Connexion  •  M’enregistrer

EN MAI FAIS CE QU'IL TE PLAIT - EXODE 1940

Annoncez ici les films, séries, documentaires, émissions radio en relation avec la seconde guerre mondiale.
MODÉRATEUR: Vincent Dupont

EN MAI FAIS CE QU'IL TE PLAIT - EXODE 1940

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de fbonnus  Nouveau message 24 Oct 2015, 08:55


FILM
Date de sortie en salles : 4 novembre 2015
Durée : 1h54min
Réalisé par Christian Carion
Avec August Diehl, Olivier Gourmet, Mathilde Seigner, Laurent Gerra
Genre Drame , Guerre


À la fin du printemps 1940, l'exode a jeté sur les routes 8 millions de Français. C'est cette période sombre et méconnue de notre histoire qu'a choisi raconter Christophe Carion dans son nouveau film.

L'exode plein champs
Sa passion pour l'histoire de France est intacte. Son désir de la raconter sous un angle différent, tout aussi vivace. Dans Joyeux Noël, où il décrivait la fraternisation entre les soldats français et allemands pendant la Première Guerre mondiale, Christian Carion avait marqué les esprits par son approche singulière du conflit.

Avec une même pédagogie et un même talent - une même tendresse, aussi - il récidive en signant En mai, fais ce qu'il te plaît. Une œuvre dans laquelle il décrit l'infortune de ces Français du Nord, condamnés à quitter leurs habitations menacées par la progression inéluctable des troupes allemandes en mai-juin 1940. Un épisode peu commenté dans les fresques cinématographiques. Voire dans les manuels scolaires! «L'Histoire est toujours racontée du point de vue militaire ou tactique, confie le metteur en scène. Pour ma part, j'aime me mettre à la hauteur des gens.»





Image
Le film se déroule dans la région ou il a été tourné, dans le nord de la France. - Crédits photo : © Jean-Claude Lother

Christian Carion était sûrement l'un des mieux placés pour explorer ce sujet qui le touche de près. Comme 8 millions de personnes, sa famille a connu cet exode. «J'ai ce projet dans la tête depuis longtemps», dit-il. «Il s'agit d'une ancienne idée de Christian, confirme le producteur Christophe Rossignon, dont les aïeuls ont aussi vécu cet enfer. Elle remonte selon moi à une époque antérieure à Une hirondelle a fait le printemps (le premier succès de Carion, en 2001).

Leur décision de réaliser ce film prise, il fallut ensuite convaincre le distributeur Pathé. L'accueil fut d'abord mitigé. Son président, Jérôme Seydoux, fit rapidement part de ses réticences. «Ce n'est pas la France glorieuse, c'est la France de la débâcle», observe le dirigeant. Le cinéaste s'accroche. Développe ses arguments. Evoque l'énergie de ces gens, leur envie extraordinaire de s'en sortir. Puis rappelle à Seydoux que, grâce aux témoignages de ses proches, il dispose d'une matière très riche. Pendant six mois, il noircit des feuilles. Le résultat convainc. Il éprouve aussitôt du soulagement, son vœu étant de faire ce cadeau cinématographique à sa mère. «Elle est une conteuse hors pair. Comme elle avance un peu dans l'âge, je tenais absolument à ce qu'elle puisse découvrir le film.» De la même façon, son grand-père lui avait livré le récit de la guerre de 14-18. Une mine d'informations dont il s'était servi dans Joyeux Noël. A noter que ce titre optimiste et décalé, comme celui d'En mai, fais ce qu'il te plaît, résume à eux seuls la démarche originale du metteur en scène. «Je vois toujours le verre à moitié plein.» Et des personnages très proches de lui.

Image
Les premières projections en avant-première du filmont recueilli un franc succès, comme les débats organisés dans la foulée. - Crédits photo : © Jean-Claude Lother

Une reconstitution historique aussi réaliste qu'impressionnante
Le maire du village, interprété par Olivier Gourmet, est directement inspiré par son grand-père, qui entraîna ses administrés vers le Sud pour échapper à la barbarie. Une personnalité qui rêvait de s'exiler au Canada et qui, finalement, revint chez lui. Exactement le scénario de la fiction! Sa mère, elle, ressemble beaucoup à la jeune institutrice du film. Comme cette dernière, elle était «éclaireuse» sur un vélo et se prénomme Suzanne. Et ainsi de suite… Chaque anecdote a eu son importance pour coller à la réalité. «Ma mère me rappelait toujours que c'était l'un des mois les plus ensoleillés de l'année», rapporte Christian Carion, pas mécontent que le tournage ait été épargné par la pluie. Dès lors, il a joué sur du velours grâce à sa parfaite connaissance des terres du Nord-Pas-de-Calais.

Seul le profil de Hans, un opposant au régime nazi ayant fui vers la France quelques années plus tôt avec son fils Max, lui a donné du fil à retordre. «Au départ, nous voulions que le personnage soit polonais, précise-t-il. Je souhaitais trouver mieux. Alors nous avons opté pour un Italien avant de nous raviser et de choisir un homme de nationalité allemande. Cela nous permettait de raconter une autre histoire dans l'Histoire, d'évoquer le sort de ces gens qui subissaient une double peine.» Christophe Rossignon, lui aussi, se félicite de cette idée: «Nous trouvions original de raconter cette période - que nous connaissons si bien - à travers les yeux d'un Allemand.» La prestation d'August Diehl, qui lui prête ses traits, contribue à la grande réussite du film. Celles de Mathilde Seigner (parfaite dans le rôle de la femme du maire) et de Laurent Gerra (impeccable dans son interprétation d'un sympathique villageois) donnent encore plus de poids à l'ensemble. L'imitateur donne l'impression d'avoir fait l'acteur toute sa vie!

