Connexion  •  M’enregistrer

Libres d'obéir ! J CHAPOUTOT

Venez nous présenter votre dernière lecture ou des ouvrages qui vous tiennent particulièrement à coeur.
Parlons des dernières parutions concernant la seconde guerre mondiale.
Une belle photo de la couverture est toujours la bienvenue...
MODÉRATEURS: Gherla, Marc_91

Re: Libres d'obéir ! J CHAPOUTOT

Nouveau message Post Numéro: 11  Nouveau message de JARDIN DAVID  Nouveau message 22 Fév 2020, 18:06

Je n'ai pas lu cela chez Chapoutot

JD
"Laisse faire le temps, ta vaillance et ton roi" (Le Cid)

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8535
Inscription: 22 Aoû 2009, 21:49
Région: Principauté de Salm
Pays: FRANCE

Voir le Blog de JARDIN DAVID : cliquez ici


Re: Libres d'obéir ! J CHAPOUTOT

Nouveau message Post Numéro: 12  Nouveau message de JARDIN DAVID  Nouveau message 23 Fév 2020, 11:55

La lecture continue, mais entre temps, j'ai découvert cette recension, comme toujours très proche de la fiche de lecture, sur le site professoral des "Clionautes" : https://clio-cr.clionautes.org/libres-dobeir.html

Terminant le chapitre concernant SCHARNHORST, je trouve le parallèle intéressant. Pour ceux qui ne liront pas la PJ, je précise que JC pointe la "liberté d'obéir" de l'officier de terrain (à comparer au cadre d'entreprise), dans des limites très précises. En effet, l'officier de terrain n'a aucun avis à formuler concernant le bien-fondé des ordres supérieurs. Liberté toute relative pour définir les moyens d'exécution. Liberté finalement pesante, voire culpabilisante. Lecture agréable jusqu'ici.
JD
"Laisse faire le temps, ta vaillance et ton roi" (Le Cid)

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8535
Inscription: 22 Aoû 2009, 21:49
Région: Principauté de Salm
Pays: FRANCE

Voir le Blog de JARDIN DAVID : cliquez ici


Re: Libres d'obéir ! J CHAPOUTOT

Nouveau message Post Numéro: 13  Nouveau message de thucydide  Nouveau message 24 Fév 2020, 00:59

François Delpla a écrit:
Comme l'histoire politique, l'histoire économique du Reich est encore dans l'enfance et là aussi la sous-estimation des talents de Hitler a retardé la formulation d'un grand nombre de questions. Par exemple, la pluralité des équipes qui travaillaient à l'invention d'armes nouvelles a-t-elle, comme on l'écrit encore - et comme Chapoutot le fait dans ce livre- été à l’origine de gigantesques gaspillages ou au contraire d'une féconde émulation, arbitrée au sommet en temps utile, et l'Allemagne a-t-elle été ici plus efficace ou moins que l'Angleterre ou l'Amérique ? Il serait temps de se le demander. Mais le livre pionnier de Paul Kennedy
est encore centré sur un seul camp https://www.delpla.org/article.php3?id_article=602 .

Donc vous ne parlez pas du livre de Tooze qui est pourtant une excellente histoire économique et politique de l'allemagne des années 20, 30 et du début de guerre.
Qu'en pensez vous?

vétéran
vétéran

 
Messages: 1462
Inscription: 05 Fév 2016, 00:15
Région: paca
Pays: france

Voir le Blog de thucydide : cliquez ici


Re: Libres d'obéir ! J CHAPOUTOT

Nouveau message Post Numéro: 14  Nouveau message de Dog Red  Nouveau message 24 Fév 2020, 08:27

JARDIN DAVID a écrit:Terminant le chapitre concernant SCHARNHORST, je trouve le parallèle intéressant. Pour ceux qui ne liront pas la PJ, je précise que JC pointe la "liberté d'obéir" de l'officier de terrain (à comparer au cadre d'entreprise), dans des limites très précises. En effet, l'officier de terrain n'a aucun avis à formuler concernant le bien-fondé des ordres supérieurs. Liberté toute relative pour définir les moyens d'exécution. Liberté finalement pesante, voire culpabilisante. Lecture agréable jusqu'ici.


