Connexion  •  M’enregistrer

Refus du seppuku

Moins connue que les batailles du front Européen, la guerre du Pacifique n'en reste pas moins tout autant meurtrière et décisive dans la fin de la seconde guerre mondiale.
MODERATEUR ; alfa1965

Refus du seppuku

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de alfa1965  Nouveau message 26 Fév 2017, 15:49

Y at'il eu des cas où les officiers japonais aient reçu l'ordre de se faire seppuku et refusé de l'exécuter ?
ALEX
http://hongrie2gm.creer-forums-gratuit.fr/forum.htm
La Hongrie, du traité de Trianon au siège de Budapest, son histoire, ses forces armées.

modérateur
modérateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 6336
Inscription: 29 Déc 2008, 21:15
Localisation: PONTAULT COMBAULT 77
Région: Ile de France
Pays: France

Voir le Blog de alfa1965 : cliquez ici


Re: Refus du seppuku

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de Prosper Vandenbroucke  Nouveau message 26 Fév 2017, 17:47

Bonjour Alex,
Personnellement j'en ai aucune idée
Bien amicalement
Prosper ;) ;)
L'Union fait la force -- Eendracht maakt macht

Image
http://www.freebelgians.be

Administrateur Principal
Administrateur Principal

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 65321
Inscription: 02 Fév 2003, 20:09
Localisation: Braine le Comte - Belgique
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Prosper Vandenbroucke : cliquez ici


Re: Refus du seppuku

Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de Alfred  Nouveau message 26 Fév 2017, 18:54

Les survivants en général proviennent de "ratés"...Les autres auraient été considérés comme peu honorables et sans doute rejetés par la société

vétéran
vétéran

 
Messages: 1483
Inscription: 21 Aoû 2011, 13:41
Région: Litus saxonicum
Pays: Grande Bourgogne

Voir le Blog de Alfred : cliquez ici


Re: Refus du seppuku

Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de Shiro  Nouveau message 26 Fév 2017, 18:56

Bonjour Alex,

alfa1965 a écrit:Y at'il eu des cas où les officiers japonais aient reçu l'ordre de se faire seppuku et refusé de l'exécuter ?

As-tu des informations selon lesquelles cet ordre aurait parfois été donné?
Le seppuku était en principe interdit depuis 1873, au début de l'ère Meiji. Ce qui n'empêchait pas bien sûr certains de le faire à titre personnel, le Bushido ayant été remis à l'honneur sous Tojo.

Cordialement.

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 998
Inscription: 19 Déc 2004, 15:30
Région: Bretagne
Pays: France

Voir le Blog de Shiro : cliquez ici


Re: Refus du seppuku

Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de alfa1965  Nouveau message 27 Fév 2017, 13:03

Bonjour Chantal
Je ferai des recherches concernant ce type d'ordre, car comme tu le dis, le seppuku était interdit. N'ayant pas de documentation à l'heure actuelle (et pas de temps aussi), j'irai à la médiathèque de ma ville.
Merci
ALEX
http://hongrie2gm.creer-forums-gratuit.fr/forum.htm
La Hongrie, du traité de Trianon au siège de Budapest, son histoire, ses forces armées.

modérateur
modérateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 6336
Inscription: 29 Déc 2008, 21:15
Localisation: PONTAULT COMBAULT 77
Région: Ile de France
Pays: France

Voir le Blog de alfa1965 : cliquez ici


Re: Refus du seppuku

Nouveau message Post Numéro: 6  Nouveau message de Loïc Charpentier  Nouveau message 27 Fév 2017, 14:19

Pour celà, il faut considérer le seppuku dans son contexte militaire, où l'obéissance (stricte) aux ordres était la règle.
Les promotions d'élèves-pilotes n'étaient, officiellement, pas recrutées pour des missions-suicides, mais elles s'étaient retrouvées mises devant le "fait accompli", lors de leur instruction.
Il conviendrait de vérifier mais il devait exister, pour ces "volontaires", une possibilité de refuser... celà dit, à quel prix?
Il faut bien analyser le contexte... le "volontariat" était prononcé en public - au sein de ses camarades de promo et devant l'autorité supérieure -; autrement dit, çà ne devait pas être simple, quand on connait un peu la mentalité nipponne, d'annoncer, devant toute cette assemblée... Votre mission-suicide, vous pouvez vous la mettre au c..! En plus, elle est interdite depuis l'ère Meiji! . C'était un coup à se retrouver au ban de l'armée et à devoir "charger", sans arme, avec la Biffe, devant les premières lignes! En plus, au sein même de la "piétaille" japonaise, l'accueil des "contestataires" ne devait pas être des plus sympathiques - il suffit de se souvenir ce qui s'était passé à la fin de la bataille d'Iwo Jima, des conclusions (alarmantes) qu'en avaient tirées les américains et qui les amèneront à l'emploi de la bombe A -.

