Connexion  •  M’enregistrer

Claude Lanzmann "scie" Les Bienveillantes

Venez nous présenter votre dernière lecture ou des ouvrages qui vous tiennent particulièrement à coeur.
Parlons des dernières parutions concernant la seconde guerre mondiale.
Une belle photo de la couverture est toujours la bienvenue...
MODÉRATEURS: Gherla, Marc_91

_________________________________________________________________________

Image
La Bibliothèque du Portail : Les Livres de Référence, les Meilleures présentations ...
La Bibilothèque de Référence sur la Seconde Guerre Mondiale => Cliquez ici

Nouveau message Post Numéro: 31  Nouveau message de panzer5  Nouveau message 15 Nov 2006, 13:46

Il semble effectivement que Lanzmann ait un certain problème d'ego puisqu'on peut lire dans le numéro du Nouvel Obs traitant des SS, qu'il se considère comme un des seuls à pouvoir appréhender dans toute son horreur et sa réalité ce que fut la Shoah...


 

Voir le Blog de panzer5 : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 32  Nouveau message de laverdure  Nouveau message 15 Nov 2006, 14:46

Je ne suis pas sûre que ce soit un problème d'ego...

Oui, il parlait de la "liste de Schindler" et c'est Durand qui l'avait lancé sur cette piste sur laquelle Lanzmann ne voulait pas embrayer, visiblement.

Je pense que Lanzmann, après toutes ces années passées à écouter et enregistrer les paroles des bourreaux et des victimes (sachant que dans le montage final, il a dû mettre de côté beaucoup de choses) doit penser que ce type de réalité est tellement dense qu'à côté, toute fiction semble dépassée. Je crois que c'est ce qu'il veut dire en citant le détail qui selon lui rend le personnage de Little peu crédible.

Je ne me fais pas l'avocate de Lanzmann. Il est possible qu'il aie des problèmes d'ego (je n'ai rien remarqué de plus que chez de nombreux réalisateurs, de docs ou de fiction), mais en l'occurence, ce qu'il a appris en tournant Shoa, c'est que tous ces nazis se justifiaient souvent en disant qu'ils avaient suivi les ordres, qu'ils n'étaient qu'un pion dans une machine bien rôdée. C'est un système de défense bien connu chez tous ceux qui ont été accusés d'être des criminels contre l'humanité.

Or, d'après ce que j'ai compris (je n'ai pas encore lu le livre de Little), si tous les détails, les descriptions sont parfaitement "rendus" et conformes à la réalité (c'est toujours Lanzmann qui le dit), le fait même que le héros de Little se mette en avant et distingue ce qu'il a fait comme quelque chose de particuler est antinomique, les nazis qu'il a approchés mettant plutôt en avant le fait que tout ce qui a été accompli n'était somme toute que quelque chose de très ordinaire. Ou leur apparaissait comme tel.
C'est en cela qu'il lui semblait que le héros de Little n'était pas crédible. Pour le reste, il faisait plutôt l'éloge du livre, tant sur un plan de qualité littéraire que par rapport à la personnalité de Little qu'il a longuement rencontré. Ils ont continué à s'écrire et semblent s'estimer et s'admirer mutuellement.
Je vais voir si je peux retrouver l'intégralité des propos de Lanzmann dans l'émission.


 

Voir le Blog de laverdure : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 33  Nouveau message de BAST  Nouveau message 15 Nov 2006, 15:09

laverdure a écrit:Je ne suis pas sûre que ce soit un problème d'ego...

Oui, il parlait de la "liste de Schindler" et c'est Durand qui l'avait lancé sur cette piste sur laquelle Lanzmann ne voulait pas embrayer, visiblement.

Je pense que Lanzmann, après toutes ces années passées à écouter et enregistrer les paroles des bourreaux et des victimes (sachant que dans le montage final, il a dû mettre de côté beaucoup de choses) doit penser que ce type de réalité est tellement dense qu'à côté, toute fiction semble dépassée. Je crois que c'est ce qu'il veut dire en citant le détail qui selon lui rend le personnage de Little peu crédible.


ok je veux bien, mais dans ce cas pourquoi ne fait-il pas une sortie dvd spéciale sur son documentaire Shoa?
la technologie est disponible pour proposer son documentaire en intégralité.
non en fait je crois qu'il n'accepte pas l'idée que l'on puisse faire un roman avec comme héro principale un SS qui confie son expérience passée, pour faire une sorte de méa culpa.


