Connexion  •  M’enregistrer

Katyn.

Après l'opération Barbarossa, les forces de l'Axe contraignent l'URSS au repli.
Après une série de succès, l'Allemagne s'enlisera progressivement puis cédera à Stalingrad et à Koursk.
MODÉRATEURS: Marc_91, alfa1965

Nouveau message Post Numéro: 31  Nouveau message de Nicolas Bernard  Nouveau message 13 Oct 2007, 17:41

"Etouffement de la vérité historique" ? N'exagérons rien.

Rappelons que c'est à l'audience du 25 mars 1946 que Me Alfred Seidl, défenseur de l'accusé Hess, divulga publiquement le contenu des clauses secrètes. Le document, révéla l'avocat ouest-allemand douze ans plus tard, lui avait été communiqué par un journaliste américain, probablement membre d'un service de renseignements occidental (Christian Bernadac, Les Assassins. Le Front de l'Est, France-Empire, 1984, p. 63). Avant d'en mentionner l'existence à l'audience, Seidl avait pris contact avec le Procureur britannique, Sir David Maxwell-Fyfe, avec qui il s'entendait bien, et qui lui déclara avec humour que "seuls les Soviétiques pourront vous confirmer l'authenticité du document". Par la suite, l'avocat s'était renseigné auprès du Ministère public soviétique, lequel ignorait visiblement tout de ce papier, et ne reçut confirmation de Moscou que par télex de l'authenticité de la chose (Christian Bernadac, Les Assassins, op. cit., p. 64).

Bref, la révélation fit l'effet d'une bombe. Seidl put produire un affidavit rédigé par un ancien collaborateur de Ribbentrop, Friedrich Gauss, qui confirmait l'existence du protocole secret. Mais le Tribunal exigea que la communication des clauses fût subordonnée à la traduction de l'affidavit de Gauss - ce qui, en termes strictement judiciaires, était par ailleurs parfaitement recevable.

Le 28 mars, Me Horn, avocat de l'accusé Ribbentrop, put évoquer avec la secrétaire de ce dernier, Margarete Blank, l'existence des clauses secrètes, avant d'aborder la question directement avec son client le lendemain. Le Tribunal laissa ainsi les avocats allemands interroger accusés et témoins sur cette question, ce qui était une manière de laisser filtrer la vérité. Me Seidl revint d'ailleurs plusieurs fois à la charge, et fut autorisé le 1er avril à lire des extraits de l'affidavit de Gauss.

Bref, le Tribunal refusa de considérer comme recevable le document des clauses secrètes, car de provenance "douteuse", mais autorisa Seidl à mentionner son existence dans ses interrogatoires. Juridiquement, l'argumentation du Tribunal était impeccable. Sur un strict plan historique, il n'en laissait pas moins la Défense jouer son rôle. Diplomatiquement causant enfin, c'était jouer de main de maître : les Soviétiques étaient mis dans l'embarras, mais le Tribunal les maintenait à bord en rejetant toute demande de production des clauses secrètes. Ou comment révéler la vérité sans en avoir l'air.

Il est vrai que le Tribunal censura une partie de la plaidoirie finale de Me Seidl (audience du 25 juillet 1946), relativement au protocole secret. Mais il laissa là encore Seidl soulever le lièvre :

Dr. Seidl. - Je vais omettre les constatations décisives qui suivent, parce qu'elles traitent des conséquences du Pacte germano-soviétique du 23 août 1939, sur la compétence du Tribunal - l'une des puissances siégeant au Tribunal peut-elle être juge du crime contre la paix dont elle a été le complice ? Il appartient au Tribunal d'examiner d'office dans quelle mesure il peut se considérer comme compétent à propos de ce pacte secret. Je continue à la page 63.


Résultat : les journalistes présents s'arrachèrent la partie manquante de sa plaidoirie ! (voir Jean-Marc Varaut, Le procès de Nuremberg, Hachette-Pluriel, 1993, p. 127).

L'affaire illustre à merveille la naissance de la Guerre Froide entre les puissances, Me Seidl ayant bénéficié de la générosité de mystérieux Occidentaux. Le Tribunal, tout en accordant quelques concessions de pure forme aux Soviétiques (en l'occurrence le refus d'examiner les clauses secrètes), n'en laissa pas moins la question desdites clauses secrètes être précisément abordée au cours des audiences.

Il faut noter par ailleurs que l'accusé Ribbentrop lui-même avait jusque là gardé le silence sur ces clauses secrètes, d'une part parce qu'elles contribuaient à l'enterrer davantage, d'autre part pour tenter d'amadouer les Soviétiques - voir Jean-Marc Varaut, Le procès de Nuremberg, op. cit., p. 113.

