariolé. *
Et, à la déclaration de guerre,il prit du service en Bavière plutot que de s'enroler sous les princes slavisants."



Quatrième et suprême démarche.La guerre est finie et perdue.

"Le 10 novembre 1918,écrit-il, un pasteur vint à l'hopital militaire pour nous faire une petite allocution.Alors nous apprimes tout..et qu'il fallait accepter l'armistice avec confiance dans la magnanimité du vainqueur.Je n'y pus tenir.Il me fut impossible d'en entendre davantage.Brusquement la nuit envahit mes yeux; et,tatonnant et trébuchant,je revins au dortoir où je me jetait sur mon lit et enfouis ma tète brulante sous la couverture et l'oreiller." (p.203) **

(* A.Redier simplifie exagérément,au point de tomber dans le mensonge.Hitler se mit à mépriser l'empire des Habsbourg un peu plus tard,sous l'influence d'un de ses professeurs d'Histoire:

"Qui aurait pu étudier l'histoire de l'Allemagne avec un tel professeur sans devenir l'ennemi d'une dynastie dont l'influence sur les destinées de la nation,s'avérait aussi désastreuse? écrit-il dans Mein Kampf" (p.26).

** A.Redier a coupé le texte pour éviter de dire que ce pasteur prévoyait qu'une paix très dure serait imposée à l'Allemagne.
Hitler se rappelle que,les larmes aux yeux, le "vieil homme" déclara:

"qu'à l'avenir notre patrie serait exposée à une dure oppression,parce que maintenant la guerre était perdue et que nous devions nous en remettre à la grâce du vainqueur"
(Voy.Mein Kampf,p.203) .

Cette paix dure,injuste,scandaleuse,était à l'origine de l'hitlérisme,mais ça, A.Redier,ne voulait absolument pas le reconnaître...

A.Redier écrit plus loin:

"On a mis dans la tète de la multitude que l'autorité était dans le nombre.... C'est évidemment ingénieux, mais c'est absurde,elle est dans la valeur propre de la personne qui commande. "Un homme en vaut un autre"disent nos primaires." Il n'y a pas d'homme nécessaire",proclamaient les grands ancètres. "

A ces sottises Hitler répond, comme ferait un enfant bien élevé qui a reçu
tour à tour des gifles et des gâteaux et sait qui les lui a données et de quelle main experte:

"Un vrai maitre ne peut pas ètre remplacé ni un grand poète,ni
un grand penseur,ni un grand homme d'Etat,ni un grand général."


"Il ajoute, ce qui est d'une évidence bien lumineuse,mais un peu
offensante pour les diseurs de sornettes dont la terre est aujourd'hui couverte"
:

"Renoncer à rendre hommage à un grand esprit, c'est se priver
de la force immense qui émane des hommes et des femmes
illustres..C'est une force que de respecter un homme de génie,
ce n'en est pas une que de respecter la masse."
( p.352)

"Il est féroce pour la majorité,et je veux bien que ce soit un blasphème,
mais c'est un excellent blasphème,dont il faut le louer.Tout ce qu'il dit de l'inepte loi du nombre est d'une sagesse élémentaire."



"On a plus de chance,assure-t-il,de voir un chameau passer par le
trou d'une aiguille que découvrir un grand homme au moyen
d'une élection".


Et encore:"Les représentants de la majorité,c'est-à-dire de la
sottise,ne haissent rien plus violemment qu'un homme supérieur"



"Chacun sait que la loi des lois pour le syndicalisme révolutionnaire qui a
mis en esclavage le monde ouvrier,c'est que tous les travailleurs se valent et qu'il n'y a pas lieu de distinguer entre un manoeuvre et un ouvrier qualifié.C'est absurde,mais c'est admis."


"Pas pour Hitler,qui, donnant tranquillement la préférence aux maximes
sages sur les âneries,entend qu'on juge chacun sur la qualité de son travail.
Nous vivons, en démocratie parlementaire,sous le régime de l'irresponsabilité.
Je ne vais pas louer l'Allemand Hitler de ressentir du mépris pour un tel régime. Il n'est,en cela,qu'un homme de l'espèce la plus banale,un homme qui sait que deux et deux font quatre et le dit sans y penser.
Je ne le loue donc pas,mais je note qu'il a un sens parfaitement droit,
vigoureux et digne d'estime, des conditions du commandement à tous les degrés, à savoir: liberté d'action totale,autorité sans condition sur le subordonné,responsabilité sans limite vis-à-vis du ou des supérieurs.
Ce n'est pas tout à fait,en France, le cas de nos ministres, qui ont loisir de faire les pires folies et, à l'heure du châtiment, de nous tirer la révérence."