 

Voir le Blog de BAST : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 34  Nouveau message de laverdure  Nouveau message 15 Nov 2006, 15:22

BAST a écrit:
ok je veux bien, mais dans ce cas pourquoi ne fait-il pas une sortie dvd spéciale sur son documentaire Shoa?
la technologie est disponible pour proposer son documentaire en intégralité.


Je ne sais pas, peut-être un problème de droits avec un éditeur ? de distribution ? Et doit-il faire une sortie spéciale à chaque fois qu'un nouveau livre sort ? Mais je crois qu'il existe une intégrale de "Shoa".

BAST a écrit:non en fait je crois qu'il n'accepte pas l'idée que l'on puisse faire un roman avec comme héro principale un SS qui confie son expérience passée, pour faire une sorte de méa culpa.


C'est possible en effet. Mais le livre de Little est-il une sorte de mea culpa ? Je n'ai pas vraiment le sentiment, au vu du parcours et de la personnalité de Little, qu'il cherche en quoi que ce soit à "excuser" les actions des nazis, ni rien de ce genre.
Il est fort possible que tu aies raison, car Lanzmann n'a apparemment pas non plus apprécié le film de Roberto Benigni (il n'a pas voulu s'étendre sur le sujet quand Durand lui a tendu la perche).

Fondamentalement, il y a un grand sujet de division entre les cinéastes : les documentaristes pensent que la réalité dépasse la fiction.
Les cinéastes de fiction pensent qu'une façon de sensibiliser le public à la réalité est justement de les "fictionnariser".
A ce jour, le débat reste ouvert. Je pense que le gagnant est le public.

Mais, sur d'autres sujets, on peut tout de même se poser la question de la pertinence de la fiction. Confer l'exemple de "rose bonbon" par rapport à la pédophilie.
Au-delà, le débat s'ouvre sur cette lancinante question : peut-on, au nom de la liberté d'expression, tout dire et de n'importe quelle manière ?

Et là, c'est un autre débat. Et je crois que Little a aussi voulu ouvrir cette question. En l'écoutant s'exprimer, je n'y vois de sa part aucune provocation.


 

Voir le Blog de laverdure : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 35  Nouveau message de laverdure  Nouveau message 15 Nov 2006, 17:51

Pour compléter le sujet sur les documentaires sur les nazis, je vous signale

- SHOAH de Claude Lanzmann
4 DVD Zone 2
(prix approx 59 €)

- DE NUREMBERG A NUREMBERG de Frédéric Rossif & Philippe Meyer
3 DVD Zone 2 - 180 mn
(prix approx 39,50 €)

et, d'un cinéaste de fiction, mais qui a fait LE film qui fait date sur les camps, film resté longtemps interdit à la tv et qui maintenant repasse régulièrement
- NUIT ET BROUILLARD d'Alain Resnais
Version restaurée Zone 2 - 272 mn
accompagné d'un CD audio et d'un livret de 60 pages
(prix approx 30 €)

Bien entendu, cette liste n'est pas exhaustive et certaines chaînes de tv (Arte pour ne pas la nommer) produisent régulièrement des documentaires sur le sujet. Je ne peux que vous engager à brancher vos magnétoscopes tard le soir sur France 3 et Arte (et parfois France 2).


 

Voir le Blog de laverdure : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 36  Nouveau message de Tom  Nouveau message 15 Nov 2006, 18:52

:D :D Petit rappel sur la liberté d’expression (tiré de Wikipédia).

La liberté d'opinion et d'expression est généralement considérée comme une liberté fondamentale de l'homme. Elle est citée à l'article 19 de la Déclaration universelle des droits de l'homme comme suit :

"Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considération de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit."

Cependant, un certain nombre de juridictions, sous l'égide des Nations Unies ou de certains pays, limitent toutefois cette liberté en cas de diffamation ou de calomnie, d’incitation à la haine raciale, nationale ou religieuse, à l’appel au meurtre ou à la guerre.

