Connexion  •  M’enregistrer

L'armée de l'empereur (de la concurrence pour Romuald)

Venez nous présenter votre dernière lecture ou des ouvrages qui vous tiennent particulièrement à coeur.
Parlons des dernières parutions concernant la seconde guerre mondiale.
Une belle photo de la couverture est toujours la bienvenue...
MODÉRATEURS: Gherla, Marc_91

_________________________________________________________________________

Image
La Bibliothèque du Portail : Les Livres de Référence, les Meilleures présentations ...
La Bibilothèque de Référence sur la Seconde Guerre Mondiale => Cliquez ici

L'armée de l'empereur (de la concurrence pour Romuald)

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de Igor  Nouveau message 25 Jan 2007, 21:18

Jean-Louis Margolin va publier prochainement, aux éditions Armand Colin, un ouvrage sur les crimes de guerre commis par l'armée japonaise.
Un sujet que Romuald a déja longuement évoqué ici même.

L'armée de l'empereur
violences et crimes du Japon en guerre 1937 - 1945

http://www.livresdeguerre.net/forum/con ... ndex=29164

(merci à VB pour l'info)
Cordialement

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2048
Inscription: 18 Juil 2003, 14:35

Voir le Blog de Igor : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de Nicolas Bernard  Nouveau message 26 Jan 2007, 09:53

Excellente initiative, de la part d'un historien spécialiste des dictatures asiatiques - sa contribution au Livre noir du communisme figure parmi les meilleures de cet ouvrage. Car il est vrai que les crimes de guerre japonais revêtent à l'heure actuelle une grande importance mémorielle et en conséquence politique.

La négation des crimes de guerre et contre l'humanité commis par le Japon a longtemps été pratiqué par les institutions gouvernementales elles-mêmes, les manuels scolaires étant, au demeurant, soumis à l'homologation du Ministère de l'Education nationale. Saburo Ienaga, professeur à l'Université normale de Tokyo, et auteur du remarquable Pacific War. Nineteen Thirty-One to Nineteen Forty-Five. A Critical Perspective on Japan's Role in World War II, Pantheon Books, 1979) a été dans l'obligation d'intenter de multiples procès à l'Etat pour déclarer illégal le refus d'homologation d'un manuel d'Histoire qui faisait mention des atrocités commise par l'armée japonaise tout en qualifiant la politique des gouvernements de l'époque de « guerre d'agression » (le contentieux opposant Saburo Ienaga à l'Etat s'étendra des années 60 à nos jours - voir Philippe PONS, « La Cour suprême du Japon ouvre une brèche dans le négationnisme officiel », Le Monde), 1er septembre 1997 et Saburo Ienaga, Japan's Past, Japan's Future. One Historian's Odyssey, Rowman & Littlefield Publishers, 2001).

Ce n'est qu'à partir des années 70 que sera mentionné dans divers manuels scolaires le massacre de Nankin, commis en décembre 1937 par les soldats japonais, dans le cadre de l'invasion de la Chine, et ayant abouti à la mise à mort de plusieurs dizaines de milliers de personnes (le bilan mortuaire le plus élevé atteint les 300.000 victimes). Ce massacre, érigé en symbole de la politique criminelle menée par le Japon lors de ses guerres de conquêtes, est devenu la cible des négationnistes nippons, la publication d'un ouvrage récent - non exempt d'erreurs, sinon de simplifications - consacré à cet événement (Iris Chang, The Rape of Nanking. The forgotten Holocaust of World War II, Penguin Books, 1998) ayant littéralement agité les milieux conservateurs à Tokyo. Voir à ce sujet Joshua A. Fogel, (dir.), The Nanjing Massacre in History and Historiography, University of California Press, 2000, et notamment Takashi Yoshida, « A Battle over History. The Nanjing Massacre in Japan », ibid.), p. 70-132.

