Connexion  •  M’enregistrer

Le camp japonais de prisonniers de guerre alliés de Sandakan sur l’île de Bornéo

Moins connue que les batailles du front Européen, la guerre du Pacifique n'en reste pas moins tout autant meurtrière et décisive dans la fin de la seconde guerre mondiale.
MODERATEUR ; alfa1965

Le camp japonais de prisonniers de guerre alliés de Sandakan sur l’île de Bornéo

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de Prosper Vandenbroucke  Nouveau message 22 Sep 2022, 17:34

On connait la ‘’Marche de la mort’’ de Bataan, mais celle de Sandakan est moins connue mais tout aussi cruelle.
Le plus grand nombre de décès survenus à Bornéo a eu lieu en 1945, lors de la dernière année de guerre.
A Kuching, Sandakan et Ranau, des militaires australiens, britanniques, hollandais et américains très malades sont contraints à plusieurs marches menées par les Japonais. La raison du déplacement des hommes d'un camp à un autre a été attribuée au fait que les Japonais savaient que les Alliés arrivaient et devaient débarquer à Kuching et que le déplacement des prisonniers les empêchait d'être libérés.
On pense que la première marche a commencé quelque temps après février 1945 et que d'autres marches ont eu lieu en mai entre Sandakan et Ranau. On sait que beaucoup d'hommes souffraient énormément de maladies, de faim et d'épuisement. Le travail était extrêmement dur avec seulement l'utilisation d'outils à main limités pour terminer le travail qui leur était imposé, principalement le nettoyage de la jungle ou la pose de pistes d'atterrissage et de routes.
Les conditions étaient particulièrement mauvaises à Sandakan, mais au début de 1945, environ 300 hommes ont été déplacés vers Kuching et Labuan,mais ceux qui sont restés à Sandakan, environ 2 500 ont ensuite été forcés de marcher vers Ranau. une distance de 150 miles plus au nord et loin des alliés qui avancaient. Beaucoup n'avaient ni bottes ni chaussures.
Cette "Marche de la mort", comme on l'appelle, a été l'une des pires de l'histoire de la guerre en Asie du Sud-Est. Des hommes battus, estropiés, parfois aveugles, ont trébuché plutôt qu'ils n'ont marché lors de ce dernier voyage. S'ils tombaient, dans leurs tentatives de combattre la jungle, la boue, les marécages et les insectes qui attaquaient constamment, alors ils étaient assassinés - abattus ou battus à mort et laissés sur place là où ils sont tombés. Seuls six Australiens sont connus pour avoir survécu. (Je ne connais pas leur identité.)
Il a depuis été établi qu'un ordre avait été émis par le haut commandement japonais selon lequel tous les prisonniers devaient être exterminés, par tous les moyens possibles, si les Alliés parvenaient a débarquer.
Source :
https://www.warhistoryonline.com/world- ... 6_10cALL=1
L'Union fait la force -- Eendracht maakt macht

Image
http://www.freebelgians.be

Administrateur d'Honneur
Administrateur d'Honneur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 91116
Inscription: 02 Fév 2003, 20:09
Localisation: Braine le Comte - Belgique
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Prosper Vandenbroucke : cliquez ici


Re: Le camp japonais de prisonniers de guerre alliés de Sandakan sur l’île de Bornéo

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de Didier  Nouveau message 22 Sep 2022, 17:58

Prosper Vandenbroucke a écrit:On connait la ‘’Marche de la mort’’ de Bataan, mais celle de Sandakan est moins connue mais tout aussi cruelle.
Le plus grand nombre de décès survenus à Bornéo a eu lieu en 1945, lors de la dernière année de guerre.
A Kuching, Sandakan et Ranau, des militaires australiens, britanniques, hollandais et américains très malades sont contraints à plusieurs marches menées par les Japonais. La raison du déplacement des hommes d'un camp à un autre a été attribuée au fait que les Japonais savaient que les Alliés arrivaient et devaient débarquer à Kuching et que le déplacement des prisonniers les empêchait d'être libérés.
On pense que la première marche a commencé quelque temps après février 1945 et que d'autres marches ont eu lieu en mai entre Sandakan et Ranau. On sait que beaucoup d'hommes souffraient énormément de maladies, de faim et d'épuisement. Le travail était extrêmement dur avec seulement l'utilisation d'outils à main limités pour terminer le travail qui leur était imposé, principalement le nettoyage de la jungle ou la pose de pistes d'atterrissage et de routes.
Les conditions étaient particulièrement mauvaises à Sandakan, mais au début de 1945, environ 300 hommes ont été déplacés vers Kuching et Labuan,mais ceux qui sont restés à Sandakan, environ 2 500 ont ensuite été forcés de marcher vers Ranau. une distance de 150 miles plus au nord et loin des alliés qui avancaient. Beaucoup n'avaient ni bottes ni chaussures.
Cette "Marche de la mort", comme on l'appelle, a été l'une des pires de l'histoire de la guerre en Asie du Sud-Est. Des hommes battus, estropiés, parfois aveugles, ont trébuché plutôt qu'ils n'ont marché lors de ce dernier voyage. S'ils tombaient, dans leurs tentatives de combattre la jungle, la boue, les marécages et les insectes qui attaquaient constamment, alors ils étaient assassinés - abattus ou battus à mort et laissés sur place là où ils sont tombés. Seuls six Australiens sont connus pour avoir survécu. (Je ne connais pas leur identité.)
Il a depuis été établi qu'un ordre avait été émis par le haut commandement japonais selon lequel tous les prisonniers devaient être exterminés, par tous les moyens possibles, si les Alliés parvenaient a débarquer.
Source :
https://www.warhistoryonline.com/world- ... 6_10cALL=1