Lorsque des personnes de pouvoir ou des institutions interviennent officiellement ou non pour limiter l'expression, hors des cas généraux qui la restreignent, on parle de censure. Le sexe et la violence sont les thèmes les plus souvent visés par la censure, mais la liberté d'expression subit parfois des restrictions pour des raisons particulières concernant la protection de l’enfance, des droits d’auteur, des citoyens (comme le Patriot Act aux USA ou la loi Gayssot en France contre la position idéologique consistant à nier l‘existence des chambres à gaz nazies).

La liberté d'expression est bien souvent la première des libertés éliminées dans les régimes totalitaires…

:cheers:

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 956
Inscription: 17 Oct 2006, 18:39

Voir le Blog de Tom : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 37  Nouveau message de laverdure  Nouveau message 15 Nov 2006, 19:15

Tom a écrit:La liberté d'expression est bien souvent la première des libertés éliminées dans les régimes totalitaires…

:cheers:


C'est bien en cela que le livre de Littell soulève des polémiques, qui sont l'expression, elles aussi, de la liberté de s'exprimer librement en démocratie.
Je ne peux que répéter que tout débat est un bon signe de santé démocratique.

Ceci dit, la loi Gayssot (de même que la loi Taubira), n'empêchent en rien certaines opinions de s'exprimer. Leurs auteurs peuvent cependant être poursuivis en justice.

Une censure plus sournoise guette les artistes : l'auto-censure.

Malgré mes efforts, je n'ai pu retrouver la transcription d'Esprits Libres pour avoir in extenso le texte des déclarations de Lanzmann.
Si l'un d'entre vous a magnétoscopé cette émission, qu'il se fasse connaître :)


 

Voir le Blog de laverdure : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 38  Nouveau message de Tom  Nouveau message 17 Nov 2006, 17:13

:D Laverdure a écrit : Ceci dit, la loi Gayssot (de même que la loi Taubira), n'empêchent en rien certaines opinions de s'exprimer. Leurs auteurs peuvent cependant être poursuivis en justice.

;) Certes, aucune loi n'empêche quelqu'un de la violer, mais celui ou celle qui enfreint la loi commet une infraction... Ainsi une loi qui limite la liberté d'expression en interdisant certains propos n'empêche évidemment personne de les tenir, comme le code de la route n'empêche pas un automobiliste de brûler un feu rouge, mais elle punit celui ou celle qui les tient.

La question, en la matière, est de savoir si la protection des citoyens nécessite de légiférer pour imposer une vérité historique quelle qu'elle soit... ;)

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 956
Inscription: 17 Oct 2006, 18:39

Voir le Blog de Tom : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 39  Nouveau message de laverdure  Nouveau message 17 Nov 2006, 18:44

Tom a écrit:La question, en la matière, est de savoir si la protection des citoyens nécessite de légiférer pour imposer une vérité historique quelle qu'elle soit... ;)


Oui mais là, tu fais référence au projet de loi sur "les bienfaits de la colonisation" (par exemple).

Il y a encore un creux entre "limiter la liberté d'expression" pour empêcher l'incitation au crime, à la haine ou encore la diffamation (par exemple);
et "imposer comme vérité un fait".
Heureusement ajouterais-je. Mais jusqu'à quand ?

Mais effectivement, on peut se poser la question : doit-on tout réglementer dans une démocratie ? Dans ce cas, quid du libre arbitre et de la liberté de chaque citoyen (liberté constitutionnelle) ?
La loi doit-elle remplacer la morale ?
Je me demande si on pose encore ces questions au bac de philo ...

Néanmoins, on légifère à tour de bras, mais attendant, faisons-nous bien respecter les lois qui existent déjà ? (confer le décret oi sur le port du voile qui redonde avec la la constitution)
Quand je pense que Badinter essaie de "dégraisser" et de rajeunir le Code Napoléon depuis 30 ans, on se demande si nos députés ne vont pas légèrement à contre-courant.
C'est de la communication : il est plus facile de faire voter une loi (il y en a des croquignolettes) que d'agir dans son département.
Plus facile de faire de petites phrases (plus de de Gaulle pour les grandes) que de mener de vraies actions.

Alors, électeurs, futurs électeurs, prenez vos responsabilités, votez !


 

Voir le Blog de laverdure : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 40  Nouveau message de Nicolas Bernard  Nouveau message 18 Nov 2006, 19:04

1) Sur la loi Gayssot, voir ce dossier, le plus complet sur la question.