Si on s'intéresse aux "cérémonies" qui précédaient l'envol pour le seppuku "sur ordre", on constate que la consommation de saké était soigneusement encouragée, sous le couvert de rites traditionnels. Un "pilote" bourré comme un coing, même pas franchement motivé, prendra plus facilement le manche que s'il était à jeun.

Néanmoins, il n'est pas question de balayer, d'un revers de main, la tradition ancestrale "pure & dure" - le décret de 1873 le prouve, car il n'existe rien d'équivalent dans les autres nations - à commencer par les occidentales! -. L’opiniâtreté et le jusqu'au-boutisme affichés par les troupes japonaises, toutes armes confondues, pendant et après le conflit - d'où la création de l'unité spéciale, revêtue des anciens uniformes, qui, armée d'un enregistrement du discours de capitulation de l'Empereur (ce qui était loin loin de faire office de preuve, vu que aucun empereur, jusque là, ne s'était exprimé en public!), fera le tour des atolls "perdus", officiellement, jusqu'en 1955, pour obtenir la reddition (sans combat) des survivants des garnisons.

Il semble - mais je m'avance, peut-être - que la plupart des survivants de ces opérations-suicides programmées n'y avaient, généralement, échappé que grâce à des problèmes techniques survenus au décollage ou lors du vol d'approche, à l'absence de cibles (encore que!), à la destruction, au sol, de leur escadrille, etc... plus le fait que, au sein-même du commandement japonais, tous n'étaient pas d'accord avec cette méthode extrême et qu'il fallait, aussi, conserver & former du personnel de remplacement pour les unités "normales". A un moment, la politique "seppuku" avait ses limites, ne serait-ce que pour assurer la survie de la race nipponne - la femme n'ayant pas la possibilité de procréer sans intervention masculine - c'était, d'ailleurs, une des raisons qui avait été à l'origine de la loi de1873 -.

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2512
Inscription: 25 Mai 2016, 16:26
Région: Alsace
Pays: France

Voir le Blog de Loïc Charpentier : cliquez ici


Re: Refus du seppuku

Nouveau message Post Numéro: 7  Nouveau message de alfa1965  Nouveau message 27 Fév 2017, 14:26

Merci Loïc pour cette analyse.
Alexandre
http://hongrie2gm.creer-forums-gratuit.fr/forum.htm
La Hongrie, du traité de Trianon au siège de Budapest, son histoire, ses forces armées.

modérateur
modérateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 6336
Inscription: 29 Déc 2008, 21:15
Localisation: PONTAULT COMBAULT 77
Région: Ile de France
Pays: France

Voir le Blog de alfa1965 : cliquez ici


Re: Refus du seppuku

Nouveau message Post Numéro: 8  Nouveau message de Loïc Charpentier  Nouveau message 27 Fév 2017, 14:37

alfa1965 a écrit:Merci Loïc pour cette analyse.
Alexandre


Oh, je n'ai pas la prétention de faire une "analyse", juste essayer de situer les aspects compliqués & "contradictoires" de la méthode. ;)

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2512
Inscription: 25 Mai 2016, 16:26
Région: Alsace
Pays: France

Voir le Blog de Loïc Charpentier : cliquez ici


Re: Refus du seppuku

Nouveau message Post Numéro: 9  Nouveau message de Shiro  Nouveau message 27 Fév 2017, 15:25

Loïc Charpentier a écrit:Pour celà, il faut considérer le seppuku dans son contexte militaire, où l'obéissance (stricte) aux ordres était la règle.
Les promotions d'élèves-pilotes n'étaient, officiellement, pas recrutées pour des missions-suicides, mais elles s'étaient retrouvées mises devant le "fait accompli", lors de leur instruction.
Il conviendrait de vérifier mais il devait exister, pour ces "volontaires", une possibilité de refuser... celà dit, à quel prix?
Il faut bien analyser le contexte... le "volontariat" était prononcé en public - au sein de ses camarades de promo et devant l'autorité supérieure -; autrement dit, çà ne devait pas être simple, quand on connait un peu la mentalité nipponne, d'annoncer, devant toute cette assemblée... Votre mission-suicide, vous pouvez vous la mettre au c..! En plus, elle est interdite depuis l'ère Meiji! . C'était un coup à se retrouver au ban de l'armée et à devoir "charger", sans arme, avec la Biffe, devant les premières lignes! En plus, au sein même de la "piétaille" japonaise, l'accueil des "contestataires" ne devait pas être des plus sympathiques - il suffit de se souvenir ce qui s'était passé à la fin de la bataille d'Iwo Jima, des conclusions (alarmantes) qu'en avaient tirées les américains et qui les amèneront à l'emploi de la bombe A -.

Si on s'intéresse aux "cérémonies" qui précédaient l'envol pour le seppuku "sur ordre", on constate que la consommation de saké était soigneusement encouragée, sous le couvert de rites traditionnels. Un "pilote" bourré comme un coing, même pas franchement motivé, prendra plus facilement le manche que s'il était à jeun.