 

Voir le Blog de Mimile : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 35  Nouveau message de juin1944  Nouveau message 25 Juil 2008, 10:08

tu me permettras de ne pas comprendre ou tu veux avec Redier. Si d'aventure tu voulais bien nous éclairer.


 

Voir le Blog de juin1944 : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 36  Nouveau message de Mimile  Nouveau message 25 Juil 2008, 10:23

A.REDIER,de poursuivre:

"Hitler ne voulait pas de cela quand il était encore un ouvrier.
Il est aujourd'hui Führer-Chancelier du Reich et ne le veut pas davantage.
Il a raison,et l'Allemagne s'en trouve bien...
Dans la bourgeoisie libérale,où l'on se pique de mépriser la politique,on
professe que l'économique, à l'heure qu'il est,doit primer tout le reste dans la conduite des peuples."

Hitler répond qu'on "ne meurt pas pour une affaire,mais pour un idéal" (p.164).

"A-t il proposé au peuple allemand de s'incliner "devant des dieux plus nobles que l'argent"( p.435)

"A cela nos libéraux répondront qu'il ne s'agit pas de chevaucher des chimères, mais de conduire les affaires publiques avec prudence.Ces bourgeois,amis non de la mesure,haute vertu française,mais du juste ou sot milieu,n'ont pas de plus sévère souci que de se tenir en politique à égale distance des partis violents."

Hitler réplique "qu'il faut agir nationalement,avec toute la fougue qu'exigent les solutions extrèmes"

"Il a ainsi vaincu, ce juste,les extrémistres allemands qu'il avait devant lui.Il a bien fait.Et prenons garde à nous.
Il ne propose d'ailleurs à ses compatriotes que des vertus substantielles et fécondes, celles justement dont la démocratie n'a cure: le goût de l'effort,l'audace, l'esprit de décision.
Il a sur la discrétion,vertu virile,vertu des forts,maitres d'eux-mèmes,
des mots pleins de bonheur...
Il recommande le travail pour lui-mème,pour les joies et l'honneur qu'on en tire,et il chante les louanges de ce qui vaut plus que tout ici bas,car il n'est de grandeur humaine qu'à ce prix: l'esprit de renoncement.
Plus humble,mais non moins nécessaire,est la vertu de propreté.
La démocratie française a bourré de stupidité, par le truchement d'instituteurs révolutionnaires, la tête de nos paysans et elle a volontairement laissé leurs pieds dans le fumier.
L'Allemagne hitlérienne connait ce luxe,ce grand luxe des pauvres:
la netteté des maisons,des jardins,des vètements et des ongles.
Enfin, il a pensé qu'il est sans doute excellent d'aimer l'humanité,mais à
condition que ce soit d'amour pratique,agissant,efficace,et qu'alors il est
élémentaire d'éprouver d'abord sur ses proches sa capacité de tendresse.
Bref il a prié ses compatriotes de commencer par le commencement..
Que chacun aime sa famille en premier lieu, et puis son village,et que tous ensemble donnent leur coeur à la patrie allemande.
Là il a frappé juste.La farce de l'internationalisme est la plus redoutable
entreprise qui ait encore été conçue contre l'humanité.
Cette humanité qu'on prétend adorer,en fait on la dessert et on la bafoue, puisque pour le mieux voir on regarde par-dessus la tète de ses proches.
On ignore ceux-ci,ce qui déjà serait grave,et bientôt, ce qui devient
atroce, on arrive à les hair et finalement à se battre au couteau,au nom de gens qu'on ne voit pas,contre ceux qu'on connait.
Ainsi on court à un régime de haine et de poing tendu: c'est à quoi nous
avons abouti en France.
En Allemagne,il n'est plus question de pareilles histoires,l'objectif
suprème de l'ouvrier Hitler ayant été, dès le premier jour de se dresser seul en avant des masses internationales et, par la vertu de sa parole et du feu qui brûlait en lui,de les nationaliser"
:

"Je me suis adressé,a-t-il écrit, à des hommes qui croyaient le
contraire de ce que j'avais à leur dire et qui voulaient le contraire
de ce que je croyais nécessaire."
( p.464)


"Mais comment a-t-il réussi?

Parce que ses idées sans doute étaient justes et opportunent, et c'est une bonne raison.La seconde raison,excellente aussi,c'est sa méthode.
Pour fixer cette méthode.Il a d'abord défini son but.
Ce but,au lendemain d'une guerre qui a mutilé et humilié la patrie,sera le
rétablissement de la puissance nationale.
Hitler,c'est exactement Scharnhorst après Iéna."