2) OK, ce que j'écris là, sur le roman de Littell, est <b>très</b> intello, mais enfin...

Le roman est surtout connu par le prisme d’un tohu-bohu médiatique aux origines variées, aux significations multiples. Difficile de rester neutre, dans cette polémique aux cent visages, aux mille questions : la Shoah est-elle traduisible en fiction ? Dans l’affirmative, est-il moral, sinon légitime, sinon opportun, sinon innocent, de confier le rôle de narrateur à un SS ? Dans l’affirmative, le romancier peut-il y ajouter sa vision personnelle, l’assaisonner d’onirisme, de fantastique, d’érotisme, ou, comme le clameront ses adversaires, du produit culturellement fertile de sa masturbation intellectuelle ?

Autant résoudre une question immédiatement. Non, ce roman n’est pas un simple roman. Ce n’est pas une simple œuvre littéraire. Il n’y, chez Littell, aucune gratuité. Il l’avoue lui-même : l’homme a vu les charniers dans le cadre de son action humanitaire, et a depuis cherché à se l’expliquer, à l’expliquer. D’où un travail de recherche considérable, admirable même (on aimerait que certains historiens suivent son exemple). D’où cette somme d’informations, de détails, d’abréviations, de locutions allemandes. Les Bienveillantes, de même que La Guerre et la Paix de Tolstoï et le Vie et Destin de Grossman, fait partie de ces œuvres complexes à prétention historique. Littell ne cherche pas à créer des effets de style. En dépit de plusieurs passages purement oniriques et parfois très beaux, en dépit de clins d’œil ou de pastiches littéraires (voir la confrontation entre le narrateur et un commissaire politique soviétique, évocation de la littérature russe), sa plume est sèche, nerveuse, épuisante à force de nous immerger dans l’horreur. Littell est Baudelaire, Rimbaud et Maupassant lorsqu’il s’agit de parler rêve, fantasmes et hallucinations, mais il est Zola, celui de La Débâcle, pour nous exposer le crime. Chez Kressman Taylor (Inconnu à cette adresse), quelques dizaines de pages suffisent pour décrire la folie d’une idée. Chez Littell, il en faut 890, car il ne s’arrête pas à l’idée, mais prolonge sa réflexion au système que l’idée a créé. En ce sens, l'ouvrage recèle une prétention historique, et les historiens ont le droit - le devoir même - d'émettre à son sujet leur avis, voire leurs critiques.

Mais l’ouvrage n’est pas non plus réductible au manuel d’Histoire. En ce sens, ce livre me fait inévitablement penser à L’Archipel du Goulag : comme Soljenitsyne, Littell dénonce un mal érigé en empire, et décrit totalement une machine totalitaire ; comme Soljenitsyne, il opte pour la solution littéraire parce que pas plus que Soljenitsyne, il n’est historien. Là réside la nuance. Hilberg, Browning, Reitlinger, Kershaw, Mommsen, Aly, Heim, Brayard, Husson, Ingrao nous ont décortiqué le mécanisme du génocide. Ils s’arrêtent à l’événement, dont ils analysent le contenu, la portée. De par leur statut, ils doivent conserver certaine distance. Une distance que Littell réfute, de par son statut de romancier. Chez lui, le patron de Einsatzkommando Paul Blobel ne se contente pas de massacrer les Juifs à Babi Yar : Blobel crie, gueule, tempête, explose, boit, s’impatiente – en un mot, vit. Les historiens ont exposé la catastrophe : Littell la restitue dans nos cinq sens, lui donne la vue, le bruit, l’odeur, le goût, le toucher. Maximilian Aue voit les fosses communes et les crématoires, entend les mitrailleuses SS, sent l’odeur des cadavres, vomit toutes les 10 pages, prend un enfant juif par la main pour l’amener à un bourreau. Il est l’homme qui permet au lecteur de ressentir « ce qui s’est passé ».