Les 6 australiens en questions :

Gunner Owen Campbell
Bombardier Richard Braithwaite

ils se sont échapé dans la jungle lors de la seconde marche

Private Nelson Short,
Warrant Officer William Sticpewich
Private Keith Botterill
Lance Bombardier William Moxham

se sont échappés de Ranau en juillet avec l'aide de la population locale

Sur les six survivants, seuls quatre (Sticpewich, Botterill, Short et Campbell) ont survécu aux séquelles de leur calvaire pour témoigner lors de procès pour crimes de guerre à Tokyo et à Rabaul :
Le capitaine Hoshijima a été reconnu coupable de crimes de guerre et pendu le 6 avril 1946, Le capitaine Takakuwa et son second, le capitaine Watanabe Genzo, ont également été reconnus coupables d'avoir perpétré le meurtre et les massacres de prisonniers de guerre et ont été pendu et fusillé les 6 avril 1946 et 16 mars 1946, respectivement. Ils auraient agit sur l'ordre du lieutenant-général Baba Masao, commandant de la 37e armée japonaise

Image

Nelson Short, William H. Sticpewich et Keith Botterill

https://en.wikipedia.org/wiki/Sandakan_Death_Marches

vétéran
vétéran

 
Messages: 9801
Inscription: 23 Sep 2013, 09:50
Localisation: Mouthiers sur Boëme
Région: Charente
Pays: France

Voir le Blog de Didier : cliquez ici


Re: Le camp japonais de prisonniers de guerre alliés de Sandakan sur l’île de Bornéo

Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de Prosper Vandenbroucke  Nouveau message 22 Sep 2022, 18:19

::Merci:: ::Merci:: ::Merci:: pour la précision Didier, j'ignorais mais je n'avais pas recherché plus loin ::super:: ::super::
L'Union fait la force -- Eendracht maakt macht

Image
http://www.freebelgians.be

Administrateur d'Honneur
Administrateur d'Honneur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 91116
Inscription: 02 Fév 2003, 20:09
Localisation: Braine le Comte - Belgique
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Prosper Vandenbroucke : cliquez ici


Re: Le camp japonais de prisonniers de guerre alliés de Sandakan sur l’île de Bornéo

Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de Loïc Charpentier  Nouveau message 23 Sep 2022, 17:05

Pfiou... réflexion toute personnelle, il existait, alors, un "monde", chez les Nippons, entre leurs "traditions" vis-à-vis des prisonniers de guerre et les règles en usage, en ces circonstances, chez les Occidentaux.

Dans une époque relativement récente, en gros, avant 1865/1870, avec la création de l'armée japonaise "moderne", les combattants nippons sur le terrain étaient "consciencieusement" tués ou abattus, ceux qui parvenaient à s'en sortir étant le plus souvent bannis et considérés comme des "lâches", y compris dans leur localité natale. ::mal-a-la-tete:: Quand on lit des ouvrages un peu sérieux sur le sujet, c'est ce qu'il en ressort... et çà ne se limitait pas aux seuls guerriers professionnels, car, même, la "piétaille" réquisitionnée d'office et défaite avait droit au même traitement. On était à des "années-lumières" des supposées règles humanitaires censées être respectées par les Occidentaux.

Il faudrait, chez nous, remonter au Moyen-Âge pour constater des pratiques similaires, encore que les fuyards qui avaient réussi à échapper au massacre par leurs vainqueurs, ne se retrouvaient pas, pour autant, bannis par leurs proches. Par contre, les bandes de fuyards menaient, bien souvent, plus d'exactions sur la population proche du champ de bataille, que les "vainqueurs". Si, à l'époque, on allait se réfugier dans un château proche ou une cité fortifiée, ce n'était pas uniquement par crainte de 'l'ennemi" ::mal-a-la-tete:: Durant la Guerre de Cent Ans, des formations de "soudards perdus" s'étaient, ainsi, constituées, qui parcouraient la campagne en taillant en coupe carrée la population!

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 6780
Inscription: 25 Mai 2016, 16:26
Région: Alsace
Pays: France

Voir le Blog de Loïc Charpentier : cliquez ici



Connexion  •  M’enregistrer

Retourner vers LA GUERRE EN ASIE ET DANS LE PACIFIQUE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Le Quiz-Suite 3 
il y a 30 minutes
par: kfranc01 
    dans:  80° Anniversaire l'OPERATION OYSTER 
il y a 46 minutes
par: Loïc Charpentier 
    dans:  Morville-Les-Vic novembre 1944. 
Aujourd’hui, 20:48
par: RoCo 
    dans:  [du 1er décembre 2022 au 31 janvier 2023 ]:Visages de soldats, femmes et enfants de la SGM. 
Aujourd’hui, 20:17
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  GUERRE EN UKRAINE - UN HERITAGE DE LA SGM ? 
Aujourd’hui, 18:21
par: Aldebert 
    dans:  Nous vous souhaitons... 
Aujourd’hui, 17:30
par: Loïc Charpentier 
    dans:  Sous-marin italien endommagé Ab 3 
Aujourd’hui, 15:48
par: alfa1965 
    dans:  Re:Photos insolites de MATÉRIELS MODIFIES , alliés ou Axe 
Aujourd’hui, 12:06
par: NIALA 
    dans:  Potez 630 France libre et Tunisie 1942-1943 ? 
Aujourd’hui, 11:57
par: bltedouard 
    dans:  Resistance et consience Bretonne (1940-1945) 
Aujourd’hui, 08:43
par: landevenneg 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 22 invités


Scroll