Au final en effet, l'effet de manche de Seidl n'aboutissait qu'à une diversion, laquelle ne réfutait nullement l'écrasante responsabilité de l'Allemagne nazie dans le déclenchement de la guerre. Et le Tribunal ne l'avait pas perdu de vue.
« Choisir la victime, préparer soigneusement le coup, assouvir une vengeance implacable, puis aller dormir… Il n'y a rien de plus doux au monde » (Staline).

vétéran
vétéran

 
Messages: 1215
Inscription: 22 Fév 2006, 15:15

Voir le Blog de Nicolas Bernard : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 32  Nouveau message de François Delpla  Nouveau message 19 Oct 2007, 10:06

pierre69 a écrit:cher Nicolas Bernard,
vous avez l'air très bien renseigné sur les statuts et le déroulement du Procès de Nuremberg, pouvez-vous me dire si la position adoptée par le tribunal par rapport aux clauses secrètes du Pacte Germano-soviétique, allait dans le sens d'une recherche de la vérité historique ou bien au contraire était-ce une tentative de l'étouffer ?


Je crois que vous n'êtes pas au courant de la façon dont fonctionne non seulement le procès de Nuremberg mais la justice en général. Elle juge des accusés précis pour des faits précis, et n'aime guère qu'ils pratiquent le "tu quoque", c'est-à-dire renvoient l'accusation dans la figure des juges (chez nous, l'inénarrable Vergès s'en est fait une spécialité). Qu'ils répondent d'abord de ce qui les concerne... sinon il n'y aura plus de justice du tout.

Donc aussi bien Hiroshima ou Dresde que les clauses secrètes ont été sagement exclus des débats, les accusés et leurs avocats coupés au milieu de la première phrase dès qu'ils abordaient ces thèmes et tout le monde a joué le jeu malgré quelques grognements. Si on n'avait point posé ce principe et ne s'y était pas exactement tenu, autant dire tout de suite qu'on ne voulait pas juger l'agressivité ni la barbarie nazies.

Si donc Katyn a été abordé, c'est en raison de l'obstination des Soviétiques à refiler le crime aux Allemands.

Je viens de mettre en ligne ceci :

http://www.delpla.org/article.php3?id_article=311

vétéran
vétéran

 
Messages: 5947
Inscription: 22 Mai 2005, 19:07
Localisation: France 95
Région: Région du 95
Pays: FRANCE

Voir le Blog de François Delpla : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 33  Nouveau message de Christian  Nouveau message 19 Oct 2007, 10:53

Bonjour.

Voici une citation de l'article de M. Delpla, que je remercie pour cet éclaircissement :
Il n’est peut-être pas non plus très avisé de faire reproche à Staline d’avoir voulu utiliser le procès de Nuremberg pour blanchir ce crime en le germanisant à jamais, grâce à l’approbation explicite ou non de la version soviétique par les trois autres puissances. Comme toujours en histoire, avant de prêter à quelqu’un des calculs retors, il convient de se demander s’il n’a pas été mû par l’urgence et la nécessité. Ce qui lui importait alors plus que tout, c’était de consolider sa mainmise sur les pays d’Europe centrale qu’il était en train de convertir en « démocraties populaires ». Or ne pas évoquer Katyn lors du procès des grands criminels allemands, c’eût été reconnaître implicitement sa culpabilité, et déchaîner instantanément (c’est-à-dire en août 1945, lors de l’établissement de l’acte d’accusation), à un moment où rien n’était consolidé, de terribles accusations dans les milieux polonais en exil. Inscrire Katyn dans l’acte, avec l’accord des trois autres « Grands », c’était avant tout gagner (puisque tout le monde songeait à un procès assez bref) de précieuses semaines.

J'aurais souhaité demander à M. Delpla quand, à son avis, un calcul d'homme d'Etat devient-il retors. A mon sens, l'urgence et la nécessité n'excluent pas la ruse.
Bien à vous, :cheers:
Christian

Brigadier General
Brigadier General

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 398
Inscription: 11 Sep 2007, 23:02
Localisation: La Neuveville, CH
Région: Jura bernois
Pays: Suisse

Voir le Blog de Christian : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 34  Nouveau message de François Delpla  Nouveau message 19 Oct 2007, 11:53

Vous avez tout à fait raison et ma phrase est bancale : s'il y a une réédition, j'écrirai "avant de prêter à quelqu'un des calculs à long terme".

Merci !

vétéran
vétéran

 
Messages: 5947
Inscription: 22 Mai 2005, 19:07
Localisation: France 95
Région: Région du 95
Pays: FRANCE

Voir le Blog de François Delpla : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 35  Nouveau message de Christian  Nouveau message 20 Oct 2007, 18:54

Bonsoir.

Il n'y a vraiment pas de quoi.
Encore une fois, merci à vous pour cet éclaircissement.

Brigadier General
Brigadier General

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 398
Inscription: 11 Sep 2007, 23:02
Localisation: La Neuveville, CH
Région: Jura bernois
Pays: Suisse

Voir le Blog de Christian : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 36  Nouveau message de tietie007  Nouveau message 26 Mai 2008, 14:19

Le massacre de Katyn, crime et mensonge de Victor Zaslavsky, collection tempus,

Image

qui remet en cause certains mythes véhiculés par certains historiens révisionnistes, comme quoi, Staline aurait envahi la Pologne pour sauver les juifs des griffes des nazis.