Les Bienveillantes, c’est la confrontation d’un ancien nazi à ses propres souvenirs, ses propres fantasmes, en d’autres termes aux Bienveillantes que sont les déesses romaines de la vengeance, car il n’est peut-être pas de torture plus terrible que celle de sa conscience. Maximilian Aue, homosexuel par frustration, SS par accident, assassin par « nécessité », nous livre sa vision du monde et de son passé, et il serait à cet égard erroné de parler, à son sujet, d’absence totale de remords et de culpabilité. Assurément, l’homme est humain, bassement humain, mais les circonstances d’une part, ses propres choix de l’autre, dictés par le carriérisme, la lâcheté, l’aigreur sentimentale et morale, l’ont amené à participer – et de très près – à l’extermination des Juifs, de « tremper les mains dans le cambouis » de la Solution finale, d’être à la fois bourreau et témoin. Esthète fasciné par le nazisme, poète même jusque dans l’horreur des charniers, aussi pudique dans la relation de ses aventures sexuelles que méthodique dans la description des massacres, Aue n’est pas sorti du conflit l’esprit tranquille. En témoignent ses pitoyables tentatives d’auto-justification, de se prévaloir de sa qualité de témoin pour réintégrer l’humanité (« frères humains… »), quitte à sombrer dans le cynisme le plus abject, celui de la loi de la jungle. Pour Aue, et les hommes étant ce qu’ils sont, rien d’étonnant à ce que le génocide des Juifs soit survenu, et rien d’étonnant à ce qu’il se reproduise ultérieurement, sous d’autres longitudes et latitudes, et à l’encontre d’autres couleurs de peau, d’autres religions.

C’est le nazisme qui a fait d’Aue un nazi, c’est la guerre qui a fait de lui un meurtrier, mais il n’en est pas pour autant une victime, parce que tout écoeuré et nauséeux qu’il soit vis-à-vis de la Solution finale, il ne tient pas à tout plaquer et abandonner ses confrères de l’Ordre noir. Or, il ne manque certainement pas de volonté pour le faire – voyez la manière dont il parvient à éviter toute relation hétérosexuelle par amour charnel mais impossible, idéalisé mais obsédant, pour sa sœur Una… La dernière page, d’ailleurs, nous assène ce terrible paradoxe : c’est alors que Aue doit cesser d’apparaître comme nazi, pour cause de victoire alliée, qu’il commet son crime le plus ignoble, le plus abject, un pur assassinat de sang froid, qui n’a rien de commun avec la mise à mort de sa famille, ou même l’extermination des Juifs. Là, point d’hallucinations, ou de directives venues du plus haut niveau : Aue tue pour lui-même, pour sauver sa peau, et il tue un individu qui, en dépit de ce qu’il lui a apporté, ne représente à ses yeux, et à ce moment précis (la chute de Berlin), d’autre valeur que la possibilité de connaître un exil tranquille en France (!). Aue a achevé sa mutation de nazi à l’heure où le nazisme s’effondre et où son grand leader se tire une balle dans la tête.

Le roman de Littell nous dépeint ainsi la corruption morale engendrée par le national-socialisme, mais prend soin de nous rappeler quelle part de responsabilité personnelle a abouti à faire des Allemands des bourreaux. La dégénérescence de toute une civilisation fait l’objet de pages brillantes, où les envolées lyriques sur les peuplades caucasiennes, la philosophie grecque ou la nature juridique de l’espoir nazi dissimulent des objectifs purement primaires. La culture, ici, n’est pas étalée pour le plaisir, mais par souci de conférer un sens, un alibi, à des visées beaucoup moins épiques, beaucoup plus pragmatiques. A cet égard, le panégyrique de Aue sur l’homosexualité comme vertu militaire n’a d’autre but que de permettre à ce SS de tirer son coup avec un jeune militaire, Partenau, alors que ces deux protagonistes visitent la riviera de Crimée, en 1942 ! Une fois l’avantage acquis, fini les monologues intellectuels, et le cas Partenau est expédié en quelques mots qui nous révèlent simplement que cet amant occasionnel a été tué au cours de la bataille de Koursk, en 1943. Tout ce verbiage pour un cul appelé à devenir un simple nom sur une stèle funéraire… Les débats, extrêmement « profonds », sur la qualification de « Juifs » à décerner à certaines minorités du Caucase à l’heure où s’amorce le désastre de Stalingrad, sont tout aussi révélateurs de ce délire culturel comme justification. Le nazisme séduit, le nazisme est beau, le nazisme est sexy, le nazisme est classe, le nazisme s’intègre à une nation cultivée, mais le nazisme reste d’abord et avant tout le retour en force de nos pulsions reptiliennes pour aboutir au pire de ce que l’humain peut produire. Tel est l’une des leçons du roman de Littell : le nazisme est un déchet auquel ses zélateurs tiennent à donner une allure d’œuvre d’art. Il y a là l’un des fondements du négationnisme, qui cherche à laver le IIIe Reich de tous ses crimes.