Les expériences médicales pratiquées sur des cobayes humains prisonniers de guerre par les Unités 731 et 100 de l'armée nippone ont fait l'objet d'une stratégie similaire d'oubli et de dénégation (voir Peter Williams & David Wallace, La guerre bactériologique. Les secrets des expérimentations japonaises, Albin-Michel, 1990 et Hal Gold, Unit 731 Testimony, Charles E. Tuttle Co., 1996), de même que le système des « femmes de confort », ces esclaves sexuelles mobilisées en Asie occupée pour satisfaire les besoins des militaires japonais (voir notamment George L. Hicks, The Comfort Women. Japan's Brutal Regime of Enforced Prostitution in the Second World War, W.W. Norton & Company, 1997).

Le négationnisme japonais, davantage pratiqué par le Parti liberal démocrate (PLD), prend des formes beaucoup plus variées que celles pratiquées par les négateurs de l'extermination des Juifs : publications d'ouvrages à prétention scientifique, éditions de revues, organisations de colloques, institutions de comités et d'associations (ainsi la « Commission pour le Réexamen de l'Histoire », instituée par le PLD) distribution de tracts, intimidation (par attaques personnelles, diffamation et menaces) des adversaires de la négation, mais aussi production de films, et même... recours à la bande dessinée (manga) - voir à ce sujet Philippe PONS, « Le négationnisme dans les mangas », Le Monde diplomatique, octobre 2001, p. 16-17 et « Le négationnisme fait recette au Japon », Le Monde, 30 mai 1998 ; Michael Prazan & Tristan Mendès-France, « Yoshinori Kobayashi, auteur et héros de mangas révisionnistes », Le Monde, 31 janvier 1998 ; Christophe Sabouret, « Le négationnisme japonais s'affiche dans les publications populaires », ibid..

L'on pourra consulter avec intérêt, sur internet, l'étude globale publiée sur le site Amnista.net par Arnaud Nanta, « Japon : l'offensive des négateurs de l'Histoire ». Le poids du négationnisme japonais est tel qu'il influe parfois de manière significative, au moins symbolique, sur les relations diplomatiques entre le Japon, la Chine, la Corée du Sud, Taiwan et les Philippines. De manière générale, le lecteur consultera avec intérêt La mémoire de la Seconde Guerre Mondiale au Japon, de Claire Roullière, éd. L'Harmattan, excellent livre de synthèse sur la question.
« Choisir la victime, préparer soigneusement le coup, assouvir une vengeance implacable, puis aller dormir… Il n'y a rien de plus doux au monde » (Staline).

vétéran
vétéran

 
Messages: 1215
Inscription: 22 Fév 2006, 14:15

Voir le Blog de Nicolas Bernard : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de Audie Murphy  Nouveau message 26 Jan 2007, 15:24

Petit ajout personnel: Les bombes atomiques larguées par les Américains sur le Japon ont joué un rôle important quant au refus du Japon d'admettre ses torts. Le Japon a pu se poser en victime et a ainsi "enterré" tous ses crimes de guerre pendant de longues années.
You'd better run for cover before I start to smile...

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5798
Inscription: 22 Mar 2004, 13:09
Localisation: Beauce, Québec, Canada

Voir le Blog de Audie Murphy : cliquez ici


Re: L'armée de l'empereur (de la concurrence pour Romuald)

Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de romualdtaillon  Nouveau message 26 Jan 2007, 15:26

Igor a écrit:Jean-Louis Margolin va publier prochainement, aux éditions Armand Colin, un ouvrage sur les crimes de guerre commis par l'armée japonaise.
Un sujet que Romuald a déja longuement évoqué ici même.

L'armée de l'empereur
violences et crimes du Japon en guerre 1937 - 1945

http://www.livresdeguerre.net/forum/con ... ndex=29164

(merci à VB pour l'info)


Je vais surveiller avec intérêt cet ouvrage. À ma connaissance, ce sera le premier livre original sur le sujet publié en français. Il était temps !!!!


 

Voir le Blog de romualdtaillon : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de romualdtaillon  Nouveau message 26 Jan 2007, 15:49

Nicolas Bernard a écrit:Excellente initiative, de la part d'un historien spécialiste des dictatures asiatiques - sa contribution au Livre noir du communisme figure parmi les meilleures de cet ouvrage. Car il est vrai que les crimes de guerre japonais revêtent à l'heure actuelle une grande importance mémorielle et en conséquence politique.

