Connexion  •  M’enregistrer

LE MASSACRE DE NANKIN (***attention-photos choquantes***)

Moins connue que les batailles du front Européen, la guerre du Pacifique n'en reste pas moins tout autant meurtrière et décisive dans la fin de la seconde guerre mondiale.
MODERATEUR ; alfa1965

LE MASSACRE DE NANKIN (***attention-photos choquantes***)

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de romualdtaillon  Nouveau message 05 Déc 2005, 18:19

Considérée par plusieurs comme le véritable début de la seconde guerre mondiale, l'invasion du territoire chinois a donné lieu à plusieurs événements dramatiques dont le plus spectaculaire est le massacre de Nanking.

En décembre 1937, après d'âpres combat à Shanghaï, l'une des trois divisions de l'armée japonaise, sous le commandement du général Matsui, est aux portes de la capitale Nanking. Elle est bientôt rejointe par les divisions des lieutenants-généraux Nakajima et Yanagawa. Au coeur de Nanking, se trouve une zone internationale, crée à l'exemple de Shanghaï pour protéger les civils, et où résident plusieurs centaines d'étrangers, surtout américains, allemands, danois et russes. Depuis plusieurs mois, la capitale a fait l'objet de bombardements aériens soutenus.

1) UN "ENVOYÉ SPÉCIAL"

Le 2 décembre, Hirohito désigne son oncle, le prince Yasuhiko Asaka, comme commandant en charge de l'invasion de la ville. Cette nomination est destinée à permettre à Asaka de "se racheter" aux yeux de l'empereur. Asaka ayant en effet pris le parti du prince Chichibu et des insurgés lors de la tentative de révolte de 1936. Apprenant cette décision, Matsui ordonne alors à ses troupes de se préparer à entrer dans la ville avec ordre et dignité de façon à "ce que le Japon inspire confiance aux chinois." Le 7 décembre, Matsui, atteint de tuberculose chronique, se retire dans ses quartiers.

Le 8 décembre, Kai-Chek Chiang et sa femme évacuent la ville, donnant l'ordre aux forces aériennes chinoises de faire de même. Le jour même, Asaka prend commandement de l'opération et rencontre Nakajima qui lui indique que la ville est prête à se rendre. Asaka déclare alors :"Nous allons donner à nos frères chinois une leçon dont ils se souviendront. Tuez tous les prisonniers."

Le 9, les avions japonais lancent des tracts invitant l'armée à se rendre sa résistance dans les 24 heures, "afin d'épargner la population et les reliques historiques de la ville." Le commandant chinois Chen-Shi Tang, tente alors d'obtenir une reddition conditionnelle pendant que la ville est à nouveau soumise aux bombardements et aux tirs d'artillerie.

Image

2) L'ASSAUT DE LA CAPITALE

Le 11 décembre, Tang reçoit l'ordre de Chang d'abandonner la ville avec une partie des forces et de se replier à Pukow pour y défendre un terminal ferroviaire. Cette retraite crée une grande panique dans la population de plusieurs centaines de milliers d'habitants et plonge dans le découragement les milliers de soldats laissés sur place sans directive. La zone internationale est alors submergée de réfugiés.

Le 13 décembre, la troupe de 50 000 soldats japonais donne l'assaut et pénétre dans la ville par la porte sud pendant qu'une partie des réfugiés tente de fuir par les portes nord et ouest. Voyant les soldats chinois se rendre sans résistance, les japonais les divisent en petits groupes, isolé les uns des autres. Le massacre commence alors. Pendant 6 semaines, sous les yeux des observateurs internationaux impuissants, les soldats chinois sont exécutés à la mitrailleuse, à la baïonette ou au sabre, les femmes de 8 à 88 ans violées et éventrées, les enfants égorgés et les cadavres empilés dans la ville et le long des berges du Yangtze-Kiang.

Image

Image

Image
Image
Image

Selon les estimations faites en 1948 par le Tribunal millitaire international de Tokyo, plus de 200 000 chinois perdent la vie à Nanking et plus de 20 000 femmes sont violées. (Le nombre de morts a été estimé à 300 000 par le Tribunal de Nanking). Le nombre de victimes exécuté par la division de Nakajima est estimé entre 25 000 et 33 000 pour la seule première journée. En raison d'une directive du commandement japonais, des monticules de cadavres restent en place pendant plusieurs semaines dans les rues sans que personne ne puisse les enterrer.

Image
Image

Image

Image
Image
Image

Le 15 décembre, tous les citoyens étrangers, y compris les journalistes, évacuent Nanking, à l'exception de 22 personnes, chargés d'administrer la zone internationale. Le 17 décembre, Asaka et Matsui, revenu en poste, pénétrent dans la ville en grande pompe. Pour préparer cette parade, le chef d'état-major d'Asaka, avait dû demander la veille à l'armée d'intensifier son action et de "nettoyer" la ville et les villages environnants. Plus de 17 000 hommes et garçons auraient ainsi été exécutés au cours de cette opération. Au cours des semaines suivantes, l'armée fait plusieurs incursions dans la zone internationale pour y capturer des chinois sous prétexte qu'ils sont d'anciens soldats.