L’autre leçon, c’est précisément cette responsabilité personnelle, propre à chaque bourreau. Aue n’est pas « ordinaire », au sens où sa vie privée reste le plus sûr moyen de le distinguer de ses collègues. Ce n’est pas un robot, ni un simple nom dans un des volumineux volumes pondus par Raul Hilberg. C’est un homme avec ses problèmes, ses pulsions, ses joies, ses craintes. Il est cultivé, sensible, intelligent – mais il en fallait bien un pour nous traduire la complexité du IIIe Reich. Et à ce propos, les nazis qu’il rencontre présentent eux aussi des variétés de personnalité : Paul Blobel est un ivrogne, Adolf Eichmann un ambitieux, Otto Ohlendorf un intello, Hans Frank un pauvre type, Werner Best un prudent, Walter Schellenberg un fourbe, Rudolf Höss un médiocre, Rebatet un minable, et ainsi de suite (le dramatis personae du roman figure dans l’index de La Destruction des Juifs d’Europe). L’ami du narrateur, Thomas, est même le profit type du bon copain sympathique que tout un chacun connaît, intelligent et séducteur, consciencieux et jouisseur. Tous ont choisi de faire partie de cette vaste fourmilière qu’est l’administration nazie, dévorée par des tensions contradictoires, mais n’en sont pas pour autant des insectes dénués de caractère.

Cette volonté de Littell de faire de la machine nazie du meurtre de masse un ensemble complexe de personnages personnalisés - en fait, un personnage à elle toute seule - l’amène toutefois à commettre certains excès. Excès de didactisme, tout d’abord : de nombreuses thèses développées par les historiens sont parfois formulées par le biais de dialogues qui alourdissent le récit. Du « travail en direction du Führer », selon la brillante – mais limitée – expression de Ian Kershaw, aux constats médicaux d’un toubib de Stalingrad sur la malnutrition (voir Beevor), des concepts alimentaires de Suzanne Heim et Götz Aly aux mémoires d’Albert Speer, il se dégage parfois du roman un je-ne-sais quoi de fiche de lecture. Avouons-le franchement : Littell a beaucoup lu, et il recrache beaucoup, pas toujours de la meilleure manière. A sa décharge, le travers se retrouve dans les romans les plus connus consacrés à l’extermination des Juifs, d’Holocauste à La mort est mon métier. Seul un grand écrivain tel que Vassili Grossman pouvait s’en défaire.

Excès de fonctionnalisme, ensuite. A croire cette interprétation, et en caricaturant un peu (mais à peine), Hitler ne contrôlait pas grand-chose, et l’Allemagne fasciste n’était qu’un chaos inimaginable de petits Führer jaloux de leurs prérogatives. Lesdites thèses font bon ménage de l’écrasante responsabilité du dictateur nazi, ce qui constitue précisément leur lacune la plus grave. Et historiquement, l’on tient là la lacune la plus grave du roman de Littell. A le suivre, le génocide est à la fois la résultante d’une folie raciste que d’un dérapage lié à la guerre. Hitler a donné sa directive, mais tout s’accomplit dans le plus grand désordre, au petit bonheur la chance. L’aspect prémédité est presque évacué. Du coup, on ne sait plus très bien pourquoi les Juifs sont tués. Maximilian Aue y avoue son impuissance, de même que nombre de protagonistes, qui en appellent à diverses considérations antisémites, économiques, philosophiques, voire alimentaires, toutes souvent confuses. Manière, pour Littell, de nous faire comprendre que la folie brouillonne et désordonnée d’un régime ne pouvait qu’aboutir à un génocide, qu’une fois le premier texte de loi raciste rédigé, le premier meurtre commis, tout irait tout seul. Analyse vague, et à tout le moins discutable, presque capitularde. Mais peut-être pleinement assumée, car difficile est de déterminer une explication au crime absolu, commis sur des millions de victimes par des milliers de meurtriers.

