Connexion  •  M’enregistrer

L'OPÉRATION "TUE TOUT, PILLE TOUT, BRÛLE TOUT"

Moins connue que les batailles du front Européen, la guerre du Pacifique n'en reste pas moins tout autant meurtrière et décisive dans la fin de la seconde guerre mondiale.
MODERATEUR ; alfa1965

L'OPÉRATION "TUE TOUT, PILLE TOUT, BRÛLE TOUT"

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de romualdtaillon  Nouveau message 08 Jan 2006, 17:13

Si le massacre de Nanking a frappé l'imaginaire collectif, cette initiative quasi-improvisée est loin d'être la plus dévastatrice de l'armée japonaise. Avec ses 200 000 à 300 000 morts, le massacre de Nanking n'a absolument pas l'ampleur du sankô sakusen.

Selon l'historien Mitsuyoshi Himeta, cette opération, surnommée "tue tout, pille tout, brûle tout" par le parti communiste chinois, aurait entraîné la mort de plus de 2,7 millions de civils.


1) LA NATURE DE L'OPÉRATION

Depuis son implantation en Chine en 1938, l'armée shôwa avait eu tendance à négliger les activités des forces communistes de Mao, considérant ces derniers comme de simples "bandits", et à se concentrer sur l'armée nationaliste de Chiang. Résultat : en août 1940, la guerilla communiste avait lancé deux offensives surprises contre les chemins de fer, ponts, mines de charbon, entrepôts et réseaux de communication dans le nord de la Chine. La pacification des cinq provinces chinoises occupées (Heibei, Shandong, Shensi, Shanhsi, Chahaer) était donc devenue l'objectif principal de l'armée d'occupation japonaise.

Élaboré et appliqué tout d'abord par le major-général Ryukichi Tanaka en 1938, le sankô sakusen ou "annihilation totale" séduisit le général Yasuji Okamura qui en proposa l'application systématique dès sa nomination en juin 1941. L'autorisation lui fut accordée par Hirohito le 3 décembre 1941. La directive 575 du quartier général impérial stipulait notamment que l'armée "doit renforcir le contrôle de l'ennemi et détruire sa volonté de combattre."

Dès ce moment, le général Okamura, qui avait divisé le territoire en zones "pacifiées", "semi-pacifiées" et "non-pacifiées", entreprit de rendre ces dernières inhabitables. L'armée shôwa confisqua ainsi toutes les denrées, brûla tous les villages et enrôla toute la population civile de ces zones dans des opérations de travaux forcés destinés à couper ces dernières du reste du monde.

La stratégie d'Okamura consista à faire construire par les civils de vastes tranchées, environ 6 mètres de large par 4 mètres de profond, ainsi que des milliers de kilomètres de palissades, de routes et de lignes téléphoniques, ponctués de tours de guet autour des zones ciblées. Les conditions de travail étaient si difficile que la durée de "fourniture de service" des civils de tous âges excédait rarement deux mois. L'opération visait parallèlement à "détruire les ennemis prétendant être des habitants locaux" ainsi que "tout mâle âgé entre 15 et 60 ans et suspecté d'être un ennemi".


Image

Image

Yasuji Okamura en uniforme et lors de son procès


2) LA JUSTIFICATION MORALE

Moralement, de telles agressions de civils se justifient difficilement à moins que l'ennemi ne soit différent. Aussi, la propagande impériale décrivait-elle fréquemment les habitants des nations occupées ou ennemies comme des être soumis et passifs, faits pour être dominés, voire des "bêtes" (kichiku). Une doctrine de ce type demeure toutefois profondément négative et fait peu pour inspirer les masses ou rehausser l'image impériale.

Aussi, dès le début des années 1930, une idéologie officielle fut mise en place de façon à justifier l'invasion des territoires conquis. Comme dieu vivant et descendant de la déesse Amaterasu Omikami, l'empereur était l'incarnation de la moralité et de la justice. Par définition, il ne pouvait donc jamais commettre d'agression. Ainsi, ses efforts d'établir la "voie impériale" (kôdô) devaient être considérés comme une bénédiction par les peuples occupés, même s'ils impliquaient la "mort par compassion" de quelques dissidents afin que la majorité puisse vivre en paix.