Tu évoques l'Auftragstaktik ?
Le "commandement par objectifs" où le supérieur fixe l'objectif et l'exécutant est libre de ses moyens ?
« Les gens pensaient que je portais mes grenades telles une posture d’acteur. Ce n’était pas correct. Elles étaient purement utilitaires. Plus d’une fois en Europe et Corée, des hommes en difficulté trouvèrent le salut à coups de grenades »

General Matthew B. RIDGWAY, XVIII US Airborne Corps Commander, Ardennes 1944

Administrateur
Administrateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 11476
Inscription: 11 Mar 2014, 23:31
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Dog Red : cliquez ici


Re: Libres d'obéir ! J CHAPOUTOT

Nouveau message Post Numéro: 15  Nouveau message de JARDIN DAVID  Nouveau message 24 Fév 2020, 21:31

Oui, c'est très exactement le "management par délégation de responsabilité". Le "management par objectifs" étant la version américaine, allégée (P DRUCKER).
On peut toujours dauber sur le dernier chapitre consacré aux pratiques actuelles de la chaîne ALDI, mais celle-ci, justement, se revendique ouvertement de Harzburg, l'école de HÖHN.
C'est à mon avis un excellent essai, très bien dosé.
JD
"Laisse faire le temps, ta vaillance et ton roi" (Le Cid)

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8535
Inscription: 22 Aoû 2009, 21:49
Région: Principauté de Salm
Pays: FRANCE

Voir le Blog de JARDIN DAVID : cliquez ici


Re: Libres d'obéir ! J CHAPOUTOT

Nouveau message Post Numéro: 16  Nouveau message de Dog Red  Nouveau message 24 Fév 2020, 22:58

JARDIN DAVID a écrit:C'est à mon avis un excellent essai, très bien dosé.
JD


Tu me tentes JD ::dubitatif::
« Les gens pensaient que je portais mes grenades telles une posture d’acteur. Ce n’était pas correct. Elles étaient purement utilitaires. Plus d’une fois en Europe et Corée, des hommes en difficulté trouvèrent le salut à coups de grenades »

General Matthew B. RIDGWAY, XVIII US Airborne Corps Commander, Ardennes 1944

Administrateur
Administrateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 11476
Inscription: 11 Mar 2014, 23:31
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Dog Red : cliquez ici


Re: Libres d'obéir ! J CHAPOUTOT

Nouveau message Post Numéro: 17  Nouveau message de thucydide  Nouveau message 25 Fév 2020, 00:43

Je ne connais pas aldi, mais il y avait chez les allemands une plus grand intégration que cela, au fond on trouvait du personnel volant chez les pinpins qui guidaient, lors des périodes fastes de la wehrmacht, l'aviation d'attaque.
Même si l'on déléguait un commandant de division savait ce qu'aller entreprendre ses colonels de régiments et pouvait d'avance dédier tel ou tel appui du génie ou d'artillerie à un de ses régiments ou demander un appui d'artillerie du corps si nécessaire.
Idem pour un commandant de bataillon par exemple qui en connaissant son objectif savait à peu près qu'elles allaient être les conditions générales d'action pour son régiment et sa division.
Les régiments été habitués à agir ensemble mais surtout les em de divisions avaient une parfaite connaissance des capacités et réactions des unités subalternes.
V. kageneck expliquait que du grade de sergent à celui de colonel chacun connaissait le rôle et le travail à fournir des autres grades.
J'ai bien lu qu'un colonel a pu commander comme un lieutenant sous le feu alors que tous étaient presque isolés et qu'il fallait se battre pour survivre en pleine débâcle à Moscou ou bien qu'un capitaine a dirigé tout un régiment après la perte ou l'isolement du colonel.
Il y a des points commun entre les visions américaines et allemandes d'opération et de combat lors de la deuxième guerre mondiale.
Pour les allemands il faut aussi rajouter que cette idée de délégation et aussi d'interopérabilité qui était beaucoup due à la compétence des officiers et des sous officiers va s'effriter avec la perte de ces hommes.

vétéran
vétéran

 
Messages: 1462
Inscription: 05 Fév 2016, 00:15
Région: paca
Pays: france

Voir le Blog de thucydide : cliquez ici


Re: Libres d'obéir ! J CHAPOUTOT

Nouveau message Post Numéro: 18  Nouveau message de François Delpla  Nouveau message 01 Mar 2020, 11:40

Johann Chapoutot ne doit pas devenir un bouc émissaire. Son aura de "spécialiste français du nazisme" est mise en cause d'une façon parfois injuste.