Image

3) L'HÉROÏSME DES OCCIDENTAUX

Le massacre donne l'occasion à de nombreux étrangers de s'illustrer en sauvant des vies. Parmi ceux-ci se détachent les figures de Minnie Vautrin, une missionnaire chrétienne américaine, Robert Wilson un chirurgien américain et John Rabe, un homme d'affaires allemand membre du parti Nazi. Ce dernier passe les 6 semaines du massacre à se promener en automobile dans les rues de Nanking en arborant drapeau et brassard nazi afin de sauver les chinois en danger.

En février, Rabe est rappelé par sa compagnie (Siemens) et quitte Nanking en direction de Berlin dans l'intention de porter au Fuhrer un film tourné par le missionnaire américain John G. Magee. Il donne quelques conférences sur le massacre à Berlin, puis écrit à Hitler. Pour toute réponse, il est convoqué, par la Gestapo qui saisit le film et lui intime l'ordre de se "taire sur cette affaire". Rabe ne revient jamais en Chine et après la guerre, est dénoncé comme sympatisant nazi. Il vit dans une extrême pauvreté jusqu'en 1948, où les survivants de Nanking, ayant appris sa condition, lui envoient le résultat d'une levée de fonds de 2000$.

4) LE JUGEMENT DES CRIMES

Considéré comme le principal responsable du massacre, le général Matsui est condamné à la pendaison par le tribunal de Tokyo, après avoir livré un témoignage confus et visiblement dicté en partie. Quant à Asaka, en raison d'un pacte conclu entre Mac Arthur et Hirohito et qui visait à exonérer de tout blâme l'empereur et la famille impériale, il ne fut jamais accusé mais seulement interrrogé par des enquêteurs avant le procès. Il leur déclara le 1 mai 1946 "qu'il n'y avait eu aucun massacre de prisonniers chinois" et qu'il n'avait "jamais reçu de plainte quant à la conduite de ses troupes." Asaka vécut par la suite heureux et respecté de tous, pratiquant le golf jusqu'à un âge vénérable.

Hirohito fut-il mis au courant des détails de cette opération couverte par les médias du monde entier ? Tout le laisse croire. Son ministre des Affaires étrangères, Ishigari Itaro, était quant à lui clairement au fait des événements. Il écrivit au mois de décembre dans son journal personnel : "Une lettre en provenance de Shangaï rapportant en détail les atrocités de notre armée à Nanking. Elle parle d'horribles faits de pillages et de viols. Est-ce ainsi que notre armée se conduit ?"

Comment Hirohito, qui avait tenu a établir le 27 octobre un quartier général impérial, par lequel il recevait pendant 3 ou 4 heures par jour, 3 ou 4 jours par semaines, des compte-rendus (joso) directs et précis sur toutes les opérations militaires de ses deux chefs de cabinet, de ministres et de généraux, pouvait-il ignorer ce que son ministre, ses généraux et ses ambassadeurs savaient ?

Le 14 décembre 1937, apprenant la chute de Nanking, l'empereur avait d'ailleurs exprimé sa "satisfaction extrême" au chef d'état-major de l'armée, le prince Kan'in, et, en février 38, accordé à Matsui une décoration pour son "extraordinaire exploit millitaire". En avril 1940, ce fut au tour du prince Asaka d'être décoré de l'ordre de "l'Aigle d'or".

Aujourd'hui encore, le gouvernement japonais n'a jamais présenté d'excuse aux victimes et minimise cet événement dans les manuels scolaires, le qualifiant tout au plus "d'incident". Plusieurs politiciens comme l'ancien ministre de la Justice Shigeto Nagano en ont nié publiquement l'existence.
Dernière édition par romualdtaillon le 01 Fév 2007, 15:33, édité 11 fois.


 

Voir le Blog de romualdtaillon : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de EPICURE  Nouveau message 05 Déc 2005, 20:13

Bon article, mon cher Romualdtaillon ; c'est une bonne chose de parler de cet aspect tu trop longtemps des atrocités japonaises.


 

Voir le Blog de EPICURE : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de romualdtaillon  Nouveau message 05 Déc 2005, 20:25

En bonus, une photo de protagonistes du carnage :

le prince Yasuhiko Asaka

Image



le général Iwane Matsui

Image



le lieutenant-général Kesago Nakajima


Image



John Rabe, mort dans la pauvreté en 1950.

Image



Minnie Vautrin, qui habrita plusieurs milliers de femmes au college de Gingling et finit par sombrer dans une dépression puis par se suicider en 1940.

Image


ainsi qu'une courte bibliographie :

1) The good man of Nanking, the diaries of John Rabe, John E Woods 1998
2) American goddess at the rape of Nanking : the courage of Minnie Vautrin, Hua-Ling Hu, Southern Illinois university press 2000
3) The rape of Nanking, Iris Chang, Penguin books 1997
Dernière édition par romualdtaillon le 20 Nov 2006, 22:04, édité 1 fois.


