Connexion  •  M’enregistrer

Bombardement par ballons

Moins connue que les batailles du front Européen, la guerre du Pacifique n'en reste pas moins tout autant meurtrière et décisive dans la fin de la seconde guerre mondiale.
MODERATEUR ; alfa1965

Bombardement par ballons

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de Alexandra  Nouveau message 06 Sep 2005, 11:33

Bonjour à tous.
Un petit récapitulatif de l'histoire des ballons japonais.
Ces ballons ont étés créer pour faire des représailles par rapport au raid audacieux de Doolittle sur Tokyo.
En 6 mois, de novembre 1944 à avril 1945, les Japonais lâchèrent environs 9000 ballons.
Ces engins mesuraient environs 10 mètres de diamètre et étaient prévus de voyager de 10 000mètres à 11 500 mètres, car les vents soufflants vers l'Amérique ont une vitesse de 150 à 300 Km/h. Les Japonais n'exerçaient absolument aucun contrôle (même radio).
En 6 mois environ 1000 atteignirent le continent Américain. Ont en repéra de l'Alaska au Mexique, 200 dans le Nord-Ouest des Etats-unis et dans l'ouest du Canada, 75 furent récupérés dans d'autres endroits et dans le Pacifique, et une centaine explosèrent en l'air (d'après les éclairs aperçut dans le ciel.)
Par bonheur la neige recouvrait les montagnes Rocheuses évitant l'incendie des forêts, mais s'ils avaient continué sur le rythme qu'ils avaient obtenu en mars 1945 (une centaine par jour) et remplacés par des centaines de petites bombes incendiaires ou par des moyens d'épandages de bactéries les quelques bombes à bord, ils auraient fait des ravages considérables.
Le premier ballon quitta le sol japonais le 1 novembre 1944. Le 4, un patrouilleur repéra un grand morceau d'étoffe flottant à la surface de la mer. Un marin essaya de la hisser à bord et devant le poids qui lestait la toile (le mécanisme et les charges explosives), il coupa les amarres et finalement seule la voile fut récupérée. Celle-ci comportait des marquages japonais et les autorités se rendirent comptent qu'un nouveau vecteur de mort venait de faire son apparition.
La marine, le FBI et les services de la sécurité du territoire. Les gardes forestiers devaient signaler les points de chute de ballons. 15 jours après un second ballon fut retrouvé en mer. Peu après un autre fut retrouvé très à l'intérieur des terres, dans le Montana.
A la mi-décembre, les techniciens avaient collecté suffisamment de pièces pour pouvoir faire les plans du ballon et du mécanisme. L'enveloppe était formée de plusieurs couches de papiers parcheminés réunies par une colle végétale, et se montrait plus étanche à l'hydrogène que les meilleures enveloppes en toile caoutchoutée.
Après avoir examiné le sable qui servait de lest, des spécialistes désignèrent 5 endroits possibles, au Japon, d'où il pouvait provenir. Des vols de reconnaissance eurent lieu et sur l'une des photos était visible une usine, des bâtiments et plusieurs sphères couleur gris perle.
Peu après une sphère grise apparut dans le ciel près d'une ville de l'ouest, et un pilote de l'armée de l'air fut chargé de "souffler" le ballon avec l'hélice de son avion. La soupape du ballon se mis à fuir et le ballon atterrit en douceur. Une étude fut mener: Le ballon devait coûter 800 dollars, le lest comprenait 30 sacs de sable de 3 kg et si le ballon descendait en dessous de 10 000 m, un système barométrique lâchait un sac et si le ballon passait au-dessus de 11 500 m, une commande ouvrait une soupape et libérait un peu d'hydrogène. Chaque ballon emportait 3 à 4 bombes dont une, au moins, étaient incendiaires les autres étaient anti-personnel pesant une quinzaine de kg Le dispositif de lâcher de bombes opérait après le lâcher de tout le lest, les Japonais avaient fait le calcul que lorsque tout le lest était larguer, le ballon devait être au-dessus du continent américain, puis un mécanisme d'autodestruction devait faire exploser le ballon en l'air. Ce mécanisme s'enraya sur 10% des ballons qui touchèrent le sol.
Un ballon doté d'un émetteur radio accompagnait chaque groupe d'aérostats chargés de bombes. Les signaux permettaient de suivre, à peu prés, le groupe. Ces ballons avaient une enveloppe de soie caoutchoutée qui, théoriquement, devait être plus résistante que celle de ces congénères. Les Japonais se trompèrent en changeant la toile de ce modèle puisque seulement 3 de ces ballons arrivèrent sur le continent.
Les défenses contre ces ballons étaient précaires. En effet les ballons étaient invisibles au radar et il était impossible d'avoir des patrouilles aériennes couvrant toute la surface de la cote Ouest.
Le plus grave problème était les bombes incendiaires qui pouvaient faire brûler les forêts. Pour prévenir tous problèmes, des équipes de pompiers parachutés pouvaient intervenir à tout moment.
Ensuite les autorités s'aperçurent que ces ballons pourraient transporter des germes nuisibles aux cultures, aux bétail et même à l'homme. Donc des dépôts de vêtements furent créés, des dépôts de masques à gaz, de produits chimiques nécessaire à la lutte contre toutes sortes de virus, bactérie et germes. Des équipes spécialisées dans la guerre bactériologique furent montées, les vétérinaires furent alertés et devaient signaler toutes maladies suspectes dans les troupeaux.
Les Japonais ne devaient pas être au courant et la presse américaine s'auto-sençura, ne laissant aucune information filtrer. Mais cette censure a un revers de médaille: le public était non informé. Dans l'Orégon, des enfants en pique-nique trouvèrent un ballon et essayèrent probablement de le tirer et firent exploser les bombes. Une femme les accompagnant et 5 enfants furent tués. Les maîtres d'écoles et les forestiers firent alors des conférences aux enfants sur les dangers que représentaient des ballons qu'ils pourraient trouver et devaient avertirent des adultes en cas de découverte.
Puis à la fin d'avril 1945, plus rien, plus un seul ballon.
Après la fin des hostilités, une délégation américaines en visite au Japon obtint la réponse auprès du général Kusaba qui avait diriger la campagne des ballons. Il expliqua que ses services en avaient lâché 9000, et qu'ils estimaient qu'environs 10% atteindraient les Etats-unis et le Canada. La nouvelle du premier atterrissage dans le Montana leur parvins puis plus aucune nouvelle et en plus tous leurs ballons radio tombaient dans l'océan. Pour l'état major, cette idée était un pur gaspillage de moyens et de bras.
Fin avril, l'état major Japonais prononce son arrêt “: Ces ballons ne parviennent pas en Amérique. Sinon, les journaux en parleraient. Les Américains ne pourraient jamais garder un secret aussi longtemps."
Cdlt Alex.


