Connexion  •  M’enregistrer

LE CANNIBALISME DANS L'ARMEE JAPONAISE

Moins connue que les batailles du front Européen, la guerre du Pacifique n'en reste pas moins tout autant meurtrière et décisive dans la fin de la seconde guerre mondiale.
MODERATEUR ; alfa1965

LE CANNIBALISME DANS L'ARMEE JAPONAISE

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de romualdtaillon  Nouveau message 02 Jan 2006, 17:01

Parmi les exactions commises par les troupes de Hiro Hito lors de la seconde grande guerre, l'une des plus troublantes est certes la pratique du cannibalisme. Si ce crime ne fit l'objet d'aucune accusation spécifique au procès de Tokyo, des preuves quant à sa commission ont toutefois pu être glanées à partir de nombreuses sources par les enquêteurs internationaux .

1) LES PREUVES ALLIÉES

Les preuves apportées par les alliés aux enquêteurs se divisent en deux groupes : le rapports écrits et les témoignages.

1.1) Un des rapports typiques de l'armée australienne est le suivant : "20 mai 1945. Le matin du ______ à 9h00, le regretté sergent Sewell et moi-même avons recouvert le corps de ______ qui avait été tué pendant le combat contre l'ennemi à _____ . Nous avons retrouvé le corps dans les conditions suivantes :
a) tous les vêtements avaient été retirés
b) les deux bras avaient été coupés à l'épaule
c) l'estomac avait été coupé, et le coeur, le foie et les autres entrailles retirées
d) toute la chair du corps avait été enlevée, laisant les os à nu
e) les bras, le coeur, le foie et les entrailles n'ont pu être trouvés
f) les seules parties du corps encore intactes étaient les mains et les pieds

Une casserole japonaise semblant contenir de la viande a été retrouvée à 4 ou 5 yards du corps de ________ entre les cadavres de deux soldats japonais.


1.2) Deux témoignages de prisonniers de guerre :

a) Havildar Chandgi Ram, de l'armée indienne.

"Le 12 novembre 1944, je creusais une tranchée pour les japonais à Totabil. Vers environ 16h00, un avion américain fit un atterissage forcé à 100 yards de l'endroit d'où je travaillais. Les japonais du camp Go Butai Kendebo se précipitèrent et saisirent le pilote.

Une demi-heure après l'atterrisage, l'officier de la kempeitai décapitait le pilote. J'ai vu cela de derrière un arbre et regargé les japonais couper la chair de ses bras, jambes, hanches et ventre et la porter dans leurs quartiers. J'était tellement choqué que j'ai oublié toute prudence et les ai suivi pour voir ce qu'il feraient. Ils ont coupé la chair et l'ont fait frire.

Plus tard, un officier du rang de major-général s'est adressé à un groupe d'officiers. A la conclusion de son allocution, un morceau de chair frie fut donné à toutes les personnes présentes qui le mangèrent sur place."

b) Hatam Ali, prisonnier pakistanais.

"Il n'y a vait pas de soins médicaux et tous les prisonniers malades étaient tués sur place par les japonais. Plus tard, à cause des attaques alliées, les japonais devinrent à court de rations. Nous prisonniers, mangions de l'herbe et des feuilles, des serpents, des grenouilles et des insectes. A ce stade, le japonais ont commencé à désigner à chaque jour un prisonnier qui était tué et mangé. J'ai vu cela arriver à une centaine de prisonniers. Le reste d'entre nous furent amenés à 50 miles plus loin.

Là, les japonais ont recommencé à sélectionner des prisonniers. Ceux désignés étaient conduits à une hutte où la chair était coupée de leur corps quant ils étaient encore en vie. Ils étaient ensuite jetés dans un fossé où il finissaient par mourir. Quand la chair était coupée, des cris terribles retentissaient et aussi des fossés où ils agonisaient. Ces cris s'amenuisaient quand les infortunés mouraient. Nous n'étions pas autorisés à aller près de ces fossés. Les corps étaient à l'air libre et l'odeur était épouvantable."


2) LE TÉMOIGNAGE DES SOLDATS JAPONAIS

Ces preuves alliées pourraient être rejetées par manque de crédibilité, elles ont toutefois été corroborées par des témoignages de soldats japonais.

Voici le témoignage du major Matoba, livré en août 1946 :

"Le premier cas de cannibalisme dont j'ai été témoin se produisit entre le 23 et le 25 février 1945. Ce jour, j'ai rapporté au général Tachibana du quartier général divisionnaire qu'un prisonnier américain allait être exécuté à Suyeyoshi Tai... Un appel téléphonique du 207 ème bataillon d'infanterie nous invita tous deux à une fête organisée par le colonel Kato.