Ce n'est qu'à partir des années 70 que sera mentionné dans divers manuels scolaires le massacre de Nankin, commis en décembre 1937 par les soldats japonais, dans le cadre de l'invasion de la Chine, et ayant abouti à la mise à mort de plusieurs dizaines de milliers de personnes (le bilan mortuaire le plus élevé atteint les 300.000 victimes). Ce massacre, érigé en symbole de la politique criminelle menée par le Japon lors de ses guerres de conquêtes, est devenu la cible des négationnistes nippons, la publication d'un ouvrage récent - non exempt d'erreurs, sinon de simplifications - consacré à cet événement (Iris Chang, The Rape of Nanking. The forgotten Holocaust of World War II, Penguin Books, 1998) ayant littéralement agité les milieux conservateurs à Tokyo. Voir à ce sujet Joshua A. Fogel, (dir.), The Nanjing Massacre in History and Historiography, University of California Press, 2000, et notamment Takashi Yoshida, « A Battle over History. The Nanjing Massacre in Japan », ibid.), p. 70-132.


À cet effet, une rumeur court à l'effet que la mort de Mlle Chang en 2004, alors qu'elle préparait un livre sur la Marche de la mort de Bataan, ne serait pas dûe à un suicide lié à une profonde dépression, mais à un assassinat par des fanatiques de l'ère shôwa.

Parmi les notes retrouvées dans ses papiers personnels, l'une d'entre elles, datée du 8 novembre, mentionnait ceci : "...Plusieurs jours avant que je quitte Louisville (E-U), j'ai eu de profonds pressentiments quant à ma sécurité. J'ai ressenti soudainement des menaces à ma vie; un sentiment étrange que j'étais suivi dans les rues, un camion blanc stationné en permanence devant ma maison, des colis endommagés dans ma boîte postale. Je crois que ma détention à l'hopital était une façon pour le gouvernement de me discréditer. J'ai considéré m'enfuir mais je ne serai jamais capable d'échapper à mes craintes."

Délire paranoiaque d'une personne épuisée et sous médication ? Ses fans éplorés ne peuvent le croire...


Image

Les expériences médicales pratiquées sur des cobayes humains prisonniers de guerre par les Unités 731 et 100 de l'armée nippone ont fait l'objet d'une stratégie similaire d'oubli et de dénégation (voir Peter Williams & David Wallace, La guerre bactériologique. Les secrets des expérimentations japonaises, Albin-Michel, 1990 et Hal Gold, Unit 731 Testimony, Charles E. Tuttle Co., 1996),


Sur ce sujet, je rappelle à nouveau la citation du juge néerlandais Röling qui déclarait en 1981 en préface d'un article du Bulletin of the Atomic Scientists, "À titre de juge au Tribunal millitaire international d'extrême-orient, c'est une expérience amère pour moi de n'être informé que maintenant que des activités criminelles japonaises de la nature la plus abjecte ordonnées par le gouvernement central, ont été tenues hors de la connaissance du Tribunal par le gouvernement des États-Unis."


 

Voir le Blog de romualdtaillon : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 6  Nouveau message de Nicolas Bernard  Nouveau message 27 Jan 2007, 18:41

romualdtaillon a écrit:À cet effet, une rumeur court à l'effet que la mort de Mlle Chang en 2004, alors qu'elle préparait un livre sur la Marche de la mort de Bataan, ne serait pas dûe à un suicide lié à une profonde dépression, mais à un assassinat par des fanatiques de l'ère shôwa.

Parmi les notes retrouvées dans ses papiers personnels, l'une d'entre elles, datée du 8 novembre, mentionnait ceci : "...Plusieurs jours avant que je quitte Louisville (E-U), j'ai eu de profonds pressentiments quant à ma sécurité. J'ai ressenti soudainement des menaces à ma vie; un sentiment étrange que j'étais suivi dans les rues, un camion blanc stationné en permanence devant ma maison, des colis endommagés dans ma boîte postale. Je crois que ma détention à l'hopital était une façon pour le gouvernement de me discréditer. J'ai considéré m'enfuir mais je ne serai jamais capable d'échapper à mes craintes."

