Connexion  •  M’enregistrer

Guadalcanal

Moins connue que les batailles du front Européen, la guerre du Pacifique n'en reste pas moins tout autant meurtrière et décisive dans la fin de la seconde guerre mondiale.
MODERATEUR ; alfa1965

Guadalcanal

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de Nimitz  Nouveau message 11 Avr 2007, 10:44

Je vous propose le début d'un article consacré aux batailles navales pour la possession de Guadalcanal....
La suite viendra sous peu



Guadalcanal ! Qui n’a jamais entendu au moins une fois ce nom ? Cette île de 6 500 km², située dans l’archipel des Salomon, au Nord-est de l’Australie est devenue aussi célèbre que Stalingrad. Pendant plus de 6 mois, d’août 1942 à février 1943, le centre névralgique du Pacifique va se trouver dans ce secteur et devenir le théâtre de combats acharnés. Nous nous contenterons de retracer au mieux les engagements de surface ayant pour but la possession de l’île.

Carte des îles Salomons
Image

En mai 1942, lors de la bataille de la mer de corail, les japonais ont entrepris la création d’une base sur l’île. La réalisation en elle-même ne poserait pas de souci si elle n’était pas dotée depuis le mois de juillet d’un terrain d’aviation. Située sur les routes de communications vers l’Australie, Guadalcanal est une épine stratégique dans les plans de reconquête américains. Il est donc prévu de reprendre l’île aux japonais, d’autant plus que la base aéronavale de Rabaul, située dans le détroit qui sépare la Nouvelle Bretagne de la Nouvelle Irlande, représente elle aussi une menace non négligeable. L’idée est de se servir de toute île reprise comme base de lancement pour une nouvelle attaque.

Le 7 août 1942, la 1ère division de Marines prend pied sur Guadalcanal et atteint rapidement son objectif : le terrain d’aviation, aussitôt rebaptisé Henderson Field en mémoire d’un marine tombé lors du débarquement.

La réaction japonaise ne se fait pas attendre : les troupes et flotte américaines subissent les raids aériens de Rabaul. Dans le même temps, une force de croiseurs lève l’ancre sous le commandement du vice-amiral Mikawa et prend la direction de Guadalcanal pour contrer l’offensive alliée.

Devant les assauts répétés de l’aviation nippone, manquant de carburant et ayant perdu 21 appareils, l’amiral Fletcher décide de retirer les porte-avions et leur escorte des environs de l’île, laissant 19 transports protégés par 5 croiseurs lourds et 5 destroyers répartis en 2 groupes couvrant les accès à l’île, un troisième groupe de 2 croiseurs légers et 2 destroyers patrouillant au large de l’île de Tulagi

Croiseur lourd Kinugasa
Image

L’escadre japonaise, composée de 7 croiseurs et 1 destroyer, choisit d’attendre la nuit pour lancer son offensive : elle sera ainsi à l’abri de l’aviation alliée et la marine japonaise est passée maître dans l’art du combat nocturne.

Carte de la bataille de l'île de Savo
Image

Vers 0h45, les japonais repèrent le destroyer Blue qui patrouille et Mikawa modifie sa course pour l’éviter tout en maintenant son artillerie prête à ouvrir le feu. Quand il s’aperçoit que le destroyer n’a pas repéré ses navires, Mikawa fait reprendre la route qui doit l’amener à passer au sud de Savo, fait pousser la vitesse de 26 à 30 nœuds et laisse à ses navires toute liberté d’action pour l’attaque.

Les vigies japonaises signalent des navires américains à 11.300 mètres et quelques minutes plus tard, les torpilles niponnes filent vers leur but. En même temps, les vigies du Chokai signalent une autre formation américaine à plus de 16.000 mètres en direction du Nord. Aussitôt la colonne de croiseurs modifie sa course et prend la direction de la force Nord, toujours sans avoir été repérée et se préparant à engager la force Sud au canon.

A 1h43, le destroyer Patterson, jusqu’à lors en état d’alerte, aperçoit à la lumière de ses projecteurs un croiseur lourd japonais à environ 4.500 mètres, prévient immdiatement par radio et signaux lumineux : « Alerte ! Alerte ! Navires ennemis » avant de pousser ses machines à plein régime. Au même moment, des hydravions japonais larguent des fusées éclairantes juste au-dessu du Canberra et du Chicago. Le Canberra oblique alors sur tribord, se plaçant ainsi entre les navires japonais et les transports et ouvre le feu. Pris à parti par 4 croiseurs lourds ennemis, le Canberra va encaisser 24 obus de gros calibre en moins de trois minutes le faisant giter de 10° et le laissant sans défense. Comble de malchance, le navire est atteint par deux torpilles sur tribord, celles-ci provenant sans nul doute de destroyer Bagley.

Croiseur lourd Canberra
Image

Alors que le Chicago tente d’engager le combat, il est atteint à l’avant par une torpille, laquelle met hors de combat les commandes de ses batteries principales. Ainsi endommagé, le navire ne peut soutenir un affrontement avec les forces ennemies et met cap à l’ouest, s’éloignant de la zone de combat mais sans prévénir les autres unités alliées.

