Connexion  •  M’enregistrer

Otto Carius

Après l'opération Barbarossa, les forces de l'Axe contraignent l'URSS au repli.
Après une série de succès, l'Allemagne s'enlisera progressivement puis cédera à Stalingrad et à Koursk.
MODÉRATEURS: Marc_91, alfa1965

Otto Carius

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de Kelilean  Nouveau message 28 Déc 2004, 18:28

Otto Carius et la s. Panzer Abteilung 502

Otto Carius est né le 27 mai 1922 à Zweibrücken. Adolescent, il aimerait devenir musicien. Il joue très bien du violon et du piano, mais se tourne en définitive vers des études d'ingénieur. La guerre approchant, il demande à recevoir une formation de tankiste. Mais il est versé dans l'infanterie au printemps 1940. A 18 ans, il suit son instruction à Posen avec le 104ème bataillon d'infanterie. L'entraînement est intense, en décalage face à ce jeune homme petit et chétif. Pourtant il n'en a cure. Il arrive à obtenir sa mutation au 7ème bataillon de Panzer à Vaihingen, où il peut travailler dans une ambiance qui lui convient mieux que celle de Posen. Il est ici chargeur dans un blindé de construction tchèque, le Panzer 38(t), armé d'un canon de 37mm et de deux mitrailleuses.

Premiers combats sur le front de l'Est

Carius est formé à Putlos, dans le Holstein et effectue ses premières manoeuvres avec le Panzer-Regiment 21. Son commandant est l'Unteroffizier August Dehler. En juin 1941, l'unité part à la hâte en Prusse-Orientale pour prendre part à l'invasion de l'URSS. Le Panzer-Regiment 21 (2 bataillons) est rattaché à la 20. Panzerdivision intégrée au Groupe d'Armées Centre du maréchal Fedor von Bock. Ce groupe d'armées doit détruire les forces soviétiques stationnées en Biélorussie avant de foncer sur Moscou. Le baptême du feu de Carius a lieu près du terrain d'atterrissage d'Olita, dans un combat de nuit. Le 29 juin, la 20. Panzerdivision s'empare de Minsk, et le 16 juillet c'est le tour de Smolensk, après 25 jours d'offensive. Le premier objectif est rempli. Les chars soviétiques T-34 et KV-1, comparativement supérieurs en puissance de feu et en blindage entre autres, ont pu être détruits à cause de leur doctrine d'utilisation, totalement obsolète face aux tactiques allemandes. Le 8 juillet, Carius a évacué pour la première fois son blindé, touché par les tirs adverses.
Le 1er août, Carius est promu Unteroffizier. Il se présente ensuite à l'école de Wünsdorf, près de Berlin, pour suivre les cours de candidat officier. A l'issue de la session, le 2 février 1942, il est renvoyé au front car ayant échoué au brevet. " Je n'avais clairement pas pris la chose au sérieux " reconnaît-il. C'est à Gshatsk qu'il retrouve le Panzer-Regiment 21 dans ses positions d'hiver. Il ne reste plus qu'une compagnie équipée de blindés, les autres véhicules ont été perdus lors de la retraite des mois précédents. De mars à juin, l'unité tient le même secteur, ainsi que l'est de Wjosna, face aux assauts soviétiques. L'été venu Carius et la 1ère compagnie prennent part aux violents combats du secteur Bjeloj-Koselsk-Schinitschie. Le Panzer-Regiment 21 est rééquipé de Panzer III à canon de 50mm et surtout des premiers Panzer IV munis du canon long de 75mm. Mais les pertes restent lourdes et la plupart des engins sont perdus jusqu'à la fin de l'année. En janvier 1943, Carius rentre en Allemagne avec une permission mais reçoit un télégramme : on l'invite à gagner Putlos pour rejoindre le 500ème bataillon de remplacement, afin de recevoir une formation sur le char Tigre.