Délire paranoiaque d'une personne épuisée et sous médication ? Ses fans éplorés ne peuvent le croire...


Et pourtant, tout indique qu'il s'agit bel et bien d'un délire paranoïaque, résultant dudit épuisement et de ladite médication.

D'abord, les faits : elle était dépressive, ne dormait plus, et les psychiatres ont relevé que son état s'aggravait. L'enquête a révélé qu'elle s'était bel et bien suicidée, en se tirant une balle dans la bouche.

Ensuite, la logique : compte tenu du fait que des ouvrages sont déjà parus sur Nankin et, surtout, Bataan, je vois mal quel mobile aurait pu pousser Tokyo ou Washington à agir...



Sur ce sujet, je rappelle à nouveau la citation du juge néerlandais Röling qui déclarait en 1981 en préface d'un article du Bulletin of the Atomic Scientists, "À titre de juge au Tribunal millitaire international d'extrême-orient, c'est une expérience amère pour moi de n'être informé que maintenant que des activités criminelles japonaises de la nature la plus abjecte ordonnées par le gouvernement central, ont été tenues hors de la connaissance du Tribunal par le gouvernement des États-Unis."


Cela étant, si les Soviétiques ont au moins jugé certains membres de l'Unité 731, ils ont également su profiter de leurs découvertes, et ont rapatrié les condamnés au Japon en 1956...

Si je ne considère pas le procès de Tokyo comme une farce, il demeure qu'il ne saurait constituer une réussite à la hauteur de Nuremberg. L'Empereur n'y a pas été jugé, et le Ministère public américain s'est arrangé avec les accusés pour le blanchir - non sans gaffes, néanmoins, puisque la vedette du procès, l'ex-général Tojo, confiera un jour en audience que jamais il n'aurait agi sans le consentement de Sa Majesté.
« Choisir la victime, préparer soigneusement le coup, assouvir une vengeance implacable, puis aller dormir… Il n'y a rien de plus doux au monde » (Staline).

vétéran
vétéran

 
Messages: 1215
Inscription: 22 Fév 2006, 14:15

Voir le Blog de Nicolas Bernard : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 7  Nouveau message de romualdtaillon  Nouveau message 27 Jan 2007, 18:54

Nicolas Bernard a écrit:
romualdtaillon a écrit:
Délire paranoiaque d'une personne épuisée et sous médication ? Ses fans éplorés ne peuvent le croire...


Et pourtant, tout indique qu'il s'agit bel et bien d'un délire paranoïaque, résultant dudit épuisement et de ladite médication.

D'abord, les faits : elle était dépressive, ne dormait plus, et les psychiatres ont relevé que son état s'aggravait. L'enquête a révélé qu'elle s'était bel et bien suicidée, en se tirant une balle dans la bouche.

Ensuite, la logique : compte tenu du fait que des ouvrages sont déjà parus sur Nankin et, surtout, Bataan, je vois mal quel mobile aurait pu pousser Tokyo ou Washington à agir...



Je partage votre avis. Selon moi, les menaces dont elle a été victime, la contreverse et la haine dont elle a fait l'objet, conjugué au fait de toujours patauger dans des sujets éprouvants, ont eu raison de son équilibre et l'ont mené au suicide. Lors d'une entrevue après sa mort, sa mère avait d'ailleurs déclaré :"Elle s'identifiait trop aux victimes!"

Elle m'inspire néanmoins beaucoup de sympathie. Je ainsi garde en mémoire le moment où en pleine télévision, dans un débat animé par Elizabeth Farnsworth en 1998, elle a remis à sa place l'ambassadeur japonais, Kunihiko Saito, qui tergiversait selon le caractère alambiqué usuel de la diplomatie nipponne quant à la position de son gouvernement à l'égard des crimes de guerre des forces shôwa! ...

Cela étant, si les Soviétiques ont au moins jugé certains membres de l'Unité 731, ils ont également su profiter de leurs découvertes, et ont rapatrié les condamnés au Japon en 1956...