Des pamphlets comme le Kokutai no hongi (les Fondements de la politique nationale), ou le Shinmin no Michi (la Voie du sujet), distribués gratuitement par le gouvernement Konoe et insistant sur le caractère "exceptionnel" de la nation japonaise, justifiaient quant à eux l'invasion des territoires voisins comme étant "l'expression inévitable de la vitalité nationale".

L'invasion de la Chine devint dès lors une "guerre sainte" (seisen), une première étape dans l'unification du monde sous la gouverne bienfaitrice (hakkô ichi'u) de l'empereur.

En 1932, les écoles publiques enseignaient donc la mythologie Shinto comme un fait historique et, dès 1937, présentaient l'empereur comme un monarque pan-asiatique prêt à défendre non seulement le Japon mais, à la différence de son ancêtre Meiji, toute la race jaune des exactions occidentales.

En pratique, une telle idéologie donnait les coudées franches à l'armée. Dans cette optique, Hirohito ratifia et endossa personnellement la décision de son armée de passer outre les contraintes du droit international dans le traitement des prisonniers chinois tel que stipulé dans la directive du 5 août 1937 émise par l'état-major de l'armée : "Dans la situation actuelle, dans le but de mener une guerre totale en Chine, l'Empire n'appliquera aucun des articles du Traité concernant les lois et réglements des conflits armés et de la Convention concernant les lois et coutumes de la guerre sur terre."

Cette directive fut par la suite étendue à tous les prisonniers de guerre, peu importe leur origine.



Image


1942, un soldat japonais exhibe un trophée de chasse après la réussite d'une opération dans la province du Shandong.



Image



QUAND PROPAGANDE ÉTRANGÈRE ET RÉALITÉ SE REJOIGNENT...


Source citée :

Sankô sakusen towa nan dataka-Chûgokujin no mita Nihon no sensô, Mitsuyoshi Himeta, Iwanami Bukkuretto 1996
Dernière édition par romualdtaillon le 20 Jan 2007, 18:42, édité 7 fois.


 

Voir le Blog de romualdtaillon : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de Kelilean  Nouveau message 08 Jan 2006, 17:30

Encore, une fois, intéressant résumé (tu te fais une spécialité du conflit dans le Pacifique, c'est d'autant plus intéressant lol, je devrais m'y mettre aussi).

Selon l'historien Mitsuyoshi Himeta, cette opération, surnommée "tue tout, vole tout, brûle tout" par le parti communiste chinois, aurait entraîné la mort de plus de 2,7 millions de civils.


C'est la fameuse règle des 3 Touts qui effectivement est devenue un symbole des menées japonaises en Chine.

Depuis son implantation en Chine en 1938, l'armée japonaise avait eu tendance à négliger les activités des forces communistes, considérant ces derniers comme de simples "bandits", et à se concentrer sur l'armée nationaliste. Résultat : en août 1940, la guerilla communiste avait lancé deux offensives surprises contre les chemins de fer, ponts, mines de charbon, entrepôts et réseaux de communication dans le nord de la Chine. La pacification des cinq provinces chinoises occupées (Heipei, Shantung, Shensi, Shanhsi, Chahaer) était donc devenue l'objectif principal de l'armée d'occupation japonaise.


J'avoue ne pas me souvenir de tout dans le détail, mais je crois que les communistes de Mao ont mis il est vrai un moment avant d'être organisés de manière convenable et de pouvoir mener des opérations de grand style. Il est cependant exact que les offensives communistes de 1940 furent un véritable camouflet pour les forces japonaises. D'où les mesures draconniennes prises par la suite.

Dès ce moment, le général Okamura, qui avait divisé le territoire en zones "pacifiées", "semi-pacifiées" et "non-pacifiées", entreprit de rendre ces dernières inhabitables. L'armée japonaise confisqua ainsi toutes les denrées, brûla tous les villages et enrôla toute la population civile de ces zones dans des opérations de travaux forcés destinés à couper ces dernières du reste du monde.

La atratégie d'Okamura consista à faire construire par les civils de vastes tranchées, environ 6 mètres de large par 4 mètres de profond, ainsi que des milliers de kilomètres de palissades, de routes et de lignes téléphoniques, ponctués de tours de guet autour des zones ciblées. Les conditions de travail étaient si difficile que la durée de "fourniture de service" des civils de tous âges excédait rarement deux mois.