Carius à la Schwere Panzer Abteilung 502

C'est à Ploermël, en Bretagne, que Carius s'entraîne avant le départ pour le front russe. Il atterrit dans le secteur de Léningrad au moment de la troisième bataille du lac Ladoga, en juillet 1943, les Soviétiques désirant s'emparer du canal Staline et de la voie ferrée Kirov-Léningrad. En janvier déjà les positions de la 26. Armee avaient subi un pilonnage massif avant l'assaut soviétique. Les Tigres de la s. Panzer Abteilung 502 avaient largement contribué à freiner l'avance adverse près de Krasny Bor et Voronovo.
Dès l'arrivée le paysage semble apocalyptique, cadavres d'hommes et de chevaux jonchant le terrain au milieu des épaves calcinées. Les nouveaux venus sont lancés dans la bataille immédiatement. Otto reçoit le commandement d'une section de la 2. Kompanie de la s. Panzer Abteilung 502 et se voit désigner un char de couleur ocre, numéroté 213. De juillet à fin septembre 1943, la lutte est opiniâtre mais aucun des deux camps ne parvient à conclure de manière significative. Le 28 octobre arrive le nouveau commandant de l'unité, le Major Willi Jähde, 35 ans, originaire d'Helmsdorf. Il a obtenu les Croix de Fer 2ème et 1ère classe lors de la campagne de Pologne. Après la campagne de France, il participe aux durs combats de Léningrad et de Koursk. Début novembre, la compagnie de Carius doit protéger la voie Welikije-Luki-Newel-Vitebsk, après la capture surprise de Newel par les Soviétiques le 6 novembre. Lors d'une problème de maintenance sur une route, l'engin de Carius est pris à partie par une compagnie de T-34. Le conducteur, l'Unteroffizier Kostler, essaye nerveusement de faire redémarrer l'engin. Le pointeur, l'Unteroffizier Caljus, garde quant à lui un sang-froid extrême : en faisant pivoter la tourelle, il fait exploser au premier obus un T-34 à 60m de distance à peine. Un second subit le même sort quelques instants plus tard, et les Soviétiques, pris de panique, se replient en désordre, offrant des cibles faciles au Tigre qui parvient en tout à pulvériser 10 chars sur les 12 que comptaient les assaillants au départ. Deux jours plus tard, une seconde attaque soviétique sur la même route est brisée par Carius et un autre Tigre qui détruisent trois chars soviétiques, deux autres étant détruits par des 88 placés sur des hauteurs. Durant la nuit, Carius conduit un raid avec 4 Tigres et 3 semi-chenillés équipés de Flakvierling sur un village avoisinant où ils détruisent trois canons antichars.
Les combats feront rage jusqu'à la fin de l'année dans le secteur de Newel. Le 2 décembre, lors d'une tentative de franchissement d'un pont à Goruschka, les Tigres des Oberfeldwebel Zwetti et Carius sont arrosés par un tir de barrage. Un éclat de mortier blesse Carius à la tempe : c'est la première de nombreuses blessures. Le 16 décembre, le nouveau pointeur de Carius, l'Unteroffizier Heinz Kramer, réussit à détruire d'un coup de canon un avion de reconnaissance soviétique qui survolait le blindé. Kramer est en fait un tireur hors-pair qui va se révéler très précieux pour Carius. A la fin de l'année, la 502. est envoyé dans le secteur sud du front, à Gatschina, pour tester la solidité des ponts entre les deux localités. Au cours d'une de ces missions, la 1. Kompanie est encerclée et détruite par les chars soviétiques, et son commandant le Leutnant Meyer préfère le suicide à la capture.