"Il ne s'agit d'ailleurs pas,explique-t-il, de se demander:Comment fabriquerons-nous des armes?mais: Comment créerons-nous l'esprit qui rend un peuple capable de porter des armes ? Dix pistolets dans les mains d'un lâche ne valent pas mieux qu'un gourdin dans celles d'un brave.Il faut restaurer dans les coeurs allemands la volonté de vivre,et pour cela la grande affaire n'est pas de pérorer devant les éléments restés sains,il faut s'emparer de la masse, qui est antinationale et la retourner comme une crèpe.en fait,il va se trouver en présence d'une armée haineuse de 15 millions de marxistes,démocrates et autres pacifistes.
Ces foules,il pose en principe qu'avant de rien entreprendre pour le salut de l'Allemagne,il arrachera violemment de leurs coeurs et de leurs cerveaux le poison international."


"Pour ce but,la conquète des masses à l'idée du relèvement national,quels moyens prendre?
Là non plus,Hitler n'a rien inventé.Il a pris ceux qui dans tous les temps et tous les lieux ont porté et porteront sur cette matière humaine bien définie qu'on appelle la multitude.Notamment,il a emprunté à ses ennemis les démagogues une certaine recette infaillible.
Nous avons vu en France,pendant la période électorale qui a abouti au triomphe du Front populaire,quel parti les fauteurs de haine ont pu tirer de certaines formules magiques comme celle des "Deux cents familles".
On désignait nommément aux plus basses convoitises deux cents trésors faciles à prendre et dont chaque électeur pensa tout de suite que, s'il votait rouge,il aurait sa bonne part.
C'était ignoble,mais d'excellente psychologie.Il faut présenter aux masses des notions claires et peu nombreuses et les répéter sans se lasser.
Hitler a fait dans sa carrière pour la conquète du pouvoir un nombre inimaginable de discours devant des auditoires dont je n'ai pas besoin de dire que,les choses se passant en terre allemande,ils furent presque toujours colossaux.
Ces foules,il n'a cessé de répéter,crier,hurler les mèmes choses...
Il a,bien entendu,fait appel aux sentiments beaucoup plus qu'à l'intelligence.
Comptant sur la parole,et sur la sienne,pour s'emparer de toute l'Allemagne,il s'est mis en devoir de communiquer aux foules son propre enthousiasme,enflé le leur.
Quand il avait bien jeté dans l'exaltation toute une salle,toute une ville,toute une province,il recommençait,se répétait,donnait aux foules éberluées la joie de s'exciter à nouveau deux fois,trois fois,dix fois,jusqu'à épuisement.
Alors il était leur maitre et sans retour.
Aujourd'hui les Allemands sont, selon son voeu,en état de porter d'un bras solide les armes puissantes et nombreuses dont il les a dotés. *
Il n'y a plus de traité de Versailles,plus de vainqueurs,mais une Allemagne casquée,fière,qui a faim peut-être,mais que soulèvent de hautes passions. **
Pour l'heure,elle n'en demande pas plus,car elle est ivre:ses enfants l'aiment et ils sont prèts pour elle aux derniers renoncements.
Des mondains,des hannetons,qui ne savent rien,mais parlent de tout,
continuent de colporter qu'Adolf Hitler est un imbécile heureux,un jouet dans la main de plus puissants maitres.
Hitler est un grand chef,qui sait ce qu'il veut et qui jusqu'ici a fait ce qu'il a voulu.
Et si nous ne nous mettons pas en mesure de barrer,pour ce qui nous concerne, la route aux desseins de cet homme,nous sommes perdus."
***

Dans les pages suivantes,A.Redier attaquait le racisme d'Hitler,mais il répétait:

"J'ai dit qu'il n'avait rien inventé,mais seulement exprimé,comme
le font encore tant de bonnes gens dans les chaumières,la sagesse
des siècles: en cela il a été et restera grand.
Hitler était venu montrer la voie à l'Occident."
(p.21)

Autant de propos qui,aujourd'hui,vous mèneraient droit au tribunal.
Quoi qu'il en soit,les concessions d'Antoine Redier sont très importantes.
Elles confirment que Hitler n'était pas un Attila ou un monstre sorti de l'enfer.


 

Voir le Blog de Mimile : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 37  Nouveau message de juin1944  Nouveau message 25 Juil 2008, 10:37

Elles confirment que Hitler n'était pas un Attila ou un monstre sorti de l'enfer.