Un parallèle me vient à l'esprit, un peu étrange et pas tout à fait en adéquation : mais cette stratégie de la terre brûlée est exactement ou presque celle mise en oeuvre par César durant la Guerre des Gaules après la révolte menée par l'Eburon Ambiorix, en 54-53 av. J.-C., soulèvement qui avait débouché sur le massacre de 15 cohortes romaines (une légion et demie), celles des tribuns Sabinus et Cotta. Pour contraindre Ambiorix à se rendre, César ravagea avec ses légions le territoire des Eburons de manière systématique, tuant ou réduisant en esclavage tous les hommes en état de se battre qui étaient rencontrés, détruisant villages, récoltes, abris, etc. Autre similitude : la construction de fortifications partout où cela était utile et le défrichement des forêts en bordure des camps romains sur plusieurs centaines de mètres, parfois, pour éviter les attaques surprises. Evidemment, ce ne sont pas les indigènes mais les légionnaires et autres auxiliaires qui menaient ces travaux. Et l'échelle n'est bien sûr pas la même... il n'empêche, la stratégie de fond est la même : assécher les forces vives de l'ennemi par une destruction planifiée et systématique menant à une quasi-extinction "physique" de la population.

L'invasion de la Chine devint alors une "guerre sainte" (seisen), une première étape dans l'unification du monde sous la gouverne bienfaitrice (hakkô ichi'u) de l'empereur.

En 1932, les écoles publiques enseignaient donc la mythologie Shinto comme un fait historique et présentaient l'empereur comme un monarque pan-asiatique prêt à défendre non seulement le Japon mais, à la différence de son ancêtre Meiji, toute la race jaune des exactions occidentales


Détournement caractérisé à cet époque, par les Japonais, de mythes, de légendes, de justifications politiques du pouvoir, de traditions historiques bien connues. On retrouve le même principe concernant le fameux Bushido des samouraïs soi-disant remis au goût du jour pour les pilotes kamikazes. La caste des militaires japonais s'est révélée extrêmement adroite dans l'art de récupérer des héritages séculaires au pays du Soleil Levant à son profit pour les visées politiques expansionnistes et belliqueuses .

Cette directive fut par la suite étendue à tous les prisonniers de guerre, peu importe leur origine.


En effet : on peut même ajouter que dans la mentalité des soldats japonais de l'époque, un prisonnier n'est même pas censé exister puisque tout soldat doit vaincre ou mourir, selon les principes inculqués avec justement cette réinterprétation abusive des traditions. On s'explique mieux ainsi les horribles sévices que les Japonais ont fait endurer à leurs prisonniers, tous pays confondus.


 

Voir le Blog de Kelilean : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de EPICURE  Nouveau message 08 Jan 2006, 18:34

Encore un excellent article de Romualdtaillon suivi de bons commentaires ; va falloir compiler tout ça un jour pour les lecteurs francophones.


 

Voir le Blog de EPICURE : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de romualdtaillon  Nouveau message 09 Jan 2006, 22:52

En bonus, quelques savoureux documents de propagande japonaise illustrant le côté "libérateur" de l'empire... Les quatre premiers sont tirés d'une brochure pour enfant destinée aux colonies, notamment la Thaïlande, et faisant la promotion de l'apprentissage du japonais afin "d'accéder au bonheur".


Image

Image


Image


Image


Image


Image


Image


 

Voir le Blog de romualdtaillon : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de Tyrex  Nouveau message 10 Jan 2006, 08:20

mais cette stratégie de la terre brûlée est exactement ou presque celle mise en oeuvre par César


Qu'il n'est pas le premier à avoir mis en oeuvre. L'exemple le plus ancien remonte à Sargon II et l'Empire Assyrien.

Comme quoi la politique de la terreur existe depuis que l'homme est homme est n'est pas l'apanage des japonais.