Le 20 janvier 1944, le Major Jähde étudie avec le commandant du L. Armeekorps les possibilités de tenir les positions près de Voronovo-Syas-Kelevo suite à la capture de Krasnoye Selo la nuit précédente. Malgrè les efforts de la 502. (11 blindés détruits à son actif pour le seul 22 janvier), le secteur est entièrement repris par les Soviétiques quatre jours plus tard et tout le Groupe d'Armées Nord se replie alors vers le port de Narva, sur la côte sud du golfe de Finlande, à mi-parcours entre Tallinn et Léningrad. Les Soviétiques pensent alors pouvoir facilement détruire les forces allemandes à Narva. Carius reçoit l'ordre de mettre ses Tigres au service de la 11. SS-Panzergrenadier Division Nordland qui doit tenir la tête de pont. Il fait alors la connaissance de Fritz von Scholtz, le commandant de l'unité, surnommé "Alte Fritz" (le vieux Fritz) et qui avait servi dans l'armée austro-hongroise pendant la Grande guerre.
Le 16 février, Carius vient de détruire 4 SU-85 et s'installe ensuite sur la rive ouest du fleuve, près du village de Riigi. Le peloton de chars vient aider les troupes de l'Oberstürmführer Wengler. L'attaque de nuit des Soviétiques est brisée avec des pertes sensibles. Le 23 février, le Major Jähde peut écrire dans son rapport : "500ème char détruit! L'Oberfeldwebel Zwetti est l'auteur de cette victoire. Notre prochain objectif est le chiffre 1000". Après une courte accalmie, Carius et le Feldwebel Albert Kerscher foncent avec leurs équipages vers Lembitu le 17 mars au matin, dans la zone où l'Armée Rouge veut encercler la tête de pont pour annihiler les forces situées à l'intérieur. Les cinq jours qui suivent voient de violents combats s'y dérouler, dans ce que les Allemands ont surnommé les sacs "est" et "ouest" : Carius et son équipage mettent hors de combat le premier jour pas moins de 12 T-34 et 1 KV-1. Le soir du 22 mars, l'engagement se termine ; 36 T-34, 2 T-60, 17 pièces antichars et quatre batteries d'artillerie de campagne restent sur le terrain côté soviétique. Tandis que les 1. et 3. Kompanie bloquent la percée soviétique au sud de Pskov et dans les environs d'Idrista, la 2. Kompanie est envoyée à Sillamä, fin mars. Le major-général Hyazinth von Strachwitz vient de prendre le commandement des blindés du Groupe d'Armées Nord, avec 3 divisions blindées et une brigade antichar. L'homme est à la hauteur de l'enjeu, fin tacticien et as des Panzer. Carius et ses Tigres participent aux combats dans le secteur et la zone fortifiée de Lembitu est finalement reconquise avec l'appui de la division Grossdeustchland. Le 20 avril, jour anniversaire du Führer, les Allemands attaquent le point 312. Mais cette offensive se transforme en chemin de croix, le feu défensif des Soviétiques étant très meurtrier ; Strachwitz place Carius à la tête de la 2. Kompanie, l'Oberleutnant von Schiller n'ayant pas l'esprit d'initiative requis. Le lendemain, la situation s'aggrave car les Soviétiques ont réalisé des infiltrations dans les rangs allemands. Une bombe explosive frappe le blindé de Carius, à nouveau blessé à la tempe et au visage, la coupole de son char est pulvérisé alors qu'il venait juste d'en descendre... . Le char atteint le point 312 mais est frappé une seconde fois par un obus et décroche. Le 22, Carius prend sa revanche en détruisant deux blindés ennemis. Mais la contre-attaque s'achève sur un échec.