Rien n'a été laissé au hasard. Via des appels lancés dans la presse locale, l'équipe du film a collecté de nouvelles informations auprès des habitants de la région. «Nous avons été inondés de demandes.» Au total: plus d'un millier de témoignages, recensés pour la plupart d'entre eux dans l'ouvrage Paroles d'exode, mai-juin 1940 (1). Même engouement sur place pour apparaître au casting. Près de 500 figurants ont participé à l'aventure. Pas question de se rendre en Europe de l'Est, par souci d'économies, comme cela avait été le cas pour Joyeux Noël! «Il nous fallait des gens concernés, insiste Christophe Rossignon. Il s'en dégage une vraie humanité.» Seule consigne à respecter pour les participants: s'autogérer pendant les trente jours du tournage. Traduction: s'occuper eux-mêmes de leur apparence vestimentaire et physique. Une vraie manière de les mettre en situation. «Nous avons explosé le budget pansements», se remémore le réalisateur. Des bobos qui n'ont pas entamé le moral des troupes. «Ce fut un tournage particulièrement joyeux, assure Rossignon. Comme tous ceux de Christian Carion.» Une vraie spontanéité - saisie par une caméra discrète dans le convoi d'une longueur de 300 mètres - transpire de ces séquences. «Ma pire angoisse, c'était de faire quelque chose qui ressemble trop à une reconstitution historique, de faire trop bien, trop propre, trop apprêté…» précise le réalisateur.


Une recette qui séduit. Les premières projections en avant-première ont recueilli un franc succès, comme les débats organisés dans la foulée. Près d'Arras, bien entendu, mais aussi à Marseille! Les questions des collégiens sont aussi nombreuses que variées. «Avez-vous fait ce film pour éveiller les consciences ?» demande-t-on souvent à Carion, en référence au sort actuel des migrants. Réponse: «J'ai démarré le film il y a trois ans et, déjà, des gens mouraient. Donc la réponse est non. Mais il existe une similitude dans les images. Dans les deux cas, on retrouve des personnes condamnées à partir, qui ont envie de survivre et qui ont en elles l'énergie du désespoir. Nous sommes en parallèle, mais c'est tout. Je n'ai pas de leçons à donner. Je fais d'abord du cinéma en évoquant des thèmes universels et en me tournant vers l'humain. Ce n'est pas un documentaire, ni un cours d'histoire, même si je veille scrupuleusement à rester dans le vrai.» On peut lui faire confiance. Un dossier pédagogique est disponible en ligne (2), ainsi que le roman En mai, fais ce qu'il te plaît (3), cosigné par Christian Carion et Laure Irrmann. Grâce au cinéaste et son équipe, la mémoire a de beaux jours devant elle.






Image
Une armée allemande motorisée, mécanisée, surpuissante, submergeant une France désarmée: telle est l'image, brillamment restituée dans le film, que la défaite et l'exode ont laissée dans les mémoires françaises.
Crédits photo : © Jean-Claude Lother - Source : Le Figaro


Bande Annonce :
[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=WMZ4riAecmM[/youtube]
« Alors mon petit Robert, écoutez bien le conseil d'un père !
Nous devons bâtir notre vie de façon à éviter les obstacles en toutes circonstances.
Et dites-vous bien dans la vie, ne pas reconnaître son talent, c'est favoriser la réussite des médiocres. »
_________________________________________________
Michel Audiard

Administrateur
Administrateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 12600
Inscription: 18 Avr 2010, 16:07
Localisation: En Biterre
Région: Languedoc
Pays: France

Voir le Blog de fbonnus : cliquez ici


Re: EN MAI FAIS CE QU'IL TE PLAIT - EXODE 1940

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de Prosper Vandenbroucke  Nouveau message 24 Oct 2015, 10:46

Bonjour et merci Fred,
Ce film a été évoqué ici:
viewtopic.php?f=20&t=42818
Amicalement
Prosper ;)
L'Union fait la force -- Eendracht maakt macht

Image
http://www.freebelgians.be

Administrateur Principal
Administrateur Principal

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 61516
Inscription: 02 Fév 2003, 20:09
Localisation: Braine le Comte - Belgique
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Prosper Vandenbroucke : cliquez ici



Retourner vers CINEMA - TELEVISION - RADIO




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
Aujourd’hui, 13:43
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  le cuirassé Courbet 
Aujourd’hui, 12:32
par: P. Vian 
    dans:  Vacances 1946 
Aujourd’hui, 12:30
par: Meteor14 
    dans:  les sous-marins Français 
Aujourd’hui, 12:28
par: P. Vian 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 13 
Aujourd’hui, 12:13
par: iffig 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 12 
Aujourd’hui, 12:11
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  11° Regiment etranger d'infanterie 
Aujourd’hui, 12:05
par: Rogers 
    dans:  Si c'est une femme: vie et mort à Ravensbrück. 
Aujourd’hui, 10:32
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Testament de Hitler : sur l’Angleterre 
Aujourd’hui, 09:58
par: François Delpla 
    dans:  Médecin urgentiste 
Hier, 22:55
par: Prosper Vandenbroucke 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 17 invités


Scroll