Si je ne considère pas le procès de Tokyo comme une farce, il demeure qu'il ne saurait constituer une réussite à la hauteur de Nuremberg. L'Empereur n'y a pas été jugé, et le Ministère public américain s'est arrangé avec les accusés pour le blanchir - non sans gaffes, néanmoins, puisque la vedette du procès, l'ex-général Tojo, confiera un jour en audience que jamais il n'aurait agi sans le consentement de Sa Majesté.


Oui, la "relative" clémence des soviétiques a fait couler beaucoup d'encre. Plusieurs pensent que c'était le seul moyen d'obtenir des informations précises sur les travaux de recherche bactérilogique. Au moins, le procès de Khabarovsk aura permis de recueillir de précieux renseignements.

Absolument; non seulement Shôwa mais TOUTE la famille impériale a échappé à la justice. Ce n'est certes pas un modèle d'équité.

Faible consolation, Bonner Fellers, qui avait entre autres permis aux prisonniers d'échanger leurs notes avant le procès, aura été rapatrié dans la disgrâce à Washington...


 

Voir le Blog de romualdtaillon : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 8  Nouveau message de Nicolas Bernard  Nouveau message 27 Jan 2007, 19:27

romualdtaillon a écrit:Je partage votre avis. Selon moi, les menaces dont elle a été victime, la contreverse et la haine dont elle a fait l'objet, conjugué au fait de toujours patauger dans des sujets éprouvants, ont eu raison de son équilibre et l'ont mené au suicide.


En effet. Sujet lourd et délire médiatique sont dangereux pour la santé. On l'a bien vu pour un certain Daniel J. Goldhagen, l'auteur des Bourreaux volontaires de Hitler (mais il est vrai que l'ouvrage, en dépit de bonnes remarques ça et là, est une fraude, comme démontré par Norman Finkelstein et Ruth Birn dans L'Allemagne en procès. La thèse de Goldhagen et la vérité historique, Albin Michel, 1999). A ceci près qu'il a versé dans un extrémisme politique qui influe ses considérations historiennes. Outre qu'il est stressé et dort moins bien.



Elle m'inspire néanmoins beaucoup de sympathie. Je ainsi garde en mémoire le moment où en pleine télévision, dans un débat animé par Elizabeth Farnsworth en 1998, elle a remis à sa place l'ambassadeur japonais, Kunihiko Saito, qui tergiversait selon le caractère alambiqué usuel de la diplomatie nipponne quant à la position de son gouvernement à l'égard des crimes de guerre des forces shôwa! ...


J'ai apprécié son ouvrage sur Nankin, quoique... mettons, "incomplet", ou parfois pas assez "nuancé", au moins s'agissant des responsabilités impériales - même si je pense effectivement que le massacre découle d'une stratégie dictée, au moins dans ses grandes lignes, par l'Empereur.

Malgré quelques réserves, je dirais que le livre constitue une introduction recommandable (entre autres ouvrages) pour les curieux. Je serais curieux de savoir ce que vous en pensez.



Oui, la "relative" clémence des soviétiques a fait couler beaucoup d'encre. Plusieurs pensent que c'était le seul moyen d'obtenir des informations précises sur les travaux de recherche bactérilogique. Au moins, le procès de Khabarovsk aura permis de recueillir de précieux renseignements.


A tel point que je me demande si leur campagne de propagande contre "Ridgway la Peste", pendant la guerre de Corée, n'a pas quelque chose à voir avec cette fort curieuse clémence...



Absolument; non seulement Shôwa mais TOUTE la famille impériale a échappé à la justice. Ce n'est certes pas un modèle d'équité.


Voyons, il importait pour l'équilibre du monde que le Prince Asaka continuât de jouer au golf... Quelques années auparavant, il avait participé au massacre de Nankin.



Faible consolation, Bonner Fellers, qui avait entre autres permis aux prisonniers d'échanger leurs notes avant le procès, aura été rapatrié dans la disgrâce à Washington...