Auteur de deux livres de fond (Le national-socialisme et l'Antiquité, 2006, La loi du sang, 2014),

correspondant respectivement à une thèse et à une habilitation,

d'essais plus légers, de manuels et de recueils d'articles

( son parcours est intelligemment résumé dans wikipedia https://fr.wikipedia.org/wiki/Johann_Ch ... cite_ref-8 ),

auteur également d'une carrière universitaire météorique qui l'a amené à une chaire de professeur en Sorbonne à moins de quarante ans,

Johann Chapoutot est depuis quelques années au creux de la vague, en proie à une contestation croissante. Son aura de "spécialiste français du nazisme" est scrutée d'un scalpel parfois injuste.

La contestation, si l'on met à part mes propres avertissements à partir d'une recension de La loi du sang mise en ligne en 2014 https://www.delpla.org/site/articles/ar ... XFD8n9rlmA , commence en 2017 avec une réaction de trois historiens https://www.delpla.org/site/articles/ar ... &quote=194 , Tal Bruttmann, Frédéric Sallée et Christophe Tarricone, "spécialistes du nazisme et de la Shoah", à une interview de Chapoutot dans le média en ligne Le vent se lève https://l.facebook.com/l.php?u=https%3A ... kknccVY_kl . Ils réagissent notamment au titre qui résume l'exercice : « Les nazis n’ont rien inventé. Ils ont puisé dans la culture dominante de l’Occident libéral ». La cible est alors classée, de façon péjorative, à gauche, l'organe étant présenté comme "proche de la France insoumise" et l'historien accusé de trop mettre l'accent sur les responsabilités du patronat allemand - un mythe pourfendu dans les années 1980 par Henry Turner et resservi tout cru par l'interviewé quand il déclare :

"Les nazis ont été vus comme les derniers remparts possibles contre une révolution bolchévique. D’où la lettre ouverte de novembre 1932 à Hindenburg qui l’appelle à nommer Hitler chancelier, signée par des grands patrons de l’industrie et de la banque. Le parti nazi reçoit des soutiens financiers considérables. C’est grâce à eux qu’il peut fournir à des centaines de milliers de SA des bottes, des casquettes, des chemises, de la nourriture. Les campagnes électorales des nazis coûtent une fortune, notamment du fait de l’organisation de leurs gigantesques meetings ; Hitler ne cesse de se déplacer en avion, à une époque où l’heure de vol est hors de prix. Les mécènes qui financent le parti nazi voient en lui le dernier rempart contre le péril rouge. Ils sont gâtés, car d’une part les nazis détruisent de fait la gauche allemande, les syndicats, l’expression publique ; de l’autre, ils relancent l’économie comme personne ne l’avait fait avant eux par la mise en place de grands travaux d’infrastructure à vocation militaire, et par des commandes d’armement inédites dans l’histoire de l’humanité. Les commandes d’armement font travailler le charbon, l’acier, la chimie, les composants électriques, le cuir, la fourrure, la mécanique, l’aviation…

Les industriels savent très bien que l’Etat allemand ne peut pas financer ce qu’il est en train de faire. L’Etat commande des chars, des avions, mais ne paie pas ; il joue un jeu assez complexe et plutôt malin (je vais simplifier, mais le principe est là). Il paie les industriels en bons à intérêt… et leur déclare que ceux-ci seront versés grâce au pillage de l’Europe. Tout le monde est au courant, les industriels au premier rang, parce qu’ils ne sont pas payés, ou très peu : l’heure des comptes va sonner plus tard, quand le Reich aura les moyens d’envahir l’Europe. Les industriels ont donc été les complices et les bénéficiaires du Reich."

Bruttmann, Salée et Tarricone répliquent pertinemment, en se réclamant de Turner :

"la « lettre ouverte » adressée par des grands patrons à Hindenburg en novembre 1932, qui montrerait la collusion entre les milieux d’affaires et Hitler, évoquée par Johann Chapoutot offre un exemple intéressant à bien des égards. Sur le brouillon initial de ce document, présenté lors de l’instruction menée contre Gustav Krupp au procès de Nuremberg, figurent certes les grands noms de l’industrie et de la finance allemande que sont Krupp, Siemens ou Bosch, mais, dans sa version finale, il ne s’en trouve plus qu’un seul, Fritz Thyssen.

Fin 1932, l’attitude de ces milieux est encore loin d’être ouvertement favorable à Hitler, et les finances du parti s’en ressentent."