L'idée de reunir les populations dites hostiles dans des camps fut de plus reprise par les USA durant la guerre du Vietnam pour couper le VietMinh de ses bases il me semble (et là ce sont les habitants qui devaient construire leurs camps le plus souvent) :wink:

C'est un peu hors sujet je sais mais bon il fallait je pense le preciser


 

Voir le Blog de Tyrex : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 6  Nouveau message de EPICURE  Nouveau message 10 Jan 2006, 09:03

L'idée de reunir les populations dites hostiles dans des camps fut de plus reprise par les USA durant la guerre du Vietnam pour couper le VietMinh de ses bases il me semble (et là ce sont les habitants qui devaient construire leurs camps le plus souvent) Clin d'oeil

Tout à fait, le but est de briser le lien entre civils et guérilleros. Les Américains ont même "déplacé" des populations et "regroupé" des villages, en d'autres temps on a utilisé respectivement les mots de déportation et de concentration.


 

Voir le Blog de EPICURE : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 7  Nouveau message de Igor  Nouveau message 10 Jan 2006, 12:21

EPICURE a écrit:
L'idée de reunir les populations dites hostiles dans des camps fut de plus reprise par les USA durant la guerre du Vietnam pour couper le VietMinh de ses bases il me semble (et là ce sont les habitants qui devaient construire leurs camps le plus souvent) Clin d'oeil

Tout à fait, le but est de briser le lien entre civils et guérilleros. Les Américains ont même "déplacé" des populations et "regroupé" des villages, en d'autres temps on a utilisé respectivement les mots de déportation et de concentration.


C'est une tactique qui ne date pas d'hier.
Cf les Britanniques en Afrique du Sud lors de la guerre des Boers, les Français lors de la guerre d'Algérie ...
Cordialement

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2048
Inscription: 18 Juil 2003, 14:35

Voir le Blog de Igor : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 8  Nouveau message de romualdtaillon  Nouveau message 10 Jan 2006, 16:28

Tyrex a écrit:
mais cette stratégie de la terre brûlée est exactement ou presque celle mise en oeuvre par César


Qu'il n'est pas le premier à avoir mis en oeuvre. L'exemple le plus ancien remonte à Sargon II et l'Empire Assyrien..


...Et certainement antérieur notamment avec les massacres de populations entières faits par Sargon d'Akkad (-2334 à-2779).

Tyrex a écrit:Comme quoi la politique de la terreur existe depuis que l'homme est homme est n'est pas l'apanage des japonais


Évidemment, le point n'est pas là. Il y aura toujours des Sargon et autres Assourbanipal empaleurs à citer comme exemple de cruauté humaine.

Le contexte est le 20ème siècle. Le Japon a ratifié la Convention de La Haye sur les coutumes de la guerre sur terre (1907). La Convention de Genève sur le traitement des prisonniers de guerre a été ratifiée par bon nombre de pays. Même si le Japon n'y adhère pas officiellement, il a fait savoir qu'il en appliquera le contenu par le biais de son ministère des Affaires étrangères. De plus, le Protocole de Genève (1925) prohibe l'utilisation d'armes chimiques.

Comme l'Allemagne le fera plus tard avec les slaves (et les juifs de toute nationalité), Hiro Hito choisit délibérément d'exempter son pays de l'application des traités internationaux et permet le massacre de populations civiles entières, dont environ 2,7 millions (!!!!!!) pour le seul sankô sakusen...

D'autre part, pour les soldats captifs, alors que le taux de mortalité est estimé entre 2 et 4% pour les non-slaves dans les camps allemands, il l'est entre 25 et 35% dans les camps japonais. Sur les centaines de milliers de prisonniers chinois faits au cours de la guerre; seulement 67 seront relâchés vivants lors de la reddition en 1945...

Tyrex a écrit:L'idée de reunir les populations dites hostiles dans des camps fut de plus reprise par les USA durant la guerre du Vietnam pour couper le VietMinh de ses bases il me semble (et là ce sont les habitants qui devaient construire leurs camps le plus souvent)


Quel est le taux de mortalité des civils vietnamiens au cours de ces opérations répréhensibles ?