Excès de littérature, enfin. Car Littell s’accorde, comme il fallait le prévoir, certaines « licences artistiques ». Symboles de cet écart, les sieurs Leland et Mandelbrod, personnalités mystérieuses et très haut placées dans la hiérarchie nazie, au point que Himmler, Speer, peut-être même Hitler, leur rendent des comptes, en parlent avec crainte, tout du moins révérence. Nous touchons là au domaine du fantastique, car quelques indices épars donnent à penser que ces individus ne sont autres qu’une variante supplémentaire du Diable, l’agent corrupteur par excellence. Intemporels, et immortels (ils sont pratiquement les seuls survivants du roman), ils semblent avoir déchaîné le Mal antisémite en Allemagne et en Europe, et s’apprêtent, dans les dernières pages, à travailler pour les Soviétiques – même si leurs déclarations au narrateur laissent plutôt entendre que c’est le régime stalinien qui travaillera pour eux, en particulier quand on songe au renouveau de la judéophobie en URSS dans les années d’après-guerre, sous l’impulsion du Kremlin. Insuffisamment développés, ils laissent planer certaine ambiguïté sur leur rôle et leurs motivations. Mais une telle création littéraire, au demeurant dépourvue d’originalité, et outre qu’elle laisse le lecteur sur sa faim, finit par desservir l’intention de l’écrivain. A rattacher le fonctionnement du système national-socialiste aux projets machiavéliques de ces deux « hommes », Littell porte un coup sévère à sa volonté didactique. D’une part, le nazisme n’avait pas besoin de Leland et Mandelbrod pour naître, vivre et mourir : Hitler suffisait, et sans doute est-ce lui qui, dans la réalité, a été le véritable agent corrupteur. D’autre part, et dans l’hypothèse où mon interprétation ésotérique serait la bonne, réduire la catastrophe nazie à une intervention extra-humaine, démoniaque, serait précisément facile… et réducteur.

Mais mon commentaire est déjà bien long, et il est temps de finir. Je comparais Les Bienveillantes à L’Archipel du Goulag. En y réfléchissant, je songe également au Voyage au bout de la nuit, de Céline, ou encore à Candide, de Voltaire, mais un Candide perverti, devenu totalement meurtrier. Pour peu vraisemblable que ce soit – mais Littell avait-il le choix ? – Aue voyage beaucoup, voit à peu près tout, y compris même le Führer dans une séquence grand-guignolesque au Bunker de la Chancellerie, épisode absolument incroyable mais qui ne surprend même plus, tant le lecteur a été confronté à la puissante ignominie de la criminalité nationale-socialiste. Il faut lire ce livre, de par le sujet qu’il traite. Il faut aussi lire ce livre, qui est un grand roman. Mais il faut le lire avec la prudence nécessaire à ce type de lecture.
« Choisir la victime, préparer soigneusement le coup, assouvir une vengeance implacable, puis aller dormir… Il n'y a rien de plus doux au monde » (Staline).

vétéran
vétéran

 
Messages: 1215
Inscription: 22 Fév 2006, 14:15

Voir le Blog de Nicolas Bernard : cliquez ici


PrécédenteSuivante

Retourner vers LA BIBLIOTHEQUE DU FORUM




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
il y a 22 minutes
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Amazon et Ebay sommés de retirer des faux Lego représentant des soldats du IIIe Reich 
il y a 27 minutes
par: frontovik 14 
    dans:  Philippine Commonwealth Army 
Aujourd’hui, 12:46
par: Dog Red 
    dans:  identification de soldats 
Aujourd’hui, 12:31
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Joyeuses fêtes à vous toutes et tous 
Aujourd’hui, 12:19
par: Dog Red 
    dans:  Le bonnet de police dans l'Armée de terre française 
Aujourd’hui, 10:30
par: iffig 
    dans:  Paras Allemands en Lorraine en mai 44 ? 
Aujourd’hui, 08:58
par: JARDIN DAVID 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 12 
Aujourd’hui, 08:40
par: iffig 
    dans:  Opération Neptune sur cartes... 
Aujourd’hui, 00:48
par: kfranc01 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 13 
Aujourd’hui, 00:21
par: Marc_91 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Bing Premium et 17 invités


Scroll