Malinava : l'exploit de Carius

Fin avril, la 502. quitte Narva (la ville tombera le 26 juillet, marquant la dislocation des forces allemandes en Estonie) pour gagner Pleskau, carrefour entre Léningrad et Dünaburg, région truffée de lacs et proche de l'ancienne frontière russo-lituanienne. Hospitalisé pour une crise d'asthme, Carius apprend sa promotion au grade de Leutnant et sa réception de la Ritterkreuz (Croix de chevalier de la Croix de Fer) le 4 mai. Le Major Jähde quitte la 502. pour aller prendre la tête de l'école de sous-officiers de panzer d'Eisenach ; il est remplacé par le Major Schwaner. Du 24 au 30 juin, la 2. Kompanie de l'Oberleutnant von Schiller et la 3. du Hauptmann Christopher Leonhardt prennent part à de furieux combats. Le premier jour le char de Carius est frappé par un obus du char de son chef de compagnie qui croyait avoir aligné un T-34 !. Heureusement l'obus rippe sur le blindage et Carius poursuit l'action aux côtés du 1er bataillon du Panzergrenadiere-Regiment 74 en repoussant plusieurs attaques. 23 blindés, 3 canons d'assaut et 19 canons antichars sont mis hors de combat pour la perte de trois chars. Six autres ont été touchés mais sont réparables. Quelques jours plus tard, Carius reçoit officiellement le commandement de la 2. Kompanie, sanctionnant ainsi les mauvaises impressions données par l'Oberleutnant von Schiller, décrié par tout le personnel.
Début juillet, les Soviétiques passent à l'offensive dans la région de Witebsk. Les 22 chars disponibles de la 502. sont déployés dans le secteur de l'Infanterie-Regiment 380 pour colmater les brèches. Le 11 juillet près de Karasino, Carius lance ses hommes ; lui-même détruit un T-34 bien camouflé dans un bois. Le 15, durant une attaque à Maruga (un peu plus à l'ouest), le Feldwebel Kerscher détruit deux canons antichars positionnées au sommet de la colline 173.3 et met en déroute des fantassins au-delà du lac Ricu. Le 22 juillet, le chef d'état-major du II. Korps met en alerte la 502. et envoie le tandem inséparable Carius-Kerscher vers le village de Malinava (au nord de Dünaburg) où doit avoir lieu une attaque de diversion. Roulant dans une Kübelwagen, les deux hommes s'aperçoivent que le village est déjà occupé par l'ennemi. Carius décide alors d'attaquer immédiatement sans attendre de renforts. Il place les cinq ou six autres Tigres à sa disposition en couverture. Trois chars seulement, ceux de Carius (217), du Leutnant Niedstedt (215), et de l'Oberfeldwebel Kerscher (213) se lancent à l'assaut des Soviétiques dans le village. Pendant vingt minutes, c'est un véritable tir de foire : 22 blindés ennemis sont détruits dont nombre de nouveaux chars Josef Staline équipés d'un canon de 122mm. Le pointeur de Carius, Heinz Kramer, comptabilise 10 victoires à lui seul. L'action est comparable à celle de Wittmann et ses Tigres à Villers-Bocage ; sur les corps, les équipages allemands trouvent des documents secrets où sont indiqués les axes de poussée ennemis. En s'avançant d'une dizaine de kilomètres plus à l'est, Carius et les Tigres trouvent le reste du bataillon soviétique : 28 chars sont détruits ainsi que de nombreux camions. Le même jour, le Leutnant Bolter et la 1ère compagnie pulvérisent 6 T-34, un canon antichar et des véhicules retranchés dans le village de Leikuni. De juin à août 1944, le bataillon revendique 156 chars et 175 canons d'assaut soviétiques à son tableau de chasse. Mais ces impressionnants succès tactiques ne suffisent pas à contenir l'avance soviétique ; bientôt l'Armée Rouge se mettre en branle vers la Prusse-Orientale.