 

Voir le Blog de romualdtaillon : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 9  Nouveau message de Tyrex  Nouveau message 11 Jan 2006, 07:50

Le Japon a ratifié la Convention de La Haye sur les coutumes de la guerre sur terre (1907). La Convention de Genève sur le traitement des prisonniers de guerre a été ratifiée par bon nombre de pays


La Chine en faisait elle partie? Et si oui quelle Chine? Je ne defends en aucun cas les atrocités mais il y avait peut etre un flou juridique là. Flou que vont exploiter les japonais. Les allemands et les russes feront de meme pour leurs prisonniers car l'Union Sovietique avait denoncé le traité (sans toute fois recourir aux armes chimiques)

Quel est le taux de mortalité des civils vietnamiens au cours de ces opérations répréhensibles ?


Je ne faisais qu'un parallele historique sur la methode et non sur les moyens mis en oeuvre pour l'executer. Les operations japonaises furent sans commune mesure dans la cruauté. Il suffit d'evoquer la "Marche de la Mort" ou encore la construction du rail en Birmanie pour se rendre compte de l'extreme violence des japonais envers les prisonniers.


 

Voir le Blog de Tyrex : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 10  Nouveau message de romualdtaillon  Nouveau message 11 Jan 2006, 16:20

Tyrex a écrit:
Le Japon a ratifié la Convention de La Haye sur les coutumes de la guerre sur terre (1907). La Convention de Genève sur le traitement des prisonniers de guerre a été ratifiée par bon nombre de pays


La Chine en faisait elle partie? Et si oui quelle Chine? Je ne defends en aucun cas les atrocités mais il y avait peut etre un flou juridique là. Flou que vont exploiter les japonais. Les allemands et les russes feront de meme pour leurs prisonniers car l'Union Sovietique avait denoncé le traité (sans toute fois recourir aux armes chimiques)



La Chine impériale a ratifié la Convention IV concernant les lois et les coutumes de la guerre sur terre en 1910 et le Japon en 1911. Invoquer le principe de non-continuation des droits et obligations est très difficile car Chang Kai-Chek s'est expressément engagé à respecter cette convention à titre de représentant de l'état chinois et Hiro Hito ne l'a jamais "dénoncée" officiellement tel que lui permettait l'article 8.

De fait si à l'interne Hiro Hito cautionne la directive millitaire de 1937 qui exempte le japon de respecter ce traité à l'égard de la Chine, au niveau international, les juristes japonais ont plutôt choisi d'invoquer le fait que l'invasion de la Chine n'est pas une "guerre" mais un "incident".

De toute façon, vous serez d'accord avec moi pour affirmer que ces tatillonages de juristes n'ont en pratique que peu d'intérêt puisque pour les dictatures, la seule loi valable est celle du plus fort. L'élément déterminant de ce débat est plutôt que, contrairement à la position sanctionnée par son grand-père Meiji et son père Taisho, dont les soldats se sont conduits admirablement lors de la guerre contre la Russie et de la première guerre mondiale, Hiro Hito choisit délibérement de passer outre non seulement aux règles du droit international mais également aux règles de la morale la plus élémentaire, en permettant le massacre et la torture de civils et de prisonniers désarmés et ce, à une échelle qui ne sera égalée dans l'histoire humaine que par le Fuhrer, les tyrans du passé ne disposant pas des moyens techniques de ces deux ordures. Quant à Staline et Polpot, accordons leur la mention spéciale du 20 ème siècle.

Image

Image


 

Voir le Blog de romualdtaillon : cliquez ici


Suivante

Retourner vers LA GUERRE EN ASIE ET DANS LE PACIFIQUE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
Aujourd’hui, 13:43
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  le cuirassé Courbet 
Aujourd’hui, 12:32
par: P. Vian 
    dans:  Vacances 1946 
Aujourd’hui, 12:30
par: Meteor14 
    dans:  les sous-marins Français 
Aujourd’hui, 12:28
par: P. Vian 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 13 
Aujourd’hui, 12:13
par: iffig 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 12 
Aujourd’hui, 12:11
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  11° Regiment etranger d'infanterie 
Aujourd’hui, 12:05
par: Rogers 
    dans:  Si c'est une femme: vie et mort à Ravensbrück. 
Aujourd’hui, 10:32
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Testament de Hitler : sur l’Angleterre 
Aujourd’hui, 09:58
par: François Delpla 
    dans:  Médecin urgentiste 
Hier, 22:55
par: Prosper Vandenbroucke 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 8 invités


Scroll