Ces prémisses préfigurent la grande joute ouverte depuis quelques semaines au sujet du dernier livre de Chapoutot, Libres d'obéir : Le management, du nazisme à aujourd'hui . L'auteur est souvent mis en accusation à partir du sous-titre, qui peut donner l'impression que le management actuel a sa source tout entière dans le nazisme -une impression démentie par le livre. Il n'en reste pas moins qu'on peut reprocher à bon droit à Chapoutot de mal comprendre le nazisme, en prétendant qu'il n'a "rien inventé" et en faisant de lui une simple variante du libéralisme occidental. Pour autant, les critiques qui accusent à présent Chapoutot de "complaisance envers le nazisme" témoignent d'une faible connaissance de son oeuvre et de son parcours.

Sans avoir lui-même inventé cette démarche, il s'inscrit dans une tradition éclose à la fin des années 1980, qui consiste à prendre le discours nazi au sérieux et à explorer sa logique, au lieu de n'y voir qu'un délire irrationnel de bas étage. Une tradition dont le Suisse Philippe Burrin a longtemps été le phare, qui a été relayée dans les années 2000 par Edouard Husson et dans laquelle s'inscrit aussi, quoique de façon partielle, l'oeuvre d'Ian Kershaw.

Pour en revenir à l'article de Bruttmann, Sallée et Tarricone, leur juste critique de la vision traditionnelle de Chapoutot sur le soutien patronal à Hitler avant 1933 leur fait tordre beaucoup trop le bâton dans l'autre sens ; "jusqu’en 1934, le pilier central du NSDAP est formé par les SA, qui comptent alors 3 millions d’hommes.

Durant les années 1920, ils sont des centaines de milliers, constituant l’épine dorsale du parti et sa principale force. Surtout, ils incarnent une aile « anti-capitaliste » qui effraye les milieux conservateurs auxquels appartient l’essentiel du grand patronat, à plus forte raison que le programme en 25 points du parti, adopté en 1920, est profondément anticapitaliste, promettant aux grands industriels et banquiers qui incarnent ce libéralisme honni la destruction « par le fer et le feu », comme le dit l’historien David Schoenbaum. Des figures de premier plan du nazisme comme Ernst Röhm ou encore Gregor Strasser revendiquent que le NSDAP soit avant tout un mouvement prolétaire, luttant contre un « capital » qui serait l’incarnation de la « puissance juive »."

Ces excès de tous bords font l'économie d'un examen minutieux de la politique orchestrée par Hitler. Laquelle consiste, dans une foule de domaines, à user simultanément de la séduction et de la menace. Ainsi le mouvement SA, loin d'être à un moment quelconque l'épine dorsale du parti nazi, est de tout temps un instrument dont usent ses dirigeants pour effrayer le bourgeois, par ailleurs courtisé - comme le montre le très précoce soutien des entrepreneurs Bechstein et Bruckmann et l'idolâtrie de leurs épouses envers le jeune Hitler, coqueluche de leurs salons. Peu à peu mise au point, la tactique est bien rodée à la fin des années 20, quand une aile gauche parfois violemment ouvriériste, incarnée par Gregor Strasser, est équilibrée par l'action d'un Göring, président du groupe nazi au Reichstag et chargé de rassurer les milieux huppés berlinois. Surtout, en janvier 1929, un efficace et docile bureaucrate nommé Heinrich Himmler est placé par Hitler à la tête de la milice SS, une branche des SA chargée de la protection des dirigeants, qui dès lors connaît un développement exponentiel, entreprend d'écrémer les meilleurs étudiants pour en faire ses cadres et échappe à la direction SA, avant de l'étrangler lors de la nuit des Longs couteaux (30 juin 1934). L'une des limites que doit à présent dépasser le travail de Chapoutot pour rester fécond est sa méconnaissance du jeu et des talents de Hitler, comme du rôle de son obsession antisémite personnelle dans le tour que prennent les événements. L'avis de l'auteur https://blogs.mediapart.fr/perso/contri ... Xprz4kadec sur la réédition de Mein Kampf («Cette focalisation sur "Mein Kampf" a l’inconvénient d’encourager une lecture hitléro-centriste du nazisme» - Libération, 26 octobre 2015) est emblématique de cette cécité. Mais là-dessus Bruttmann, Sallée et Tarricone ne sont pas en reste : pour démontrer que l'Occident n'était pas nazi, ils ne craignent pas de donner de généreux brevets d'antinazisme, plus ou moins antidatés, à Roosevelt et même à Daladier ! Il est vrai qu'une histoire des relations internationales entre 1933 et 1939, en intégrant la dimension de l'habileté et du doigté hitlériens, reste à écrire.