Le chant du cygne

Le 24 juillet, Carius décide de partir en reconnaissance dans le couloir Dünaburg-Riga, possible brèche dans le dispositif allemand. Un raid sur la capitale estonienne, devenue le pôle de la défense, semble se préciser. A bord d'un side-car Zündapp 700 cm3, il parcourt la zone tout l'après-midi et à la nuit tombée, s'arrête près d'une ferme pour consulter sa carte. Soudain un groupe de soldats soviétiques sort de la ferme ; Lockey, le chauffeur du side-car, hurle mais Carius ne peut éviter une première balle. Les deux allemands plongent dans un bosquet, mais bientôt Carius est de nouveau touché au bras gauche. La douleur est intense mais bientôt des bruits de moteur annoncent l'arrivée de deux chars de la compagnie, alertés par les coups de feu. Les soldats russes se replient à l'exception d'un officier bien décidé à éliminer les deux Allemands. Celui-ci vise Carius qui s'enfuit à bride abattue : après trois balles dans le dos, deux balles manquent leur cible et la dernière traverse la nuque d'Otto sans dommage vital. Au même moment les deux blindés du Leutnant Eichorn et de l'Oberfeldwebel Göring arrivent enfin et l'officier prend la fuite. Carius s'évanouit. Pendant ce temps le Leutnant Nienstedt avec les six autres chars de la compagnie détruit 17 blindés soviétiques. Le lendemain, il soutient une contre-offensive sur Malinava tandis que Eichhorn détruit sans pertes 16 Josef Staline. Le jour suivant par contre deux Tigres sont perdus pour une douzaine de blindés et une dizaine de canons antichars détruits. Carius reprend conscience à l'hôpital. Rapatrié en Allemagne par bateau, il reste en convalescence jusqu'au mois d'août. Fin octobre, après une période de réactivation, il est convié au QG du Reichsführer SS à Salzbourg, et reçoit les Feuilles de Chêne de la Croix de Chevalier de la Croix de fer, officiellement attribuées le 27 juillet.
En janvier 1945, Carius prend sans difficulté la tête de la 3ème compagnie de la 512 s. Panzer-Abteilung, qui vient juste de recevoir 30 Jagdtiger, nouveaux blindés monstrueux destinés à sauver ce qui peut encore l'être. Le bataillon est expédié sur le Rhin, où les Américains viennent de franchir le Rhin à Remagen. Mais le bataillon compte beaucoup de jeunes recrues, inexpérimentées et le manque de carburant handicape gravement l'entraînement. Fin mars, dans une embuscade à l'est de Weidenau, Carius détruit son premier Sherman. Il reçoit ensuite du Generalfeldmarschall Model, commandant du groupe d'armées B, l'ordre de contenir les blindés américains dans le secteur d'Unna. Model se suicide finalement le 21 avril, et Carius fait sauter les six derniers chars de sa compagnie avant de se rendre avec ses hommes. Il est détenu plusieurs mois dans un camp de prisonniers. Malade, il est autorisé à rentrer chez lui à la fin de l'été.
Carius a détruit environ 150 blindés durant le conflit, ce qui en fait théoriquement le deuxième as de la Panzerwaffe après Kurt Knispel de la s. Panzer-Abteilung 503 (168 victoires). Il s'établit à son propre compte en 1950 et se consacre à son métier de pharmacien. Il a dénommé sa pharmacie Tiger-Apothek, c'est dire l'humour du personnage !.


Sources : Histoire de guerre numéro 29, et pour plus de détails sur les combats autour de Narva et dans le Groupe d'armées nord en 44, cf Champs de bataille 3 et 4.

Amicalement,

Keli :wink:
Dernière édition par Kelilean le 29 Déc 2004, 18:51, édité 3 fois.


 

Voir le Blog de Kelilean : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de Kelilean  Nouveau message 28 Déc 2004, 18:54

Quelques documents :

Image

Otto Carius en chair et en os ...

Image

Tigre du 502., secteur de Léningrad, 1943.


 

Voir le Blog de Kelilean : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de Kelilean  Nouveau message 28 Déc 2004, 21:38

Carte du secteur nord du front russe, 25 octobre 1944

Image

Pour une carte un peu plus ancienne (1943-44) :

http://www.palgrave.com/resources/misc/folly.pdf

Amicalement,

Keli :wink:


 

Voir le Blog de Kelilean : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de Audie Murphy  Nouveau message 29 Déc 2004, 15:09

Kelilean, tu es une encyclopédie vivante ! :wink:
You'd better run for cover before I start to smile...

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5746
Inscription: 22 Mar 2004, 14:09
Localisation: Beauce, Québec, Canada

Voir le Blog de Audie Murphy : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de blackdeath  Nouveau message 29 Déc 2004, 15:30

Loin de moi de vouloir pinailler, mais juste une petite question :

Sur la photo du Tigre dans le secteur de Leningrad:

- On voit une "carotte" de bureau de tabac sur le mur à gauche (? )
- Les lettres du magasin à gauche ne sont pas en cyrillique (? )

La légende est-elle bonne ?