Nous sommes arrivés aux quartiers du colonel et avons trouvé qu'il n'y avait pas assez de nourriture pour accompagner la boisson. Le général était ennuyé et nous avons discuté de la manière d'en obtenir. Le général m'interrogea alors à propos de l'exécution et de la possibilité d'obtenir de la viande de cette façon. J'ai alors téléphoné à mes quartiers et leur ai ordonné de nous envoyer de la viande et du rhum. La viande est arrivée et a été cuite dans la chambre du colonel Kato. C'était de la viande humaine. Tout le monde en a mangé mais personne n'a savouré le goût."

Le mets a toutefois semblé plaire au général Tachibana puisque selon Matoba, il ordonna de procéder dorénavant de cette façon après l'exécution de chaque prisonnier et de ne pas s'en formaliser car l'ennemi n'était que des "bêtes" (kichiku).

Matoba raconte également une anecdote impliquant cette fois un ordre de l'amiral Mori.

"J'ai ordonné au chirurgien Teraki de se dépêcher à enlever le foie parce que je voulais l'amener aux quartiers de l'amiral... nous avons mangé le foie lors d'une réception du batailon 308. Alors que nous mangions, l'amiral Mori me confia que lors de la guerre en Chine, de la chair et du foie humains étaient mangés à titre de remède par les troupes japonaises. Ce médicament était appelé seirogan... tous les officiers présents s'accordèrent sur le fait que c'était un bon remède pour l'estomac..."

3) LA PREUVE ÉCRITE JAPONAISE

A ces témoignages s'ajoutent des directives écrites sur la "façon de manger la chair" des prisonniers ou encore des ordres comme la célèbre directive du 18 novembre 1944 émise par le major-général Aozu et stipulant "qu'en raison d'incidents antérieurs", il est "interdit de manger la chair de ses compagnons d'armes sous peine d'exécution". Cette directive ne traitant aucunement du fait de manger les ennemis, on peut comprendre a contrario que cette pratique n'était pas jugée criminelle par Aozu.


4) LA POSITION DES TIERS

Impliqué dans trois enquêtes de mars 1944 à 1946, avant de d'être nommé juge en chef du tribunal de Tokyo, le juge Webb a écrit un rapport spécifique sur la pratique de la torture par les troupes japonaises. En voici un extrait : "Toutefois, tout doute quant à la culpabilité des forces japonaises a été levé... Sur la preuve de nombreux témoignages, incluant un major-général australien, un brigadier-général de l'armée américaine et plusieurs autres officiers responsables, j'en déduis que des corps australiens, américains et japonais ont été coupés, et dans bien des cas mangés par le forces armées japonaises."

Selon l'historien Yuki Tanaka, "il est clair que la pratique du cannibalisme par l'armée japonaise était plus que des incidents isolés perpétrés par des individus isolés ou de petits groupes d'individus dans des conditions extrêmes. Les témoignages indiquent que le cannibalisme était une stratégie millitaire systématique et organisée effectuée par des escadrons entiers. Cela est particulièrement vrai dans le cas des prisonniers indiens et des travailleurs formosais qui, une fois leur utilité au travail passée, étaient regardés comme du bétail par leur geoliers. La morale des soldats japonais s'est vue transformée à un degré ou le cannibalisme ou le meurtre de prisonniers pour le cannibalisme devint une activité normale plutôt qu'extrême et grotesque...En dépit de la position officielle d'interdiction, les officiers de haut rang étaient bien au fait que le cannibalisme était fréquent sur le champ de bataille mais comme cette pratique était si répandue, ils n'avaient d'autre choix que de fermer les yeux."

Petite bibliographie :

Hidden horrors : japanese war crimes in world war II, Yuki Tanaka, Boulder Colorado 1996.

The knigts of Bushido, a short history of japanese war crimes, Edward Russell of Liverpool, Cassell 1958, (réédition en 2002).
Dernière édition par romualdtaillon le 18 Jan 2007, 20:02, édité 1 fois.


 

Voir le Blog de romualdtaillon : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de Kelilean  Nouveau message 02 Jan 2006, 18:40

Intéressant article sur une pratique effectivement bien connue dans le camp japonais pendant la Seconde guerre mondiale... à la fin de 1942 et au début de 1943, durant les combats acharnés pour la prise de Gona et de Buna, en Nouvelle-Guinée, les défenseurs japonais en étaient venus au cannibalisme pour prolonger la défense jusqu'à l'ultime moment. La pratique de l'anthropophagie et/ou du cannibalisme est donc ici bien devenue une stratégie conçue dans le but de soutenir l'effort militaire, pourrait-on dire.

Amicalement,

:wink:


 

Voir le Blog de Kelilean : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de Igor  Nouveau message 02 Jan 2006, 18:43

Ce n'est pas le genre de choses à lire avant de passer à table. :?

Merci pour ces informations en tout cas.
Cordialement

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2048
Inscription: 18 Juil 2003, 14:35

Voir le Blog de Igor : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de St Ex  Nouveau message 02 Jan 2006, 18:59

C'est vrai, ça donne envie de ger....