En conclusion provisoire, ni l'effacement de Hitler ni sa sous-estimation ne sont plus tenables et, inversement, faute de prendre ce facteur en compte, les polémiques, souvent tributaires d'enjeux politiques contemporains, restent stériles.

vétéran
vétéran

 
Messages: 6366
Inscription: 22 Mai 2005, 19:07
Localisation: France 95
Région: Région du 95
Pays: FRANCE

Voir le Blog de François Delpla : cliquez ici


Re: Libres d'obéir ! J CHAPOUTOT

Nouveau message Post Numéro: 19  Nouveau message de JARDIN DAVID  Nouveau message 01 Mar 2020, 15:48

A trop se préoccuper de l'avis du trio BRUTTMANN, SALLEE et TARRICONE c'est à se demander si on ne passe pas à côté du livre dont il devrait être question ici ... Personnellement, je me moque de leurs fatwas surtout antérieures à la sortie de "Libres d'obéir !". Sont-ils seulement pertinents pour des questions de management ? Ce qui importe, c'est la lecture que chacun en fera. Pour ma part l'analyse me semble vivifiante, avec une intéressante mise en perspective du management nazi par rapport à ses origines et à ses avatars plus récents.
N'empêche que je suis 100% d'accord, de façon générale, sur la conclusion de François :
François Delpla a écrit:En conclusion provisoire, ni l'effacement de Hitler ni sa sous-estimation ne sont plus tenables
Mais est-ce la question centrale pour cet essai ?
JD
"Laisse faire le temps, ta vaillance et ton roi" (Le Cid)

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8535
Inscription: 22 Aoû 2009, 21:49
Région: Principauté de Salm
Pays: FRANCE

Voir le Blog de JARDIN DAVID : cliquez ici


Re: Libres d'obéir ! J CHAPOUTOT

Nouveau message Post Numéro: 20  Nouveau message de François Delpla  Nouveau message 01 Mar 2020, 16:33

évidemment !

Ce qui n'est pas dit, c'est que Höhn est tombé, encore étudiant, sous le charme de Hitler en qui il a vu le seul sauveur possible de sa patrie vaincue, grâce à une recette politiquement prometteuse. En 1945, il a dû rompre brutalement avec son rêve, puis essayer de s'adapter à la nouvelle donne. C'est alors et alors seulement qu'il devient spécialiste de l'organisation du travail.

D'autre part, cette Aufragstaktik où JC voit l'inspiration principale du management à la Höhn n'a elle-même rien de nazi, étant une tradition prussienne issue des guerres napoléoniennes. C'est donc moins en proche collaborateur de Heydrich qu'en passionné d'histoire militaire qu'il peaufine ses méthodes managériales. Lesquelles, comme beaucoup de critiques l'ont déjà remarqué, ont peu à voir avec la réalité des entreprises sous le Troisième Reich.

Ainsi, les deux moments de la carrière de RH sont très insuffisamment distingués
et dans cette confusion la sous-estimation de Hitler tient une grande place.

vétéran
vétéran

 
Messages: 6366
Inscription: 22 Mai 2005, 19:07
Localisation: France 95
Région: Région du 95
Pays: FRANCE

Voir le Blog de François Delpla : cliquez ici


PrécédenteSuivante

Connexion  •  M’enregistrer

Retourner vers LA BIBLIOTHEQUE DU FORUM




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 21 
il y a 1 minute
par: brehon 
    dans:  QUIZZ AVIATION - SUITE 18 
il y a 17 minutes
par: iffig 
    dans:  Ne pas avoir prévu une guerre longue, erreur hitlérienne ? 
Aujourd’hui, 22:38
par: dynamo 
    dans:  port du masque 80 années plus tard 
Aujourd’hui, 22:11
par: dynamo 
    dans:  Sipo-SD de Rouen 
Aujourd’hui, 22:04
par: Joldan 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 17 
Aujourd’hui, 21:40
par: professeur fromage 
    dans:  Les permissions durant le STO 
Aujourd’hui, 21:26
par: François 
    dans:  Staline préparait-il l'invasion de l'Allemagne en 1941 ? 
Aujourd’hui, 21:23
par: alias marduk 
    dans:  Rapatriement Des dépouilles des soldats morts à Bir-Hakeim 
Aujourd’hui, 19:59
par: Clauster 
    dans:  Milice dans les Combrailles 
Aujourd’hui, 16:47
par: Bénévol 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Anthony, Msn et 28 invités


Scroll