 

Voir le Blog de romualdtaillon : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de Jules Lafontaine  Nouveau message 06 Déc 2005, 11:23

Et dire qu'aujourd'hui encore, le gouvernement japonais parle des "incidents de Nankin".......


 

Voir le Blog de Jules Lafontaine : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de romualdtaillon  Nouveau message 06 Déc 2005, 16:39

En second bonus, le résumé du témoignage de survivantes filmées en décembre 1937 par John Magee et consigné dans la plainte officielle expédiée le 5 février 1938 par le Comité international de la zone de sécurité à l'ambassade japonaise de Nanking. Ce récit est caractéristique du mépris absolu des troupes japonaises envers les civils chinois et surtout les femmes.

"Le 13 décembre, une trentaine de soldats japonais demandèrent à pénétrer au numéro 5 de la rue Hsing Lu Koo. Aussitôt entrés, ils abattirent au revolver le portier, sa femme et le propriétaire de la maison. Ils se saisirent de la femme de ce dernier cachée sous une table avec son bébé, la violèrent à plusieurs, puis lui insérèrent une bouteille dans le vagin et l'éventrèrent. Le bébé fut tué à la baionette.

D'autres soldats s'étaient dirigés pendant ce temps dans une pièce attenante où ils trouvèrent un couple de 76 et 74 ans ainsi que les filles de la femme violée, âgées de 16 et 14 ans. Ils tuèrent les deux vieillards puis violèrent les adolescentes à 3 par victime. La plus âgée fut ensuite tuée à la baïonette et une tige de bambou fut placée dans sa vulve (cette pratique usuelle consistait à profaner le cadavre de la victime).


Image
Image


Les soldats attaquèrent encore 3 enfants de 8, 4 et 2 ans. Cette dernière petite de 8 ans fut simplement blessée et réussi à se cacher près du cadavre de sa mère où elle agonisa pendant 14 jours. Elle fut rejointe par sa jeune soeur de 4 ans qui avait réussi à se cacher des soldats. Les enfants ont survécu de restes de riz puis ont finalement été retrouvés par une vieille voisine revenue sur place après l'événement. Le cinéaste a filmé les corps et questionné des voisins qui ont confirmé le témoignage des enfants. "


 

Voir le Blog de romualdtaillon : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 6  Nouveau message de EPICURE  Nouveau message 06 Déc 2005, 19:50

Quelle horreur !


 

Voir le Blog de EPICURE : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 7  Nouveau message de HistoQuiz  Nouveau message 07 Déc 2005, 16:22

Bonjour,
Pour les courageux, voici la suite : http://www.histoquiz-contemporain.com/H ... ssiers.htm


 

Voir le Blog de HistoQuiz : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 8  Nouveau message de tachy  Nouveau message 07 Déc 2005, 16:35

oui j'avais deja vu certaines de ces photos: vraiment abominable :!:
les chinois etaient vraiment considerés par des sous-hommes par les japonais
voici aussi d'autres infos(et photos) sur nanking:http://www.interet-general.info/article.php3?id_article=200


 

Voir le Blog de tachy : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 9  Nouveau message de St Ex  Nouveau message 07 Déc 2005, 17:46

A vomir, sinon très bien ton site histoquizz.

St Ex

PS: est-ce qu'un admin pourrait rajouter le smily "à gerber", ce serait utile, non? Et puis le fumeur de moquette, tant qu'on y est :mrgreen:


 

Voir le Blog de St Ex : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 10  Nouveau message de nad  Nouveau message 07 Déc 2005, 19:56

Les photos sont très dures.
Et il faut dire que les japonais ne se sont pas arrêtés à ces exactions là. Des militaires francais, présent en indochine en 45, furent victimes de massacres après qu'ils se furent rendus (Langson, Tong...).
Bref :cry: rien de glorieux


 

Voir le Blog de nad : cliquez ici


Suivante

Retourner vers LA GUERRE EN ASIE ET DANS LE PACIFIQUE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
il y a 7 minutes
par: iffig 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 12 
il y a 30 minutes
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  trouvailles sur les sites de vente 
il y a 54 minutes
par: JARDIN DAVID 
    dans:  Médecin urgentiste 
Aujourd’hui, 12:09
par: Dog Red 
    dans:  venue de la femme et de la fille d'un pilote US en France 
Aujourd’hui, 11:15
par: dominord 
    dans:  uniformes des Républicains 
Aujourd’hui, 11:05
par: iffig 
    dans:  Testament de Hitler : Sur la France 
Aujourd’hui, 09:59
par: Chef Chaudart 
    dans:  Groupe de résistance VIRA Raymond Viadieu Toulouse ; membres 
Aujourd’hui, 09:35
par: Andrée Balagué 
    dans:  Bataille du Garigliano 
Aujourd’hui, 00:36
par: alfa1965 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 13 
Hier, 22:58
par: iffig 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 9 invités


Scroll