 

Voir le Blog de Alexandra : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de hilarion  Nouveau message 06 Sep 2005, 11:35

Merci de citer tes sources


 

Voir le Blog de hilarion : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de Alexandra  Nouveau message 08 Sep 2005, 16:28

Bonjour à tous
Mes sources sont le général de brigade W.Wilbur qui participa à la lutte contres ces bombardements.
Cdlt Alex


 

Voir le Blog de Alexandra : cliquez ici



Retourner vers LA GUERRE EN ASIE ET DANS LE PACIFIQUE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
il y a 11 minutes
par: kfranc01 
    dans:  Coup de force japonais de Langson, 22 septembre 1940 
Aujourd’hui, 00:25
par: alfa1965 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 13 
Hier, 23:24
par: iffig 
    dans:  Médecin urgentiste 
Hier, 23:16
par: kfranc01 
    dans:  Testament de Hitler : Sur la France 
Hier, 22:31
par: Manu 
    dans:  Testament de Hitler : Sur le problème juif et le racisme 
Hier, 22:08
par: Manu 
    dans:  Meutes Eisbär 1 et Eisbär 2 
Hier, 21:46
par: alfa1965 
    dans:  Quoi de neuf dans les kiosques ? 
Hier, 21:35
par: alain adam 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 12 
Hier, 21:10
par: kfranc01 
    dans:  recherches sur le parcours de mon arrière grand père 
Hier, 21:09
par: brehon 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: alfa1965 et 17 invités


Scroll