Croiseur lourd Chicago
Image

Alors que le navire endommagé s’éloigne, le Patterson engage la formation japonaise et parvient à endommager légèrement le croiseur lourd Kinugasa mais perd ensuite le contact. La colonne japonaise se scinde en 3 groupes : le destroyer Yunagi se replie à l’ouest de l’île de Savo, 4 croiseurs poursuivent leur route vers le force Nord tandis que les 3 autres infléchissent légèrement leur course pour se rapprocher de l’île. La force américaine risque donc de se trouver prise entre deux feux.

Pour des raisons obscures, les navires américains ne sont pas encore complètement aux postes de combat quand l’attaque japonaise débute. Les torpilles sont lancées à 1h44 et les projecteurs permettent d’ouvrir le feu à 1h50.

Le croiseur lourd Astoria est le plus prompt à repondre aux tirs ennemis mais le Chokai a trouvé la bonne distance et l’Astoria est rapidement atteint plusieur fois et commence à brûler. L’Aoba et le Kako prêtent main forte entre 2h00 et 2h15, détruisant la chambre des machines, laissant le navire immobile. Malgré tout, ce dernier enregistre un coup au but sur le Chokai, endommageant légèrement une tourelle avant. L’Astoria coulera le lendemain.

Sur le Quincy, l’état d’alerte vient juste de sonner quand les projecteurs japonais éclairent le navire. Le commandant ordonne aussitôt d’ouvrir le feu mais les artilleurs ne sont pas prêts. En quelques minutes, le croiseur est pris sous le tir croisé de l’Aoba, du Furutaka et du Tenryu, gravement endommagé et commence également à brûler avant d’être atteint par deux torpilles du Tenryu. Le navire continue malgré tout à faire feu et enregister un coup au but dans la salle des cartes du Chokai mais est encore une fois victime des obus japonais qui s’abattent sur le pont à 2h10 avant qu’une torpille de l’Aoba ne le réduise au silence à 2h16. Le Quincy coule à 2h20.

Le Vincennes, pour sa part, est fin prêt quand les japonais attaquent mais hésite à ouvrir le feu, pensant que les projecteurs sont américains. Lorsque le Kako ouvre le feu à 1h53, le Vincennes réplique mais est rapidement atteint. Son capitaine ordonne alors de pousser la vitesse, toujours de 10 nœuds, à 20 nœuds mais à 1h55 deux torpilles du Chokai lui causent de sérieux dommages. Le Kinugasa ouvre également le feu, bientôt rejoint par les autres navires nippons. Le Vincennes va encaisser 74 coups au but ainsi qu’une torpille du Yubari. Immobilisé, brûlant de part en part, l’ordre d’abandonner le navire est donné à 2h16. Le Vincennes coulera à 2h50.

Comme Mikawa cesse le feu à 2h16, le Ralph Talbot est pris à parti par 3 croieurs mais, gravement endommagé, parvient à s’enfuir. Mikawa, qui vient de remporter une victoire totale ne se décide pas à engager les transports, craignant de se retrouver à portée des appareils des porte-avions américains. Il ignore en effet que ceux-ci se sont retirés et ordonne donc le repli à 2h20.

Cette bataille reste la défaite la plus cruelle de la marine américaine.

A suivre.....
Personne par la guerre ne devient grand
Maître Yoda

Image

Brigadier General
Brigadier General

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 430
Inscription: 29 Déc 2003, 15:10
Localisation: France
Région: Sud-Ouest
Pays: France

Voir le Blog de Nimitz : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de romualdtaillon  Nouveau message 11 Avr 2007, 14:55

Merci pour ce texte. Pour les lecteurs particulièrement intéressés par le sujet, il y a une rubrique complémentaire détaillée portant sur le débarquement à Guadalcanal et Tulagi ici :

http://www.debarquement-normandie.com/phpBB2/viewtopic.php?t=9677

ainsi que deux autre rubriques plus générales sur le même sujet ici : http://www.debarquement-normandie.com/phpBB2/viewtopic.php?t=1133


et ici :

http://www.debarquement-normandie.com/phpBB2/viewtopic.php?t=519


 

Voir le Blog de romualdtaillon : cliquez ici



Retourner vers LA GUERRE EN ASIE ET DANS LE PACIFIQUE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Parachutistes allemands dans le Vercors 
Aujourd’hui, 01:10
par: Soxton 
    dans:  "Hitler" par P. Longerich 
Aujourd’hui, 01:04
par: Soxton 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 13 
Aujourd’hui, 00:55
par: Gaston 
    dans:  Le sous-marin Le Héros 
Aujourd’hui, 00:45
par: Tri martolod 
    dans:  Histoire économique de Vichy 
Aujourd’hui, 00:37
par: Soxton 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
Hier, 23:02
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 12 
Hier, 22:42
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Médecin urgentiste 
Hier, 22:30
par: kfranc01 
    dans:  FCM2C Capturés par les Allemands. 
Hier, 20:50
par: alain adam 
    dans:  Testament de Hitler : Sur la France 
Hier, 19:43
par: Prosper Vandenbroucke 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 7 invités


Scroll