D'autant plus réjouissant que ce prophète du nouveau Dieu américain au Japon était un antisémite viscéral, plus à droite qu'Attila.
« Choisir la victime, préparer soigneusement le coup, assouvir une vengeance implacable, puis aller dormir… Il n'y a rien de plus doux au monde » (Staline).

vétéran
vétéran

 
Messages: 1215
Inscription: 22 Fév 2006, 14:15

Voir le Blog de Nicolas Bernard : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 9  Nouveau message de romualdtaillon  Nouveau message 28 Jan 2007, 16:35

Nicolas Bernard a écrit:J'ai apprécié son ouvrage sur Nankin, quoique... mettons, "incomplet", ou parfois pas assez "nuancé", au moins s'agissant des responsabilités impériales - même si je pense effectivement que le massacre découle d'une stratégie dictée, au moins dans ses grandes lignes, par l'Empereur.


À c e sujet, il serait intéressant de reprendre éventuellement l'intéressant débat que nous avions laissé en plan dans la rubrique appropriée. Je suis toujours convaincu du fait que l'implication de Hirohito se limite à son approbation de la directive du mois d'août suspendant l'application des conventions internationales sur les droits des prisonniers de guerre et à ses pressions sur l'état-major afin qu'ils prennent Nanking "à tout prix".

Malgré quelques réserves, je dirais que le livre constitue une introduction recommandable (entre autres ouvrages) pour les curieux. Je serais curieux de savoir ce que vous en pensez.


J'en pense beaucoup de bien. Cet ouvrage n'est certes pas une thèse historique et ne doit pas être considéré comme tel. Il s'agit d'une oeuvre de vulgarisation faite dans un esprit journalistique. Son grand mérite est d'avoir lancé le débat. L'historien qui veut en savoir plus ira voir plus loin notamment dans Eyewitness to Massacre : American missionaries bear witness to Japanese atrocities in Nanjing édité par Zhang Kaihuan.

L'ouvrage de Mlle Chang a principalement été critiqué pour deux choses : l'inexactitude des données statistiques et de certains faits ainsi que les légendes sous certaines photos.

Mlle Chang a fait un important travail de révision depuis la publication de son première édition. Il est d'ailleurs intéressant de souligner ici qu'originalement elle identifiait, conformément à la décision du Tribunal de Tokyo, Iwane Matsui comme étant le principal responsable des atrocités. Après avoir fait de nouvelles recherches, elle a, sur la base de l'ordre écrit d'Isamu Cho et de la maladie du général, identifié le prince Asaka.

Concernant les photos. Certaines ont été dénoncées par plusieurs organisations négationnistes comme la Tsukurukai. Exemple :

Pour la première, Fujioka et les négationistes reprochent à Chang d'avoir indiquer que les cadavres étaient ceux de civils chinois et soutiennent qu'il s'agit en fait de soldats.

Image

Pour la seconde, on reproche à Chang d'avoir laissé entendre que la femme serait violée alors que la Tsukurukai soutient qu'i s'agirait simplement d'une "photo souvenir" prise dans un bordel par un soldat shôwa.

Image

Ces controverses n'enlèvent pas à mon avis le mérite de l'ouvrage qui se veut un pavé lancé dans la mare. Sans The rape of Nanking, probablement ne discuterions nous même pas de ce sujet aujourd'hui... En dépit de tous ses défauts, il demeure une oeuvre utile.


 

Voir le Blog de romualdtaillon : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 10  Nouveau message de Nicolas Bernard  Nouveau message 28 Jan 2007, 18:27

romualdtaillon a écrit:À c e sujet, il serait intéressant de reprendre éventuellement l'intéressant débat que nous avions laissé en plan dans la rubrique appropriée. Je suis toujours convaincu du fait que l'implication de Hirohito se limite à son approbation de la directive du mois d'août suspendant l'application des conventions internationales sur les droits des prisonniers de guerre et à ses pressions sur l'état-major afin qu'ils prennent Nanking "à tout prix".


Je serais enchanté de reprendre ce débat, mais... à la fin du mois. J'ai d'abord à boucler un travail de réfutation d'une "historienne" qui nie la réalité d'une famine ayant ravagé l'Ukraine (et le Kouban, et le Kazakhstan) en 1932-1933, outre divers articles à taper pour des revues papier.

Le sujet des responsabilités de Nankin suppose en effet 1) un rappel des faits et 2) un rappel des controverses, ce qui suppose d'apporter des éléments biographiques relatifs à Matsui, Asaka, l'Empereur, etc.