 

Voir le Blog de tietie007 : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 37  Nouveau message de carlo  Nouveau message 26 Mai 2008, 15:17

Staline aurait envahit la Pologne pour sauver des Juifs? C'est une affirmation aussi absurde que de dire qu'il a envahit la Pologne pour exterminer le peuple polonais... Il ne pensait simplement pas dans ces termes.

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2125
Inscription: 13 Oct 2007, 11:33
Localisation: Bruxelles

Voir le Blog de carlo : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 38  Nouveau message de tietie007  Nouveau message 26 Mai 2008, 15:26

carlo a écrit:Staline aurait envahit la Pologne pour sauver des Juifs? C'est une affirmation aussi absurde que de dire qu'il a envahit la Pologne pour exterminer le peuple polonais... Il ne pensait simplement pas dans ces termes.


Tout à fait ...mais ce sont des thèses qui sont distillées par quelques historiens révisionnistes.


 

Voir le Blog de tietie007 : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 39  Nouveau message de François Delpla  Nouveau message 26 Mai 2008, 17:40

Je croyais que nous étions censés poursuivre la discussion amorcée ici : http://www.debarquement-normandie.com/p ... 981#184981

Si c'est pour continuer à mettre en cause des historiens au lieu de causer d'histoire, ce n'était pas la peine de migrer !

Je voulais donc répondre ceci à Borovic : que pensez-vous aujourd'hui du rôle de la guerre de Finlande, ou plutôt de sa fin prévue, dans l'ordre de la direction du PCUS du 5 mars 1940, dont l'exécution constitue ce qu'on appelle communément "massacre de Katyn" ?

C'est une idée que j'ai lancée, incidemment et en amateur (n'étant ni soviétologue, ni polonologue), dans un livre de 1993, peu après la déclassification du document par Eltsine, et qui a suscité parfois, entre autres ici même, des grognements, mais pas de vraie réfutation.

vétéran
vétéran

 
Messages: 5947
Inscription: 22 Mai 2005, 19:07
Localisation: France 95
Région: Région du 95
Pays: FRANCE

Voir le Blog de François Delpla : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 40  Nouveau message de Francis Deleu  Nouveau message 26 Mai 2008, 19:35

François Delpla a écrit:Je voulais donc répondre ceci à Borovic : que pensez-vous aujourd'hui du rôle de la guerre de Finlande, ou plutôt de sa fin prévue, dans l'ordre de la direction du PCUS du 5 mars 1940, dont l'exécution constitue ce qu'on appelle communément "massacre de Katyn" ?

C'est une idée que j'ai lancée, incidemment et en amateur (n'étant ni soviétologue, ni polonologue), dans un livre de 1993, peu après la déclassification du document par Eltsine, et qui a suscité parfois, entre autres ici même, des grognements, mais pas de vraie réfutation.

Eclairons quelque peu tes lecteurs ! Dans ton livre "Nuremberg devant l'histoire" tu écris à propos du massacre de Katyn :
[Staline] aurait-il craint qu'au lendemain de son traité de paix avec la Finlande les événements se précipitent au point qu'il n'ait même plus le temps de les évacuer [les officiers polonais]
C'est une explication à laquelle chacun peut adhérer ! Toutefois, il me semble que les participants au débat, font une distinction entre un hypothèse plausible et la caution accordée par ta consoeur au dictateur sanguinaire. Le massacre des officiers polonais et la déportation de leurs proches est un crime que je me refuse de légitimer.
Avec d'autres - dont Borovic - nous avons longuement discuté ici : en guise de résumé du débat ... mais aussi les contributions qui précèdent et qui suivent.

Cordialement,
Francis.


 

Voir le Blog de Francis Deleu : cliquez ici


PrécédenteSuivante

Retourner vers LE FRONT DE L'EST




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 18 
il y a 3 minutes
par: kfranc01 
    dans:  Cuirassé Bretagne 
il y a 13 minutes
par: Didier 
    dans:  trouvailles sur les sites de vente 
il y a 44 minutes
par: iffig 
    dans:  MARKET GARDEN, PLAN ET EXECUTION CE QU'IL AURAIT FALLU FAIRE POUR GAGNER... 
Aujourd’hui, 08:54
par: gibraltar114 
    dans:  [DU 1er SEPTEMBRE 2018 au 31 OCTOBRE 2018]: Feu sur les véhicules d'écolage ( Allié ou Axe) 
Aujourd’hui, 08:46
par: NIALA 
    dans:  Hitler pouvait-il gagner la guerre ? 
Hier, 23:48
par: pierma 
    dans:  Ce que les services secrets français savaient sur l'Allemagne nazie 
Hier, 23:08
par: Eric Denis 
    dans:  LES CAUSES D'UNE DEFAITE LA FRANCE POUVAIT-ELLE GAGNER? 
Hier, 22:36
par: Dog Red 
    dans:  forum 
Hier, 21:38
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Marceline Loridan-Ivens 
Hier, 21:24
par: jdl 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 10 invités


Scroll