Réponse A : Hitler était le bienfaiteur de son peuple
Réponse B : Hitler était un criminel machiavélique et manipulateur
Réponse C : Hitler n'a jamais existé, c'est une manoeuvre fomentée par un complot judéo bolchévique
Réponse D : Hitler n'a fait que se venger du traité de Versailles, ignominie imaginée par les sionistes.

Pardonne moi de lire Rédier en transversale, mais c'est plus simple de voir ainsi les choses, c'est aussi très ludique, sans compter un avantage irremplaçable : chacun choisit la réponse qui lui convient le mieux.

A ce train là, on va se taper du Reynouard.


 

Voir le Blog de juin1944 : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 38  Nouveau message de H Rogister  Nouveau message 25 Juil 2008, 10:52

juin1944 a écrit:Réponse B : Hitler était un criminel machiavélique et manipulateur

C'est ainsi que je le vois et rien ne me fera changer d'avis.
A+


 

Voir le Blog de H Rogister : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 39  Nouveau message de Schwarze Kapelle  Nouveau message 25 Juil 2008, 11:18

Réponse E : Ce bon Adolf est un social - pacifiste incompris qui fut la victime d’un odieux complot judéo - maçonnique à la solde duquel les puissances capitalo – bolcheviques furent les mercenaires…

:roll:

SK


 

Voir le Blog de Schwarze Kapelle : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 40  Nouveau message de Mimile  Nouveau message 25 Juil 2008, 12:11

juin1944 a écrit:
Elles confirment que Hitler n'était pas un Attila ou un monstre sorti de l'enfer.

Réponse A : Hitler était le bienfaiteur de son peuple
Réponse B : Hitler était un criminel machiavélique et manipulateur
Réponse C : Hitler n'a jamais existé, c'est une manoeuvre fomentée par un complot judéo bolchévique
Réponse D : Hitler n'a fait que se venger du traité de Versailles, ignominie imaginée par les sionistes.

Pardonne moi de lire Rédier en transversale, mais c'est plus simple de voir ainsi les choses, c'est aussi très ludique, sans compter un avantage irremplaçable : chacun choisit la réponse qui lui convient le mieux.

A ce train là, on va se taper du Reynouard.


? Suis très étonné de vos réactions!

En effet,Antoine REDIER avertit ses lecteurs dans son livre et parle
de ce qui ce passait à l'époque ( on peut même constater que les politiques étaient les mêmes qu'aujourd'hui! non? Les chiens ne font pas
des chats! pas vrai?).
Reynouard ? le peintre ? il l'a peut-être connu,sais pas! quel rapport?

Mais en ce qui me concerne,je cherche certaines vérités! et
comme toi suis né après guerre,père déporté,mort à 32 ans,alors tu
vois il ne faut pas allez trop vite dans les préjugés.

Pour info, suis de Caen,mais actuellement à 900 kms,sinon nous aurions pu en discuter devant un bon coucous chez Kouba dans le Vaugueux près du château et finir déguster une bonne bière à la maison
de la bière à deux pas!
Et puis,si nous étions pas trop chargés,louer un cessna à Carpiquet pour
refaire le circuit de mes baptêmes de l'air sur les plages--Bayeux-
verticale les 'marais de Carentan--retour!

Je te laisse et sans rancune en espérant mieux te connaître.

PS: Si ma présence vous pose problème, n'hésitez pas de vous
servir du siège éjectable! c'est plus simple pour conserver ses idées!

Cordialement.

Mimile.


 

Voir le Blog de Mimile : cliquez ici


PrécédenteSuivante

Retourner vers LA BIBLIOTHEQUE DU FORUM




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Quizz Aviation - Suite 13 
il y a 4 minutes
par: Marc_91 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
il y a 18 minutes
par: iffig 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 12 
il y a 36 minutes
par: kfranc01 
    dans:  FCM2C Capturés par les Allemands. 
il y a 59 minutes
par: alain adam 
    dans:  Le sous-marin Le Héros 
Aujourd’hui, 20:39
par: brehon 
    dans:  Testament de Hitler : Sur la France 
Aujourd’hui, 19:43
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  la marine Française en 1939-1945 
Aujourd’hui, 18:51
par: P. Vian 
    dans:  uniformes marine française 1939-1940 
Aujourd’hui, 18:31
par: P. Vian 
    dans:  Maurice Juncker 
Aujourd’hui, 18:26
par: virlo-junk 
    dans:  On annonce un livre sur les uniformes de la marine française 
Aujourd’hui, 18:20
par: brehon 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: AL34, pierma et 20 invités


Scroll