 

Voir le Blog de blackdeath : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 6  Nouveau message de Benjamin H. Vandervoort  Nouveau message 29 Déc 2004, 16:06

blackdeath a écrit:Sur la photo du Tigre dans le secteur de Leningrad:
...
- Les lettres du magasin à gauche ne sont pas en cyrillique (? )


Le nom du magasin "...verburg" serait pour moi du néerlandais, se serait peut-être en Belgique (flandre) ou aux Pays-Bas.

Ben


 

Voir le Blog de Benjamin H. Vandervoort : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 7  Nouveau message de Kelilean  Nouveau message 29 Déc 2004, 16:27

Salut,

merci pour vos remarques . Je doutais en effet de la légende de cette photo que j'ai trouvé sur un site, particulièrement à cause de l'inscription du magasin. Les photos en ligne du 502. s Panzer Abteilung sont difficiles à trouver. J'essaie d'en amener d'autres en ce moment...
Cette photo montre à mon avis un Tigre d'un bataillon SS (101. ou 102. certainement) sur le front de l'ouest (peut-être en Hollande comme cela a été suggéré par Ben) en 44.

Audie, arrête je me sens tout confus :oops: :oops: :oops: :D

Amicalement,

Keli :wink:


 

Voir le Blog de Kelilean : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 8  Nouveau message de Zgorzelsky  Nouveau message 29 Déc 2004, 16:35

Kelilean a écrit:Audie, arrête je me sens tout confus :oops: :oops: :oops: :D


Faut pas, c'est un véritable article de dictionnaire que tu nous as pondu là !

Zgorzelsky.


 

Voir le Blog de Zgorzelsky : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 9  Nouveau message de blackdeath  Nouveau message 29 Déc 2004, 16:42

Ne sois pas confus...!!! de la confusion comme celle là, on en redemande :wink:

Super ton article... Ca ne change rien à sa qualité.

ce qui m'a fait tiquer, c'est que je suis d'origine russe, et je cherche sur toutes photos les indications en cyrillique qui pourraient me documenter.
Or, là.... effectivement.. :( je suis resté sur ma faim. :)

Amicalement.


 

Voir le Blog de blackdeath : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 10  Nouveau message de Kelilean  Nouveau message 29 Déc 2004, 16:50

Quelques autres photos, celles-ci certainement du 502. (mais tout reste théorique...) et deux profils de J. Restayn :

Image

Image

Image

Célèbre photo prise lors des combats près de Léningrad début 1943. Dans un paysage fantômatique, typique de la région (bois et marécages), deux Tigres progressent dépassant la carcasse d'un char BT-7.

Image

Un Tigre du 502. traverse une ville dévastée en 1944.

Image

Tigre du 502., photo probablement prise fin 1942 ou début 1943.

Si j'ai un peu de temps, j'ajouterai un petit supplément à ce sujet.

Amicalement,

Keli :wink:


 

Voir le Blog de Kelilean : cliquez ici


Suivante

Retourner vers LE FRONT DE L'EST




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  QUIZZ AVIATION - SUITE 15 
Hier, 23:05
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 18 
Hier, 22:51
par: kfranc01 
    dans:  A LA RECHERCHE D’UN NOM 
Hier, 22:36
par: marie-blanche 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 14 
Hier, 22:35
par: kfranc01 
    dans:  Quoi de neuf dans les kiosques ? 
Hier, 22:27
par: kfranc01 
    dans:  antenne du consulat américain à Lyon 1942-1944 
Hier, 22:24
par: pigeon38 
    dans:  12ème régiment de chasseurs à cheval en 1945-1946 
Hier, 22:19
par: pigeon38 
    dans:  un lien sur la LVF.... 
Hier, 22:09
par: pigeon38 
    dans:  Caisse allemande 
Hier, 21:28
par: Didier 
    dans:  Un maquis allemand dans les Cevennes 
Hier, 20:32
par: Prosper Vandenbroucke 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 11 invités


Scroll