Néanmoins, il n'est pas question de balayer, d'un revers de main, la tradition ancestrale "pure & dure" - le décret de 1873 le prouve, car il n'existe rien d'équivalent dans les autres nations - à commencer par les occidentales! -. L’opiniâtreté et le jusqu'au-boutisme affichés par les troupes japonaises, toutes armes confondues, pendant et après le conflit - d'où la création de l'unité spéciale, revêtue des anciens uniformes, qui, armée d'un enregistrement du discours de capitulation de l'Empereur (ce qui était loin loin de faire office de preuve, vu que aucun empereur, jusque là, ne s'était exprimé en public!), fera le tour des atolls "perdus", officiellement, jusqu'en 1955, pour obtenir la reddition (sans combat) des survivants des garnisons.

Il semble - mais je m'avance, peut-être - que la plupart des survivants de ces opérations-suicides programmées n'y avaient, généralement, échappé que grâce à des problèmes techniques survenus au décollage ou lors du vol d'approche, à l'absence de cibles (encore que!), à la destruction, au sol, de leur escadrille, etc... plus le fait que, au sein-même du commandement japonais, tous n'étaient pas d'accord avec cette méthode extrême et qu'il fallait, aussi, conserver & former du personnel de remplacement pour les unités "normales". A un moment, la politique "seppuku" avait ses limites, ne serait-ce que pour assurer la survie de la race nipponne - la femme n'ayant pas la possibilité de procréer sans intervention masculine - c'était, d'ailleurs, une des raisons qui avait été à l'origine de la loi de1873 -.


Bonjour Loïc,

Il me semble que tu confonds le seppuku (Hara-Kiri) qui était une forme traditionnelle et codifiée de suicide réservée à une élite avec les missions suicides Tokkotai (Kamikaze). Ce n'est pas du tout la même chose.

Cordialement.

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 998
Inscription: 19 Déc 2004, 15:30
Région: Bretagne
Pays: France

Voir le Blog de Shiro : cliquez ici


Re: Refus du seppuku

Nouveau message Post Numéro: 10  Nouveau message de Loïc Charpentier  Nouveau message 27 Fév 2017, 15:26

La loi de l'ère Meiji (1873) n'avait pas pour unique but "d'occidentaliser" les règles de vie nippones. En ce qui concerne le seppuku, elle se fondait, également, sur un constat calamiteux, cette tradition ancestrale, toute à la fois guerrière et civile, quelque ait été sa valeur "Honneur", coûtait très chère, à l'empire japonais, en cadres compétents, ainsi qu'à leur progéniture ; les postulants au suicide "légal" n'étaient pas nécessairement de vieux kroumirs affligés d'une ribambelle de descendants mâles, mais, également, des jeunes gens pétants de santé, qui n'avaient pas trouvé le temps (pour cause d'occupations guerrières) de se reproduire officiellement, selon les règles strictes de la lignée noble. Au fil du temps, ces "suicides" personnels et, surtout, collectifs avaient éreinté la caste des dirigeants et des guerriers... faute de reproduction! Dans la logique historique japonaise, un cadre militaire, sauf rare exception, était issu d'une lignée de guerriers, mais en se faisant seppuku, pour l'honneur de son camp, à un peu plus de vingt ans, huit fois sur dix, on privait l'Empire de toute possibilité de descendance légitime mâle! Grosso "merdo", à la suite d'une bataille, soit on mourrait au combat, soit, dans le camps des vaincus, on était exécuté ou on se suicidait, mais le sort des batailles étant, très souvent, aléatoire, les deux camps y avaient droit. A l'extrême limite, on se retrouve à la tête d'un peuple de paysans, d'ouvriers et de petits boutiquiers, pour qui l'acte du "seppuku" n'était pas prévu dans le Code Bushido !
Dernière édition par Loïc Charpentier le 27 Fév 2017, 15:47, édité 1 fois.

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2512
Inscription: 25 Mai 2016, 16:26
Région: Alsace
Pays: France

Voir le Blog de Loïc Charpentier : cliquez ici


Suivante

Retourner vers LA GUERRE EN ASIE ET DANS LE PACIFIQUE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 18 
il y a 5 minutes
par: dominord 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 14 
il y a 20 minutes
par: François 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 14 
il y a 25 minutes
par: Gaston 
    dans:  Uniforme français 1940 à reconstituer 
il y a 31 minutes
par: pigeon38 
    dans:  "André SEGOL, Maréchal des Logis au 185RALT" 
il y a 52 minutes
par: Loïc Charpentier 
    dans:  Francais dans l armée allemande 
Aujourd’hui, 16:07
par: Loïc Charpentier 
    dans:  Lieux de l'Occupation en France 
Aujourd’hui, 15:12
par: Loïc Charpentier 
    dans:  FR3 20/08 
Aujourd’hui, 12:27
par: betacam 
    dans:  SUR RMC DECOUVERTE LE 07 SEPTEMBRE 
Aujourd’hui, 11:38
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Un petit texte version numérique 
Aujourd’hui, 09:01
par: Gerard LAIB 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 6 invités


Scroll