Mais je compte bien y revenir.



L'ouvrage de Mlle Chang a principalement été critiqué pour deux choses : l'inexactitude des données statistiques


Exact. Il est vrai qu'il n'y a guère plus difficile, en Histoire, que d'établir des bilans mortuaires.



et de certains faits ainsi que les légendes sous certaines photos.


C'est d'ailleurs de cette manière que j'ai entendu parler d'elle, ce qui m'a poussé à acheter le livre, et à lui trouver des qualités.



Mlle Chang a fait un important travail de révision depuis la publication de son première édition. Il est d'ailleurs intéressant de souligner ici qu'originalement elle identifiait, conformément à la décision du Tribunal de Tokyo, Iwane Matsui comme étant le principal responsable des atrocités. Après avoir fait de nouvelles recherches, elle a, sur la base de l'ordre écrit d'Isamu Cho et de la maladie du général, identifié le prince Asaka.


Il est en effet impossible d'accuser formellement Matsui comme commanditaire, ou même comme exécutant, des atrocités. Sans aller jusqu'à clamer l'innocence absolue du bonhomme - réputé, il me semble, pour sa sinophilie -, je rejoins Chang sur ce point : les responsabilités étaient ailleurs. Bien plus haut.



Concernant les photos. Certaines ont été dénoncées par plusieurs organisations négationnistes comme la Tsukurukai.

Pour la première, Fujioka et les négationistes reprochent à Chang d'avoir indiquer que les cadavres étaient ceux de civils chinois et soutiennent qu'il s'agit en fait de soldats.


S'agissant de cette photographie, quelles... euh... "preuves" avançaient les négationnistes ?



Pour la seconde, on reproche à Chang d'avoir laissé entendre que la femme serait violée alors que la Tsukurukai soutient qu'i s'agirait simplement d'une "photo souvenir" prise dans un bordel par un soldat shôwa.


Le problème est que de telles affirmations sont issues de milieux négationnistes, ce qui implique toujours une arnaque.



Ces controverses n'enlèvent pas à mon avis le mérite de l'ouvrage qui se veut un pavé lancé dans la mare. Sans The rape of Nanking, probablement ne discuterions nous même pas de ce sujet aujourd'hui...


Pas si sûr. Le sujet m'intéresse depuis longtemps, et j'avais déjà recueilli quelques éléments. Au moins le livre de Chang a-t-il eu cet autre mérite de synthétiser des événements complexes.



En dépit de tous ses défauts, il demeure une oeuvre utile.


Tout à fait.
« Choisir la victime, préparer soigneusement le coup, assouvir une vengeance implacable, puis aller dormir… Il n'y a rien de plus doux au monde » (Staline).

vétéran
vétéran

 
Messages: 1215
Inscription: 22 Fév 2006, 14:15

Voir le Blog de Nicolas Bernard : cliquez ici


Suivante

Retourner vers LA BIBLIOTHEQUE DU FORUM




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Quizz Aviation - Suite 13 
il y a 4 minutes
par: iffig 
    dans:  le cuirassé Courbet 
il y a 14 minutes
par: Loïc Charpentier 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 12 
il y a 27 minutes
par: kfranc01 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
il y a 32 minutes
par: iffig 
    dans:  La baraque des prêtres: Dachau,1938-1945 
il y a 33 minutes
par: alfa1965 
    dans:  Paras Allemands en Lorraine en mai 44 ? 
Aujourd’hui, 13:52
par: RoCo 
    dans:  Histoire économique de Vichy 
Aujourd’hui, 12:52
par: pierma 
    dans:  Amazon et Ebay sommés de retirer des faux Lego représentant des soldats du IIIe Reich 
Aujourd’hui, 12:47
par: carcajou 
    dans:  Le Camp de Drancy: seuil de l'enfer juif 
Aujourd’hui, 12:29
par: carcajou 
    dans:  Transcription 
Aujourd’hui, 12:09
par: carcajou 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: alfa1965, Alfred, de.rene, Gerard LAIB, PHILIPPE77, pierma, Rob1, Shyraku et 33 invités


Scroll