Je demanderai à un de mes amis japonais (très cultivé, ayant déjà un certain âge et très au fait de certaines choses, son père était diplomate) son point de vue (il n'est jamais tendre avec son pays d'origine).

St Ex


 

Voir le Blog de St Ex : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de Seth Soldier  Nouveau message 02 Jan 2006, 19:17

:? c'est trés perturbant je trouve ... quand je pense à tous ces pauvre gens qui ont subi ce traitement et qui n'ont jamais eu une sépulture décente ...
brrrrrrrrrrrrr


 

Voir le Blog de Seth Soldier : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 6  Nouveau message de Chindit  Nouveau message 02 Jan 2006, 19:42

Les Russes à Stalingrad aussi, il me semble.
J'avais un topic "antropophagie".
Moi, ça m'évoque Bokassa.
Cordialement.


 

Voir le Blog de Chindit : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 7  Nouveau message de St Ex  Nouveau message 02 Jan 2006, 21:05

Et n'oubliez pas l'affaire des Andes (l'avion crahé à la fin des années 70) mais là le contexte était différent.

St Ex


 

Voir le Blog de St Ex : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 8  Nouveau message de romualdtaillon  Nouveau message 03 Jan 2006, 00:00

Seth Soldier a écrit::? c'est trés perturbant je trouve ... quand je pense à tous ces pauvre gens qui ont subi ce traitement et qui n'ont jamais eu une sépulture décente ...
brrrrrrrrrrrrr



La même remarque s'applique à la pléthore de civils exterminés lors des exécutions massives et dont les cadavres ont encombré les rues ou les fossés pendant des semaines avant d'être incendiés ou encore aux victimes de l'équipe de Shiro Ishii...

La guerre est une chose trop sérieuse pour la confier à des ordures...

[img][img]http://tinypic.com/jk7qew.jpg[/img]


 

Voir le Blog de romualdtaillon : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 9  Nouveau message de Chindit  Nouveau message 03 Jan 2006, 00:59

Romuald, je ne sais si vous en avez déjà parlé, mais il y a parait-il l'excellent Camp 731 sur le sujet des exactions japs.
Il porte aussi le nom The man behind the sun il me semble, non? A moins que ce ne soit un autre film.
(Et bien sur les équivalents asiatiques de Ilsa, la louve des SS.)
Cordialement.


 

Voir le Blog de Chindit : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 10  Nouveau message de romualdtaillon  Nouveau message 03 Jan 2006, 03:41

Je ne sais pas si Hei Tai Yang (Men behind the sun en anglais) et Camp 731 sont les titres du même film sur Ishii et l'unité 731, car il y a eu aussi deux suites réalisées par d'autres personnes, mais je crois que vous avez raison.

J'ai trouvé ce film, réalisé par Tun Fei Mou en 1988, absolument insupportable tant la violence y est grande et surtout continuelle. Ilsa et autres louves du genre ne sont absolument pas comparables en horreur à cette orgie sanguinolente de supplices et de cris.

Image


Mou a d'ailleurs lui-même confié avoir fait réellement dévoré un chat vivant lors du tournage. L'objectif du réalisateur était semble-t-il de faire un pamphlet provocateur contre la torture mais le film est en fait devenu une oeuvre culte des festivals gore. Il existe toutefois une édition de ce film couplée avec Kizu, the untold story of unit 731, l'excellent documentaire de Serge Viallet.

http://www.marathon.fr/fiche.php?lg=fr&cp=304&cc=5

Image

A noter que Mou, a aussi réalisé le très médiocre Black Sun sur le massacre de Nanking.


 

Voir le Blog de romualdtaillon : cliquez ici


Suivante

Retourner vers LA GUERRE EN ASIE ET DANS LE PACIFIQUE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 12 
il y a 11 minutes
par: Loïc Charpentier 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
il y a 13 minutes
par: dominord 
    dans:  Joyeuses fêtes à vous toutes et tous 
Aujourd’hui, 12:59
par: Alfred 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 13 
Aujourd’hui, 12:39
par: Marc_91 
    dans:  Testament de Hitler : Sur la situation désespérée de l’Allemagne 
Aujourd’hui, 12:18
par: Aldebert 
    dans:  Il y a aujourd'hui 73 ans............ 
Aujourd’hui, 11:49
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  GMC gazogène ? 
Aujourd’hui, 11:46
par: iffig 
    dans:  Testament de Hitler : Sur la France 
Aujourd’hui, 11:32
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Médecin urgentiste 
Aujourd’hui, 11:17
par: Dog Red 
    dans:  Groupe de résistance VIRA Raymond Viadieu Toulouse ; membres 
Aujourd’hui, 10:30
par: Andrée Balagué 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 7 invités


Scroll